Archives par mot-clé : anthropologie

Lien social et nouvelles formes de sociabilité dans les sociétés africaines

Ouvrage sous la direction d’Abel Kouvouama et Régine Tchicaya-Oboa

Résumé

Cerner les différentes formes du lien social à partir de la diversité des faits sociaux identifiés dans telle ou telle société, dans tel ou tel espace urbain ou rural constitue une véritable gageure. Car, les manières d’agir des individus et des groupes ont des répercussions sur les relations, sur les normes et sur les valeurs qui les relient les uns aux autres. Les analyses sociologiques et anthropologiques aussi bien des formes de délitement du lien social, des formes anciennes de solidarité que de nouvelles formes concrètes de sociabilité permettent d’appréhender dans le temps long comme dans le temps court, les transformations du lien social ; ceci pour y déceler, tantôt la force ou la faiblesse des relations de proximité et d’interconnaissance entre les membres d’une société ; tantôt le caractère impersonnel et contractuel des relations. Si penser le lien social, c’est le penser de manière relationnelle, cet ouvrage offre à travers les lectures multiples qui y sont faites, les variétés et la richesse analytique des situations explorées principalement dans les sociétés africaines, ainsi que dans les sociétés européennes.

Caractéristiques détaillées

Editeur : Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collection : Espaces, Frontières, Métissages (EFM) (n°21)

  • Nombre de pages : 208
  • Dimensions (l x p) : 24,5×17 cm
  • ISBN : 2-35311-048-7ISSN : 2269-0778
  • EAN : 9782353110483
  • Parution : juin 2024
  • Prix : 18€

Papier (broché)

Auteurs et contributeurs

Téléchargements

Sommaire (123 Ko)

Formation et appropriation des frontières en Europe (XVIIe- XXIe siècles)

Journée d’étude “Formation et appropriation des frontières en Europe (XVIIe- XXIe siècles). Approches pluridisciplinaires (anthropologie, géographie et histoire)”.

Le 16 février 2024

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Pour assister à la journée à distance (lien TEAMS) :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

 

Argumentaire

Dans les traités internationaux du XVIIe siècle, de ceux de Westphalie (1648) à celui des Pyrénées (1659), la répartition des territoires se fait par énumération zonale, telle surface revenant à la souveraineté de tel prince. Mais, un siècle plus tard, les traités de l’ère de la délimitation relèvent d’une logique de projection textuelle de lignes, que l’on dit alors « divisoires », dans l’espace. Ainsi en est-il, par exemple, des négociations entre la France et le Piémont-Sardaigne (1760) ou l’Espagne (1785). Dans les textes de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les mots reproduisent donc le sillon qui doit relier les points d’abornement sur le terrain. Cela traduit un véritable bouleversement dans les rapports que les agents des États royaux entretiennent avec les espaces frontaliers.

Mais d’aucun(e)s diraient à bon droit que cette perspective demeure trop verticale et laisse peu de place aux populations, qui font en réalité bien plus que subir passivement la formation des frontières européennes. Dans le processus de délimitation (tracer un figuré linéaire sur une carte), de démarcation (réaliser un abornement) ou même dans la spécification de droits, jamais les populations locales ne sont absentes et jouent un rôle déterminant dans la construction d’un système frontalier. Cela signifie par conséquent que les frontières ne doivent pas être abordées comme des formes d’aliénation, mais plutôt comme une ressource, une rampe de lancement, un catalyseur de l’agentivité, l’inventivité, on a presque dit la virtuosité louvoyante des populations que les autorités ne peuvent ignorer.

Entre formation et appropriation des frontières, il y a là un couple de quasi antonymes qu’il s’agit de réconcilier.

Programme

Matinée


8h00  Accueil en salle Chadefaud (UPPA, Institut Claude Laugénie)

8h30

Maxime Kaci (maître de conférences en histoire, Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre, UR 2273)
Les frontières un enjeu de sociétés : populations frontalières et négociations diplomatiques (XVIIe- XVIIIe siècle, Europe)

9h10 
Jean-Yves Puyo (professeur de géographie humaine, UPPA– TREE, UMR 6031)
Délimiter une frontière : du respect des droits d’usage à la recherche d’évanescentes « limites naturelles » (Pyrénées, XVIIe-XIXe siècles)

9h50 
Paloma Puente Lozano (profesora ayudante doctora, géographie humaine, Universidad Carlos III de Madrid)
Territoire et frontière : concepts, acteurs, lieux (Espagne-Portugal)

10h20 Pause – café


10h50 
Francesco Olivo (doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Est-Créteil – CRHEC, UR 4392)
Des frontières dans les Alpes à la frontière alpine : l’histoire croisée comme méthode d’analyse (XIXe siècle) 


11h30 
Elena Casiriain (doctorante en anthropologie Université Toulouse Jean Jaurès – Universidad del País Vasco, LISST-CAS UMR 5193)
Faire et défaire la frontière au quotidien : vivre dans la région frontalière du Pays Basque aujourd’hui


 Après-midi

14h00
Reprise en salle Chadefaud (UPPA, Institut Claude Laugénie)

14h00-15h30
Atelier de travail et d’échange entre les intervenant(e)s et les étudiant(e)s

Après 15h30
Temps d’échange entre les intervenant(e)s

JE Frontières programme

Contact

benjamin.duinat@univ-pau.fr

Ego d’histoire – histoire d’égo

La journée d’étude Ego d’histoire – histoire d’égo, organisée sous la direction de Frédéric Bidouze et Abel Kouvouama, aura lieu à l’Amphithéâtre de la présidence de l’ Université de Pau et des Pays de l’Adour le 27 octobre 2023.

Argumentaire

La question a été maintes fois posée depuis des siècles : l’historien est-il comme tous les chercheurs, ignorant de ses propres consciences de l’enfance, de son éducation et de sa formation, comme des sinuosités de sa propre vie, heureuses ou malheureuses, qu’il ait été acteur de l’histoire, témoin ou simple passeur ? La réponse est assurément non. On a voulu depuis une trentaine d’années fixer dans l’exercice de la fonction d’enseignant-chercheur une épreuve imposée qui, quoique rigide dans ses directives officielles, a eu le mérite au moins de forcer l’entrée d’une quasi-introspection du cœur et de l’intelligence entre épistémologie et sensibilité personnelle, entre « neutralité axiologique » et engagement.

Et si l’ego nous conduisait à une anthropologie de l’âme du chercheur plutôt qu’au récit ? Est-ce que finalement l’ego n’est pas la part de chacun des témoins, manipulateurs de sources et d’archives, chargés de prêcher la parole et les actes du passé pour mieux transmettre à leurs contemporains l’âme d’une époque et toujours la compréhension rétroactive des systèmes, des structures et de ce qui fait depuis l’aube de l’humanité, le sel commun des comportements ?

Voir le programme

Ci-joint le lien Teams pour accéder à la journée en visioconférence:
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Contact

Contact

frederic.bidouze@univ-pau.fr

Mediating differences through food memory: Several approaches on Regional Cultural Identity


The Scientific Conference
of the Research Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA)

5th edition, Timisoara, 30th June 2023, West University

A noter la participation de :

11:15 – 12:45 Negociating identity: migration and culinary heritage (Chair: Petko Hristov)

  • Amandine Leporc, West University of Timișoara / University of Pau, De
    l’immigration à l’intégration : une évolution des pratiques culinaires traditionnelles d’une
    famille italienne

18:00 – 19:30 Soups / Supe / Soupes / Супи (moderator: Mihaela Bucin)
• Patricia Heiniger – Casteret, University of Pau, La poule au pot du bon roi Henry

Tsiganes

Tsiganes, ou ces inconnus qu’on appelle aussi Gitans, Bohémiens, Roms, Gypsies, Manouches, Rabouins, Gens du voyage…

Ce livre est construit en deux parties : « Souvenirs » et « Définitions ». « Souvenirs » est le récit de la rencontre de Patrick Williams avec les Manouches de la Creuse et avec les Rom Kalderash de Paris. Il plonge d’emblée le lecteur dans un véritable roman initiatique, le héros s’émerveillant (avec le lecteur) à chaque découverte. Mais, bien que marié à une Romni kalderash et devenu chef d’une famille rom, Patrick Williams reste un gadjo, et un intellectuel. Cette partie s’achève sur son engagement dans l’ethnologie, laquelle, citant Leonardo Piasere, « invente un domaine qui est “comme-la-vie” ». Et Patrick Williams d’ajouter : « M’installer dans le “comme”, voilà qui me convenait ». La deuxième partie, « Définitions », explore ce qui n’a jamais cessé de l’intriguer : que les Manouches et les Roms apparaissent à la fois si différents et si semblables. Qu’en est-il dès lors de la totalité tsigane ? L’ethnologue s’appuie pour cela – entre autres – sur sa connaissance de la grande majorité des travaux d’ethnologie publiés sur les « Tsiganes » et cherche constamment à rebondir du particulier au général, du général au particulier. Cette partie traite d’une question fondamentale pour tout chercheur(e) en anthropologie sociale : en quoi, au-delà du groupe humain plus ou moins défini qui est étudié, leur sujet de recherche peut nous en apprendre sur la société environnante, voire sur l’humanité en tant que telle ? oeuvre majeure qui dépasse les limites d’une simple ethnographie des Tsiganes, cet ouvrage est le magnifique testament d’un grand anthropologue, rigoureux et libre, souvent poète, qui vient éclairer la vie.

Auteur

Patrick Williams

Editeur

Puf

Date de parution

24/08/2022

EAN

9782130835530

Voyages réels, voyages imaginaires : Perspectives interdisciplinaires

Editura Universității din București – Bucharest University Press

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

  • Editeurs scientifiques:  SIMONA CORLAN IOAN, LIONEL DUPUY, ABEL KOUVOUAMA, ECATERINA LUNG
  • 2022, 438 p.
  • ISBN: 978-606-16-1303-8

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique fondamentalement interdisciplinaire et internationale a favorisé ici des analyses et réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique à partir d’un fonds conceptuel commun aux différentes disciplines des sciences sociales et humaines en dialogue. Le présent volume en porte la marque à travers l’exploration de plusieurs thèmes et notions convoqués comme la mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme.


C’est pourquoi, les articles qui y sont réunis, résultat du colloque international et interdisciplinaire qui a eu lieu les 24 et 25 octobre 2019 à l’Université de Bucarest, abordent la thématique du voyage sous trois angles : premièrement, celui de l’épistémologie du voyage afin de voir comment les lettres, langues, sciences sociales et humaines appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité et sa destination. Deuxièmement, sous l’angle des relations entre le réel et l’imaginaire par lesquelles, les recherches sur les voyages articulent ces deux catégories d’analyse et de pratiques d’acteurs sociaux. Troisièmement, sous l’angle des rapports entre le sujet, le récit et le lieu dans leur appréhension à travers les productions romanesques et les récits de voyage où s’articulent l’oral, l’écrit et l’image.

Colloque Altérité, don, prestige

Colloque international Altérité, don, prestige. De l’anthropologie à l’histoire chez soi et ailleurs

16-17 juin 2022

Département d’histoire ancienne, d’archéologie et d’histoire de l’art
(Faculté d’histoire)
Institut d’Etudes Africaines – Chaire Senghor
CEREFREA Villa Noël de l’Université de Bucarest (Roumanie)
avec le soutien de l’Institut Français de Roumanie à Bucarest

Dans le cadre pédagogique, scientifique et institutionnel de l’Accord de Coopération Universitaire (ACI) existant entre l’Université de Bucarest (Roumanie) et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (France).

Comité scientifique :
Frédéric Bidouze (UPPA France)
Isabelle Chol (UPPA France)
Simona Corlan-Ioan (UB Roumanie)
Abel Kouvouama (UPPA France)
Alexandra Lițu (UB Roumanie)
Ecaterina Lung (UB Roumanie)
François Réchin (UPPA France)
Florin Țurcanu (UB Roumanie)

Format : hybride

  • En présentiel : dans la Salle de Conseil, Faculté d’Histoire, Université de Bucarest
  • En distanciel : sur Zoom
    Interventions : 20 minutes / Discussions : 10 minutes
    Horaire : heures de Bucarest
    Participation : sur inscription jusqu’au 15 juin 2022 (délai de rigueur), à l’adresse e-mail suivante : alteritedonpres@gmail.com

PROGRAMME
Mots d’ouverture
13h00-13h30 Bienvenue de la part des institutions organisatrices et ouverture du colloque


Jeudi, le 16 Juin – Enjeux modernes et contemporains I

13h30-14h00 Simona Corlan (Université de Bucarest), titre à pourvoir

14h00-14h30 Asma Slimani (Université Mhamed Bougara, Bourmedes, Algérie), L’écriture-traduction dibienne : l’Autre au miroir de l’identité

14h30-15h00 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour ITEM-UPPA-E2S), Identité, altérité, prestige et mise en scène de soi des sapeurs congolais dans les micros-sociétés urbaines de Brazzaville et de Kinshasa

15h00-15h30 Ileana Dascălu (Université de Bucarest), Altérité et norme morale : la restitution du patrimoine culturel africain

15h30-16h00 Pause

Jeudi, le 16 Juin – Enjeux modernes et contemporains II

16h00-16h30 Cristian Bobicescu (Académie Roumaine), Louis XIV contre Pierre Bourdieu : sur la question de la générosité

16h30-17h00 Frédéric Bidouze (Université de Pau et des Pays de l’Adour ITEM-UPPA-E2S), D’une identité résistante à une altérité de la Révolution française : le cas du prestige « détruit » des magistrats d’Ancien régime

17h00-17h30 Martin Minost (Centre d’Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine UMR8173-CCJ ; ENSA Paris-Malaquais), Formes contemporaines d’orientalisme et d’occidentalisme en Chine. L’autre et le soi dans les décorations de logements à Thames Town, Shanghai

17h30-18h00 Maia Kvrivishvili (Université d’Etat de Tbilissi Ivané Javakhishvili), L’impérialisme russe soviétique et le processus de formation de la Géorgie soviétique

18h00-18h30 Bruno Bouchard (Université du Québec), L’altérité comptable : de sa première trace manuscrite de l’histoire à sa mondialisation anthropologique

Vendredi, le 17 Juin – Enjeux modernes et contemporains III

10h00-10h30 Doriane Molay (Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron, EHESS), Du prestige à l’altérité. L’évolution de la pratique photographique

10h30-11h00 Paul van Eersel (éducateur spécialisé), Addiction : de la composition de l’autre à son déni

Vendredi, le 17 Juin – Enjeux antiques et médiévaux

11h00-11h30 Tony Fouyer (UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne), Signaler son altérité en invoquant le passé ? Réflexions à partir de cas d’études méditerranéens (VIIIe-IVe siècles av. J.-C.)

11h30-12h00 Alexandra Lițu (Université de Bucarest), La guerre de Troie chez Homère entre altérité et identité

12h00-12h30 Omer Arsène Ivora Mouangoye (Université Omar Bongo de Libreville, Gabon), Les guerres médiques et la fluctuation du concept et de l’image du barbare entre le VIe s. et le Ve av. J.-C.

12h30-13h00 Ferzi Gadea Bouckinda (Université Omar Bongo de Libreville, Gabon), La citoyenneté grecque : un modèle d’incubation d’altération entre les rapports sociaux (Ve-IVe siècles av. J.-C.)

13h00-13h30 Manuela Dobre (Université de Bucarest), Identité et altérité occidentales dans les sources historiques byzantines du XVe siècle

13h30-14h00 Sofia Serdari (Université d’Ioannina-UOI), « De saeuiore multo primis hoste » : Un cyceon d’altérité, don et prestige dans les Ages Obscures Britanniques

14h00-14h15 Conclusions et perspectives.

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratique

Après l’annulation des éditions 2020 et 2021 pour cause de pandémie, l’association PauSes propose le nouveau thème de la 18ème édition de l’Oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques :

« Temps et pouvoir : diversité des formes d’engagement »

De nombreux invités sont attendus (dont Gérard Noiriel).

3 temps forts avec de nombreuses tables rondes et conférences ouvertes à tous publics et aux lycéens/universitaires, sur Pau, Oloron et Lasseube

  • Mardi 5 avril, mercredi 6 avril et jeudi 7 avril : conférences théâtralisées G. Noiriel, « Rhétorique de la haine »
  • Lundi 16 mai, mardi 17, mercredi 18 , jeudi 19 et vendredi 20 mai : Temps et Pouvoir
  • Du mardi 5 juillet au vendredi 12 juillet : École d’été Erasmus (France, Bulgarie, Roumanie) F. Bidouze, Réflexivité en sciences sociales

Itinéraires des élites africaines dans le monde

Sous la direction de Mihai Gheorghiu, Simona Corlan-Ioan et Abel Kouvouama

Parution aux Editions universitaires de Iasi en Roumanie

ISBN: 978-606-714-674-5

Nombre de pages : 352

 

Les écrits réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart ceux des chercheurs travaillant sur les circulations internationales des élites africaines (RIAM), ainsi que sur les réseaux établis entre diasporas et «petites sociétés» en lien avec les études à l’étranger (CR 24, AISLF). La période concernée est celle de l’après-guerre froide, d’une «transition» qui a déjà fait l’objet de plusieurs études, «postcoloniales» et «postcommunistes».
Parmi les questions analysées par les auteur/e/s, il y a d’une part, celle de la reconfiguration des champs du pouvoir dans les différents pays ; d’autre part, celle des transformations des circuits internationaux empruntés par les migrants, du fait de l’intensification des flux migratoires. La question des liens existants entre «mobilités» et «migrations» est souvent traitée de manière distincte, selon les spécialisations scientifiques ; les «migrants» sont associés aux exilés et aux réfugiés, tandis que les «mobiles» sont rangés dans la mise en circulation du capital humain. Ils ont souvent des rôles interchangeables et des expériences comparables dans la traversée des frontières.

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Cahier d’histoire immédiate n° 55

“Guerres de Syrie et dynamiques kurdes (2011-2021)”

Editions CAIRN

Dossier coordonné par Laurent Dissard et Solène Poyraz

172 pages, Novembre 2021

Faire quelque chose, marquer le coup, ne pas laisser la voix à des velléités réductrices et nationalistes, voilà ce qui nous a motivés à penser ce numéro, à l’occasion des 10 ans des révolutions que l’on a appelées « arabes » mais qui ont affecté le monde et ses sociétés. En tant que chercheur.e.s, beaucoup de supposés et de raccourcis nous ont dérangés dans le traitement de ces processus, on avait donc des choses à dire, il nous restait à choisir un angle d’approche.

Solène Poyraz, politologue, travaillant sur les effets de la crise syrienne sur la Turquie, et Laurent Dissard, anthropologue de la Turquie et du Moyen-Orient, choisissent alors d’aborder une thématique cruciale qui semble avoir changé la donne dans la crise syrienne : les Kurdes. Une thématique omniprésente mais souvent traitée à travers un prisme ethnique et macro-politique, ne permettant pas de saisir les éléments du débat.

Contributeurs et contributrices de N°56

  • Christophe Batardy
  • Stéphane Frioux
  • Frédéric Cépède
  • Joseph Daher
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Arthur Delaporte
  • Aurélien Denizeau
  • Boris James
  • Lucile Irigoyen
  • India Ledeganck
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Charlotte Watelet
  • Ozcan Yilmaz

Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain

Hommage à Jean Copans

 
  • Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama (eds.)
  • Éditeur: Ibidem
  • Date de parution: mars, 2021
  • ISBN 13 : 978-3-8382-1571-6

Les écrits réunis dans cet ouvrage visent à scruter l’œuvre de Jean Copans dans une histoire du temps présent (sans présentisme aucun), à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. Auteur, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue reconnu, collaborateur, lecteur et contributeur dans la vie des revues (L’Homme, Cahiers d’études africaines ; Politique africaine, Current Anthropology), chercheur français présent sur les lignes de fronts du dialogue avec l’anthropologie nord-américaine, la contribution scientifique de Jean Copans, élève de Georges Balandier et disciple intellectuel de Paul Mercier, est remarquable aussi bien par son implication dans la recherche en train de se faire que par ses lectures et par ses commentaires qui en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans ouvre parfaitement une voie originale et durable, pour comprendre le sens du contemporain en anthropologie. Les contributeurs au volume, auteurs internationalement reconnus, Maurice Aymard, Momar-Coumba Diop, David B. Coplan, Gérald Gaillard, Ingolf Diener, Laurence Espinosa, Frederick Cooper, Paul Diedhiou, Gaye Daffé, Nicolas Monteillet, Cheikh Anta Babou, Pascal Depoorter, Patrice Yengo, Julien Bondaz, Laurence Boutinot, Christophe Baticle, Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama et Pierre Bouvier proviennent de disciplines variées, de différentes générations de chercheurs et d’horizons géographiques multiples. Au fil des pages se dévoile l’étendue des travaux de Jean Copans, depuis ses premières recherches sur les nationalismes et la « mouridologie », en passant par la classe ouvrière en Afrique (noire), ses engagements sur les sécheresses de 1973, jusqu’à ses réflexions sur la sociologie politique et sur les intellectuels en Afrique. Sans céder au tropisme de l’inventaire, l’ouvrage reprend les observations de ce chroniqueur avisé et analyste pertinent des tumultes du temps présent pour comprendre ses prises de position, parfois hétérodoxes, dans l’exercice d’une anthropologie attentive aux tensions entre l’unité théorique de la discipline, l’éclatement des objets, des terrains, et de ses définitions.

Temporalité(s) biographique(s)

Journée d’étude Temporalité(s) biographique(s)

Rupture, événement et sens

Le 11 juin 2021

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collège Sciences Sociales et Humanités –  Laboratoire ITEM

Sous la direction de Frédéric Bidouze et Abel Kouvouama

La biographie fascine, la biographie passionne et la biographie dérange aussi. L’évolution du genre a suscité jusqu’à nos jours de très nombreuses études et révélé à juste titre que l’exercice était selon François Dosse (2005), « un bon terrain d’expérimentation pour l’historien », pouvant « mesurer le caractère ambivalent de l’épistémologie de sa discipline ».

L’événement et la biographie sont indissociables dans leurs troublantes rencontres et en même temps les gommages successifs qui sont contraints par une irrépressible obligation de donner un sens à une vie.

Cette journée d’études qui se veut une première étape appelle la rencontre de chercheurs autour des aspects autant épistémologiques qu’exemplaires à travers des destins et des trajectoires particuliers dont l’étude transcenderait des variables comme l’irréversibilité, le sens de l’événement, et cet événement comme porteur de sens et générateur de nouvelles cohérences (Michèle Leclerc-Olive, 1997).

En présentiel à l’Amphithéâtre de la Présidence

En raison du contexte sanitaire et des places limitées, vous êtes invité(e)s à nous rejoindre en ligne :

Rejoindre la conférence

Contact : frederic.bidouze@univ-pau.fr