Archives par mot-clé : anthropologie

Voyages réels, voyages imaginaires : Perspectives interdisciplinaires

Editura Universității din București – Bucharest University Press

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

  • Editeurs scientifiques:  SIMONA CORLAN IOAN, LIONEL DUPUY, ABEL KOUVOUAMA, ECATERINA LUNG
  • 2022, 438 p.
  • ISBN: 978-606-16-1303-8

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique fondamentalement interdisciplinaire et internationale a favorisé ici des analyses et réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique à partir d’un fonds conceptuel commun aux différentes disciplines des sciences sociales et humaines en dialogue. Le présent volume en porte la marque à travers l’exploration de plusieurs thèmes et notions convoqués comme la mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme.


C’est pourquoi, les articles qui y sont réunis, résultat du colloque international et interdisciplinaire qui a eu lieu les 24 et 25 octobre 2019 à l’Université de Bucarest, abordent la thématique du voyage sous trois angles : premièrement, celui de l’épistémologie du voyage afin de voir comment les lettres, langues, sciences sociales et humaines appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité et sa destination. Deuxièmement, sous l’angle des relations entre le réel et l’imaginaire par lesquelles, les recherches sur les voyages articulent ces deux catégories d’analyse et de pratiques d’acteurs sociaux. Troisièmement, sous l’angle des rapports entre le sujet, le récit et le lieu dans leur appréhension à travers les productions romanesques et les récits de voyage où s’articulent l’oral, l’écrit et l’image.

Colloque Altérité, don, prestige

Colloque international Altérité, don, prestige. De l’anthropologie à l’histoire chez soi et ailleurs

16-17 juin 2022

Département d’histoire ancienne, d’archéologie et d’histoire de l’art
(Faculté d’histoire)
Institut d’Etudes Africaines – Chaire Senghor
CEREFREA Villa Noël de l’Université de Bucarest (Roumanie)
avec le soutien de l’Institut Français de Roumanie à Bucarest

Dans le cadre pédagogique, scientifique et institutionnel de l’Accord de Coopération Universitaire (ACI) existant entre l’Université de Bucarest (Roumanie) et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (France).

Comité scientifique :
Frédéric Bidouze (UPPA France)
Isabelle Chol (UPPA France)
Simona Corlan-Ioan (UB Roumanie)
Abel Kouvouama (UPPA France)
Alexandra Lițu (UB Roumanie)
Ecaterina Lung (UB Roumanie)
François Réchin (UPPA France)
Florin Țurcanu (UB Roumanie)

Format : hybride

  • En présentiel : dans la Salle de Conseil, Faculté d’Histoire, Université de Bucarest
  • En distanciel : sur Zoom
    Interventions : 20 minutes / Discussions : 10 minutes
    Horaire : heures de Bucarest
    Participation : sur inscription jusqu’au 15 juin 2022 (délai de rigueur), à l’adresse e-mail suivante : alteritedonpres@gmail.com

PROGRAMME
Mots d’ouverture
13h00-13h30 Bienvenue de la part des institutions organisatrices et ouverture du colloque


Jeudi, le 16 Juin – Enjeux modernes et contemporains I

13h30-14h00 Simona Corlan (Université de Bucarest), titre à pourvoir

14h00-14h30 Asma Slimani (Université Mhamed Bougara, Bourmedes, Algérie), L’écriture-traduction dibienne : l’Autre au miroir de l’identité

14h30-15h00 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour ITEM-UPPA-E2S), Identité, altérité, prestige et mise en scène de soi des sapeurs congolais dans les micros-sociétés urbaines de Brazzaville et de Kinshasa

15h00-15h30 Ileana Dascălu (Université de Bucarest), Altérité et norme morale : la restitution du patrimoine culturel africain

15h30-16h00 Pause

Jeudi, le 16 Juin – Enjeux modernes et contemporains II

16h00-16h30 Cristian Bobicescu (Académie Roumaine), Louis XIV contre Pierre Bourdieu : sur la question de la générosité

16h30-17h00 Frédéric Bidouze (Université de Pau et des Pays de l’Adour ITEM-UPPA-E2S), D’une identité résistante à une altérité de la Révolution française : le cas du prestige « détruit » des magistrats d’Ancien régime

17h00-17h30 Martin Minost (Centre d’Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine UMR8173-CCJ ; ENSA Paris-Malaquais), Formes contemporaines d’orientalisme et d’occidentalisme en Chine. L’autre et le soi dans les décorations de logements à Thames Town, Shanghai

17h30-18h00 Maia Kvrivishvili (Université d’Etat de Tbilissi Ivané Javakhishvili), L’impérialisme russe soviétique et le processus de formation de la Géorgie soviétique

18h00-18h30 Bruno Bouchard (Université du Québec), L’altérité comptable : de sa première trace manuscrite de l’histoire à sa mondialisation anthropologique

Vendredi, le 17 Juin – Enjeux modernes et contemporains III

10h00-10h30 Doriane Molay (Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron, EHESS), Du prestige à l’altérité. L’évolution de la pratique photographique

10h30-11h00 Paul van Eersel (éducateur spécialisé), Addiction : de la composition de l’autre à son déni

Vendredi, le 17 Juin – Enjeux antiques et médiévaux

11h00-11h30 Tony Fouyer (UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne), Signaler son altérité en invoquant le passé ? Réflexions à partir de cas d’études méditerranéens (VIIIe-IVe siècles av. J.-C.)

11h30-12h00 Alexandra Lițu (Université de Bucarest), La guerre de Troie chez Homère entre altérité et identité

12h00-12h30 Omer Arsène Ivora Mouangoye (Université Omar Bongo de Libreville, Gabon), Les guerres médiques et la fluctuation du concept et de l’image du barbare entre le VIe s. et le Ve av. J.-C.

12h30-13h00 Ferzi Gadea Bouckinda (Université Omar Bongo de Libreville, Gabon), La citoyenneté grecque : un modèle d’incubation d’altération entre les rapports sociaux (Ve-IVe siècles av. J.-C.)

13h00-13h30 Manuela Dobre (Université de Bucarest), Identité et altérité occidentales dans les sources historiques byzantines du XVe siècle

13h30-14h00 Sofia Serdari (Université d’Ioannina-UOI), « De saeuiore multo primis hoste » : Un cyceon d’altérité, don et prestige dans les Ages Obscures Britanniques

14h00-14h15 Conclusions et perspectives.

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratique

Après l’annulation des éditions 2020 et 2021 pour cause de pandémie, l’association PauSes propose le nouveau thème de la 18ème édition de l’Oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques :

« Temps et pouvoir : diversité des formes d’engagement »

De nombreux invités sont attendus (dont Gérard Noiriel).

3 temps forts avec de nombreuses tables rondes et conférences ouvertes à tous publics et aux lycéens/universitaires, sur Pau, Oloron et Lasseube

  • Mardi 5 avril, mercredi 6 avril et jeudi 7 avril : conférences théâtralisées G. Noiriel, « Rhétorique de la haine »
  • Lundi 16 mai, mardi 17, mercredi 18 , jeudi 19 et vendredi 20 mai : Temps et Pouvoir
  • Du mardi 5 juillet au vendredi 12 juillet : École d’été Erasmus (France, Bulgarie, Roumanie) F. Bidouze, Réflexivité en sciences sociales

Itinéraires des élites africaines dans le monde

Sous la direction de Mihai Gheorghiu, Simona Corlan-Ioan et Abel Kouvouama

Parution aux Editions universitaires de Iasi en Roumanie

ISBN: 978-606-714-674-5

Nombre de pages : 352

 

Les écrits réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart ceux des chercheurs travaillant sur les circulations internationales des élites africaines (RIAM), ainsi que sur les réseaux établis entre diasporas et «petites sociétés» en lien avec les études à l’étranger (CR 24, AISLF). La période concernée est celle de l’après-guerre froide, d’une «transition» qui a déjà fait l’objet de plusieurs études, «postcoloniales» et «postcommunistes».
Parmi les questions analysées par les auteur/e/s, il y a d’une part, celle de la reconfiguration des champs du pouvoir dans les différents pays ; d’autre part, celle des transformations des circuits internationaux empruntés par les migrants, du fait de l’intensification des flux migratoires. La question des liens existants entre «mobilités» et «migrations» est souvent traitée de manière distincte, selon les spécialisations scientifiques ; les «migrants» sont associés aux exilés et aux réfugiés, tandis que les «mobiles» sont rangés dans la mise en circulation du capital humain. Ils ont souvent des rôles interchangeables et des expériences comparables dans la traversée des frontières.

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Cahier d’histoire immédiate n° 55

“Guerres de Syrie et dynamiques kurdes (2011-2021)”

Editions CAIRN

Dossier coordonné par Laurent Dissard et Solène Poyraz

172 pages, Novembre 2021

Faire quelque chose, marquer le coup, ne pas laisser la voix à des velléités réductrices et nationalistes, voilà ce qui nous a motivés à penser ce numéro, à l’occasion des 10 ans des révolutions que l’on a appelées « arabes » mais qui ont affecté le monde et ses sociétés. En tant que chercheur.e.s, beaucoup de supposés et de raccourcis nous ont dérangés dans le traitement de ces processus, on avait donc des choses à dire, il nous restait à choisir un angle d’approche.

Solène Poyraz, politologue, travaillant sur les effets de la crise syrienne sur la Turquie, et Laurent Dissard, anthropologue de la Turquie et du Moyen-Orient, choisissent alors d’aborder une thématique cruciale qui semble avoir changé la donne dans la crise syrienne : les Kurdes. Une thématique omniprésente mais souvent traitée à travers un prisme ethnique et macro-politique, ne permettant pas de saisir les éléments du débat.

Contributeurs et contributrices de N°56

  • Christophe Batardy
  • Stéphane Frioux
  • Frédéric Cépède
  • Joseph Daher
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Arthur Delaporte
  • Aurélien Denizeau
  • Boris James
  • Lucile Irigoyen
  • India Ledeganck
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Charlotte Watelet
  • Ozcan Yilmaz

Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain

Hommage à Jean Copans

 
  • Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama (eds.)
  • Éditeur: Ibidem
  • Date de parution: mars, 2021
  • ISBN 13 : 978-3-8382-1571-6

Les écrits réunis dans cet ouvrage visent à scruter l’œuvre de Jean Copans dans une histoire du temps présent (sans présentisme aucun), à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. Auteur, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue reconnu, collaborateur, lecteur et contributeur dans la vie des revues (L’Homme, Cahiers d’études africaines ; Politique africaine, Current Anthropology), chercheur français présent sur les lignes de fronts du dialogue avec l’anthropologie nord-américaine, la contribution scientifique de Jean Copans, élève de Georges Balandier et disciple intellectuel de Paul Mercier, est remarquable aussi bien par son implication dans la recherche en train de se faire que par ses lectures et par ses commentaires qui en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans ouvre parfaitement une voie originale et durable, pour comprendre le sens du contemporain en anthropologie. Les contributeurs au volume, auteurs internationalement reconnus, Maurice Aymard, Momar-Coumba Diop, David B. Coplan, Gérald Gaillard, Ingolf Diener, Laurence Espinosa, Frederick Cooper, Paul Diedhiou, Gaye Daffé, Nicolas Monteillet, Cheikh Anta Babou, Pascal Depoorter, Patrice Yengo, Julien Bondaz, Laurence Boutinot, Christophe Baticle, Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama et Pierre Bouvier proviennent de disciplines variées, de différentes générations de chercheurs et d’horizons géographiques multiples. Au fil des pages se dévoile l’étendue des travaux de Jean Copans, depuis ses premières recherches sur les nationalismes et la « mouridologie », en passant par la classe ouvrière en Afrique (noire), ses engagements sur les sécheresses de 1973, jusqu’à ses réflexions sur la sociologie politique et sur les intellectuels en Afrique. Sans céder au tropisme de l’inventaire, l’ouvrage reprend les observations de ce chroniqueur avisé et analyste pertinent des tumultes du temps présent pour comprendre ses prises de position, parfois hétérodoxes, dans l’exercice d’une anthropologie attentive aux tensions entre l’unité théorique de la discipline, l’éclatement des objets, des terrains, et de ses définitions.

Temporalité(s) biographique(s)

Journée d’étude Temporalité(s) biographique(s)

Rupture, événement et sens

Le 11 juin 2021

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collège Sciences Sociales et Humanités –  Laboratoire ITEM

Sous la direction de Frédéric Bidouze et Abel Kouvouama

La biographie fascine, la biographie passionne et la biographie dérange aussi. L’évolution du genre a suscité jusqu’à nos jours de très nombreuses études et révélé à juste titre que l’exercice était selon François Dosse (2005), « un bon terrain d’expérimentation pour l’historien », pouvant « mesurer le caractère ambivalent de l’épistémologie de sa discipline ».

L’événement et la biographie sont indissociables dans leurs troublantes rencontres et en même temps les gommages successifs qui sont contraints par une irrépressible obligation de donner un sens à une vie.

Cette journée d’études qui se veut une première étape appelle la rencontre de chercheurs autour des aspects autant épistémologiques qu’exemplaires à travers des destins et des trajectoires particuliers dont l’étude transcenderait des variables comme l’irréversibilité, le sens de l’événement, et cet événement comme porteur de sens et générateur de nouvelles cohérences (Michèle Leclerc-Olive, 1997).

En présentiel à l’Amphithéâtre de la Présidence

En raison du contexte sanitaire et des places limitées, vous êtes invité(e)s à nous rejoindre en ligne :

Rejoindre la conférence

Contact : frederic.bidouze@univ-pau.fr

Jeudis d’ITEM – Jean-Luc Poueyto

Roms, Nomades, Tsiganes, un malentendu européen

25 mars 2021

13H30 – 15h00

Résumé :

Après avoir explicité les diverses dénominations, internes et externes, relatives à ces groupes humains que sont les Roms, Tsiganes, Gitans, Manouches, Gens du voyage… Jean-Luc   reviendra sur les questions et enjeux liés à l’historiographie de ces communautés.
Il présentera plus précisément son « terrain » de recherche, à savoir les Manouches de la région paloise, qu’il suit depuis trente ans, considérés ici à travers leur rapport à l’écrit, à l’histoire, à la chefferie, à l’habitat et à la propriété foncière.

Biographie :

Jean-Luc Poueyto, enseignant-chercheur à l’UPPA, est anthropologue des mondes tsiganes mais travaille également sur les musiques populaires et sur les musées-mémoriaux. Il a organisé pour l’ITEM divers colloques et séminaires dont « Nomades, Tsiganes, un malentendu européen »  (Paris et Pau 2012), manifestation qui a donné lieu à une publication aux éditions Karthala (dir. Coquio et Poueyto) et  « Tsiganes, travail, famille, habitat… » (Pau 2016) qui a été suivi de la publication (en codirection avec Olivera M.) de « Terrains tsiganes » dans la revue du CNRS Ethnologie Française (2018). Il est également auteur de Manouches et mondes de l’écrit (Karthala, 2012).

Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard

Un passé submergé : mémoires (post-)ottomanes kurdes et arméniennes le long de l’Euphrate

​​​​​Séminaires inter-laboratoires | 2020-2021 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

De quoi les Ottomans sont-ils le nom ? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »

Pour en savoir plus

Visioconférence également retransmise dans le cadre des Jeudis d’ITEM 18 mars 2021

14h00

Lien vers la conférence

Résumé:

Turquie – 1934 : Atatürk annonce la transformation de Sainte-Sophie en musée. Juillet 2020: Erdoğan ordonne sa réouverture en mosquée. A près d’un siècle d’échéance, ces deux postures à l’égard de cet héritage patrimonial rappellent les enjeux identitaires qui animent les politiques mémorielles des États post-ottoman. Si les mémoires nationales ont fait l’objet de nombreuses études, le cas des mémoires d’Empire soulèvent de multiples difficultés d’appréhension : privées d’unité territoriale, linguistique et/ou communautaire, elle se retrouvent morcelées en multiples lieux et acteurs. Le cas de l’Empire ottoman s’avère exemplaire : suite à son démembrement en une multitude d’États – nations, le passé ottoman a longtemps été relégué hors/évacué des histoires nationales et communautaires concernées. Pourtant, depuis près d’une décennie, on assiste à une vive renaissance des usages du passé ottoman dans les sociétés post-ottomanes actuelles – renaissance qui prend des formes et des contours forts variables, dont on peine à comprendre les lignes force. Derrière cette pluralité inévitable, l’héritage ottoman se propose comme repère commun.

Laurent Dissard est chercheur en anthropologie de la Turquie et du Moyen-Orient au sein du groupe Identités, Mémoires, Expressions, Mobilités (ITEM) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il a obtenu son doctorat à l’Université de Berkeley, en Californie ; une bourse Andrew W. Mellon post-doctorale au Wolf Humanities Center de l’Université de Pennsylvanie ;  un Junior Research Fellowship à l’Institute of Advanced Studies de l’University College London. Il a été affilié à l’Université Koç et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) à Istanbul. Il rédige actuellement un premier livre, Submerged: Archaeological Rescue and Historical Erasure in Eastern Turkey (Stanford University Press), sur les enjeux politiques de la patrimonialisation dans l’est de la Turquie.

Jeudis d’ITEM – Emilie Sentucq

04 février 2021

L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule

Voir la conférence

Résumé

La pastorale est l’héritière du théâtre des mystères (Moyen Age). Elle a pour  particularités : d’être jouée en Souletin (dialecte basque) en Soule (la plus petite province du Pays Basque), de plein air, par des amateurs, … . Elle est organisée par un village différent, et a un thème ou un sujet (personnage) nouveau chaque année. Il y a  2 à 3 représentations par an.

Les ouvrages fondamentaux sont écrits uniquement par des hommes, cela peut expliquer pourquoi la présence des femmes y est aussi discrète. Pourtant des archives photographiques et sonores illustrent l’inverse.

Quelle est donc la proportion de femmes qui pratique une activité culturelle traditionnelle au Pays Basque? Quelle(s) place(s) et quel(s) rôles sont réservés ou donnés aux femmes?

Après un BTS audiovisuel, une licence CIAN, un master Art et Technologies Numériques, Emilie Sentucq opère depuis plus de 13 ans dans l’audiovisuel en tant que technicienne vidéo, spécialisée dans les ralentis en sport. Actuellement en 4 éme année de thèse, elle est également formatrice pour un constructeur présent à l’international et chef de projet .

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire