Archives de catégorie : Appel à communication

Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le théâtre du XXIe siècle

Congrès international de l’AITS21 (Asociación Internacional de Teatro Siglo 21)

En hommage au Professeur José Romera Castillo, Président d’honneur de l’AITS21

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T

Université de Pau et des Pays de l’Adour

12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution. 

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une œuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre classique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.  

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) : 

– L’Histoire dans le Théâtre. 

– Le Théâtre et la Mémoire.  

– Le Théâtre comme Patrimoine. 

– Le Patrimoine comme Théâtre. 

– Identité, altérité, discrimination, sur scène. 

*

Inscription : 

Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants). Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com

*

Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.

Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne. 

Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.

Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.

*

Comité d’organisation :

Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED. 

Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

*

Comité scientifique :

Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.

Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA). 

Ana R. Calero, Universitat de València.

Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid). 

Gabriela Cordone, Université de Lausanne.

Rosa de Diego, UPV/EHU.

Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).

Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour. 

Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.

Veronica Orazi, Università di Torino.

Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid

Isabelle Reck, Université de Strasbourg

Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.

Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Responsable :

Beatrice bottin

url de référence

https://theatre-plateau.unistra.fr/asociacion-internacional-de-teatro-siglo-21/los-congresos-de-la-aits21/iv-congreso-de-bayona-francia/

adresse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Les médias : le Quatrième pouvoir?

APPEL A COMMUNICATIONS

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.


LIEU d’ACCUEIL : PAU en visio-conférence et en présentiel
Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en collaboration avec l’Université Rennes 2. Si le contexte sanitaire nous y oblige, il se tiendra en semi-présentiel. Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais. La durée des communications sera de 20 minutes. Les débats se feront dans les langues choisies par les communicants et par le public. Il est demandé d’envoyer une proposition de communication (200 mots), accompagnée d’un court CV (100 mots, filiation académique et adresse électronique) ou une proposition de panel (avec les CV de tous les participants) à l’adresse memita@unipa.it avant le 1.09.2022, en
précisant toujours “PAU 2022” dans l’objet du message.


Les participants sont priés de préciser, même provisoirement, leur préférence de participation : en présence ou en ligne. Les réponses aux propositions seront communiquées avant le 30.09.22.
La publication des résultats des travaux prendra la forme d’un volume et/ou d’une monographie en revue.

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Conseil scientifique:
– Laurent Jalabert (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Christine Rivalan Guégo (Université Rennes 2)
– Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2)
– Nathalie Brillant Rannou (Université Rennes 2)
– Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Agnieszka Woch (Uniwersytet Łódzki, Polonia)
– María Matesanz (Universidad Complutense de Madrid, España)
– Mostafa Ammadi (Université Abdelmalek Essaadi, Maruecos)
– Catalina Fuentes (Universidad de Sevilla, España)
– Rosa María Mateu (Universitat de Lleida, España)
– Oleksandr Pronkevich (Petro Mohyla Black Sea National University, Ucrania)
– Astrid Santana (Universidad de La Habana, Cuba)
– Isabel Duarte (Universidade do Porto, Portugal)
– Enric Bou (Università degli Studi ‘Ca’ Foscari’ di Venezia, Italia)
– Aldina Marques (Universidade do Minho, Portugal)
– Tzina Kalogirou (National and Kapodistrian University of Athens, Grecia)
– Astrid M. Fellner (Universität des Saarlandes, Alemania)- Germana Volpe (Università degli Studi ‘L’Orientale’ di Napoli, Italia)
– Jorge Latorre (Universidad Rey Juan Carlos de Madrid, España)
– Segundo Anacona (Universidad Pontificia Bolivariana de Medellín, Colombia)
– Teresa Fiore (Montclair State University, USA).

Appel à communication “BD et environnement “

Appel à communication “BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)”

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD »

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.


Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société2 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte3 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 4 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.


Cet appel à communication vise plus particulièrement à étudier le traitement des questions environnementales par le grand domaine de la Bande Dessinée durant les temps pré transition studies « toutes puissantes », à savoir avant 2010. En effet, de nos jours et pour le cas français, nombreuses sont les controverses environnementalistes traitées par le support BD : citons entre autres le développement « inexorable » des algues vertes nappant les plages bretonnes (Inés Léraud, Pierre Van Hove, Algues vertes – l’histoire interdite, la revue dessinée/Delcourt, 2019), les ravages sanitaires découlant des épandages massif dans les Antilles françaises de chlordécone entre 1973 et 1992 (Jessica Oublié, Vinciane Lebrun, Katherine Avraam et Nicola Gobbi, Tropiques toxiques – le scandale du chlordécone, Les Escales, 2020) ou encore le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Gaspard d’Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, Cent mille ans – Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, la revue dessinée/Seuil, 2021 ; Étienne Davodeau, Le Droit du sol – journal d’un vertige, Futuropolis, 2021).


Ainsi, par exemple, si le rôle fondateur joué en France par le dessinateur Pierre Fournier (1956-1973) a été déjà étudié5 , beaucoup reste à faire. Par exemple, les scénarios des BD publiées dans les années 1970 (« albums » comme « illustrés » reflètent-ils les thématiques interrogées par la toute jeune écologie politique, incarnée par la candidature de René Dumont aux élections présidentielles du printemps 1974 ? Retrouve-t-on dans leurs pages la contestation de l’extension du camp militaire du Larzac, du « tout voiture », des habitats collectifs de type « grands ensembles », le traumatisme réel engendré en Bretagne par le naufrage de l’Amoco-Cadiz (1978) ou encore les mobilisations populaires contre la construction des centrales nucléaires (Fessenheim, 1971 ; Bugey, 1971 ; Plogoff, 1978-1981 ; Port-de-Lanne, 1980 ; Golfech, 1980-1981 ; etc.) ? Et ces événements, alors largement médiatisés, sont-ils à l’origine de nouvelles fictions ?


De même, le I er Sommet de Terre tenu à Stockholm (juin 1972) initiant une première collaboration internationale dédiée à l’amélioration des conditions de vie (« Une seule
Terre ») et aboutissant au lancement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a-t-il eu un retentissement direct sur les productions de bandes dessinées ? Et quelque vingt ans plus tard, quels furent sur ce même plan les effets du Sommet de la Terre de Rio-de- Janeiro qui assura une promotion formidable à la notion de sustainable development (développement durable « en français de France » vs développement soutenable pour les Québécois) ?


Au final, les organisateurs ne souhaitent pas restreindre le type éditorial des bandes dessinées étudiées (des albums traditionnels aux mangas en passant par la grande diversité
des « illustrés » : hebdomadaires, mensuels et autres fumetti – « BD de hall de gare »), ni les genres visés (SF, anticipation, « réaliste », westerns, super-héros, etc.) et encore moins les pays d’édition et/ou d’origine des auteurs.

Comité d’organisation


Julie Gallego, maîtresse de conférences de latin à l’UPPA (laboratoire ALTER)
Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (laboratoire ITEM)
Jean-Yves Puyo, professeur de géographie à l’UPPA (laboratoire TREE)

Calendrier


Ouverture de l’appel à participation : I er juin 2022


Les propositions de communications sont à envoyer aux adresses suivantes :


julie.gallego @ univ-pau.fr

laurent.jalabert @ univ-pau.fr

jean-yves.puyo @ univ-pau.fr


Le résumé (fichier .doc, .docx, .odt ou pdf) sera présenté en 500 mots +/-10%, en Times New Roman, taille 12, avec maximum trois illustrations. Le corpus retenu sera indiqué avec précision.
Les propositions feront figurer les coordonnées précises du ou des auteur(e)s (nom, prénom, université, adresse électronique et numéro de téléphone), ainsi qu’une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum présentant l’auteur et ses principales recherches en lien avec la bande dessinée.


Appel prolongé jusqu’au 20/09/2022

Réception des propositions jusqu’au 20/09/ 2022

Retour aux participant(e)s vers le 30 septembre 2022


Journée d’étude : 2 décembre 2022 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (campus de
Pau)

 

Comité scientifique :

Duplan-Lamazou Véronique, MCF en histoire médiévale (UPPA)

Chauvaud Frédéric PR en histoire contemporaine (Université de Poitiers)

Laffage-Cosnier Sébastien, MCF HDR en STAPS (Université de Franche-Comté)

Meunier Christophe, PRCE en géographie, INSPÉ centre Val-de-Loire

Venayre Sylvain, PR en histoire contemporaine (Université de Grenoble-Alpes)

Vrignon Alexis, MCF contractuel (UPPA)

Appel à communications – Congrés AITS21

IV Congrès International de l’Asociación Internacional de Teatro Siglo 21
“Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le Théâtre du XXIème siècle


En hommage au Professeur José Romera Castillo , Président d’honneur de l’AITS21.

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T


Université de Pau et des Pays de l’Adour
12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution.

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une oeuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre nclassique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale.

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) :
-L’Histoire dans le Théâtre.
-Le Théâtre et la Mémoire.
-Le Théâtre comme Patrimoine.
-Le Patrimoine comme Théâtre.
-Identité, altérité, discrimination, sur scène.


Inscription :
Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants).

Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com


Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) ainsi qu’une brève présentation biobibliographique sont à envoyer avant le 20 septembre 2021 à l’adresse suivante : beatrice.bottin@univ-pau.fr

Les réponses aux propositions seront communiquées le 4 octobre 2021 avec la feuille de style et les normes, ainsi que les frais et les modalités d’inscription.
Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.
Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne.
Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.
Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.


Comité d’organisation :
Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


Comité scientifique :
Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.
Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA).
Ana R. Calero, Universitat de València.
Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid).
Gabriela Cordone, Université de Lausanne.
Rosa de Diego, UPV/EHU.
Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).
Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.
Veronica Orazi, Università di Torino.
Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid
Isabelle Reck, Université de Strasbourg
Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.
Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Appel à communications-Cahiers d’Histoire immédiate n°57

L’ Argentine, vingt-ans après la crise

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (INAP-Université du Chile) & Dario Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

Au cours du mois de décembre 2001, les Argentins sont descendus dans les rues des principales villes du pays aux cris du désormais célèbre slogan «Qu’ils s’en aillent tous!», adressé aux acteurs de la représentation politique. Latente depuis plusieurs années, cette colère citoyenne s’est rapidement muée en révolte populaire, laquelle a entraîné la chute du gouvernement et l’ouverture d’un nouveau cycle politique. À bien des égards, la crise a alimenté les espoirs d’un renouvellement de la démocratie dans sa nature représentative et permis d’entrevoir la mise en place d’un nouveau modèle macro-économique. De fait, l’arrivée circonstancielle de Néstor Kirchner au pouvoir en 2003, son bras de fer contre les institutions financières internationales et certaines prises de position emblématiques (en faveur des droits de l’homme notamment) ont marqué un consensus de rupture avec la décennie néolibérale précédente, qui a également été poursuivi par son épouse, Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015). Toutefois, outre les soupçons de corruption qui ont pesé sur leurs mandats respectifs, l’un comme l’autre ont été accusés de reproduire les modalités traditionnelles d’exercice du pouvoir en Argentine. Quant au gouvernement de Mauricio Macri (2015-2019), il a renoué avec un certain nombre de préceptes néolibéraux, dont on peut tracer l’origine dans certaines mesures de libéralisation prises durant les années 1990. Malgré ses promesses de campagne, le pays n’a pas non plus connu de recomposition institutionnelle significative. Se pose donc la question de la continuité ou de la rupture qu’a pu incarner, dans une perspective historique de moyen terme, cette fameuse «crise de 2001».

Aujourd’hui, il nous semble non seulement possible mais également nécessaire de poser un regard neuf sur le cycle politique ouvert par les événements de décembre 2001 qui ont fait basculer le pays dans une soudaine acéphalie institutionnelle (succession de 5 présidents en 10 jours) et l’ont fait plonger dans une durable crise économique. Afin d’apporter de nouvelles clés de lecture sur ce passé immédiat, il nous paraît important de décloisonner les disciplines (science politique, histoire, droit, économie, sociologie, etc.) et de valoriser différentes méthodologies (analyses qualitative et/ou quantitative, approche ethnographie, analyse des discours, etc.). Pour la cohérence de ce dossier thématique, mais sans prétention d’exhaustivité et sans nier les interconnexions possibles, les propositions d’articles devront idéalement porter sur l’un de ces cinq axes :

  1. Les cycles électoraux: les leaderships et les partis politiques.
  2. Les acteurs de la protestation sociale et les nouvelles formes de présence citoyenne dans l’espace public.
  3. Les politiques publiques et les relations État-Société.
  4. Les pratiques discursives, les représentations et les imaginaires.
  5. La projection internationale du pays et sa place dans le monde.

Informations générales

En sus de l’introduction générale, ce numéro thématique comptera entre 6 et 7 articles.

Les articles doivent être rédigés en français et feront 30000 signes maximum, notes comprises. Les normes éditoriales seront communiquées ultérieurement aux auteurs des propositions retenues.

Des recensions de 5000 signes max. sur des ouvrages récents (moins de 4 ans à la date de publication, soit 2018) portant sur l’Argentine contemporaine sont les bienvenues. Merci de prendre contact préalablement avec les coordinateurs.

Suggestion d’ouvrages pour recension :

-Juan Manuel Abal Medina, La democracia argentina en el último siglo, Buenos Aires, EUDEBA 2019.

-Alejandro, Grimson,¿Qué es el peronismo? De Perón a los Kirchner, el movimiento que no deja de conmover la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 2019.

-Noam Lupu, Virginia Oliveros, Luis Schiumerini (Eds.), Campaigns and Voters in Developing Democracies: Argentina in Comparative Perspective, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2019.

-Mariana Gené, La rosca política. El oficio de los armadores delante y detrás de escena (o el discreto encanto del toma y daca),Buenos Aires, Edición Siglo XXI, 2019.

-Gabriel Vommaro,Mariana Gené (compiladores), Las élites políticas en el Sur. Un estado de la cuestión de los estudios sobre la Argentina, Brasil y Chile, Buenos Aires, Ediciones UNGS, 2018.

-Denis, Merklen, Étienne Tassin, La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, Editions de l’IHEAL, 2018.

Les propositions d’article doivent être envoyées aux deux coordinateurs du dossier aux adresses suivantes :damien.larrouque@sciencespo.fr & dario.rodriguez @ paris-sorbonne.fr

avec copie au rédacteur en chef de la revue laurent.jalabert @ univ-pau.fr

Calendrier prévisionnel

  • Envoi des propositions : 15 septembre2020
  • Acceptation des propositions : 1er octobre 2020
  • Envoi des manuscrits : 15 janvier 2021
  • Processus d’évaluation et reprises : janvier-juin 2021
  • Envoi du dossier complet au comité de rédaction : 15 juin 2021
  • Processus éditorial (actualisation / ajustements éventuels) : septembre-octobre 2021
  • Publication : novembre 2021

Appel à Communications – Cahier d’Histoire immédiate

Dossier spécial du Cahier d’histoire immédiate (2021)

“La crise syrienne et la question kurde (2011-2021)”

La révolution syrienne qui éclate en mars 2011 et le conflit internationalisé qui s’en suit tendent à reconfigurer les données d’un Moyen-Orient qu’on pensait déjà complexe. Au fil des événements qui secouent la région, on trouve notamment les Kurdes de Syrie, visibilisés progressivement comme des acteurs à part entière dans le conflit. Finalement, diabolisés ou héroïsés, volontairement ou malgré eux, les Kurdes de Syrie, de Turquie et d’Irak, se retrouvent ainsi pris, à divers degrés, dans la tourmente à la fois syrienne et internationale. Notre recherche se situe donc d’emblée à deux échelles : celle du terrain, des groupes en présence et de l’évolution du conflit, et celle du discours façonnant une grille de lecture sur les Kurdes et le conflit auquel ils prennent part.

Car dans cette révolution, devenue guerre civile puis guerre internationalisée, on perçoit surtout les acteurs visibles et visibilisés du conflit. Or, notre regard doit aussi porter sur ceux qui définissent la grammaire du conflit en cours pour mieux en orienter les lectures. Parmi les chercheurs également, la question kurde tend à déchaîner les passions. Or, il s’agit pour nous ici, selon la formule de l’historien et politologue Hamit Bozarslan, de « rompre avec l’hypothèse de la singularité kurde  » et d’éclairer le lecteur en faisant part des imbrications avec les thématiques nationales des différents États concernés. Les 10 ans du conflit « syrien » sont donc l’occasion de faire un état des lieux des usages de cette « question kurde ». D’ailleurs, la guerre en Syrie en a-t-elle dévoilé de nouveaux usages ? 

Une réflexion multiscalaire et multidisciplinaire permettra d’interroger le contenu effectif de cette rhétorique. Revendiquer une spécificité kurde, c’est aussi l’occasion de présenter une grille de lecture ethnicisée du conflit en cours, reléguant à l’arrière-plan les premiers slogans de dignité et de démocratie brandis par les Syriens. Rien d’étonnant en soi, l’instrumentalisation de la fameuse question kurde à des fins politiques reprend de plus belle entre les acteurs régionaux et internationaux. Alors que les tractations se font dans les sommets internationaux, du côté des intéressés, on subit surtout l’exode, la destruction et la radicalisation, parallèlement au renforcement des luttes entre les élites locales et de la construction des pouvoirs respectifs. C’est pourquoi il est nécessaire d’opérer un désenclavement de la question kurde pour mieux saisir certaines logiques en cours.

Il s’agira de définir les différentes utilisations de la question kurde dans l’interprétation du conflit : à quel moment cette grille de lecture s’est imposée ? Pour quels buts politiques ou militaro-stratégiques ? Afin de mieux interroger le concept de question kurde, qui s’avère en fait plurielle, nous souhaitons décrypter les différentes réalités sociales et politiques observables sur le terrain. Comment le conflit a-t-il été vécu par les acteurs dits kurdes ? Après l’élan d’ethnicisation, une fois l’illusion retombée, comment re-fabriquer le tissu sociétal ? Dans une situation post-conflit, quel sens donne-t-on à cette question kurde ? Qui se considère partie de cette « question » ? Cela peut nous amener à nous pencher sur les Kurdes « à la marge », qui ne s’identifient pas aux mouvements kurdes – ou n’y sont plus identifiés – et sont touchés par la paupérisation ambiante. Ces regards en marge peuvent nourrir des approches plus inclusives nous mettant à l’abri des biais ethnicisant et nationalistes. L’objectif sera ici de montrer à partir d’articles de terrain la diversité des socialisations kurdes en dehors des étiquettes habituelles et traditionnelles, notamment imposées par les élites politiques, qui prennent le dessus dans les analyses et écrasent les sociétés civiles et les individus. 

Les coordinateurs de ce numéro spécial encouragent une recherche qui se libère du poids du politique et des différents nationalismes pour mieux observer les réalités du terrain et les utilisations récentes de la question kurde dans le contexte syrien. Les articles de terrain récents qui montrent la diversité des réalités sociales et politiques dites kurdes ainsi que toute autre approche innovante, collaborative ou multidisciplinaire (sciences politiques, histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, sociologie, etc.) seront particulièrement appréciés.

Modalités de soumission

Les collègues intéressé(e)s par cet appel à contributions sont prié(e)s d’envoyer dans un premier temps une proposition d’article résumée d’environ 250 mots, ainsi qu’un titre et une courte notice bibliographique, avant le 15 juin 2020 aux coordinateurs de ce numéro spécial : 

Laurent Dissard (laurent.dissard@univ-pau.fr)

Solène Poyraz (solene.poyraz@gmail.com)

Les articles choisis (max. 45 000 signes espaces, notes et bibliographie compris) seront à envoyer avant le 1er octobre 2020. Ils feront l’objet d’une double évaluation anonyme et de demandes de modifications éventuelles avant acceptation définitive. La publication est envisagée en février 2021.

Bourse Doctorale en histoire contemporaine

 

Le laboratoire ITEM (EA3002), de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA, E2S), lance un appel à candidature pour une allocation doctorale dans le cadre du projet de recherche ELURENAQ (Les élus de la Région Nouvelle Aquitaine de 1986 à nos jours) pour une durée de 36 mois, soit 3 années universitaires. Le projet est un partenariat entre les laboratoires ITEM (UPPA), CRIHAM (Université de Poitiers) et CEMMC (Université Bordeaux Montaigne).

Profil de la recherche

Le projet ELURENAQ vise à porter une analyse sur la place et le rôle des élus de la décentralisation de la région Nouvelle Aquitaine entre 1986 et 2016. S’appuyant sur les travaux en cours sur l’évolution de la vie politique française depuis le milieu des années 1980, dans une perspective historique, il s’agira principalement de réfléchir aux recompositions du champ politique en oeuvre sous la Ve République à partir des années 1980 : émergence d’une nouvelle classe politique ? Prise en compte par les « notabilités » de la nouvelle collectivité ? Perception de la nouvelle assemblée par les élus ? Par les groupes politiques ? Par les opinions ? Il s’agit de mener une réflexion sur le caractère territorialisé de la démocratie française, en mesurant les enjeux et la portée de la décentralisation à l’échelle de la région en termes d’élections, de pouvoir, de politiques publiques ou identités. L’analyse des liens entre les élus régionaux et la nouvelle collectivité sera en effet approchée du point de vue de la mise en place de nouvelles politiques publiques incluses dans le champ des compétences dévolues aux régions dans le cadre réglementaire et ce au travers de quelques exemples qui seront définis par l’équipe des chercheurs, en fonction des sources disponibles. L’objectif vise donc à appréhender la perception par les élus du nouvel espace qu’ils ont à diriger depuis les lois de décentralisation. L’approche historique par la moyenne durée de l’historien (ici 30 ans), permettra d’observer et de mieux comprendre la construction de nouveaux liens entre les élus et leurs territoires. Elle nécessitera toutefois d’éclairer également la gestation de la régionalisation politique à partir de l’expérience des années 1970-1980 qui ont vu s’installer, à la tête des conseils régionaux, des figures politiques de premier plan telles que Jacques Chaban-Delmas, André Labarrère (Aquitaine), René Monory (Poitou-Charentes) ou encore André Chandernagor (Limousin).

Plus spécifiquement, la recherche doctorale menée dans le cadre de la bourse de thèse, sera essentiellement orientée sur une prosopographie des élus régionaux de la Nouvelle Aquitaine depuis la première élection au suffrage universel direct en 1986 (les trois sous-ensembles régionaux Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine seront pris en considération). Elle s’appuiera sur des enquêtes dans les archives des institutions régionales passées et celles de la NRA, et sur des enquêtes orales menées au sein de l’ensemble du territoire. Il s’agira d’interroger les processus de l’émergence d’une nouvelle fonction d’élus au sein de la Nouvelle Aquitaine dans le contexte de la France de la fin du XXe et du début du XXIème siècle.

Le doctorant s’efforcera d’établir une liste des élus par département, puis il procèdera à des recensions biographiques succinctes qui seront ensuite complétées par des études plus approfondies en fonction de l’importance de l’élu dans la collectivité. Les élus seront alors groupés selon une typologie à construire, puis certains d’entre eux interrogés par l’équipe des chercheurs de façon systématique. Les entretiens seront individuels de façon dominante, et semi-directifs. Il n’est pas exclu de mener quelques entretiens collectifs. Les élus en place ne seront interrogés que sur la période antérieure au mandat qu’ils exercent aujourd’hui.

Inscription et présence administrative

Le doctorant sera inscrit à l’ED SSH de l’Université de Pau sous la Direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA, avec une co-direction assurée par François Dubasque (Université de Poitiers).


Le doctorant sera astreint aux règles de l’ED SSH de l’UPPA. La thèse n’excèdera pas les trois années (soutenance entre septembre et décembre 2022). Le doctorant sera quotidiennement présent au laboratoire ITEM de l’UPPA (salle des doctorants) sur le site de Pau, avec un bureau prévu à cet effet, en dehors des missions de terrain inhérentes au projet. Un budget d’accompagnement spécifique (matériel, missions) est prévu dans le projet ELURENAQ. Il suivra les formations obligatoires de l’ED SSH. Il sera présent à toutes les rencontres scientifiques et administratives inhérentes au projet. Un service d’enseignant de 48H00 ETED annuel pourra être envisagé en accord avec le directeur de recherche. Le montant de l’allocation est d’environ 1 750 € (brut mensuel) (hors charge enseignement éventuelle), avec cotisation retraite et sous le régime général de la sécurité sociale.


Les candidatures sont à expédier par courrier mail avant le 30 septembre 2019 à :
laurent.jalabert@univ-pau.fr comprenant:


– CV
– Lettre de motivation
– Fichier PDF du mémoire de master 2
– Lettre de recommandation du directeur de recherche de Master


Un entretien d’audition est prévu début octobre (possibilité d’entretien par visio conférence).

 

 

Appel à communication Voyage

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions “L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain”

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la “longue marche de la modernité africaine”, Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il “existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société”. A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, “d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie”. Jean Copans montre comment “Le processus de construction de cette modernité (européenne)”, est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

  • L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?
  • Les ecclésiastiques au service du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?
  • Les œuvres du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.org ET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Colloque international Joseph Peyré

 
APPEL A COMMUNICATIONS –  COLLOQUE INTERNATIONAL

 

 Joseph Peyré (1892-1968) : L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture
 Hommage à Joseph Peyré au 50e anniversaire de sa mort

 

Université de Pau et des Pays de l’Adour,  les 25-27 octobre 2018

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits–nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages,
  images vaines de la rêverie,
         Il n’y a entre elles que nuance d’âme »

 

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

Les langues du colloque seront le français et l’espagnol.

 

Modalités de soumission

Date limite de soumission des résumés : 30 mars 2018.

Nous vous invitons à soumettre un résumé en français ou en espagnol d’une page maximum (environ 3000 signes), exemples et références bibliographiques compris.

Les propositions seront examinées anonymement par le comité scientifique.

Elles sont à envoyer, sans mention du nom de l’auteur ou des auteurs, par courriel en fichier attaché (.doc ou .pdf) aux adresses suivantes :

lola.thion@univ-pau.fr et  duplantierf@yahoo.fr>

Préciser dans l’objet du message : « Colloque Joseph Peyré». Indiquer dans le corps du message le nom de l’auteur ou des auteurs, le titre de la communication, l’affiliation et l’adresse électronique.

 

Comité scientifique :

Aurélie Arcocha-Scarcia (Université de Bordeaux-Montaigne)
Luis Beltrán Almería (U. de Zaragoza)
Michel Braud, PR, (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Jesús Camarero (U. País Vasco)
Rosa de Diego   (U. País Vasco)
Christian Manso,   (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Henri-Daniel Pageaux (U. Sorbonne Nouvelle, Paris III)
Pierre Peyré (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Alain Tassel  (U. Nice  Sophia Antipolis)
Dolores Thion (U. de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Programme de Recherche :
Patrimoine d’encre transpyrénéen. Archives d’écrivain, coordonné par le Laboratoire  Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM,  EA 3002).

 

Colloque organisé avec le soutien du Service des Commémorations Nationales

Ministère de la Culture et de la Communication

Direction générale des patrimoines / Archives de France 

 

 

 

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé “Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique” et  de varias vient de paraître :

“La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés.”

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé “Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République” et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.