Archives de catégorie : Colloque, journée d’étude, séminaire

II Colloqui Internacional – La falsificació de moneda, un fenomen transfronterer

Le 29 mai 2024

Museu Nacional d’Art de Catalunya

Parc de Montjuïc, Barcelona

La falsificació és un fenomen que forma part de la cultura monetària i que cal tenir present a l’hora d’estudiar la circulació de moneda. La seva universalitat conviu amb les fronteres polítiques i les trampeja, i no han estat pas rars els casos de falsificació de moneda d’un país en un altre aprofitant raons i oportunitats diverses. D’aquesta manera, perseguit, tolerat o fomentat —segons les circumstàncies del moment—, sempre hi ha numerari fals.

La falsificació de moneda constitueix una de les línies de recerca que s’ha explorat des de fa anys al Gabinet Numismàtic de Catalunya i que, lluny d’esgotar-se, sempre ofereix nous camins de treball. L’organització d’un segon col·loqui internacional d’estudi sobre la falsificació monetària, gairebé una dècada després del primer, així ho demostra. En el primer, es va incidir en la dualitat entre la fabricació legal i la falsificació. En aquest segon, es remarca la dimensió transnacional i transfronterera del fenomen en els darrers tres segles. La participació d’investigadors molt rellevants en aquest camp de recerca en àmbits territorials molt distants asseguren el rigor de les aportacions.

La celebració d’aquest segon col·loqui internacional també ha de permetre la confluència de tres línies de recerca independents sobre el fenomen, confrontar experiències d’investigacions molt diverses i explorar col·laboracions de futur. Tot plegat, amb la voluntat de retre comptes de la feina feta i a la recerca d’una transferència de coneixement, en un format obert, a tot el públic interessat en un tema sempre apassionant que té en el Museu Nacional una tribuna de difusió.

PROGRAMA

  • Benvinguda i presentació
  • Ponències

Le faux monnayage entre la France, la Navarre et l’Espagne au XVIIIe siècle. Criminalités plurielles et répression judiciaire. Olivier Caporossi. Université de Pau et des Pays de l’Adour

Un tresor de moneda falsa aragonesa al Moianès del primer quart del segle XVIII. Maria Clua. Gabinet Numismàtic de Catalunya / Museu Nacional d’Art de Catalunya 

  • Pausa

La Catalunya del segle XIX i el negoci transfronterer de la falsificació de moneda. Albert Estrada-Rius, Gabinet Numismàtic de Catalunya / Museu Nacional d’Art de Catalunya 

La falsificació de francs francesos a la Pobla de Claramunt a finals del segle XIX. Xavier Medina. Investigador independent

Indispensable al comercio: dinero falso, migraciones y conexiones atlánticas, 1880-1940. Diego Antonio Galeano. Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro

  • Taula rodona: La transnacionalitat en la falsificació monetària, balanç historiogràfic i reptes d’estudi i de col·laboració  

Moderador: Prof. Dr. Josep Capdeferro. Professor agregat de la Universitat Pompeu Fabra i codirector del projecte de recerca interuniversitari “Conflictos singulares para juzgar, arbitrar o concordar (siglos XII-XX)”.

Ponents: Prof. Dr. Olivier Caporossi, Prof. Dr. Albert Estrada-Rius i Prof. Dr. Diego Antonio Galeano

  • Conclusions i torn obert de paraula

Coordinació: Dr. Albert Estrada-Rius. Conservador en Cap del Gabinet Numismàtic de Catalunya

Amb la col·laboració de la Universitat Pompeu Fabra i el suport del projecte “Conflictos singulares para juzgar, arbitrar o concordar (siglos XII-XX)”

Colloque “Représentations festives sur les places publiques du Pays basque Nord. Où en sommes-nous?

Organisé à Bayonne par l’Ethnopôle basque, les 30 et 31 mai 2024.

Les traditions populaires ont une histoire et reflètent la société qui les produit. A l’encontre des théories les plus réductrices de la modernisation, bon nombre de fêtes traditionnelles basques ont non seulement perduré mais connaissent également un renouveau inattendu.
Pastorales, mascarades, carnavals, libertimendu, cavalcades constituent autant de registres d’occupation de la place publique plus vivants que jamais, et dont la persistance, la transformation et/ou la redécouverte génèrent leur lot de questions. Le colloque se donne trois objectifs principaux : établir un état de la question en matière de recherche sur ces formes festives ; recueillir les témoignages des acteurs contemporains et mettre en discussion leurs pratiques ; identifier les défis pour l’avenir de ces formes festives spécifiques. Centré sur les pratiques du Pays Basque nord, le séminaire proposera également une perspective comparative. Le colloque ouvrira un dialogue interdisciplinaire où se croiseront analyses théoriques et exemples de terrain.

Renseignements

Institut Culturel Basque / info@eke.eus

A noter : Vendredi 31 mai 2024

Panel 1 : Les pastorales, d’hier à aujourd’hui


11:05 “Etablir un lien entre chercheur et grand public dans les pastorales en Soule” – Emilie SENTUCQ Doctorante en anthropologie au laboratoire ITEM-UPPA

11:20 Discutante – Patricia HEINIGER-CASTERET, Maître de conférences en anthropologie à l’UPPA


Colloque Hybridations, porosités, polyvalences

Questionner les frontières en art

Du 2 mai au 3 mai 2024

Colloque international organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN, en collaboration avec l’Institut Heinrich Man.

 

Organisatrices

  • Sabine Forero Mendoza (Professeur des universités en Esthétique et Histoire de l’art contemporain, UPPA)
  • Magali Gentet (Directrice du Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Catherine Fontaine (Chargée des publics, Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Assistées de Matteo Gargiulo (doctorant en Histoire de l’art contemporain, UPPA)

Présentation

Caractérisé par la diversité des pratiques, des formes et des médiums, l’art actuel peut être très largement défini par la réfutation de toute clôture et placé sous le signe de l’hybridation. Son hétérogénéité constitutive, qui va au-delà du projet d’œuvre d’art totale et des logiques combinatoires déjà testées par les Modernes, se joue des partages instaurés entre les genres et les styles, brouille les hiérarchies et mêle les influences et héritages culturels. Bien loin du purisme greenbergien, qui voyait l’aboutissement de la modernité dans l’autarcie des arts « en sécurité à l’intérieur de leurs frontières » (Greenberg, 1940), les nouveaux régimes de la création se situent indiscutablement du côté de la transversalité, de l’échange et de « la prolifération de l’hybride » (Latour, 1991).
Ayant apprivoisé les nouvelles technologies, notamment numériques, les artistes expérimentent des modalités créatives inédites, en exploitant les possibilités de connexion, d’interrelation et de mixage qui leur sont offertes. Ils participent ainsi à la recomposition indéfinie des formules artistiques, en écho aux modifications profondes qui traversent les sociétés et à la mise en question généralisée  des affectations et des positions assignées.

L’élaboration de propositions intermédiales et transmédiales va de pair avec l’apparition d’une nouvelle identité artistique fondée sur la polyvalence : aujourd’hui, l’artiste se déclare rarement spécialiste et détenteur d’un unique savoir-faire. Se saisissant des divers moyens mis à sa disposition – techniques du son et de l’image, écriture, arts de la forme, de l’action et de la mise en espace –, il les utilise tour à tour ou les associe entre eux, en fonction de ses intentions et de ses volontés expressives.

Il lui arrive aussi d’endosser des rôles divers, se faisant, par exemple, commissaire d’exposition, metteur en scène, scénographe, organisateur d’événements culturels. Il s’aventure même en dehors du champ strictement artistique pour opérer des greffes avec d’autres disciplines proches (architecture, design, urbanisme, notamment) et favoriser des ensemencements féconds avec les sciences, qu’elles soient exactes, sociales ou humaines, trouvant dans « l’extra-disciplinarité » (Holmes, 2007) – qui n’est peut être qu’une in-discipline – de quoi revitaliser l’art, activer sa puissance signifiante et accroître ses effets sociaux.

Sabine Forero Mendoza

Programme

2 MAI
LE PARVIS CENTRE D’ART CONTEMPORAIN-CACIN – AU STUDIO

14h : Introduction Sabine Forero Mendoza et Magali Gentet

Paroles d’artistes

14h30 : Laurent Delom de Mézerac (artiste) : «diving in metaphors : stratégies et enjeux de la fabrique de l’hybride dans un projet de création de spectacle »
15h15 : Visite de l’exposition « Sweet Feast » d’Ulla von Brandenburg sous la conduite de Catherine Fontaine

[ Pause-café ]
16h45 : Conversation avec Olga Kisseleva (artiste, enseignante-chercheuse). Discutante Sabine Forero Mendoza
17h30 : Conversation avec Jean Bonichon (artiste). Discutante Corinne Melin (ESAD Pyrénées)
18h15 : Conversation avec Magali Daniaux et Cédric Pigot (artistes). Discutante Magali Gentet

[ 19h : Cocktail offert par Le Parvis ]

3 MAI
UPPA – SALLE DU CONSEIL LETTRES

Perspectives historiques
Médiatrice Delphine Trébosc (UPPA)

9h : Federica Carta (U. Paris Sorbonne) : « Un matériel polymorphe : Luca della Robbia et la terre cuite émaillée, entre sculpture, peinture et architecture »
9h40 : Hélène Bouquerel (UPPA) : « De la peinture au théâtre. Alexandra Exter (1882-1949) : une artiste polyvalente »
10h20 : Hélène Laplace-Claverie (UPPA) : « Le ballet comme creuset des arts dans l’entre-deux-guerres. L’exemple de La Création du monde (1923) de Blaise Cendrars, Fernand Léger, Darius Milhaud et Jean Börlin »

[ 11h : Pause-café ]
11h20 : Thierry Davila (HEAD, Genève) : « La ligne dans tous ses états »
12h : Beatriz Martinez Sosa (UPPA) : « L’hybridation artistique en place : quand l’exposition devient l’œuvre »

[ 12h30 : Pause déjeuner ]

Expérimentations contemporaines
Médiatrice Laurence Roussillon-Constanty (UPPA)

14h : Aline Wiame (U. Toulouse 2) : « Le dispositif d’enquêtes citoyennes
“Où atterrir ?” Réflexions sur une expérimentation de médiation arts- sciences »
14h40 : Marie Escorne (U. Bordeaux Montaigne) : « L’art mutant de Fabrice
Hyber : au risque de l’indistinction ? »
15h20 : Virginia de la Cruz (U. de Lorraine) : « Quand l’art éveille tous nos sens. Les œuvres interactives et immersives de Clemencia Echeverri et
Oscar Muñoz »

[ 16h : Pause-café ]
16h20 : Anna Sieradzka-Kubacka (artiste, théoricienne de l’art) : « L’hybridité comme caractéristique de l’image contemporaine en tant qu’“image élargie” »
17h : Maëlle Bardet (U. Toulouse 2) : « Recomposition et hybridation
dans une pratique plastique contemporaine. La figure mariale à l’épreuve de l’éclectisme »

[ 17h30 : Cocktail offert par l’Institut Heinrich Mann ]

DROITS D’INSCRIPTION POUR LA JOURNÉE DU 3 MAI (pour les personnes extérieures à l’UPPA) : 10 €

Renseignements et réservations

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ALTER
UR 7504 – Arts/Langages : Transitions & Relations
muriel.guyonneau @ univ-pau.fr
marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr

Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN
Catherine Fontaine : centredart @ parvis.net

Colloque international “Voces de papel: mujeres y prensa (siglos XIX-XXI)”

Aula Magna de la Facultad de Filosofía y Letras II

Universidad de Alicante

Du 29 avril 2024 au 30 avril 2024

Coordination scientifique

  • Helena Establier Pérez (Universidad de Alicante)
  • Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau – Université Rennes 2)
  • Laura Palomo Alepuz (Universidad de Alicante)

Contexte

  • Proyecto  de investigación “Género, cuerpo e identidad en las poetas españolas de la primera mitad del siglo XX” (AEI/10.13039/501100011033).
  • Projet de recherche  “Au-delà des Pyrénées: Patrimoines d’encre Transpyrénéens, de la Nouvelle Aquitaine à l’Espagne”, Nouvelle Région d’Aquitaine.  Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire ITEM.

Programme

Lundi 29 avril 2024

9:00 Inauguración del coloquio

9:15 Conferencia inaugural

Ángel Luis Prieto de Paula (Universidad de Alicante), “Testigo y algo más: Josefina Carabias en el advenimiento de la República”.

10:30 Pausa.

11:00-12:30 Creadoras en la prensa: de la posguerra al tardofranquismo

Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour), “La voz de papel de una exiliada: Carlota O’Neill en los años 50”.

Noémie François (Université de Pau et des Pays de l’Adour), “Hacia una evolución de las mentalidades: la labor de Concha Alos en la prensa española de los años 60 y 70”.

Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo), “La voz dibujada. Núria Pompeia en la revista Triunfo”.

12:30-14:00. Las poetas españolas del siglo XX en la prensa. I

Helena Establier Pérez (Universidad de Alicante), “El silencio herido: las poesías de Ernestina de Champourcin en prensa durante la guerra civil española”.

Ana Isabel Ballesteros Dorado (Universidad CEU San Pablo), “Poetas olvidadas en La Estafeta Literaria”.

María Isabel López Martínez (Universidad de Extremadura): “En el límite: redes de mujeres poetas en la revista Al-Motamid (1947-1956)”.

14:00-15:30 Pausa

15:30-17:00 Escritoras e intelectuales en la prensa: de los años veinte a la posguerra. I.

Celia García Davó (Universidad de Alicante): “El componente autobiográfico en los artículos periodísticos de Mercedes Pinto”.

Davide Mombelli (Universidad de Alicante), “María Zambrano y la cuestión del género ‘artículo’”.

Eva Álvarez Ramos (Universidad de Valladolid): “La formación inicial falangista del periodismo de posguerra: el papel de Gloria Fuertes en los suplementos infantojuveniles Flechas y Pelayos, y Maravillas”.

17:00-19:00 Escritoras e intelectuales en la prensa: de los años veinte a la posguerra. II.

Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau, Université de Rennes 2), “Blanca de los Ríos, periodista de élites: Voluntad (1919-1920)”.

Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo), “En voz baja: narraciones de la mujer en la prensa española (1923-1945)”. 

Anna Cacciola (Universidad Internacional de La Rioja): “Aurelia Ramos y la resemantización lírica y feminista de Caperucita roja en La Estafeta Literaria (1944)”.

Marisa Sotelo Vázquez (Universidad de Barcelona), “Concha Castroviejo, una novelista y periodista olvidada”.

Mardi 30 avril 2024

9:00- 10:30 Voces de papel desde el tardofranquismo hasta el siglo XXI

Inmaculada Rodríguez Moranta (Universidad Internacional de La Rioja), “Recuperación de la voz progresista de Carmen Kurtz en la prensa del tardofranquismo”.

Claire Furlan-Deloeuil, (Université de Bordeaux, Université Rennes 2), “Montserrat Roig, literatura y periodismo”.

Alejandro López Verdú (Universidad de Alicante), “Recuperación feminista de los mitos clásicos en el articulismo de Irene Vallejo”.

10:30- 11:00 Pausa.

11:00- 12:30 Las poetas españolas del siglo XX en la prensa. II

Isabel Navas Ocaña (Universidad de Almería): “Una poeta hablando de poetas: el periodismo literario de María Enciso en el exilio”.

Laura Palomo Alepuz (Universidad de Alicante), “Desde la vanguardia hasta el existencialismo: Rosa Chacel, crónica de una poética forjada en las revistas literarias”.

Rosa María Belda Molina (Grupo PoGEsp, Universidad de Alicante), “Los poemas de Angelina Gatell publicados en prensa en las décadas de los 50 y de los 60”.

12:30-14:00 Mujer, escritura y prensa en el siglo XIX

Pilar María Vega Rodríguez (Universidad Complutense de Madrid), “El periodismo de Robustiana de Armiño”.

Elisabeth Delrue (Université de Picardie Jules Verne), “Voces preponderantes en la prensa española de los siglos XIX (Dolores Aguado, Dolores Amor y Rico, Carmen Balmes) y XX (Josefina Codina Umbert)”.

José María Ferri Coll (Universidad de Alicante), “Carolina Coronado y el concepto de escritora en la prensa de su tiempo”.

Inscriptions et informations supplémentaires

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, organisent des journées de formation sur le Patrimoine Culturel Immatériel. Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003) : les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire, de valorisation et de sauvegarde du PCI tant sur le plan théorique que pratique. Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction s’interrogera sur le PCI et la gestion des communs fonciers d’un territoire. Salies-de-Béarn deviendra alors le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

La formation complète est réservée prioritairement aux étudiants de l’UPPA, il est toutefois possible d’assister gratuitement aux journées du lundi, mardi matin et mercredi matin en présentiel ou par visioconférence sur inscription en suivant ce lien.

Programme :

LUNDI 8 AVRIL
Mairie 
Place du Bayaa
64270 Salies-de-Béarn

9h Accueil / Introduction
Thierry Cabanne (Maire de Salies-de-Béarn)Alain Latrubesse (Part-prenants, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)

10h – « La Convention de l’UNESCO et le rôle des ONG pour le Patrimoine Culturel Immatériel » 
Laurier Turgeon (Professeur d’ethnologie et d’histoire,Directeur du Laboratoire d’enquête ethnologique et de multimédia de l’Université Laval, Québec) en visioconférence.

14h – « Question d’actualité autour de la politique du Patrimoine Culturel Immatériel en France » Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture).

16h – « Médiation et valorisation numérique du Patrimoine Culturel Immatériel »
Oihana Olazcuaga-Garibal (Responsable EAC et médiations numériques, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)

20h30 – Projection et débat
Film documentaire En commun, la propriété collective à l’épreuve de la modernité de Jean-François Joye et Olivier Chavanon ; avec la participation de Bernard Morlaàs (Part-Prenant, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée).

MARDI 9 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h –  « Les communs fonciers et le Patrimoine Culturel Immatériel »

Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture)

10h30 – Programme SUDOE LIVHES : « La valorisation du PCI comme vecteur de développement des territoires : présentation du Guide des bonnes pratiques et expériences pilotes »
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)
Marion Llorach (Chargée de mission développement local – Pôle Métropolitain Pays de Béarn).

14h – La lecture de paysage au prisme du PCI
(réservée aux étudiants de l’UPPA)

20h30 – Soirée conte
avec le conteur Fred Handy.

MERCREDI 10 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h – « Les communs fonciers, des réponses pertinentes aux problématiques territoriales contemporaines »
Jean-François Joye (Professeur de droit public à l’Université Savoie MontBlanc) en visioconférence

10h30 – Table ronde : « Les communs fonciers »
Dominique Cunchinabe (Anthropologue, ITEM EA 3002 – UPPA)
Rémy Berdou (Etnhologue – Responsable partenariats Etnopòle et de l’action territoriale Gascogne-Pyrénées, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)
Alain Latrubesse (Président de la Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

14h – Travail en ateliers (réservé aux étudiants de l’UPPA)

Méthodologie de l’enquête orale :Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Technique de la captation vidéo : Patrick Girard (Pyrène Production)
Analyses photographiques : Pierre Coudouy (Photographe professionnel)

JEUDI 11 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Matin : travail de terrain
Après-midi : travail de groupes
Traitement et classement des données
Sélection des photos et d’extraits sonores
Montages vidéo
Organisation des données pour les fiches d’inventaire et pages Wikipédia.

VENDREDI 12 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Suite des travaux de groupesTraitement et classement des données (fin)

Rédaction des fiches d’inventaire

Finalisation des outils de valorisation

Restitution par groupes de travail

Conclusion de la formation par Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Page de l’événement : https://occitanica.eu/items/show/60762

Quelques images…

Équitables mais pas égalitaires : les communs en milieu montagnard

19 avril 2024

Journée d’étude

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Programme

La journée d’étude “Équitables mais pas égalitaires : les Communs en milieu montagnard” est une manifestation scientifique gratuite et ouverte à un large public.

Ci-joint le lien Teams pour accéder à la journée à distance :

Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop) jeudi 18 avril, destiné aux chercheurs invités au séminaire ayant des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

Présentation

Entre les multiples plans étatiques nationaux (Stratégie nationale bas-carbone, Stratégie nationale pour la biodiversité 2030, etc.) et politiques culturelles internationales (Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 de l’ONU), les ressources naturelles sont l’objet d’une attention accrue autant que de pressions directes et indirectes exercées sur le milieu. Dans ce contexte politique, économique et social, la question des communs[1] environnementaux en milieu de montagne, propriétés collectives anciennes liées aux ressources naturelles, prend une nouvelle actualité.
Les différents usages de la montagne et les droits collectifs (glanage, pacage, coupes de bois, chasse, etc.), démontrant les liens étroits qu’entretiennent les sociétés locales avec la Nature, peuvent s’appréhender dans une large approche diachronique avec la transformation des communs historiques en communs environnementaux.
Ces derniers sont appréhendés comme des anthroposystèmes ou écosystèmes cultivés encore visibles : « habiter la montagne en société n’a pu se faire sans donner un statut à la terre et aux maisons, ni construire des sociabilités agraires afin de partager les ressources écosystémiques »[2]. La gestion des biens intercommunautaires en montagne, tels les eaux thermales, les forêts ou les pâturages, peut se décliner en modèles sociaux sous forme de parts-prenants, de l’affouage ou encore des accords de compascuité. Parfois perçue comme une organisation valléenne idéalisée sous forme de système de self- government[3], selon un angle libertaire développé au XXe siècle, la question des communs environnementaux démontre surtout les interactions complexes et protéiformes entre écosystèmes et systèmes sociaux pour gérer la ressource dans la durée.
Cette journée d’étude s’intéresse à la connaissance de l’évolution du milieu naturel et sa gestion par les sociétés locales montagnardes, mais aussi à comprendre la manière dont les individus, les groupes ou les institutions politiques négocient l’accès aux communs, leur usage ou encore leur contrôle. Il s’agit d’un objet d’étude pluridisciplinaire qui renvoie autant à ses racines historiques qu’à ses dimensions pratique et empirique, et offre d’intéressantes mises en perspectives systémiques. La question des communs environnementaux permet également d’apporter une réflexion critique sur ce concept et sur son rôle en tant qu’imaginaire social afin d’éclairer la fabrique du social[4].

Nous souhaitons établir une forme d’état de l’art de la question des communs environnementaux en milieu montagnard qui sera présentée lors de la journée d’étude du vendredi 19 avril aux étudiants du master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l’UPPA.

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop), jeudi 18 avril, autour des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

1] Voir notamment Elinor Ostrom, La Gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles [« Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action »], De Boeck, 2010, 300 p. ; Marie Cornu et al., Dictionnaire des biens communs, Paris, Quadrige, 2021, 1392 p. ; Jean-François Joye (dir.), Les « communaux » au XXIe siècle. Une propriété collective entre histoire et modernité, Presses universitaires Savoie Mont Blanc, 2021, 810 p. ; Sigrid AUBERT et Aurélie BOTTA (éd.), Les communs : un autre récit pour la coopération territoriale, Versailles, Quae, 2022, 275 p.
[2] Dominique Cunchinabe, « Le paysage des communs », Hau, 2020, n°15, p.
[3] Jean-François Soulet, « Sociétés, croyances et mentalités », dans Jean-François Soulet (dir.), Pyrénées, état des lieux, Morlaàs, Cairn, 2021, p. 339-375.
[4] Ghislaine Gallenga & Caroline Hervé, « Services publics : l’État face au commun », Anthropologie et Sociétés, 2019, n° 43, vol. 2, p. 9–21

Contact

Mathilde Lamothe

mathilde.lamothe@univ-pau.fr
Laboratoire ITEM UR 3002
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Chaire de professeur junior “Le patrimoine culturel immatériel
comme levier de développement des territoires (PCITER) en zones de montagne

Carnet de recherche PCITER : https://pciter.hypotheses.org/

Journée d’étude – Sexualités. L’intimité : entre normes et singularités

Cette journée d’étude, qui se tient le 12 avril 2024 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (amphithéâtre de la Présidence), propose d’explorer la question des sexualités de manière transdisciplinaire (histoire, archéologie, anthropologie et histoire de l’art) dans un cadre chronologique et géographique large.

Cet événement scientifique est organisé par les étudiants en master 2 “Histoire, Civilisation, Patrimoine” de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Cliquez sur le lien Teams pour assister à la journée à distance :

Rejoindre la réunion maintenant

Présentation

L’objectif de cette journée est de questionner l’expression des normes et des singularités sexuelles dans le paysage social, politique, culturel et religieux des sociétés anciennes et contemporaines. L’interaction des disciplines permet de décentrer les conceptions et les réflexions au travers de points de vue, d’approches et de méthodes différentes. L’intérêt réside dans le dialogue qui peut se créer avec l’aide de spécialistes invités, en questionnant la thématique à la lumière des enjeux actuels de nos sociétés. Comment étudier et appréhender l’intime et la singularité dans une société normative ? Une histoire de l’intimité est-elle possible, et à partir de quelles sources ? Quelles en sont les représentations ? Comment la norme impose un modèle et réprime les singularités ? Comment les singularités peuvent-elles bousculer les normes ?

Programme

  • 8h45  Accueil et introduction

Méthodologies de l’histoire des sexualités

  • 9h30     Pepe Marie-Anne (Université Nice Côte d’Azur) Histoire de la sexualité : les archives de l’intimité au XVIIIe siècle
  • 10h     Seguin-Orlando Andaine (CAGT, CNRS, Université Toulouse III) Sexualités préhistoriques : les apports ADN anciens
  • 10h30 Discussion
  • 10h50  Pause

La sexualité : quelle juridiction pour les violences ?

  • 11h     Allinne Jean-Pierre (Université de Pau et des Pays de l’Adour) La violence sexuelle dans les sociétés paysannes : le procès d’un violeur en série dans les Pyrénées à la fin du XVIIIe siècle
  • 11h30  Discussion
  • 11h45  Déjeuner

Les rites intimes : entre plaisirs de la chair et contraintes

  • 14h     Brouquet Sophie (Université de Toulouse Jean Jaurès) Le sexe, une arme de destruction massive
  • 14h30     Bresson Adrien (Université de Lyon – Saint Etienne) La sexualité à l’épreuve de la norme dans l’Antiquité tardive chez les poètes Ausone et Claudien
  • 15h  Discussion
  • 15h20  Pause

Représentations et perceptions des singularités sexuelles

  • 15h30     Watteau Diane (Université Paris I) D’un genre à l’autre, la fin des normes ?
  • 16h     Kins Tiphaine (Université catholique de Louvain) Pour une exploration des sexualités antiques entre normes et singularités : l’iconographie homosexuelle romaine
  • 16h30  Discussion et conclusion générale

Contact

master.hcp.uppa@gmail.com

D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau

Mme Patricia Heiniger-Casteret (ITEM-UPPA) est l’invitée d’un séminaire de recherche proposé par le Reserarch Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA) de l’Université de Timişoara en Roumanie.

Elle interviendra ce jeudi 14 mars 2024 à 16h sur le thème D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau (France).

La communication est accessible en ligne : https://meet.google.com/qdo-afsw-itv?authuser=0

Journée d’étude “Sombres Pyrénées. Récits et représentations”

Dans le cadre du programme euro-région Nouvelle-Aquitaine/Aragon PATMOS, Viviane Delpech (ITEM-UPPA) coordonnera le 8 mars 2024 une journée d’étude internationale intitulée “Sombres Pyrénées. Récits et représentations”.

Elle aura lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la journée à distance, via un lien Teams : Join the meeting now

PRÉSENTATION


Ce projet associant l’Université de Saragosse et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour s’intéresse aux interconnexions et aux échanges culturels entre les régions de Nouvelle-Aquitaine et d’Aragon.
À l’appui de recherches sur les arts, l’histoire, l’architecture et les paysages, le projet vise à mettre en évidence la valeur culturelle et patrimoniale du territoire pyrénéen en tant qu’entité culturelle à part entière avec sa cohérence interne et ses spécificités.

Entre autres publications et manifestations réalisées dans le cadre du programme PATMOS, cette journée d’étude visant à rompre avec la vision idyllique du romantisme se focalise de façon inédite sur la perception péjorative et les réalités (sociales, environnementales, géopolitiques) d’un territoire de montagne tel que les Pyrénées, et ce, à travers les âges (de l’antiquité à l’époque contemporaine) et selon une approche multidisciplinaire (histoire, histoire de l’art, géographie, muséologie).

PROGRAMME

9h45  Accueil et introduction

Le revers du voyage : perception de l’altérité et de l’exotisme
10h    
Laurent Callegarin (UMR IRAA – Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Les Pyrénées vues et vécues par les Anciens

10h30  Pause

10h45    
Viviane Delpech (UR ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour)      
La mort aux eaux : les stations thermales désenchantées 

11h15    
Guillermo Juberías (Universitat de Valencia)    

Les Pyrénées espagnoles au-delà du romantisme : visions picturales obscures à la fin du XIXème siècle

11h45  Discussion

12h  Déjeuner

Les dérives du géopolitique

14h    
Christophe Lastécouères (CEMMC – Université Bordeaux-Montaigne)

Chaînes pyrénéennes : les prisons de Blum et Mandel au fort du Portalet (1941-1942)

14h30    
Anna Biedermann (OAAEP – Universidad de Zaragoza)
Campos del olvido. Musealización y difusión del patrimonio trágico

15h  Pause

Quand les ressources défaillent 

15h15    
Sixto Marín (PUPC – Universidad de Zaragoza)        
Pueblos abandonados del Pirineo. Huella inalterada de la sociedad altoaragonesa preindustrial

15h45    
Anne Peltier (UMR Geode – Université Toulouse-Jean Jaurès)
Projection du documentaire Après la crue (2023), écrit par Anne Peltier et Jean-Marc Antoine, réalisé par Claire Sarazin ( Service de Production-Le Vidéographe / MIN : Université Toulouse-Jean Jaurès )

16h45  Discussion et conclusion générale

CONTACT

viviane.delpech@univ-pau.fr

Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM) - Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM) - Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)

JE “La dynastie des Foix-Albret rois de Navarre et souverains de Béarn”

Cette journée d’étude, à l’initiative de la Commission Transfrontalière de la Mairie d’Oloron-Sainte-Marie et l’association Transmetem, vient clôturer l’exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance” présentée du 02 au 24 février à la Villa Bedat à Oloron-Sainte-Marie.


Auditorium de la Villa Bedat

Oloron-Sainte-Marie

De 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h30

PROGRAMME


9h30 > OUVERTURE DE LA JOURNÉE PAR M. BERNARD UTHURRY
Maire d’Oloron Ste-Marie et président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn

9h45 > L E PROJET AcRoNavarre : LA RÉVÉLATION DES PRINCIPES DE GOUVERNEMENT DES ROIS DE NAVARRE
Durée 15mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le programme de l’Agence nationale de la recherche « AcRoNavarre » (2016-2022) a eu pour ambition d’établir une base de données d’actes produits entre 1484 (avènement à la couronne de Navarre des Foix-Albret) et 1594 (deux ans après le départ de la régente Catherine de Bourbon pour rejoindre son frère Henri IV à la cour de France).
Le nombre d’actes recensés approche, actuellement, les 7000 et s’appuie sur une source peu exploitée : le Trésor des chartes de la maison de Navarre des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

10H > CATHERINE DE FOIX, UNE REINE DE NAVARRE ET DAMESOUVERAINE DE BÉARN SAUVÉE DE L’OUBLI (1470-1517)
Durée 45mn – Álvaro Adot Lerga, profesor Ayudante Doctor à l’Université Complutense de Madrid, docteur en Histoire par l’UPPA
Catherine de Foix est la dernière reine de Navarre et dame souveraine de Béarn, avant la conquête de la Navarre par Ferdinand le Catholique en 1512-1513, puis par Charles Quint en 1521-1522. Au cours de cet exposé, nous mettrons en évidence les principaux aspects qui ont caractérisé le profil de cette reine de la Renaissance -femme de convictions, comme sa mère Madeleine de France- qui a dû régner et défendre son droit à gouverner en tant que femme, face à de puissants ennemis, toujours avec le soutien de son mari Jean d’Albret.
Oubliée et/ou sous-estimée selon des critères étrangers à la connaissance scientifique de l’histoire, son importante œuvre politique, réalisée dans un contexte politique européen très complexe et changeant, comme celui de la Renaissance, a été sauvée et étudiée grâce au programme international AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, XVe et XVIe siècles), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR), entre 2017 et 2023.

11H > LA GUERRE DE NAVARRE ET BÉARN
Durée 50mn – Peio J. Monteano Sorbet, Técnico Superior del Archivo Real y General de Navarra, auteur de Amaiur 1522 et de La conquista de Hondarribia entre España, Navarra y Francia 1521-1524.
Intervention en espagnol et traduction simultanée
C’est en 1512 que commença la guerre entre la Castille et la Navarre qui allait entraîner la conquête et le partage du royaume de Navarre en deux parties : la Haute-Navarre intégrée à l’Espagne et la Basse-Navarre, après un siècle d’indépendance, intégrée à la France. Dans ce qu’on appelle la guerre de Navarre se mêlent, en réalité, deux conflits : un conflit navarrais de type médiéval où s’affrontèrent agramonteses et beamonteses, et une guerre internationale, déjà moderne, où s’affrontèrent la France et l’Espagne pour l’hégémonie européenne. Pendant 17 ans se succèdent des campagnes militaires et des négociations diplomatiques. C’est ainsi que l’on peut parler de deux conquêtes : la premièrese déroula de 1512 à 1520 et se termina par la brève récupération du royaume en 1521 ; la seconde, de 1521 à 1529, où les affrontements continuèrent, s’acheva par la conquête de la Haute-Navarre par la Castille. Les souverains navarrais, Jean III et Catherine I, et leur fils Henri II, dépouillés de la Haute-Navarre, étaient aussi seigneurs de Béarn et, bien qu’il s’agisse d’une institution différente, ils recoururent à ce territoire pour leurs besoins économiques et en soldats. Les Béarnais, qui devaient aussi faire face à la menace d’absorption par la France, se virent ainsi mêlés à une guerre qui concerna tous les pays pyrénéens.

14H30 > ANDRÉ DE FOIX, SEIGNEUR D’ASPARROS (1490-1547), DE GÉNÉRAL DE L’ARMÉE NAVARRAISE À MENDIANT
Durée 60mn – Diego Téllez Alarcia, maître de conférences, Département des Sciences de l’éducation, Université de la Rioja (Logroño)
Intervention en espagnol et traduction simultanée.André de Foix, seigneur d’Asparros est, toujours aujourd’hui, un personnage problématique, d’un point de vue historique. Son principal mérite qui l’a fait passer dans l’histoire de France (et d’Espagne et du Béarn), c’est d’avoir mené, sur le terrain, la dernière tentative de récupération du royaume de Navarre, par la dynastie des Albret, au printemps 1521. Cette expédition fut patronnée par François Ier de France, et profita de la conjoncture conflictuelle en Castille provoquée par la révolte des Communards. Cette circonstance lui permit de débuter brillamment. Aussi bien la Basse- Navarre que la Haute-Navarre furent récupérées en un temps record d’un mois. Cependant, au début de juin, se termina cette inertie positive qui coïncidait avec la tentative d’invasion de la Castille (échec du siège de Logroño). La vitesse avec laquelle on avait gagné du terrain fut la même avec laquelle on le perdit. Le 30 juin, un mois et demi à peine après le début des opérations à Saint-Jean-Pied-de-
Port, Asparros était en déroute, définitivement, à la bataille de Noáin. Son armée était défaite, et lui, blessé et fait prisonnier. C’en était fini de sa bonne étoile politique et citoyenne, de même que, vite après, celle de sa famille. Cependant, André de Foix survécut à ces malheurs pendant plus de 25 ans. Nous analyserons sa trajectoire pour essayer d’éclairer cette biographie qui, jusqu’à maintenant, reste pleine d’ombres, de distorsions et de mythes 

15H30 > L’ADMINISTRATION DES ROIS DE NAVARRE AU NORD DES PYRÉNÉES À LA RENAISSANCE
Durée 50mn – Dénes Harai, ingénieur d’études, Docteur en histoire moderne, UPPA
En s’appuyant sur les recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre (2017-2023), cette communication fera le point sur le système administratif mis en place par les rois de Navarre, pour gouverner leurs possessions souveraines
(Basse-Navarre, Béarn) ainsi que leurs possessions féodales, situées au nord des Pyrénées à la Renaissance.

16H30 > LES CONSEILLERS ECCLÉSIASTIQUES DES ROIS DE NAVARRE
Durée 50mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le développement des États princiers à la Renaissance s’accompagne de la mise en place de conseils et d’une administration civile et judiciaire de plus en plus perfectionnés. Ces institutions politiques peuvent toutefois être amenées à traiter de questions relevant traditionnellement de l’ordre ecclésiastique. Pour cela les souverains de Navarre s’entourent de conseillers, membres du haut-clergé (les évêques de Lescar et d’Oloron notamment) comme la plupart des princes européens au cours de la première moitié du XVIe ; ils interviennent dans les champs de la moralité et de la bonne gestion de l’assistance charitable qui touchent au domaine de l’ordre public. La législation en ce domaine s’accroît au fur et à mesure de l’avancée dans le XVIe siècle et son volume prend une importance considérable sous le règne de Jeanne d’Albret, qui rompt avec Rome pour créer une nouvelle Église, inspirée du modèle calvinien. Elle recourt alors à des conseillers fidèles et compétents qui, n’étant plus désormais des clercs, interviennent directement dans la construction d’une nouvelle Église, en en définissant les contours institutionnels, et affirment sa légitimité de droit divin.

17H30 > CONCLUSION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE D’HISTOIRE

Formation et appropriation des frontières en Europe (XVIIe- XXIe siècles)

Journée d’étude “Formation et appropriation des frontières en Europe (XVIIe- XXIe siècles). Approches pluridisciplinaires (anthropologie, géographie et histoire)”.

Le 16 février 2024

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Pour assister à la journée à distance (lien TEAMS) :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

 

Argumentaire

Dans les traités internationaux du XVIIe siècle, de ceux de Westphalie (1648) à celui des Pyrénées (1659), la répartition des territoires se fait par énumération zonale, telle surface revenant à la souveraineté de tel prince. Mais, un siècle plus tard, les traités de l’ère de la délimitation relèvent d’une logique de projection textuelle de lignes, que l’on dit alors « divisoires », dans l’espace. Ainsi en est-il, par exemple, des négociations entre la France et le Piémont-Sardaigne (1760) ou l’Espagne (1785). Dans les textes de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les mots reproduisent donc le sillon qui doit relier les points d’abornement sur le terrain. Cela traduit un véritable bouleversement dans les rapports que les agents des États royaux entretiennent avec les espaces frontaliers.

Mais d’aucun(e)s diraient à bon droit que cette perspective demeure trop verticale et laisse peu de place aux populations, qui font en réalité bien plus que subir passivement la formation des frontières européennes. Dans le processus de délimitation (tracer un figuré linéaire sur une carte), de démarcation (réaliser un abornement) ou même dans la spécification de droits, jamais les populations locales ne sont absentes et jouent un rôle déterminant dans la construction d’un système frontalier. Cela signifie par conséquent que les frontières ne doivent pas être abordées comme des formes d’aliénation, mais plutôt comme une ressource, une rampe de lancement, un catalyseur de l’agentivité, l’inventivité, on a presque dit la virtuosité louvoyante des populations que les autorités ne peuvent ignorer.

Entre formation et appropriation des frontières, il y a là un couple de quasi antonymes qu’il s’agit de réconcilier.

Programme

Matinée


8h00  Accueil en salle Chadefaud (UPPA, Institut Claude Laugénie)

8h30

Maxime Kaci (maître de conférences en histoire, Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre, UR 2273)
Les frontières un enjeu de sociétés : populations frontalières et négociations diplomatiques (XVIIe- XVIIIe siècle, Europe)

9h10 
Jean-Yves Puyo (professeur de géographie humaine, UPPA– TREE, UMR 6031)
Délimiter une frontière : du respect des droits d’usage à la recherche d’évanescentes « limites naturelles » (Pyrénées, XVIIe-XIXe siècles)

9h50 
Paloma Puente Lozano (profesora ayudante doctora, géographie humaine, Universidad Carlos III de Madrid)
Territoire et frontière : concepts, acteurs, lieux (Espagne-Portugal)

10h20 Pause – café


10h50 
Francesco Olivo (doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Est-Créteil – CRHEC, UR 4392)
Des frontières dans les Alpes à la frontière alpine : l’histoire croisée comme méthode d’analyse (XIXe siècle) 


11h30 
Elena Casiriain (doctorante en anthropologie Université Toulouse Jean Jaurès – Universidad del País Vasco, LISST-CAS UMR 5193)
Faire et défaire la frontière au quotidien : vivre dans la région frontalière du Pays Basque aujourd’hui


 Après-midi

14h00
Reprise en salle Chadefaud (UPPA, Institut Claude Laugénie)

14h00-15h30
Atelier de travail et d’échange entre les intervenant(e)s et les étudiant(e)s

Après 15h30
Temps d’échange entre les intervenant(e)s

JE Frontières programme

Contact

benjamin.duinat@univ-pau.fr

Journée d’étude “Voyages aux Pyrénées. Récits et représentations”

Dans le cadre du programme euro-région Nouvelle-Aquitaine/Aragon PATMOS, Viviane Delpech (ITEM-UPPA) coordonnera le 26 janvier 2024 une journée d’étude internationale intitulée “Voyages aux Pyrénées. Récits et représentations”.

Elle aura lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la journée à distance, via un lien Teams : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

PRÉSENTATION


Ce projet associant l’Université de Saragosse et l’Université de Pau et  des Pays de l’Adour s’intéresse aux interconnexions et aux échanges culturels entre les régions de Nouvelle-Aquitaine et d’Aragon.
À l’appui de recherches sur les arts, l’histoire, l’architecture et les paysages, le projet vise à mettre en évidence la valeur culturelle et  patrimoniale du territoire pyrénéen en tant qu’entité culturelle à part entière avec sa cohérence interne et ses spécificités. 
Entre autres manifestations et publications réalisées dans le cadre du programme PATMOS, cette journée d’étude interroge les modes de représentations intellectuelles et visuelles de cet espace montagnard transfrontalier à travers le temps long (du Moyen-Âge au début du XXe siècle) et selon une approche multidisciplinaire (histoire, histoire de l’art, géographie).

PROGRAMME

9h45 Accueil et introduction

Session 1 : Regards sur une montagne incarnée 

10h  Véronique Lamazou-Duplan (UPPA – UR 3002 ITEM)
Jean Froissart : Voyage en Béarn… et aux Pyrénées ?

10h30 Pause

10h45 Dénes Harai (UPPA – UR 3002 ITEM)
Les Pyrénées dans l’écriture de l’enfance d’Henri IV

11h15 Jean-Yves Puyo (UPPA – UMR TREE)
La géographie militaire française et la découverte de l’altérité pyrénéenne (1750-1850)

11h45 Discussion

12h Déjeuner

Session 2 : Les Pyrénées, source d’inspiration pour les voyageurs


14h Viviane Delpech (UPPA – UR 3002 ITEM)
L’exotisme par l’habillement : costumes basques vus par les voyageurs du XVIe au XIXe siècle

14h30 Juan Ignacio Bernués Sanz (Universidad de Zaragoza – OAAEP)
El Alto-Aragón en la pintura francesa (1820-1920)

15h Pause

15h15 Guillermo Juberías Gracia (Universitat de València)
Ansó, une ville de l’Espagne noire ? Images artistiques et récits littéraires entre réalisme et symbolisme

15h45 Projection du film Sauvatge (2021), réalisé par Antoine Frioux, écrit par Benjamin Hourticq, produit par Ivresse Films et Scott Sports, avec Pierre Hourticq, Helias Millerioux et Victor De Le Rue (33 min)

16h30 Discussion et conclusion générale

Contact : viviane.delpech@univ-pau.fr

Séminaire conclusif international ANR AcRoNavarre

Le 14 décembre 2023

Musée national et domaine du château de Pau

Ce séminaire dresse le bilan des sept années de recherches menées sur les actes des souverains de Navarre (1483-1594) dans le cadre du programme ANR AcRoNavarre (2017-2023) réunissant historiens et archivistes de France et d’Espagne.

L’activité des membres et des partenaires du programme, le travail de recensement documentaire et son environnement numérique, les temps forts ainsi que les résultats du programme (publications, événements scientifiques, actions de valorisation, etc.) seront abordés lors de ce séminaire international.

 

Programme

9h15 : Introduction par les organisateurs (Philippe Chareyre, Dénes Harai et Álvaro Adot Lerga)

Le programme ANR AcRoNavarre dans son environnement

9h30 : Isabelle Baraille, vice-présidente à la recherche de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), Le programme au sein de l’UPPA

9h50 : Laurent Jalabert, directeur d’ITEM UR3002 (UPPA), Le programme au sein d’ITEM

10h10 : Paul Mironneau, directeur du Musée national et domaine du château de Pau, Le programme et le château

10h30 : Pause-café

10h40 : Gwladys Bernard, directrice des études à la Casa de Velázquez (École des hautes études hispaniques et ibériques), Véronique Gilles de La Londe, responsable du service des publications de la Casa de Velázquez, Le programme et la Casa de Velázquez

11h00 : Laurent Callegarin, directeur des Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour (PUPPA), Le programme dans l’activité des PUPPA

11h20 : Olivier Guyotjeannin, professeur à l’École nationale des chartes (ENC), Le programme et l’ENC [intervention en visio]

11h40 : Jacques Pons, directeur des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Le programme et les AD 64

12h00 : Pause déjeuner

Bilan du programme ANR AcRoNavarre

14h : Recensement d’actes, base de données, rencontres scientifiques

14h30 : Publications des résultats de la recherche : travaux publiés ou en cours de publication

15h : Opérations de valorisation (expositions, conférences grand public)

L’après-ANR AcRoNavarre

15h30 : Outils de recherche et de valorisation

16h00 : Perspectives de recherche

16h30 : Échanges et clôture du séminaire

17h00-18h : Visite guidée de l’exposition Poètes au Jardin. De Pétrarque à Shakespeare par Paul Mironneau, commissaire de l’exposition

18h-19h30 : Cocktail dînatoire

Une histoire environnementale de l’hydroélectricité

Colloque international

Du 6 décembre 2023 au 7 décembre 2023

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Le colloque “Une Histoire environnementale de l’hydroélectricité”, organisé par le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), avec le soutien de la Société française d’histoire politique (SFHPo) aura lieu les 6 et 7 décembre 2023 à Pau.

Comité d’organisation : Laurent Jalabert, Laurent Dornel, Sébastien Repaire

Comité scientifique : Anne Dalmasso, Laurent Dornel, Alexandre Fernandez, Steve Hagimont, Laurent Jalabert, Fabrizio Loreto, Javier Martinez, Jean-Michel Minovez, Sébastien Repaire, Alexis Vrignon

Argumentaire

L’hydroélectricité est l’une des premières filières de production d’énergie considérée comme renouvelable à avoir été développées à grande échelle en Europe. Depuis les premières centrales hydroélectriques à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, elle a joué un rôle clé dans la production d’électricité et a façonné les paysages là où s’implantaient les grands ouvrages. Ce faisant, le développement de l’hydroélectricité ne s’est pas réalisé sans impacts sur l’environnement, ceux-ci variant en fonction de l’ampleur et de la localisation des projets. La construction de barrages hydroélectriques a ainsi pu entraîner la submersion de vastes espaces et la modification d’habitats naturels, au risque de porter atteinte à la biodiversité et à la qualité de l’eau, tout en créant de nouveaux écosystèmes lacustres. De même, ces aménagements ont transformé les cours d’eau et leurs processus naturels (fluctuations du niveau de l’eau, accumulation des sédiments…), affectant ainsi les biotopes aquatiques. Enfin, au-delà des conséquences environnementales directes des ouvrages hydroélectriques, l’industrialisation permise par le développement de la « houille blanche » (scieries, papeteries, électrochimie, électrométallurgie, micro-centrales pour éclairage public et fourniture de force pour les ateliers et usines) a elle-même transformé les socio-écosystèmes à des échelles variables. 

Ces différents constats sont aujourd’hui à prendre en compte dans les choix qui président à l’élaboration du mix énergétique le plus décarboné possible. Ils justifient, s’il en était besoin, le recours à la perspective de l’histoire environnementale pour mieux comprendre le développement de l’hydroélectricité et son impact sur les territoires. S’inscrivant dans le sillage des nombreuses études qui interrogent les changements sociaux, économiques et techniques qui conditionnent et sont conditionnés par les énergies et leurs convertisseurs, ce colloque vise à répondre à plusieurs questions. Quelle histoire environnementale de l’hydroélectricité peut-on écrire ? Quels sont les apports de cette approche pour l’histoire des systèmes énergétiques, des politiques énergétiques et de leurs impacts économiques et sociaux ?

Ci-joint le lien Teams, valable pour assister aux 2 journées à distance :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Programme 

Mercredi 6 décembre 2023 (après-midi)

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

14h15. Ouverture du colloque

Accueil par Laurent Jalabert, directeur de l’unité de recherche ITEM

Introduction scientifique : Sébastien Repaire

Session 1 – Aspects industriels et technologiques

Présidence : Laurent Dornel

14h30. Marcela Efmertovà et Jan Mikeš (Université polytechnique de Prague). Vulnérabilité et limites techniques de l’hydroélectricité entre les deux guerres mondiales en Tchécoslovaquie : étude de cas de la centrale hydroélectrique « Hučák » dans la ville de Hradec Králové.

15h00. Isabelle Duval (Archéologue, Hydro-Québec). Site patrimonial, ethnohistoire et évolution technologique sur le site des aménagements hydroélectriques de Saint-Narcisse au Québec.

15h30. Philippe Pinet (Doctorant, Université du Québec, Montréal). La Direction Environnement d’Hydro-Québec : contexte, défi et orientations, 1970-1985.

16h00. Stéphanie Eveno (Anthropologue, Hydro-Québec). Appropriation des aménagements hydroélectriques par le milieu. Étude de cas au Québec.

16h30-17h00. Questions et débats.

Jeudi 7 décembre 2023

UPPA, Bâtiment des Lettres, Salle du Conseil

Session 2 – L’impact environnemental : enjeux écologiques, sociaux et culturels

Présidence : Laurent Jalabert et Julien Marchesi

9h00. Jo-Ansie Van Wyk (University of South Africa, Pretoria). A dam that does not exist: The Noordoewer/Viooldrift Dam on the lower Orange River between South Africa and Namibia.

9h30. Chiara Molinero (Doctorante, Université de Gênes). Le barrage de Brugneto (Italie) et ses effets temporels et spatiaux à plusieurs échelles.

10h00. Francesca Frisone (Université de Messine, Italie). The Dam of San Teodoro in Troina: emigration and the crisis of rural villages in post-war Sicily (1949-1953).

10h30. Questions et débats

10h45 : Pause café

11h00. Anna Safronova (ATER à l’Université Jean-Moulin Lyon 3). Peut-on critiquer un barrage quand il est la raison d’être d’une ville ? L’exemple de la station hydro-électrique la plus basse sur la Volga, à Voljski en Russie, 1958-années 1990.

11h30. Patrick Magloire Essomo Ngossia (Université de Douala, Cameroun). Le barrage hydroélectrique de Mekin au Cameroun : analyse des impacts d’activités sur la valeur universelle exceptionnelle de la réserve de faune du Dja au sud Cameroun

12h00. Questions et débats

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 – Politiques publiques

Présidence : Sébastien Repaire

14h00. Pierre Manenti (Directeur adjoint du cabinet de Dominique Faure, secrétaire d’État chargée de la ruralité). La politique énergétique de Charles de Gaulle, de l’hydroélectrique au marémoteur.

14h30. Marie-Claude Prémont (École nationale d’administration publique, Montréal). La reconfiguration politique d’un vaste territoire du Québec pour le développement hydroélectrique de la région de la baie James.

15h. Williams Pokam Kamdem (Université de Dschang, Cameroun). Hydroélectricité, expropriation et mobilisation collective au Cameroun.

15h30. Questions et débats

16h00. Mariajosé Recalde (Mastérante, EHESS). Le barrage hydroélectrique Hidroituango et les conflits socio-économiques autour de la paix en Colombie.

16h30. Mathieu Roy (Doctorant à l’Université du Québec, Montréal). L’aménagement du territoire au cours du projet hydroélectrique de la baie James : territorialités, environnement et conflits politiques (1971-1984).

17h00. Stéphane Savard (Université du Québec, Montréal). Le patrimoine archéologique des Premières Nations comme mesure des impacts en « écologie humaine », 1972-1985.

17h30-18h00. Questions, débats et conclusions du colloque

Les lieux de pouvoir à l’échelle des territoires avant et après la décentralisation

Journée d’étude organisée par la Fédération de recherche Territoires et le laboratoire Criham (axe Environnement, territoires, circulations), avec les laboratoires CEMMC (Bordeaux-Montaigne), ITEM (Université de Pau) et la Société française d’histoire politique – dans le cadre du programme de la Région Nouvelle-Aquitaine, ELURENAQ, sous la direction scientifique de François Dubasque (Université de Poitiers, Fédération Territoires, Criham).

Vendredi 17 novembre 2023 – 9h15 / 16h30

Poitiers, Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Maison de Poitiers
15 rue de l’Ancienne Comédie

Sur inscription préalable, jusqu’au 13 novembre

Programme

Matinée

9h15 / 12h15

• 9h15 – Accueil

• 9h30 – Laurent Jalabert, université de Pau et des Pays de l’Adour
Introduction à la journée

• 9h45 – Jérôme Grévy, université de Poitiers
Les mairies, lieu du pouvoir municipal. Quelques exemples dans le département de la Vienne

• 10h10 – Bernard Lachaise, université Bordeaux-Montaigne
De la sous-préfecture à l’Hôtel de ville : l’exemple de Ribérac (Dordogne)

• 10h35 – Discussion et pause

• 11h – Nadia Ayache, université Bordeaux-Montaigne
L’Hôtel du département du Lot-et-Garonne, un lieu de pouvoir inscrit dans la mémoire des Agenais

• 11h25 – Témoignage de Maxime Pedeboscq, conseiller municipal de Poitiers et vice-président en charge des Sports à Grand Poitiers Communauté urbaine

• 11h50 – Discussion

Après-midi

14h / 16h30

• 14h – Dominique Royoux, université de Poitiers
1980-2020 : l’évolution des nouveaux lieux du politique à Poitiers, reflet de la place grandissante des activités de services dans l’économie contemporaine

• 14h25 – François Dubasque, université de Poitiers
L’hôtel de région de Poitou-Charentes, l’affirmation d’un nouveau lieu de pouvoir à l’heure de la décentralisation ?

• 14h50 – Marie-Christine Bouneau et Sylvie Guillaume, université de Bordeaux-Montaigne
Le Conseil régional, de l’établissement public régional EPR (1972) au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : extension de l’espace et élargissement des compétences

• 15h20 – Discussion

• 15h40 – Marie Ferru, université de Poitiers
Conclusion de la journée

Informations complémentaires

Contact

François Dubasque
✉  francois.dubasque@univ-poitiers.fr

À consulter

> Programme