Archives par mot-clé : anthropologie

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Philosophie, Utopie et Politique chez Morelly

Par Abel Kouvouama

Parution aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Cet essai est une réflexion de philosophie sociale et de prospective politique sur le « Code de la nature », une œuvre majeure de Morelly, philosophe français méconnu du XVIIIe siècle qui a vécu à Vitry-le-Francois, près de Reims. La démarche de Morelly y réside dans une réflexion critique sur la meilleure forme de gouvernement et sur l’organisation sociale qui soit la plus conforme à la « nature originelle » de l’homme; cela en analysant les institutions politiques présentes de la société française moderne, dans le but de modifier la conduite réelle des gouvernants et des gouvernés. Il apporte alors des réponses philosophiques et éthiques sur les contraintes quotidiennes de la société française moderne lorsque celle-ci dans ses valeurs fondamentales issues des Lumières s’écarte de l’idéal de justice, de liberté et d’égalité entre les hommes. Les idées émises par Morelly ont servi et peuvent servir de matrices de connaissance dans l’analyse des systèmes de pensée et de représentations utopiques et idéologiques des mondes moderne et contemporain.

Collection Anthroposocius
100 pages – 12 × 17 cm
ISBN 978-2-35311-121-3 – septembre 2020

Les jeudis d’ITEM

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au troisième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 


« La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique »
par Abel Kouvouama, ITEM EA 3002 

le jeudi 19 décembre 2019 à 13h30
Salle 6, Institut Claude Laugénie
Entrée libre, dans la limite des places disponiblesIdentités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

  • 10/10/19  – Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19 – Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19 – Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20 – Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20 – Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 13/02/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 12/03/20 – Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 16/04/20 – Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20 – Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas

Vous avez dit communs ?

Pratiques, Patrimoines, Paysages, Liens sociaux et économiques.

Vendredi 29 novembre

Salle 14 (matin) et 20 (après-midi)

Ex UFR LLSHS Université de Pau et des Pays de l’Adour

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Casteret (ITEM, 3002) et Rémy Berdou (CIRDOC – Institut Occitan de Cultura /ITEM EA 3002)

Dans le cadre du séminaire « Réseaux, pouvoirs, expressions et représentations » et du programme européen FEDER TCV-PYR « Thermalisme, culture, villégiature dans les Pyrénées »

PROGRAMME

9h30 Accueil et introduction à la journée

Patricia Heiniger-Castéret, Anthropologue, MCF, (ITEM EA 3002, UPPA) Jean-Jacques Castéret, Directeur de l’Ethnopôle Occitan, Centre international de recherche et documentation occitanes – Institut occitan de cultura.

Le cadre conceptuel

10h00 Les communs comme nouvelle catégorie patrimoniale ?

Marie Cornu, Directrice de recherches au CNRS, (Institut des Sciences sociales du politique, UMR 7220, ENS Paris Saclay, Université Paris X Nanterre)

Exemple de systèmes d’accès à la ressource pour les éleveurs pyrénéens

14h00 Les communs pastoraux au sein des systèmes de ressources indivises pyrénéens : comparaison transfrontalière et trans-valléenne

Anaïs Lanas, Doctorante en géographie (Univ. del País Vasco / Univ. Pau et des Pays de l’Adour, UMR 5319 Passages ; A.T.E.R., UPPA)

14h30 Le syndicat des habitants d’Assouste, une exception dans la gestion des communs pastoraux ossalois

Rémy Berdou, Ethnologue responsable des partenariats de l’Ethnopôle occitan et de l’action territoriale Gasconha-Pyrénèus, (CIRDOC – Institut occitan de cultura, doctorant en ethnologie, ITEM EA 3002, UPPA)

15h15 Se partager et accéder aux communs d’altitude. Études de cas dans les Pyrénées de l’ouest (XVIIIe– XXes.)

Mélanie Le Couédic, Ingénieure de recherche, archéologue (ITEM EA 3002, UPPA)

16h00 Le paysage des communs: histoire agraire d’une production culturelle en Iparralde

Dominique Cunchinabe, Chercheur indépendant en anthropologie et écologie historique

Les idées mènent le monde

Les sixièmes Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde se dérouleront du 22 au 24 novembre 2019 au Palais Beaumont à Pau sur le thème « En quoi croire encore ? » .

Retrouvez les chercheurs d’ITEM aux « Idées mènent le Monde » :

http://www.lesideesmenentlemonde.fr/1560-les-rencontres-litteraires.htm

Vendredi 22 novembre 2019

Laurent Dissard, Dénes Harai, Mathilde Lamothe, Viviane Delpech, 17h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

Histoire d’y croire… encore

Théories du complot, négationnisme, fake news… nous vivons une crise profonde où tout semble être remis en cause, même notre Histoire qui semblait jusqu’à présent plus ou moins crédible. Un historien, une historienne de l’art, et une anthropologue discutent de cette question.

Samedi 23 novembre 2019

Frédéric Bidouze, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Le ‘Croire en commun’ des Français et 1789. Le mythe de la liberté contre la réalité de la nécessité »

Maître de conférences en histoire moderne, spécialiste de l’Ancien Régime au XVIIIe siècle et des débuts de la Révolution française. C’est en se référant à 1789 que cette conférence invite à réfléchir sur la culture politique des Français. L’histoire comme répétition de scénario de la vie d’un peuple qui, parfois conscient de sa schizophrénie, n’en finit pourtant jamais de l’ignorer comme maladie infantile de sa démocratie.

Dimanche 24 novembre 2019

  • Maurice Daumas, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Je crois en Dieu. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche « Misogynie » à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

  • Christian Thibon 12h, Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ? »

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

Colloque international “Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

L’émancipation par le sport et par l’EPS

Journée d’étude

Le 10 octobre 2019

Une journée d’étude sur le thème « L’émancipation par le sport et par l’EPS » aura lieu de 18h à 20h à l’ amphithéâtre du STAPS, sur le site de Tarbes de l’UPPA. 

Elle s’inscrit dans le projet MEPS-ITEM ( Bourdieu) intitulé « Sport scolaire et hors scolaire: quel lien social et quels espaces de liberté pour les pratiquants? » co-financé par les deux laboratoires et l’ancienne Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ».

Sauvegarder le Passé dans la Turquie des années 60

Jeudis d’ITEM

Le jeudi 10 octobre 2019 à 14h00
Salle 6, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour a le plaisir de vous convier au premier Jeudi d’ITEM de l’année universitaire 2019-2020

« Sauvegarder le Passé dans la Turquie des années 60 »
par Laurent Dissard

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Appel à communication Voyage

Colloque international

« Voyages réels, voyages imaginaires »

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

L’oeuvre de Jean Copans

L’oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain


Paris, 11 et 12 Juin 2019
Fondation Maison des sciences de l’Homme

Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale.


Comité d’organisation :
Benoit Hazard, (IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines), Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios), Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions « L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain »

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la « longue marche de la modernité africaine », Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il « existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société ». A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, « d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie ». Jean Copans montre comment « Le processus de construction de cette modernité (européenne) », est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

Marquer, modeler, manipuler, énoncer

Journée d’étude « Marquer, modeler, manipuler, énoncer: actes du quotidien et protection symbolique »

Le 8 mars 2019

Cette journée d’étude abordera quelques points anthropologiques sur la façon de nommer l’espace de vie et de le protéger par des gestes, des éléments architecturaux ou par des végétaux.

Associé à ces lieux symboliquement construits la « manipulation » du temps, par des expressions festives, permet l’intégration de classes d’âge à l’espace social.

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR.

Contacts :

patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr

mathilde.lamothe @ univ-pau.fr

Programme

10h – Introduction à la journée

10h30 – « La protection du serpent : le motif de la rampe d’escalier » Dominique Cunchinabe (Chercheur indépendant, doctorant en anthropologie, UPPA- ITEM EA 3002)

14h – « Les stratégies de protection symbolique de la maison » Mathilde Lamothe  (Ingénieur de recherche projet FEDER TCV-PYR, Chargée de mission inventaire du patrimoine culturel immatériel UPPA-ITEM EA 3002)

15h – « Les signes protecteurs dans le rite du feu de la Saint-Jean »Patricia Heiniger-Castéret (Maitre de conférence en anthropologie, Responsable de l’axe Patrimoine culturel immatériel en Aquitaine, UPPA-ITEM EA 3002)

Génétique et anthropologie

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Le 7 décembre 2018

L’équipe Manuscrits francophones organise le séminaire :

                                    GENETIQUE ET ANTHROPOLOGIE

Séance du vendredi 7 décembre 2018 14h30-16h30

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Abel KOUVOUAMA, Joseph TONDA, Patrice YENGO

Lieu : ENS ULM, salle de réunion sous-sol pavillon Pasteur, 45 rue d’ULM, 75005 Paris

 Abel KOUVOUAMA

Pratiques de terrain et images sonores dans le bassin du Congo

Ce que les images sonores donnent à comprendre et à entendre dans la chanson et la musique congolaise de variétés comme matériau de terrain interpelle le chercheur dont la démarche réflexive le pousse à analyser la société dans laquelle il vit avec un effort d’objectivité scientifique, et en ayant conscience que le « terrain scientifique » peut être également celui de l’expérimentation sociale. Les matériaux accumulés ici pour notre séminaire proviennent de la littérature écrite et orale congolaise en langue nationale, le lingala. Ce sont des textes écrits et chantés, en somme des choses écrites et dites qui sont des manières de dire et de faire ; c’est-à-dire, une technique et des arts de vivre au sens foucaldien.

Abel Kouvouama est un anthropologue spécialiste de l’Afrique centrale, il est professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (Laboratoire ITEM-UPPA).  Abel Kouvouama a étudié les rapports entre les arts populaires et la vie politique à Brazzaville. Ses recherches actuelles portent sur les phénomènes de protestation collective, les rapports entre religion et politique en Afrique centrale. Il est notamment l’auteur de Une histoire du messianisme : un monde renversé (Karthala, 2018).

 Joseph TONDA

La double écriture, ou la hantise du syndrome du prophète 

 Les prophètes sont des producteurs de récits que les sciences humaines se préoccupent de convertir en récits scientifiques, exprimant ainsi leur dette à l’endroit de ces créateurs de réalités. Et c’est parce que cette dette est inextinguible, que le sociologue et l’anthropologue, hantés par le syndrome du prophète, éprouvent au fond d’eux-mêmes une douloureuse insatisfaction de leur travail de conversion de la réalité créée par le geste prophétique en objet de connaissance scientifique. Il y a en effet ce reste inépuisable du discours de l’Autre créateur de réalité que l’on ne saurait dompter qu’en se lançant soi-même dans cette aventure de la double création, qui peut prendre la forme de la fiction littéraire, ou celle du film documentaire ethnographique que l’on produit soi-même ou que la production du scientifique inspire, redoublant ainsi la force de ses manuscrits.  Entreprise très risquée, disent les spécialistes.  Et pourtant, entreprise d’une longue histoire, que Jean Rouch, par exemple, a marqué de son empreinte. Peut-être que finalement, l’ethnologue, le sociologue, l’anthropologue, l’écrivain et le prophète sont-ils tous par leur travail en double, des Maîtres fous ? 

Joseph Tonda est sociologue et anthropologue, spécialiste de la culture, de la société et de la politique congolaises et gabonaises. Il est actuellement professeur de sociologie à l’Université d’Omar Bongo à Libreville. Joseph Tonda est l’auteur notamment de L’impérialisme postcolonial, critique de la société des éblouissements, paru en 2015 chez Karthala.

 Patrice YENGO

Épigénétique du prophétisme scripturaire congolais. Autour de Chimpa Vita de Sony Labou Tansi

Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, prophètes scripturaires ; la cause est entendue. Et si c’était l’écriture elle-même qui était symptomatique du syndrome du prophète dans ce Bassin du Congo où elle apparaît dans le sillage du christianisme ? En partant de « Chimpa Vita », figure prophétique qui hante l’écriture congolaise sous toutes ses formes (anthropologie, sociologie, poésie, théâtre, roman…) et dont Sony Labou Tansi fera l’héroïne d’une de ses pièces inachevées, nous essaierons d’esquisser les linéaments d’un phénomène auquel nous-mêmes (ici présents) semblons associés.

Patrice Yengo, anthropologue, est chercheur associé à l’Institut des mondes africains de l’EHESS. Enseignant en pharmacologie à la faculté de médecine de Brazzaville, il s’est ensuite orienté vers l’anthropologie médicale puis politique. Il a soutenu une thèse en anthropologie politique, suivie d’une habilitation à diriger des recherches, et d’une résidence à l’Institut des études avancées de Nantes (2010-2012). Dernier ouvrage : Les mutations sorcières dans le bassin du Congo – Du ventre et de sa politique aux éditions Karthala en 2016.