Archives de catégorie : Manifestations

Territoires pastoraux dans la longue durée

Mercredi 14 avril 2021

Séminaire du master HCP. Journée du programme TPAST. Territoires pastoraux dans la longue durée : approche comparée Alpes-Pyrénées, UPPA/USMB, MARGES

Amphithéâtre de la présidence sur inscription

Lien Teams: Cliquez ici pour participer à la réunion

PROGRAMME :

9h15 accueil

Modérateur: Sylvain Burri

9h30 Laurent Ripart, L’implantation monastique dans les Alpes occidentales (IXe-XIIe siècles)

10h15 Jean Pierre Derrier, Comptes de châtellenies : méthodologie de saisie et conception d’un outil numérique d’exploitation. Application à la châtellenie de Maurienne au XIIIe et au XIVe siècle.

11h pause

11h15 Fabrice Mouthon, Inventaires après décès des paysans de Megève, fin XIVe-milieu XVe siècle

Modératrice: Anne Berdoy

14h Dominique Bidot-Germa, Parcours, conflits et « paix » : la montagne béarnaise et le bas pays (XIIIe-XVe siècle)

14h45 Mélanie Le Couédic, Mise en série et en espace d’accords pastoraux pyrénéens de l’époque moderne – contemporaine

15h30 Marc Conesa, La Solana d’Andorra :  800 ans de conflit sur un territoire pastoral. Sources, acteurs, problèmes

16h15 pause

16h30 Alain Champagne, Archives modernes et la spatialisation des données historiques au Pays Basque

Les Nocturnes de l’Histoire

Le 31 mars 2021

Initiées par les quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Époque contemporaine), Les Nocturnes de l’Histoire visent  à faire sortir les chercheurs des laboratoires de recherche et de l’université pour aller à la rencontre de tous les publics.

Les laboratoires ITEM EA 3002 et IRAA USR 3155 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui regroupent les historiens, archéologues, historiens de l’art, anthropologues des quatre périodes historiques, ont reçu le label 2021 des Nocturnes de l’Histoire.

En raison des conditions sanitaires, le programme de manifestations initialement prévu a dû être sensiblement allégé et adapté à un déroulé presqu’exclusivement en distanciel.

Néanmoins, en partenariat avec la Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou, un programme élaboré sous forme de capsules vidéo permettra au public de visionner gratuitement sur les sites des Nocturnes de l’Histoire, de l’UPPA et des partenaires investis dans ce projet, des mini-conférences portant sur le patrimoine historique local et présentées dans des lieux emblématiques de la culture palois.

Téléchargez le programme complet

Mercredi 31 mars, à partir de 18h00:

Rendez-vous sur la chaîne YouTube de l’UPPA, de la Ville de Pau, ainsi que sur la page web du Musée national et domaine du Château de Pau pour visionner les capsules vidéos.

Contacts :

Véronique LAMAZOU-DUPLAN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire ITEM

veronique.lamazou-duplan @ univ-pau.fr

Laurent CALLEGARIN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire IRAA

Laurent.callegarin @ univ-pau.fr

L’état de la démocratie en Afrique francophone

Le colloque sur l’état de la démocratie en Afrique francophone, se déroulera le mercredi prochain, 31 mars, en ligne, sur Zoom (https://zoom.us/j/96133798889).

Télécharger le programme

Mot d’ouverture

Florin ȚURCANU, Directeur du CEREFREA Villa Noël, Université de Bucarest

10:15-10:30–Mohamed KETATA, Agence Universitaire de la Francophoni, Directeur Europe Centrale & Orientale

10:30-10:45–Răduța MATACHE, Ministère des Affaires Etrangères de Roumanie, Direction Francophonie

10:45-10:50-Pause

PREMIERE SESSION

Modérateur: Abel KOUVOUAMA

10:50–11:10–Simona CORLAN-IOAN, Université de Bucarest, Faculté d’Histoire, Identité et mémoire en Afrique francophone

11:10-11:30-Domnica GOROVEI, Université de Bucarest, Faculté de Sciences Politiques, Quel paysage politique en Afrique francophone?

11:30-11:50-Abel KOUVOUAMA, Laboratoire ITEM (France), Université de Pau et des Pays de l’Adour, Collège Sciences Sociales et Humanités, Complexité d’invention et/ou de ré-invention de la démocratie en Afrique francophone: enjeux et perspectives

11:50-12:10 -Jean Marie KOUAKOU, Université FHB / Abidjan, Est-ce que l’espérance démocratique en Afrique noire subsaharienne est une utopie?

12:10-12:20–Débats

12:20-12:30–Pause-café

DEUXIEME SESSION

Modérateur: Cristian PREDA

12:30-12:50-Cristian PREDAUniversité de Bucarest, doyen de la Faculté de Sciences Politiques, Relire la déclaration de Bamako

12:50-13:10-Clément STEUER, CNRS (Ladyss, UMR 7533) / ERC Tarica, La fragmentation du système partisan tunisien(2014-2019)

13:10-13:30 -Sergiu MIȘCOIU, Andreea Bianca URS, Université Babeș-Bolyai (UBB, Cluj-Napoca, Roumanie), Faculté d’Etudes Européennes, Adieu, mais ne me quittes pas!» Autonomisation et Union Sacrée dans le Congo du Président Tshisekedi

13:30-13:50 -Aboubacar Abdoulwahidou MAIGA, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB), Faculté des Lettres, des Langues et des Sciences du Langage, La démocratie malienne à l’épreuve des coups d’Etat et des crises socio-sécuritaires (2012-2020)

13:50-14:10-Jean Godefroy BIDIMA, Tulane University, New Orleans, Miroirs et défis de la démocratie en Afrique: la transmission entre le numérique et l’écologie

14:10-14:30–Débats

14:30-15:00–Conclusions et pistes de coopération future

Jeudis d’ITEM – Jean-Luc Poueyto

Roms, Nomades, Tsiganes, un malentendu européen

25 mars 2021

13H30 – 15h00

Résumé :

Après avoir explicité les diverses dénominations, internes et externes, relatives à ces groupes humains que sont les Roms, Tsiganes, Gitans, Manouches, Gens du voyage… Jean-Luc   reviendra sur les questions et enjeux liés à l’historiographie de ces communautés.
Il présentera plus précisément son « terrain » de recherche, à savoir les Manouches de la région paloise, qu’il suit depuis trente ans, considérés ici à travers leur rapport à l’écrit, à l’histoire, à la chefferie, à l’habitat et à la propriété foncière.

Biographie :

Jean-Luc Poueyto, enseignant-chercheur à l’UPPA, est anthropologue des mondes tsiganes mais travaille également sur les musiques populaires et sur les musées-mémoriaux. Il a organisé pour l’ITEM divers colloques et séminaires dont « Nomades, Tsiganes, un malentendu européen »  (Paris et Pau 2012), manifestation qui a donné lieu à une publication aux éditions Karthala (dir. Coquio et Poueyto) et  « Tsiganes, travail, famille, habitat… » (Pau 2016) qui a été suivi de la publication (en codirection avec Olivera M.) de « Terrains tsiganes » dans la revue du CNRS Ethnologie Française (2018). Il est également auteur de Manouches et mondes de l’écrit (Karthala, 2012).

Chantier d’archives, archives en chantier. Surveiller les populations colonisées en métropole (XVIIIe-XXe siècle)

Jeudi 11 mars 2021

Journée-atelier de 9h30-17h30

Du fait des conditions sanitaires actuelles, la journée-atelier se déroulera à distance.
Inscription préalable gratuite mais obligatoire jusqu’au 9 mars 2021 à l’adresse : journeegrocan2020@gmail.com


Programme {Pdf-122Ko}

11h00 – 11H30 Intervention de Laurent Dornel (ITEM/UPPA)

« Des ébats sous surveillance ? La vie intime des travailleurs coloniaux en France pendant la Première Guerre mondiale »

Journée d’étude « La Tribuna III »

Visioconférence – 22 février 2021

9h45-10h: Accueil

10h: Javier López Quintáns (Universidad de Santiago de Compostela)

Organización y sentido de los personajes de La Tribuna ».

10h40: Elvire Diaz (Université de Poitiers) 

Territorio y memoria en La Tribuna.

11h15: Alex Alonso Nogueira (Brooklyn College, City University of New York)

La Tribuna, reflexiones críticas.

 

Pause déjeuner

 

14h :  Xavier Escudero (Université du Littoral Côte d’Opale),

Oppression, résistances et révoltes ».

15h : Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour

La question des moustaches : Borrén.

15h 40 : Laura Palomo (Universidad de Alicante)

Leyendo La Tribuna

16h 40 : Dolores Thion (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

La Tribuna : Contar para ver

 

17h Clôture

 

 

Interpréter l’interprétation

11 février 2021

Master HCP Séminaire transversal 2

Cycle: «L’interprétation des images»

Organisé par Sabine Forero Mendozaet Delphine Trébosc

Pierre SAUVANET : «Interpréter l’interprétation»

Pour vous connecter sur Teams code: cvue2a0

14 h -15 h 30

Pierre Sauvanet est Professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’université de Bordeaux Montaigne. Il est directeur du centre de recherches ARTES au sein de l’équipe CLARE (EA 4593), et de deux collections aux PUB (Presses Universitaires de Bordeaux). Ses recherches portent sur l’approchephilosophique des phénomènes rythmiques, dans des contextes aussi différents que la penséegrecque, l’histoire de l’esthétique, la survivance des images, les relations entre les arts, le jazz etles musiques improvisées.Parallèlement, il est percussionniste, auteur-compositeur SACEM (depuis 1989, musiques pour Radio-France) et compositeur SACD (depuis 1998, musiques pour la scène professionnelle).

Principales publications:

–A. G. Baumgarten, L’invention de l’esthétique:méditations philosophiques sur quelques sujetsse rapportant au poème(préfacede P. Sauvanet, traduction de Jean-Yves Pranchère), Presses universitaires de Paris Ouest, 2017.

–Devant les images: penser l’art et l’histoire avec Georges Didi-Huberman(dir. avec ThierryDavila), Les presses du réel, 2011

–L’insu: une pensée en suspens, Arléa, 2011

–Éléments d’esthétique, Ellipses, 2000–Le Rythme et la raison, T. 1: Rythmologiques, T.2: Rythmanalyses, Kimé, 2000–Le Rythme grec, PUF, 1999–Les philosophes et l’amour, Ellipses,1998

Seminaire TERRAE « AU MILIEU D’OBJETS »

L’ENVIRONNEMENT MATÉRIEL DES INDIVIDUS AU MOYEN ÂGE ET À L’ÉPOQUE MODERNE

Toulouse – Bibliothèque d’Études méridionales

22 janvier 2021 Introduction et réflexion sur les sources

12 février 2021 L’appréhension individuelle des objets

5 mars 2021 La provenance des objets

26 mars 2021 L’usage des objets

16 avril 2021 L’appréhension collective des objets

 

Communication d’Alain Champagne UPPA ITEM le 26 mars : « Cycles et fin de vie d’objets : le regard des archéologues »

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

Benoît Pace – Soutenance de thèse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

14h00

Compte tenu du contexte sanitaire actuel, cette présentation se fera en visioconférence (via l’application Microsoft Teams) : Cliquez ici pour participer à la réunion

En savoir plus

II Workshop ArqueoloGÍA DE LOS COMUNALES

Deuxième atelier Archéologie des communs. Gestion, droits de propriété et gouvernance

Oviedo 12 – 13 novembre 2020

Les espaces communs, ou espaces à usage collectif, ont été une composante essentielle de l’économie des communautés locales. Leur dissolution, leur survie ou leur transformation ont suscité de fructueux débats historiographiques ces dernières années. Récemment, l’archéologie et l’anthropologie ont porté leur attention sur leur étude, définissant des lignes de travail qui approfondissent leurs formes d’utilisation et fournissent une vision complexe des différents droits de propriété et de gestion et nuancent les lectures institutionnalistes. Tous ces points de vue seront débattus lors de ces séances de travail.

Gestión, derecho de propiedad y gobernanza

Oviedo 12 – 13 noviembre 2020

Los espacios comunales, o de uso colectivo, han sido un componente esencial en la economía de las comunidades locales. Su disolución, pervivencia o transformación han generado en los últimos años fructíferos debates historiográficos. Recientemente la arqueología y la antropología han fijado la atención en su estudio, definiendo líneas de trabajo que profundizan en sus formas de aprovechamiento y aportan una visión compleja sobre los distintos derechos de propiedad y gestión y matizan las lecturas institucionalistas. Todos estos puntos de vista se debatirán en estas jornadas de trabajo.

En savoir plus sur le site du groupe de recherche LLABOR (Llaboratoriu Rural de Paisaxe, Historia y Patrimoniu)

Voir le programme, les participants, les résumés

Lien TEAMS vers la conférence en ligne

A noter : Avec la participation de Christine Rendu (Université de Toulouse) et Mélanie Le Couédic (UPPA) le vendredi 13 novembre à 16:30
Ownership and sharing of the Commons in a high altitude environment: Case studies from the Pyrenees (18th – 19th)