Archives de catégorie : Séminaire des doctorants

Appel à candidature, Bourse Doctorale en histoire contemporaine

 

Le laboratoire ITEM (EA3002), de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA, E2S), lance un appel à candidature pour une allocation doctorale dans le cadre du projet de recherche ELURENAQ (Les élus de la Région Nouvelle Aquitaine de 1986 à nos jours) pour une durée de 36 mois, soit 3 années universitaires. Le projet est un partenariat entre les laboratoires ITEM (UPPA), CRIHAM (Université de Poitiers) et CEMMC (Université Bordeaux Montaigne).

Profil de la recherche

Le projet ELURENAQ vise à porter une analyse sur la place et le rôle des élus de la décentralisation de la région Nouvelle Aquitaine entre 1986 et 2016. S’appuyant sur les travaux en cours sur l’évolution de la vie politique française depuis le milieu des années 1980, dans une perspective historique, il s’agira principalement de réfléchir aux recompositions du champ politique en oeuvre sous la Ve République à partir des années 1980 : émergence d’une nouvelle classe politique ? Prise en compte par les « notabilités » de la nouvelle collectivité ? Perception de la nouvelle assemblée par les élus ? Par les groupes politiques ? Par les opinions ? Il s’agit de mener une réflexion sur le caractère territorialisé de la démocratie française, en mesurant les enjeux et la portée de la décentralisation à l’échelle de la région en termes d’élections, de pouvoir, de politiques publiques ou identités. L’analyse des liens entre les élus régionaux et la nouvelle collectivité sera en effet approchée du point de vue de la mise en place de nouvelles politiques publiques incluses dans le champ des compétences dévolues aux régions dans le cadre réglementaire et ce au travers de quelques exemples qui seront définis par l’équipe des chercheurs, en fonction des sources disponibles. L’objectif vise donc à appréhender la perception par les élus du nouvel espace qu’ils ont à diriger depuis les lois de décentralisation. L’approche historique par la moyenne durée de l’historien (ici 30 ans), permettra d’observer et de mieux comprendre la construction de nouveaux liens entre les élus et leurs territoires. Elle nécessitera toutefois d’éclairer également la gestation de la régionalisation politique à partir de l’expérience des années 1970-1980 qui ont vu s’installer, à la tête des conseils régionaux, des figures politiques de premier plan telles que Jacques Chaban-Delmas, André Labarrère (Aquitaine), René Monory (Poitou-Charentes) ou encore André Chandernagor (Limousin).

Plus spécifiquement, la recherche doctorale menée dans le cadre de la bourse de thèse, sera essentiellement orientée sur une prosopographie des élus régionaux de la Nouvelle Aquitaine depuis la première élection au suffrage universel direct en 1986 (les trois sous-ensembles régionaux Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine seront pris en considération). Elle s’appuiera sur des enquêtes dans les archives des institutions régionales passées et celles de la NRA, et sur des enquêtes orales menées au sein de l’ensemble du territoire. Il s’agira d’interroger les processus de l’émergence d’une nouvelle fonction d’élus au sein de la Nouvelle Aquitaine dans le contexte de la France de la fin du XXe et du début du XXIème siècle.

Le doctorant s’efforcera d’établir une liste des élus par département, puis il procèdera à des recensions biographiques succinctes qui seront ensuite complétées par des études plus approfondies en fonction de l’importance de l’élu dans la collectivité. Les élus seront alors groupés selon une typologie à construire, puis certains d’entre eux interrogés par l’équipe des chercheurs de façon systématique. Les entretiens seront individuels de façon dominante, et semi-directifs. Il n’est pas exclu de mener quelques entretiens collectifs. Les élus en place ne seront interrogés que sur la période antérieure au mandat qu’ils exercent aujourd’hui.

Inscription et présence administrative

Le doctorant sera inscrit à l’ED SSH de l’Université de Pau sous la Direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA, avec une co-direction assurée par François Dubasque (Université de Poitiers).


Le doctorant sera astreint aux règles de l’ED SSH de l’UPPA. La thèse n’excèdera pas les trois années (soutenance entre septembre et décembre 2022). Le doctorant sera quotidiennement présent au laboratoire ITEM de l’UPPA (salle des doctorants) sur le site de Pau, avec un bureau prévu à cet effet, en dehors des missions de terrain inhérentes au projet. Un budget d’accompagnement spécifique (matériel, missions) est prévu dans le projet ELURENAQ. Il suivra les formations obligatoires de l’ED SSH. Il sera présent à toutes les rencontres scientifiques et administratives inhérentes au projet. Un service d’enseignant de 48H00 ETED annuel pourra être envisagé en accord avec le directeur de recherche. Le montant de l’allocation est d’environ 1 750 € (brut mensuel) (hors charge enseignement éventuelle), avec cotisation retraite et sous le régime général de la sécurité sociale.


Les candidatures sont à expédier par courrier mail avant le 30 septembre 2019 à :
laurent.jalabert@univ-pau.fr comprenant:


– CV
– Lettre de motivation
– Fichier PDF du mémoire de master 2
– Lettre de recommandation du directeur de recherche de Master


Un entretien d’audition est prévu début octobre (possibilité d’entretien par visio conférence).

 

 

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

CPIM 2018

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM)

Séminaire international de formation avancée

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Bielle en Ossau

Session 2018 –  Écritures du pouvoir

Comme en 2017, le Séminaire international sur les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM) s’est tenu du mardi 2 au vendredi 5 octobre 2018, à Bielle, en vallée d’Ossau, hébergé au Village Vacances Arriumage tant pour les séances de travail que pour le séjour. Durant quatre jours, se côtoient ainsi formateurs et participants d’horizons différents (nationalités diverses, doctorants, post-doctorants, étudiants de Master), ce qui permet de tisser des liens, débattre… Cette seconde session a réuni 37 participants inscrits auxquels sont venus se joindre des collègues et des extérieurs.

Coorganisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), cette école thématique propose un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire.

En 2018, la réflexion a porté sur les Écritures du pouvoir en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (coordinateur scientifique V. Lamazou-Duplan, université de Pau et des Pays de l’Adour). Les différents sens et dimensions des écritures du pouvoir ont été interrogés (l’écriture au service du pouvoir ou réfléchissant au/le pouvoir), que ce soit à travers les chancelleries, les acteurs et les lieux d’écriture, l’écriture de l’histoire, des traités politiques, des correspondances, sans oublier la forme (inscriptions, calligraphie, numismatique…), les écrits de la pratique du/d’un pouvoir ou la fabrique des archives…

Cet atelier doctoral international offre 12 places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers déposés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. En 2018, ont été retenues les candidatures de doctorants ou de post-doctorant espagnols (5, thèses des universités de l’Autonoma de Madrid, de Salamanca, de Valencia), français (4, thèses des universités de Paris-Sorbonne, Poitiers, ENS Lyon, Toulouse Jean Jaurès), d’une Algérienne (thèse EPHE), d’un Allemand (thèse The Warburg Institute, Londres). Trois des candidats sélectionnés n’ont malheureusement pas rejoint le groupe, empêchés par des raisons de santé, des obligations professionnelles ou familiales. Lors des matinées, les jeunes chercheurs ont exposé leurs recherches (30 mn), répondu aux questions et suggestions qui leur étaient faites par l’auditoire.

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, dans des disciplines variées (philologie, littérature et civilisation, histoire, histoire de l’art), ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) ; Pascal Buresi (CNRS-EHESS) ; Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) ; Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) ; Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense, Madrid).

[voir programme joint]

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de Master Recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, 6 étudiants bordelais, 4 étudiants toulousains, 6 étudiants palois ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée.

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs qui avaient participé à CPIM 2017 a été offert aux participants. Le volume correspondant à CPIM 2018 est en préparation, l’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2019.

Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2019… à Bielle, en vallée d’Ossau, cadre idéal à une école thématique tournée vers la péninsule Ibérique et les échanges culturels.

Participants à la session 2018 :

Mohammed Assem (EPHE) ; Sami Benkherfallah (Université de Poitiers) ; Guillermo Chismol (Universitat de València) ; Víctor de Castro León (Universidad de Salamanca) ; Matthias Gille Levenson (ENS Lyon) ; Alejandro Peláez Martín (Universidad Autonoma de Madrid) ; Johan Puigdengolas (Université Toulouse Jean Jaurès) ; Iria Santás de Arcos (Universidad de Salamanca) ;  Blai Server (Universitat de València)

Coordinateurs CPIM :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH. Il a reçu en 2018 le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, devenu ALTER, et du Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/cpim

La session 2017 a fait l’objet d’une publication aux Editions Ausonius en 2018 :

“Le recours aux armes”

Daniel Baloup (éd.)
Collection Scripta Mediaevalia (33) Editions Ausonius
Bordeaux, 2018 – 131 p.   25 €

En dépit de progrès récents, la place accordée aux violences armées dans l’étude des cultures politiques médiévales en péninsule Ibérique et au Maghreb apparaît encore insuffisante. Elle est surtout inégale, et varie selon les types de violence observés. La proposition adressée aux auteurs du présent volume les invitait à renverser le point de vue généralement adopté sur ces questions : plutôt que de percevoir le recours aux armes comme un aléa dont l’irruption menacerait l’équilibre du jeu politique jusqu’à parfois annuler celui-ci, il leur a été demandé de l’envisager comme la conséquence d’un choix rationnel, pleinement intégré à la stratégie des acteurs. Leurs contributions traitent d’assassinats, d’émeutes ou de guerres : au-delà de l’ampleur et de la durée de la mobilisation, l’objet de la réflexion collective reste en effet l’articulation de la violence armée aux cultures politiques.

In spite of recent progress, the treatment given to violent acts of arms in the study of political medieval cultures in the Iberian Peninsula and North Africa seems still rather weak. It is especially uneven, varying considerably as it regards the type of violence observed. What this volume asked from its contributors was that their papers shed a new light on the question putting so as to completely challenge the points of view hitherto adopted: rather than considering the reliance on armed force as some kind of accident that came to menace the balance of the political game, sometimes to the extent that it totally overcomes this game, they were invited to see the use of armed force as the consequence of a rational choice, one that was completely integrated into the strategy of people who were in positions of power. Their papers talk about assassinations, riots and wars: beyond the scale and duration of these acts of violence, the goal of the collective response remains the articulation between armed violence and political cultures.

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Penser les identités dans la mondialisation

Séminaire doctoral interdisciplinaire

 9h 00 – 13h 00

Amphithéâtre de la Présidence

 

Ce séminaire doctoral interdisciplinaire est organisé sous l’égide de la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages et de l’Ecole doctorale des Sciences Sociales et Humanités, avec le soutien des Laboratoires ITEM et ALTER de l’UPPA.

Les questions introductives à ce séminaire doctoral s’entendent de la manière suivante : comment penser et repenser les identités et les appartenances culturelles dans la mondialisation, lorsque les disciplines des sciences sociales et humaines notamment sont calées sur la dimension nationale et étroitement liées à la construction des Etats-Nations ? Comment penser nos modes d’organisation à l’échelle globale à partir de micro-échelles ? Et quels liens établir entre identité et mondialisation ? De manière générale, l’identité est à la fois pour les individus, une catégorie de pratique et une catégorie distinctive d’analyse, de catégorisations des personnes et de classification des choses auxquelles chaque individu recourt pour catégoriser ; c’est-à-dire opérer des classements sociaux, soit de façon subjective, soit de manière objective selon ses représentations culturelles et sociales du monde. Or, le développement de nouvelles cultures planétaires portées par le cosmopolitisme et les divers métissages contemporains conduit par ailleurs à la production de nouvelles identités transnationales, transfrontalières et déterritorialisées. Cette connexion du local et du mondial[1] a des incidences sur les constructions identitaires dans le contexte de la mondialisation contemporaine.

PROGRAMME

-Pr. Christine LE QUELLEC COTTIER, Université de Lausanne (Suisse)

Identités et appartenances culturelles : repenser les jalons de l’histoire littéraire francophone africaine »

-Pr. Jacques JAUSSAUD, CATT- Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Firmes multinationales et contraintes locales : quelques questions d’identité

-Pr. Abel KOUVOUAMA, ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Métamorphoses des identités : mondialisation et transnationalisation

 

[1]  Lire notamment Jean Copans, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines », Paris, Armand Colin, collection 128, 2006.

Le rôle social du chercheur

Séminaire doctoral
La Recherche Universitaire en Transition(s)

De 9h30 à 12h30
Salle des thèses, Bâtiment DEG
Ecole Doctorale Sciences sociales
et Humanités (ED 481)

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des  Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème “La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux”.

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’ Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités,ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Voir le programme

Organisateurs: : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contacts: laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh @ univ-pau.fr

 

Terrain, méthode et théorie

Séminaire doctoral du 26 mars 2018 “terrain, méthode et théorie”
 
Salle du Conseil de l’UFR LLSH (9h00-12h30)
 
Accueil à 8h45 : café offert

Anaïs Lanas (doctorante en géographie, Passages, UPPA-UPV) : « Entre intercommunalité et foncier communal: méthodologie pour l’analyse des Structures historiques de gestion communautaire pyrénéennes.»

Michèle Pédezert (doctorante en anthropologie, Passages-Bordeaux): « Les situations du terrain ethnographique comme performance, une question de méthode. »

Joadel Elongo (doctorant en anthropologie, ITEM, UPPA) : « Analyse socio-anthropologique de la corruption en Afrique noire francophone: le cas du Congo »

Discutant : Jacques Jassaud, professeur en sciences de gestion, laboratoire Centre d’Analyse Théorique et de Traitement des données économiques (CATT), UPPA

Séminaire ouvert à tou.te.s !

Intime, vie privée, données à caractère personnel

Intime, vie privée, données à caractère personnel :
problématiques et enjeux actuels

Séminaire doctoral transdisciplinaire
8 mars 2018
Collège SHH – Salle du Conseil
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Collège doctoral ED 481 / ED 211
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Master « Histoire, Civilisations, Patrimoine »

Laboratoires ALTER, IE2IA, ITEM, LIUPPA

Ce séminaire s’intègre dans le programme de recherche « Figures et frontières de l’intime » de la fédération EFM (laboratoires ALTER
et ITEM).


Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes
à de constants déplacements. Ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privés et communs dans des pratiques
sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ?
Profondément transdisciplinaire, le programme privilégie par ailleurs une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

M. Braud (PR, Littérature française – ALTER), S. Forero Mendoza (PR, Histoire de l’art, Esthétique – ITEM), N. Mékouar-Hertzberg
(PR, Littérature et civilisation espagnoles – ALTER) sont les responsables du projet recherche « Figures et frontières de l’intime».

Voir le programme

Contacts :
Michel Braud : michel.braud@univ-pau.fr
Sabine Forero Mendoza : sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Nadia Mékouar-Hertzberg : nadia.mekouar@univ-pau.fr

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise
(Europe, Afrique, Amériques)
9h00 – 17h30
UPPA- Salle du Conseil, Bâtiment Lettres SH
Avec le soutien de  la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages, de l’Ecole Doctorale des Sciences Sociales et Humanités, Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM), Les Afriques dans le monde (LAM) et ALTER.

Le séminaire du mardi 27 février 2018 fait suite à une série de trois séminaires de 2017 qui ont été consacrés aux questions d’identités et de discours dans les sociétés du Maghreb, d’Afrique centrale et de la région des Grands lacs. La réflexion nous avait  amené à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social ont affecté les acteurs politiques et la société civile. Les intervenants s’étaient interrogés de savoir quels sont les discours, les nouveaux dispositifs politiques et sociaux qui ont modelé les identités multiples d’acteurs anciens comme nouveaux ? Quelles sont les pesanteurs structurelles, cycliques et les nouvelles donnes observables ? Et comment le chercheur ou la chercheure des sciences sociales et humaines peut-elle ou peut-il contribuer à des analyses pertinentes des processus de délégitimation et de radicalisation sur les terrains étudiés?

Pour ce second séminaire, les intervenants seront amenés à analyser quelles sont les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise qui sont élaborées pour construire la paix et réinventer le lien social encore fragile, après de longues périodes de conflits et de violences guerrières.  En effet, les processus de « sorties de crises » de ces dernières années à travers par exemple la commission « Vérité et Réconciliation » en Afrique du Sud et les conférences nationales dans la plupart des sociétés africaines subsahariennes ont mobilisé l’attention de plusieurs analystes sur leur caractère inédit ; notamment du fait des procédés utilisés pour sortir de la crise, à savoir, le choix de l’espace de la négociation et de la médiation en vue de la réconciliation, le compromis nécessaire entre les acteurs concernés, l’accomplissement et l’observation des rites expiatoires pour conjurer la violence entre les individus, les groupes et les sociétés ; les modalités de gestion permanente des situations post-crises et post-conflits par l’articulation du traitement politique et judiciaire de la crise combinée avec son traitement religieux, selon le triptyque  énonciation de la vérité – reconnaissance de la faute commise par le ou les individus –  sollicitation du pardon ; enfin, l’institution de la parole dite pour exorciser le mal et le crime commis individuellement dans le champ social et le champ politique.

A travers des regards comparés et interdisciplinaires, les interventions programmées s’emploieront à apporter des éléments de réflexion nécessaires à la compréhension des questions étudiées.

Programme

8h45: Accueil

9h00-9h20: Mot d’accueil des organisateurs
– Mot du Directeur de l’Ecole Doctorale 481, Pr. Jean-Yves PUYO
– Mot de la Directrice de la Fédération de recherche, Pr. Nadia MEKOUAR
  • Session 1: Négocier est-ce possible?
9h20-9h40: Pr. Abel KOUVOUAMA, Politiques mémorielles, « régimes » de vérité et modalités de sortie de crise : quelques « foyers d’expériences »
9h40-10h00: Pr. Cyrille KONE, Comment croire encore à la réconciliation au Burkina-Faso?
Pause: 10h20- 10h30
  • Session 2: Les choix des institutions et du politique: entre justice et commémoration?
10h30-10h50 : Pr. Jean-Pierre ALLINNE, Commémorations, mémoriaux et pratiques différenciées de la mémoire au Rwanda
10h50-11h10 : Dr. Emilie MATIGNON, Approches restauratives et sorties de crise : quelles autres perspectives au-delà des CVR?
11h10-11h30 : Dr. Hervé MAUPEU,  Mémoire et génocide au Rwanda: à propos de quelques ouvrages récents
  • Session 3: Les pratiques sociales alternatives : entre pardon et guérison?
14h00-14h20: Pr. Christian THIBON, Mémoire, oubli et pardon: la résilience par la religion, le recours à Dieu,  entre Imana et Kubwanda dans la Région des Grands Lacs
14h20-14h40: Dr. Alain CAZENAVE-PIARROT, Pratiques sorcellaires au Burundi: sortir de la mémoire de la crise
14h40-15h00: Pr. Patrice YENGO, Prophétismes et thérapeutiques des mémoires improbables
  • 15h45 : Session 4: Table-ronde : Ré-inventer le lien social ?

CONTACT : federationefm@univ-pau.fr et  lam-uppa @ univ-pau.fr

Télécharger le programme

Séminaire doctoral “Le terrain, la méthode et la théorie”

Troisième séance du cycle de séminaires des doctorant.e.s qui porte sur “Le terrain de la recherche en sciences humaines et sociales. De la pratique à l’analyse théorique“.
Lundi 29 janvier 2018,
de 9h00 à 12h00
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS-UPPA
Les interventions sont les suivantes:

– Romain Carrausse (géographe CIFRE) : « Méthodologie et recherche action collaborative : modalité, posture et enjeux » (9h00-9h45)
– Aude Pottier (Docteure en géographie et fondatrice d’une cellule transfert) : « Méthodologie de sciences humaines à travers un bureau d’étude ».

Télécharger le texte argumentatif.

NB: Séminaire ouvert à tout le monde (étudiant.e.s de master, doctorant.e.s, enseignant.e.s, personnel intéressé par la recherche en SSH, etc.).

Séminaire international de formation avancée CPIM

La première session du séminaire international sur Les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (CPIM) a réuni 46 participants, à Bielle, en vallée d’Ossau (séjour et séances de travail au VVF Arriumage).

Les participants au séminaire CPIM -oct 2017

Co-organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art, linguistes et littéraires.

Pour la première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées), la thématique retenue était celle du recours aux armes en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (coordinateur scientifique D. Baloup, université Toulouse Jean Jaurès). La réflexion s’est articulée autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité, les affrontements armés dans le champ politique, la guerre.

Cet atelier doctoral international offre pour l’heure douze places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers présentés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. Vingt-six candidatures ont été jugées recevables, douze ont été retenues (six Espagnols, cinq Français, un Italien). Ces jeunes chercheurs ont pu exposer leurs recherches (30 mn). Un doctorant palois, spécialiste d’histoire militaire médiévale, est intervenu, de même qu’un étudiant inscrit en doctorat à l’UPNA, autre université du réseau Iberus. Les autres doctorants et jeunes chercheurs représentaient les universités de Cantabria, d’Oviedo, Autonoma de Barcelona, Autonoma de Madrid, de Valencia, de Lyon 2, de Paris IV Sorbonne, de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de master recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, ils ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée. Aux côtés des quatorze étudiants bordelais et de deux toulousains, six étudiants palois ont participé à cette session (quatre en master HCP Histoire médiévale – dir. V. Lamazou-Duplan, un en master HCP, Archéologie médiévale – dir. A. Champagne et un en Master LLCE – dir. F. Guillén).

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) et Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea). (programme)

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié. L’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2018. Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2018… à Bielle, en vallée d’Ossau, qui continue ainsi à faire vivre les traditions de passage et d’échanges entre les deux versants pyrénéens.

Coordinateurs CPIM :

  • Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

  • Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Laurent Callegarin (Casa de Velázquez),
  • Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour),
  • Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne),
  • Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, territoires, expressions, mobilités), en partenariat avec l’école doctorale en Sciences sociales et humanités, avec le soutien de la fédération de recherche Espace, frontière, métissage, du laboratoire de recherche Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique et du Conseil de la recherche de l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim