Archives par mot-clé : art

La Grande Guerre de René Marie Castaing

La Grande Guerre de René Marie Castaing, peintre palois

Lettres, carnets, dessins (1915-1919)

Sous la direction de Laurent Jalabert

Editions Cairn

128 pages, avril 2019

ISBN: 978-2-35068-665-3

Pendant toute la Première Guerre mondiale, René Marie Castaing, jeune artiste-peintre engagé volontaire, consigne dans des carnets ses impressions de guerre.

Il crayonne au fil des pages des dessins, réalistes, témoins de sa perception du conflit, des hommes, des paysages…

Sur ces feuilles, il retranscrit sa vision de la guerre, dans le vif, manifestant ses humeurs, parfois naïves, parfois moroses, d’autres fois plus émerveillées.

Comme tous ceux qui ont traversé le conflit, on sent au fil des pages poindre la lassitude, l’énervement, l’agacement, ou tantôt l’espoir de la fin du feu des armes, l’attente du retour.

A ces carnets s’ajoutent surtout des lettres, régulières, adressées à ses proches, père, mère, frères et soeurs qu’il illustre là encore de son crayon et qui constituent l’essentiel des documents retranscrits dans cet ouvrage.

Mémoires des camps, fonctions de l’art

22 février 2019

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Bâtiment des Lettres – Salle du Conseil

Dans le cadre du projet de recherche « La mémoire des camps d’internement des années de la seconde guerre mondiale : étude muséographique et muséologique des mémoriaux européens », et à la suite des rencontres qui ont eu lieu les 15 et 16 février 2018 puis le 12 octobre 2018, le laboratoire ITEM de l’université de Pau organise une troisième et dernière journée d’étude : « Mémoires des camps/Fonctions de l’art ».


Qu’elles aient été le fait d’artistes professionnels plus ou moins confirmés, d’autodidactes ou d’artistes occasionnels, nombreuses ont été les activités artistiques développées dans les conditions précaires ou d’absolu dénuement qui étaient celles des camps de transit, d’internement et d’extermination durant les années de la seconde guerre mondiale.
Tantôt tolérées tantôt interdites, ces activités ont souvent trouvé leur inspiration dans les faits d’une quotidienneté sans commune mesure avec la vie ordinaire. Quand elles sont parvenues jusqu’à nous, leurs manifestations ou leurs traces sont porteuses d’une signification qui ne s’arrête pas à leur dimension documentaire et d’une puissance d’émotion qui ne saurait s’évaluer à partir des seuls critères esthétiques : en elles se conjoignent l’expérience de la sourance et de la mort et l’aaffirmation de la vie jusque dans les plus misérables conditions. Témoignages de l’horreur, elles sont
aussi des preuves de l’effort pour la dépasser.
Que savons-nous de ces pratiques et de la manière dont ont été réalisées ou se sont déroulées ? Comment pouvons-nous les appréhender, en parler ou les faire connaître ? Que nous disent-elles plus largement des dimensions existentielles, testimoniales et mémorielles de l’art ?
Pour donner toute son ampleur à ces dernières questions, nous souhaiterions aussi nous interroger sur les formes et les fonctions que peuvent aujourd’hui prendre des œuvres artistiques dans le contexte commémoratif des déportations, des détentions et des exactions commises pendant toute cette période.T

Contacts:


Jean Luc Poueyto jl.poueyto@gmail.com


Sabine Forero-Mendoza sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Parution d’ouvrage :

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Par Viviane Delpech (dir.)
Préface Ismael Manterola

Phénomène essentiel de l’histoire contemporaine du Pays Basque, la diaspora basque fait ici l’objet d’une approche inexplorée à travers le prisme de l’histoire de l’art. Arboglyphes des bergers dans l’Ouest américain, stéréotypes du pastoralisme dans le cinéma hollywoodien et les monuments hommage, architecture vernaculaire exportée, mais aussi oeuvres d’art avant-gardistes et constructions modernistes, les témoignages diversifiés et diachroniques de l’émigration basque dans les arts soulèvent des questions identitaires, historiques et esthétiques.

Rassemblant treize contributions inédites, cet ouvrage vise à éclairer l’histoire des migrations d’un jour nouveau tout en faisant émerger les apparents paradoxes d’une communauté en exil partagée entre traditionalisme et quête de progrès. Au-delà du
régionalisme, cette étude artistique interroge les processus et les conditions de création, le rapport à l’altérité et au sol natal, la construction de l’identité et de la mémoire pour embrasser, en définitive, des questionnements à la portée universelle.

www.editions-kilika.fr

Prix : 25 €
ISBN : 979-10-94405-19-2

320 pages

Langues : La préface, l’introduction et
les résumés sont proposés en français,
basque, espagnol et anglais.
Les textes sont dans leur langue
d’origine.
Photographies : 160

Une présentation de l’ouvrage aura lieu le 10 juillet 2018 à 18h30 au Musée Basque à Bayonne en présence des auteurs.

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Exposition « Manières de faire, manières d’agir »

 

Fédération EFM (FR 4153) – Laboratoires ALTER (EA 7504) / ITEM (EA 3002) 

Le Bel Ordinaire (Les Abattoirs, Allée Montesquieu, 64140 Billère)

du mercredi au samedi de 15h à 19h

 

Nous vous rappelons que vous êtes invité.e.s à aller voir l’exposition « Manières de faire, manières d’agir » qui se tiendra jusqu’au 28 avril.

Cette exposition, conçue par nos collègues Sabine Forero Mendoza (ITEM) et Pascale Peyraga (ALTER) et soutenue par la fédération EFM, parachève un cycle de recherche sur les artistes femmes (2016 et 2018) : « Artistes femmes, les formes de l’engagement » (https://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/artistes-femmes.html), conjointement mené à l’UPPA et à l’Ecole supérieure d’Art Pyrénées-site de Pau. Elle rassemble un ensemble de réalisations, produites par quatorze artistes femmes de notoriété variable, de nationalités et de générations différentes .

Une visite commentée est spécialement organisée à l’intention des personnels de l’UPPA. Elle aura lieu le 27 avril à 17h30. Merci de bien vouloir vous inscrire auprès de Armelle Revirieux (armelle.revirieux@univ-pau.fr) avant le 24 avril, 12h.

L’autre visite commentée est ouverte à toutes et à tous. Elle sera assurée le 28 avril à 16 h.

Des textes de présentation des œuvres, rédigés par des étudiantes des masters « Histoire, civilisations, patrimoines » et « Patrimoine et musées » sont disponibles à l’entrée du Bel Ordinaire. Vous pouvez également les télécharger, directement sur le site du Bel Ordinaire : Fiche de salle

Art participatif, collectif citoyen

 

JOURNEE D’ETUDE JEUDI 22 MARS

(coordination Sabine FORERO – Pascale Peyraga)

“Art participatif collectif citoyen : quels noms pour de nouvelles pratiques” ?

PROGRAMME

MATIN
• 10h45 Ouverture de la journée d’étude
Sabine Forero Mendoza – ITEM , Pascale Peyraga – ALTER
• 11h Volmir Cordeiro – Interprète et chorégraphe brésilien
• 11h40 Klaus Fruchtnis – Artiste digital et chercheur franco-colombien
Art Participatif et Citoyen : Quelles formes d’engagement ?
• 12h20 Discussion
• 12h45 Pause Déjeuner – Le Palmarium (42 bis Avenue Louis Sallenave, Pau)
APRÈS-MIDI
• 14h30 Sarah Montero – Maître de Conférence, PASSAGES, Université de Bordeaux
Projets artistiques citoyens : des formes d’expression partagées et des moyens pour l’action collective dans la cité
• 15h10 Pierre Marsaa – Responsable de l’association Pointdefuite, plateforme agréé des Nouveaux Commanditaires en Nouvelle Aquitaine
Les Nouveaux Commanditaires
• 15h50 Anne-Laure Boyer – Artiste plasticienne, Bordeaux
Mémoire des lieux délaissés et collecte de paroles
• 16h30 Discussion

Argumentaire

Programme

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)

 

Femmes dans la cité

Dans le cadre du cycle
Artistes-femmes : les formes de l’engagement

vendredi 17 mars 2017
de 9 h à 17 h 30- Médiathèque André Labarrère
Place Marguerite Laborde – Pau

École supérieure d’art des Pyrénées – Pau Tarbes
École Nationale supérieure d’art de Limoges
UPPA – ITEM /Fédération Espaces Frontières Métissages

« S’engager » signifie s’avancer dans une voie étroite, entreprendre
une action que l’on sait difficile et parfois coûteuse, mais aussi
contracter devant autrui une responsabilité qui lie moralement.
Autant dire que l’engagement est un pari sur l’avenir qui implique
courage et partage. Il est, du moins idéalement, absolu (on ne
l’imagine pas se faire à demi) et libre, quoiqu’on puisse y être poussé
par l’insupportable ou l’inacceptable. C’est un acte foncièrement
éthique qui prend à témoin autrui et par lequel on se met à son
service ; c’est un acte politique car il porte sur le terrain commun,
dans l’espoir d’un changement, un enjeu initialement individuel.
La journée d’étude « Femmes dans la cité », la deuxième d’un cycle
intitulé « Femmes-artistes : les formes de l’engagement », permettra
d’examiner des projets artistiques prenant la forme d’engagements
politiques au sens large et proposant une alternative à l’exercice de
la citoyenneté, qu’il s’agisse d’interventions dans l’espace urbain,
d’interrogations des modes d’organisation des communautés,
des valeurs et normes qui les régissent, ou encore d’inventions
de nouvelles formes de partage culturel et de relation sociale.
Si les femmes sont mises à l’honneur, ce n’est pas pour
poser l’existence d’une spécificité féminine des manières
de faire artistiques, mais plutôt pour donner plus de visibilité
à des propositions souvent laissées dans l’ombre.

PROGRAMME
9h00 Accueil des participants
9h15 Ouverture de la journée d’étude
9h30 Annabelle Teneze | Conservatrice du patrimoine, Directrice des Abattoirs de Toulouse
Exposer les artistes femmes, Peindre dit-elle, l’Iris de Lucy
10h15 Corinne Melin | École Nationale Supérieure d’Art de Limoges
Vie et travail de l’artiste chinoise Cao Fei dans RMB CITY, cité entièrement simulée
10h45 Discussion et pause
11h15 Christelle Colin | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Vision documentaire des femmes dans la ville : La ciudad de las mujeres de Vicky Calavia et Mínimas e íntimas de Irene Bailo
11h45 Véronique Lamare | Artiste (Bordeaux)
« L’espace urbain à l’échelle de mon propre corps. »
Entretien avec Corinne Melin | École Nationale Supérieure
d’Art de Limoges
12h30 Discussion
13h00 Déjeuner — ESAP, salle de théorie

14h30 Marie Escorne | Université Bordeaux Montaigne
Interventions artistiques dans l’espace public urbain :
les femmes « apportent » leur corps
15h00 Sabine Forero Mendoza | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les études de cas de Marjetica Potrč : la ville autrement
15h30 Discussion et pause
16h00 Pascale Peyraga | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les travaux collaboratifs de « Contenedores de feminismos » :
recréer la mémoire des femmes dans l’espace social
16h30 Rustha Luna Pozzi-Escot | Artiste (Pérou-France)
Entretien avec Sabine Forero Mendoza | Université de Pau
et des Pays de l’Adour
17h15 Discussion

ORGANISATEURS
Sabine Forero Mendoza | UPPA
sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Corinne Melin | ENSA Limoges
corinne.melin@ensa-limoges.fr
Pascale Peyraga | UPPA
pascale.peyraga@univ-pau.fr
Charles Gauthier | ESAP
gautiercharles@hotmail.com

CONTACT & RENSEIGNEMENTS
Armelle Revirieux : armelle.revirieux@univ-pau.fr
http ://frontieres-metissages.univ-pau.fr

 

Antiquipop, Lyon, mai 2016

Colloque

“Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine”

Grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2

Antiquipop

 

Tiphaine-Annabelle Besnard, doctorante au laboratoire ITEM, présentera le jeudi 26 mai 2016 une communication intitulée:

“l’Empire des citations : vers un art contemporain néo-néo-classique ?”

 

Résumé de son intervention:
“Certes, l’idée du retour à l’Antique, est, en un sens, omniprésente dans l’histoire de l’art occidentale au point qu’elle peut sembler en rythmer les principaux temps forts – pensons aux moments Raphaël, Poussin, David, Ingres, voire le retour à l’ordre des années 1920. Les modalités du retour à l’Antique dans l’histoire de l’art ont donc certes été amplement étudiées, mais ce n’est pas le cas pour la période contemporaine, voire très contemporaine (à partir des années 1980).

Comment doit-on envisager la survivance de la référence gréco-latine ? S’agit-il de pastiche, de détournement ? In fine, le questionnement sur le lien entre art contemporain et Antiquité mène à la réflexion suivante : peut-on définitivement caractériser l’histoire de l’art occidentale comme un éternel retour à l’Antiquité classique ?

Les approches théoriques de l’art et l’esthétique seront mises à profit afin d’embrasser un sujet qui touche à la fois à l’histoire sociale de l’art, à l’histoire du goût mais aussi à l’histoire de l’histoire de l’art à travers une réflexion sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art. Ainsi, nous serons amenés à évoquer une « post-modernité » où la rupture avec l’utilisation de l’antique comme référence vivifiante est certaine. Effectivement, à de rares exceptions près, les artistes ne cherchent pas à imiter les Anciens. Aussi, nous envisagerons deux notions clés que sont la « basse » et la « haute culture » : la première, à l’origine d’une Antiquité transposée et pastichée, la deuxième, à l’origine d’un art antiquisant intellectuel.

Les exemples d’œuvres seront choisis judicieusement, issus de ma base de données. Pour ne citer qu’eux, je pense aux artistes Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou bien encore Meekyoung Shin. Ce projet de communication s’inscrit effectivement pleinement dans la thèse de doctorat que je mène depuis octobre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (L’éternel retour à l’Antique : survivances grecque et romaine dans l’art contemporain à partir des années 1980, sous la direction de Madame Sabine Forero Mendoza, Professeure d’Esthétique et d’Histoire de l’art contemporain).”

Plus de renseignements : http://antiquipop.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Journée d’étude “Femmes artistes : les formes de l’engagement”

Dans le cadre de la Fédération Espaces-Frontières-Métissages, les laboratoires de recherche ITEM (EA 3002) et LLC-Arc Atlantique (EA 1925) organisent, en collaboration avec l’École d’Art des Pyrénées Pau-Tarbes, la journée d’étude « Femmes artistes : les formes de l’engagement ».Aline RibierePremière d’un cycle de trois journées, cette manifestation prend place dans le projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques » de la Fédération EFM. Elle réunira des critiques d’art, des artistes et des enseignants-chercheurs en histoire de l’art, et sera l’occasion d’évaluer les résonances actuelles des réalisations pionnières des années 60 et 70 et, tout à la fois, de s’interroger sur les formes actuelles de l’engagement artistique des femmes.

Les interdits et tabous socio-culturels et artistiques jadis dénoncés sont-ils dépassés ? Alors que la scène artistique prend désormais les dimensions de la planète, au travers de quels choix, plastiques et esthétiques, les artistes femmes élaborent-elles des formes de résistance et confèrent-elles à l’art la fonction critique de « changer le spectateur en acteur conscient de la transformation du monde » (J. Rancière, Malaise dans l’esthétique, 2004, p. 65) ? Le propos voudrait éviter une double réduction interprétative, féministe, d’une part, essentialiste de l’autre.

« Femmes artistes : les formes de l’engagement » : jeudi 4 février 2016, Université de Pau et des Pays de l’Adour, amphithéâtre de la Présidence, de 9 h à 17 h. Entrée libre.

Le programme de la journée d’étude peut être consulté sur le site de la Fédération EFM, ainsi que le détail du projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques ».

Auteurs : FORERO MENDOZA Sabine – PEYRAGA Pascale
Légende de la photo : Aline Ribière, photographie de Karl Harancot.

Conférence: “L’abstraction ou La dé-figuration des images “, Bordeaux, 21 mai 2015

Dans le cadre du cycle “Les jeudis de l’art”, Dominique Dussol animera une conférence intitulée “L’abstraction ou La dé-figuration des images” à la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, le jeudi 21 mai 2015 à 18h30.

L’abstraction désigne l’une des principales tendances de l’art du 20e siècle. On situe son origine vers 1910, lorsque Kandinsky peint une aquarelle où toute référence aux apparences visibles du monde extérieur est délibérément supprimée. Par la suite, des générations d’artistes se sont engagées dans une foultitude de tendances (“géométriques”, “lyriques”, “gestuelles”, “informelles”…) afin d’explorer un monde sensible, fait uniquement de formes et de couleurs.

Dominique Dussol est professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le quotidien Sud Ouest, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il assure également des commissariats d’expositions.

image: Wassily Kandinshy, Jaune-Rouge-Bleu, h/t, 1925, Paris, Centre Georges Pompidou (© DR)

Conférence de Vivianne Delpech, Maison Basque de Bordeaux, 06 mai 2015

indexVivianne Delpech, auteure de Abbadia. Le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, participera à la conférence “Abbadia, le temple universel d’Antoine d’Abbadie” mercredi 6 mai 2015, à 18h00, à la Maison Basque de Bordeaux (7, rue du Palais de l’Ombrière, 33000 Bordeaux ).

Modèle éloquent de la vogue éclectique du Second Empire, le château d’Abbadia à Hendaye surprend par l’association de sources d’inspiration tantôt conformistes tantôt singulières, où s’entremêlent les charmes de l’Orient, la rêverie du Moyen Âge, l’esprit scientifique, une pratique austère du catholicisme et une passion intense pour l’Ethiopie.

Cette œuvre d’art est due à l’implication quasiment viscérale de ses commanditaires, le savant basque Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Elle doit également beaucoup aux architectes Eugène Viollet-le-Duc, Edmond Duthoit et au paysagiste Eugène Bühler.

Plus d’informations : http://www.eskualetxea.org/

Le Festin#91 – Spécial Art Déco

Le_Festin_Automne_2014d-fill-325x416

Sur le lefestin.net: Le Festin de l’automne est un numéro événement ! Inédit à plus d’un titre, ce numéro spécial prend la forme d’un abécédaire inventif recensant les joyaux Art déco de l’Aquitaine. “A” comme Architecture, “C” comme Casinos, “M” comme Mobilier…, la sélection proposée embrasse tous les aspects de ce mouvement à la croisée des genres. L’illustration est à l’avenant, qui s’appuie sur la richesse du bâti, des objets ou des arts graphiques, y compris par le truchement populaire de la réclame. Car autant qu’à un style, c’est à une époque, voire même à un art de vivre que le festin ouvre ses pages.

La formule de l’abécédaire a été retenue pour mieux dépeindre le foisonnement de cette période d’exception pour les savoir-faire « à la française ». Esthétique épurée, lignes simplifiées, formes géométriques se propagent dans les provinces françaises. Ainsi, Bordeaux ou Pau ont bénéficié, grâce à l’entregent de maires bâtisseurs, de grands travaux municipaux qui sont parvenus à imposer une nouvelle monumentalité urbaine sans Hiatus avec l’héritage du passé. Il s’agit avant tout de rajeunir « l’image » de la ville, ce qu’ont tenté d’entreprendre plusieurs stations thermales comme Dax, Salies-de-Béarn ou Cambo-les-Bains.

À Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye-Plage, Anglet, Hossegor, Le Pyla ou Le Cap-Ferret… la vie balnéaire s’organise selon un rituel désormais immuable, du golf au casino, de la plage à l’hôtel ou à la maison de villégiature, chacun rivalisa d’élégance pour incarner la nouvelle société des loisirs. C’est cette ambiance particulière que ce numéro tout à fait exceptionnel du Festin, composé par l’historien de l’art Dominique Dussol, tente de restituer. Rompant avec la morosité ambiante de notre époque, laissons nous donc entraîner sans retenue dans la turbulence des Années folles.

L’Edito de Xavier Rosan

En tête: Publicité pour le rhum Negrita (Bardinet, Bordeaux) dans les années 1930, coll. part.

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Dominique Dussol “Arts en guerre”

Le 15 octobre dernier, Dominique Dussol, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a donné une conférence dans le cadre des manifestations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cette conférence intitulée “Arts en Guerre” est à présent mise en ligne et disponible sur Médiakiosque via ce lien.

Logo du centenaire 1914-1918

DDussol