Archives de catégorie : Grand public

Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.

5e Rencontres médiévales de Trizay

Espace sacré. Les aménagements liturgiques dans les monastères médiévaux

Samedi 04 mai 2019 – Abbaye de Trizay (Charente-Maritime)

Cette année encore, les 5e Rencontres médiévales de Trizay, toujours adossées au programme de recherche Monasticon Aquitaniae, espèrent réunir autour d’un programme de qualité amateurs et curieux du patrimoine et de l’histoire, étudiants et chercheurs. Nous aborderons, à travers des interventions de spécialistes de premier plan, un aspect particulier, mais fondamental, de la vie et de l’art monastiques. La liturgie et les rituels qui l’organisent constituent une part essentielle de la vie des moines et des moniales au Moyen Âge comme aujourd’hui. Qu’il s’agisse des règles et des pratiques transmises par les textes, de la conception des espaces architecturaux, de leur aménagement matériel et du mobilier qui y est associé, les communications proposées lors de cette journée aborderont tous les aspects de cette facette essentielle du monde monastique médiéval.


Christian GENSBEITEL
Maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge.
Coordinateur scientifique.

A noter :

14h45 : Circuler dans et hors les murs de l’abbaye chez les Prémontrés de Sainte-Marie d’Arthous (Landes). Espaces et décor

par Maritchu Etcheverry, docteure en histoire de l’art médiéval, enseignante à l’Université de Pau et Pays de l’Adour

Pierre Viret : son ministère dans les églises de France et de Navarre

Conférence donnée à la Faculté Jean Calvin d’ Aix en Provence par Philippe Chareyre

Le 24 avril 2019

Pierre Viret est, avec Jean Calvin et Guillaume Farel, l’un des trépieds de la réforme helvétique francophone. Après avoir attiré Calvin à Genève, ce théologien et prédicateur de talent devient le réformateur de Lausanne et fonde le modèle académique dans cette ville. Mais il est sans doute moins connu pour avoir dressé, de 1561 à 1566, les principales églises du sud de la France puis, à partir de cette date et jusqu’à se mort, au printemps 1571, celle du Béarn, à la demande de Jeanne d’Albret, reine de Navarre, les marquant profondément de son empreinte. 

Conférence en partenariat avec la Faculté Jean Calvin et la Société d’Histoire du Protestantisme Français

Un Béarnais, peintre de l’horreur de Buchenwald

Conférence SSLA

Le 11 avril 2019

La Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de

Laurent JALABERT
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

aux Archives Départementales, boulevard Tourasse à Pau

Georges Despaux est un artiste peintre originaire de Salies-de-Béarn. Fils de pépiniéristes, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, il vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Ces dessins sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. La conférence reviendra sur le parcours atypique de G. Despaux, et présentera sa vision de l’internement à Buchenwald.

Exposition Refuges

Du 4 avril au 1er juin, la Médiathèque André Labarrère de Pau présentera l’exposition “Refuges” de l’artiste plasticienne Leila Sadel, précédemment installée au Musée d’Aquitaine à Bordeaux.

Ce projet artistique a été mis en place dans le cadre du programme de recherche Passages et frontières en Aquitaine : expériences migratoires et lieux de transit  mené par des chercheurs en France et en Espagne et associant l’UPPA (Laboratoire ITEM), le musée d’Aquitaine et le Rahmi (Réseau aquitaine pour l’histoire et la mémoire de l’immigration).
Pendant une année, l’artiste est partie à la rencontre de personnes migrantes installées dans l’agglomération bordelaise depuis quelques semaines ou plusieurs années, afin de faire leur connaissance et de comprendre leurs trajectoires. Puis, après avoir collecté leurs indications, elle a réalisé des photographies de lieux qui ont été significatifs dans leurs parcours, où ils ont reconstruit des repères, ainsi que des photographies d’objets qu’ils ont pu emporter avec eux quand ils ont quitté leur pays d’origine. Au travers de ces photographies de lieux et d’objets et de récits qui relatent les rencontres, Leila Sadel tente de révéler ces expériences individuelles de l’exil.

Chacun pourra se faire une première idée de cette exposition en consultant l’article paru dans Rue89 : https://rue89bordeaux.com/2019/01/musee-daquitaine-leila-sadel-expose-histoires-singulieres-migrants/?fbclid=IwAR3k7XVDbp2pzeqjSGGU_c4xMoX9EmMKIdkBQO5LU02uh-1qEL7DFX4AZD8

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences sur les migrations contemporaines (Médiathèque Labarrère). Le 17 avril, Catherine Wihtol de Wenden évoquera la question de l’asile aujourd’hui en France et en Europe.

Le 11 mai, Victor Pereira et Laurent Dornel proposeront une conférence à deux voies sur la question des passages et des frontières en Aquitaine aux XIXe et XXe siècles. 

Les arts étrusques et romains

Regard actuel

Exposition de posters

Du 4 au 26 avril 2019

Bibliothèque universitaire de Pau

8h – 20h

À travers cette exposition, les étudiants en 3e année de Licence d’Histoire de l’art et archéologie (UPPA) proposent de revisiter les arts étrusques et romains. Leurs réflexions, menées au semestre dernier dans le cadre de l’Unité d’Enseignement « Arts et sociétés dans le monde italique de la protohistoire à la fin de l’époque romaine », portent sur les conditions d’apparition et de développement de l’art italique antique entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle ap. J.-C.. Leur regard questionne non seulement l’influence stylistique de l’art grec sur ces productions artistiques, mais aussi les discours identitaires et politiques qui leur sont associés. Au fil des posters, le visiteur découvrira la diversité matérielle (architecture, sculpture, mosaïque, fresque, peinture) et géographique (Italie, Turquie, Égypte) des œuvres étudiées.

Coordination : Vanessa Rodrigues, docteure et enseignante en histoire de l’art et archéologie (UPPA)

Vernissage

Mercredi 10 avril à 17h30

L’exposition des posters sera associée à des cafés conférences qui permettront aux étudiants de présenter oralement leurs recherches :

Cafés conférences

Programme

Mercredi 10 avril à 18h30

Sinahi Czeckmany

La Chimère d’Arezzo

Jeudi 11 avril à 17h30

Julie Fesentieu

Le visage de la mater domina dans la représentation des mystères dionysiaques pompéiens

Mercredi 17 avril à 17h30

Matteo Gargiulo et Alexandre Rodrigues

Art et souveraineté : l’art impérial romain au service du citoyen

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.

Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

Conférence de Dénes Harai (UPPA, EA 3002 ITEM) pour la Société des Amis du Château de Pau

Samedi 9 mars 2019 à 15h

Musée national et domaine du château de Pau

2, rue du château
64000 Pau


L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn.

Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA 3002 ITEM) évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). 
https://chateau-pau.fr/evenement/un-chapitre-inedit-de-la-vie-dhenri-iv

Exposition Titus Carmel

Pictura/Poesis

Du 8 novembre 2018 au 10 février 2019

Ce projet décliné en deux volets a pour objectif d’étudier et de présenter à un large public l’œuvre de l’artiste et poète Gérard Titus-Carmel:

  • un colloque international les 7, 8 et 9 novembre 2018 en présence de l’artiste
  • une double exposition du 8 novembre 2018 au 10 février 2019 sur deux sites: au Château de Pau (Maison Baylaucq) et à la Commanderie de Lacommande.


L’exposition réalisée en partenariat avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, sollicite l’intérêt du visiteur pour une réflexion sur le livre dans tous ses états et dans toutes les étapes de sa naissance en tant qu’œuvre et illustration: manuscrits, premières épreuves, dessins, estampes, reliures etc. Au total, ce sont 40 à 100 pièces, la plupart de petites dimensions, accrochées au mur ou placées en vitrine, qui constitueront la matière d’une installation elle-même conçue comme une œuvre unique.

Le projet est placé sous la responsabilité d’Isabelle Chol (UPPA, ALTER) et de Sabine Forero Mendoza (UPPA, ITEM) assistée de Solène Neveux, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Autour de l’exposition

Les visites-conférences

Pour une découverte approfondie de l’exposition en compagnie d’une conférencière
à 14h30 le lundi 19 novembre 2018 (cette séance est réservée aux membres de l’UTLA)
à 15h les jeudis 15 et 29 novembre, lundi 3 et jeudi 13 décembre 2018, jeudi 17 janvier 2019

Le mardi des arts graphiques
à 14h30 mardi 15 janvier 2019
A travers l’œuvre d’un artiste qui s’attache au livre et à l’élaboration d’un mode d’illustration et de composition qui lui est propre, la visite-conférence se propose de considérer le processus des arts graphiques, du dessin à l’impression, sous l’angle de la création contemporaine.

Le colloque international
Titus Carmel, l’épreuve et la nécessité
mercredi 7 novembre 2018 au château de Pau, salle de conférences
jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018 à l’Université de Pau
En savoir plus à propos du colloque

 Informations pratiques :

Télécharger le fichier «exposition Titus Carmel programme.pdf» (205.5 KB)

Type de public: Pour tous

Tarifs: Gratuit

Horaires d’ouverture: Maison Baylaucq, tous les jours (sauf 25/12 et 01/01) de 10h à 12h et de 13h30 à 17h – Commanderie de La Commande, les mercredis, samedis et dimanches de 15h à 18h

Colloque international Principautés

Gouverner et administrer les principautés en France méridionale à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe – début XVIe siècle)

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Organisé par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA 3002), P. Courroux (Southampton University-British Academy, membre associé ITEM EA 3002), en collaboration avec le Musée national et domaine du Château de Pau.

Mercredi 7 novembre 2018, à partir de 14h, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence

Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018, à partir de 9h, Château de Pau, salle des conférences

Ce colloque réunira une vingtaine de chercheurs français et étrangers qui s’intéressent aujourd’hui aux principautés méridionales pour proposer une première synthèse nourrie par les comparaisons (points communs, différences et spécificités), en décloisonnant les aires géographiques (France du sud de la Loire, Guyenne comprise, comparaisons avec l’Italie, la péninsule Ibérique…), les disciplines (histoire, diplomatique et archivistique, histoire de l’art…). Autour des thématiques du gouvernement et de l’administration des principautés méridionales, les communications s’organiseront autour des axes suivants : les sources, les modalités et les enjeux du gouvernement ; les cours et le spectacle du pouvoir princier ; les relais du pouvoir. Une table-ronde entre historiens, archivistes (AD 64 et AGN de Pampelune) et conservateurs (Musée national du Château de Pau) portera sur les problématiques de conservation et de valorisation des archives et des collections princières autour de l’exemple des Foix-Béarn-Navarre.

Alors que sont recomposées aujourd’hui de grandes régions, parfois jugées composites et trop vastes, il n’est pas sans intérêt d’étudier celles que certains convoquent comme leurs ancêtres, ces principautés territoriales médiévales, non moins hétérogènes, et que le prince, pivot de tout pouvoir qui s’y développait, parcourait alors à cheval en plusieurs journées.

Contact : item @ univ-pau.fr   Tel : 05 40 17 52 21

Programme

S’inscrire

Eaux-Bonnes. Patrimoine et villégiature thermale

Projet européen TCV-PYR. Conférence de restitution de travaux

Le 11 octobre 2018

Dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR, les laboratoires ITEM et LIUPPA de l’UPPA entreprennent la réalisation d’un inventaire du patrimoine de villégiature et thermal dans le massif pyrénéen français depuis les temps modernes jusqu’à nos jours. Lancé fin 2017 en collaboration avec les régions Occitanie-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine et les universités de Toulouse Jaurès et Perpignan, le projet implique une douzaine de chercheurs et cinq post-doctorants. Il s’insère dans un axe sur le développement de la connaissance et de la fréquentation des Pyrénées à travers leurs atouts patrimoniaux et relève du travail de l’inventaire du patrimoine architectural et immatériel.

Un premier inventaire du patrimoine d’Ax-les-Thermes a été présenté publiquement le 14 septembre dernier par Anaïs Comet (Université Toulouse Jean Jaurès). Le 11 octobre, Viviane Delpech et Mathilde Lamothe, chercheurs au laboratoire ITEM, évoqueront la station thermale des Eaux-Bonnes, son développement, la richesse de son patrimoine bâti et paysager ainsi que les pratiques culturelles locales qui y sont liées :

Viviane Delpech « Grandeur et décadence d’une ville d’eaux impériale »

Depuis leur fondation légendaire et leur statut d’eaux d’arquebusades jusqu’à leur essor spectaculaire sous le Second Empire, les Eaux-Bonnes doivent exclusivement leur raison d’être à l’activité thermale. Tout au long du XIXe siècle, l’exploitation des eaux, d’abord pratiquée au sein de petits cabanons rudimentaires, y génère un original développement urbain associant les prérogatives haussmanniennes et les résurgences de l’architecture vernaculaire, la modernité et l’héritage local, au cœur d’un cadre naturel pittoresque plébiscité par les esprits romantiques. L’inventaire du patrimoine bâti a permis de retracer l’histoire de cette cité singulière au sommet de sa gloire dans les années 1870-1880, affectionnée par l’impératrice Eugénie et déclinant après la Seconde Guerre mondiale. Témoin matériel d’un passé prestigieux, son riche quoique vieillissant patrimoine bâti, qu’il s’agisse des constructions publiques ou privées, des décors ou des aménagements paysagers, nécessite désormais d’être reconnu et valorisé afin de rendre sa splendeur à cette ville d’eaux impériale.

Mathilde Lamothe « Usages et pratiques culturelles d’hier à aujourd’hui »

Les usages et pratiques culturelles, autrement dit le patrimoine culturel immatériel, des communautés montagnardes sont décrites par les voyageurs et curistes qui viennent à la station thermale des Eaux-Bonnes depuis le XIXe siècle. Ces observateurs fournissent une importante documentation écrite ou iconographique – à travers les lithographies, cartes postales, récits de voyage, affiches publicitaires des compagnies de chemin de fer, etc. – sur ces activités qui existaient à l’époque et conservent encore aujourd’hui leur sens social comme les transhumances, les « danses ossaloises » ou les savoirs naturalistes liés aux plantes ou aux eaux curatives. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces expressions culturelles qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes.

11 octobre 2018 – 18h00 – Casino des Eaux-Bonnes (64) – entrée libre

Contact : 05 59 05 32 69

Télécharger le «Carton d’invitation Eaux Bonnes.jpg» (298.3 KB)

Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde “renversé”

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages