Jeudi d’ITEM – Alexis Vrignon, 31 mars 2022

Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 31 mars 2022 à 14h00

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

JE Figures pyrénéennes et Musées

Journée d’étude internationale

Figures pyrénéennes et musées. Entre collections artistiques et naturalistes

Sous la direction de Viviane Delpech.

Programme PatrimPublic (Fonds commun Nouvelle-Aquitaine/Aragon).

25 mars 2022, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau.

Journée d’étude accessible en ligne via TEAMS: Cliquez ici pour participer à la réunion  

Programme

9h30    Introduction

9h40    Guillermo Juberías Gracia (Universidad de Zaragoza) De la collection privée à la muséalisation d’un héritage : le cas du Musée Goya de Saragosse

10h20  Laetitia Deloustal (Université de Perpignan-Via Domitia) Le Musée Petiet à Limoux : l’histoire singulière d’une artiste peintre au XIXe siècle dans les Pyrénées

11h      Pause

11h10  Mathilde Lamothe (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les collections volantes de Pierrine Gaston-Sacaze, berger-naturaliste ossalois (1797-1893)

11h 50 Alejandro Sanz Guillén (Universidad de Zaragoza) Gabinetes y colecciones de ‘maravillas’ en Aragón : desde Lastanosa a la actualidad

12h30 clôture

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.

Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes

Chaque semaine, La marche du monde sur RFI vous propose de découvrir l’histoire de nos sociétés contemporaines. Sur les cinq continents, nous recherchons des témoignages, mais aussi des archives radiophoniques et musicales, pour revivre les évènements et les mouvements qui éclairent l’actualité. En Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe et au Proche-Orient, rafraîchissons-nous la mémoire et partageons notre histoire ! 

Podcast “Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes” par Alexis Vrignon (ITEM-UPPA), 28 février 2022 :

https://rfi.my/8CcG

2 Juillet 1966, le lagon de Moruroa prend feu. C’est le tout premier des 193 essais nucléaires menés pendant 30 ans par la France en Polynésie. Une histoire coloniale et militaire dont les Polynésiens ont été tenus à l’écart. Mais comment se sont-ils adaptés à cette intrusion soudaine d’une industrie nucléaire qui modifie leur santé, leur environnement et leur façon de vivre ? À l’écoute des témoignages inédits recueillis en Polynésie par l’historien Alexis Vrignon, nous découvrons la diversité et la complexité des mémoires polynésiennes.

L’essai nucélaire Dione, conduit en 1971 dans l’archipel de Mururoa, atoll de l’archipel des Tuamotu, situé en Polynésie française. Getty Images – Galerie Bilderwelt

À paraître

«Des bombes dans le Pacifique», d’Alexis Vrignon, en co-direction avec Renaud Meltz, aux éditions Vendémiaire. 

Jeudis d’ITEM – Benjamin François-Duinat, 17 mars 2022 – 14h30

Le 17 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

Institut Calude Laugénie – Salle Chadefaud – 17 mars 2022, 14h30

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Carte des montagnes d’Aldudes (1717) Archives départementales des Yvelines – Cartes et plans, A 405. Dimensions réelles : 31,55 cm x 41,97 cm La barre d’échelle correspond à 3 200 toises, soit approximativement 6 250 mètres

La lecture d’un compte-rendu du livre de Peter Sahlins, Frontières et identités nationales (1989), aura été un véritable déclic. L’ouvrage porte sur la formation des identités nationales dans une vallée frontalière de Catalogne, la Cerdagne, entre les XVIIe et XIXe siècles. Ce travail me touchait doublement : j’ai passé mon enfance dans l’espace frontalier du Pays Basque, à l’autre extrémité des Pyrénées ; et j’ai passé mon adolescence en Cerdagne, car on y envoyait encore dans les années 1990 les jeunes affectés par un asthme sévère. J’ai immédiatement pensé que je pouvais m’inspirer de ce beau travail pour étudier la frontière franco-espagnole au Pays Basque. Et, en même temps, j’avais la vague intuition que la ligne de faille autour de laquelle l’argumentaire était articulé méritait d’être discuté. Car prétendre que l’appropriation de la nation par les frontaliers se faisait sans action concertée de la part des États espagnol et français me semblait être une conclusion contestable. La thèse de Sahlins doit cependant être replacée dans le contexte de l’historiographie dominante à l’époque de sa publication et reconnue pour sa force d’innovation par rapport aux lectures stato-centrées de la construction de la frontière. À l’ombre de la Cerdagne, « La guerre des limites » secouant la vallée des Aldudes entre les années 1820 et 1850 forme une rampe de lancement propice au déploiement d’un dialogue avec les travaux de Sahlins.

Benjamin Duinat est PRAG à l’UPPA. Il a soutenu un doctorat en histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris Sciences & Lettres, le 4 décembre 2021. Sa thèse est intitulée « Autour de la “ligne divisoire”. L’espace frontalier du Pays Basque à l’âge des États-nations (1780-1920) ».

Sciences Ouvertes, le podcast de la Recherche à l’UPPA – Histoire des petits vignobles

Sciences Ouvertes, le podcast de la Recherche à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), est réalisé par la journaliste Stéphanie Savariaud avec la direction de la communication de l’UPPA.

A travers une série de dix épisodes les chercheurs de l’UPPA partagent leur savoir et le résultat de leurs recherches sur des enjeux sociétaux majeurs.

Les différents épisodes donnent la parole aux chercheurs et à leurs partenaires, autour des cinq missions interdisciplinaires de l’université :

  • Représenter et construite les territoires du futur,
  • Adapter les écosystèmes littoraux, forêts et montagnes pour les rendre plus résilients,
  • Concilier développement, environnement sécurisé et biodiversité,
  • Subsidiarité énergétique au niveau des territoires,
  • Questionner les frontières et relever le défi des différences.

Dans ce premier épisode, Sciences Ouvertes se penche sur l’histoire des petits vignobles, dont celui de Buzet dans le Lot-et-Garonne, qui fait l’objet de travaux de recherche du laboratoire ITEM, Identitiés, territoires et mobilités depuis 2014. 

Pierre Philippe, directeur général de la coopérative des vignerons de Buzet , Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine et directeur du laboratoire ITEM et Pierre Courroux, chercheur et spécialiste de l’Albret, reviennent sur cette collaboration fructueuse pour l’entreprise:

https://podcast.ausha.co/sciences-ouvertes/d-histoire-et-de-vin-le-petit-vignoble-de-buzet

Peut-on encore parler de la Shoah?

22 mars 2022 – Campus de Pau – Collège SSH Amphithéâtre III

L’UTLA, le laboratoire ITEM et l’Amicale du camp de Gurs ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par M. Olivier Lalieu :

Peut-on encore parler de la SHOAH?

La conférence, suivie d’une séance de dédicace, aura lieu le 22 mars 2022 à 17h15 au collège SSH de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en amphithéâtre III (Passe sanitaire obligatoire).

“Depuis trente ans, l’historiographie sur le nazisme et la Shoah a profondément évolué, grâce aux travaux d’une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs. Ont été ainsi revus les centres de mises à mort, l’aide et le sauvetage en France, l’Allemagne, le monde arabo-musulman et la Shoah, mais aussi les défis de l’enseignement de la Shoah, les enjeux des voyages sur les lieux de mémoires, ou encore le négationnisme et le lien entre complotisme et antisémitisme.”

Historien au Mémorial de la Shoah, Olivier Lalieu est responsable du réseau des Jeunes Ambassadeurs de la Mémoire de le Shoah en France (treize lieux, dont Gurs), membre du Centre International pour l’Éducation sur Auschwitz et l’Holocauste, au musée d’État d’Auschwitz-Birkenau et membre du Conseil Scientifique du Camp des Milles.

Il a publié “La Résistance française à Bunchenwal” (Taillandier, 2019) et “Histoire de la mémoire de la Shoah” (Belin-Soteca, 2015). Il a également contribué à des ouvrages collectifs parmi lesquels “La Shoah : au cœur de l’anéantissement. Archives inédites” (Tallandier, 2021) et “Nouvelle histoire de la Shoah” (Passés/Composés, 2021).

La souveraineté monétaire au prisme des frontières

Journée d’Etude du master Histoire, Cultures et Patrimoine

Coordinateur : Olivier Caporossi (ITEM, UPPA)

Vendredi 18 février 2022

Salle du Conseil, bâtiment Lettres, Université de Pau et des pays de l’Adour

 

PROGRAMME

10H-12H

Présidence de séance : Olivier Caporossi

Olivier Caporossi (Maître de conférences en histoire moderne, UPPA), Présentation de la Journée d’Etude.

Bernard Traimond (Professeur émérite d’Anthropologie, Université de Bordeaux II), La fausse monnaie dans les campagnes landaises (1800-1830).

Frédéric Bidouze (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Le parlement de Navarre et la monnaie au XVIIIe siècle. La monnaie comme trace juridictionnelle, administrative et politique d’une province de l’Ancien régime.

14H-17H

Présidence de séance : Bernard Traimond

Mathieu Soula (Professeur d’histoire du droit, Université de Nanterre), Le prestige de punir. Notes sur un procès en sorcellerie et faux monnayage, Toulouse, 1614. (visio-conférence).

Olivier Caporossi (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Les faux monnayeurs des Pyrénées au sortir de la Guerre de Succession d’Espagne. Le rapport Jean Monicot (1713-1719).

Jillian Walshaw (Associate Professor Department of History, University of Victoria, Canada), Le spectre de l’étranger : les préoccupations des autorités du sud-ouest face au faux monnayage en région frontalière au XVIIIe siècle (visio-conférence).

Appel à communications – Journée d’étude “La parure”

L’ appel à communications pour la journée d’étude organisée par les étudiants du Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine “La parure : entre identité et transgression ; De l’individu à la communauté : Intégrer et transgresser les codes de l’Antiquité à nos jours”, est ouvert jusqu’au 01 mars 2022.

Supervisée par M Julien Marchesi et M Louis Genton, cette journée aura lieu à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, le 22 avril 2022, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Les propositions de communications (présentations rapides et problématisées de 25 à 30 minutes) sont attendues au plus tard le 01 mars 2022 à l’adresse suivante : orga.jemasters@gmail.com

Les contributions en visioconférence seront également acceptées.

Doctoriales de la biodiversité

Les Doctoriales de la biodiversité ont eu lieu du 01 au 04 février 2022 à la Maison de la nature du Bassin d’Arcachon, dans la Réserve ornithologique du Teich.

Organisées par Biosena, ces doctoriales ont accueilli 42 jeunes chercheurs et chercheuses (doctorant·es) de toutes disciplines autour des problématiques du territoire, des cas pratiques concernant la préservation de la biodiversité, des services écosystémiques et de la gouvernance environnementale, issus des acteurs du territoire.

L’accent était tout particulièrement donné aux nouveaux indicateurs de l’état de la biodiversité. Ces indicateurs permettent d’appréhender les capacités de résilience d’un socio-écosystème, de comprendre sa capacité d’anticipation d’une crise ainsi que son potentiel de réponse, de récupération puis d’autoévaluation, afin de diminuer sa vulnérabilité.

Ce séjour formateur a été l’occasion pour 7 doctorants de l’UPPA, dont Elodie Rivière (laboratoire ITEM), d’échanger avec les acteurs du territoire et de collaborer sur les problématiques de Nouvelle-Aquitaine. Il a également permis de les conforter dans l’importance de l’interdisciplinarité et son apport dans les travaux de recherche.

De gauche à droite : Berk Öktem (Sciences économique, TREE), Élodie Rivière (Histoire, ITEM), Arnold Messie (Sciences Juridiques – Droit public, TREE), Mouad Belyamani (Sciences de gestion, LiREM), Asmae Ourdi (Sciences de gestion, TREE), Tematuanui Hantz (Sciences de l’ingénieur, LFCR) et Edel Lheureux (Écologie aquatique, Ecobiop).
Une pensée à Marjolaine Huguet (Géographie, TREE) qui n’apparaît pas sur la photo. 

Itinéraires des élites africaines dans le monde

Sous la direction de Mihai Gheorghiu, Simona Corlan-Ioan et Abel Kouvouama

Parution aux Editions universitaires de Iasi en Roumanie

ISBN: 978-606-714-674-5

Nombre de pages : 352

 

Les écrits réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart ceux des chercheurs travaillant sur les circulations internationales des élites africaines (RIAM), ainsi que sur les réseaux établis entre diasporas et «petites sociétés» en lien avec les études à l’étranger (CR 24, AISLF). La période concernée est celle de l’après-guerre froide, d’une «transition» qui a déjà fait l’objet de plusieurs études, «postcoloniales» et «postcommunistes».
Parmi les questions analysées par les auteur/e/s, il y a d’une part, celle de la reconfiguration des champs du pouvoir dans les différents pays ; d’autre part, celle des transformations des circuits internationaux empruntés par les migrants, du fait de l’intensification des flux migratoires. La question des liens existants entre «mobilités» et «migrations» est souvent traitée de manière distincte, selon les spécialisations scientifiques ; les «migrants» sont associés aux exilés et aux réfugiés, tandis que les «mobiles» sont rangés dans la mise en circulation du capital humain. Ils ont souvent des rôles interchangeables et des expériences comparables dans la traversée des frontières.

Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)

Philippe Chareyre (professeur émérite des Universités/UPPA), co-commissaire de l’exposition sur les actes royaux de la Navarre actuellement présentée au musée national du Château de Pau, fera une synthèse de l’administration du royaume de Navarre pris dans ses différentes composantes : politiques, économiques, juridiques et sociales.

Conférence organisée par la Société des Amis du château de Pau, entrée gratuite

“Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)”, samedi 29 janvier 2022, 15h, salle des Officiers (Château de Pau)

En raison d’une jauge limitée, réservation obligatoire au 06 41 26 66 08 (Merci de porter un masque)

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search