Archives par mot-clé : archéologie

Soutenance de Thèse de Benjamin Caparroy

7 décembre, 14h00

Bâtiment Recherche – Salle des thèses

Sujet : Géographie et morphologie des lieux sacrés maritimes dans le détroit de Gibraltar VIe S.A.C. – Ier S.P.C.

Directeur de thèse : François Réchin

Au cours du XIe siècle avant notre ère la zone du détroit de Gibraltar assiste à l’arrivée sur ses côtes de populations phéniciennes venues du Proche-Orient. Ces peuples traversent en effet la mer Méditerranée pour venir s’installer et commercer avec les populations locales dans le but d’approvisionner la métropole de Tyr en métaux, pourpre et autres denrées susceptibles d’alimenter le commerce méditerranéen.
C’est dans ce contexte, riche en contacts et en échanges, que se développe notre étude. Elle a pour objet les espaces sacrés qui jalonnent le parcours des pilotes, des voyageurs et des commerçants qui sillonnent le Détroit à bord de leurs navires. Les auteurs antiques, qu’ils soient poètes, géographes ou historiens, signalent un grand nombre d’autels, de temples ou même d’anecdotes mythologiques qui mettent en lumière un paysage sacré particulièrement riche dans cette zone de confins. Notre travail consiste à synthétiser toutes ces informations littéraires pour les mettre en parallèle avec les données obtenues par l’archéologie depuis la fin du siècle dernier. Au fil de l’analyse se révèle en filigrane l’existence d’un réseau d’espaces sacrés et de mythes qui viennent offrir un cadre religieux dans le Détroit. Cette synthèse inédite des données religieuses, recueillies sur les deux rives, permet une analyse et une première approche des phénomènes religieux maritimes dans la zone.
Cette compilation des données religieuses doit nous permettre de mieux appréhender et de décrire avec plus d’acuité ce que devait être la vie religieuse des marins qui fréquentaient les colonnes d’Hercule. Il s’agit de déterminer les motivations qui justifient une présence si forte du religieux sur ces rivages : besoin de protection pendant la traversée, motifs économiques, contrôle des côtes et guide de la navigation… Il est également question de caractériser ces dévotions, de savoir par quels moyens et en quels types de lieux s’exprime la religion des marins. Il faut aussi s’interroger sur les émetteurs et les récepteurs de ce type de dévotions : les commerçants sont-ils les seuls à faire des offrandes ? Et quelles divinités sont mises en avant par la religion maritime de ces populations ?
L’objectif de la démonstration est clairement de mettre en lumière et de mieux définir les différents éléments qui composent le paysage religieux maritime du détroit de Gibraltar. Le résultat est un essai de définition, de description et de mise en lien des divers éléments de ce réseau fait d’hommes, de divinités, de mythes, de lieux sacrés et de marques de dévotions, qui ont tous un point commun : la mer.

Au-delà des vestiges fauniques

Les divers marqueurs de l’élevage en archéologie

Le 28 novembre 2018

Séminaire des équipes GRENES et STEP et du Master PPA – Nice

Programme

9h15 Manon VUILLIEN (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice), Lionel GOURICHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice) et Cédric LEPÈRE (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM et EVEHA)
Introduction

9h30 Mélanie LE COUÉDIC (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CNRS, ITEM, Pau)
Des corrélats matériels aux partages de l’espace. Modélisation de parcours de troupeaux à partir de sources ethnographiques et historiques

10h15 Claire DELHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice)
La chèvre et le chou : les végétaux dans l’élevage néolithique

11h15 Nicolas LAINE (Collège de France, CNRS, EHESS, LAS, Paris et IRASEC, Bangkok)
Repenser la domestication animale : les communautés homme-éléphant en Asie

14h15 Carlos TORNERO (IPHES, Tarragona)
Tracing life-stories from past herds: isotopic glints of light on pastoral herding systems

15h Léa DRIEU (BioArCh, Department of Archaeology, University of York)
Transformer, servir et consommer les graisses animales dans les céramiques: un exemple du Néolithique moyen bourguignon (Clairvaux XIV, Jura)

Affiche PDF du séminaire

Circa Uillam 2018

Croyances religieuses dans les villae de l’aire circumpyrénéenne durant l’Antiquité

Du 15 novembre 2018 au 16 novembre 2018

En collaboration avec:
Le Laboratoire d’Excellence Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de
l’Égypte anciennes (Labex ARCHIMEDE), le Musée de Catalogne,
L’université de Girona, l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural.
Partenaires :
Communauté de Communes des Luys-en-Béarn

L’architecture des uillae, leurs soubassements économiques, leur emprise sur les territoires environnants ont été beaucoup interrogés ces dernières années, en particulier lors des rencontres Circa Uillam. Le millésime 2018 portera son attention sur l’univers religieux de ces établissements, dans le prolongement de la rencontre de 2013 (CV 2013 tenu à Banyoles) consacrée au thème suivant : « nécropoles et monde funéraire en milieu rural ». Les principaux objectifs poursuivis lors de la rencontre de 2018 peuvent être résumés de la façon suivante :

  • Rassembler des documents trop souvent inédits et dispersés, les relier précisément à leur contexte de découverte et les inscrire dans le cadre d’étude des uillae, toujours privilégié par Circa Uillam.
  • Tenter de mieux comprendre les attentes spirituelles spécifiques des groupes concernés par les cultes et gestes religieux, détectés grâce aux sources archéologiques. L’inertie culturelle, souvent mise en avant, pourra être confrontée ainsi aux fonctions anthropologiques de ces conduites.
  • Cerner, dans la mesure du possible, l’évolution des croyances et des pratiques religieuses des ces établissements. Un intérêt particulier pourrait être porté aux périodes charnières qui voient le passage des pratiques protohistoriques à celles qui s’imposent désormais dans les uillae puis, bien plus tard au passage du polythéisme au christianisme.

Le cadre géographique transfrontalier et péri-pyrénéen habituel des ces rencontres pourra être dépassé lorsqu’il paraîtra nécessaire aux organisateurs d’éclairer tel ou tel aspect de la question.

Voir le programme

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html

 

La vie en Gascogne à l’époque des bastides

Parution d’ouvrage :

La vie en Gascogne à l’époque des bastides : marchés et libertés

Sous la direction de Jean-Paul Valois

Avec les contributions de : Monique Bourin, Alain Champagne, Benoît Cursente, Thierry Issartel, Mireille Mousnier, Judicaël Petrowiste.

Pendant la grande croissance du Moyen Age, du XIe au XIVe siècle, s’épanouissent simultanément les premières libertés bourgeoises et une première économie de marché. Les historiens ont récemment renouvelé la vision de ce moment fondateur. Ils ont ici la parole. Que savons-nous dans le Sud-Ouest des marchés et de la vie économique? Comment notre notion moderne de « libertés » était-elle ressentie et vécue par les habitants, dans les bastides par exemple?

Editeurs : Bastides 64 et Cercle Historique de l’Arribère

ISBN : 978-2-918404-29-3

221 pages, 12 EUR

mai 2018

Voir le sommaire

Journées Nationales de l’Archéologie 2018

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Archéologie 2018, les archéologues du laboratoire ITEM et de l’Inrap vous proposent plusieurs activités à Salies de Béarn:

Archéologie du sel, 2000 ans d’histoire

Lors d’un diagnostic archéologique réalisé par l’INRAP sur la Zone des Pyrénées (2016), un important site artisanal de productions saunières a été découvert. Ces ateliers aux infrastructures complexes ont fonctionné sur deux périodes (IIe/Ier s. avant J.-C. / Ier s. ap. J.-C.) montrant une évolution des procédés.
Les JNA 2018 démarrent un cycle pluriannuel d’expérimentations des techniques d’évaporation protohistoriques puis antiques.
Hormis le fonctionnement de fours reconstitués à partir de modèles archéologiques salisiens, un cheminement en différents ateliers présentera le site, expliquera l’origine des eaux salées, les modes d’évaporation, puis évoquera la vie quotidienne des sauniers ainsi que les différentes utilisations du sel produit.

Au programme:

Dégustation

Samedi 16 juin de 20:00 à 23:00

Grand banquet gaulois au sel de Salies
Sur réservation auprès de l’office de Tourisme de Salies-de-Béarn
15€ adulte et 7€ (jusqu’à 12 ans)

Atelier

Samedi 16 juin, dimanche 17 juin de 10:00 à 12:00 et de 14:00 à 19:00

Expérimentations archéologiques de fabrication de sel d’époque gauloise et gallo-romaine.
Ateliers fibule, fabrication de vases à sel.
Les différents sel des Pyrénées : saline de Salies-de-Béarn et de Leintz Gatzaga (Guipozcoa)

Gratuit – Tous publics

Accueil de groupes scolaires

Vendredi 15 juin de 09:00 à 12:00 et de 14:00 à 16:00

Plusieurs ateliers sont proposés : visite de site, ateliers de fabrication de sel, vases à sel et fibules. Sur réservation.

Gratuit – Scolaires

 

Contact :

Fabrice Marembert

archeo2gaves@gmail.com

 

Télécharger le programme

Plan du site

Penser, traduire et transmettre l’artefact

Séminaire pluridisciplinaire
Penser, traduire et transmettre l’artefact dans ses
facettes multiples.
Production et échange interdisciplinaire et transfrontalier,
de l’Antiquité à nos jours
12 et 13 avril 2018, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence
Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches. Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ? Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d’action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ?Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

Jeudi 12 avril, matin

– François Réchin (professeur d’archéologie antique, UPPA ITEM), Introduction de la journée
-Javier Mur Royo (Doctorant en Histoire Contemporaine UPPA ITEM, Saragosse), L’Institut français de Saragosse de 1919 à 1939 : deux décennies de l’histoire d’une institution presque centenaire
-Marie-Josée Kandou (Doctorante en Anthropologie UPPA ITEM), De L’artefact à l’objet de collection dans une exposition du Patrimoine Culturel Immatériel
– Giuseppe Indino (Doctorant en Archéologie UPPA ITEM, Ca’ Foscari Venise), Jacques Jaussaud, (Professeur en Sciences de Gestion UPPA CATT), La gestion à distance des ateliers céramiques antiques : quelques cas en Italie et en Gaule au vu des théories modernes du management international

Vidéos:

Jeudi 12 avril, après-midi

– Alain Champagne (Maître de Conférences en Histoire et Archéologie médiévale UPPA, ITEM), Textes et artefacts en archéologie moderne
-Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Le Magdalensberg, économie, commerce, céramiques, métaux dans la province du Noricum (Autriche)
-Cécile Lagane (enseignante-chercheure contractuelle en Histoire médiévale UPPA ITEM, Caen CRAHAM), Les meubles médiévaux étudiés par l’archéologie, l’iconographie et les textes : le difficile croisement des sources
– Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Céramiques et contextes, plus qu’une simple histoire de chronologie

Vidéos:

Vendredi 23 avril, matin

-Véronique Lamazou-Duplan (Maître de Conférences en histoire médiévale UPPA ITEM), introduction
-Carmiña Dovale (Architecte, enseignante à l’Université de Navarre, École des Ingénieurs Tecnun de Donostia), Le Peigne du Vent d’Eduardo Chillida : une œuvre frontière entre l’architecture de la place et l’horizon
-Naiara Gorraiz Gonzalo (Doctorante en Histoire Moderne UPPA / UPV – EHU), Dossier de mérites : la construction des réseaux sociaux entre les serviteurs du roi
-Mélanie Le Couédic (Ingénieur de recherche UPPA / ITEM), Artefacts et écofacts de l’occupation pastorale pyrénéenne dans la très longue durée
-Maria-Teresa Izquierdo Marculeta (Archéologue auprès du Gouvernement basque), Conservation, mise en valeur, muséalisation des artefacts au Pays Basque
-Aubin Kombila (Doctorant en Géographie UPPA  Passages), Rivel Moumbongoyo (Doctorant en Géographie, Université d’Orléans), Le patrimoine culturel gabonais (masques et figures de reliquaires) : représentation et potentialité
– Sara Maldonado Muñoz (Archéologue indépendante) Site d’El Cerro de la Mesa (Alcolea de Tajo, Tolède). El vidrio en el yacimiento carpetano de palomar de pintado durante la II edad del hierro

Vidéos :

Vendredi 23 après-midi: visite du musée gallo-romain de Claracq- villa de Lalonquette

Télécharger le programme en pdf

Liens mediakiosque des vidéos:
Artefact, jeudi 12 avril matin
Artefacts, jeudi 12 avril après-midi
Artefacts, vendredi 13 avril matin

Contacts :
giuseppe.indino@univ-pau.fr
joelle.sauces@univ-pau.fr

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Table-ronde des sociétés savantes, 11/12/17

Table-ronde des sociétés savantes et associations

Lundi 11 décembre 2017, de 9h à 12h
Salle du conseil de l’UFR LLSHS, UPPA, Pau.

 

Cette table-ronde vise à présenter le rôle des sociétés savantes et des associations dans la diffusion de la recherche (à travers une revue, des publications, des conférences, expositions…), voire dans l’animation de la recherche.

Seront présentes :

– la Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn, représentée par Ricardo Saez son Président, V. Lamazou-Duplan, l’une des vice-présidentes, Francis Théau, trésorier adjoint mais aussi doctorant à l’UPPA,

– l’Office National des Anciens Combattants (ONAC), représenté par Jean-François Vergez, son Directeur, Maxime Saint-Germes, ancien étudiant à l’UPPA.

– la Société des Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza),représentée par Viviane Delpech, membre du CA et post-doc à l’UPPA.

– le Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales (GAPO), représenté par Alain Campo (doctorant à l’UPPA) et la revue APOL, présentée par Jean-Claude Merlet

 

 

Soutenance de thèse : Laure Nonat, 15/12/17

MONDE FUNÉRAIRE DE L’ÂGE DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN DE LA FAÇADE NORD DE L’ESPAGNE JUSQU’AU SUD-OUEST DE LA FRANCE : IDENTITÉS ET ESPACES

Vendredi 15 décembre 2017, à 14 h, à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Ce travail de doctorat vise à valoriser la pertinence du concept du – complexe culturel atlantique -, pour les périodes du Bronze ancien et du Bronze moyen, à partir de l’analyse des  manifestations funéraires documentées de la façade nord de l’Espagne jusqu’au sud-ouest de la  France. Nous avons effectivement choisi pour cette réflexion d’étudier les réglons les moins visibles  de la documentation du domaine atlantique afin, d’une part, de les valoriser individuellement, et d’autre part, de comprendre les relations qu’elles ont entretenues entre elles, mais aussi avec celles du domaine continental Ibérique. Sur cet espace méridional atlantique, les données ont été considérablement renouvelées ces trente dernières années, grâce au développement de l’activité archéologique préventive, et permettent ainsi de contextualiser celles issues des anciennes explorations. Notre objectif consiste à caractériser les solutions funéraires ainsi que les mobiliers qui ont été adoptés sur cet espace afin de définir et de délimiter les groupes culturels en présence. Pour cela, nous avons mis en place une double échelle d’analyse :- une micro-échelle centrée sur la Galice et le bassin de l’Adour, et- une macro-échelle, sur les réglons centres et orientales de la façade atlantique Ibérique. La première échelle nous permet d’analyser la documentation de façon exhaustive, en intégrant des données inédites, tandis qu’avec la seconde, globale et synthétique, nous  dressons un panorama général et critique sur celle des réglons cantabriques et du Pays Basque espagnol. La conjugaison de ces deux approches nous permet d’effectuer des comparaisons variées sur la documentation de ces espaces et d’identifier de nombreuses convergences, en particulier à partir d’aspects de la culture matérielle qui n’avaient pas été abordés lorsque le concept du Bronze Atlantique a été bâti. Elles concernent, notamment, des mobiliers céramiques, mais aussi la réponse  unanime de ces régions atlantiques face aux cultures de la Meseta : celle de l’immobilisme. Ces éléments ainsi que les changements funéraires qui se sont opérés entre le Bronze ancien et le  Bronze moyen nous permettent de caractériser ce qu’il convient de considérer comme des dynamiques atlantiques communes. Enfin, notre base documentaire, constituée de plus de 260 sites, nous amène, également, à aborder la question des facteurs qui ont été à l’origine de la constitution des groupes culturels, multiples, de cet espace, en valorisant la place des influences extérieures, des substrats locaux ainsi que des obstacles topographiques dominants du paysage.

Mots-dés : âge du Bronze, complexe culturel atlantique, identités culturelles, groupes culturels, préhistoire récente, funéraire, territoires.

Plus d’informations

Modélisation conceptuelle et bases de données

Modélisation conceptuelle et élaboration de bases de données à référence spatiale en archéologie et en histoire

 

Argumentaire

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)


Journée d’étude – atelier du réseau ISA, Information Spatiale et Archéologie

8 h 30 Accueil
9 h Présentation : Mélanie Le Couédic et Leticia Tobalina
9 h 30 Dynamiques de peuplement dans l’Antiquité Tardive entre l’Èbre moyen et les Pyrénées : une proposition de base de données spatiale dans un contexte d’hétérogénéité des données, Leticia Tobalina Pulido (Doctorante ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour/ UNAV)
10 h Organisation et usages des espaces dans les Pyrénées occidentales durant la période gallo-romaines : construction d’une modélisation des sociétés antiques dans la province d’Aquitaine méridionale, Benoît Pace (Doctorant ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour),
10 h 30 Pause-café
11 h Peuplement et terroirs du haut Moyen Âge de part et d’autre des Pyrénées : présentation d’une base de données comparative en construction, Noémie Luault (Doctorante TRACES, UMR 5608, Université de Toulouse – Jean Jaurès),
11 h 30 Modéliser les dynamiques d’occupation du sol dans la vallée supérieure de la Seille (57), Bastien Gouhier (Doctorant, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
12 h Discussion
12 h 30 buffet offert par le programme EXTRA/ITEM
14 h Du modèle conceptuel ethnoarchéologique de l’estive Anéou à la base « DEPART » (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude), Mélanie Le Couédic (ingénieur, ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour)
14 h 30 Modelización de los datos arqueológicos de superficie: La Base de datos espacial d’Aigüestortes – Ordino, Joan Nunes, Guillem Salvador, Ermengol Gassiot et David Garcia (Université autonome de Barcelone)
15 h Propositions méthodologiques pour contribuer à la détermination de la fonction des structures pastorales archéologiques de montagne, Roxanne Cesarini (Master 2, Université de Franche-Comté), Laure Nuninger (chercheur, chrono-environnement, UMR 6249, Université de Franche-Comté)
15 h 30 Constitution d’un SIG pour l’étude du patrimoine archéologique en milieu forestier (Loir-et-Cher), Aude Crozet (Doctorante, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
16 h Discussion
16 h 30 Pause-Café
17 h Modélisation de données descriptives et spatiales sur les silex pour des projets de recherche collectifs en préhistoire. L’expérience en cours de plusieurs réseaux de lithothèques, Christophe Tuffery (INRAP), Paul Fernandes, Vincent Delvigne, André Morala, Geneviève Pinçon, Stéphane Konik
17 h 30 Aplicaciones del Modelo de Referencia Abstracto del Patrimonio Cultural (CHARM) en Arqueología, César Gonzalez (INCIPIT-CSIC)
18 h Discussion et Conclusions
Vendredi 1er décembre – Salle de séminaire du Restaurant Inter-administratif, Pau
8 h 30 accueil des participants
9 h-12 h 30 atelier CHARM/ travail en petits groupes sur les modèles conceptuels
12 h 30 repas offert par le programme EXTRA/ITEM

En savoir plus :

http://www.charminfo.org/

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Atlas historique de Pau

Ce mois d’octobre 2017 paraît l’Atlas historique de Pau, fruit du travail inédit d’une quinzaine de chercheurs issus de divers horizons (Inventaire général du patrimoine, Université, Archives communautaires Pau Béarn Pyrénées, archéologie, etc).
Cet ouvrage, deuxième d’une série de cinq à paraître en Nouvelle Aquitaine, invite à mieux comprendre et faire comprendre le développement de la ville de Pau. La démarche scientifique, l’iconographie exceptionnelle et la cartographie basée sur une analyse fine du cadastre napoléonien montrent Pau et le Béarn sous un jour résolument nouveau.

Parution aux Editions Ausonius

Mardi 17 octobre 2017 à 18h à l’Usine des tramways.

Un atlas, une démarche, des connaissances
Les coordinateurs de cette publication des éditions Ausonius (collection Atlas historique des villes de France), Dominique Bidot-Germa, Cécile Devos et Christine Juliat, vous invitent à découvrir le contenu de cet atlas, précieux pour mieux appréhender l’histoire, le développement de la ville et ses arcanes, des origines à nos jours..

Gratuit sur inscription au 05 59 98 78 23 ou mission.vah@ville-pau.fr

Zones humides et archéologie

Colloque international « Zones humides et archéologie »
9, 10 et 11 novembre 2017 – Saint-Léger-sous-Beuvray

Le colloque international « Zones humides et archéologie », organisé par le Groupe d’Histoire des Zones Humides (GHZH), avec le concours du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray et du Parc naturel régional du Morvan, les 9, 10 et 11 novembre 2017, a pour objectif d’appréhender les zones humides au prisme de l’archéologie. Si les recherches sur les zones humides se sont développées ces dernières décennies, ce fut le fait des historiens, des sociologues, des juristes et surtout des géographes dans le cadre de grandes monographies régionales (Bresse, Dombes, etc.) ; l’archéologie n’est pourtant pas en reste. En effet, le développement spectaculaire de l’archéologie préventive en France à partir du début des années 1980 a multiplié les zones étudiées en nombre et en surface tout comme les données brutes et les informations « hors sites » de nouvelle nature : structures en creux naturelles (paléomarais, paléoméandres) ou anthropiques (mares, etc.). Cela a impliqué l’élaboration de marqueurs spécifiques – bio-indicateurs végétaux et animaux, sédiments – par les disciplines des archéosciences (palynologie, dendrologie, macro-restes végétaux).

Ces « productions du sol », ces nouveaux objets qui n’étaient pas support de questionnement pour l’archéologie « classique » deviennent alors des vecteurs de reconstitutions paysagères et paléoécologiques de reconnaissance de milieux humides. Et loin de les considérer comme des milieux uniformément répulsifs qui n’auraient d’intérêt que drainés et aménagés, les exemples archéologiques qui se sont multipliés un peu partout pointent au contraire la diversité de leurs modes de valorisation et, ce, de façon diachronique, mettent l’accent en somme sur la complexité de ces espaces qu’il s’agisse de tourbières, de zones humides littorales, de vallées alluviales ou encore de plaines.

Ce colloque souhaite également développer une approche comparatiste en portant une attention particulière aux expériences archéologiques menées ailleurs dans les pays européens – Pays-Bas, îles britanniques (« Wetland Archaeology Research Project » mené depuis plus de 30 ans par l’université de Bradford), Italie… – et extra-européens.

Le colloque a choisi de mettre l’accent sur les thématiques suivantes:
1° Méthodologie : une approche résolument interdisciplinaire
2° Apparition/disparition, extension/rétraction des zones humides
3° Habiter en zones humides
4° Exploitation des produits issus des zones humides
5° Les enjeux de la gestion contemporaine en prenant en compte la longue durée

A noter : 10 NOVEMBRE

15h00-15h30 E. Normand (SRA-DRAC de Poitou-Charentes, UMR CESCM), A. Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA ITEM), B. Clavel (Muséum national d’histoire naturelle), C. Dupont (Université de Rennes 1, UMR CREAAH), L. Le Goff (Université de Rennes 2, LHAM), O. Robin (INRAP, CRAVO) : Le projet Collectif de Recherche « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie.

Télécharger le programme

Renseignements :

Centre archéologique européen du Mont-Beuvray
Mont Beuvray – Saint-Léger-sous-Beuvray (71) – France

Contacts

Corinne Beck

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet