Archives par mot-clé : archéologie préventive

(Im)mortel, des pratiques funéraires

Exposition du 17 septembre au 31 décembre 2020

Musée Jeanne d’Albret, Orthez

Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Une exposition présentée au Musée Jeanne d’Albret, conçue en partenariat avec l’Inrap, suite aux fouilles réalisées par l’archéologue Nadine Béague aux abords de l’église d’Orthez en 2017.

Ces fouilles ont révélé au public orthézien les tombes remontant au XVIIe siècle et disposées autour de l’église Saint-Pierre. Cheminement sur la manière dont le corps du défunt est pris en charge, préparé, inhumé ou incinéré. Ces gestes permettent aux vivants de s’en séparer quelles que soient les époques et le contexte religieux ou politique. Les morts s’inscrivent dès lors dans une histoire générationnelle à transmettre avant que leur souvenir ne s’estompe. A moins que, intégrés à une mémoire collective, tombes et cimetières ne deviennent des objets patrimoniaux protégés.

Zones humides et archéologie

Colloque international « Zones humides et archéologie »
9, 10 et 11 novembre 2017 – Saint-Léger-sous-Beuvray

Le colloque international « Zones humides et archéologie », organisé par le Groupe d’Histoire des Zones Humides (GHZH), avec le concours du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray et du Parc naturel régional du Morvan, les 9, 10 et 11 novembre 2017, a pour objectif d’appréhender les zones humides au prisme de l’archéologie. Si les recherches sur les zones humides se sont développées ces dernières décennies, ce fut le fait des historiens, des sociologues, des juristes et surtout des géographes dans le cadre de grandes monographies régionales (Bresse, Dombes, etc.) ; l’archéologie n’est pourtant pas en reste. En effet, le développement spectaculaire de l’archéologie préventive en France à partir du début des années 1980 a multiplié les zones étudiées en nombre et en surface tout comme les données brutes et les informations « hors sites » de nouvelle nature : structures en creux naturelles (paléomarais, paléoméandres) ou anthropiques (mares, etc.). Cela a impliqué l’élaboration de marqueurs spécifiques – bio-indicateurs végétaux et animaux, sédiments – par les disciplines des archéosciences (palynologie, dendrologie, macro-restes végétaux).

Ces « productions du sol », ces nouveaux objets qui n’étaient pas support de questionnement pour l’archéologie « classique » deviennent alors des vecteurs de reconstitutions paysagères et paléoécologiques de reconnaissance de milieux humides. Et loin de les considérer comme des milieux uniformément répulsifs qui n’auraient d’intérêt que drainés et aménagés, les exemples archéologiques qui se sont multipliés un peu partout pointent au contraire la diversité de leurs modes de valorisation et, ce, de façon diachronique, mettent l’accent en somme sur la complexité de ces espaces qu’il s’agisse de tourbières, de zones humides littorales, de vallées alluviales ou encore de plaines.

Ce colloque souhaite également développer une approche comparatiste en portant une attention particulière aux expériences archéologiques menées ailleurs dans les pays européens – Pays-Bas, îles britanniques (« Wetland Archaeology Research Project » mené depuis plus de 30 ans par l’université de Bradford), Italie… – et extra-européens.

Le colloque a choisi de mettre l’accent sur les thématiques suivantes:
1° Méthodologie : une approche résolument interdisciplinaire
2° Apparition/disparition, extension/rétraction des zones humides
3° Habiter en zones humides
4° Exploitation des produits issus des zones humides
5° Les enjeux de la gestion contemporaine en prenant en compte la longue durée

A noter : 10 NOVEMBRE

15h00-15h30 E. Normand (SRA-DRAC de Poitou-Charentes, UMR CESCM), A. Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA ITEM), B. Clavel (Muséum national d’histoire naturelle), C. Dupont (Université de Rennes 1, UMR CREAAH), L. Le Goff (Université de Rennes 2, LHAM), O. Robin (INRAP, CRAVO) : Le projet Collectif de Recherche « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie.

Télécharger le programme

Renseignements :

Centre archéologique européen du Mont-Beuvray
Mont Beuvray – Saint-Léger-sous-Beuvray (71) – France

Contacts

Corinne Beck

Pons. Table ronde archéologique, juin 2016

Table Ronde Archéologique
Cité Médiévale de Pons
Vendredi 24 et Samedi 25 Juin 2016

 

PONS
PONS

PROGRAMME :

Vendredi 24 juin – 20h30
Auditorium (mairie)
Synthèse sur la ville et son évolution
Guilhem Landreau (Institut National de Recherches Archéologiques
Préventives)
«Aux origines de la ville… L’oppidum gaulois de Pons
d’après les recherches récentes»
Alain Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
et Fabrice Mandon (Atemporelle SCOP)
«Evolution de la ville de Pons au Moyen Age et durant
l’époque moderne»
Questions

 

Samedi 25 juin
Office de Tourisme
9h Accueil des Participants
9h15 Eric Normand (Service Régional de l’Archéologie)
«De la société historique et archéologique de Pons à l’archéologie
préventive du XXIe siècle : un demi-siècle d’archéologie
à Pons et ses environs».
Bastien Gissinger (Service Départemental d’Archéologie
de Charente-Maritime)
«L’apport de deux diagnostics préventifs à la connaissance
du passé pontois».
Marie Eve Scheffer (Conseil Départemental d’Indre-et-
Loire)
«L’Hôpital Médiéval de Pons»
10h30 Pause
10h45 Diane Joy (Service du Patrimoine, Agglomération de Rodez)
«Habiter à Pons au Moyen Age».
Alain Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
et Fabrice Mandon (Atemporelle SCOP)
«Les débuts du château de Pons (Xe – XIIIe s.)»
«Du château médiéval au château moderne»
12h30 Clôture de la table-ronde
15h00 Diane Joy (Service du Patrimoine, Agglomération de Rodez)
Visite de maisons médiévales et de la ville.
en l’Adour
Hôpital des Pèlerins
Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

 

Histoire et archéologie
Pons et son patrimoine
Bilan des 15 dernières années de recherches
La richesse du sous-sol de la ville de Pons est connue de longue date. Qu’il s’agisse de l’oppidum gaulois ou de la ville médiévale, les membres de la Société Historique et Archéologique de Pons et sa région ont œuvré pour en faire connaître l’intérêt.
Ces dernières années, les programmes de mise en valeur du patrimoine architectural de la ville, mais également des projets de moindre ampleur, ont fourni l’occasion de mener des fouilles archéologiques importantes, permettant de renouveler nos connaissances de l’histoire de la ville.

 

Journées Nationales de l’Archéologie 2016

Du 11 au 18 juin 2016, l’archéologie sera à l’honneur à la médiathèque André Labarrère de Pau!

Pour la troisième année consécutive, les archéologues du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec l’Inrap, participent à cette nouvelle édition des Journées Nationales de l’Archéologie.

JNA 2016

Le 2ème étage de la Médiathèque André Labarrère  accueillera du 11 au 18 juin une exposition consacrée aux fouilles menées par l’Inrap autour de la ville gauloise de Vieille-Toulouse. Plusieurs travaux universitaires menés à l’UPPA seront également exposés.

Alain Champagne et Giuseppe Indino animeront un café société en salle Interludes le vendredi 17 juin de 12h30 à 14h00. Ce sera l’occasion pour ces deux enseignants chercheurs de rencontrer et d’échanger avec le public sur « l’archéologie préventive et le territoire : quelques exemples récents en France et en Italie« .

Exposition gratuite – Collation offerte lors du café débat

Médiathèque André Labarrère
Place Marguerite Laborde, 64000 Pau

Horaires :

Lundi 14h – 18h
Mardi 11h30 – 19h
Mercredi 10h – 18h
Jeudi 11h30 – 19h
Vendredi 11h30 – 19h
Samedi 10h – 18h

Fête de la Science 2015

Cette nouvelle édition de la Fête de la Science a été l’occasion pour les archéologues de l’INRAP et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour de rencontrer le grand public et de le familiariser aux différentes techniques et aux métiers de l’archéologie.

Installés au Village des Sciences Place Clemenceau à Pau les 10 et 11 octobre derniers, ils ont  proposé aux habitants de l’agglomération  deux expositions (la recherche archéologique à l’UPPA et « Vous avez dit archéologie préventive? ») ainsi qu’une activité pratique de fouille  et d’enregistrement animée par CapArchéo et un atelier de céramologie.

Comme l’an passé, ces activités ont remporté un grand succès!

Voici quelques photos de ce merveilleux moment de partage autour de la Science.