Archives de catégorie : Grand public

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

Benoît Pace – Soutenance de thèse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

14h00

Compte tenu du contexte sanitaire actuel, cette présentation se fera en visioconférence (via l’application Microsoft Teams) : Cliquez ici pour participer à la réunion

En savoir plus

TCV Pyr : un atout pour le patrimoine pyrénéen

ITEM et le LIUPPA participent au projet TCV Pyr consacré au patrimoine bâti et au patrimoine culturel immatériel de l’activité touristique et thermale dans les Pyrénées.

Initié en 2017 pour trois ans, le programme ‘’Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées’’ (TCV Pyr), soutenu par des fonds européens FEDER et commun aux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, répertorie et analyse l’ensemble du patrimoine lié au thermalisme et au tourisme de villégiature dans le versant Nord du massif pyrénéen. Un travail de bénédictin mené par le laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) auquel s’est associé le LIUPPA (Laboratoire informatique de l’UPPA). Des chercheurs de l’Université Toulouse Jean Jaurès, historiens (UMR-CNRS FRAMESPA) et géographes (UMR CNRS-GEODE) et de l’Université de Perpignan (CRESEM) participent également à la réalisation de ce gigantesque inventaire à la fois architectural (thermes, casinos, hôtels, villas, stations de sports d’hiver, etc.), paysager et immatériel (fêtes, pèlerinages, etc.). « D’Argelès à Cambo-les-Bains, une quarantaine de sites ont été identifiés pour l’ensemble de la chaîne pyrénéenne, confie l’historien Laurent Jalabert, directeur d’ITEM. Sur le patrimoine bâti, notre laboratoire se concentre sur les Pyrénées-Atlantiques et les deux-tiers des Hautes-Pyrénées. Ne serait-ce qu’à Eaux-Bonnes, nous avons déjà recensé, analysé, décrit et photographié une centaine d’oeuvres. » Chaque notice est transmise aux informaticiens du LIUPPA, chargés ensuite de concevoir des applications mobiles destinées à valoriser ce patrimoine exceptionnel.

Une application mobile made in LIUPPA

Sous la houlette de Philippe Roose, une équipe de huit chercheurs du LIUPPA, le laboratoire d’informatique de l’UPPA ont travaillé au développement de l’application mobile TCVPYR permettant de valoriser les points d’intérêt ou sites remarquables identifiés au cours du projet.
Disponible depuis juin 2020 sur PlayStore et Apple Store, elle permet à chaque visiteur/touriste dans une ville identifiée de créer des itinéraires limités dans le temps et sur des thématiques choisies. Ces itinéraires ont pour objectif de guider la visite du patrimoine identifié/recommandé et d’ainsi le valoriser.

Télécharger l’application

ou

Pour les utilisateurs d’iPhone/iOS :

ou scanner le QR-Code.

Après l’installation, comme l’application ne provient pas de l’Apple Store, aller dans « Réglages » / « Général » / « Gestion de l’appareil » et approuver le certificat « MAZEDIA ».

(Im)mortel, des pratiques funéraires

Exposition du 17 septembre au 31 décembre 2020

Musée Jeanne d’Albret, Orthez

Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Une exposition présentée au Musée Jeanne d’Albret, conçue en partenariat avec l’Inrap, suite aux fouilles réalisées par l’archéologue Nadine Béague aux abords de l’église d’Orthez en 2017.

Ces fouilles ont révélé au public orthézien les tombes remontant au XVIIe siècle et disposées autour de l’église Saint-Pierre. Cheminement sur la manière dont le corps du défunt est pris en charge, préparé, inhumé ou incinéré. Ces gestes permettent aux vivants de s’en séparer quelles que soient les époques et le contexte religieux ou politique. Les morts s’inscrivent dès lors dans une histoire générationnelle à transmettre avant que leur souvenir ne s’estompe. A moins que, intégrés à une mémoire collective, tombes et cimetières ne deviennent des objets patrimoniaux protégés.

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Conférence – Le Parvis Espace Culturel – Centre commercial Tempo, Pau

25 février 2020 de 18h00 à 19h00

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Laurier Turgeon, historien et ethnologue, vous fera découvrir l’histoire des premiers contacts franco-amérindiens. En nous racontant la pêche à la morue, le commerce des fourrures ou l’usage du cuivre et de la verroterie en Amérique du Nord, il raconte la naissance de la Nouvelle-France.

En 1534, Jacques Cartier entreprend une série de trois voyages d’exploration et de colonisation au Canada. À sa suite, les Français investissent dans la pêche à la morue et commercent avec les populations autochtones : ils troquent des chaudrons de cuivre, des haches, des couteaux ou de simples perles de verre contre de précieuses peaux de castor, de loutre et de martre. Avant de pouvoir se parler, Français et Amérindiens échangent des biens qui ont pour eux le charme de la nouveauté et de l’exotisme.

Laurier Turgeon est professeur d’histoire et d’ethnologie à l’université Laval (Canada) et auteur notamment de Patrimoines métissés : Contextes coloniaux et postcoloniaux (Prix Luc-Lacourcière, 2005). Membre de l’Académie des arts, lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada, il a été titulaire de la William Lyon Mackenzie King Chair à l’université Harvard. Pour cet ouvrage, l’auteur a bénéficié d’un poste de directeur d’études associé à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (Paris).

Une histoire de la Nouvelle-France, sur le site de son éditeur :  https://www.belin-editeur.com/une-histoire-de-la-nouvelle-france#anchor1

Jeudi d’ITEM

Viviane Delpech

 

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au cinquième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 

« Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours » par Viviane Delpech, ITEM EA 3002 UPPA, chercheur du projet Feder TCV-PYR.

le 12 mars 2020 à 14h00
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie


Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

 

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

Programme 2019-2020

  • 10/10/19- Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19- Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19- Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20- Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20- Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 12/03/20- Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 26/03/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 16/04/20- Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20- Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas

Journées de formation au PCI

Du 24 février 2020 au 28 février 2020

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura – Ethnopôle occitan et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la Communauté des communes du Haut-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.


Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve dans le périmètre du label Pays d’Art et d’Histoire des vallées béarnaises qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
du lundi 24 au vendredi 28 février 2020 à Oloron, à la Communauté de communes du Haut-Béarn,12 place de Jaca, 64400 Oloron-Ste-Marie (24-25/02) à la villa Bedat, Confluence Rue de l’Intendant d’Etigny, 64400 Oloron Ste-Marie (26/02) et à L’Institut Occitan de Cultura, Château d’Este, 64140 Billere (27-28/02).


Inscription :
patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr
mastercas @ univ-pau.fr

Ces journées s’inscrivent dans le cadre du programme européen TCV-PYR.

Elle peuvent également être :
– validées dans le cadre de l’UE « Actualité de la recherche » (24h)
– être un élément du stage de M2

Laurent Dornel dans le cours de l’histoire

Laurent Dornel est intervenu dans l’émission Le Cours de l’histoire du mercredi 08 janvier 2020, de 9h-10h, sur France Culture : Série Chine-Occident, comment l’affaire a mal tourné ?,  dans l’Épisode 2 : Les travailleurs chinois pendant la Grande Guerre

 
Références
Laurent Dornel et Céline Regnard, Les Chinois dans la Grande Guerre. Des bras au service de la France, Les Indes Savantes, 144 p.
 
 
 
 
Li Ma, La Chine et la Grande Guerre, CNRS éditions.
 
 
 
 
 

La maison-forte « Apatie Darré »

Dans le cadre du cycle de conférence organisé par le GAPO, une deuxième conférence sera dispensée par Nadine Béague (archéologue à l’INRAP et chercheuse associée au laboratoire ITEM).

Cette communication abordera les divers aspects et les résultats de sa fouille sur la maison forte « Apatie-Darré » de Cette-Eygun. 


Cette conférence aura lieu le 5 décembre 2019 à 18h. dans la salle du Conseil de Lettres à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour  et sera clôturée par un pot.


L’entrée est libre, gratuite et ouverte à tous.

Les idées mènent le monde

Les sixièmes Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde se dérouleront du 22 au 24 novembre 2019 au Palais Beaumont à Pau sur le thème « En quoi croire encore ? » .

Retrouvez les chercheurs d’ITEM aux « Idées mènent le Monde » :

http://www.lesideesmenentlemonde.fr/1560-les-rencontres-litteraires.htm

Vendredi 22 novembre 2019

Laurent Dissard, Dénes Harai, Mathilde Lamothe, Viviane Delpech, 17h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

Histoire d’y croire… encore

Théories du complot, négationnisme, fake news… nous vivons une crise profonde où tout semble être remis en cause, même notre Histoire qui semblait jusqu’à présent plus ou moins crédible. Un historien, une historienne de l’art, et une anthropologue discutent de cette question.

Samedi 23 novembre 2019

Frédéric Bidouze, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Le ‘Croire en commun’ des Français et 1789. Le mythe de la liberté contre la réalité de la nécessité »

Maître de conférences en histoire moderne, spécialiste de l’Ancien Régime au XVIIIe siècle et des débuts de la Révolution française. C’est en se référant à 1789 que cette conférence invite à réfléchir sur la culture politique des Français. L’histoire comme répétition de scénario de la vie d’un peuple qui, parfois conscient de sa schizophrénie, n’en finit pourtant jamais de l’ignorer comme maladie infantile de sa démocratie.

Dimanche 24 novembre 2019

  • Maurice Daumas, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Je crois en Dieu. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche « Misogynie » à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

  • Christian Thibon 12h, Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ? »

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques

Conférence

« A la recherche des structures pastorales d’altitude : les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques »

Vendredi 22 novembre 2019, 21h, à Larrau (Pays Basque)

Par Alain Champagne et Mélanie Le Couédic (Archéologues, Laboratoire ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour) dans le cadre du projet région Nouvelle-Aquitaine MARGES, Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours

L’émancipation par le sport et par l’EPS

Journée d’étude

Le 10 octobre 2019

Une journée d’étude sur le thème « L’émancipation par le sport et par l’EPS » aura lieu de 18h à 20h à l’ amphithéâtre du STAPS, sur le site de Tarbes de l’UPPA. 

Elle s’inscrit dans le projet MEPS-ITEM ( Bourdieu) intitulé « Sport scolaire et hors scolaire: quel lien social et quels espaces de liberté pour les pratiquants? » co-financé par les deux laboratoires et l’ancienne Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ».