Archives par mot-clé : archives

Journée d’étude “Réseaux”

Constitutions de corpus et méthodes d’analyse

UPPA, salle du Conseil de Lettres

Le 9 décembre 2021

Les réseaux. Constitutions de corpus et méthodes d’analyse
Programme:

9h30 : José Maria Imizcoz (Université du Pays basque) Étudier les réseaux dans l’Espagne des XVIIIe et XIXe siècles

10h30 : Quentin Maillard (UPPA/Item) Baptême et réseau chez les officiers de Navarre à Pau de 1571 à 1580

11h00 : Alvaro Adot (UPPA/Item) Les « très fidèles » fils illégitimes de la maison Albret-Foix dans la cour des rois de Navarre

11h 30 : Dénes Harai (UPPA/ITEM) Outils pour connaître les officiers dans la Hongrie et la Transylvanie des XVIe-XVIIe siècles: un panorama des publications (2001-2021)

Voir l’affiche

L’art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance

Château de Pau

Du 27 novembre 2021 au 27 février 2022

Dans la salle des Cent couverts qui accueillit la signature du rattachement de la Navarre à la France en 1620 sous le règne de Louis XIII, le Musée national et domaine du château de Pau présente une exposition qui fait la part belle aux archives et porte sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion.

Un voyage dans le temps qui détaille l’histoire du règne des Foix-Albret et la façon dont ceux-ci ont géré leur royaume avant et après 1512, date du repli de ces rois de Navarre sur leurs possessions souveraines au Nord des Pyrénées : l’actuelle Basse-Navarre et la vicomté de Béarn.

Une exposition sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion

Avec l’avènement de Catherine de Foix et Jean d’Albret au trône de Navarre en 1483-1484, un grand ensemble territorial transpyrénéen était en cours de constitution. Mais son développement s’est heurté aux intérêts divergents de ses deux grands voisins, la France et l’Espagne. En 1512, la monarchie espagnole prend possession de l’essentiel de la Navarre, ne laissant à ses maîtres légitimes qu’un mince lambeau de terre montagneuse au Nord de la ligne de crête.

Dès lors, de part et d’autre des Pyrénées, la réorganisation de ces territoires se poursuit selon des modèles différents, soumis à des influences contrastées. Tandis que la Haute-Navarre devient une vice-royauté espagnole, la Basse-Navarre constitue avec la vicomté souveraine de Béarn la nouvelle assise du pouvoir des Albret, préservant une certaine forme d’indépendance vis-à-vis de la couronne de France jusqu’en 1620. Au cours de cette période mouvementée, les souverains s’attachent à moderniser les structures et les pratiques administratives, dans l’esprit de la Renaissance.

Catherine de Foix et Jean d’Albret, puis Henri d’Albret et Marguerite d’Angoulême, leur fille Jeanne d’Albret, qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, enfin, à partir de 1572, Henri III de Navarre, le futur et fameux Henri IV de France, sous l’œil attentif des Valois, se montrent actifs dans le gouvernement de leurs états.

Une exposition qui fait la part belle aux archives

Cet effort a laissé des traces dans les arts, dont ces princes ont été de fins amateurs et de sûrs protecteurs, comme le montrent les portraits peints, médailles et sculptures réunis qui figurent dans l’exposition. Mais il s’exprime surtout à travers les archives de la «maison de Navarre», témoin de première main d’une telle dynamique. Les actes choisis (ils sont unevingtaine, dressés sur papier ou sur parchemin au XVIe siècle) offrent un éclairage direct sur la perte de la Navarre (1512), la mise en défense des possessions au nord des Pyrénées, la reconstruction des institutions, l’exercice du pouvoir en matière de justice, de finances, de religion et d’éducation. La présentation de ces documents originaux reflète une pratique de l’écrit dont il convient aujourd’hui de retrouver les clés, invitant à une réflexion tant patrimoniale que culturelle ou politique, à placer sous le signe de l’authenticité.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux des souverains de Navarre) soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (2016-2022) ; elle a été réalisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ANR AcRoNavarre et le Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

Infos pratiques

Adresse email
reservations.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Tarifs
7 € en plein tarif lorsque associée à la visite commentée du musée (sur réservation), gratuit pour la visite de l’exposition seule (sans réservation)

Horaires
tous les jours (sauf 25/12 et 1/1) de 9h30 à 11h45 et de 14h à 17h 2 options de visite • Château + exposition La présentation succincte de l’exposition fait suite au parcours de visite commentée des collections permanentes (sans supplément tarifaire), la visite en autonomie est ensuite possible. Réservation obligatoire d’un créneau de visite commentée sur chateau-pau.fr • Exposition seule L’exposition peut être visitée indépendamment. Sans réservation.

Site internet
https://chateau-pau.fr/agenda/evenement/lart-de-regner

Archives et politique

Journée d’étude “Archives et politique”

UPPA, Pau

Le 3 décembre 2021

Coordonnée par Laurent Jalabert, dans le cadre du Master HCP, la journée d’étude “Archives et politique” aura lieu le 03 décembre à l’amphithéâtre de la Présidence, sur le campus palois.

Le pouvoir entretient des liens particuliers avec ses archives, traces de ses actes, de sa gouvernance, de ses cultures politiques. Les archives constituent le socle, le support de la recherche historique. Depuis la loi Favier de 1979, l’accès aux archives publiques en France a été rendu plus facile pour les chercheurs, jusqu’aux récentes réformes de l’année 2021 qui viennent pour les documents classés « secret défense » remettre en cause une libéralité jusqu’alors croissante.

La journée d’étude du 3 décembre propose une réflexion sur la longue durée sur les liens entretenus par le pouvoir avec ses archives venant jusqu’aux débats contemporains (matinée) et au travers de trois exemples de recherches sensibles, parfois souhaitées par l’Etat lui-même, portera une réflexion sur l’apport des archives « secret-défense » pour la connaissance scientifique et la compréhension des sociétés contemporaines.

Voir le programme

La journée sera également accessible en ligne via le lien TEAMS suivant :

Cliquez ici pour participer à la réunion

Attention, la journée étant enregistrée, nous vous prions de déconnecter vos caméras si vous ne souhaitez pas apparaître sur la vidéo.

Contact : laurent.jalabert @ univ-pau.fr

POUR UNE HISTOIRE TRANSNATIONALE ET COMPARÉE DES INSTALLATIONS ET DES ESSAIS NUCLÉAIRES

Cycle de séminaire

Programme 2021-2022 : nouvelles archives, nouveaux
chantiers

Vendredi 8 octobre 2021
« La table-ronde de juillet 2021 et ses suites. Les enjeux de la déclassification des archives relatives au fait nucléaire (France métropolitaine et PF) »

Renaud Meltz, Professeur d’histoire contemporaine – IUF, Université de Haute-Alsace
Alexis Vrignon, Enseignant-chercheur en histoire contemporaine, Université de Pau et des Pays de
l’Adour / ITEM

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00 sur l’un des deux sites de l’INALCO.
Une diffusion ou une retransmission en ligne est prévue.
2 rue de Lille
75007 Paris
65 rue des Grands
Moulins 75013 Paris


Pour chaque séance, la salle, ainsi que les modalités de connexion sont indiquées à :
http://www.cresat.uha.fr/histoire-nucleaire-2021-2022

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial

Edité par Véronique Lamazou-Duplan

Avec la collaboration de Maria Lurdes Rosa, Eloísa Ramírez Vaquero, Tünde Mikes, Arsenio Dacosta et José Ramón Diaz de Durana

Collection de la Casa de Velázquez n° 185

ISBN 9788490963340

Madrid, 2021, XII-555 p.

Au Moyen Âge et aux temps modernes, les familles aristocratiques, nobles, mais aussi marchandes et paysannes, conservent et transmettent les documents utiles pour défendre leurs droits, administrer, construire leur domination et leur mémoire. Centré sur la péninsule Ibérique, ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien, ce livre étudie le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles, la genèse de ces archives familiales, leur histoire au fil des générations, leur statut et leur rôle : trésor, arsenal, mémorial.

Ce volume rassemble les textes de 46 historiens et archivistes qui ont noué un dialogue original et fécond. Ils proposent une réflexion sur les archives dites de famille, confrontant regards, recherches et expériences, sur un sujet inscrit à la croisée de champs scientifiques largement renouvelés : pratiques de l’écrit, histoire des archives (archivistique historique – Archival Science), de la parenté. Dans une péninsule Ibérique ouverte à la comparaison avec d’autres aires géographiques, toutes les dimensions des archives familiales sont interrogées : archives des familles royales – ou du royaume ? –, nobles, dans leur diversité, mais aussi marchandes et paysannes ; entre genèse et remaniements, fabrique des archives de la « famille », du lignage, de la Maison. Dépassant la classique césure entre Moyen Âge et modernité, la production, la conservation, la transmission et réorganisation des archives familiales, désormais sujets d’étude per se, sont saisies en mouvement, dans leur historicité et dans la transversalité sociale des pratiques.

L’auteur

Véronique Lamazou-Duplan est maître de conférences en Histoire du Moyen Âge à l’université de Pau et des Pays de l’Adour/ ITEM EA 3002. Ses recherches portent sur le monde urbain, la vie familiale, les pratiques de l’écrit aux XIVe et XVe siècles. Elle a dirigé les publications suivantes : Le cartulaire dit de Charles II roi de Navarre (2010, co-édition Principe de Viana-UPPA), Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus (2014, co-édition Somogy Editions d’art – UPPA), Écritures du pouvoir, coll. « Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle) », vol. 2 (2019, éditions Ausonius). La Casa de Velázquez lui a confié la coordination scientifique du programme ARCHIFAM (2013-2015) qui a conduit à la publication de ce volume sur Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial dont elle a été l’éditrice principale et coordinatrice.

Intérêt et originalité de l’ouvrage

Cet ouvrage présente une triple originalité.

La première est de rapprocher les regards et les travaux d’historiens et d’archivistes. Professionnels des archives et historiens spécialistes d’archivistique et plus largement des pratiques de l’écrit, nouent dans ce livre un dialogue fécond, dans le cadre de champs de recherche renouvelés et très dynamiques.

Ce livre centré sur la péninsule Ibérique (Portugal, domaines insulaires et marges pyrénéennes inclus) et ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien (France, Flandre, Italie…), propose, non pas une classique histoire des familles à partir des archives, mais étudie en soi le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles. Il révèle les liens complexes entre archives et familles lors de la genèse de ces fonds puis dans l’histoire de leur accroissement et de leur conservation, au fil des générations et des évolutions familiales. On mesure alors le statut et le rôle de ces archives familiales, à la fois trésor, arsenal, mémorial.

Ce faisant, troisième originalité, ce livre dépasse les périodisations classiques de l’histoire, en inscrivant sa démarche dans la longue durée, entre Moyen Âge et Modernité.

Ce livre, tant par la méthode suivie que par les résultats présentés, est donc un point d’étape important dans un champ renouvelé de la recherche et peut également servir de guide aux chercheurs.

Public concerné

Enseignants-chercheurs, étudiants, professionnels (professionnels des services d’archives, des bibliothèques, du patrimoine écrit…), grand public curieux d’histoire et fréquentant les archives, propriétaires d’archives privées…

Diffusion

Disponible à la vente sous forme papier auprès de la Casa de Velázquez et de nombreuses librairies.

Accessible via un lien vers la version en accès libre sur Open Edition Books, sur le site des éditions de la Casa de Velázquez

Chantier d’archives, archives en chantier. Surveiller les populations colonisées en métropole (XVIIIe-XXe siècle)

Jeudi 11 mars 2021

Journée-atelier de 9h30-17h30

Du fait des conditions sanitaires actuelles, la journée-atelier se déroulera à distance.
Inscription préalable gratuite mais obligatoire jusqu’au 9 mars 2021 à l’adresse : journeegrocan2020@gmail.com


Programme {Pdf-122Ko}

11h00 – 11H30 Intervention de Laurent Dornel (ITEM/UPPA)

“Des ébats sous surveillance ? La vie intime des travailleurs coloniaux en France pendant la Première Guerre mondiale”

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Parution : Le Livre noir de Salies (1517-1684)

Sous la direction de Jacques STAES, Benoît CURSENTE, Maurice ROMIEU et Jacques PONS

Publication intégrale annotée et commentée, éditée par la SSLA Pau Béarn

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Ne comptant pas moins de 347 actes, il est riche d’une ample moisson d’informations inédites dont 86 actes de réception de « voisins » et la vivante évocation de la vie fébrile, au quotidien, d’une communauté protestante au temps de Jeanne d’Albret, entre 1564 et 1569.

Un long et patient travail a été nécessaire pour établir et présenter le texte, dans son intégralité, de façon à rendre accessible au plus grand nombre un document aux allures d’ésotérique grimoire.

On trouvera donc :

– la transcription scientifique du texte intégral du manuscrit, avec analyse détaillée du contenu de chacun des actes,

– une présentation liminaire du document, de son contexte et de sa langue,

– un ensemble d’annexes comprenant des repères chronologiques, des cartes de situation, un glossaire complet, une présentation des monnaies utilisées dans les actes, un index thématique et la reproduction en fac-similé de la première édition imprimée du règlement de la Fontaine salée, avec sa traduction en français.

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Télécharger le bon de commande

 

Chantier d’Histoire

E2S UPPA Bourses d’innovation pédagogique 2017

E2S UPPA Fellowship for Innovation Teaching 2017

 

 Véronique Lamazou-Duplan (coord.)

(Identités, Territoires, Expressions, Mobilités – EA 3002 ITEM)

Sur le principe du chantier archéologique, Chantier d’Histoire est un atelier hors les murs qui intègre les étudiants à une équipe de recherche. L’immersion intensive d’une semaine en archives est préparée en amont puis suivie d’un travail d’exploitation des données scientifiques (rapports, base de données, préparation de l’édition, valorisation de la recherche). Encadrés par des enseignants et chercheurs de l’UPPA, par des professionnels des archives, 13 étudiants de 3e année de Licence d’Histoire (parcours Recherche et métiers de l’enseignement), 7 de Master 1 et 2 Histoire Civilisations Patrimoines et 2 Doctorants ont reçu une formation spécialisée et ont collaboré à un projet de recherche collectif adossé aux programmes et axes portés par le laboratoire ITEM EA 3002 : étudier la genèse, le contenu et les évolutions du chartrier (lieu et dépôt d’archives, de chartes) des comtes de Foix-Béarn-rois de Navarre, dont la majeure partie est conservée aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) et de l’Ariège (Foix).

La semaine d’immersion en archives s’est déroulée du lundi 26 février au vendredi  2 mars 2018. Elle a été précédée d’une formation en paléographie et archivistique tout au long du premier semestre, ainsi que d’une campagne de préparation et de numérisation des documents à exploiter.

Durant cette semaine intensive (30h de formation), accueillis aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau, puis dans les locaux de celles de l’Ariège à Foix, les étudiants ont bénéficié de cinq conférences spécialisées données par les archivistes, les enseignants et chercheurs : elles ont porté sur l’histoire des fonds, leur conservation, sur l’histoire et les enjeux des chartriers des comtes de Foix, des vicomtes de Béarn puis des rois de Navarre, les façons dont ils ont été constitués, remaniés du XIVe siècle au XVIIIe siècle, dont on peut les interroger aujourd’hui, en particulier à partir d’une rare et belle série d’inventaires anciens (XVe-XVIIIe siècles).

Les étudiants ont travaillé en binômes, chacun prenant en charge un dossier thématique ou un lot de documents. Sous la houlette constante des formateurs, ils ont approfondi leurs compétences en paléographie, se sont initiés à une démarche de recherche au contact des originaux (pour certains sortis à titre exceptionnel), tout en travaillant sur les documents numérisés. Les séances de travail ont été agrémentées par la visite des dépôts d’archives à Pau et à Foix (les coulisses !) et donc par la découverte des métiers des archives et du patrimoine écrit. Une visite conférence du château comtal a clôturé le séjour à Foix : l’équipe a ainsi pu voir les lieux où certaines archives, étudiées par le projet, avaient d’abord été bien gardées du XVe au XVIIIe siècle parmi les autres Trésors des comtes des Foix. Les liens plus informels tissés tout au long de cette semaine, et en particulier lors du séjour fuxéen (cohabitation et repas en commun entre étudiants et formateurs), ont participé à la réussite de ce projet collectif.

Depuis, chaque binôme a rendu les matériaux récoltés (transcriptions, tableaux, données, premières pistes…). En mars et avril 2018, quatre étudiants de M2 HCP ont été accueillis en stage au laboratoire ITEM EA 3002 : ils ont vérifié des transcriptions, configuré des données, établi des cartes (préparation éditoriale) ; ils ont participé à une première exploitation et valorisation de la recherche : rédaction du rapport scientifique, conception d’un poster scientifique (en français, anglais et espagnol). Un court reportage (en partenariat avec ARTICE) donnera bientôt quelques aperçus de cette expérience. À l’automne prochain, une partie de ces résultats sera publiée dans la Revue de Pau et du Béarn (S.S.L.A. de Pau et du Béarn, affiliée au CTHS). À terme, les matériaux progressivement récoltés seront mis à disposition des chercheurs sous forme d’édition numérique.

 

Équipe de formateurs :

UPPA / EA 3002 ITEM (encadrement et en appui aux stages labo) : V. Lamazou-Duplan, MC en Histoire du Moyen Âge (responsable du projet), Ph. Chareyre, PR Histoire Moderne, D. Bidot-Germa, MC en Histoire du Moyen Âge, A. Adot, contractuel ANR AcroNavarre ; T. Van de Weghe, IGE Statistiques – Bases de données, M. Le Couédic, IGR, SIG – Archéologie, J. Saucès, IGE, aide à la rédaction et à la documentation scientifique.

 

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) : Jacques Pons (Directeur, diplômé de l’École nationale des Chartes), Mathilde Faure, Carine Freyssinet, Caroline Deleu, Georges-André Banguio-Mendibil.

 

Archives départementales de l’Ariège (Foix) : Claudine Pailhès (Directrice jusqu’au 1er déc 2017, diplômée de l’École nationale des Chartes), Marigeorges Allabert (Directrice, diplômée de l’École nationale des Chartes), Martine Portet.

 

 

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique
Éditions électroniques d’actes royaux et princiers

 

Vendredi 16 mars 2018 de 09h00 à 18h00
École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Delisle)

Le projet de recherche Acronavarre, sélectionné par l’Agence nationale de la recherche, réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra). Il ambitionne de recenser et d’éditer numériquement les quelque
7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Il s’inscrit dans une longue tradition d’éditions de corpus d’actes royaux et princiers du Moyen Âge. La validité de ces corpus fait l’objet d’un engouement renouvelé, tant en raison d’un
retour aux sources de la part des historiens que du développement des outils numériques. Ces derniers ont bénéficié des corpus existants pour tester des méthodes et des techniques. En
retour, les potentialités des nouveaux outils (web sémantique, interopérabilité) obligent à concevoir autrement la constitution de ces corpus. Comment les historiens des époques médiévale
et moderne s’en saisissent-ils (s’ils s’en saisissent) ? Quelles sont leurs attentes ? Leurs espoirs ? Leurs déceptions ? Ces nouveaux territoires de la connaissance historique seront au cœur du séminaire du 16 mars 2018.

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

 

PROGRAMME

9 h Accueil des participants
9 h 15 Introduction et présentation
par Philippe Chareyre | Université de Pau et des Pays de l’Adour et Olivier Poncet | École nationale des chartes – Université PSL

 

1. Éditer des corpus : expériences et expérimentations
Modérateur : Laurent Morelle | École pratique des hautes études – Université PSL

9 h 30 The Henry III Fine Rolls Project
par David Carpenter | King’s College London et Paul Dryburgh | The National Archives
10 h 15 Pour une nouvelle appréciation des index : des projets innovants sur une base traditionnelle, autour des Regesta Imperii
par Gerhard Lubich | Ruhr-Universität Bochum
11 h 10 “A murky ocean of papers…” : Digitizing the Medici Archive (1370s-1743)
par Antonio Assonitis | Medici Archive Project, Florence
11 h 50 Éditions ou données ? API et (re)publications
par Vincent Jolivet | École nationale des chartes – Université PSL

 

2. Explorer des corpus : attentes et réalisations
Modérateur : Jean-Baptiste Camps | École nationale des chartes – Université PSL

14 h La paléographie et la diplomatique numériques pour l’exploitation de corpus de chartes : l’exemple de “Models of Authority”
par Peter Stokes | École pratique des hautes études – Université PSL
14 h 40 L’apport des éditions électroniques à l’étude diplomatique : l’exemple d’une recherche sur l’influence des chancelleries royales
par Els De Paermenter | Universiteit Gent
15 h 20 Vie et mort des formules : l’analyse des clauses (XIIIe-XVe siècle)
par Olivier Guyotjeannin | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 15 Quantifier la tradition des actes : l’activité de la chancellerie des derniers Capétiens à l’aune du catalogue de leurs actes
par Olivier Canteaut | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 55 Digitizing charter images : benefits and pitfalls
par Georg Vogeler | Universität Graz
17 h 35 Discussion finale

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme

Les alter egos des souverains

Vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance

Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA.

Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT.

Présentation

Les souverains de la période médiévale et de la Renaissance sont amenés à de fréquents déplacements pour défendre par la diplomatie ou les armes leurs possessions et pour s’assurer de leur fidélité. Dans un temps où les déplacements sont longs et aléatoires, pour assurer la permanence du gouvernement de leurs États et la défense de leurs intérêts ils sont amenés à désigner des représentants de confiance pouvant les représenter en toute confiance, des alter ego dont le titre peut varier, vice-roi, lieutenant-général, selon les pratiques locales et les circonstances. Dans certains cas, en raison d’un trop grand éloignement prolongé ou de l’exercice de multiples souverainetés, cette fonction peut même devenir pérenne. D’où les spécificités du choix de ces représentants de la personne même du souverain, dont l’origine et l’autorité ne peuvent être que distinctes de celles des officiers des chancelleries et des conseils sur lesquels ils ont autorité. À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ? Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil 9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause 11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause 15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

Télécharger la présentation et le programme

Nouvelle Aquitaine / Amérique du Nord francophone

Patrimoines documentaires communs et analyses des cultures en mouvement : Nouvelle Aquitaine, Amérique du Nord francophone

16-19 novembre 2016

map-illustration_affiche_applatie

Adresse : Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers , Bâtiment A5 – 5, rue Théodore LEFEBVRE – TSA 21103 86073 POITIERS Cedex 9A5 – 5
Organisé par les laboratoires Mimmoc, (administrateur du colloque) et Criham, université de Poitiers en collaboration avec le Crhia, université de La Rochelle.
Avec le soutien financier de : la Région Nouvelle Aquitaine, l’Université de Poitiers, Grand Poitiers, l’Institut des Amériques, l’Association française d’études canadiennes,

En partenariat avec :
• la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, université de Poitiers,
• l’Espace Mendès France
• les Services communs de documentation des universités de Poitiers, La Rochelle et Limoges,
• la Chaire de recherche, Comue Léonard de Vinci, sur le Canada,
• l’Institut d’études acadiennes et québécoises, université de Poitiers,
• l’Ethnopôle InOc-Aquitaine
et au plan international :
• l’Institut d’études acadiennes de l’université de Moncton, Canada
• la chaire de recherche du Canada sur les migrations, les transferts et les communautés francophones, Université Saint-Boniface
• la chaire de recherche en études acadiennes et transnationales et la Chaire de recherche en études acadiennes et francophones de l’université Sainte-Anne, Canada
• le Centre franco-ontarien de folklore, Université de Sudbury, Canada
• le Centre d’études franco-terreneuviennes, Munfla, Memorial university of Newfoundland, Canada
• les Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval, Québec, Canada
• le Beaton Institute, Cape Breton University
• le “Louisiana Research Collection”, Tulane University, Louisiane
• le Centre d’études louisianaises, Université de Louisiane à Lafayette
avec le soutien de :
• le CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), CNRS, Université de Nanterre

Dans le contexte du développement des humanités numériques, on constate un renouveau des études scientifiques à partir de fonds documentaires spécifiques et de fonds d’archives écrites, sonores et visuelles, de corpus linguistiques, de collections. Cette dynamique, qui se situe souvent dans un cadre régional, s’appuie sur des techniques de numérisation de plus en plus avancées, sur des méthodes de valorisation qui rejoignent des domaines d’application dans les secteurs de la patrimonialisation, du tourisme, de la création artistique et de la participation des populations locales par la mise en place de plateformes collaboratives. L’intérêt de ce renouveau porte également sur le croisement, la réactivation et l’actualisation de connaissances en termes d’environnement, de climat, entre autres.
Dans le contexte de la francophonie internationale et des liens spécifiques développés entre la France et l’Amérique du Nord, l’étude des transferts culturels à partir de bases de données systématisées permet par ailleurs des éclairages inédits sur le fonctionnement des cultures en mouvement, notamment en contexte diasporique.
Ce colloque s’articulera sur deux volets d’activités scientifiques très complémentaires : d’une part la présentation de collections de fonds patrimoniaux et de leurs modes et politiques de valorisation (notamment en ce qui concerne les projets numériques collaboratifs et la mise en place de base de données numériques communes interopérables) ; d’autre part les analyses scientifiques menées à partir de ces fonds et qui visent à redonner une dynamique de valorisation à des ensembles patrimoniaux avec des applications au plan régional (en termes de développement local et de valorisation culturelle) ainsi que sur le plan de la compréhension interculturelle en contexte de francophonie internationale et de mondialisation.

A noter, interventions de :
  • Patricia HEINIGER-CASTERET, MCF Anthropologie, UPPA-Laboratoire ITEM, Mathilde LAMOTHE, doctorante en ethnologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (France) / Université Laval (Québec), « Du canot à glace sur le fleuve du Saint-Laurent au parapluie de berger des Pyrénées : les projets d’inventaires (du patrimoine culturel) immatériels et virtuels en Aquitaine et au Québec »
  • Jean-Jacques CASTÉRET, directeur PhD. de l’ethnopôle Institut Occitan Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM (EA 3002) de l’UPPA, « Recherche à facette & Web sémantique : restituer les systèmes culturels à l’ère du Web 3.0 »
À télécharger

Réseaux épistolaires et pouvoirs

Journée d’étude interdisciplinaire
Salle Chadefaud – ICL
Vendredi  4 novembre 2016
De 9h à 17h
journee-detude_hcp_4-novembre-2016
Programme :
9h 00 : Présentation de la journée d’étude
9h 15- 10h 30 : Jonathan REID, (Université  d’East Carolina, USA),
Le réseau évangélique de Marguerite de Navarre
10h 30 – 10h45 : pause
10h45 – 11h30 : Philippe CHAREYRE, (ITEM-UPPA)
La correspondance de  Jeanne d’Albret
11h 30 – 12h : Discussion
14h 00 – 15h : Marie-Hélène GRINTCHENKO, (Collège des Bernardins, Paris),
 La correspondance de Catherine de Bourbon
15h 00 – 16h : José Maria IMIZCOZ, (Université du Pays Basque)
La correspondance épistolaire, une source pour l’analyse de réseaux
16h 00 – 17h: discussion de l’après-midi  et débat général