Archives de catégorie : Grand public

Jeudi d’ITEM – Christophe Furon – 23 février 2023

La Hire et Poton de Xaintrailles : deux capitaines gascons au service de Charles VII

par Christophe Furon,

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Chargé de cours à l’Université de Nantes

Issus de la petite noblesse gasconne, les capitaines Étienne de Vignoles, dit La Hire, et Jean, dit Poton, de Xaintrailles apparaissent dans l’Histoire en 1418 au service du dauphin Charles, futur Charles VII et le servent jusqu’à leur mort, respectivement en 1443 et 1461. Ils s’affirment comme les principaux capitaines du roi, participant à tous les faits militaires majeurs du règne. Hommes de confiance de Charles VII, ils exercent plusieurs offices et contribuent à la réaffirmation du pouvoir royal. Ils connaissent ainsi une ascension importante, Poton de Xaintrailles devenant maréchal de France en 1454. Cette communication présentera les différentes étapes de leur carrière au service du roi, leur activité d’entrepreneurs de guerre et les ressorts de leur renommée et de leur ascension, qui ne tiennent pas seulement à leurs exploits militaires.

Date : 23 février 2022

Heure : 14h-15h30

Lieu : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, bâtiment ICL, salle Chadefaud

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Le laboratoire ITEM dans le projet Interreg BODAH


Limplication du laboratoire ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) dans le projet européen Interreg BODAH (Big and Open Data for Atlantic Heritage)


Depuis 2019, le
laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour est partenaire dans le projet européen Interreg BODAH (Big and Open Data for Atlantic Heritage). Coordonnée par l’office de tourisme de Saint-Jacques
de Compostelle, ce projet contribue à la réflexion sur le tourisme durable en analysant les flux de visiteurs des sites patrimoniaux et en proposant des modèles conceptuels et des outils techniques pour les mieux prévoir et gérer. Sous la direction du professeur Laurent Jalabert, le laboratoire ITEM a travaillé plus particulièrement sur l’usage des Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication dans l’Arc Atlantique pour la mise en tourisme et la valorisation des patrimoines culturels, notamment sur l’historique de la fréquentation du Musée
national et domaine du château de Pau et sur la place des Nouvelles Technologies en lien avec la visite de cet établissement, choisi comme « site pilote » en France. Toujours actuels, ces thèmes et la relation qu’ils entretiennent revêtent une importance capitale au temps des pratiques touristiques modifiées depuis la pandémie du COVID.


L’équipe d’ITEM a mené des recherches en bibliothèque et archives, notamment au Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade du Musée national et domaine du château de Pau, pour collecter toutes les sources utiles que complètent les statistiques fournies
par les services du site pilote. Apportant une meilleure connaissance sur l’usage de l’internet et des réseaux sociaux ainsi que sur l’impact de certaines émissions de télévision (comme Secrets d’Histoire) sur la fréquentation de ce haut lieu de l’histoire et de la culture, les résultats des recherches menées ont été présentés lors de l’atelier du projet BODAH à Glasgow le 18 novembre 2022 et dans un atelier à Pau, au Musée national et domaine du château de Pau, le 29 novembre 2022. La région Nouvelle-Aquitaine, le département des Pyrénées-Atlantiques et
l’université européenne UNITA étaient représentés à ce second événement.


Avec le concours du service ARTICE de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la participation du Musée national et domaine du château de Pau, le laboratoire ITEM a réalisé un clip vidéo de présentation du projet qui est en ligne depuis septembre 2022 sur la chaîne Youtube de la Fundación Santa María la Real, partenaire coordonnant la communication du projet BODAH. Pour rappel, le projet Interreg BODAH, faisant partie du programme de l’Arc Atlantique, a été mis en œuvre entre 2019 et 2022 par un consortium européen, composé de
Turismo de Santiago, Fundación Santa María la Real del Patrimonio Histórico, Fomento de San Sebastián, Universidade Nova de Lisboa, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Munster Technological University, Glasgow Caledonian University et Bangor University, avec un budget total de 1 573 373 euros dont 75% provient du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

Ce communiqué est téléchargeable en français et en anglais :

Press Release – ITEM (UPPA) – December 2022

Communiqué de presse – ITEM (UPPA) – Décembre 2022

Projection du clip de vidéo du projet BODAH lors de l’atelier BODAH au château de Pau (29/11/2022) © Joëlle Saucès (ITEM, UPPA)
 

Jeudi d’ITEM – Mathieu Engerbeaud – 19 janvier 2023

Rome devant la défaite à l’époque républicaine : revers militaires, apprentissage de la victoire et naissance d’un discours idéologique

 

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

14h – 15h30

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Affirmer que les Romains ont appris de leurs défaites mieux que tout autre peuple est presque devenu un lieu commun dans l’Antiquité. Confrontés aux pires catastrophes militaires, les Romains n’auraient jamais baissé les bras et auraient toujours su identifier mieux que quiconque leurs faiblesses, avant de vaincre l’ennemi et de franchir, à chaque fois, une étape supplémentaire dans l’accroissement irréversible de la puissance militaire. Les exemples de Pyrrhus et d’Hannibal, tous deux vainqueurs lors de grandes batailles, sont devenus emblématiques d’une attitude attribuée aux Romains de façon intemporelle. Celle-ci consisterait à maintenir la posture de la victoire par-delà la défaite et à refuser de se considérer comme vaincu à un moment crucial : celui où d’autres peuples auraient abandonné devant l’ennemi. Ce discours sur la supériorité de Rome, prédominant dans l’historiographie ancienne, comporte une part de désinformation. Si la puissance romaine s’est bien nourrie, en partie, des échecs militaires, ceux-ci sont devenus l’objet d’un véritable discours idéologique sur le bien-fondé de la supériorité romaine.

Soutenance de thèse – E. Acerete de la Corte

ACERETE DE LA CORTE Eduardo

M. Eduardo ACERETE DE LA CORTE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire , Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en cotutuelle avec l’université de Saragosse (Espagne), le 12 décembre 2022 à 9h00 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Sujet de la thèse :

Carlos E. Corona Baratech et le modernisme dans le franquisme

Directeur de thèse : L. Jalabert ITEM-UPPA

En savoir plus

Soutenance de thèse – Pie NDAYISHIMIYE

M. Pie NDAYISHIMIYE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour le 13 décembre 2022 à 14h00 en salle Chadefaud, sur le sujet suivant :

“La fin de la monarchie au Burundi XIX-1962”

Directeurs de thèse C. THIBON (UPPA ITEM) et M. MUKURI (AUF Bujumbura)

Résumé :

Vers les années 1750, la Royauté burundaise sort de plus en plus des sombres périodes des origines pour imposer, à partir du mwami Mutaga Senyamwiza sa domination  sur une partie importante du territoire burundais actuel. Elle atteint son apogée dans la 1ère moitié du 19ème siècle sous le règne du Mwami Ntare Rugamba. Elle avait dans une large mesure construit sa légitimité populaire sur ses origines mythiques et divines, médiatisée par une série de  rituels magico-religieux qui la sacralisaient et l’imposaient sur l’échiquier national.
A la fin du XIXe siècle, la royauté a connu une série de crises (crise de successions, crises écologiques. rébellions,…) qui ont fragilisé la monarchie et l’ont rendue vulnérable avant même la conquête et l’occupation coloniales du pays au début 20ème siècle. Son affaiblissement s’est fait remarquer avec la désacralisation de l’autorité royale et le retrait au Mwami de l’essentiel de ses  attributs. Une telle mutation fut une étape importante vers la  modernisation de la monarchie qui, dans son basculement socio-historique et démocratique, a abouti  au tournant des années 1950/1960 à la fin de la monarchie de droit divin et à la consécration de la monarchie constitutionnelle à la veille de l’indépendance du Burundi en 1962.

Jeudi d’ITEM – Jérôme Jambu – 24 novembre 2022

La souveraineté monétaire en question dans les Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècle)

par Jérôme Jambu, Maître de conférences/HDR en histoire moderne à l’IRHIS (Université de Lille)

La monétarisation des échanges au sein des colonies françaises établies dans les îles des Antilles paraît de prime abord limitée et complexe. C’est d’abord la conséquence de la politique économique et financière du pouvoir central qui limite ses envois en numéraire au strict nécessaire (solde des troupes, construction et entretien des fortifications et de la flotte, etc.) et qui, longtemps pétri de mercantilisme et de bullionisme, y interdit toute exportation d’espèces. C’est aussi le résultat des échanges avec la métropole qui, lorsqu’ils sont au bénéfice de celle-ci, en retire des pièces d’or et d’argent en règlement des produits importés du Vieux Continent. Enfin, l’état de guerre récurrent sur cette façade de l’océan Atlantique accuserait le phénomène de fuite des espèces (course, blocus, recherche de nouveaux fournisseurs et augmentation des prix).

Si bien que les Français qui y sont établis doivent importer de la monnaie en fraude par rupture du monopole commercial et recourent ainsi aux monnaies étrangères des empires coloniaux producteurs voisins, l’Espagne et le Portugal. Il faut également, parfois, inventer et diffuser des moyens de paiement alternatifs à la monnaie traditionnelle, toujours trop rare pour satisfaire la totalité des échanges et qui peut présenter un pouvoir libératoire inadapté. D’autant qu’il est officiellement interdit de produire de la monnaie sur place, le droit régalien de battre monnaie étant jalousement réservé à l’hexagone. Ces monnaies étrangères ou nouvelles, parcellaires ou fiduciaires, font dès lors leur expérience avec des succès différents : piastres espagnoles et moëdes portugaises ; billets du Trésor colonial à Saint-Domingue et en Martinique ; flans monétaires de récupération en billon dont la valeur est augmentée au temps de la guerre d’Indépendance américaine ; pièces d’argent américano-espagnoles découpées artisanalement en mocos et renchéries ; etc.

En la matière, les autorités locales font preuve d’une grande imagination et sont à l’initiative, de concert avec les colons. Elles doivent cependant justifier leurs choix auprès d’un pouvoir central sceptique quand il n’est pas réticent. Essayant de pallier ses manques, voire de contrecarrer ce qu’il considère comme des solutions empruntes d’un certain esprit d’indépendance, celui-ci répond par des créations d’espèces spécifiques, corrige le prix de celles qui circulent, voire interdit des pratiques monétaires qui lui échappent. Mais c’est, au final, les usagers et la pratique locale qui font la crédibilité de la « monnaie coloniale » et lui permet de circuler. La souveraineté, en la matière, échappe souvent à l’état.

Conférence accessible à distance via TEAMS (sous réserve) : Cliquez ici pour participer à la réunion

Ou en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – Bâtiment DEG, salle D18 (accès du côté des Écoles doctorales)

16h00-17h30

Séminaire itinérant “Les Réveillées”

Retours sur un demi-siècle d’ethnographie musicale en France (1939-1984)

Durant les décennies qui furent autant celles de la “fin des paysans” que celles des “trente glorieuses”, Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Maguy Pichonnet-Andral (1922-2004), deux chercheuses CNRS membres du Centre d’ethnologie française, le laboratoire incorporé au musée des arts et traditions populaires, ont sillonné la France rurale et les outremers pour enquêter sur les pratiques musicales, qui étaient majoritairement le fait de non-professionnels, et leur insertion dans la vie quotidienne des communautés villageoises.

Celles qui sont regardées comme les fondatrices de l’ethnomusicologie du domaine français ont orienté leurs investigations dans trois directions principales :

  • les vocalités dans leur diversité (chant monodique, polyphonique ou improvisé, langage sifflé, déploration funèbre, etc.) 
  • les instruments de musique populaire, qu’il s’agisse de leurs processus de fabrication, des techniques et styles de jeu, des répertoires ou encore des modalités de transmission des uns et des autres 
  • la place des phénomènes sonores d’origine humaine dans la vie quotidienne des communautés villageoises, tant sur son versant laborieux (pastoralisme) que sur son versant festif

Les archives sonores, photographiques et textuelles qu’elles ont ainsi constituées ont été numérisées entre 2000 et 2015 par les institutions patrimoniales qui en assurent aujourd’hui la conservation : les Archives nationales et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Un programme de recherche initié en 2013 au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, sous l’impulsion de Daniel Fabre, a permis de rendre ces quelque quarante mille fichiers accessibles dans Didómena, l’entrepôt des données de la recherche de l’EHESS ; il a aussi entrepris leur éditorialisation dans un site dédié, Les Réveillées. Ce programme trouve son aboutissement avec un séminaire itinérant, porté par les laboratoires InVisu et Héritages, qui bénéficie aussi du soutien du ministère de la Culture (direction générale des patrimoines et de l’architecture), du réseau des ethnopôles et de la FAMDT.

Le séminaire se fixe pour objectifs :

  • De faciliter l’appropriation du corpus d’enquêtes et des sites internet qui le mettent à portée,
  • Mais aussi de réinscrire la démarche des enquêtrices dans le mouvement biséculaire de collectage et de légitimation des musiques de tradition orale, amorcé avec la publication du Barzaz Breiz (1839) et relancé par les associations de musiques et danses traditionnelles issues du folk music revival des années 1970. 

Les sept séances programmées tour à tour à Pierrefitte-sur-Seine, Rennes, Carcassonne, Arudy, Bayonne, Lyon et Marseille, ont été conçues comme des temps de dialogue entre chercheurs spécialistes du patrimoine culturel immatériel et artistes attachés à cette esthétique. Toutes sont ouvertes aux publics intéressés. Chacune comportera l’écoute commentée d’enregistrements historiques ainsi qu’une séquence de musique vivante.

En savoir plus…

4ème séance :

Mardi 8 novembre, Musée d’Ossau, 4 place de l’Église, 64260 Arudy

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les recherches organologiques des ethnomusicologues du Centre d’ethnologie française (2e approche) : sonnailles et conditionnement sonore des animaux. Siffleurs et langage sifflé en vallée d’Ossau – Patrimoine sonore et transmission de l’occitan Visite commentée de l’exposition Trucs et création musicale de la Companhia Hart Brut

Fête de la science 2022- Pierre Courroux au château de Buzet

Dans le cadre du la fête de la science 2022, Pierre COURROUX, historien en histoire médiévale, propose le 14 octobre 2022 au château de Buzet, une conférence intitulée “Des ruines à l’histoire : faire revivre le château et village du Haut-Buzet”.

La conférence sera suivie d’une présentation de planches de bande dessinées “vin et changement climatique” proposée par le collectif palois “l’Encre Sympathique”.

Jeudi d’ITEM – 13 octobre 2022 – Aurélien Lignereux

Aux limites d’un empire : circulations et contestations dans l’Europe napoléonienne ?

 

L’intérêt d’Aurélien Lignereux pour l’Empire de Napoléon est déjà ancien et remonte au moins à ses premiers pas comme chercheur, avec une étude sur la police de Fouché. Historien dix-neuviémiste, son travail a successivement porté sur les résistances villageoises à la gendarmerie et sur les serviteurs de l’État impérial à travers l’Europe. En étudiant la gendarmerie, institution ancrée dans le territoire et au cœur de la relation État-société mais pour cela même volontiers réduite à sa fonction d’effigie et longtemps dédaignée par l’histoire universitaire, Aurélien Lignereux est l’un de ceux qui ont participé à la dynamique de recherche ayant installé l’histoire sociale de l’État, telle que l’initiait Jean-Paul Jourdan, afin de mieux comprendre les réactions de rejet et le processus d’acceptation qu’a suscité le développement de la gendarmerie dans la France du XIXe siècle. Dans le sillage de sa thèse, et mettant à profit une méthodologie d’approche quantitative, néanmoins attentive à chacune des 4 000 rébellions collectives identifiées, reconstituées et exploitées dans une base de données (à la manière de l’équipe réunie par Jean Nicolas pour La Rébellion française), il a ouvert son cadre d’étude à l’espace européen placé sous la domination française durant la Révolution et l’Empire. Parce que les policiers et les gendarmes envoyés dans les départements réunis se sont révélés être, pour qui sait repérer des sources alternatives, des expatriés avant la lettre, c’est à une approche plus large des Impériaux qu’Aurélien Lignereux s’est essayé, étendant son corpus à l’ensemble des agents civils envoyés dans ces territoires rattachés. Appréhender ces hommes dans leur épaisseur sociale et familiale nourrit alors une réflexion sur les circulations, la conception de l’espace et des frontières, les identités et la nationalité, ainsi que sur le capital professionnel de telles mobilités, y compris lors du retour en France.

Date : 13 octobre 2022

Heure : 14h-15h30

Lieu : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, bâtiment Gestion, Économie, Droit (GED), salle D04

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

JE “Le fonds Louis Mermaz”

JOURNÉE D’ÉTUDE
“Le fonds Louis Mermaz” Une source pour l’histoire d’une période de mutation de la vie politique française”

VENDREDI 14 OCTOBRE 2022
Archives nationales
Site de Pierrefitte-sur-Seine – Auditorium

Le fonds Louis Mermaz conservé aux Archives nationales permet d’illustrer non seulement l’histoire du parti socialiste et des formations de gauche, mais aussi, plus largement, la vie politique française depuis les années 1950. Il permet de retracer le parcours d’un homme qui a milité dès 1955 auprès de François Mitterrand.

Ce fonds témoigne aussi de la réussite d’une entreprise qui aboutit, après les élections présidentielles de 1965 et 1974, à l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, le 10 mai 1981. De profondes réformes furent réalisées, dès 1981, qui subsistèrent après le « tournant » de 1982.

Ces archives illustrent comment la vie politique française s’est structurée autour du clivage gauche – droite, et comment la gauche s’est organisée dans ce contexte pour réussir son retour au pouvoir, en réalisant notamment l’union de la gauche.
 
 
A noter :
14 h 10 Au cœur de la Convention des Institutions Républicaines [CIR] :
Louis Mermaz, un militant aux côtés de François Mitterrand
par Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Pau
et des Pays de l’Adour (ITEM)

Jeudi d’ITEM – 6 octobre 2022

Les Comtes de Foix, entre comté pyrénéen et destinées royales

Claudine Pailhès

Jeudi 6 octobre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

17h30

Issus, au début du XIe siècle, de la dynastie comtale de Carcassonne, les comtes de Foix s’imposèrent rapidement comme la principale force entre Toulouse et Barcelone avant d’affronter, au XIIIe siècle, la crise majeure de la Croisade contre les Albigeois et d’être la seule dynastie méridionale non seulement à survivre à ce drame, mais encore d’en sortir plus puissante que jamais. L’union Foix-Béarn en 1290 fut  la première étape d’une expansion territoriale et politique permanente qui les amena à la tête du plus grand domaine seigneurial de France, à la Couronne de Navarre puis à la Couronne de France. Et cela au cœur des grands évènements de leur temps, au cours desquels ils mêlèrent les provocations téméraires, les risques calculés et le génie diplomatique condition de la survie.

On s’attachera à étudier la place que conserva le comté de Foix au sein du très vaste ensemble Foix-Béarn-Navarre, comment se fit l’union Foix-Béarn, comment le pays fut administré et utilisé diplomatiquement et économiquement et quelle fut la part du comté des origines dans la glorification de la dynastie.

Conférence également accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

 

Conférence organisée par le laboratoire ITEM, dans le cadre des Jeudis d’ITEM, du Master Histoire, Civilisations, Patrimoine de l’UPPA,

En partenariat avec la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau et du Béarn.

 

 

Exposition L’art de régner

Casa de Velazquez, Madrid

Du 19 septembre 2022 au 17 octobre 2022

Exposition dans le cadre du projet AcRoNavarre

L’exposition bilingue L’art de régner sera présentée pour la première fois en Espagne à la Casa de Velázquez (Madrid, Ciudad Universitaria) du 19 septembre au 17 octobre, en partenariat avec le Musée national et domaine du château de Pau, les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Qui connaît les rois et reines de Navarre à la Renaissance ? Qui sait ce que furent leurs règnes après le passage de la majeure partie de leur royaume sous domination castillane à partir de 1512 ? Le programme de l’Agence nationale de la recherche « AcRoNavarre » (2016-2022) a révélé ce pan d’Histoire encore trop souvent méconnu et, par l’étude des principes de gouvernement des souverains de Navarre, montré la modernisation qu’ils entreprirent de leurs structures et pratiques administratives, avant et après 1512.

L’exposition l’Art de régner, composée de panneaux didactiques et de deux bornes interactives, met en lumière ces découvertes et le rôle que jouèrent les souverains de Navarre sur l’échiquier européen jusqu’à donner à la France en 1589 le plus fameux de leurs rois, Henri IV.

Chroniques du Foirail. De la nature à la culture

Exposition

Dans le cadre du cours de Médiation culturelle, les étudiants de 1ère année du master Patrimoine et musées ont conçu et réalisé une exposition, intitulée Chroniques du Foirail. De la nature à la culture, qui sera présentée à l’Espace de rencontre du Foirail, situé au 45 rue Carnot.

Destinée à accompagner l’ouverture du nouveau Pôle culturel du Foirail, cette exposition retrace l’histoire d’un quartier qui a toujours joué un rôle important dans la vie des Palois. Elle est le fruit d’un projet pédagogique et participatif associant le master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, la mission Ville d’art et d’histoire de la Ville de Pau, les Archives et la Bibliothèque Patrimoniale de l’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées et les habitants du quartier du Foirail.

L’exposition sera visible du 12 septembre au 15 octobre
Lundi, mardi et vendredi : de 14h à 17h30 
Jeudi : de 14h à 19h
Mercredi : de 10h à 12h30

L ‘Argentine, vingt ans après la crise

CAHIER D’HISTOIRE IMMÉDIATE N°57

Un nouveau numéro de ” Cahier d’Histoire immédiate ” N°57  vient de paraître aux Editions Cairn avec un dossier spécial : l’Argentine, vingt ans après la crise.

L’Argentine a été profondément marquée dès 2001 par une violente crise socio-politique qui a largement déstabilisé sa société, mais aussi à une échelle régionale les équilibres géopolitiques. Répétition générale de crises vécues depuis ailleurs ? Modèle spécifique ? Terrain particulier ? Le cas d’école ici étudié dans ce numéro des Cahiers d’Histoire immédiate présente une réflexion stimulante pour mieux comprendre le vingt-et-unième siècle. Un numéro coordonné par Damien Larrouqué et Dario Rodriguez.


À la fin de l’année 2001, l’Argentine et, en particulier, sa capitale ont été le théâtre d’une insurrection populaire d’une intensité inédite et aux conséquences alors insoupçonnées. L’élément catalyseur a été l’annonce par le ministre de l’Économie, le 1er décembre, de la mise en place du corralito, soit l’imposition de restrictions draconiennes sur les retraits bancaires en vue de juguler la fuite des capitaux amorcée au cours de l’année. Privant de fait les Argentins de l’accès à leurs épargnes, cette décision provoque une série d’échauffourées sanglantes avec les forces de l’ordre. Face à la fronde grandissante et aux premiers saccages de supermarchés, Buenos Aires se retrouve littéralement en état de siège. Brutale, la répression policière ne fait qu’exacerber une contestation latente depuis la fin des années 1990, une décennie émaillée de scandales de corruption à répétitions, sur fond de néolibéralisation sauvage de l’économie et d’augmentation généralisée de la pauvreté et même de l’indigence. Le dossier des CHI revient sur cet épisode de crise profonde, exemple d’un début de vingt-et unième siècle complexe.

Un numéro coordonné par Damien Larrouqué et Dario Rodriguez.

Contributeurs :

Jean-Yves Puyo

Élodie Bordat-Chauvin

Maria Gabriela Dascalakis-Labreze

Sylvain Mary

Pierre Salama

María-Laura Moreno-Sainz

David Copello

Gaston Souroujon


JALABERT Laurent
 
9791070061237
 

Fiche technique

Nombre de pages
128
Format
21 x 27 cm
Date de parution
septembre 2022