Archives par mot-clé : archive

Chantier d’histoire, Projet E2S- UPPA

Projet lauréat E2S- UPPA Innovation pédagogique 2017

 

Présentation du projet

Sur le principe des chantiers archéologiques, qui font participer des étudiants à la vie d’une équipe de recherche, le chantier d’histoire est un stage en immersion en archives d’une huitaine de jours. Les objectifs principaux attendus étaient:

–          une formation en paléographie de l’époque médiévale au XIXe siècle

–          la formation par la pratique à la confection de bases de données, à la mise en application des SIG

–          un travail collectif de dépouillement qui s’intègre à une recherche pluridisciplinaire alliant le travail des textes, une pratique du terrain, des visites de sites ou de fonds remarquables

–          Initiation aux humanités numériques

Ce mode de formation par la recherche, expérimenté ici dès la Licence et en lien avec le Master, est un projet lauréat E2S- UPPA Innovation pédagogique 2017.

 

Public visé

 L3 Licence Histoire / M1 et M2 de deux Master (HCP et Patrimoine et Musée)

Cette formation immersive a été proposée aux étudiants de L3 inscrits à l’Atelier de l’historien (L3 Parcours Enseignement et Recherche, aux étudiants de M1 et M2 du Master HCP, parcours Histoire-Anthropologie, sur la base du volontariat (en fonction de leur sujet), aux étudiants de M1 et M2 Master Patrimoine et Musée, sur la base du volontariat (en fonction de leur projet).

 

Cadre pratique

Le stage est organisé et encadré par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du département d’Histoire, du laboratoire ITEM, en collaboration avec des fonds d’archives et des collectivités, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège. Celles-ci ont accueilli matériellement les stagiaires du 26 février au 2 mars 2018.

L’un des intérêts majeurs du chantier d’histoire a donc été de faire découvrir ce qu’est la recherche en L3, de former par la recherche en L3 et en Master (ici une recherche collective, active, intensive, pratique et encadrée).

D’autre part, alors que la nouvelle organisation de l’établissement vise à séparer administrativement les niveaux undergraduate et graduate, ce projet vise à établir des passerelles, par un projet pédagogique et innovant, pour permettre la cohésion disciplinaire et humaine, en rapprochant les étudiants de 3e année de Licence, souhaitant se tourner vers la recherche, des étudiants de Master déjà engagés dans cette voie, ou engagés dans la formation aux métiers du patrimoine. Au-delà du côtoiement, les étudiants ont appris à travailler sur un projet en équipe, au contact de professionnels.

 

Valorisation, médiation

  • Lettre de l’Upp@, n° 133, 2 mai 2018, Texte rédigé par V. Lamazou-Duplan en collaboration avec deux étudiantes de M2 HCP (L. Cabaret et C. Gigault, en stage labo, mars et avril 2018). Commande : un texte grand public et pour la communauté universitaire non spécialiste.
  • Vidéo réalisée par ARTICE. Captation de quelques moments de la semaine immersive aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège : l’équipe au travail, entretiens avec des étudiants et des archivistes formateurs.

– Lien YouTube https://youtu.be/X_s7zXF-aog (chaîne UPPA)

– Lien Mediakiosque : https://mediakiosque.univ-pau.fr/video/5433-chantier-dhistoire/

La vidéo sera également déposée sur la chaîne E2S-UPPA sur YouTube.

  • Galerie photos de la semaine immersive en archives (Pau et Foix). Sera prochainement disponible sur le site ITEM.

Valorisation scientifique

  • Numérisation d’archives par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa, par les étudiants participants
  • Réalisation d’un poster scientifique trilingue (français, anglais, espagnol) réalisé par un étudiant M2 HCP (J.C de Barutell, stage labo (mars 2018). Sera prochainement imprimé et également disponible sur le site ITEM.
  •  Rapport scientifique rédigé par les étudiants, relu par les formateurs. Prochainement disponible sur le site ITEM.
  •  Travail et résultats des binômes étudiants : dossiers scientifiques, transcriptions, bases de données, cartographie… Relectures et corrections des transcriptions par les formateurs et les étudiants de M2 en stage labo (L. Cabaret, JC de Barutell, C. Gigault, L. Lefort, mars-avril 2018). Ces matériaux feront l’objet à terme d’une édition numérique (base de données documentaire, édition en ligne) destinée à la communauté scientifique.
  •   Publication scientifique à venir, dans une revue liée au CTHS, automne 2018.

 

Le projet, validé, est porté par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge. Tel. (secrétariat du département Histoire, Licence) : 05 59 40 73 14

Par delà les « archives essentielles »

Chers collègues,

 
Les fuites sur les textes soumis par le Ministère de la Culture aux organisations syndicales concernant la partie archives ont ému nombre d’entre vous. Les courriers se partagent entre propositions pour relayer l’information, demandes légitimes d’informations supplémentaires, interrogations sur comment en est-on arrivé à cette situation et à ces projets, et propositions d’engagement, enfin demandes d’actions.
 
La phase information est indispensable. Je vais essayer d’y contribuer dans le texte ci-dessous, en permettant in fine à chacun de consulter les textes de référence. 
 
L’information ne sera pas suffisante néanmoins. Dans un premier temps des éclaircissements vont être demandés au ministre, à travers une demande de rendez-vous d’une délégation. Il faut aussi discuter avec les archivistes, autre corporation concernée au premier chef. L’expérience de l’association « Pour une Cité de Archives » où un combat commun à été mené ne doit pas être oubliée. 
 
Ensuite, il faudra probablement lancer une pétition, voire organiser une réunion publique. Vous trouverez dans le texte ci-dessous des propositions de revendications communes. Contre les injonctions au silence du ministère, les échanges sont nécessaires

 

Gilles Morin
12, rue André Theuriet, bt B1, 92340, Bourg-la-Reine

Pour éviter une crise patrimoniale : les dangers d’une gestion à court terme des Archives nationales et départementales


 

Le projet du ministère de la culture, intitulé « Cap 2022 », soumis aux syndicats contient une série de propositions qui dessinent l’avenir des Archives Nationales, mais aussi départementales. L’une d’entre elles a légitimement inquiété nombre d’historiens sur l’avenir de la recherche : l’État limiterait désormais la collecte aux « Archives essentielles pour les générations futures ». Ce choix s’appuie sur une réflexion scientifique fondée sur le modèle canadien – d’ailleurs discutable (rapport de Christine Nougaret). Son adoption dans l’urgence et sans concertation répond à une nouvelle impasse née de la saturation rapide du site de Pierrefitte-sur-Seine.

C’est pourquoi d’autres mesures radicales devraient être mises en œuvre : des documents déjà archivés sont d’ores réévalués et pilonnés (par exemple le dépôt légal des éditeurs). Des « réévaluations en stock de 15 Km d’archives » sont annoncées. D’autres documents, qui n’ont jamais été produits sous format numérique, ne seraient sauvegardés que sous cette forme ; les originaux étant également éliminés pour limiter les frais de gestion. Ces propositions sont intolérables en elles-mêmes. Qui définit ce qui doit être éliminé, ce qui doit être éliminé, et selon quels critères ? C’est un plan technocratique qui ne se situe que dans l’objectif de la réduction des coûts. Un débat scientifique et démocratique serait nécessaire, mais ici tout est fait pour dissimuler les questions qui gênent et tout  gérer en interne. Des responsables et personnels sélectionnés décident de tous les choix seuls – même en dehors de leurs collègues. Vont-ils décider de la recherche du futur, détruire des fonds sans contrôle externes avec un objectif premier fort peu scientifique : limiter les métrages linéaires ?

Ces propositions constituent un exemple de gestion à court terme qui peut préparer une catastrophe à venir plus grande. De récentes fermetures non programmées de la salle de consultation révèlent aussi une situation immédiate non contrôlée, une gestion sans boussole qui rappelle les pires heures des Archives nationales à l’orée de ce siècle.

Comment en est-on arrivé à cette situation critique, moins de quatre ans après l’ouverture du site de Pierrefitte-sur-Seine ? Créé à la suite d’une mobilisation exemplaire d’archivistes et d’historiens réunis dans l’association « Une cité pour les Archives nationales » ce centre a fonctionné durant trois années à la satisfaction quasi-générale, avec une augmentation lente mais régulière de sa fréquentation. Le nouveau site était prévu, rappelons-le, pour répondre aux besoins durant un quart de siècle. Il dispose, de plus, d’une réserve foncière permettant de construire un deuxième bâtiment de stockage.

Trois raisons principales expliquent l’impasse actuelle.

Pour faire accepter le projet de Pierrefitte, coûteux, il a été sous-dimensionné : alors qu’une partie des locaux n’ont pas été aménagés, le stock d’archives en attente dans les missions des archives des ministères a été grandement sous-estimé.

Les réformes administratives décidées par Nicolas Sarkozy, comme la RGPP, ou la suppression des Renseignements généraux et de nombreux tribunaux, ont été suivis de versements massifs à Paris comme en régions.

Préoccupante à terme, la situation est devenue ingérable avec la fermeture du site sinistré de Fontainebleau, dont les archives doivent être transférées à Pierrefitte dans l’urgence. Elles vont occuper pratiquement toute la place de réserve dont dispose Pierrefitte, à condition que la partie vide soit aménagée.

Cette situation était connue, et deux rapports officiels – de la Cour des comptes (novembre 2016) et de la commission des Finances du Sénat (février 2017) – ont affirmé la nécessité d’aménager la zone vide de Pierrefitte, et d’entamer sans attendre la construction du nouveau bâtiment. Seul le premier point semble acquis. Faute de voir programmer la construction du deuxième bâtiment, la direction des Archives de France cherche à gagner du temps et propose les solutions évoquées, attendant le « miracle » futur des archives numériques. Les services d’Hervé Lemoine ont donné depuis plusieurs années aux missions ministérielles des instructions chiffrées, afin de limiter les nouvelles entrées à 5 km linéaires d’archives par an. Avec, en priorité, les papiers présidentiels, ministériels et ceux des cabinets. Quels autres fonds sont conservés ? Il n’est pas possible de le savoir. Quelle part, par exemple, des archives policières, si précieuses à nombre d’historiens, est-elle conservée ? Les documents administratifs nécessaires à l’établissement des droits des personnes seront-ils sacrifiés ? On sait qu’il a été envisagé un temps de détruire les dossiers de naturalisation qui, effectivement, occupent un kilométrage considérable. On aimerait être sûr que les Archives ont totalement renoncé à cette ineptie.

Maurice Vaïsse observe avec raison :

« En soi, la destruction d’archives ne m’apparait pas comme condamnable. Chacun de nous sait qu’on ne peut tout garder. Le principe de destruction est admis ; et il existe même un plan de destruction très organisé.

Le tout est de s’entendre sur ce que l’on appelle « archives essentielles ». Et c’est là qu’en partisan inconditionnel de l’entente la plus étroite entre archivistes et historiens, j’estime que les décisions de destruction devraient être prises, non pas par les seuls archivistes et dans le secret des Compactus, mais en concertation ».

 

Résumons. Historiens, chercheurs et archivistes devraient pouvoir s’entendre pour demander :

–           L’engagement de la construction de l’annexe de Pierrefitte pour éviter une catastrophe patrimoniale dans moins de cinq ans. Avec le temps des études préalables, ce sera déjà extrêmement juste,

–           Un état de la situation actuelle et des besoins à venir (à moyen et long terme) des Archives nationales, mais aussi des archives départementales. Plusieurs d’entre elles sont obligées désormais de fermer un ou plusieurs jours par semaine, sans réaction, semble-t-il, des Archives de France, chargées de coordonner le réseau,

–           La création d’une instance collégiale des choix, comprenant des historiens en nombre suffisant, avant les décisions définitives d’élimination. Les modalités de la désignation de ceux-ci devraient être transparentes.

–           La transparence dans les décisions prises d’élimination ; clarifier, dans la concertation, ce qui est entendu par archives essentielles

–           La prise en charge de la question du personnel. En supprimant notamment, comme le proposait la Cour des Comptes, les écarts de primes avec les autres secteurs du ministère, qui conduisent régulièrement à des mutations internes. Et en cessant de gérer la pénurie par l’emploi de vacataires dont le recrutement ne suit pas les besoins réels. Cette absence de gestion a conduit depuis le printemps dernier à limiter les communications de documents et à décréter quasiment du jour au lendemain des fermetures de plusieurs jours. Les nombreux départs à la retraite à venir et les mutations déjà décidées ne pourront que renouveler ces dérives d’un service public mal en en péril.

 

Liens de référence (à coller dans la barre supérieure de votre navigateur) :

  • Article du Mondedu 14 novembre 2017

http://www.lemonde.fr/culture/article/2017/11/14/les-pistes-de-reformes-envisagees-pour-la-culture_5214495_3246.html

  • Communiqués par la CFDT-Archives

[1] https://wp.me/p8C2qJ-G7

[2] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171103_Contribution_MInistereCulture_CAP2022.pdf

[3] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171114_-AP22_CTAC_CHSCTAC_CTM_2017.pdf

[4] https://wp.me/p8C2qJ-EX

[5] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171114_CFDTCULTURE_CAP22_DepecageMinistereCulture.pdf

  • Rapport de Christine Nougaret à la ministre de la Culture : « Une stratégie nationale pour la collecte et l’accès aux archives publiques à l’ère numérique »

https://francearchives.fr/article/28204701

  • Rapport de la Cour des comptes sur les Archives

http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/finances/Auditions/Les_archives_nationales_-_CF_Senat.pdf

  • Rapport du Sénat sur les Archives :

https://www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-358-notice.html

  • Audition au Sénat du 1er février 2017 :

http://videos.senat.fr/video.312543_588fcb376a3f2.archives-nationales—audition-pour-suite-a-donner-a-enquete-cour-des-comptesL’ensemble de l’audition est bien sûr intéressante. Le passage sur nos pratiques est à partir de 12’29.


Raphaëlle Branche vient de lancer notre pétition sur les archives.
Merci de la signer!

http://chn.ge/2zVYTeJ

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Atlas historique de Pau

Ce mois d’octobre 2017 paraît l’Atlas historique de Pau, fruit du travail inédit d’une quinzaine de chercheurs issus de divers horizons (Inventaire général du patrimoine, Université, Archives communautaires Pau Béarn Pyrénées, archéologie, etc).
Cet ouvrage, deuxième d’une série de cinq à paraître en Nouvelle Aquitaine, invite à mieux comprendre et faire comprendre le développement de la ville de Pau. La démarche scientifique, l’iconographie exceptionnelle et la cartographie basée sur une analyse fine du cadastre napoléonien montrent Pau et le Béarn sous un jour résolument nouveau.

Parution aux Editions Ausonius

Mardi 17 octobre 2017 à 18h à l’Usine des tramways.

Un atlas, une démarche, des connaissances
Les coordinateurs de cette publication des éditions Ausonius (collection Atlas historique des villes de France), Dominique Bidot-Germa, Cécile Devos et Christine Juliat, vous invitent à découvrir le contenu de cet atlas, précieux pour mieux appréhender l’histoire, le développement de la ville et ses arcanes, des origines à nos jours..

Gratuit sur inscription au 05 59 98 78 23 ou mission.vah@ville-pau.fr

Archives d’écrivain, archives de créateurs, 12 décembre 2016

TABLE RONDE
« Archives d’écrivain, archives de créateurs »
Usine des Tramways, Pau

12 décembre 2016, 14H30 – 16H30

Archives d’écrivain, archives de créateurs, Pau, 12 décembre 2016

Modératrice Dolores Thion

Avec la participation de :
• Nathalie Martin
Les archives de l’Usine de Tramways
• Pierre Peyré
A propos des documents personnels sur la vie de Joseph Peyré en Espagne
• Natalia Vara
El archivo de Pedro Salinas: las huellas de la escritura
• Eneko Lorente
Archivo vivo e investigación performativa. De la tinta al cuerpo

RÉUNION DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE
16H45 – 18H30
SÉMINAIRE INTERNATIONAL

Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn

Conférence « Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn »

Pau – Amphithéâtre de la présidence

 affiche-conf-les-enfants-de-massu-28-nov-2016-pau

 

Le laboratoire de recherche ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) propose la conférence Les enfants de Madame Massu. D’Alger au Béarn, le lundi 28 novembre 2016, à 17h30, à l’amphithéâtre de la présidence, par Yves DENECHERE, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, CNRS UMR CERHIO.

L’association Jeunesse a été fondée à Alger en 1957 par Suzanne Massu, épouse du général Massu. Le but était de recueillir des enfants musulmans isolés et de leur apporter une éducation et une formation assurant leur avenir.

Dans le contexte délicat de la fin de la guerre d’Algérie, l’association s’est transplantée en Béarn (Moumour, Montaut, Gelos) où elle a poursuivi son œuvre en s’occupant aussi d’enfants de harkis.

Dans les années 1960 et 1970, les adolescents ont grandi, ont appris des métiers, se sont insérés dans la vie active et ont fondé des familles.

Un certain nombre d’entre eux sont demeurés dans la région où ils entretiennent encore une mémoire des « enfants de Madame Massu » comme ils aiment s’appeler.

La conférence présentera un travail de recherche mené depuis deux ans à partir d’archives inédites et de témoignages.

Outre son insertion dans le programme Des guerres et des enfants, cette initiative débute un programme de travail sur la guerre d’Algérie, élaboré sur la base d’un partenariat développé entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire ITEM), le service départemental de l’ONAC-VG et les associations volontaires d’anciens combattants, d’enfants de harkis et de mémoire spécifiquement liées à la guerre d’Algérie.