Archives par mot-clé : arts

L’art en partage citoyen

Cycle de conférence

Ces conférences font partie du programme de recherche « L’art en partage citoyen », porté par Mmes les Professeures Sabine Forero Mendoza (ITEM) et Pascale Peyraga (ALTER).

L’argumentaire du projet est détaillé à la fin du calendrier des conférences.

La première conférence sera donnée par Marion Hohlfeldt


Jeudi 12 décembre 2019 – 14h30


Salle du conseil, bâtiment Droit Économie Gestion du Collège SSH

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

L’Antiquité dans l’art contemporain

(Re)présenter l’Antiquité dans l’art contemporain : une revitalisation entre adulation et rejet

le Jeudi 23 mars 2017, à 13h00

en Salle de réunion du CRAL (1er étage) EHESS
96 bd Raspail, 75006 Paris
(Intervenante Tiphaine Besnard, ITEM)
Si « l’unique moyen [pour nous] de devenir grands et, si possible, inimitables, est d’imiter les Anciens » a été pendant longtemps le précepte de l’enseignement académique, le rejet de la tradition et le désir de faire tabula rasa qui ont accompagné le mouvement des avant-gardes ont engagé les artistes dans d’autres voies. Dans ces conditions, on ne peut qu’être surpris de voir resurgir aujourd’hui des références à l’art antique dans des réalisations contemporaines. Les figures canoniques (Vénus de Milo, Victoire de Samothrace, Apollon du Belvédère, Laocoon) sont transposées et revitalisées, et les sculptures, photographies et peintures sont autant de supports plastiques qui servent à la présentation et à la représentation de l’Antiquité. Cependant, force est de constater qu’elles subissent de nombreuses transformations (plastiques, contextuelles et stylistiques), et que la référence antique peut être adulée ou a contrario rejetée.
 
L ’étude de ces diverses modalités conduit à envisager la nature même des emprunts opérés par les plasticiens. Elle permet aussi d’apporter quelques éléments de réponse à la question suivante : que nous disent in fine à propos de nous-mêmes ces multiples réappropriations de l’antique ?

Artistes et Commanditaires

Journée d’étude Artistes & Commanditaires : Circulations et transferts culturels

 

Séminaire Artistes et Sociétés
Master HCP (histoire, civilisations, patrimoine)

Vendredi 10 mars 2017
Salle du Conseil – UFR Lettres, UPPA, Pau.
14h00 – 18h00

Programme :

 

13h45: Accueil

 

14h00 : Introduction
Audrey GOUY (Ecole pratique des Hautes Etudes)

 

Modérateur : François RÉCHIN (Professeur d’histoire et d’archéologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

14h15 : Artistes et commanditaires dans la société cosmopolite délienne (IIe et Ie s. av. J.-C.) : entre hellénisme et romanité
Paul ERNST (docteur de l’Université de Paris 8, ATER à l’Université de Caen)

 

14h45 : transfert culturels entre Francs et Grecs dans le royaume croisé de Chypre : l’exemple du narthex de l’église de la Panagia-Phorbiotissa à Asinou (1332-1333)
Geoffrey MEYER-FERNANDEZ (Université Aix Marseille)

 

15h15 : Les capitaines de l’enfer dans les peintures murales des lieux de culte du sud de l’arc alpin (Provence orientale, Ligurie, Piémont), du XIVe au XVIe siècles
Océane ACQUIER (Université Côte d’Azur, Nice)

 

15h45 : Pause

 

Modérateur : Philippe CHAREYRE (Professeur d’histoire moderne, directeur du laboratoire de recherche ITEM EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

16h00 : Le métier de peintre au XVIe siècle : de l’usage des modèles à la signification de l’image
Agnès FAURE (docteure de l’Université Bordeaux Montaigne)

 

16h30 : De Phidias à Alan LeQuire: migration d’une sculpture antique monumentale, l’Athéna Parthenos
Tiphaine Annabelle BESNARD (Université de Pau et Pays de l’Adour)

 

17h00 : Du mur antique à l’écran d’ordinateur : le paysage un objet de commande?
Laury-Nuria ANDRE (docteur de l’Ecole Normale Supérieure, Lyon, chargée de cours à l’ICT, HiSoMa, Lyon II/LIS, Nancy)

 

17h30 : Table ronde
Animée par Jean-Marc TERRASSE (Université Paris Diderot)

 

Organisation :
Audrey GOUY (audrey.gouy@univ-pau.fr)
Tiphaine-Annabelle BESNARD (tiphaine.besnard@univ-pau.fr)

 

Programme JE artistes et commanditaires


Séminaire Frontières, UPPA, 25 mars 2016

« Frontières culturelles durant la Protohistoire et l’Antiquité :
enjeux méthodologiques et disciplinaires »

Vendredi 25 mars
Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud
UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR de LLSH (laboratoires IRAA et ITEM)
Licence Histoire de l’Art et Archéologie
Master CAS

 

seminaire frontières 25 mars

10 h :
M. Bats (Centre Camille Jullian, univ. d‘Aix-en-Provence) : Espaces emboîtés et frontières en Gaule méditerranéenne protohistorique (VIe – IIe s. av. J.-C.).
M. Kasprzyk (INRAP / ArTeHiS, univ. de Dijon) : De part et d’autre des frontières de l’Empire romain : l’Est de la Gaule et le barbaricum durant l’Antiquité tardive (IIIe-Ves.).
Limestor_Dalkingen,_Wp_12-81,_Phase_6
14 h 15 :
Ariane Bodin (ArScan, univ. de Paris-Nanterre) : Païens et chrétiens en Italie et en Afrique romaines tardo-antiques (IVe-Ve s). Frontières culturelles et sociales ou religieuses ?
Gabriel de Bruyn (CRAHAM, univ. de Caen) : Des images païennes aux frontières d’un espace civique profane ? Les déplacements de statues dans les cités africaines et italiennes aux IVe et Ve s.

« Le corps et ses métamorphoses », 10 mars 2016

Le corps et ses métamorphoses

Jeudi 10 mars 2016
14h-17h30
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle Chadefaud – Institut Claude Laugénie

 

Flyer Bowie-v3_Page_1

Programme :

14h00 : Edina BOZOKY, Université de Poitiers
« Métamorphoses du corps des saints d’après les textes hagiographiques »
14h30 : Sabine FORERO MENDOZA, UPPA
« Ana Mendieta, quand le corps se fait paysage »
15h00 : Corinne MELIN, Ecole Supérieure d’Art  des Pyrénées Pau-Tarbes
« L’identité individuelle à l’ère digitale »
15h30 : Discussion et pause
16h00 : Aline RIBIERE, Artiste
« Entretien avec Dominique DUSSOL (UPPA) »
16h30 : Xavier ROSAN, Directeur des Éditions Le Festin
« Plastic Bowie »
17h00 : Chloé Lavigne, UPPA
« Présentation de la vidéo LE CORPS EN ACTION »
17h30 : Discussion

 

Colloque international : Les arts et la diaspora basque

Colloque international
Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)
Coloquio internacional
Las artes y la diáspora vasca (Siglos XIX-XXI)
25-26 février 2016/25-26 febrero 2016
(Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne/Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián)

Organisé par la Société d’Études Basques (Eusko Ikaskuntza)

Avec le soutien de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (EA 3002 ITEM), de la Universidad del País Vasco (Equipo País Vasco y América, vínculos y relaciones atlánticas) et de Donostia-San Sebastián 2016  Capitale Européenne de la Culture

 Microsoft Word - PROGRAMME COM ART ET DIASPORA.doc

JOUR 1/DÍA 1. MUSEE BASQUE ET D’HISTOIRE DE BAYONNE

9h. Accueil des participants/Bienvenida
9h30. Présentation/Presentaciones generales
Jean-Claude Larronde (Eusko Ikaskuntza/Musée Basque), Jean-Michel Larrasquet (Euko Ikaskuntza)
9h45. Introduction générale/Introducción general
Viviane Delpech (Université de Pau/Eusko Ikaskuntza)

 

Session 1/Sesión 1
Réception des arts basques à l’étranger
Recepción de las artes vascas en el extranjero
Président de session/Presidente de sesión : Viviane Delpech (UPPA)
10h. Juan Luis Blanco Mozo, profesor ayudante (UA Madrid)
La nueva iglesia de la Real Congregación de Loyola en Madrid : neomedievalismo y significación nacional
La nouvelle église de la Congrégation Royale de Loyola à Madrid : néomédiévalisme et signification nationale
10h30. Laura Martínez de Guereñu, profesora de arquitectura (IE University, Madrid-Segovia)
La villa Ocampo (1928) y la Maison Errázuriz (1930) : dos proyectos sudamericanos con lazos con Euskadi
La villa Ocampo (1928) et la maison Errázuriz (1930) : deux projets sud-américains liés au Pays basque
11h. Pause. Receso
11h15. Argitxu Camus Etxecopar, docteur en Etudes Basques (University of Nevada Reno/Office Public de la Langue Basque)
Les arts au service de l’identité basque de la diaspora : entre tradition et modernité
Las artes al servicio de la identidad vasca de la diáspora : entre tradición y modernidad
11h45. Eric Dicharry, docteur en Anthropologie (EHESS/Eusko Ikaskuntza)
New-York City, Eldorado des artistes basques (XXe-XXIe siècles)
New-York City, El Dorado de los artistas vascos (Siglos XX-XXI)
12h15. Déjeuner. Almuerzo

 

Session 2/Sesión 2
Perception et identité des Basques à travers les arts
Percepción e identidad de los vascos por las artes
Président de session/Presidente de sesión : Jean-Claude Larronde (Musée Basque)
14h. Claude Mehats, docteur en histoire contemporaine (Université Bordeaux 3/Eusko Ikaskuntza)
Déambulation dans les littératures écrites et orales et la peinture autour de la diaspora basque au XIXe siècle
Deambulación en las literaturas escritas y orales y la pintura en torno a la diáspora vasca en el siglo XIX
14h30. Edurne Arostegui, doctorante en historia de las Américas (Universidad del País Vasco-EHU)
La imagen de los vascos en las novelas de Harry Sinclair Drago
L’image des Basques dans les romans de Harry Sinclair Drago
 
15h. Oscar Álvarez Gila, profesor de historia de las Américas (Universidad del País Vasco-EHU)
Los estereotipos del emigrado vasco en el cine americano de las orígenes hasta hoy en día
Les stéréotypes de l’émigré basque dans le cinéma américain des origines à nos jours
15h30. Pause. Receso
15h45. Matteo Manfredi, profesor visitante (Universidad Andina Simón Bolivar, Ecuador)
Fotografía y emigración : el caso de los vascos en Uruguay
Photographie et émigration : le cas des Basques en Uruguay
16h15. Zoe Bray, artiste-peintre et visiting scholar (Hebrew University of Jerusalem)
Peindre les artistes basques de la diaspora
Pintar a los artistas vascos de la diáspora
18h. Vernissage de l’exposition Regards d’artistes sur la diaspora basque/Remise des prix
Inauguración de la exposición Miradas de artistas sobre la diáspora vasca/Entrega de premios
20h. Dîner. Cena

JOUR 2/DÍA 2. MUSEO SAN TELMO (DONOSTIA-SAN SEBASTIÁN)

Sesión 3/ Session 3
Artes vascas y exilio anti-franquista
Arts basques et exil anti-franquiste
Presidente de sesión/ Président de session : Oscar Álvarez Gila (UPV-EHU)
9h30. Miriam Alzuri (Museo de las Bellas Artes de Bilbao/Musée des Beaux-arts de Bilbao)
El crítico de arte Juan de la Encina durante la Guerra civil
Le critique d’art Juan de la Encina durant la Guerre civile espagnole
 
10h. Maddalen Narbaits-Fritschi (Archives d’Architecture de la Côte Basque)
L’exil de l’architecte Isidro de Monzón au Venezuela
El exilio del arquitecto Isidro de Monzón en Venezuela
10h30. Receso. Pause
10h45. Francisco Javier Muñoz, profesor de historia del arte (Universidad del País Vasco-EHU)
El museo ausente. La evacuación del Museo de Arte Moderno de Bilbao a Francia durante la Guerra Civil
Le musée absent. L’évacuation du musée d’Art Moderne de Bilbao vers la France durant la Guerre Civile
11h15. Nausica Sánchez, documentaliste/documentalista (Chillida Leku).
Los exilios de Chillida
Les exils de Chillida
11h45. Receso. Pause
Sesión 4/ Session 4
El dilema del retorno
Le dilemme du retour
Presidenta de sesión/ Présidente de session : Zoe Bray (Hebrew University of Jerusalem)
12h. Anthony Geist, professor of Spanish and Comparative Litterature (University of Washington, Seattle)
El imposible retorno del pintor Miguel Marina
L’impossible retour du peintre Miguel Marina
12h30. José Javier Azanza López, profesor de historia del arte (Universidad de Navarra)
Jorge Oteiza, 1948 : claves de un retorno
Jorge Oteiza, 1948 : clés d’un retour
13h. Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art-chercheur (Université de Pau)
La arquitectura de los retornados en Iparralde (País Vasco Norte) (1800-1939)
L’architecture des retornados en Iparralde (Pays basque nord) (1800-1939)
13h30. Almuerzo/Déjeuner
Sesión de clausura/Session de clôture
15h30. Proyección de la película/Projection du film Thunder in the sun/El desfiladero de la muerte/La caravane vers le soleil (1959) de Russel Rouse, 81 min.
17h. Intercambios en torno a la película, animados por Oscar Álvarez Gila/Echanges autour du film, animés par Oscar Álvarez Gila
17h30. Conclusiones generales/Conclusion générale
Ismael Manterola, profesor de historia del arte contemporáneo (Universidad del País Vasco-EHU)

Comité scientifique/Comité científico:
Oscar Álvarez Gila, profesor de historia de las Américas (UPV-EHU)
Zoe Bray, profesor of anthropology (Hebrew University of Jerusalem)
Viviane Delpech, chercheur (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain (UPPA)
Ismael Manterola, profesor de historia del arte contemporáneo (UPV-EHU)
Olivier Ribeton, conservateur en chef (Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne)
Comité d’organisation/Comité de organización:
Viviane Delpech (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Jean-Michel Larrasquet (président de la Société d’Etudes Basques)
Jean-Claude Larronde (Président du musée Basque et de l’Histoire de Bayonne)
Nausica Sánchez (Ezmugak, Irun)
Susana Soto (directrice du Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi (Chef du projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basques)
 
Coordination, direction scientifique/Coordinación, dirección científica :
Viviane Delpech (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Renseignements/Informaciones : viviane_delpech@yahoo.fr