Archives de catégorie : Grand public

L’art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance

Château de Pau

Du 27 novembre 2021 au 27 février 2022

Dans la salle des Cent couverts qui accueillit la signature du rattachement de la Navarre à la France en 1620 sous le règne de Louis XIII, le Musée national et domaine du château de Pau présente une exposition qui fait la part belle aux archives et porte sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion.

Un voyage dans le temps qui détaille l’histoire du règne des Foix-Albret et la façon dont ceux-ci ont géré leur royaume avant et après 1512, date du repli de ces rois de Navarre sur leurs possessions souveraines au Nord des Pyrénées : l’actuelle Basse-Navarre et la vicomté de Béarn.

Une exposition sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion

Avec l’avènement de Catherine de Foix et Jean d’Albret au trône de Navarre en 1483-1484, un grand ensemble territorial transpyrénéen était en cours de constitution. Mais son développement s’est heurté aux intérêts divergents de ses deux grands voisins, la France et l’Espagne. En 1512, la monarchie espagnole prend possession de l’essentiel de la Navarre, ne laissant à ses maîtres légitimes qu’un mince lambeau de terre montagneuse au Nord de la ligne de crête.

Dès lors, de part et d’autre des Pyrénées, la réorganisation de ces territoires se poursuit selon des modèles différents, soumis à des influences contrastées. Tandis que la Haute-Navarre devient une vice-royauté espagnole, la Basse-Navarre constitue avec la vicomté souveraine de Béarn la nouvelle assise du pouvoir des Albret, préservant une certaine forme d’indépendance vis-à-vis de la couronne de France jusqu’en 1620. Au cours de cette période mouvementée, les souverains s’attachent à moderniser les structures et les pratiques administratives, dans l’esprit de la Renaissance.

Catherine de Foix et Jean d’Albret, puis Henri d’Albret et Marguerite d’Angoulême, leur fille Jeanne d’Albret, qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, enfin, à partir de 1572, Henri III de Navarre, le futur et fameux Henri IV de France, sous l’œil attentif des Valois, se montrent actifs dans le gouvernement de leurs états.

Une exposition qui fait la part belle aux archives

Cet effort a laissé des traces dans les arts, dont ces princes ont été de fins amateurs et de sûrs protecteurs, comme le montrent les portraits peints, médailles et sculptures réunis qui figurent dans l’exposition. Mais il s’exprime surtout à travers les archives de la «maison de Navarre», témoin de première main d’une telle dynamique. Les actes choisis (ils sont unevingtaine, dressés sur papier ou sur parchemin au XVIe siècle) offrent un éclairage direct sur la perte de la Navarre (1512), la mise en défense des possessions au nord des Pyrénées, la reconstruction des institutions, l’exercice du pouvoir en matière de justice, de finances, de religion et d’éducation. La présentation de ces documents originaux reflète une pratique de l’écrit dont il convient aujourd’hui de retrouver les clés, invitant à une réflexion tant patrimoniale que culturelle ou politique, à placer sous le signe de l’authenticité.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux des souverains de Navarre) soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (2016-2022) ; elle a été réalisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ANR AcRoNavarre et le Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

Infos pratiques

Adresse email
reservations.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Tarifs
7 € en plein tarif lorsque associée à la visite commentée du musée (sur réservation), gratuit pour la visite de l’exposition seule (sans réservation)

Horaires
tous les jours (sauf 25/12 et 1/1) de 9h30 à 11h45 et de 14h à 17h 2 options de visite • Château + exposition La présentation succincte de l’exposition fait suite au parcours de visite commentée des collections permanentes (sans supplément tarifaire), la visite en autonomie est ensuite possible. Réservation obligatoire d’un créneau de visite commentée sur chateau-pau.fr • Exposition seule L’exposition peut être visitée indépendamment. Sans réservation.

Site internet
https://chateau-pau.fr/agenda/evenement/lart-de-regner

Soutenance de thèse – Tiphaine Besnard

Tiphaine Besnard

Le 6 décembre 2021

Melle Tiphaine Besnard soutiendra sa thèse L’odyssée de l’art néo-néo. Réceptions de l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain de 1980 à nos jours.

Elle se tiendra le lundi 6 décembre prochain, à partir de 9h, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (salle du conseil des Lettres – collège SSH).

Les références à l’Antiquité grecque et romaine se font très présentes dans la création des artistes plasticiens. Le recensement que nous avons mené dans le cadre de cette recherche (et réuni dans une base de données) le prouve : il comporte plus d’un millier d’œuvres d’art contemporain produites par plus de cent cinquante artistes entre 1980 et 2017. Ce phénomène de reprise de l’Antiquité n’est pas seulement européen, comme pourrait a priori le laisser penser une longue tradition culturelle : il concerne aussi bon nombre d’artistes américains et extrême-orientaux. Assurément, l’Antiquité constitue aujourd’hui un univers référentiel riche et stimulant dans lequel les artistes viennent avec grande liberté puiser.

Cette recherche doctorale, qui s’inscrit dans le champ des études portant sur la réception de l’Antiquité, s’intéresse tant aux œuvres artistiques produites ces quarante dernières années qu’aux artistes qui les façonnent et aux publics qui les reçoivent.

Elle se compose de trois parties. Une première partie porte ainsi sur les artistes récepteurs de la « matière antique ». Sont alors explorées les modalités de reprise et de transformations de l’Antiquité grecque et romaine. Nous avons voulu ensuite, dans notre deuxième partie, définir plus précisément les œuvres de notre corpus et fixer le vocabulaire. En ce sens, faire du spectateur le récepteur des œuvres produites nous a permis de remettre en question, notamment, les notions de kitsch et de beauté. Enfin, la troisième partie a consisté, en décentrant notre regard, à analyser ce qui se révèle être un phénomène artistique global. Il s’est agi, dans le même temps, de considérer les créations sous l’angle d’un syncrétisme entre les notions de culture élitiste et de culture populaire.

Les Idées mènent le Monde 2021

Palais Beaumont, Pau

Du 19 novembre 2021 au 21 novembre 2021

Les 7èmes “Idées mènent le Monde”, rencontres littéraires gratuites, seront organisées au Palais Beaumont du 19 au 21 novembre 2021.

Le thème abordé cette année sera “Reconstruire, se reconstruire. Quels avenirs en ces temps incertains ?”.

Nous noterons la participation de plusieurs membres du laboratoire ITEM le samedi 20 novembre 2021:

15h00-16h00 : Table ronde avec Laurent Jalabert, Victor Peirera, Jean-Yves Puyo, modérée par Laurent Callegarin “L’Université de Pau et des pays de l’Adour en sa ville : une histoire de reconstruction permanente”
https://www.youtube.com/watch?v=G4mXdDobXic

18h00-19h00 Laurent Dissard “Guerres de Syrie et dynamiques kurdes : 2011-2021”
https://www.youtube.com/watch?v=ehqVSC-TRTk

En marge de ces conférences, Frédéric Bidouze présentera son dernier ouvrage le 21 novembre de 15h à 16h.

Programme complet du salon et billetterie 

Fête de la Science 2021

Recherche & Occitan, quels enjeux?

Le 6 octobre 2021

Dans le cadre des 30 ans de la Fête de la Science, l’Office public de la langue occitane (OPLO) organise le 6 octobre prochain un événement hybride (en présentiel et à distance) sur les enjeux de la recherche sur l’occitan.
La Fête de la Science est un événement organisé par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Depuis 1991, elle se déroule tous les ans aux mois d’octobre et de novembre. Il s’agit d’un événement incontournable de culture scientifique qui propose dix jours de manifestations gratuites en France métropolitaine, outre- et à l’international.  
A cette occasion, des milliers d’acteurs scientifiques mais aussi culturels et pédagogiques se réunissent pour partager avec le leur enthousiasme pour les sciences, les techniques et les innovations.
 
Pour cette édition 2021, l’OPLO a souhaité inscrire l’occitan dans le programme officiel  en organisant un événement de vulgarisation de la recherche sur l’occitan auprès du grand public. Si la Fête de la science permet chaque année de sensibiliser le public à la science et à ses enjeux et de favoriser le partage des savoirs entre chercheurs et citoyens, elle permet également de valoriser le travail de la communauté scientifique et susciter des vocations chez les jeunes.

Rappeler que l’occitan est un objet scientifique… en Nouvelle-Aquitaine et au-delà  

En Nouvelle-Aquitaine, la langue occitane est un objet scientifique à part entière : elle est étudiée dans plusieurs universités, fait l’objet de publications, de projets de recherche, mobilise une communauté importante de chercheurs. C’est également le cas dans les autres régions de l’espace occitan et, au-delà, dans plusieurs pays du monde.  

La table ronde du 6 octobre (16h) (dans laquelle interviendra Patricia Heiniger-Casteret ITEM/UPPA) vise à présenter les différentes pratiques de recherche et à expliquer comment les conclusions de l’ensemble de ces travaux permettent d’affiner la stratégie de reconquête engagée pour faire en sorte que les habitants se réapproprient la langue occitane, pour qu’elle soit à nouveau parlée et transmise.  

S’inscrire

Le thermalisme pour tous

Etablissements de bains isolés des Pyrénées-Atlantiques (XVIè – XXè siècles)

Conférence donnée par Viviane Delpech

Casino des Eaux-Bonnes, 16 septembre 2021, 17h30


Parmi les dizaines de sources curatives répertoriées dans les Pyrénées-Atlantiques, certaines ont été dotées d’abris puis de bâtiments de bains dès le XVIe siècle. A travers une sélection de sept établissements (Bains de Secours, Rébénacq et Gan en vallée d’Ossau, Ogeu, Escot, Saint-Christau vers la vallée d’Aspe, Camou-Cihigue en Soule), Viviane Delpech, chercheuse dans le cadre du programme européen TCV-PYR (thermalisme, culture Villégiature Pyrénées) et de l’Inventaire du Patrimoine Nouvelle-Aquitaine, propose de faire émerger les traits saillants de ces établissements modestes, ensemble cohérent, entre la prégnance du paysage, le modèle de la construction locale et les références à l’architecture thermale officielle.


Gratuit. Réservation obligatoire auprès de l’Office de Tourisme des Eaux-Bonnes. Pass sanitaire obligatoire.

Jeudi d’ITEM – Clovis Darrigan

Présentation du “Portail des collections de l’UPPA”

Créé en 2018, ce portail a pour objectif de valoriser notre patrimoine et notre histoire, à travers ses objets, ses bâtiments, ses personnes, ses lieux et événements. Comment tout cela a-t-il commencé ? Quelle en est sa philosophie ? Quelles sont les ressources déjà disponibles ? Quels sont les projets futurs ?

Cette présentation sera l’opportunité de remonter dans cette histoire, par l’exploration de ce portail et des archives qu’il contient, à l’occasion de l’anniversaire des 50 ans d’existence de l’UPPA.

Présenté par Clovis Darrigan, maître de conférences en chimie-physique, chargé de mission à promotion de la culture scientifique et technique (créateur et administrateur de ce portail).

20 mai 2021 – 13h30

Assister à la conférence

Jeudis d’ITEM – Laura Ceccantini

Étudier les charpentes peintes médiévales, mise en place d’une méthodologie

29 avril 2021

13H30-15H00

Lien vers la conférence

La recherche scientifique propre aux charpentes peintes médiévales est assez récente et soulève, encore aujourd’hui, de nombreuses questions quant aux méthodes de relevés et études préalables à toutes synthèses sur le sujet. En effet, support d’un décor peint et d’une iconographie riche et variée, la charpente médiévale n’en reste pas moins un objet technique et structurel qu’on ne peut oublier lorsqu’on étudie cet objet.

Les Nocturnes de l’Histoire

Le 31 mars 2021

Initiées par les quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Époque contemporaine), Les Nocturnes de l’Histoire visent  à faire sortir les chercheurs des laboratoires de recherche et de l’université pour aller à la rencontre de tous les publics.

Les laboratoires ITEM EA 3002 et IRAA USR 3155 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui regroupent les historiens, archéologues, historiens de l’art, anthropologues des quatre périodes historiques, ont reçu le label 2021 des Nocturnes de l’Histoire.

En raison des conditions sanitaires, le programme de manifestations initialement prévu a dû être sensiblement allégé et adapté à un déroulé presqu’exclusivement en distanciel.

Néanmoins, en partenariat avec la Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou, un programme élaboré sous forme de capsules vidéo permettra au public de visionner gratuitement sur les sites des Nocturnes de l’Histoire, de l’UPPA et des partenaires investis dans ce projet, des mini-conférences portant sur le patrimoine historique local et présentées dans des lieux emblématiques de la culture palois.

Téléchargez le programme complet

Mercredi 31 mars, à partir de 18h00:

Rendez-vous sur la chaîne YouTube de l’UPPA, de la Ville de Pau, ainsi que sur la page web du Musée national et domaine du Château de Pau pour visionner les capsules vidéos.

Contacts :

Véronique LAMAZOU-DUPLAN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire ITEM

veronique.lamazou-duplan @ univ-pau.fr

Laurent CALLEGARIN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire IRAA

Laurent.callegarin @ univ-pau.fr

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

1940. L’exil pour la vie

Dans les pas de Georges Leotey

Exposition aux Archives départementales, du 12 octobre au 30 décembre 2020

Archives - expo Exil

En mai-juin 1940, l’offensive de l’armée allemande au nord-est de la France jette sur les chemins de l’exode des millions de réfugiés, de tous les pays. Nombre d’entre eux parviennent jusqu’en Gironde dans l’espoir d’échapper aux combats et de fuir vers une terre d’asile ; le gouvernement ne tarde pas à arriver à Bordeaux. Au même moment, le lieutenant Georges Leotey, parti de Gironde quelques mois plus tôt, entame sa bataille de France, aux confins de la ligne Maginot.

À l’occasion du 80e anniversaire de ces événements, les Archives départementales de la Gironde accueillent simultanément deux expositions :

1940. L’exil pour la vie, une exposition d’archives, de documents iconographiques et audiovisuels, français et portugais, et d’œuvres venant restituer avec force le contexte et l’action salvatrice du consul du Portugal à Bordeaux, Aristides de Sousa Mendes, qui signa en son nom des milliers de visas, désobéissant ainsi aux ordres de son gouvernement. Cette exposition est conçue par le Comité Aristides de Sousa Mendes, sous le commissariat scientifique de Marie-Christine Volovitch-Tavarès, Claudia Ninhos et Victor Pereira.

Dans les pas de Georges Leotey mon grand-père, journal de marche 1939-1940, par le photographe Franck Hedin. Un voyage photographique accompagné de textes et de cartes sur les traces d’un girondin plongé dans les affres des combats jusqu’à sa capture par l’ennemi ; il ne rentrera qu’en 1945. Cette exposition est produite par MuseoManiac.

Entrée gratuite sur réservation au 05 56 99 66 00, du 12 octobre au 30 décembre 2020 du lundi au vendredi de 9h à 17h, dans la limite de 10 personnes par créneau horaire : 9h00, 10h30, 12h00, 14h00 et 15h30. Les règles sanitaires devront être respectées : port du masque, mesures barrières, gel hydroalcoolique.

TCV Pyr : un atout pour le patrimoine pyrénéen

ITEM et le LIUPPA participent au projet TCV Pyr consacré au patrimoine bâti et au patrimoine culturel immatériel de l’activité touristique et thermale dans les Pyrénées.

Initié en 2017 pour trois ans, le programme ‘’Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées’’ (TCV Pyr), soutenu par des fonds européens FEDER et commun aux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, répertorie et analyse l’ensemble du patrimoine lié au thermalisme et au tourisme de villégiature dans le versant Nord du massif pyrénéen. Un travail de bénédictin mené par le laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) auquel s’est associé le LIUPPA (Laboratoire informatique de l’UPPA). Des chercheurs de l’Université Toulouse Jean Jaurès, historiens (UMR-CNRS FRAMESPA) et géographes (UMR CNRS-GEODE) et de l’Université de Perpignan (CRESEM) participent également à la réalisation de ce gigantesque inventaire à la fois architectural (thermes, casinos, hôtels, villas, stations de sports d’hiver, etc.), paysager et immatériel (fêtes, pèlerinages, etc.). « D’Argelès à Cambo-les-Bains, une quarantaine de sites ont été identifiés pour l’ensemble de la chaîne pyrénéenne, confie l’historien Laurent Jalabert, directeur d’ITEM. Sur le patrimoine bâti, notre laboratoire se concentre sur les Pyrénées-Atlantiques et les deux-tiers des Hautes-Pyrénées. Ne serait-ce qu’à Eaux-Bonnes, nous avons déjà recensé, analysé, décrit et photographié une centaine d’oeuvres. » Chaque notice est transmise aux informaticiens du LIUPPA, chargés ensuite de concevoir des applications mobiles destinées à valoriser ce patrimoine exceptionnel.

Une application mobile made in LIUPPA

Sous la houlette de Philippe Roose, une équipe de huit chercheurs du LIUPPA, le laboratoire d’informatique de l’UPPA ont travaillé au développement de l’application mobile TCVPYR permettant de valoriser les points d’intérêt ou sites remarquables identifiés au cours du projet.
Disponible depuis juin 2020 sur PlayStore et Apple Store, elle permet à chaque visiteur/touriste dans une ville identifiée de créer des itinéraires limités dans le temps et sur des thématiques choisies. Ces itinéraires ont pour objectif de guider la visite du patrimoine identifié/recommandé et d’ainsi le valoriser.

Télécharger l’application

ou

Pour les utilisateurs d’iPhone/iOS :

ou scanner le QR-Code.

Après l’installation, comme l’application ne provient pas de l’Apple Store, aller dans « Réglages » / « Général » / « Gestion de l’appareil » et approuver le certificat « MAZEDIA ».

(Im)mortel, des pratiques funéraires

Exposition du 17 septembre au 31 décembre 2020

Musée Jeanne d’Albret, Orthez

Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Une exposition présentée au Musée Jeanne d’Albret, conçue en partenariat avec l’Inrap, suite aux fouilles réalisées par l’archéologue Nadine Béague aux abords de l’église d’Orthez en 2017.

Ces fouilles ont révélé au public orthézien les tombes remontant au XVIIe siècle et disposées autour de l’église Saint-Pierre. Cheminement sur la manière dont le corps du défunt est pris en charge, préparé, inhumé ou incinéré. Ces gestes permettent aux vivants de s’en séparer quelles que soient les époques et le contexte religieux ou politique. Les morts s’inscrivent dès lors dans une histoire générationnelle à transmettre avant que leur souvenir ne s’estompe. A moins que, intégrés à une mémoire collective, tombes et cimetières ne deviennent des objets patrimoniaux protégés.

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Conférence – Le Parvis Espace Culturel – Centre commercial Tempo, Pau

25 février 2020 de 18h00 à 19h00

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Laurier Turgeon, historien et ethnologue, vous fera découvrir l’histoire des premiers contacts franco-amérindiens. En nous racontant la pêche à la morue, le commerce des fourrures ou l’usage du cuivre et de la verroterie en Amérique du Nord, il raconte la naissance de la Nouvelle-France.

En 1534, Jacques Cartier entreprend une série de trois voyages d’exploration et de colonisation au Canada. À sa suite, les Français investissent dans la pêche à la morue et commercent avec les populations autochtones : ils troquent des chaudrons de cuivre, des haches, des couteaux ou de simples perles de verre contre de précieuses peaux de castor, de loutre et de martre. Avant de pouvoir se parler, Français et Amérindiens échangent des biens qui ont pour eux le charme de la nouveauté et de l’exotisme.

Laurier Turgeon est professeur d’histoire et d’ethnologie à l’université Laval (Canada) et auteur notamment de Patrimoines métissés : Contextes coloniaux et postcoloniaux (Prix Luc-Lacourcière, 2005). Membre de l’Académie des arts, lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada, il a été titulaire de la William Lyon Mackenzie King Chair à l’université Harvard. Pour cet ouvrage, l’auteur a bénéficié d’un poste de directeur d’études associé à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (Paris).

Une histoire de la Nouvelle-France, sur le site de son éditeur :  https://www.belin-editeur.com/une-histoire-de-la-nouvelle-france#anchor1

Jeudi d’ITEM

Viviane Delpech

 

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au cinquième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 

Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours” par Viviane Delpech, ITEM EA 3002 UPPA, chercheur du projet Feder TCV-PYR.

le 12 mars 2020 à 14h00
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie


Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

 

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

Programme 2019-2020

  • 10/10/19- Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19- Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19- Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20- Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20- Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 12/03/20- Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 26/03/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 16/04/20- Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20- Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas