Archives de catégorie : Colloque, journée d’étude, séminaire

Marges

Journée d’étude “Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours”

Jeudi 23 mai 2019 : UPPA, Bâtiment DEG, Salle des séminaires

Vendredi 24 mai 2019 : sortie de terrain en vallée d’Ossau

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés (UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

Plus d’information sur le programme : https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours-2/programmes-en-cours/marges.html

Contacts :

Alain Champagne

Mélanie Le Couédic

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.

Traiter les données archéologiques tardo-antiques

Le 12 avril 2019

Journée d’étude ” Traiter les données archéologiques tardo-antiques. Approches, méthodes et traitement de l’information”

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Organisateurs : Leticia TOBALINA, Alain CAMPO, Sébastien CABES Doctorants en Archéologie (UPPA, Laboratoire ITEM EA 3002)

Présentation

Nous proposons une journée d’étude tournée vers l’usage de la donnée archéologique dans l’étude de l’Antiquité Tardive. La journée proposera essentiellement des conférences de chercheurs et enseignants confirmés. Des jeunes chercheurs travaillant sur cette période de part et d’autre des Pyrénées seront aussi invités à y participer (des doctorants mais aussi des masters).


L’étude de l’Antiquité Tardive intéresse l’archéologie depuis peu de temps. Il s’agit encore d’une période peu étudiée, encore confuse, avec des résultats inégaux. Pour cerner cette période, les sources textuelles ont été davantage utilisées que les vestiges archéologiques. Les récentes études et les nouvelles approches tendent à montrer que l’Antiquité tardive est une période historique cohérente, véritable transition entre l’Antiquité dite « classique » et le long Moyen Âge.

Cependant, les interrogations et les problèmes d’ordre historique et méthodologique restent encore nombreux pour les archéologues et les historiens qui s’y intéressent :
– Quelles sont les différentes approches utilisées pour étudier l’Antiquité tardive ?
– Quelles sont les limites de l’exploitation de la donnée archéologique pour l’étude de cette période ?
– Une même donnée peut-elle nous permettre de traiter des sujets différents ou des sujets similaires sous un angle différent ?
– Quelle est la spécificité des sources tardo-antiques par rapport au Haut-Empire ou au Moyen Âge central ?
– Des thématiques identiques sur cette période sont-elles traitées de la même manière de part et d’autre des Pyrénées ?


En partant de ces questions, cette journée d’étude a pour objectif d’initier une réflexion, de croiser les regards et de présenter les différentes utilisations de la donnée archéologique en fonction des chercheurs et des sujets d’études. Il s’agira aussi de réfléchir autour des problèmes que pose la donnée archéologique pour l’étude de l’Antiquité tardive.


• Une modalité « poster » sera aussi proposée pour les étudiants de master qui souhaitent montrer leurs travaux. (Taille des posters : A1).

Contact:

antiquitetardive.uppa @ gmail.com

Marquer, modeler, manipuler, énoncer

Journée d’étude “Marquer, modeler, manipuler, énoncer: actes du quotidien et protection symbolique”

Le 8 mars 2019

Cette journée d’étude abordera quelques points anthropologiques sur la façon de nommer l’espace de vie et de le protéger par des gestes, des éléments architecturaux ou par des végétaux.

Associé à ces lieux symboliquement construits la “manipulation” du temps, par des expressions festives, permet l’intégration de classes d’âge à l’espace social.

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR.

Contacts :

patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr

mathilde.lamothe @ univ-pau.fr

Programme

10h – Introduction à la journée

10h30 – “La protection du serpent : le motif de la rampe d’escalier” Dominique Cunchinabe (Chercheur indépendant, doctorant en anthropologie, UPPA- ITEM EA 3002)

14h – “Les stratégies de protection symbolique de la maison” Mathilde Lamothe  (Ingénieur de recherche projet FEDER TCV-PYR, Chargée de mission inventaire du patrimoine culturel immatériel UPPA-ITEM EA 3002)

15h – “Les signes protecteurs dans le rite du feu de la Saint-Jean”Patricia Heiniger-Castéret (Maitre de conférence en anthropologie, Responsable de l’axe Patrimoine culturel immatériel en Aquitaine, UPPA-ITEM EA 3002)

Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

Conférence de Dénes Harai (UPPA, EA 3002 ITEM) pour la Société des Amis du Château de Pau

Samedi 9 mars 2019 à 15h

Musée national et domaine du château de Pau

2, rue du château
64000 Pau


L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn.

Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA 3002 ITEM) évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). 
https://chateau-pau.fr/evenement/un-chapitre-inedit-de-la-vie-dhenri-iv

Mémoires des camps, fonctions de l’art

22 février 2019

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Bâtiment des Lettres – Salle du Conseil

Dans le cadre du projet de recherche « La mémoire des camps d’internement des années de la seconde guerre mondiale : étude muséographique et muséologique des mémoriaux européens », et à la suite des rencontres qui ont eu lieu les 15 et 16 février 2018 puis le 12 octobre 2018, le laboratoire ITEM de l’université de Pau organise une troisième et dernière journée d’étude : « Mémoires des camps/Fonctions de l’art ».


Qu’elles aient été le fait d’artistes professionnels plus ou moins confirmés, d’autodidactes ou d’artistes occasionnels, nombreuses ont été les activités artistiques développées dans les conditions précaires ou d’absolu dénuement qui étaient celles des camps de transit, d’internement et d’extermination durant les années de la seconde guerre mondiale.
Tantôt tolérées tantôt interdites, ces activités ont souvent trouvé leur inspiration dans les faits d’une quotidienneté sans commune mesure avec la vie ordinaire. Quand elles sont parvenues jusqu’à nous, leurs manifestations ou leurs traces sont porteuses d’une signification qui ne s’arrête pas à leur dimension documentaire et d’une puissance d’émotion qui ne saurait s’évaluer à partir des seuls critères esthétiques : en elles se conjoignent l’expérience de la sourance et de la mort et l’aaffirmation de la vie jusque dans les plus misérables conditions. Témoignages de l’horreur, elles sont
aussi des preuves de l’effort pour la dépasser.
Que savons-nous de ces pratiques et de la manière dont ont été réalisées ou se sont déroulées ? Comment pouvons-nous les appréhender, en parler ou les faire connaître ? Que nous disent-elles plus largement des dimensions existentielles, testimoniales et mémorielles de l’art ?
Pour donner toute son ampleur à ces dernières questions, nous souhaiterions aussi nous interroger sur les formes et les fonctions que peuvent aujourd’hui prendre des œuvres artistiques dans le contexte commémoratif des déportations, des détentions et des exactions commises pendant toute cette période.T

Contacts:


Jean Luc Poueyto jl.poueyto@gmail.com


Sabine Forero-Mendoza sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du 18 février 2019 au 22 février 2019

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, en association avec le Parc National des Pyrénées, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d identité et de continuité contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.


Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaire à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.


Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve des territoires de montagne qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
Du lundi 18 au vendredi 22 février 2019 en Vallée d’Ossau, au Village Vacances Arriu Mage, 1 Rue Marc Debaigt, 64260 Bielle.


Inscription avant le 13 février 12h:
r.berdou @ in-oc.org

Montrer le pouvoir

Journée d’étude, 8 février 2019

En lien avec l’exposition « Théâtre du pouvoir : Le temps du Béarnais » du Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de
Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le
trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Génétique et anthropologie

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Le 7 décembre 2018

L’équipe Manuscrits francophones organise le séminaire :

                                    GENETIQUE ET ANTHROPOLOGIE

Séance du vendredi 7 décembre 2018 14h30-16h30

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Abel KOUVOUAMA, Joseph TONDA, Patrice YENGO

Lieu : ENS ULM, salle de réunion sous-sol pavillon Pasteur, 45 rue d’ULM, 75005 Paris

 Abel KOUVOUAMA

Pratiques de terrain et images sonores dans le bassin du Congo

Ce que les images sonores donnent à comprendre et à entendre dans la chanson et la musique congolaise de variétés comme matériau de terrain interpelle le chercheur dont la démarche réflexive le pousse à analyser la société dans laquelle il vit avec un effort d’objectivité scientifique, et en ayant conscience que le « terrain scientifique » peut être également celui de l’expérimentation sociale. Les matériaux accumulés ici pour notre séminaire proviennent de la littérature écrite et orale congolaise en langue nationale, le lingala. Ce sont des textes écrits et chantés, en somme des choses écrites et dites qui sont des manières de dire et de faire ; c’est-à-dire, une technique et des arts de vivre au sens foucaldien.

Abel Kouvouama est un anthropologue spécialiste de l’Afrique centrale, il est professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (Laboratoire ITEM-UPPA).  Abel Kouvouama a étudié les rapports entre les arts populaires et la vie politique à Brazzaville. Ses recherches actuelles portent sur les phénomènes de protestation collective, les rapports entre religion et politique en Afrique centrale. Il est notamment l’auteur de Une histoire du messianisme : un monde renversé (Karthala, 2018).

 Joseph TONDA

La double écriture, ou la hantise du syndrome du prophète 

 Les prophètes sont des producteurs de récits que les sciences humaines se préoccupent de convertir en récits scientifiques, exprimant ainsi leur dette à l’endroit de ces créateurs de réalités. Et c’est parce que cette dette est inextinguible, que le sociologue et l’anthropologue, hantés par le syndrome du prophète, éprouvent au fond d’eux-mêmes une douloureuse insatisfaction de leur travail de conversion de la réalité créée par le geste prophétique en objet de connaissance scientifique. Il y a en effet ce reste inépuisable du discours de l’Autre créateur de réalité que l’on ne saurait dompter qu’en se lançant soi-même dans cette aventure de la double création, qui peut prendre la forme de la fiction littéraire, ou celle du film documentaire ethnographique que l’on produit soi-même ou que la production du scientifique inspire, redoublant ainsi la force de ses manuscrits.  Entreprise très risquée, disent les spécialistes.  Et pourtant, entreprise d’une longue histoire, que Jean Rouch, par exemple, a marqué de son empreinte. Peut-être que finalement, l’ethnologue, le sociologue, l’anthropologue, l’écrivain et le prophète sont-ils tous par leur travail en double, des Maîtres fous ? 

Joseph Tonda est sociologue et anthropologue, spécialiste de la culture, de la société et de la politique congolaises et gabonaises. Il est actuellement professeur de sociologie à l’Université d’Omar Bongo à Libreville. Joseph Tonda est l’auteur notamment de L’impérialisme postcolonial, critique de la société des éblouissements, paru en 2015 chez Karthala.

 Patrice YENGO

Épigénétique du prophétisme scripturaire congolais. Autour de Chimpa Vita de Sony Labou Tansi

Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, prophètes scripturaires ; la cause est entendue. Et si c’était l’écriture elle-même qui était symptomatique du syndrome du prophète dans ce Bassin du Congo où elle apparaît dans le sillage du christianisme ? En partant de « Chimpa Vita », figure prophétique qui hante l’écriture congolaise sous toutes ses formes (anthropologie, sociologie, poésie, théâtre, roman…) et dont Sony Labou Tansi fera l’héroïne d’une de ses pièces inachevées, nous essaierons d’esquisser les linéaments d’un phénomène auquel nous-mêmes (ici présents) semblons associés.

Patrice Yengo, anthropologue, est chercheur associé à l’Institut des mondes africains de l’EHESS. Enseignant en pharmacologie à la faculté de médecine de Brazzaville, il s’est ensuite orienté vers l’anthropologie médicale puis politique. Il a soutenu une thèse en anthropologie politique, suivie d’une habilitation à diriger des recherches, et d’une résidence à l’Institut des études avancées de Nantes (2010-2012). Dernier ouvrage : Les mutations sorcières dans le bassin du Congo – Du ventre et de sa politique aux éditions Karthala en 2016.

Quand les pratiques rentrent dans le patrimoine

Problèmes et méthodes

Le 7 décembre 2018

Salle du conseil, bâtiment LLSHS, UPPA Pau.

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe dans le cadre du programme FEDER TCV-PYR

Le patrimoine culturel immatériel engage les chercheurs, qu’ils soient universitaires ou issus des métiers du patrimoine, à observer les pratiques vivantes sous l’angle de la patrimonialisation.

Cette construction en œuvre doit être questionnée à partir du chercheur comme du praticien, par ailleurs l’action culturelle, elle, s’appuie sur les données produites pour créer des outils de valorisation.  

Cette journée d’étude, à travers différents terrains et exemples, abordera ces axes de questionnements.