Archives de catégorie : Manifestations

Jeudi d’ITEM – Julien Marchesi, 07 avril 2022

Réformer l’enseignement supérieur français après 1968 : le cas du groupe L’École et la Nation et des emprunts américains de la gauche française

Après 1968, c’est l’université à l’américaine qui avance ses pions en France dirais-je avec provocation. En 1968, la jeunesse étudiante française était en but avec une génération de dirigeants politiques et d’intellectuels qui lui témoignait une condescendance bienveillante. La révolte étudiante actée, l’ensemble des organisations politiques françaises, ou presque, essaya de reformuler ses propositions de réforme dans un sens favorisant l’autonomie de la jeunesse. Cela se traduit par un renouvellement du personnel intellectuel et militant participant à l’élaboration des programmes. Or, l’étudiant qui venait de descendre dans la rue, bien qu’on lui témoignait une plus grande attention, était encore trop tendre pour prendre la direction d’un important mouvement politique. Entre jeunesse turbulente et vieille garde, c’est donc une cohorte intermédiaire qui prit la parole. Aux intellectuels formés sous la IIIe République, succédèrent ceux formés durant l’Occupation et la Libération.

L’École et la Nation est exemplaire de cette dynamique. La revue commença de paraître en 1951 comme la revue du PCF à destination des instituteurs français. En moins d’une décennie, elle devint l’une des revues les plus diffusées et influentes dans les milieux enseignants de tous les degrés. Après 1968, elle accorda une part plus grande aux problèmes de l’enseignement supérieur et ouvrit ses colonnes à une nouvelle génération de dirigeants et d’intellectuels. En apparence, leur volonté semble claire, et simple, tenir compte des aspirations de Mai tout en défendant l’héritage des propositions portées par la gauche depuis la Libération. Or, il y a un troisième élément au tableau. L’université qu’ils dessinent a quelque chose d’américain dans la façon dont elle articule les rapports entre enseignement, recherche et culture. En quoi ? Pourquoi ? et surtout comment est-ce arrivé ?

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 7 avril 2022 à 14h00

Julien Marchesi est ATER en Histoire contemporaine à l’UPPA, il prépare une thèse sur Les gauches socialistes et communistes et l’enseignement supérieur des années 1940 aux années 1980 au sein de l’école doctorale Bordeaux Montaigne.

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

 

Nocturnes de l’Histoire 2022

Le mercredi 30 mars se déroulera la 2e édition des Nocturnes de l’Histoire, manifestation nationale suscitée par quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur.

A Pau, à l’UPPA, les chercheurs des deux laboratoires ITEM et IRAA s’associent pour proposer diverses manifestations et activités (coord. V. Lamazou-Duplan et L. Callegarin).

L’amélioration sanitaire actuelle laisse entrevoir que nous puissions réaliser pleinement ce programme, en présentiel et en partenariat avec Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou.

Programme prévisionnel

10h30-12h Rencontre-débat au Lycée Louis Barthou (Réservé aux lycéens et équipes pédagogiques de l’établissement)

10h-11h30 Les Halles de Pau Café historique à la Brasserie L’esprit des Halles

14h30-16h Déambulations historiques. Du château à la ville…

16h-17h Atelier à l’Usine des Tramways Retour aux sources ! Archives dévoilées

18h-20h Château de Pau. Musique et Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

  • Intermèdes musicaux
  • RV avec des chercheurs qui ouvrent la boîte à outils de l’histoire
  • Musique et retour aux sources ! Archives et œuvres dévoilées

17h-20h Médiathèque A. Labarrère Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

19h-20h Atelier au Musée des Beaux-Arts Retour aux sources! Le médailler de Pau

Télécharger le programme complet des Nocturnes de l’Histoire 2022 à Pau

lien vers calameo

En attendant le 30 mars, nous vous donnons rendez-vous sur le Chaîne YouTube de l’UPPA, sur laquelle vous pourrez visionner gratuitement les capsules vidéos tournées dans le cadre des Nocturnes de l’Histoire 2021:

JE Figures pyrénéennes et Musées

Journée d’étude internationale

Figures pyrénéennes et musées. Entre collections artistiques et naturalistes

Sous la direction de Viviane Delpech.

Programme PatrimPublic (Fonds commun Nouvelle-Aquitaine/Aragon).

25 mars 2022, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau.

Journée d’étude accessible en ligne via TEAMS: Cliquez ici pour participer à la réunion  

Programme

9h30    Introduction

9h40    Guillermo Juberías Gracia (Universidad de Zaragoza) De la collection privée à la muséalisation d’un héritage : le cas du Musée Goya de Saragosse

10h20  Laetitia Deloustal (Université de Perpignan-Via Domitia) Le Musée Petiet à Limoux : l’histoire singulière d’une artiste peintre au XIXe siècle dans les Pyrénées

11h      Pause

11h10  Mathilde Lamothe (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les collections volantes de Pierrine Gaston-Sacaze, berger-naturaliste ossalois (1797-1893)

11h 50 Alejandro Sanz Guillén (Universidad de Zaragoza) Gabinetes y colecciones de ‘maravillas’ en Aragón : desde Lastanosa a la actualidad

12h30 clôture

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.

Jeudis d’ITEM – Benjamin François-Duinat, 17 mars 2022 – 14h30

Le 17 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

Institut Calude Laugénie – Salle Chadefaud – 17 mars 2022, 14h30

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Carte des montagnes d’Aldudes (1717) Archives départementales des Yvelines – Cartes et plans, A 405. Dimensions réelles : 31,55 cm x 41,97 cm La barre d’échelle correspond à 3 200 toises, soit approximativement 6 250 mètres

La lecture d’un compte-rendu du livre de Peter Sahlins, Frontières et identités nationales (1989), aura été un véritable déclic. L’ouvrage porte sur la formation des identités nationales dans une vallée frontalière de Catalogne, la Cerdagne, entre les XVIIe et XIXe siècles. Ce travail me touchait doublement : j’ai passé mon enfance dans l’espace frontalier du Pays Basque, à l’autre extrémité des Pyrénées ; et j’ai passé mon adolescence en Cerdagne, car on y envoyait encore dans les années 1990 les jeunes affectés par un asthme sévère. J’ai immédiatement pensé que je pouvais m’inspirer de ce beau travail pour étudier la frontière franco-espagnole au Pays Basque. Et, en même temps, j’avais la vague intuition que la ligne de faille autour de laquelle l’argumentaire était articulé méritait d’être discuté. Car prétendre que l’appropriation de la nation par les frontaliers se faisait sans action concertée de la part des États espagnol et français me semblait être une conclusion contestable. La thèse de Sahlins doit cependant être replacée dans le contexte de l’historiographie dominante à l’époque de sa publication et reconnue pour sa force d’innovation par rapport aux lectures stato-centrées de la construction de la frontière. À l’ombre de la Cerdagne, « La guerre des limites » secouant la vallée des Aldudes entre les années 1820 et 1850 forme une rampe de lancement propice au déploiement d’un dialogue avec les travaux de Sahlins.

Benjamin Duinat est PRAG à l’UPPA. Il a soutenu un doctorat en histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris Sciences & Lettres, le 4 décembre 2021. Sa thèse est intitulée « Autour de la “ligne divisoire”. L’espace frontalier du Pays Basque à l’âge des États-nations (1780-1920) ».

Peut-on encore parler de la Shoah?

22 mars 2022 – Campus de Pau – Collège SSH Amphithéâtre III

L’UTLA, le laboratoire ITEM et l’Amicale du camp de Gurs ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par M. Olivier Lalieu :

Peut-on encore parler de la SHOAH?

La conférence, suivie d’une séance de dédicace, aura lieu le 22 mars 2022 à 17h15 au collège SSH de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en amphithéâtre III (Passe sanitaire obligatoire).

“Depuis trente ans, l’historiographie sur le nazisme et la Shoah a profondément évolué, grâce aux travaux d’une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs. Ont été ainsi revus les centres de mises à mort, l’aide et le sauvetage en France, l’Allemagne, le monde arabo-musulman et la Shoah, mais aussi les défis de l’enseignement de la Shoah, les enjeux des voyages sur les lieux de mémoires, ou encore le négationnisme et le lien entre complotisme et antisémitisme.”

Historien au Mémorial de la Shoah, Olivier Lalieu est responsable du réseau des Jeunes Ambassadeurs de la Mémoire de le Shoah en France (treize lieux, dont Gurs), membre du Centre International pour l’Éducation sur Auschwitz et l’Holocauste, au musée d’État d’Auschwitz-Birkenau et membre du Conseil Scientifique du Camp des Milles.

Il a publié “La Résistance française à Bunchenwal” (Taillandier, 2019) et “Histoire de la mémoire de la Shoah” (Belin-Soteca, 2015). Il a également contribué à des ouvrages collectifs parmi lesquels “La Shoah : au cœur de l’anéantissement. Archives inédites” (Tallandier, 2021) et “Nouvelle histoire de la Shoah” (Passés/Composés, 2021).

Appel à communications – Journée d’étude “La parure”

L’ appel à communications pour la journée d’étude organisée par les étudiants du Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine “La parure : entre identité et transgression ; De l’individu à la communauté : Intégrer et transgresser les codes de l’Antiquité à nos jours”, est ouvert jusqu’au 01 mars 2022.

Supervisée par M Julien Marchesi et M Louis Genton, cette journée aura lieu à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, le 22 avril 2022, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Les propositions de communications (présentations rapides et problématisées de 25 à 30 minutes) sont attendues au plus tard le 01 mars 2022 à l’adresse suivante : orga.jemasters@gmail.com

Les contributions en visioconférence seront également acceptées.

Doctoriales de la biodiversité

Les Doctoriales de la biodiversité ont eu lieu du 01 au 04 février 2022 à la Maison de la nature du Bassin d’Arcachon, dans la Réserve ornithologique du Teich.

Organisées par Biosena, ces doctoriales ont accueilli 42 jeunes chercheurs et chercheuses (doctorant·es) de toutes disciplines autour des problématiques du territoire, des cas pratiques concernant la préservation de la biodiversité, des services écosystémiques et de la gouvernance environnementale, issus des acteurs du territoire.

L’accent était tout particulièrement donné aux nouveaux indicateurs de l’état de la biodiversité. Ces indicateurs permettent d’appréhender les capacités de résilience d’un socio-écosystème, de comprendre sa capacité d’anticipation d’une crise ainsi que son potentiel de réponse, de récupération puis d’autoévaluation, afin de diminuer sa vulnérabilité.

Ce séjour formateur a été l’occasion pour 7 doctorants de l’UPPA, dont Elodie Rivière (laboratoire ITEM), d’échanger avec les acteurs du territoire et de collaborer sur les problématiques de Nouvelle-Aquitaine. Il a également permis de les conforter dans l’importance de l’interdisciplinarité et son apport dans les travaux de recherche.

De gauche à droite : Berk Öktem (Sciences économique, TREE), Élodie Rivière (Histoire, ITEM), Arnold Messie (Sciences Juridiques – Droit public, TREE), Mouad Belyamani (Sciences de gestion, LiREM), Asmae Ourdi (Sciences de gestion, TREE), Tematuanui Hantz (Sciences de l’ingénieur, LFCR) et Edel Lheureux (Écologie aquatique, Ecobiop).
Une pensée à Marjolaine Huguet (Géographie, TREE) qui n’apparaît pas sur la photo. 

Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)

Philippe Chareyre (professeur émérite des Universités/UPPA), co-commissaire de l’exposition sur les actes royaux de la Navarre actuellement présentée au musée national du Château de Pau, fera une synthèse de l’administration du royaume de Navarre pris dans ses différentes composantes : politiques, économiques, juridiques et sociales.

Conférence organisée par la Société des Amis du château de Pau, entrée gratuite

“Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)”, samedi 29 janvier 2022, 15h, salle des Officiers (Château de Pau)

En raison d’une jauge limitée, réservation obligatoire au 06 41 26 66 08 (Merci de porter un masque)

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Des essais au désert ?

Pour une histoire comparée et transnationale des sites d’essais nucléaires – Paris

Du 19 janvier 2022 au 21 janvier 2022

Colloque international de Paris
(CRESAT, MSHP, INALCO)

Argumentaire

Depuis l’automne 2019, l’équipe « Écrire l’histoire du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP) », qui réunit une quinzaine de chercheurs en histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, littérature et anthropologie, organise un séminaire « Pour une histoire transnationale et comparée des installations et des essais nucléaires » (MSH du Pacifique-CRESAT-INALCO). Le séminaire prend en compte les circulations et les transferts d’expériences autour des essais, qu’il s’agisse des décideurs, des militants ou de l’ensemble des populations concernées par un régime de nucléarité qu’on peut définir comme la conscience de prendre part à la vie de sites et d’installations nucléaires.

L’audience de ce séminaire, les contacts noués avec les intervenants et auditeurs français et étrangers, le souhait de communiquer les fruits de nos recherches sur le CEP mais aussi de les confronter à des situations comparables ou imbriquées, nous conduisent à organiser un colloque international consacré aux sites d’essais nucléaires dans le monde, envisagés sous l’angle du territoire, du politique et de l’environnement. Le colloque se propose d’interroger le choix des sites, la construction et le fonctionnement des installations, leurs acteurs et les relations qui se nouent entre eux, les héritages enfin, de lieux perçus comme marginaux, aux déserts, steppes, et océans, mais qui occupent une place centrale dans la mémoire des sociétés humaines, tout en demeurant très peu documentés.

Modalités pratiques

Le colloque se tiendra du 19 au 21 janvier 2022 à Paris, successivement aux Invalides, au Centre de Paris de l’Université de Chicago et à l’INALCO.

Télécharger le programme

COMITÉ D’ORGANISATION
Benjamin Furst (UHA- CRESAT)
Renaud Meltz (UHA-CRESAT, IUF)
Teva Meyer (UHA- CRESAT)
Sarah Mohamed-Gaillard
(INALCO-CESSMA)
Alexis Vrignon (UPPA-ITEM)

CONSEIL SCIENTIFIQUE
Robert Aldrich (University of Sydney)
Eric Conte (MSH du Pacifique)
Pierre Fournier (MESOPOLHIS)
Hugh Gusterson
(University of British Columbia)
Claire Laux (IEP Bordeaux)
Claude Martin (Ambassadeur de France)
Georges-Henri Soutou (Institut de France)

CONTACTS
renaud.meltz@gmail.com
alexis.vrignon1@gmail.com

Rencontre Lexique Amoureux de Pau

Médiathèque André Labarrère, Pau,

Samedi 18 décembre 2021 à 11H00

L’équipe ayant composé le Lexique amoureux de Pau propose une première présentation au public samedi 18 décembre à 11h, dans l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère, à Pau

Charlotte Abadie-Laborde, Jean-Jacques Castéret, Cécile Devos, Mathilde Lamothe, Jean-Louis Maffre et Renée Mourgues dévoileront la genèse de cet ouvrage paru aux éditions Cairn, ainsi qu’une partie de son contenu.

Né sous la bonne étoile de l’Usine des tramways, ce livre décortique Pau par le menu : béret, poule au pot, Section Paloise et évidemment de la culture et du patrimoine, en belles images, clins d’œil et hommages amoureux à découvrir, lire et relire. 

En savoir plus

Soutenance de thèse – Lisa Barrère

Lisa Barrère soutiendra sa thèse intitulée “Dulce Chacón : les débuts d’une romancière” le 16 décembre 2021.

Sous la direction de Mme Dolores Thion, elle aura lieu en salle du conseil du bâtiment Droit Eco Gestion de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à 14h30.

RESUME

Le présent travail propose une étude des trois premiers romans de Dulce Chacón : Algún amor que no mate (1996), Blanca vuela mañana (1997) et Háblame, musa, de aquel varón (1998), un corpus qui n’a jamais été étudié dans son ensemble. Souvent reconnue pour ses deux dernières œuvres ayant pour toile de fond la Guerre Civile espagnole, il s’agit de proposer une thèse qui mette en lumière ses premiers pas dans l’univers du roman.

Ce travail consiste à analyser les trois premiers récits de l’autrice, afin d’examiner son processus de création au sein du genre littéraire romanesque. Nous considérerons ce corpus comme une unité matricielle de son expérience d’écriture en prose.

Dans cet objectif, nous proposons une étude basée sur la thématologie, afin de percevoir au mieux l’évolution de grands thèmes traités à travers les différents récits. Cette analyse nous permet de mieux comprendre l’évolution de thèmes existentiels, comme l’amour, la vie et la mort, à travers la psychologie de la femme. Cette étude nous permet également d’observer l’évolution du processus de création de l’écrivaine sur ses engagements, ainsi que sur la précision de sa plume en tant que romancière.

Mots-Clés : Dulce Chacón – Roman – Littérature du XXème – Mémoire –  Oralité – Société espagnole – Femmes – Mémoire Historique – Processus de création – Immigration –  Réalisme – Trilogie.

Soutenance de thèse – Fleur DUPLANTIER

Le 17 décembre 2021

Fleur Duplantier soutiendra sa thèse “Carlota O’Neill : l’épineux parcours d’une polygraphe espagnole (1924-1982)” le 17 décembre 2021 à 9h30.

Dirigée par Mme Dolores thion, elle aura lieu en salle du conseil au bâtiment des Lettres de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Résumé

Romancière, dramaturge et journaliste, Carlota O’Neill (Madrid, 1905 – Caracas, 2000) représente dans le panorama de la littérature et du journalisme espagnol un exemple symbolique de l’oubli auquel ont été condamnés nombre d’intellectuels et d’artistes du XXᵉ siècle espagnol.

Issue des milieux aisés du républicanisme espagnol, Carlota O’Neill amorce à l’âge de 18 ans sa carrière d’écrivaine. Elle fait partie des jeunes intellectuelles espagnoles, aux côtés de Margarita Nelken, Elisa Soriano, Federica Montseny, entre autres.

En 1936, mariée au capitaine, Virgilio Leret, en mission à Melilla – comme chef de la Base d’Hidros d’Atalayón – Carlota s’installe à ses côtés avec leurs deux filles pour y passer les vacances estivales en famille. Le 17 juillet 1936, ils seront témoins des premières attaques de l’armée franquiste. Son mari, fidèle à la République, meurt fusillé par les insurgés, ses deux filles sont rapatriées dans un orphelinat proche de Madrid et, elle est incarcérée dans la prison de Melilla où elle passera cinq longues années. Dans les années 40, elle connaîtra l’Espagne d’après-guerre avant de prendre la route de l’exil vers le Venezuela et le Mexique.

L’objectif de cette thèse est de reconstruire le parcours personnel, idéologique et littéraire de Carlota O’Neill. Pour cela, il est important d’étudier l’ensemble de sa production, de ses prémices littéraires à ses écrits en prison, et de la prison jusqu’à son exil : de l’écriture de l’intime à l’écriture de survie, pour finalement mettre sa plume au service de sa cause : la mémoire des femmes républicaines victimes du franquisme, de la répression et de l’exil.  

Ce travail de recherche prétend contribuer ainsi à la reconstruction de l’image d’une écrivaine oubliée de la sphère littéraire espagnole, dont la vie couvre quasiment un siècle de l’Histoire de l’Espagne.

Mots clés : Carlota O’Neill – Littérature espagnole – Journalisme – Médias – XXᵉ siècle – Féminisme – Guerre civile – Prison – Franquisme – Répression – Exil républicain.