Archives de catégorie : Grand public

La Fabrique de l’histoire, 07.01.2016 avec Victor Pereira

Table ronde sur les enjeux historiques de l’utilisation de la démographie par les dictatures.

Invité(s) :
Paul-André Rosental, professeur à Sciences-Po, chercheur associé à l’Institut national d’études démographiques (INED)
Victor Pereira, docteur en histoire à l’Institut d’études politiques de Paris, maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, spécialiste de l’émigration portugaise, espagnole et française et sur l’histoire du XXe siècle portugais
Martine Mespoulet, professeur de sociologie à l’université de Nantes, spécialiste de l’URSS

Conférence Misogynie, 21 janvier 2016

Maurice Daumas, professeur émérite d’histoire moderne à l’UPPA, vous donnait rendez-vous le 21 janvier pour une conférence à la Médiathèque André Labarrère de Pau.

Intitulée « Qu’est ce que la misogynie? », elle s’est tenue à l’auditorium de la médiathèque à 18h00.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre du programme « Pouvoir(s) et misogynie » de la Fédération Espaces Frontières Métissages (http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/live/recherche/misogynie)

Laurent Dornel : La Fabrique de l’histoire, 12/11/15

Laurent Dornel, Barbara Lambauer et Stéfanie Prezioso étaient les invités de l’émission de radio La Fabrique de l’histoire, diffusée sur France Culture le jeudi 12 novembre 2015 de 9h00 à 10h00.

Le thème abordé est « Les immigrés, les étrangers pendant la première guerre mondiale »

Retrouver plus d’informations à cette adresse

Séminaire en ethnomusicologie de la France

BANDEAU SEMINAIRE INOC

Organisé par l’ethnopôle InOc Aquitaine

En collaboration avec le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France

Et en partenariat avec le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes

Avec le soutien de la Direction générale des Patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication

seminairep 

Présentation

Dans le cadre de ses missions d’Ethnopôle – Pôle national de Recherches et de Ressources en Ethnologie, l’InOc Aquitaine met en place un « Séminaire annuel » dédié à l’ethnomusicologie de la France. Par la création de cette rencontre annuelle, la Direction générale des patrimoines – Direction de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture a souhaité soutenir et valoriser la recherche sur les musiques et danses traditionnelles du domaine français et favoriser la rencontre professionnelle et la formation.

L’idée est de favoriser la rencontre de chercheurs institutionnels et de porteurs des expressions musicales etchorégraphiques dites traditionnelles, eux-mêmes investis dans la réflexion sur leur pratique et sa transmission.

Ce séminaire est envisagé comme un espace d’écoute, d’information, d’apprentissage, chaque participant : chercheur, praticien, apprenant de l’autre ; comme un espace favorisant la distanciation par rapport aux pratiques contemporaines, aux processus de transmission, de construction du domaine.

Cette première édition est ainsi tout naturellement organisée en collaboration avec le Cirief qui fédère depuis 2007 une trentaine de chercheurs et promeut l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche et de la valorisation des travaux scientifiques.

La thématique de ce Séminaire a par ailleurs rencontré les préoccupations et missions du Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes. Le « croisement des regards » s’organisera ainsi en deux temps :

 à Billère – Agglomération Pau-Pyrénées, les 11-12 novembre 2015

 à Poitiers, les 2-3 mai 2016.

 Le premier événement se centrera sur les processus de transmission des musiques traditionnelles d’un point de vue essentiellement anthropologique et historique là où le second s’orientera davantage sur les aspects pédagogiques. Il s’agira, dans le cadre de ces deux rencontres, de s’interroger de manière complémentaire sur la difficile et complexe question de la transmission concernant des musiques qui, en quelques décennies, ont connu des changements radicaux quant aux processus qui leur permettent de défier leur passage sur les échelles espace/temps.

« Regards croisés sur les processus de transmission

des musiques traditionnelles en France »

Si la question de la transmission est, pour suivre David Berliner (Berliner), « un impensé » de la discipline anthropologique, elle est en revanche, aujourd’hui comme tout au long des cinquante dernières années, au coeur des préoccupations, explicites ou implicites, des acteurs des musiques traditionnelles. Ce domaine a connu – connaît toujours – une prolifération d’entreprises et de dispositifs de transmission qu’ils soient associatifs subventionnés (ateliers…), publics (conservatoires, schémas d’éducation artistique…) ou « sauvages » (rassemblements festifs, organisation locale d’une sociabilité musicienne…) (Cf. Isnart, Castéret).

Le séminaire souhaite ainsi interroger la transmission musicale en tant que processus : processus passés et présents dessinant un « patrimoine en action » (Tornatore). Non spécifiquement l’acte pédagogique de la transmission d’une technique mais ce qui se trouve au-delà : les modalités de transmission des savoirs stylistiques, des savoir-être, de la sociabilité musicienne, des contextes anciens ou nouveaux de la musique. Plus largement ce qui fait – ou non – des apprenants des hommes « culturés ». Ce qui contribue à faire de la musique un « fait social total » selon l’expression de Marcel Mauss ; à inscrire les praticiens dans une communauté sans cesse réinventée ; à faire des répertoires et des esthétiques des valeurs partagées.

Le séminaire souhaite par ailleurs interroger les usages et les modalités de la transmission : hérités ou créés et, dans tous les cas, construits. Quels sont-ils, comment sont-ils apparus, de quelle façon se construisent-ils ? Il s’agira notamment d’identifier les institutions de transfert d’hier et d’aujourd’hui : mettant en perspective les dispositifs des « anciens milieux ruraux français » (Guilcher), ceux nés à la fin du XIXe siècle avec l’apparition du mouvement folklorique ou régionaliste, ou avec les revivalismes du XXe siècle ; abordant, le cas échéant, pour certains territoires ou pratiques, la dialectique ou la dialogique à l’oeuvre entre diverses institutions de transfert ou dispositifs.

L’analyse et la mise en regard des grands jalons du renouveau paraît plus largement souhaitable, à savoir : la période des « redécouvreurs » des années 1970-1980, celui de « l’institutionnalisation » de la musique traditionnelle dans les 1980-2000 et probablement celui, en cours, qui voit le départ en retraite – pour les enseignants – des acteurs du renouveau et la professionnalisation d’une troisième génération d’acteurs. Cela conduira plus particulièrement à aborder les contextes et représentations politiques, culturelles, esthétiques qui sous-tendent les processus de transmission, que ce soit à travers le discours – et, au cours du séminaire, le témoignage – des enseignants, des praticiens, des artistes, des responsables institutionnels…

La notion de groupes ou de communautés, notamment de « communautés symboliques » ou « communautés de pratiques » (Molino) pourra ainsi être posée au regard des esthétiques et des modalités de transmission.

Nous pourrons enfin nous interroger sur les conséquences des représentations, usages – la « pédagogisation » des pratiques par exemple –, dispositifs, en termes de lutherie ou de facture instrumentale, de répertoires, de styles… Les nouvelles façons de poser l’acte de transmission, ses contextes, la question des contenus à transmettre feront, également débats. Par le biais de témoignages, d’expériences mais aussi à l’écoute des jeunes générations, le domaine de la formation en musiques traditionnelles et plus particulièrement celui des formations professionnalisantes seront abordés. Esquissés dans le cadre de ce séminaire, ces aspects seront plus précisément développés dans le cadre des rencontres du CESMD de Poitou-Charentes.
 

Télécharger le Programme

Comité scientifique
Jean-Jacques Castéret, Ethnopôle InOc Aquitaine.
Luc Charles-Dominique, Université de Nice-Sophia-Antipolis, Institut Universitaire de France.
Cyril Isnart, Idemec CNRS.
Marlène Belly, Université de Poitiers.
Ouvert au public sur inscription (obligatoire) : m.larche@in-oc.org
Lieu
Institut Occitan Aquitaine
Château d’Este
Avenue de la Pléiade – 64140 Billère Cedex
Tél. : +33 (0)5 59 13 06 40
Comment venir ?
En transport en commun
– Train : Arrêt à la gare de Pau
– Avion : Aéroport Pau Pyrénées
– En bus (le jeudi 12.11.15) : Ligne P6, arrêt Château d’Este
En voiture
– Conducteurs : proposez vos places libres !
– Passagers : trouvez un covoiturage !
– Parkings : Parking gratuit de la Médiathèque d’Este

Fête de la Science 2015

Cette nouvelle édition de la Fête de la Science a été l’occasion pour les archéologues de l’INRAP et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour de rencontrer le grand public et de le familiariser aux différentes techniques et aux métiers de l’archéologie.

Installés au Village des Sciences Place Clemenceau à Pau les 10 et 11 octobre derniers, ils ont  proposé aux habitants de l’agglomération  deux expositions (la recherche archéologique à l’UPPA et « Vous avez dit archéologie préventive? ») ainsi qu’une activité pratique de fouille  et d’enregistrement animée par CapArchéo et un atelier de céramologie.

Comme l’an passé, ces activités ont remporté un grand succès!

Voici quelques photos de ce merveilleux moment de partage autour de la Science.

Fête de la Science, Pau, 10-11 octobre 2015

Cette année, le Village des Sciences se tiendra à Pau, Place Clemenceau, les 10 et 11 octobre 2015.

Les archéologues du laboratoire ITEM-UPPA , de l’Inrap et  de Cap Archéo vous y accueilleront gratuitement de 10h00 à 18h00.

Venez participer à notre animation sur l’archéologie, ses méthodes, ses métiers !

recto test

 » Mission Archéo ». A la recherche des traces du passé »

L’archéologie propose de partir en quête du passé, remonter le temps, découvrir des cultures anciennes. Mais comment cette enquête se déroule-t-elle ? Où trouve-t-on les traces du passé ? Comment faire parler les témoins des sociétés anciennes ? Qui sont les chercheurs qui mènent ces enquêtes ?
La « Mission Archéo » vous propose de découvrir le monde de la recherche archéologique à travers des expérimentations, des rencontres avec des techniciens, des professionnels ou des métiers : poteries, charbons, sédiments… Tout devient indice pour faire parler le sol, l’environnement et reconstituer les modes de vie du passé.

Vous y trouverez :
-Deux expositions : « Vous avez dit archéologie préventive ? », et « Les experts de l’archéologie »,
-Deux ateliers pratiques consacrés à « La fouille archéologique et l’enregistrement » et à « L’étude le la céramique ».

 verso test

Poésie dans les chais, 17-18-19 septembre 2015

Pour la 13e édition du festival, Poésie dans les chais poursuit son parcours « vers » le continent américain.

« Au XVIIe siècle, et durant trois cents ans, nous partions. Nous étions marins basques, bûcherons béarnais.
Des gaves de Pau et d’Oloron descendaient des troncs d’arbres
dont à Bayonne on faisait des mâts pour l’Amérique, des bateaux.
On disait Nouvelle-France ; on y parlait moitié français, moitié amérindien ; parfois on y créait des villes. On allait vers d’autres peaux, s’inventer des créoles et une identité métisse.
Aujourd’hui des poètes québécois, amérindiens, haïtiens, arrivent dans les Sud-Ouest de la France, en Béarn ; ils viennent nous rappeler qu’être français c’est aussi parler au migrant de soi-même. »

Didier Bourda, directeur artistique

Poesie-chais-1_m

Voir le programme complet

Intervenants
Isabelle Chol, Professeur des Universités, Langue et littérature françaises ; directrice du CRPHL (UPPA, Pau)
Lionel Dupuy, géographe, chercheur associé au laboratoire SET de l’UPPA.
Michèle Guicharnaud-Tollis, professeure émérite de l’UPPA, elle est membre du laboratoire de recherche LLCAA.
Nadia Mekouar-Hertzberg, professeure des universités en Études ibériques et ibéro-américaines de UPPA. Directrice de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages de UPPA.
Patricia Heiniger-Casteret, maître de conférences à l’UPPA, membre du laboratoire ITEM.
Marie-Antoinette Laffont-Bissay, docteur ès lettres de l’UPPA
Philippe Archambault, doctorant en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Membre de «La Traversée, l’atelier québécois de géopoétique»

Contacts et renseignements
05 59 82 70 30
05 59 06 94 25
contact@vins-jurancon.fr
www.vins-jurancon.fr

Exposition Mauméjean, 9 septembre – 11 octobre 2015, Pau.

Illuminez votre rentrée !

Pour sa rentrée, le service du Patrimoine culturel – Ville d’art et d’histoire de la ville de Pau choisit de mettre à l’honneur la dynastie Mauméjean et le savoir exigeant des fabricants de vitraux.
L’exposition propose une inédite réhabilitation de la production de cette famille d’artistes originaires de Pau, qui réussirent à développer une firme internationale aux multiples ramifications. De nombreux documents d’archives illustreront les temps forts de cette saga encore largement méconnue du grand public.

afficheLa manufacture de vitrail et mosaïque d’art MAUMÉJEAN
Flambe ! Illumine ! Embrase !

Exposition, conférence et ateliers pédagogiques
9 septembre -11 octobre 2015
Chapelle de la Persévérance
3 rue Gontaut Biron – 64000 – Pau

Entrée Libre et gratuite.

Alice Guerville-Ballé, à la pointe pour le patrimoine

La République des Pyrénées publie ce jeudi 02 juillet 2015 un article mettant en avant les travaux de notre doctorante, Alice Guerville-Ballé, lauréate du prix J.P. Hugot attribué dans le cadre de la chaire Histoire Cultures et Patrimoines.

20150702_090437-1

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/07/02/a-la-pointe-pour-le-patrimoine,1261202.php#xtatc=INT-1-[home_col_gauche_A2]

Benoît Manauté et la saga des Mauméjean

La saga des Mauméjean n’en finit pas d’enflammer les Pyrénées et les Pays de l’Adour réunis!

Saluons le bel article de « La République des Pyrénées » mettant à l’honneur Benoit Manauté , biographe de cette dynastie de maîtres verriers.11665587_1631253437086276_696452915992101063_n

À l’occasion de la parution de l’ouvrage La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean – Flambe ! Illumine ! Embrase ! et dans le cadre de la 5ème Nuit des églises, Benoit Manauté sera en conférence à Hendaye, le 4 juillet prochain, à 20h00 à l’Eglise Sainte Anne, 7 Rue du Vieux Fort.
Renseignements : 05 59 48 82 80

nuit-des-eglises-maumejean-webPlébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays.

Signature Chaire HCP et remise de prix Bourse J.P. Hugot

 logo univ                            index

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour et  la Fondation du Patrimoine, en présence de plusieurs élus et acteurs locaux, ont officialisé le 18 juin 2015 la création de la chaire « Histoire Cultures et Patrimoines » (HCP).

Rappelons que cette chaire thématique d’enseignement supérieur a pour but de soutenir et de favoriser le développement des programmes d’enseignements et de recherche ayant trait aux patrimoines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rattachée au laboratoire Identités Territoires Expressions Mobilités (ITEM, EA3002) et à l’UFR des Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sport, elle se fixe trois objectifs prioritaires :

1. Soutenir la création de projets de recherche autour des patrimoines, axe de recherche structurant de l’UPPA
2. Soutenir ou créer des formations autour des patrimoines et des politiques culturelles
3. Faciliter les liens entre la recherche / l’enseignement et le secteur professionnel du patrimoine, notamment les entreprises cherchant à valoriser leurs propres patrimoines.

 

Cette journée du 18 juin  2015 fut également l’occasion de primer Alice Guerville-Ballé, lauréate de l’allocation de recherche J. P. Hugot.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’allocation J.P. Hugot, dans le cadre de la Chaire HCP, portera sur un projet de recherche ayant trait à l’histoire des politiques culturelles ou aux problématiques liées aux patrimoines notamment aux politiques de valorisation des patrimoines. L’accent sera particulièrement marqué sur les nouveaux modes de valorisation des patrimoines, par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans exclure d’autres domaines. Les approches comparatives aux échelles régionales, nationales ou internationales sont recommandées dans le cadre du projet.

La bourse, attribuée sur présentation des dossiers, par un comité d’experts désigné par le Comité scientifique de la Chaire est financée pour trois ans à hauteur de 90 000 € pour toute la durée de l’allocation.

Rando-archéo sur le cirque d’Anéou

Le circuit découverte de l’estive d’Anéou (Laruns, 64) était proposé le 20 juin 2015, dans le cadre des journées nationales de l’archéologie.
Cette balade de 6 km a permis de faire découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages (cf. bibliographie ci-dessous).
 

Profil altimétrique

La visite en images :

Photographies : Cacau de Paula et Rémi Calvier

Bibliographie

Ces rapports d’opération et articles seront complétés par des ouvrages en cours de publication (thèse et ouvrage collectif).

  • Articles :

Rendu, Christine, Didier Galop, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic, Damien Rius, et Marie-Claude Bal. 2013. « Montagnes et campagnes d’Oloron dans la longue durée. Premiers résultats d’un programme interdisciplinaire ». In D’Iluro à Oloron-Sainte-Marie. Un millénaire d’histoire, Dany Barraud et François Réchin (dir.), pp. 37-68. Suppléments d’Aquitania. lien academia

Mélanie Le Couédic, 2012, « Modéliser les pratiques pastorales d’altitude dans la longue durée », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 590, mis en ligne le 09 février 2012. http://cybergeo.revues.org/25123

  • Rapports :

Carine Calastrenc, Christine Rendu. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau. Prospections », Campagne 2004. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692381/document

Calastrenc, Carine.. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau Campagne 2005, sondages ». http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692387/document

Christine Rendu, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau, rapport final d’opération, campagne 2006, sondages et prospections ». https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00964699/document

Christine Rendu, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic, Olivier Barge, Marie-Claude Bal. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau – Atelier 2 du PCR « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » – Rapport de sondages archéologiques et prospections – Campagne 2007 ». https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692396/document

Carine Calastrenc, Christine Rendu.« Archéologie pastorale en vallée d’Ossau – Atelier 2 du PCR « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » Fouilles archéologiques – Campagne 2009. 2010 ». https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00692398/document

Parution Cahiers du CFPCI n°2

Cahiers du CFPCI n°2

Enseigner le patrimoine culturel immatériel ?
Le « PCI » dans les formations universitaires

Pages de Cahier_CFPCI_n2

Le PCI a émergé en tant que tel soit sous la forme de modules dédiés dans le cadre d’enseignements généraux sur le patrimoine – jusqu’ici conçu comme matériel – soit sous la forme de nouveaux mastères explicitement orientés vers le patrimoine immatériel. Cette évolution témoigne, en même temps qu’elle y participe, de l’effervescence qui accompagne la ratification de plus en plus large de la convention mise en œuvre par les États d’inventaires du PCI et de candidatures pour les listes internationales de l’UNESCO, intérêt croissant des collectivités territoriales et des associations, multiplication des projets de valorisation à des échelles diverses, etc.

Les Cahiers du CFPCI

Journées Nationales de l’Archéologie 2015

indexLes Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 6e édition des JNA, qui se déroulera les 19, 20 et 21 juin 2015. Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

PAU

MEDIATHEQUE ANDRE LABARRERE, PLACE MARGUERITE LABORDE

Du 15 au 20 juin – Journée continue
2ème étage

Exposition
– « Vous avez dit archéologie préventive ? »
– « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
– Travaux archéologiques menés par les étudiants et doctorants des laboratoires ITEM et IRAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Projection de films

« Les experts de l’archéologie »
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet. Durée : 16 min.
Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

« L’archéologie préventive en questions »

Réalisation : Raphaël Licandro Durée : 13 min.

Qu’est-ce que l’archéologie préventive? Pourquoi fouiller? Comment fouiller? Que se passe-t-il après les fouilles? Autant de questions parmi d’autres, suscitées par ces chantiers rencontrés en centre ville ou en pleine campagne, au gré des projets liés à l’aménagement du territoire. Les réponses apportées par Isabelle Catteddu, archéologue à l’Inrap, sont illustrées par plusieurs années de tournage sur une grande variété de sites archéologiques.

 Vendredi 19 juin – 12h30 / 13h30
2ème étage

Café Archéo : « Archéologie programmée et archéologie préventive: une archéologie à deux vitesses ? » (Benoît Pace et Giuseppe Indino, doctorants du laboratoire ITEM).
Rendue nécessaire par le développement inexorable de notre société, l’archéologie dite « préventive » est apparue en 2001 avec la création de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).
Elle se distingue aujourd’hui de l’archéologie dite « programmée » dont les objectifs répondent à des préoccupations différentes. En effet, l’archéologie « programmée » n’est pas soumise à l’urgence et peut donc être pratiquée sur le long terme.
Toutes deux participent cependant à un même objectif : celui d’une meilleure connaissance de notre passé, de son étude à la diffusion des résultats.
Quelles sont alors les différences qui les opposent et qu’ont-elles en commun ? Comment fonctionne cette archéologie à deux vitesses ?

Samedi 20 juin – 16h30
Salle Interludes

Conférence : « L’Archéologie préventive et le développement du territoire » (Nadine Béague, archéologue, Inrap).
L’archéologie préventive découle de la destruction du patrimoine par l’aménagement du territoire. Les deux sont donc intimement liés, d’où la nécessité de préserver l’équilibre entre le développement économique d’une part et la sauvegarde du patrimoine archéologique d’autre part. A partir d’une analyse rétrospective de l’activité de l’Inrap – depuis 2008 environ, on peut aborder les effets de la crise sur le développement des territoires et par contrecoup sur la recherche archéologique en termes d’activité de fouille, de types de sites abordés, d’accroissement des connaissances et de valorisation du patrimoine. La crise économique a-t-elle eu un effet sur notre activité archéologique ?
L’archéologie en France est un service public structuré qui fonctionne sur un maillage territorial associant les acteurs de la culture des collectivités, des universités et de la recherche programmée et préventive.

CIRQUE D’ANEOU, LARUNS

Samedi 20 juin

Circuit découverte :
Cette visite consistera à découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages.
Elle est proposée par Mélanie Le Couédic (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM).
Prévoir des chaussures de randonnée et un pique-nique pour la fin de la visite si vous le souhaitez.
Rendez-vous au parking en épi avant le col du Pourtalet à 10h.
Maximum 20 personnes, Réservation souhaitée au 05 40 17 52 21 ou par mail à l’adresse joelle.sauces@univ-pau.fr

370_1404_vignette_Presentation2SALIES-DE-BEARN

Vendredi 19 juin

Journée dédiée aux scolaires : ateliers, visites et explication sur site d’un four de saunier, le four de Mosqueros.

Samedi 20 juin – 18h00
Salon bleu de la Salle Jean Monet, Rue Du Maréchal Leclerc.

Conférence : «  Archéologie du sel dans les Pyrénées. Les sites d’exploitation de Salies-du Salat (31) et Salies-de-Béarn (64) ». (Jean-François Chopin et Marina Morlaas).

L’archéologie du sel dans les Pyrénées est principalement connue au travers des sites de Salies-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques et Salies-du-Salat en Haute-Garonne.

A Salies-du-Salat, la fouille archéologique du Collège des Trois Vallées, menée par l’AFAN sous la direction de J-F. Chopin en 2000, permet d’aborder l’histoire de La Fontaine Salée dont l’exploitation a été dévolue tour à tour à la production du sel et au thermalisme.

La source salée de Salies-du-Salat a fixé l’occupation humaine dès le début de la Protohistoire. Cette période est représentée par un vaste dépôt de récipients céramiques brisés, une structure de combustion (de type fourneau) et des fosses étanchéifiées à l’aide d’argile crue (réceptacles de la saumure). Le sel a été fabriqué selon une technique de production ignifère qui a duré jusqu’au Premier âge du Fer, voire jusqu’à la romanisation. Le Haut Empire semble en effet marquer un arrêt de la production salicole au profit d’une exploitation à vocation thermale, particulièrement prisée par les romains. La fabrication du sel reprend au haut Moyen Âge et se poursuit jusqu’au XIIe. Des structures de chauffe auxquelles sont associées des coulées de métal plombifère tendent à accréditer l’hypothèse d’une évaporation de la saumure à l’aide de poêles, comme c’était alors l’usage en milieu continental, notamment à Salies-de-Béarn. Les textes attestent de la production du sel à l’emplacement de La Fontaine Salée de Salies-du-Salat jusque dans le courant de l’Epoque moderne. Faute de rentabilité, la production tombe progressivement en désuétude. Au début du XIXe siècle, la fontaine est toujours exploitée mais uniquement dans le cadre d’activités thermales sous la forme d’un petit établissement qui sera désaffecté dans le courant de la seconde moitié du XXe siècle. Depuis la fin du XIXe siècle, l’Hôpital de la Fontaine Salée, centre de rééducation fonctionnelle des Hôpitaux de Toulouse situé à 100 m de l’antique site de La Fontaine Salée, ainsi que des thermes monumentaux aménagés au début du XXe siècle continuent d’exploiter le sel gemme au moyen de forages mécaniques.

Dimanche 21 juin – 19h00

Visite des rues médiévales de Salies-de-Béarn : 19h départ du musée du sel, rue des Puits-Salants.
Clôture par un apéritif place de la Mude.

ABBAYE CISTERCIENNE DE L’ ESCALADIEU

65130 BONNEMAZON

Dimanche 21 juin – 14h30-18h00

Conférence : le vin gallo-romain dans le piémont occidental des Pyrénées (François Réchin, professeur des universités)

Présentation et dégustation de vin vinifié d’après les recettes antiques d’Apicius

Vidéos sur l’épopée du vin, en partenariat avec l’INRAP.

 

 

LOGO INRAP GRAND   LogoUPPAcouleurRVB

 

      logoITEMbold_tailleminiRVB                 index

 

En partenariat avec :identité réseau simle

 Musée du Sel de Salies de Béarn

Association des Amis du Vieux Salies

Conférence « La saga des peintres verriers Mauméjean » 06 juin 2015

La SSLA de Pau et du Béarn
et les Amis des églises anciennes du Béarn

ont le plaisir de vous inviter à la conférence publique qui sera donnée par

Benoît MANAUTE
La saga des peintres verriers Mauméjean

le samedi 6 juin à 14 h 30
à l’auditorium de la médiathèque A. Labarrère (Pau)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays. Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, et les Landes restent les témoins privilégiés d’une production originale qui, après avoir été sous-estimée en raison de sa monumentalité et de son éclectisme, apparaît aujourd’hui comme un indispensable jalon conduisant de l’historicisme de la fin du XIXe siècle aux plus drastiques recherches menées par les verriers d’après-guerre.
Les souscripteurs pourront retirer le livre de B. Manauté : « Flambe ! Illumine ! Embrase ! La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean » auprès des Editions « Le Festin » qui seront présentes à cette occasion.