Archives de catégorie : Appel à communication

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et « jeux de société » dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.

Appel à communication Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

24-25-26 septembre 2015

Comité scientifique : Anne Emmanuelle BERGER (Paris 8), Christian BOIX (UPPA), Philippe CHAREYRE (UPPA), Maurice DAUMAS (UPPA), Abel KOUVOUAMA (UPPA), Nadia MEKOUAR-HERTZBERG (UPPA), Marta SEGARRA (Université de Barcelone), Sylvie MOUYSSET (Toulouse-Le Mirail), Mercedes YUSTA (Paris 8).

Les disciplines concernées sont l’anthropologie, la création artistique, le droit, la géographie, l’histoire, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychanalyse, la psychologie et la sociologie.

Les propositions, accompagnées d’une page de présentation, doivent être adressées à Maurice Daumas, PR Histoire moderne (laboratoire ITEM) ou à Nadia Mekouar-Hertzberg, PR Espagnol (laboratoire LLCAA) : mau.daumas@wanadoo.fr et nadia.mekouar-hertzberg@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication sur le site de la fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages » (FR 4153)

Appel à communication. Les « anthro-Pau-logiques »

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Appel à communication « Pays pyrénéens et environnement », Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.

 

Appel à communication – Colloque international « Les échos internationaux de la Révolution des Œillets ». Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr