Archives par mot-clé : Béarn

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

  • L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?
  • Les ecclésiastiques au service du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?
  • Les œuvres du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.org ET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Montrer le pouvoir

Journée d’étude, 8 février 2019

En lien avec l’exposition « Théâtre du pouvoir : Le temps du Béarnais » du Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de
Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le
trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Soutenance de Thèse-Bernard BOCQUENET, 8/12/17

AVIS de soutenance de Thèse
—-

Monsieur Bernard BOCQUENET

 

soutiendra sa thèse de doctorat  en HISTOIRE


le vendredi 8 décembre 2017 à 14H00 à L’UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ ADOUR

UFR DEG – Salle des thèses
Directeur de thèse :  M. Laurent JALABERT

Laboratoire :
ITEM
 
Sujet de la thèse :
  “La censure en Béarn sous Vichy 1940-1944″

—-

Joseph Peyré (1892-1968)

La SSLA de Pau et du Béarn a le plaisir de vous inviter à la conférence de Pierre Peyré et Christain Manso

« Joseph Peyré (1892-1968).
Le Béarn pour racines, l’horizon pour destin »
 Mercredi 13 décembre 2017 à 16 h
Médiathèque André-Labarrère, Pau

 

 

Derrière la formule qui traduit la fidélité à son village et évoque autant de voyages romanesques, c’est tout un écrivain qu’il est agréable de découvrir ou de retrouver : « Il est l’homme de ses livres », disait de lui Francis Carco.

Béarn, Pays Basque, Espagne, Maghreb, Sahara, Provence, Amériques, Alpes, Himalaya… Peyré dans sa soif de l’ailleurs, c’est tout le paradoxe de l’émigrant qui ne quitte sa terre que pour mieux y revenir : « Le Béarnais d’Aydie comme les hommes et les femmes de sa race  a horreur de se laisser enfermer. Aussi bien dans les conventions que dans les limites par définition étroites d’un seul paysage, d’une seule émotion. Il lui faut l’espace, le rêve, l’évasion. » (André Labarrère, Catalogue de l’exposition du Centenaire, Bibliothèque Municipale de Pau, 1992).

C’est à la rencontre de cet écrivain voyageur et témoin de son temps, Prix Goncourt 1935, que deux conférenciers nous conduisent aujourd’hui. Tous deux universitaires et membres de l’Académie de Béarn, ils vont, complémentairement et chacun à leur manière, nous mener d’Aydie à Aydie :

Pierre Peyré, présentera un film sur la vie et l’œuvre de son oncle Joseph Peyré (film de 20 minutes réalisé par Dominique Gauthier, texte dit par Jacques Dufilho) ;

Christian Manso s’inspirera, lui, de la toute première œuvre de l’écrivain, une plaquette de poésie en prose intitulée « Sur la Terrasse », pour attribuer à Pau et à son célèbre boulevard des Pyrénées une influence inspiratrice dans les élans exotiques de l’enfant du pays, tels qu’ils se répercutent d’un bout à l’autre d’une œuvre où dominent l’action et l’émotion.

Atlas historique de Pau

Ce mois d’octobre 2017 paraît l’Atlas historique de Pau, fruit du travail inédit d’une quinzaine de chercheurs issus de divers horizons (Inventaire général du patrimoine, Université, Archives communautaires Pau Béarn Pyrénées, archéologie, etc).
Cet ouvrage, deuxième d’une série de cinq à paraître en Nouvelle Aquitaine, invite à mieux comprendre et faire comprendre le développement de la ville de Pau. La démarche scientifique, l’iconographie exceptionnelle et la cartographie basée sur une analyse fine du cadastre napoléonien montrent Pau et le Béarn sous un jour résolument nouveau.

Parution aux Editions Ausonius

Mardi 17 octobre 2017 à 18h à l’Usine des tramways.

Un atlas, une démarche, des connaissances
Les coordinateurs de cette publication des éditions Ausonius (collection Atlas historique des villes de France), Dominique Bidot-Germa, Cécile Devos et Christine Juliat, vous invitent à découvrir le contenu de cet atlas, précieux pour mieux appréhender l’histoire, le développement de la ville et ses arcanes, des origines à nos jours..

Gratuit sur inscription au 05 59 98 78 23 ou mission.vah@ville-pau.fr

Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn

Conférence “Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn”

Pau – Amphithéâtre de la présidence

 affiche-conf-les-enfants-de-massu-28-nov-2016-pau

 

Le laboratoire de recherche ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) propose la conférence Les enfants de Madame Massu. D’Alger au Béarn, le lundi 28 novembre 2016, à 17h30, à l’amphithéâtre de la présidence, par Yves DENECHERE, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, CNRS UMR CERHIO.

L’association Jeunesse a été fondée à Alger en 1957 par Suzanne Massu, épouse du général Massu. Le but était de recueillir des enfants musulmans isolés et de leur apporter une éducation et une formation assurant leur avenir.

Dans le contexte délicat de la fin de la guerre d’Algérie, l’association s’est transplantée en Béarn (Moumour, Montaut, Gelos) où elle a poursuivi son œuvre en s’occupant aussi d’enfants de harkis.

Dans les années 1960 et 1970, les adolescents ont grandi, ont appris des métiers, se sont insérés dans la vie active et ont fondé des familles.

Un certain nombre d’entre eux sont demeurés dans la région où ils entretiennent encore une mémoire des « enfants de Madame Massu » comme ils aiment s’appeler.

La conférence présentera un travail de recherche mené depuis deux ans à partir d’archives inédites et de témoignages.

Outre son insertion dans le programme Des guerres et des enfants, cette initiative débute un programme de travail sur la guerre d’Algérie, élaboré sur la base d’un partenariat développé entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire ITEM), le service départemental de l’ONAC-VG et les associations volontaires d’anciens combattants, d’enfants de harkis et de mémoire spécifiquement liées à la guerre d’Algérie.

 

Parution “Estives d’Ossau. 7000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées”

La montagne a une histoire, des chercheurs la racontent

L’histoire du pastoralisme a longtemps été considérée comme immuable depuis des millénaires. Pourtant, les recherches initiées depuis une trentaine d’années remettent en question l’apparente stabilité des pratiques pastorales dans les Pyrénées. Pour cela, il faut reconstituer l’environnement des temps passés, chercher les traces archéologiques fugaces laissées par les bergers et leurs troupeaux, débusquer les témoignages des humbles face aux puissants dans les archives et les récits…
Dans les Pyrénées béarnaises, la vallée d’Ossau – dominée par le pic du Midi auquel elle a donné son nom – est l’une des plus connues de la partie occidentale du massif. L’activité pastorale y est toujours vivace mais sa longue histoire demandait à être décryptée. Pour écrire les 7 000 ans d’évolution des estives et du pastoralisme en Ossau, une approche pluridisciplinaire était nécessaire. Les observations croisées de différents chercheurs permettent de dévoiler progressivement l’histoire, ou plutôt les histoires, des multiples aspects de la vie pastorale sur la longue durée.
Troupeaux, herbages, forêts, cabanes, fromages, mais aussi terres communes ou droits d’usage, partages territoriaux et pratiques de l’espace, relations entre estives et piémonts sont analysés à la lumière de nouvelles sources et de nouveaux regards.

Éditeur: Le Pas d’Oiseau

ISBN : 978-2-917971-60-4 – 280 pages, couleur, 27 x 27 – 32 €

Quelques pages:

« Tsiganes, travail, famille, habitat… » 20 et 21 mai 2016

Séminaire  « Tsiganes, travail, famille, habitat… »,

Université de Pau et des Pays de l’Adour, 20 et 21 mai 2016.

Dans le cadre du projet de recherche « Etude de la présence de « Bohèmes », « Tsiganes », « nomades »…  en Béarn et Pays Basque », le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec le laboratoire IDEMEC (MMSH, Université Aix Marseille), organise deux journées d’étude qui interrogeront les topoï du travail, de la famille et de l’habitat comme éléments récurrents du rejet des Tsiganes en Europe

Vendredi 20 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • Accueil et ouverture du séminaire
  • 9h30 Alexandra Clavé-Mercier, docteur en anthropologie, centre Emile Durkheim UMR 5116 Université de Bordeaux
    Famille et habitat au cœur des expériences d’ « intégration » de Roms bulgares en France
  • 10h15 Norah Benarrosh-Orsoni, docteur en anthropologie, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de Nanterre : Domestiquer la ville par la débrouille. Une analyse des pratiques d’approvisionnement et de récupération  chez les Roms roumains de Montreuil
  • 11h15 Yoanna Rubio, docteur en anthropologie, LISST, Toulouse
    « T’es bien un Meunier toi ! » : Famille(s), espaces, frontières et identités gitanes »  (l’exemple de Carcassonne)
  • 12h Lise Foisneau, Doctorante Université Aix-Marseille, IDEMEC : Tisser l’espace. Interprétation spatiale des dynamiques familiales chez les Roms dits « Hongrois » : l’exemple de Marseille.

12h45, pause

  • 14h Iula hasdeu, Anthropologue HETS -Ge (Haute école de travail social de Genève) et Institut des études genre -Université de Genève Travail, argent et famille des migrants rom roumains dans la lutte transnationale contre les pauvres. Vue de Genève 2009-2015
  • 14h45 Martine Segalen, anthropologue, professeur émérite et directrice de la revue Ethnologie française, interviendra sur le thème de la famille en France
  • 15h45 Michael Stewart, anthropologue, professeur à l’University College of London : « Tsiganes – la famille gênante et la démocratie sexuelle »
  • 16h30 Cécile Canut, sociolinguiste et cinéaste, professeure en sciences du langage à l’Université Paris Descartes: Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires
  • 17h15 Emmanuel Filhol, Université de Bordeaux, laboratoire SPH, Sciences, Philosophie, Humanités. Du discours républicain sur le triptyque ” famille-travail-habitat ” appliqué aux ” nomades ” : les cas d’Etienne Flandin et de Marc Réville (1908-1912)

Samedi 21 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • 9 h Julie Gallego, maître de conférences à l’UPPA, CRPHL, « La littérature de jeunesse contre les préjugés: Katitzi la Tzigane ou les souvenirs d’enfance de la Suédoise Katarina Taïkon »
  • 9h45 Catherine Coquio, professeur de littérature comparée, Paris 7, “Hors de quel temps? Un autre rapport à l’histoire”.
  • 10h30 Martin Olivera, anthropologue, Paris 8, L’anti-tsiganisme, l’ethnologie des Tsiganes… et des Roms: quelques dilemmes à résoudre? Réflexions ouvertes sur le potentiel (et les limites) de l’ethnographie.
  • 11h15 Jean-Luc Poueyto, anthropologue, laboratoire ITEM, UPPA, La tactique comme mode discret de résistance : l’exemple des Manouches

Pause 12h.

  • 13h Ilsen About, historien, CNRS, Paris Les archives du contact. Traces de l’échange et fragments d’amitié entre Paul Bataillard et les Bohémiens en France, des années 1840 aux années 1880.
  • 13h.45 Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS en géographie, “L’entrelacement des régimes de mobilité tsigane : le cas du sud-ouest français (années 1880-1950) »
  • 14h30 Cendrine Lagoueyte, docteur en anthropologie laboratoire ITEM, Buhameak, récit d’une enquête (presque) impossible
  • 15h15 Thierry Truffaut, anthropologue, Institut Culturel Basque fera une présentation les figures des Bohémiens dans les carnavals en Pays Basque
  • 16h Patricia Heininger anthropologue et MC à l’UPPA, laboratoire ITEM, « La figure du « Bouhème » dans les histoires à faire peur en Béarn »

Prix Françoise-Claire Legrand

Les Amis des Eglises Anciennes du Béarn ont attribué le 05 mars dernier le Prix Françoise-Claire Legrand à Julie Gonzalez, ancienne doctorante au laboratoire ITEM.

Le Prix Françoise-Claire Legrand récompense l’auteure pour sa thèse soutenue en  mars 2015 à l’UPPA “Etude iconographique de la Gueule d’Enfer au Moyen-Age. Origines et symboliques” et son mémoire de master en histoire et histoire de l’art. Ces travaux ont contribué à enrichir la connaissance sur les églises du Béarn.

A cette occasion, Julie Gonzalez a donné, à la Médiathèque André Labarrère de Pauune conférence intitulée :

 “Monstres et merveilles de l’imaginaire médiéval. Le jeu subtil des formes monstrueuses dans la sculpture romane du Béarn”

Cette conférence a proposé de parcourir l’imaginaire monstrueux médiéval au travers du patrimoine roman béarnais. Le monstre, être fantastique et figure d’épouvante, fascine autant qu’il inquiète. Des créatures hybrides familières, sirènes, centaures, griffons…, ou insolites, certaines même dépourvues de corps, peuplent nos  églises. Elles sont porteuses d’une symbolique prégnante autour du démon, du péché et de son châtiment. Cette communication a tenté, d’une part, de soulever les mystères qui entourent ces étrangetés par le biais de quelques sources écrites médiévales et, d’autre part, de déterminer les fonctions de l’image du monstre au sein des édifices religieux béarnais dont la diversité demeure exceptionnelle.

Voir “La République des Pyrénées”, article paru le 09/03/2016 (accès réservé aux abonnés)

“De dauna à bergère”, 12 décembre 2015

L’Écomusée de la vallée d’Aspe, dans le cadre du label Pays d’art et d’histoire des Pyrénées béarnaises, propose une journée d’études le samedi 12 décembre à Oloron-Sainte-Marie :

“De dauna à bergère”
De la place de la femmes en milieu rural à l’affirmation de la bergère dans les Pyrénées

affiche de dauna a bergere (1)
Villa du Pays d’art et d’histoire
La Confluence – Rue de l’Intendant d’Etigny
64400 Oloron Sainte-Marie
Renseignements : 05.64.19.00.10 ou ciap@piemont-oloronais.fr

Parution: La mémoire de la Première Guerre mondiale dans les Pyrénées-Atlantiques

Ouvrage publié sous la Direction de Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM), avec la participation de Dominique Dussol (Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), Josette Pontet, (Professeur émérite d’histoire à l’Université Bordeaux Montaigne) et Jean-François Vergez (Directeur de l’ONAC-VG 64)

La Première Guerre mondiale est de tous les conflits contemporains, celle qui a laissé le plus de traces dans l’espace public.

Les Pyrénées-Atlantiques, département le plus éloigné des zones du conflit n’échappe pas à la règle. La mémoire de la Grande Guerre y est présente et recouvre bien des représentations qui se retrouvent à l’échelle nationale. Mais elle est aussi marquée par les fortes identités régionales qui s’y affichent, dans ses deux composantes, basques et béarnaises d’abord, mais aussi dans des micros sociétés, parfois très isolées, notamment dans les vallées pyrénéennes, où l’on retrouvera des traces originales du conflit. Des monuments aux morts reproduits en série, aux pierres gravées par les bergers de la vallée d’Ossau, en passant par quelques vitraux, noms de rues, plaques, ou célébrations mémorielles, la réflexion proposée par le collectif d’auteurs oscille entre analyses classiques qui recouperont les méthodologies et interprétations connues d’une mémoire nationale incontestable et spécificités locales, qui témoignent d’une approche plus originale.

Ces particularismes ne sont pas toujours liés aux cultures régionales, ils peuvent être le fait d’engagements individuels, d’élus, d’artistes, de représentants de l’État, ou de simples citoyens ayant cherché à marquer leur espace environnant d’une mémoire spécifique. Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de La Mission du Centenaire 14-18.

Paru aux éditions Cairn

COUV ESPACES.indd

Rencontre-dédicace avec Véronique Lamazou-Duplan

À l’occasion de la parution de Signé Fébus. Comte de Foix , Prince de Béarn,  Véronique Duplan-Lamazou présentera l’ouvrage  lors d’une rencontre-dédicace le jeudi 4 décembre à 18h30 à la Librairie L’Escampette.

Librairie L’Escampette
10, rue des Cordeliers
64000 Pau
Tél. 05 59 27 83 31
librairies@lescampette.org

Febus_Flyer_A5_HD

Parution “Sur le chemin de la laïcité… les protestants et l’école”

sur le chemin de la laïcitéLe recueil des actes du cycle de conférences du Musée Jeanne d’Albret Sur le chemin de la laïcité… les protestants et l’école vient de paraître.
Sommaire
Préface, Philippe Chareyre
Anne Ruolt, Pourquoi les Ecoles du Dimanche en France au XIXe siècle ?
Gabrielle Cadier Rey, L’enseignement des jeunes filles protestantes au XIXe siècle. L’exemple de Madame Reclus à Orthez
Patrick Cabanel, Les sources protestantes de la laïcité.
Cet ouvrage est en vente à la boutique du Musée Jeanne d’Albret. Pour toute commande, contact[at]museejeannedalbret.com

Le Festin#91 – Spécial Art Déco

Le_Festin_Automne_2014d-fill-325x416

Sur le lefestin.net: Le Festin de l’automne est un numéro événement ! Inédit à plus d’un titre, ce numéro spécial prend la forme d’un abécédaire inventif recensant les joyaux Art déco de l’Aquitaine. “A” comme Architecture, “C” comme Casinos, “M” comme Mobilier…, la sélection proposée embrasse tous les aspects de ce mouvement à la croisée des genres. L’illustration est à l’avenant, qui s’appuie sur la richesse du bâti, des objets ou des arts graphiques, y compris par le truchement populaire de la réclame. Car autant qu’à un style, c’est à une époque, voire même à un art de vivre que le festin ouvre ses pages.

La formule de l’abécédaire a été retenue pour mieux dépeindre le foisonnement de cette période d’exception pour les savoir-faire « à la française ». Esthétique épurée, lignes simplifiées, formes géométriques se propagent dans les provinces françaises. Ainsi, Bordeaux ou Pau ont bénéficié, grâce à l’entregent de maires bâtisseurs, de grands travaux municipaux qui sont parvenus à imposer une nouvelle monumentalité urbaine sans Hiatus avec l’héritage du passé. Il s’agit avant tout de rajeunir « l’image » de la ville, ce qu’ont tenté d’entreprendre plusieurs stations thermales comme Dax, Salies-de-Béarn ou Cambo-les-Bains.

À Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye-Plage, Anglet, Hossegor, Le Pyla ou Le Cap-Ferret… la vie balnéaire s’organise selon un rituel désormais immuable, du golf au casino, de la plage à l’hôtel ou à la maison de villégiature, chacun rivalisa d’élégance pour incarner la nouvelle société des loisirs. C’est cette ambiance particulière que ce numéro tout à fait exceptionnel du Festin, composé par l’historien de l’art Dominique Dussol, tente de restituer. Rompant avec la morosité ambiante de notre époque, laissons nous donc entraîner sans retenue dans la turbulence des Années folles.

L’Edito de Xavier Rosan

En tête: Publicité pour le rhum Negrita (Bardinet, Bordeaux) dans les années 1930, coll. part.