Archives de catégorie : Grand public

Chroniques du Foirail. De la nature à la culture

Exposition

Dans le cadre du cours de Médiation culturelle, les étudiants de 1ère année du master Patrimoine et musées ont conçu et réalisé une exposition, intitulée Chroniques du Foirail. De la nature à la culture, qui sera présentée à l’Espace de rencontre du Foirail, situé au 45 rue Carnot.

Destinée à accompagner l’ouverture du nouveau Pôle culturel du Foirail, cette exposition retrace l’histoire d’un quartier qui a toujours joué un rôle important dans la vie des Palois. Elle est le fruit d’un projet pédagogique et participatif associant le master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, la mission Ville d’art et d’histoire de la Ville de Pau, les Archives et la Bibliothèque Patrimoniale de l’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées et les habitants du quartier du Foirail.

L’exposition sera visible du 12 septembre au 15 octobre
Lundi, mardi et vendredi : de 14h à 17h30 
Jeudi : de 14h à 19h
Mercredi : de 10h à 12h30

Nuit européenne des chercheurs 2022

Le 30 septembre 2022

La recherche souvent décrite comme une terre de rigueur, où rien n’est laissé au hasard, et tout est anticipé. Cette année, la Nuit Européenne des Chercheur.e.s vous fait découvrir une autre face des sciences : face à l’inconnu, à la découverte, les imprévus sont la norme, plutôt que l’exception ! En échangeant directement avec les acteurs et actrices de la recherche, vous pourrez découvrir le travail quotidien qui mène à la connaissance, à travers un sinueux chemin rempli d’impasses et de rebondissements.


Comment peut-on prévoir le climat dans plusieurs années, mais plus difficilement la météo dans une semaine ? Comment anticiper tous les aléas possibles afin de déposer un robot sur Mars ? Comment une rencontre fortuite, peut-elle changer toute la carrière d’un.e chercheur.e et mener à de nouvelles découvertes ?
A travers des formats de rencontre variés, confronté vous aussi, pour un soir, à l’imprévu !


A travers des formats de rencontre variés, devenez pour un soir, la rencontre imprévue des chercheur.e.s !

Au Musée Jeanne d’Albret à Orthez, avec Philippe Chareyre et Dénes Harai

Au Musée national et domaine du château de Pau avec Abel Kouvouama

Informations pratiques

Vendredi 30 septembre – de 18h à 22h

12, rue du château, Pau

Contact

06 15 17 57 98

Programme

  • Les chercheur.e.s vous attendent avec des objets, des expositions, des expériences décalées, des jeux.
  • Plus de 40 thématiques de recherche : le chaos, les nanotechnologies, l’histoire de l’esclavage, la rencontre en littérature, des jeux quantiques, l’économie autour du compteur Linky, l’orientalisme, la représentation Queer, les risques nucléaires, etc…

Les rendez-vous

Les temps-forts de la soirée :

Le speed searching,

prenez votre ticket pour rencontrer un.e chercheur.e inconnu.e et laissez-vous surprendre !


Faire de la recherche sur de la danse, du théâtre, de la musique ?
Oui les arts seront présents sous le spectre des recherches universitaires et illustrés par des performances : théâtre d’improvisation, improvisation chorégraphique et petits concerts des enfants d’El camino, suivis de près par un conseil scientifique.


Comment faire une pause active et lutter contre la sédentarité ?
Venez l’apprendre avec un chercheur en sport. 

L ‘Argentine, vingt ans après la crise

CAHIER D’HISTOIRE IMMÉDIATE N°57

Un nouveau numéro de ” Cahier d’Histoire immédiate ” N°57  vient de paraître aux Editions Cairn avec un dossier spécial : l’Argentine, vingt ans après la crise.

L’Argentine a été profondément marquée dès 2001 par une violente crise socio-politique qui a largement déstabilisé sa société, mais aussi à une échelle régionale les équilibres géopolitiques. Répétition générale de crises vécues depuis ailleurs ? Modèle spécifique ? Terrain particulier ? Le cas d’école ici étudié dans ce numéro des Cahiers d’Histoire immédiate présente une réflexion stimulante pour mieux comprendre le vingt-et-unième siècle. Un numéro coordonné par Damien Larrouqué et Dario Rodriguez.


À la fin de l’année 2001, l’Argentine et, en particulier, sa capitale ont été le théâtre d’une insurrection populaire d’une intensité inédite et aux conséquences alors insoupçonnées. L’élément catalyseur a été l’annonce par le ministre de l’Économie, le 1er décembre, de la mise en place du corralito, soit l’imposition de restrictions draconiennes sur les retraits bancaires en vue de juguler la fuite des capitaux amorcée au cours de l’année. Privant de fait les Argentins de l’accès à leurs épargnes, cette décision provoque une série d’échauffourées sanglantes avec les forces de l’ordre. Face à la fronde grandissante et aux premiers saccages de supermarchés, Buenos Aires se retrouve littéralement en état de siège. Brutale, la répression policière ne fait qu’exacerber une contestation latente depuis la fin des années 1990, une décennie émaillée de scandales de corruption à répétitions, sur fond de néolibéralisation sauvage de l’économie et d’augmentation généralisée de la pauvreté et même de l’indigence. Le dossier des CHI revient sur cet épisode de crise profonde, exemple d’un début de vingt-et unième siècle complexe.

Un numéro coordonné par Damien Larrouqué et Dario Rodriguez.

Contributeurs :

Jean-Yves Puyo

Élodie Bordat-Chauvin

Maria Gabriela Dascalakis-Labreze

Sylvain Mary

Pierre Salama

María-Laura Moreno-Sainz

David Copello

Gaston Souroujon


JALABERT Laurent
 
9791070061237
 

Fiche technique

Nombre de pages
128
Format
21 x 27 cm
Date de parution
septembre 2022

Soutenance de thèse – Marie-Pierre Carassus

Marie-Pierre CARASSUS

soutiendra publiquement sa thèse en Langues et littératures étrangères

le 04 juillet 2022 à 14h30

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Salle du Conseil – Collège SSH



Sur le sujet suivant :

“Histoire, Littérature et Mémoires mises en perspective dans le roman Inés y la alegría d’Almudena Grandes”

JURY :

Géraldine GALEOTE, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ DE NANTES
Christian MANSO, Professeur Émérite, UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
José Manuel PEDROSA, Professeur, UNIVERSITÉ D’ALCALA MADRID (ESPAGNE)
Christine RIVALAN GUEGO, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ RENNES 2
Dolores THION, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR

Ils étaient députés aux États Généraux de 1789

Conférence – Frédéric Bidouze

Cycle Sur les pas des révolutionnaires

9 juin 2022, 15h00 – Château de Versailles, Auditorium, Pavillon Dufour

Mounier, Barnave, Mirabeau, Sieyès, La Fayette, Robespierre : ils siégeaient tous aux États Généraux de 1789 à Versailles. Qui étaient-ils ? Que sont-ils devenus après le 20 juin 1789 ? Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et auteur notamment De Versailles à Versailles, 1789 (en deux volumes, Périégète édition), vous ouvre les portes de la Révolution Française, une aventure entre enthousiasme collectif et ambitions personnelles, théâtre de grandes divergences.

 

 

Jeudi d’ITEM – Adelphine Bonneau – mercredi 25 mai 2022

Perles Speaker : Jean Soulat

“De pacotilles à parures” : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges

 

Mercredi 25 mai 2022 – 14h00

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

 
 
 

Résumé :

Depuis l’invention du verre, il y a environ 5000 ans, les perles de verre participent à la parure des hommes et des femmes, ainsi qu’à la décoration de leurs bâtiments. Très rapidement, elles se révèlent être un objet privilégié pour les échanges.

Le XVIe siècle et la colonisation européenne intensifient leur production. Toute l’Europe produit des perles de verre dont trois grandes zones géographiques : la région de Venise (Italie), la Bohême et les Pays-Bas. Ces menus objets participant à la parure des Européens sous forme de bijoux, parures vestimentaires et objets religieux (chapelets) circulent en Afrique, en Asie et en Amérique. Ils sont particulièrement appréciés des populations autochtones pour leur solidité et leur diversité de formes, couleurs et décors. Ils revêtent également une importance particulière pour ces populations qui les utilisent comme marqueur social et spirituel.

En raison de leur emploi comme monnaie d’échange avec les populations autochtones, elles méritent très rapidement les termes de rassade et de pacotille. Pour autant, sont-elles des objets « de peu de valeur » ou de « faible qualité » ?

Cette conférence présentera les méthodes de fabrication en Europe et discutera la vision et l’utilisation de ces menus objets de part et d’autre de l’Atlantique à travers des exemples européens et québécois.

 

Biographie :

Adelphine Bonneau est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, elle a rejoint en Septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire. Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Trier des perles : Katarina Batur

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

Conférence Frédéric Bidouze

RENCONTRES DÉBATS – entrée libre

Jeudi 19 mai 2022 – 18h30

Parvis Espace Culturel Leclerc Pau

Résumé

Avant d’être le moment de la colère populaire et d’une réorganisation
totale de la France, la Révolution s’est préparée dans les discours, dans
le verbe haut et dans le dépassement des rôles et des fonctions des élites
du royaume de France. Les états généraux convoqués à contrecœur
par Louis XVI et réunis le 5 mai 1789 ont été le catalyseur d’émotions
et de revendications et la campagne électorale qui les a précédés avait
déjà fait basculer le royaume dans la servitude de l’exclusion de l’autre
comme système de pensée. Pour le bonheur d’une espérance sans fin
de progrès et de liberté, clergé, noblesse et tiers état se sont affrontés
par des personnalités interposées, bientôt les héros heureux puis
malheureux d’une aventure sans pareille.
De la salle des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, c’est toute une culture
politique française à huit-clos qui s’ébauche, témoignage oublié du
bonheur d’être libre et des angoisses pour le demeurer.

Frédéric Bidouze est historien et maître de conférences à l’Université
de Pau et des Pays de l’Adour. Il est l’auteur dans la même collection
de Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les états généraux : concorde,
discorde et révolution, 2018, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 2). Le
peuple de Paris en marche : la nation, la loi et le roi, 2019, Massacre
d’une rive à l’autre, vers la Saint-Barthélémy (18-26 août 1572), 2017
(1ère ed. 2011) et de La Commune de Paris (18 mars-28 mai 1871), une
tragédie franco-française, 2014 ; avec Fabienne Coudin de Le Sac de
Rome, 6 mai 1527 : « Les Lansquenets ont fait courir le Pape … », 2012
et de Florence, La Conjuration des Pazzi, 26 avril 1478. Vengeance et
liberté, 2017.



 

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratique

Après l’annulation des éditions 2020 et 2021 pour cause de pandémie, l’association PauSes propose le nouveau thème de la 18ème édition de l’Oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques :

« Temps et pouvoir : diversité des formes d’engagement »

De nombreux invités sont attendus (dont Gérard Noiriel).

3 temps forts avec de nombreuses tables rondes et conférences ouvertes à tous publics et aux lycéens/universitaires, sur Pau, Oloron et Lasseube

  • Mardi 5 avril, mercredi 6 avril et jeudi 7 avril : conférences théâtralisées G. Noiriel, « Rhétorique de la haine »
  • Lundi 16 mai, mardi 17, mercredi 18 , jeudi 19 et vendredi 20 mai : Temps et Pouvoir
  • Du mardi 5 juillet au vendredi 12 juillet : École d’été Erasmus (France, Bulgarie, Roumanie) F. Bidouze, Réflexivité en sciences sociales

Jeudi d’ITEM – Gilles Richard – 12 mai 2022

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

14h00 -15h30

Lien pour suivre la conférence en ligne (lien TEAMS)

Le clivage droite(s)-gauche(s) permet-il encore de comprendre la vie politique française ?

L’opposition entre droite(s) et gauche(s) structure la vie politique française depuis la Révolution. Toutefois, depuis 2002 et plus que jamais à l’issue du quinquennat d’E. Macron, elle semble remise en cause au profit d’un nouveau clivage entre « progressistes » et, selon les cas, « populistes » ou conservateurs », un qualificatif n’excluant d’ailleurs pas l’autre, puisque les progressistes ont eux-mêmes tendance à assimiler les uns aux autres. Le second tour de l’élection présidentielle confirme ce nouveau clivage duquel les gauches dans leur ensemble sont exclues en tant que telles, confondues avec les nationalistes sous l’étiquette de « populistes » ou de « conservateurs », ou bien tout simplement hors jeu. Comment analyser cette situation inédite en historien, dans une perspective de long terme qui ne néglige pas pour autant les mutations récentes ?

Gilles RICHARD, ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, professeur émérite d’histoire contemporaine (Université Rennes 2) et membre de l’UMR-CNRS Arènes, est spécialiste de l’histoire des droites en France. Il a publié et dirigé de nombreux ouvrages sur les forces politiques et le système partisan dont une Histoire des droites en France de 1815 à nos jours (Perrin, 2017) et, avec Fabien Conord, un dossier sur « Les petits candidats aux élections présidentielles en France depuis 1965 » (Histoire@Politique, n°42, 2021).

Jeudi d’ITEM – Eloísa Ramírez Vaquero , 05 mai 2022

Jeudi 5 mai 2022 à 16h,  en Salle Bulle de la  Bibliothèque Universitaire. Conférence ouverte aux chercheurs de l’UPPA, aux étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence

Trabajando con testamentos e inventarios de bienes: Navarra s. XIII-XIV

Présentiel ou distanciel via ce lien Teams

Résumé :

Testamentos e inventarios de bienes resultan fuentes bien conocidas, aunque utilizadas de manera desigual y diversa. Los primeros, sobre todo, desde un punto de vista jurídico o desde la perspectiva de las mentalidades y actitudes ante la muerte. Los segundos, en general como simples apéndices de otro tipo de acciones jurídicas (embargos, ejecuciones testamentarias). El objetivo aquí es presentarlos como instrumentos de trabajo relacionados con la vida de las personas (en este caso del mundo urbano), analizando los objetos y su relevancia para el dueño; o los espacios vitales que esos inventarios y testamentos muestran.

Les testaments et les inventaires de biens sont des sources bien connues, bien qu’elles soient exploitées de manière inégale et de différentes façons. Les premiers, surtout, d’un point de vue juridique ou dans la perspectives d’une histoire des mentalités et des attitudes face à la mort. Les seconds sont en général considérés comme de simples annexes à d’autres types d’actions en justice (saisies, exécutions testamentaires). L’objectif ici est de les présenter comme des instruments de travail liés à la vie des gens (dans ce cas dans le monde urbain), en analysant les objets et leur pertinence pour leur détenteur, ou pour les espaces de vie que ces inventaires et testaments révèlent.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 2 au 6 mai 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), au sein d’un laboratoire ITEM.

Jeudi d’ITEM – Corinne Marache, 05 mai 2022

Les petites villes et le monde agricole dans la France du XIXe siècle

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Bulle Bibliothèque Universitaire – 05 mai 2022, 14h15

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Résumé :

Les petites villes françaises du XIXe siècle, trop délaissées par l’historiographie, entretiennent des liens multiformes et souvent méconnus avec les territoires agricoles. L’ouvrage présenté dans ce séminaire propose de les mettre au jour.

Dans ce siècle de profondes mutations, les transformations du secteur agricole sont en effet étroitement liées à l’action menée par des acteurs et des structures des petites villes et contribuent à leur tour aux changements socioéconomiques et architecturaux qu’elles connaissent.

De nombreux artisans et commerçants, mais aussi les médecins, vétérinaires et pharmaciens, les notaires, juges de paix et percepteurs, participent du processus de modernisation agricole tout en vivant dans les petites villes. Points de rencontre entre différents représentants du monde agricole (notables agromanes, journaliers, domestiques…), elles hébergent maintes structures au service de sa modernisation (comices, syndicats, caisses d’assurance et de crédit, enseignement agricole, abattoirs…). Carrefours de communication et d’échanges, elles représentent des lieux stratégiques de consommation, de commercialisation, de transit, de transformation et de valorisation des productions agricoles – gares, entrepôts, foires, marchés, commerces de bouche… De fait, les petites villes du monde rural sont profondément marquées et imprégnées par le secteur agricole, qui rythme nombre de leurs activités, façonne leur morphologie, occupe une grande partie de leur population, à l’heure où elles connaissent pourtant des mutations importantes et se calquent sur un modèle urbain en plein essor.

Campagnes et petites villes sont bien les parties complémentaires d’un tout, d’un système productif inscrit dans un territoire composite et interdépendant, qui ne saurait être réduit à un rapport dominant-dominé.

Biographie

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Corinne Marache est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne et membre du CEMMC (Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain).  Spécialiste des sociétés et des espaces ruraux dans la France contemporaine, elle travaille notamment sur les acteurs et processus de la modernisation agricole, sur l’histoire des petites villes, du petit commerce, des produits de la terre, de l’alimentation et de la consommation dans les sociétés rurales.

Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Age

Le 2 mai 2022

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai 2022, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence donnée par Eloísa Ramírez Vaquero, Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA, professeur invitée au laboratoire ITEM du 02 au 06 mai 2022. 

Conférence à l’attention des étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Femmes et enfants en exil en Europe – Delphine Diaz

L’UTLA, la vice-présidence Animation et vie des campus et le laboratoire ITEM vous invitent à la conférence de Delphine Diaz
 
Femmes et enfants en exil en Europe, XIXe-XXe siècles. Une histoire de protagonistes oubliés
 
 
4 mai à partir de 17h
Amphithéâtre de la présidence – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La conférence sera suivie d’une séance de dédicace

Résumé :

L’exode ukrainien met au premier plan des protagonistes oubliés des migrations contraintes : femmes et enfants qui ont quitté en masse leur pays envahi par le voisin russe. Si ces groupes n’ont pas toujours été majoritaires parmi les déplacés, exilés et réfugiés à l’époque contemporaine, l’actualité nous amène à nous interroger sur leur présence dans l’histoire européenne de l’exil. En commençant par éclairer les mobilités de proscrits et proscrites des années 1830, et en allant jusqu’au temps présent, cette conférence veut questionner la place occupée par les femmes et enfants : la façon dont les Etats les ont considérés ou non comme des “réfugiés”, les dispositifs particuliers adoptés à leur égard, les sources qu’ils ont laissées et qui nous permettent de reconstituer leurs itinéraires et leurs expériences migratoires dans toute leur singularité.

 

Présentation de la conférencière : 

Delphine Diaz est agrégée d’histoire, maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle a publié en 2014 Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle (Paris, Armand Colin, prix Augustin Thierry du Comité d’histoire de la ville de Paris en 2015). Elle a coordonné le programme ANR AsileuropeXIX qui a donné lieu à la publication d’un livre co-dirigé avec Sylvie Aprile, Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle (Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021). Elle est l’autrice d’En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours (Paris, Gallimard, collection « Folio », 2021).