Archives par mot-clé : architecture

Journée d’étude “Voyages aux Pyrénées. Récits et représentations”

Dans le cadre du programme euro-région Nouvelle-Aquitaine/Aragon PATMOS, Viviane Delpech (ITEM-UPPA) coordonnera le 26 janvier 2024 une journée d’étude internationale intitulée “Voyages aux Pyrénées. Récits et représentations”.

Elle aura lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la journée à distance, via un lien Teams : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

PRÉSENTATION


Ce projet associant l’Université de Saragosse et l’Université de Pau et  des Pays de l’Adour s’intéresse aux interconnexions et aux échanges culturels entre les régions de Nouvelle-Aquitaine et d’Aragon.
À l’appui de recherches sur les arts, l’histoire, l’architecture et les paysages, le projet vise à mettre en évidence la valeur culturelle et  patrimoniale du territoire pyrénéen en tant qu’entité culturelle à part entière avec sa cohérence interne et ses spécificités. 
Entre autres manifestations et publications réalisées dans le cadre du programme PATMOS, cette journée d’étude interroge les modes de représentations intellectuelles et visuelles de cet espace montagnard transfrontalier à travers le temps long (du Moyen-Âge au début du XXe siècle) et selon une approche multidisciplinaire (histoire, histoire de l’art, géographie).

PROGRAMME

9h45 Accueil et introduction

Session 1 : Regards sur une montagne incarnée 

10h  Véronique Lamazou-Duplan (UPPA – UR 3002 ITEM)
Jean Froissart : Voyage en Béarn… et aux Pyrénées ?

10h30 Pause

10h45 Dénes Harai (UPPA – UR 3002 ITEM)
Les Pyrénées dans l’écriture de l’enfance d’Henri IV

11h15 Jean-Yves Puyo (UPPA – UMR TREE)
La géographie militaire française et la découverte de l’altérité pyrénéenne (1750-1850)

11h45 Discussion

12h Déjeuner

Session 2 : Les Pyrénées, source d’inspiration pour les voyageurs


14h Viviane Delpech (UPPA – UR 3002 ITEM)
L’exotisme par l’habillement : costumes basques vus par les voyageurs du XVIe au XIXe siècle

14h30 Juan Ignacio Bernués Sanz (Universidad de Zaragoza – OAAEP)
El Alto-Aragón en la pintura francesa (1820-1920)

15h Pause

15h15 Guillermo Juberías Gracia (Universitat de València)
Ansó, une ville de l’Espagne noire ? Images artistiques et récits littéraires entre réalisme et symbolisme

15h45 Projection du film Sauvatge (2021), réalisé par Antoine Frioux, écrit par Benjamin Hourticq, produit par Ivresse Films et Scott Sports, avec Pierre Hourticq, Helias Millerioux et Victor De Le Rue (33 min)

16h30 Discussion et conclusion générale

Contact : viviane.delpech@univ-pau.fr

Exposition “Pau-Rêves d’architectes”

Fruit d’un projet pédagogique mené en collaboration avec la mission Ville d’art et d’histoire de la ville de Pau, l’ exposition Pau – Rêves d’architectes, conçue et réalisée par les étudiants de seconde année du master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, se tiendra dans le grand atrium de la médiathèque André Labarrère, du 1er au 31 décembre 2023.

Cette exposition met à l’honneur un corpus, encore méconnu, de 20 projets architecturaux non réalisés. Places publiques, promenoirs, casinos, piscines, plages artificielles… Laissez-vous guider dans un étonnant voyage dans le temps, entre histoire et imagination, à la découverte d’idées et de plans qui, bien qu’ils n’aient pu être concrétisés, ont fait avancer la réflexion sur le développement urbanistique et architectural de la ville.

Conception et coordination

Les étudiants de seconde année du master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Benoît Manauté et Cécile Tison – Tuteurs du projet
Patricia Heiniger-Casteret et Christel Venzal – Codirectrices du master Patrimoine et musées

Adresse
Médiathèque Intercommunale André-Labarrère, Place Marguerite Laborde, Pau, France

Date
Du vendredi 01 décembre 2023
au dimanche 31 décembre 2023

Téléphone
0547051000

Tarifs
Gratuit

Horaires
Lundi et jeudi 14h-18h

Mardi et mercredi 10h à 18h

Vendredi et samedi 10h à 18h

Dimanche de 10h à 13h

Eaux Futures. Une ville dans un village

Journée d’étude. Casino des Eaux-Bonnes

Du 23 septembre 2023 au 24 septembre 2023

Dans le cadre du programme POPSU Eaux-Bonnes (2023-2026) porté par le laboratoire ITEM de l’UPPA en partenariat avec la commune des Eaux-Bonnes et le Pavillon de l’architecture de Pau, nous avons le plaisir de vous convier au lancement officiel de ce programme et au week-end prospectif qui se tiendra aux Eaux-Bonnes samedi 23 et dimanche 24 septembre 2023.

Utopie thermale du XIXe siècle, la station des Eaux-Bonnes offre une urbanité inattendue au coeur des montagnes par la monumentalité de son architecture héritée de l’époque faste des séjours de l’Impératrice Eugénie, aujourd’hui en grande partie vacante et laissée sous une forme de déshérence. Depuis la fermeture de la bulle thermoludique en 2017, elle semble suspendue en attente d’un devenir, dont il s’agira d’imaginer collectivement des pistes possibles à travers deux journées prospectives ouvertes à tous, proposant des ateliers, conférences et animations de toutes disciplines assurés par des historiens de l’art, architectes, hydrogéologues, philosophes, marbriers, sculpteurs, designers et artistes. Un week-end pour commencer à repenser la valorisation des lieux ayant fait le prestige de cette station thermale et qui sera suivi par d’autres actions menées dans le cadre du programme POPSU Eaux-Bonnes.

Contact

Viviane Delpech    viviane.delpech @ univ-pau.fr

Journée d’étude Relire l’histoire des Pyrénées

“Relire l’histoire des Pyrénées. Nouveaux objets, nouvelles recherches”

Journée d’étude organisée dans le cadre du Master HCP, coordonnée par Laurent Jalabert (ITEM/UPPA)

17 mars 2023

 

Journée hybride, accessible en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ICL- Salle Chadefaud) ou en visioconférence : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Soutenance de thèse – Thierry CASSOU

Le 8 décembre 2022 – 14h00

M. Thierry Cassou soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, sous la direction de Laurent Jalabert

La métamorphose et les pratiques urbaines à Pau : la fabrique de la ville du Second Empire au début de la Troisième République“,

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Résumé

Du Second Empire aux débuts de la Troisième République, la ville de Pau connaît une série de transformations qui l’inscrivent dans le cadre du mouvement du siècle : les influences de la rénovation urbaine qu’enclenche le baron Haussmann et du mouvement de l’hygiénisme conduisent à opérer à l’échelle de la ville des actions qui visent la salubrité et le bien-être, le tout dans un contexte local singulier, celui de sa mise en tourisme.
En s’appuyant sur des législations nationales, les municipalités successives mènent une lutte contre les foyers de l’insalubre au niveau de l’Habiter : sont alors visées la qualité des logements, la gestion des fluides délétères ou encore les industries polluantes. C’est durant ce quart de siècle, que la construction d’un système général d’égouts met fin à des formes de gestion individuelles plus qu’imparfaites. De manière liée, le ruisseau Le Hédas, qui était devenu au fil du temps un dépotoir à ciel ouvert, est recouvert. Enfin le Conseil départemental d’hygiène et de salubrité, nouvellement nommé, mène aux côtés des élus la lutte contre toutes les formes de l’insalubrité, tout particulièrement celles des logements et des industries polluantes. Au nom des théories aériste et miasmatique, les conditions de vie des habitants sont observées et de nombreuses préconisations données. Ce n’est finalement qu’à la fin du siècle que les avancées de Pasteur se font sentir.
L’autorité municipale poursuit l’amélioration de l’état sanitaire de la ville. Avec l’aménagement d’une conduite depuis les sources du Néez, un premier réseau d’adduction d’eau est mis en place. Etape majeure dans l’histoire de la ville, il signe son entrée dans la modernité et offre le loisir aux municipalités de mettre en œuvre une première politique municipale de l’eau. L’hygiène des rues qui lui est directement liée constitue un second levier. Si la ferme des boues est une activité ancienne à Pau, le remaniement de cette entreprise durant le Second Empire traduit, avec des succès mitigés, des préoccupations autour du propre et du sale. Enfin les efforts portent sur les activités dégradantes. Un nouvel abattoir est construit dans le quartier de Jurançon annexé, en lieu et place de celui de la Basse-Ville, confirmant ainsi que son éloignement est indispensable au bien-être des habitants. La question du marché couvert est plus épineuse. Disséminés dans la ville, ce n’est qu’aux débuts de la Troisième République, et après moult difficultés, que les élus parviennent à rassembler ces activités dans deux lieux spécialement dédiés, créant ainsi de nouvelles centralités dans la ville.

Enfin la voirie urbaine devient un levier pour garantir la sécurité et le bien-être des usagers. A la faveur d’un nouveau plan d’alignement, des rues sont redressées, lissées et même percées. Deux nouveaux quartiers voient également le jour. Mais si bâtir sur de l’inexistant reste largement possible, les élus reculent devant des projets qui mèneraient à de trop grandes expropriations. Le pavage des rues, la construction des trottoirs et la mise en place de l’éclairage de la ville au gaz conduisent également à améliorer et garantir la circulation dans la ville. Enfin, c’est dans ce contexte de mise en tourisme, que la cité paloise, capitale administrative et judiciaire, voit se développer une nouvelle activité, l’urbanité de promenade. Les élus cherchent alors à la garantir en embellissant et en aménageant les places. La construction du boulevard du Midi signe l’exemple le plus abouti de réalisation au service de cette activité. De même la place Royale devient la vitrine de la ville.

Au total, durant ce quart de siècle, toutes ces transformations conduisent lentement la cité d’Henri IV vers une nouvelle modernité : elles visent le bien-être des populations et participent de la définition de nouvelles urbanités et de nouvelles citadinités en lien avec le Care. Elles offrent enfin aux habitants la possibilité d’exprimer de nouvelles sensibilités.

Patrimoine thermal, de la gloire au péril

Journée d’étude

UPPA, Pau

Le 10 décembre 2021

Coordonnée par Viviane Delpech, la journée d’étude “Patrimoine thermal, de la gloire au péril, s’inscrit dans les activités du laboratoire ITEM et du Master HCP.

Organisée dans le cadre du programme PatrimPublic (Fonds commun Euro-région Nouvelle- Aquitaine/Aragon), elle se déroulera le 10 décembre, à l’Institut Claude Laugénie (Université de Pau et des Pays de l’Adour), en salle Chadefaud.

Le programme PatrimPublic

Ce projet réunissant l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université de Saragosse s’intéresse aux interconnexions et aux influences mutuelles du patrimoine culturel et artistique entre la Nouvelle-Aquitaine et l’Aragon.
Visant à développer les collaborations scientifiques par des séjours de recherche, des publications et des manifestations scientifiques, il aborde, dans une fondamentale perspective sociohistorique, les diverses formes d’expression artistique dans la sphère publique (musique, architecture, arts plastiques notamment) afin de décrypter les processus de patrimonialisation au sein de la zone transfrontalière pyrénéenne. Les chercheurs procèdent par des études comparatives et des études de cas portant, entre autres, sur la circulation du patrimoine musical et sur les évolutions du patrimoine thermal, ces exemples mêlant de façon similaire populations locales, transfrontalières et étrangères, toutes en mobilité permanente selon divers motifs (sociaux, économiques, touristiques, voire politiques) dans le territoire d’étude.
A l’appui de ces recherches sur les arts et le patrimoine dans l’espace public rural et urbain, il s’agit de mettre en évidence leur valeur sociale, éducative et touristique dans une démarche d’ouverture et d’échange entre les deux versants des Pyrénées.

Télécharger l’affiche» (49.7 MB)

Contact

viviane.delpech @ univ-pau.fr

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe s

Le numéro 38 de e-Storia. Les cahiers de Framespa vient de paraître.

Le dossier, coordonné par Géraldine Baglin et Nicolas Meynen, porte sur “Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?“. 

Présentation du dossier

Ce dossier a pour ambition de réhabiliter les stations thermales secondaires en France et de mettre au jour leur histoire économique, sociale et architecturale. Par ce biais, il vise à affiner les connaissances du phénomène thermal et de son développement, et à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme. Il s’agit non seulement de comprendre les conditions de création et d’évolution de cette catégorie de stations thermales mais aussi de déterminer s’il existe un modèle architectural qui leur est propre et de mesurer l’impact qu’elles ont eu sur l’épanouissement de leur territoire, notamment dans les domaines urbain et touristique.

Les six articles composant ce dossier se répartissent en trois entités : la première correspond à trois études de cas du bassin midi-pyrénéen, la seconde propose une approche comparative à partir d’exemples issus de deux autres régions françaises (Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est), enfin, la dernière démontre, à partir des études menées notamment dans le cadre du programme européen FEDER Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées (2017-2021), la pertinence scientifique d’analyser conjointement les patrimoines culturels matériel et immatériel.


A noter, les contributions à ce dossier de nos collègues du laboratoire ITEM de l’UPPA :

Viviane Delpech Dans l’ombre du prestige. Établissements de bains isolés et micro-stations thermales des Pyrénées occidentales

 – Mathilde Lamothe Lectures patrimoniales du thermalisme : quand le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine architectural et paysager se nourrissent réciproquement

Stations thermales des Pyrénées béarnaises

Collection Visages du patrimoine – Une publication de la Région Nouvelle-Aquitaine

Du voyage pittoresque au pyrénéisme, de la cure thermale au tourisme sanitaire et social, les Pyrénées n’ont cessé de fasciner érudits, monarques, artistes et, globalement, la société depuis plus de deux siècles. L’impératrice Eugénie, Victor Hugo, Eugène Viollet-le-Duc, Eugène Delacroix, sont autant de figures qui ont façonné l’image romantique persistante des stations pyrénéennes.

Dès le début du XIXe siècle, les villes d’eaux les plus prometteuses s’équipent d’établissements conçus par des architectes départementaux : dans les Pyrénées béarnaises, deux stations thermales principales voient le jour : les Eaux-Bonnes en 1828 et les Eaux-Chaudes en 1840, mais quelques autres sites comme Ogeu, Escot, Saint-Christau et les Bains de Secours perdureront dans l’ombre de leurs illustres rivales tout en tirant profit de leur dynamique pour rayonner localement.

Aujourd’hui, le patrimoine des stations béarnaises est dans un état préoccupant malgré sa valeur historique et architecturale. Afin de replacer ce phénomène au cœur de l’histoire de l’architecture et de signifier son rôle primordial dans une histoire longue du tourisme,une étude universitaire associant l’Inventaire est lancée. Elle permet cette publication qui inventorie, à travers trois itinéraires, le patrimoine bâti, mobilier et paysager toutes typologies confondues, de l’établissement de bains aux hôtels, du casino aux voies de transport, du parc paysager aux villas de plaisance.

o Du culte des eaux au consumérisme thermal
o Une histoire au long cours
o Aux sources « immémoriales » du thermalisme béarnais o Prélude au thermalisme moderne
o Impérial XIXe siècle, l’âge d’or de la villégiature thermale o Du tourisme sanitaire et social au thermoludisme

ITINÉRAIRES :
o Un territoire disparate, le thermalisme pour tous o Bâtir à la croisée de la villégiature et de la santé o Le parti architectural. Entre apparat, convention et utilitarisme
o « La fantaisie sauvage » de la montagne o La station thermale incarnée
1. Eaux-Bonnes
2. Eaux-Chaudes
3. Micro-stations thermales et établissements isolés

LES AUTEURS :
Textes :

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech est spécialiste de l’architecture du XIXe siècle, chercheur et enseignante.

Avec la participation de Mathilde Lamothe, docteur en ethnologie, spécialisée dans l’étude du patrimoine culturel immatériel.


Photographies : Adrienne Barroche est photographe au service du patrimoine et de l’Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Novembre 2020 / 112 pages / 15 x 21 cm / ISBN : 978-2-36062-255-9

Editions Le Festin

Et maintenant?… Paysage, architecture et transition écologique au château de Pau

Le domaine national du château de Pau et le Pavillon de l’Architecture de Pau organisent une journée d’étude intitulée Et maintenant?… Paysage, architecture et transition écologique au domaine national du château de Pau, vendredi 9 octobre 2020 à partir de 9h30 à la Maison Baylaucq.

Viviane Delpech, chercheur au laboratoire ITEM, ouvrira la journée avec la conférence introductive Génie du lieu, génies des lieux. Architecture et jardins de l’antiquité à nos jours.

Retrouvez le programme complet: https://chateau-pau.fr/evenement/et-maintenant-paysage-architecture-et-transition-ecologique-au-domaine-national-du-chateau  

Cette journée professionnelle, ouverte au public est organisée en partenariat avec le Pavillon de l’architecture, dans le cadre de la 6ème édition du Mois de l’Architecture en Nouvelle-Aquitaine. En s’appuyant sur l’élaboration d’un plan de gestion pour son domaine, finalisé en 2019, le Musée national et domaine du château de Pau s’associe au Pavillon de l’Architecture pour partager une réflexion sur la biodiversité et la gestion des espaces verts en ces temps de transition écologique. L’occasion est également donnée de présenter sur place, l’exposition Au fil de l’eau : des cimes aux bords de mer.

Réservation obligatoire au 06.86.94.59.96 (nombre de places limitées et port du masque obligatoire)  

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles

COLLOQUE : Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR

Cette rencontre se déroulera le vendredi 18 septembre 2020 à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Elle aura pour ambition de mettre au jour l’histoire économique, sociale et architecturale des stations thermales secondaires en France. Elle doit permettre de déterminer si l’approche du thermalisme, fondée majoritairement sur l’étude des stations les plus renommées,correspond aussi à ces stations plus modestes. Les réflexions amèneront à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme, et ainsi à enrichir la connaissance du phénomène.

5e Rencontres médiévales de Trizay

Espace sacré. Les aménagements liturgiques dans les monastères médiévaux

Samedi 04 mai 2019 – Abbaye de Trizay (Charente-Maritime)

Cette année encore, les 5e Rencontres médiévales de Trizay, toujours adossées au programme de recherche Monasticon Aquitaniae, espèrent réunir autour d’un programme de qualité amateurs et curieux du patrimoine et de l’histoire, étudiants et chercheurs. Nous aborderons, à travers des interventions de spécialistes de premier plan, un aspect particulier, mais fondamental, de la vie et de l’art monastiques. La liturgie et les rituels qui l’organisent constituent une part essentielle de la vie des moines et des moniales au Moyen Âge comme aujourd’hui. Qu’il s’agisse des règles et des pratiques transmises par les textes, de la conception des espaces architecturaux, de leur aménagement matériel et du mobilier qui y est associé, les communications proposées lors de cette journée aborderont tous les aspects de cette facette essentielle du monde monastique médiéval.


Christian GENSBEITEL
Maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge.
Coordinateur scientifique.

A noter :

14h45 : Circuler dans et hors les murs de l’abbaye chez les Prémontrés de Sainte-Marie d’Arthous (Landes). Espaces et décor

par Maritchu Etcheverry, docteure en histoire de l’art médiéval, enseignante à l’Université de Pau et Pays de l’Adour

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.

Eaux-Bonnes. Patrimoine et villégiature thermale

Projet européen TCV-PYR. Conférence de restitution de travaux

Le 11 octobre 2018

Dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR, les laboratoires ITEM et LIUPPA de l’UPPA entreprennent la réalisation d’un inventaire du patrimoine de villégiature et thermal dans le massif pyrénéen français depuis les temps modernes jusqu’à nos jours. Lancé fin 2017 en collaboration avec les régions Occitanie-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine et les universités de Toulouse Jaurès et Perpignan, le projet implique une douzaine de chercheurs et cinq post-doctorants. Il s’insère dans un axe sur le développement de la connaissance et de la fréquentation des Pyrénées à travers leurs atouts patrimoniaux et relève du travail de l’inventaire du patrimoine architectural et immatériel.

Un premier inventaire du patrimoine d’Ax-les-Thermes a été présenté publiquement le 14 septembre dernier par Anaïs Comet (Université Toulouse Jean Jaurès). Le 11 octobre, Viviane Delpech et Mathilde Lamothe, chercheurs au laboratoire ITEM, évoqueront la station thermale des Eaux-Bonnes, son développement, la richesse de son patrimoine bâti et paysager ainsi que les pratiques culturelles locales qui y sont liées :

Viviane Delpech « Grandeur et décadence d’une ville d’eaux impériale »

Depuis leur fondation légendaire et leur statut d’eaux d’arquebusades jusqu’à leur essor spectaculaire sous le Second Empire, les Eaux-Bonnes doivent exclusivement leur raison d’être à l’activité thermale. Tout au long du XIXe siècle, l’exploitation des eaux, d’abord pratiquée au sein de petits cabanons rudimentaires, y génère un original développement urbain associant les prérogatives haussmanniennes et les résurgences de l’architecture vernaculaire, la modernité et l’héritage local, au cœur d’un cadre naturel pittoresque plébiscité par les esprits romantiques. L’inventaire du patrimoine bâti a permis de retracer l’histoire de cette cité singulière au sommet de sa gloire dans les années 1870-1880, affectionnée par l’impératrice Eugénie et déclinant après la Seconde Guerre mondiale. Témoin matériel d’un passé prestigieux, son riche quoique vieillissant patrimoine bâti, qu’il s’agisse des constructions publiques ou privées, des décors ou des aménagements paysagers, nécessite désormais d’être reconnu et valorisé afin de rendre sa splendeur à cette ville d’eaux impériale.

Mathilde Lamothe « Usages et pratiques culturelles d’hier à aujourd’hui »

Les usages et pratiques culturelles, autrement dit le patrimoine culturel immatériel, des communautés montagnardes sont décrites par les voyageurs et curistes qui viennent à la station thermale des Eaux-Bonnes depuis le XIXe siècle. Ces observateurs fournissent une importante documentation écrite ou iconographique – à travers les lithographies, cartes postales, récits de voyage, affiches publicitaires des compagnies de chemin de fer, etc. – sur ces activités qui existaient à l’époque et conservent encore aujourd’hui leur sens social comme les transhumances, les « danses ossaloises » ou les savoirs naturalistes liés aux plantes ou aux eaux curatives. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces expressions culturelles qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes.

11 octobre 2018 – 18h00 – Casino des Eaux-Bonnes (64) – entrée libre

Contact : 05 59 05 32 69

Télécharger le «Carton d’invitation Eaux Bonnes.jpg» (298.3 KB)