Archives par mot-clé : analyse de données

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Journée d’étude « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » 20/02/14

La Fédération de recherche EFM propose le jeudi 20 février, une journée d’étude intitulée « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » (Coordination scientifique : Abel KOUVOUAMA, Isabelle CHOL). Elle aura lieu de 9h15 à 16h15 en salle du Conseil à l’UFR LLSHS.

S’inscrivant dans l’une des thématiques du projet scientifique de la Fédération de recherche « Espaces, frontières métissages » consacré au thème « territorialisation, déterritorialisation », cette journée entend aborder la question du ou des terrains du chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales comme une question en retour de sens sur l’épistémè et les paradigmes auxquels il recourt pour produire du savoir scientifique nécessitant le plus souvent des ruptures épistémologiques.

L’expérience du terrain du chercheur met en relation trois ordres de rapports : son rapport avec le lieu de recherche qu’il soit physique, matériel, immatériel ou textuel, son rapport avec les outils de la recherche ; et son rapport avec la temporalité de la recherche. Ces rapports révèlent des pratiques spécifiques dans la production des données, des logiques d’action, des contraintes et des représentations variées qui se singularisent par un discours territorialisé et/ou déterritorialisé, donnent à lire les dynamiques d’échanges, de confrontations, d’enchevêtrement à travers des parcours de connaissance, de reconnaissance et d’interconnaissance subjectives.

Cette journée d’étude permettra aux chercheurs issus des lettres, sciences humaines et sociales, en s’appuyant aussi sur ces trois rapports non exhaustifs identifiés, de croiser leurs expériences de terrain et de décrire chacun :

-les modes particuliers de production des données dans un va-et-vient entre terrain-théorie-terrain ;

-l’activité immersive (observation participante) et le recueil du corpus (archives, documents divers, textes, etc.) ;

– les procédés dialogiques (rapport du chercheur aux autres interlocuteurs) ;

-l’analyse interprétative des données recueillies, les codes intellectuels, culturels et affectifs, ainsi que la réflexivité qui s’y trouve induite.

Voir le programme.