Archives par mot-clé : anthropologie

Sorcellerie, Pouvoirs

Ecrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu

Les discussions interdisciplinaires autour de la question de la sorcellerie, ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques permettent dans cet ouvrage de questionner un objet d’étude récurrent dans le champ des sciences sociales et humaines.

Comment la sorcellerie est-elle appréhendée dans les sciences sociales et les humanités ? Quelles images véhiculent-elle ? Naguère, la sorcellerie fut longtemps associée au monde rural et à l’oralité. Cela n’est plus guère le cas. Depuis une vingtaine d’années, les études sur la sorcellerie en Europe, en Afrique et en Amérique se sont multipliées montrant son omniprésence, en particulier dans les secteurs de la « modernité » dans les villes. Des travaux ont interprété la sorcellerie comme un mode d’acclimatation et de vernacularisation de l’État. Elle se serait également nichée dans les domaines les plus complexes et internationalisés du capitalisme. Elle était aussi traditionnellement associée à l’oralité, car la sorcellerie est toujours en lien avec une situation d’énonciation. Or, au coeur de cette modernité, on retrouve inévitablement l’écrit. La sorcellerie, en tant qu’« idéo-logique » est aussi parole qui n’est ni de savoir, ni d’information, mais de pouvoir. Il y a lieu alors de s’interroger sur la manière dont la parole sorcellaire écrite devient un enjeu de pouvoir, « une pratique de puissance », de s’interroger aussi sur les modalités de sa légitimation, afin de savoir quel type d’écrit est susceptible de devenir support de pratiques sorcellaires et à quel type de savoir il réfère. Indépendamment du recours à l’écrit comme support de pratique, la sorcellerie fait aussi l’objet de représentations littéraires écrites qui la mettent en scène et la font fonctionner doublement comme système théorique explicatif du monde ou, au niveau de l’expérience quotidienne, comme pratique. De façon récurrente, les représentations de la sorcellerie ont souvent été au coeur des logiques de pouvoir, en ce que la sorcellerie est perçue comme un mode d’actualisation des conflits réels et symboliques, un langage des conflits sociaux. La force de ces représentations permet-elle d’avoir accès à une certaine « vérité » de la sorcellerie?

Ce sont autant de questions et de lectures interdisciplinaires qui ont sollicité les compétences de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs. C’est pourquoi, les travaux rassemblés ici prennent en compte à la fois les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la question de la sorcellerie.

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Bon de commande

Novembre 2018, 223 pages, 20 EUR

ISBN 0 2-35311-098-3

Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde « renversé »

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Terrain, méthode et théorie

Séminaire doctoral du 26 mars 2018 « terrain, méthode et théorie »
 
Salle du Conseil de l’UFR LLSH (9h00-12h30)
 
Accueil à 8h45 : café offert

Anaïs Lanas (doctorante en géographie, Passages, UPPA-UPV) : « Entre intercommunalité et foncier communal: méthodologie pour l’analyse des Structures historiques de gestion communautaire pyrénéennes.»

Michèle Pédezert (doctorante en anthropologie, Passages-Bordeaux): « Les situations du terrain ethnographique comme performance, une question de méthode. »

Joadel Elongo (doctorant en anthropologie, ITEM, UPPA) : « Analyse socio-anthropologique de la corruption en Afrique noire francophone: le cas du Congo »

Discutant : Jacques Jassaud, professeur en sciences de gestion, laboratoire Centre d’Analyse Théorique et de Traitement des données économiques (CATT), UPPA

Séminaire ouvert à tou.te.s !

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise
(Europe, Afrique, Amériques)
9h00 – 17h30
UPPA- Salle du Conseil, Bâtiment Lettres SH
Avec le soutien de  la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages, de l’Ecole Doctorale des Sciences Sociales et Humanités, Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM), Les Afriques dans le monde (LAM) et ALTER.

Le séminaire du mardi 27 février 2018 fait suite à une série de trois séminaires de 2017 qui ont été consacrés aux questions d’identités et de discours dans les sociétés du Maghreb, d’Afrique centrale et de la région des Grands lacs. La réflexion nous avait  amené à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social ont affecté les acteurs politiques et la société civile. Les intervenants s’étaient interrogés de savoir quels sont les discours, les nouveaux dispositifs politiques et sociaux qui ont modelé les identités multiples d’acteurs anciens comme nouveaux ? Quelles sont les pesanteurs structurelles, cycliques et les nouvelles donnes observables ? Et comment le chercheur ou la chercheure des sciences sociales et humaines peut-elle ou peut-il contribuer à des analyses pertinentes des processus de délégitimation et de radicalisation sur les terrains étudiés?

Pour ce second séminaire, les intervenants seront amenés à analyser quelles sont les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise qui sont élaborées pour construire la paix et réinventer le lien social encore fragile, après de longues périodes de conflits et de violences guerrières.  En effet, les processus de « sorties de crises » de ces dernières années à travers par exemple la commission « Vérité et Réconciliation » en Afrique du Sud et les conférences nationales dans la plupart des sociétés africaines subsahariennes ont mobilisé l’attention de plusieurs analystes sur leur caractère inédit ; notamment du fait des procédés utilisés pour sortir de la crise, à savoir, le choix de l’espace de la négociation et de la médiation en vue de la réconciliation, le compromis nécessaire entre les acteurs concernés, l’accomplissement et l’observation des rites expiatoires pour conjurer la violence entre les individus, les groupes et les sociétés ; les modalités de gestion permanente des situations post-crises et post-conflits par l’articulation du traitement politique et judiciaire de la crise combinée avec son traitement religieux, selon le triptyque  énonciation de la vérité – reconnaissance de la faute commise par le ou les individus –  sollicitation du pardon ; enfin, l’institution de la parole dite pour exorciser le mal et le crime commis individuellement dans le champ social et le champ politique.

A travers des regards comparés et interdisciplinaires, les interventions programmées s’emploieront à apporter des éléments de réflexion nécessaires à la compréhension des questions étudiées.

Programme

8h45: Accueil

9h00-9h20: Mot d’accueil des organisateurs
– Mot du Directeur de l’Ecole Doctorale 481, Pr. Jean-Yves PUYO
– Mot de la Directrice de la Fédération de recherche, Pr. Nadia MEKOUAR
  • Session 1: Négocier est-ce possible?
9h20-9h40: Pr. Abel KOUVOUAMA, Politiques mémorielles, « régimes » de vérité et modalités de sortie de crise : quelques « foyers d’expériences »
9h40-10h00: Pr. Cyrille KONE, Comment croire encore à la réconciliation au Burkina-Faso?
Pause: 10h20- 10h30
  • Session 2: Les choix des institutions et du politique: entre justice et commémoration?
10h30-10h50 : Pr. Jean-Pierre ALLINNE, Commémorations, mémoriaux et pratiques différenciées de la mémoire au Rwanda
10h50-11h10 : Dr. Emilie MATIGNON, Approches restauratives et sorties de crise : quelles autres perspectives au-delà des CVR?
11h10-11h30 : Dr. Hervé MAUPEU,  Mémoire et génocide au Rwanda: à propos de quelques ouvrages récents
  • Session 3: Les pratiques sociales alternatives : entre pardon et guérison?
14h00-14h20: Pr. Christian THIBON, Mémoire, oubli et pardon: la résilience par la religion, le recours à Dieu,  entre Imana et Kubwanda dans la Région des Grands Lacs
14h20-14h40: Dr. Alain CAZENAVE-PIARROT, Pratiques sorcellaires au Burundi: sortir de la mémoire de la crise
14h40-15h00: Pr. Patrice YENGO, Prophétismes et thérapeutiques des mémoires improbables
  • 15h45 : Session 4: Table-ronde : Ré-inventer le lien social ?

CONTACT : federationefm@univ-pau.fr et  lam-uppa @ univ-pau.fr

Télécharger le programme

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)

 

Image relation

Colloque « Image relation »
Du 27 au 28 mars 2017
Université Catholique de l’Ouest Angers

 

L’image est un objet de dynamique culturelle et anthropologique dont la prégnance s’est démultipliée dans nos sociétés hypermodernes (Belting, 2001)

L’origine, le statut, la nature et la plasticité même de l’image demeurent des questionnements sans cesse renouvelés car l’image vit, circule, performe, se renouvelle, et fait face à une révolution du regard comme du visible.
Mais que donne-t-elle à voir, à subir et à éprouver ?
Quelles formes nouvelles d’interactions, d’identification, de distanciation, de vénération et de célébration convoque-t-elle ?
Quelle sensibilité nous inspire-t-elle ?
À quelle trivialité nous assigne-t-elle ?
Et enfin dans quel rapport au temps nous inscrit-elle ?
Nous proposons de circonscrire l’image, en tant qu’objet d’études, au prisme de trois paradigmes, trivialité, sensibilité et visibilité, qui marquent une modernité certes tardive (Rosa, 2010) mais dont la dynamique ne cesse de déployer des dispositifs de confrontation à l’image.

 

Lundi 27 mars 2017

8h15-9h00 Accueil [Amphi Diès | bâtiment E-Bazin]
9h00-9h30 Présentation du colloque Dominique Vermersch, Recteur de l’UCO – Anne Pauzet, Responsable de l’équipe de recherche LICIA [Amphi Diès]
9h30-10h30 Conférence d’ouvertureSimon RICHIR | Laval Virtual – EVI, Laboratoire Arts et Métiers Paris Tech Angers (LAMPA) [Amphi Diès]
Vers un monde d’images virtuelles et augmentées ? Quand la technologie 3D jaillit des réseaux pour inonder notre quotidien et nous téléporter dans de nouveaux espaces.
10h30-10h45  Pause

SESSION 1

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [Salle E203]
10h45-11h15 Abir ABID | École Nationale d’Ingénieurs de Sfax – Tunisie
La trivialité de l’image publicitaire : un concept à construire
Marie-Laure DELAPORTE | Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Entre image-temps et image-perception
11h15-11h45 Fateh MELAKHESSOU | Université de Sétif 2, Alger – Algérie
Pour une exploration de la paratopie dans la scénographie de l’image publicitaire
Tatiana SENKEVITCH | Université de Rice et Fondation Sarah Blaffer à Houston, USA
Et in Pictura Ego : les élégies visuelles d’Alexander Sokurov
11h45-12h15 Anne-Sophie JURION | Université Paris 13
Du Colorama Kodak à la publication Facebook : D’une proposition à une réappropriation idéale du monde
Amandine TURRI HOELKEN | Université de Strasbourg
Analyse anthropologique et esthétique de l’image dans la photographie documentaire dialogique
12h15-14h00 Déjeuner

SESSION 2

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [salle E203]
14h00-14h30 Marie KONDRAT | Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Université de Genève
Le visible, l’invisible, le regard. L’image selon Marie-José Mondzain
Delphine RABIER | Université François-Rabelais, Tours, CESR
Visibilité et sensibilité de l’image : le cas des portraits de dévotion dans la peinture des Anciens Pays-Bas (XVe siècle)
14h30-15h00 Thiphaine Annabelle BESNARD | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Circulations et rencontres d’images « antiquisantes » : arrêts sur quelques œuvres de Xu Zhen et de Jeff Koons, entre Orient et Occident
Jean-François SAVANG | Université de Nantes
La bande dessinée à la croisée de la théorie entre image et langage
15h00-15h30 Chiara VECCHIARELLI | École Normale Supérieure, Paris
Le visible et l’invisible
L’imaginal, ou sur la fonction relationnelle de l’image dans la pensée de Gilbert Simondon et d’Henri Corbin
15h30-15h45 Pause

Ah bé tè ! Troisièmes rencontres anthro-Pau-logiques

Critique du discours dominant comme projet d’émancipation.

Du 15 au 17 mars 2017

 

Pour ces troisièmes rencontres « anthro-Pau-logiques », les doctorants en anthropologie et sociologie de l’UPPA souhaitent aborder l’émancipation, celle qui libère, qui permet de créer et de penser l’Utopie. Dans ce cadre, le rôle des média est indéniable : la presse actuelle aliène-t-elle plus qu’elle n’émancipe ? La question centrale est celle de la transition qui s’opère entre la presse communautaire d’hier et d’aujourd’hui, et la presse propagandiste médiatrice du discours dominant.

 

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux « médias communautaires », ces canaux d’informations localisés qui portent un réel projet d’émancipation, articulant le désir immédiat d’une vie meilleure et l’utopie comme étant la réalité de demain. Nous avons pris pour exemple le journal communautaire et régional Pays (diffusé en Gascogne et au Pays Basque Nord) parce qu’il porte une critique sociale et un projet d’émancipation ; il constitue une archives des luttes sociales des années 1970.

 

Au travers de ces journées, nous voulons comprendre l’incidence de ce décollement sur les trajectoires individuelles et le développement d’une pensée collective portée par la critique et l’émancipation.
Dans ce séminaire pluridisciplinaire, nous invitons à réfléchir sur les notions de critique  et d’émancipation en partant d’exemples-types de médias et acteurs de presse communautaire, mais aussi de sujets sociétaux en rapport, ou non, avec cette presse.

 

Mercredi 15 mars 2017 : ouverture des Troisièmes Rencontres avec la conférence gesticulée « Ethno-conf. Cultures à toutes les sauces » d’Anaïs Vaillant à la médiathèque André Labarrère à Pau (64) dès 18 h.

 

Jeudi 16 mars 2017 : Journée consacrée au journal hebdomadaire communautaire et régional Pays diffusé de 1977 à 1978 en Gascogne et au Pays Basque Nord comme exemple d’une critique sociale et d’un projet d’émancipation des années 1970.
Auditorium du Château d’Este, InOc Aquitaine, de 9 h à 18 h.

 

Vendredi 17 mars 2017 : Journée consacrée aux média et courants minoritaires.
Amphithéâtre de la Présidence, Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 8 h 30 à 18 h.

 

 

Entrée libre et ouverte à tou(te)s

 

Entre utilité(s) et bien commun

 Entre utilité(s) et bien commun: « la nature » à l’épreuve de la société

Terres et territoire du bord de l’Adour

Vendredi 3 Février 2017.Saint Maurice. Salle municipale

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour en partenariat avec la Région et la Communauté de Communes du Pays Grenadois organise un séminaire sur le lieu même de nos recherches et ouvert à tous.
C’est à l’heure où s’affirme partout la biodiversité accompagnée de son corollaire, qui est celui de la transition écologique, que le Pays Grenadois se retrouve confronté à de nouvelles règles qui vont peser durablement sur son avenir. Ainsi, les saligues du bord de l’Adour deviennent milieu naturel et l’écologisation de l’agriculture provoque des changements de pratiques et d’usage. Lors de ce séminaire, nous nous poserons un ensemble de questions, notamment celles de la place et de la participation des populations locales dans les prises de décision concernant l’écologie de leur territoire, ainsi que celles de l’identité et du bien commun ou encore du modèle économique dominant et de son émancipation comme autant d’enjeux.
Nous porterons aussi un regard sur les utilités passées des écosystèmes aujourd’hui convoités et sur la possible réactivation de pratiques et usages les concernant. Nous conclurons ce séminaire par une table ronde sur le fait éducatif en écoutant et, nous
l’espérons, en discutant des approches de l’éducation à l’environnement qui est aussi un objet de médiation entre l’homme et la nature.

Contenu et déroulement :

8h45. Accueil par M. Jacques Chopin maire de Saint Maurice. Présentation: MM. Pierre Dufourcq, président de la communauté de commune et Abel Kouvouama, professeur des Université. Anthropologue. Directeur de recherche et de l’UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports.

9h15-9h45. Mme Maria del Mar González Dueñas. UPPA / UMR-PASSAGES, France et UPV/EHU / Institute HEGOA, Espagne.
Les sociétés et leurs milieux à travers l’aménagement : une approche de la question de « l’Intégration »
« « L’intégration » des populations dans les processus d’aménagement apparaît comme une préoccupation bien présente dans nos sociétés, mais aussi comme un concept plein de potentialités. Elle nous oblige à repenser les liens de cohésion entre territoire-environnement et homme, mais aussi les liens sociaux et les liens entre territoires. Ces derniers nous reconnectent avec d’autres notions telles que : ordre social, coopération, participation, identité, commun, adaptation-renouvellement ».
10h-10h30. Mme Mara Sierra Jimenez. UPPA / PASSAGES UMR 5319 – CNRS.
Communautés d’habitants et gestion environnementale : l’exemple du parc amazonien de Guyane (Fr).
« La gestion territoriale des parcs met souvent en évidence des conflits économiques et d’usage qui découlent de la superposition d’un label international de protection sur des territoires socioculturels endogènes à l’échelle locale. Le territoire communautaire se voit confronté à l’application de normes et de dynamiques exogènes dont les impacts sur les populations permettent de questionner la notion de communauté. Le parc amazonien de la Guyane française, créé en 2007, est un exemple parlant des difficultés de gestion et de gouvernance rencontrées sur ce type de territoires de conservation habités… »
11h-11h30. M. Rémy Berdou. UPPA / ITEM. EA 3002.
Une idée du bien commun : entre conscience et utopie !
« Si certaines ressources peuvent être l’objet de luttes pour être clairement identifiées en tant que Communs, garantissant alors une utilisation durable et équitable, d’autres sont légalement considérées comme communes/collectives par essence. C’est le cas par exemple de la quasi totalité des estives des montagnes béarnaises qui composent un élément primordial de l’élevage valléen. Elles représentent environ 95% de la surface du Haut-Béarn, et assurent l’alimentation du bétail entre 2 et 5 mois par an. Ces communs pastoraux sont gérés par différents organismes communautaires représentant les propriétaires : des communes, des groupes de communes ou d’habitants ».

11h30-12h. M Pr Robert Ziavoula. INALCO et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques Territoire et territorialité : une question d’identité ?

14h-14h30. M Idrissa Mané. UPPA / ITEM. EA 3002.
Faire de nos campagnes des villes ?
«L’introduction de la modernité, l’infiltration du capitalisme libéral, l’attrait exercé par les villes sur les campagnes et l’encadrement institutionnel qui fait intervenir de multiples acteurs ont transformé aussi bien l’économie, les pratiques, les identités et les représentations dans et sur les campagnes. En partant de rationalités économiques qui apparaissent au travers des données d’enquêtes recueillies en Pays Grenadois, j’envisage d’interroger les représentations et le modèle de développement qui semblent destiner les campagnes à se transformer en villes ou à disparaître. Ce faisant, il me semble important de montrer en quoi il est possible de satisfaire au développement tout en gardant son identité de territoire rural».
14h30-15h. M Dominique Cunchinabe. UPPA / ITEM. EA 3002.
Communautés paysannes et émancipation: co-construire une écologie locale.
«Dans la montagne basque, la plaine béarnaise ou encore le long de l’Adour dans les Landes, des groupes d’interlocution critiquent et finissent parfois par s’opposer ouvertement au projet politique de la biodiversité s’insinuant dans leurs territoires. Comprendre ces groupes, c’est revenir sur la notion de communautés paysannes et rurales qui s’ancrent dans l’histoire et fournissent aujourd’hui des exemples de résilience culturelle. Se posent alors les questions de l’ajustement, de l’entendement et du changement nécessaires pour que les communautés locales et scientifiques ainsi que les collectivités puissent oeuvrer vers une convergence écologique comme étant le fruit de l’émancipation de schémas convenus et structurels qui s’imposent sans suffisamment de concertation sur les territoires ».
15h30-16h30. Table ronde.
GRAINE Aquitaine. Réseau d’Education à l’Environnement- Ecole et Nature.
CPIE Seignanx-Adour. Centre Permanent des Initiatives à l’Environnement.
Association Lagrange. Association locale d’éducation populaire.
CG 40. Conseil Général des Landes. Service Environnement. Gestion des sites naturels.
Apprendre l’écologie – apprendre le territoire.
« Il n’y aura pas de développement durable sans éducation : Ce constat implique une volonté forte des pouvoirs publics pour que toutes les politiques territoriales intègrent l’indispensable volet éducatif, sans lequel toute action serait vaine sur le long terme. En ce sens, la responsabilité citoyenne engage les acteurs de l’EE à aller de l’avant et à entrer en dialogue avec toutes les sphères d’influence de la société et à se positionner encore plus ouvertement sur le plan politique. C’est aussi le couple partenariat/confiance qui est au coeur des processus de changement. A partir de ce postulat, comment s’organiser pour être efficace, comment travailler avec les élus, les collectivités? Comment avancer avec l’autre sans renier ses valeurs et ses principes ? » (reseauecoleetnature.org / 2016).

Selon les principes d’une table ronde chaque partenaire sera amené à présenter sa structure, ses objectifs et les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour y parvenir. Cette présentation n’excède pas 10mn puis après le tour de table, le modérateur engage une discussion plutôt centrée sur les thèmes du séminaire.

16h30-17h15. MM Pr. Abel Kouvouama et Pr. Robert Ziavoula.
Conclusion offerte au débat

17h15. Clôture du séminaire et petite collation de départ.

Contacts :
M Dominique Cunchinabe. Coordination du projet de recherche en Pays- Grenadois.
UPPA/ITEM. EA 3002. Bâtiment Institut Claude Laugénie. Avenue du Doyen Poplawski.
Pau 64 000. dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Tel : 06 88 12 05 19.
Mme Marylis Duluc. Coordinatrice tourisme, Culture et Patrimoine de la Communauté de
Communes du Pays Grenadois.
Grenade sur l’Adour 40 270.
tcp@cc-paysgrenadois.fr
Tel : 05 58 45 45 98.

Parution « Pays pyrénéens et environnement »

Les actes du colloque « Pays pyrénéens et environnement » dont les Carnets avaient relayé l’appel viennent de paraître sous la direction de Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez. Ils sont édités par la Fédération historique Midi Pyrénées et la société Ramond.

Vous y retrouverez plusieurs articles des membres d’ITEM.

Dans le chapitre occupation de l’espace, deux articles émanant du groupe de recherche POEM:

Benoît Pace et al., Les « campements de piémonts pyrénéens » de la Protohistoire à l’Antiquité: apports de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et perspectives spatiales, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01438490

Alain Campo et al., L’étude de la fréquentation romaine des grottes: nouvelles perspectives de recherche dans la partie occidentales des Pyrénées.

Histoire et archéologie, forêt et pâturages

Le Couédic et al. , Comparer et modéliser les sites, les territoires et les systèmes pastoraux pyrénéens dans la diachronie: présentation et premiers résultats du projet collaboratif DEPART. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01399071

Découvertes et représentations

Françoise Saliou-Pedegert, « Cauç » et « cauceta » ou la légitimation par nature d’un ordre social.

Viviane Delpech, Viollet-le-duc à la découverte des Pyrénées en 1833. Une science romantique.

Pour plus d’informations :

Fédération historique de Midi-Pyrénées http://archives.haute-garonne.fr/histoire_patrimoine/associations/federation/fhmp_adherent.html#top

Image de couverture: « Bagnères-de-Bigorre et la Vallée de Campan, lithographie de Oliver William, 1ère moitié du XIXe siècle »

Appel à communication « Ah bé tè ! Troisièmes rencontres anthro-Pau-logiques »

Ah bé tè ! Troisièmes rencontres anthro-Pau-logiques 

16-17 mars 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Critique du discours dominant comme projet d’émancipation individuelle et collective

Pour ces troisièmes rencontres « anthro-Pau-logiques », notre ambition est d’aborder l’émancipation, celle qui libère, permettant de créer et de penser l’Utopie. Dans ce cadre, le rôle des médias est indéniable. La question centrale qui nous occupe est celle de la transition qui s’opère entre la presse communautaire d’hier et d’aujourd’hui, et la presse propagandiste médiatrice du discours dominant. Nous voulions comprendre l’incidence de ce décollement sur les trajectoires individuelles et le développement d’une pensée collective portée par la critique et l’émancipation. Dans ce séminaire, nous invitons à réfléchir sur les notions de critique et d’émancipation en partant d’exemples-types de médias et acteurs de presse communautaire, mais aussi de sujets sociétaux en rapport, ou non, avec cette presse.


Plus d’informations :
Argumentaire 3èmes anthro-Pau-logiques.

Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre, un résumé de 10 lignes et une bio-bibliographie de 5 lignes) avant le 15 décembre 2016, à envoyer à l’équipe organisatrice :

lesanthropaulogiques@yahoo.com

C.O. des Anthro-Pau-logiques

BERDOU Rémy
CUNCHINABE Dominique
LAMOTHE Mathilde
LARCHÉ Mélanie
MANÉ Idrissa
POVEDA Txomin
VINNAIN Milo

“Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes »

Les 16, 23 et 30 novembre 2016 dans l’amphithéâtre de la présidence, le laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), le laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM) et le master « Histoire, civilisations, patrimoines » (HCP) de l’UFR LLSHS, proposent trois séminaires sur le thème Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes (Afrique centrale, Afrique des Grands lacs et Pays du Maghreb).

L’état de guerre dans les sociétés africaines conduit à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social affectent les acteurs politiques et la société civile. Quels sont les discours, les nouveaux dispositifs sociaux qui modèlent les identités multiples d’acteurs ? Il s’agit pour les intervenants, à partir des études de cas et des approches interdisciplinaires de voir, de quelle manière, les sciences sociales et humaines sont-elles aptes à appréhender « les situations extrêmes », cet objet inédit.

Les séminaires :

  • Mercredi 16 novembre 2016, Afrique centrale :
    • Abel Kouvouama, ITEM-EFM/UPPA, Ce que vivre et penser les situations extrêmes veut dire : esquisses d’analyse anthropologique et philosophique,
    • Patrice Yengo, IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH (Paris), Anthropologie de la violence politique et guerrière au Congo-Brazzaville.

Programme – séminaire du 16 novembre 2016

  • Mercredi 23 novembre 2016, La région des grands lacs africains Burundi et République démocratique du Congo les kivu :
    • Christian Thibon, LAM, Pesanteurs structurelles, cycliques et nouvelle donne dans la Région des Grands lacs,
    • D. Banshimiyubusa,  LAM, Le Kivu, la crise burundaise et les crispations identitaires dans la crise actuelle 2015-16,
    • Libère TUMBA, LAM, Le Kivu, étude comparée des territoires Uvira Masisi Rushuru,
    • Thibault  Morelle, LAM, Le Kivu une région martyr, un état des conflits,
    • Matthieu Boloquy,  Impunity Watch, Crises, opinions publiques et perceptions des conflits dans la Région des Grands Lacs,
    • G. Gerold et M. Merino , FRS, Les échéances politiques en république démocratique du Congo,
    • Christian Thibon, LAM, Burundi une crise sans sortie ?,
    • Hervé Maupeu LAM, Retour sur déligitimation et radicalisation.

Programme-seminaire-du-23-novembre-2016

  • Mercredi 30 novembre 2016, Pays du Maghreb :
    • Abel Kouvouama ITEM-EFM/UPPA, Politique, religions et violences armées : crise  du lien social ?,
    • Abderhamanne Moussaoui, Université Lyon2, Violence meurtrière dans l’Algérie des années 1990 : enjeux, angoisses et motivations du chercheur.

Programme-seminaire-du-30-novembre-2016

Ce projet rentre dans le cadre de la fédération de recherche Espaces, frontières, métissages (FR 4153) (axe : Espaces et identités), du master « Histoire, civilisations, patrimoines » (séminaire Identités et discours) ; il est soutenu par Les Afriques dans le monde (LAM) et par l’école doctorale Sciences sociales et humanités (ED 481) de l’UPPA.