Archives de catégorie : Parutions

Appel à communications-Cahiers d’Histoire immédiate n°57

L’ Argentine, vingt-ans après la crise

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (INAP-Université du Chile) & Dario Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

Au cours du mois de décembre 2001, les Argentins sont descendus dans les rues des principales villes du pays aux cris du désormais célèbre slogan «Qu’ils s’en aillent tous!», adressé aux acteurs de la représentation politique. Latente depuis plusieurs années, cette colère citoyenne s’est rapidement muée en révolte populaire, laquelle a entraîné la chute du gouvernement et l’ouverture d’un nouveau cycle politique. À bien des égards, la crise a alimenté les espoirs d’un renouvellement de la démocratie dans sa nature représentative et permis d’entrevoir la mise en place d’un nouveau modèle macro-économique. De fait, l’arrivée circonstancielle de Néstor Kirchner au pouvoir en 2003, son bras de fer contre les institutions financières internationales et certaines prises de position emblématiques (en faveur des droits de l’homme notamment) ont marqué un consensus de rupture avec la décennie néolibérale précédente, qui a également été poursuivi par son épouse, Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015). Toutefois, outre les soupçons de corruption qui ont pesé sur leurs mandats respectifs, l’un comme l’autre ont été accusés de reproduire les modalités traditionnelles d’exercice du pouvoir en Argentine. Quant au gouvernement de Mauricio Macri (2015-2019), il a renoué avec un certain nombre de préceptes néolibéraux, dont on peut tracer l’origine dans certaines mesures de libéralisation prises durant les années 1990. Malgré ses promesses de campagne, le pays n’a pas non plus connu de recomposition institutionnelle significative. Se pose donc la question de la continuité ou de la rupture qu’a pu incarner, dans une perspective historique de moyen terme, cette fameuse «crise de 2001».

Aujourd’hui, il nous semble non seulement possible mais également nécessaire de poser un regard neuf sur le cycle politique ouvert par les événements de décembre 2001 qui ont fait basculer le pays dans une soudaine acéphalie institutionnelle (succession de 5 présidents en 10 jours) et l’ont fait plonger dans une durable crise économique. Afin d’apporter de nouvelles clés de lecture sur ce passé immédiat, il nous paraît important de décloisonner les disciplines (science politique, histoire, droit, économie, sociologie, etc.) et de valoriser différentes méthodologies (analyses qualitative et/ou quantitative, approche ethnographie, analyse des discours, etc.). Pour la cohérence de ce dossier thématique, mais sans prétention d’exhaustivité et sans nier les interconnexions possibles, les propositions d’articles devront idéalement porter sur l’un de ces cinq axes :

  1. Les cycles électoraux: les leaderships et les partis politiques.
  2. Les acteurs de la protestation sociale et les nouvelles formes de présence citoyenne dans l’espace public.
  3. Les politiques publiques et les relations État-Société.
  4. Les pratiques discursives, les représentations et les imaginaires.
  5. La projection internationale du pays et sa place dans le monde.

Informations générales

En sus de l’introduction générale, ce numéro thématique comptera entre 6 et 7 articles.

Les articles doivent être rédigés en français et feront 30000 signes maximum, notes comprises. Les normes éditoriales seront communiquées ultérieurement aux auteurs des propositions retenues.

Des recensions de 5000 signes max. sur des ouvrages récents (moins de 4 ans à la date de publication, soit 2018) portant sur l’Argentine contemporaine sont les bienvenues. Merci de prendre contact préalablement avec les coordinateurs.

Suggestion d’ouvrages pour recension :

-Juan Manuel Abal Medina, La democracia argentina en el último siglo, Buenos Aires, EUDEBA 2019.

-Alejandro, Grimson,¿Qué es el peronismo? De Perón a los Kirchner, el movimiento que no deja de conmover la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 2019.

-Noam Lupu, Virginia Oliveros, Luis Schiumerini (Eds.), Campaigns and Voters in Developing Democracies: Argentina in Comparative Perspective, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2019.

-Mariana Gené, La rosca política. El oficio de los armadores delante y detrás de escena (o el discreto encanto del toma y daca),Buenos Aires, Edición Siglo XXI, 2019.

-Gabriel Vommaro,Mariana Gené (compiladores), Las élites políticas en el Sur. Un estado de la cuestión de los estudios sobre la Argentina, Brasil y Chile, Buenos Aires, Ediciones UNGS, 2018.

-Denis, Merklen, Étienne Tassin, La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, Editions de l’IHEAL, 2018.

Les propositions d’article doivent être envoyées aux deux coordinateurs du dossier aux adresses suivantes :damien.larrouque@sciencespo.fr & dario.rodriguez @ paris-sorbonne.fr

avec copie au rédacteur en chef de la revue laurent.jalabert @ univ-pau.fr

Calendrier prévisionnel

  • Envoi des propositions : 15 septembre2020
  • Acceptation des propositions : 1er octobre 2020
  • Envoi des manuscrits : 15 janvier 2021
  • Processus d’évaluation et reprises : janvier-juin 2021
  • Envoi du dossier complet au comité de rédaction : 15 juin 2021
  • Processus éditorial (actualisation / ajustements éventuels) : septembre-octobre 2021
  • Publication : novembre 2021

La montagne explorée, étudiée et représentée

Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 142e Congrès sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Le Siècle des lumières, qui consacre l’ouverture des élites européennes à la modernité scientifique, est aussi celui qui pousse les mêmes sociétés vers les sommets et les glaciers des montagnes. Objet de fascination et non plus de crainte, la montagne apparaît, à la suite de Rousseau et Senancour, dans toute sa majesté, à la fois vierge, mystérieuse, repliée sur elle-même et porteuse d’un message d’universalité. Après avoir longtemps suscité peur et préjugés depuis l’Antiquité, la montagne est devenue au xviiie siècle un territoire de conquête et de découverte générant toute une mythologie et un imaginaire qui vont modifier le rapport des sociétés européennes avec le milieu des sommets.

Contributions de Christel Venzal, Christian Manso, Laurence Espinosa et Viviane Delpech (ITEM – UPPA).

Éditeur : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques

Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques

Année d’édition : 2020

EAN électronique : 9782735508877

DOI : 10.4000/books.cths.11252

Parution « Joseph Kessel »

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso (Laboratoire ITEM, Programme de recherche Patrimoines d’encre) ont apporté leur contribution au volume I des Romans et nouvelles de Joseph Kessel que viennent de publier les éditions Gallimard dans La Pléiade (n°649) sous la direction de Serge Linkès.



Ils se sont penchés sur Une balle perdue, roman de l’écrivain-reporter, consacré à la très brève révolution d’octobre 1934 déclenchée par la Généralité de Catalogne, l’instance politico-administrative de cette région désireuse de se soustraire au gouvernement républicain de Madrid.

Témoin des affrontements entre indépendantistes catalans et représentants de l’ordre de la II° République, Joseph Kessel publie des reportages dans des journaux parisiens: Le Matin puis Marianne. Un an après, en 1935, il fait paraître dans Marianne son roman sous forme de
feuilleton.

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso ont examiné avec grand soin, à l’aide de nombreuses sources journalistiques françaises et espagnoles, le processus d’élaboration de ce roman, lequel en sa forme définitive a été substantiellement tronqué, sans doute en raison 
d’impératifs éditoriaux.

Joseph Kessel. Romans et récits – tome I

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 649), Gallimard, juin 2020.

Cahier d’Histoire Immédiate n° 53

Mémoire et histoires des camps : les musées mémoriaux et leurs visiteurs

 

Paru aux Editions CAIRN

C’est à partir des années 1980 qu’apparaissent de nombreuses formes de commémoration des camps d’internement et des camps d’extermination. Ce phénomène s’est tout d’abord manifesté par l’organisation de nombreuses célébrations, l’érection de stèles ou de monuments ainsi que la réalisation d’oeuvres d’artistes (Jochem et Esther Gertz, Boltanski, Dani Karavan…). Il se matérialise aussi à travers la construction ou le réaménagement d’un nombre croissant de « musées-mémoriaux », notamment au sein même des camps dispersés dans toute l’Europe durant la période de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement s’est particulièrement accéléré au début des années 2000.
À Auschwitz, le pavillon rom du musée est né en 2001, en même temps que le Musée Juif de Berlin, tandis que le pavillon français, créé en 1979, a été doté d’une nouvelle scénographie en 2005. Le musée du camp d’extermination de Belzec a vu le jour en 2004 ; le musée de Yad Vashem, en Israël, a été refait en 2005, l’année même où fut créé le Mémorial de la Shoah à Paris et le Mémorial des Juifs d’Europe à Berlin. En 2007, a été édifié à Shangaï le Musée des réfugiés juifs de Shangaï. En 2009, à Lety, en République tchèque, fut construit le mémorial du camp pour Tsiganes et, l’année suivante, le Musée de l’Holocauste à Los Angeles. En France et en Belgique, le mémorial du Camp des Milles date de 2009, le Musée de la maternité d’Elne de 2011, le mémorial de Malines de 2012 et, enfin, celui de Rivesaltes de 2015. Le statut et la forme de ces productions matérielles de mémoire peuvent se montrer très variables, ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate en présente une analyse par des regards pluridisciplinaires.

LES AUTEURS :


Dossier coordonné par Jean-Luc Poueyto et Sabine Forero-Mendoza
Evelyne Ribert
Yael Uzon Holvek Bastien Caumont
Dominique Chevalier
Sabine Forero-Mendoza,
Joëlle Le Marec
Jean-Yves Potel
Christel Venzal
Joëlle Zask

144 pages

Décembre 2019

L’artefact dans ses multiples facettes de l’ Antiquité à nos jours

Actes du premier séminaire interdisciplinaire et transfrontalier ED SSH481- ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 12-13 avril 2018

Résultat de recherche d'images pour "l' artefact dans ses multiples facettes"

Sous la direction de Giuseppe Indino

Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collection Ecole Doctorale SShH, n°4

Décembre 2019, 304 pages

ISBN : 978-2-35311-104-6

Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches. Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ? Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ? Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

Aux heures graves

Pourquoi les anciens des régiments basques, béarnais, bigourdans et landais de la 36e Division d’Infanterie ont-ils éprouvé le désir d’ériger au Chemin des Dames, dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale, un imposant monument ? De cette question est né cet ouvrage. Des témoins de chez nous ont laissé lettres, carnets, récits et reportages photographiques qui restituent leur attachement particulier à cette étroite parcelle du front.
Cette publication contient plus de 360 extraits d’archives, 240 photographies,18 présentations historiques ou thématiques. Elle fait appel à 135 sources différentes qui retracent les ambiances de la mobilisation, des départs et des premiers combats avant de dresser le panorama des faits de guerre au Chemin des Dames, certains passés sous silence durant un siècle.

Sous la direction de Jean-François Vergez

Avec la participation de Laurent Jalabert

Editions CAIRN

400 pages, novembre 2019

ISBN :  9782350686677

Contre-cultures en Europe et aux États-Unis (1945-1991)

Le numéro 52 des Cahiers d’histoire immédiate vient de paraître chez Cairn Editions.

Qu’apporte le concept de contre-culture? En quoi, malgré ses limites, est-il pertinent ? Les différentes contributions présentées ici proposent des réponses nuancées mais argumentées. Certes, la contre-culture désigne des mouvements par essence transnationaux et constitue le pendant obligé de la culture de masse née comme elle au cours des sixties. Aux Trente Glorieuses correspond ainsi, selon Arthur Marwick, une « révolution culturelle » caractérisée à la fois par l’affirmation d’une consommation culturelle de masse et par sa critique radicale. Mais tous les mouvements contre-culturels présentent des spécificités. 

Caroline Moine (« Médias et contre-cultures en Allemagne de l’Ouest: logiques nationales et dynamiques transnationales ») souligne la précocité du mouvement contestataire en Allemagne, ses emprunts au répertoire anglo-saxon, mais en montre la spécificité. En effet, la contre-culture allemande s’affirme dans un pays encore tourmenté par les fantômes du nazisme qui refuse parfois de manière ambiguë le modèle américain ; sous l’effet notamment de la répression d’État, elle se radicalise à partir de 1967 jusqu’à faire siennes les méthodes du terrorisme, avant d’éclore en une multitude de propositions culturelles, sociales et politiques alternatives. 

Claude Chastagner (« Atlantic Crossings: les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone, 1960-1970″), insiste sur les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone. S’il est communément admis que l’impulsion contre-culturelle fut étatsunienne, il ne faut pas oublier que certains mouvements contre-culturels sont antérieurs au grand mouvement américain, tel cet acte majeur de désobéissance civile en 1958, à Trafalgar Square, à Londres, au cours duquel 60 000 à 100 000 manifestants composés d’étudiants et de pacifistes convergent dans l’une des premières manifestations anti-nucléaires contre la bombe atomique. Claude Chastagner s’attache ainsi à analyser les circulations théoriques entre les États-Unis et la Grande-Bretagne mais également des pratiques politiques, sociales et artistiques contre-culturelles entre ces deux pays qu’unissait une « relation spéciale ». 

La Movida, analysée par Magali Dumousseau Lesquer (« La transition culturelle du Madrid de l’après-franquisme. De la contre-culture du Rrollo au “label” Movida« ), revêt elle aussi une dimension politique originale : véritable transition culturelle, elle accompagne, dans les années qui suivent la mort de Franco, un double processus de transition démocratique et d’intégration économique dans la Communauté économique européenne. 

Jean-Luc Poueyto (« Contre-Culture ou industrie culturelle ? »), à partir de l’exemple du rock, propose quant à lui une réflexion sur les liens complexes entre contre-culture et industrie culturelle, soulignant notamment que la première peut s’affirmer comme le lieu de nouvelles pratiques culturelles populaires. 

Pour finir, Stève Bessac-Vaure (« Le théâtre anarchisant d’Armand Gatti (1956-1969), une contre-culture? »), à partir de l’exemple du théâtre d’Armand Gatti, propose une réflexion sur la distinction entre contre-culture et avant-garde.

l’irrésistible féminisation de la culture

Par Maurice Daumas

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Collection EFM n°12, 136 pages

ISBN : 2-35311-105-X

Des sociologues ont proclamé récemment la fin de la domination masculine et l’entrée dans une société de femmes. Prophètes, visionnaires ou simples devins, ils apportent leur caution à cette opinion qui enfle depuis la deuxième vague féministe : que réclament encore les femmes, puisque leur combat est désormais gagné?

Notre culture porte depuis ses origines l’empreinte de l’inégalité entre les sexes. L’emprise masculine reste très forte dans les domaines où elle paraît inexpugnable, comme la langue, la religion, les comportements sexuels, la conception du passé… Au cours des derniers siècles s’est produit un rééquilibrage en faveur des femmes. Par un lent processus de conquête des positions adverses, elles ont gagné en visibilité et en pouvoir, alors même que l’autorité leur était refusée et que les leviers pour y accéder (réseaux, institutions) leur échappaient. Peu à peu se sont construites des représentations moins inégalitaires des relations entre les sexes. L’évolution, loin d’être achevée, puisque sous l’effet de la mixisation croissante de la société, l’idée de leur complémentarité, si prégnante au siècle précédent, a été reléguée au rang des pires préjugés sexistes, au profit de celle de leur interchangeabilité.

Les avancées des femmes ont toujours été contestées, mais depuis le début du XXe siècle, la peur de la subversion par les valeurs féministes domine la pensée antiféministe. Si la dévirilisation des hommes relève du fantasme, le féminisation de notre culture est une réalité, qui présente un double visage. Le premier, bien visible, source de crainte et d’hostilité, correspond aux avancées féminines et au rééquilibrage des statuts des deux sexes. Le second, insensible et irrésistible, consiste dans la lente diffusion dans toute la société des valeurs qui étaient auparavant assignées aux seules femmes. Ce processus de féminisation est le principal responsable du polissage des mœurs au cours des cinq derniers siècles.

La Grande Guerre de René Marie Castaing

La Grande Guerre de René Marie Castaing, peintre palois

Lettres, carnets, dessins (1915-1919)

Sous la direction de Laurent Jalabert

Editions Cairn

128 pages, avril 2019

ISBN: 978-2-35068-665-3

Pendant toute la Première Guerre mondiale, René Marie Castaing, jeune artiste-peintre engagé volontaire, consigne dans des carnets ses impressions de guerre.

Il crayonne au fil des pages des dessins, réalistes, témoins de sa perception du conflit, des hommes, des paysages…

Sur ces feuilles, il retranscrit sa vision de la guerre, dans le vif, manifestant ses humeurs, parfois naïves, parfois moroses, d’autres fois plus émerveillées.

Comme tous ceux qui ont traversé le conflit, on sent au fil des pages poindre la lassitude, l’énervement, l’agacement, ou tantôt l’espoir de la fin du feu des armes, l’attente du retour.

A ces carnets s’ajoutent surtout des lettres, régulières, adressées à ses proches, père, mère, frères et soeurs qu’il illustre là encore de son crayon et qui constituent l’essentiel des documents retranscrits dans cet ouvrage.

Au nom de la Reine

Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572)

Dénes Harai (UPPA, ITEM), chercheur du projet ANR AcRoNavarre, vient de publier un livre qui fait le point sur un chapitre inédit de la vie d’Henri IV.

Au nom de la reine : Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2019.

Résumé

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, dans la première moitié de 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Les cinq mois qui vont de la mi-janvier à la mi-juin sont quasiment absents de l’historiographie relative à la vie du Béarnais au destin doublement royal, tant les évènements marquants de cette année cruciale – signature par Jeanne d’Albret du contrat de mariage d’Henri avec Marguerite de Valois le 11 avril ; décès de Jeanne le 9 juin ; mariage royal le 18 août ; massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août – ont capté l’attention des historiens. Grâce à une documentation riche et variée au centre de laquelle prennent place cinquante actes produits par le prince de Navarre, ce livre éclaire pour la première fois les circonstances de la nomination, la composition de l’entourage et les grands axes de l’action du lieutenant général. En complétant la biographie d’Henri IV, il invite aussi à réfléchir sur l’année de la Saint-Barthélemy depuis le Béarn, petit pays au cœur de la grande histoire de France à la Renaissance.

Abstract

One of the rare little-known periods of the biography of Henri of Navarre, future king Henri IV of France, is the prince’s sojourn in what is now the south-west of France in the first half of 1572, where he acted as lieutenant general for his mother, Jeanne d’Albret, queen of Navarre and sovereign viscountess of Béarn. The five months from mid-January to mid-July are practically absent from the historiography relative to the life of the Béarnais whose destiny was to wear two crowns, as the major events from later that same year have so captivated the attention of historians: Jeanne d’Albret’s signing of the marriage contract of Henri and Marguerite de Valois on April 11th, Jeanne’s death on June 9th, the royal wedding on August 18th, and the Saint Bartholomew’s Day massacre on August 24th. Thanks to the rich and varied documentation including fifty royal decrees produced by the prince of Navarre, this book unveils the circumstances of Henri’s nomination as lieutenant general, his entourage and the primary axes of his actions in this role. In filling in this gap in Henri IV’s biography, this book is also an invitation to reflect upon the infamous year of 1572 from the perspective of Béarn, a small country at the heart of the greater history of France during the Renaissance.

ISBN : 2-35311-102-5

PUPPA, 140 pages

Mars 2019, 11 EUR

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

CPIM 2018

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM)

Séminaire international de formation avancée

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Bielle en Ossau

Session 2018 –  Écritures du pouvoir

Comme en 2017, le Séminaire international sur les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM) s’est tenu du mardi 2 au vendredi 5 octobre 2018, à Bielle, en vallée d’Ossau, hébergé au Village Vacances Arriumage tant pour les séances de travail que pour le séjour. Durant quatre jours, se côtoient ainsi formateurs et participants d’horizons différents (nationalités diverses, doctorants, post-doctorants, étudiants de Master), ce qui permet de tisser des liens, débattre… Cette seconde session a réuni 37 participants inscrits auxquels sont venus se joindre des collègues et des extérieurs.

Coorganisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), cette école thématique propose un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire.

En 2018, la réflexion a porté sur les Écritures du pouvoir en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (coordinateur scientifique V. Lamazou-Duplan, université de Pau et des Pays de l’Adour). Les différents sens et dimensions des écritures du pouvoir ont été interrogés (l’écriture au service du pouvoir ou réfléchissant au/le pouvoir), que ce soit à travers les chancelleries, les acteurs et les lieux d’écriture, l’écriture de l’histoire, des traités politiques, des correspondances, sans oublier la forme (inscriptions, calligraphie, numismatique…), les écrits de la pratique du/d’un pouvoir ou la fabrique des archives…

Cet atelier doctoral international offre 12 places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers déposés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. En 2018, ont été retenues les candidatures de doctorants ou de post-doctorant espagnols (5, thèses des universités de l’Autonoma de Madrid, de Salamanca, de Valencia), français (4, thèses des universités de Paris-Sorbonne, Poitiers, ENS Lyon, Toulouse Jean Jaurès), d’une Algérienne (thèse EPHE), d’un Allemand (thèse The Warburg Institute, Londres). Trois des candidats sélectionnés n’ont malheureusement pas rejoint le groupe, empêchés par des raisons de santé, des obligations professionnelles ou familiales. Lors des matinées, les jeunes chercheurs ont exposé leurs recherches (30 mn), répondu aux questions et suggestions qui leur étaient faites par l’auditoire.

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, dans des disciplines variées (philologie, littérature et civilisation, histoire, histoire de l’art), ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) ; Pascal Buresi (CNRS-EHESS) ; Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) ; Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) ; Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense, Madrid).

[voir programme joint]

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de Master Recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, 6 étudiants bordelais, 4 étudiants toulousains, 6 étudiants palois ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée.

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs qui avaient participé à CPIM 2017 a été offert aux participants. Le volume correspondant à CPIM 2018 est en préparation, l’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2019.

Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2019… à Bielle, en vallée d’Ossau, cadre idéal à une école thématique tournée vers la péninsule Ibérique et les échanges culturels.

Participants à la session 2018 :

Mohammed Assem (EPHE) ; Sami Benkherfallah (Université de Poitiers) ; Guillermo Chismol (Universitat de València) ; Víctor de Castro León (Universidad de Salamanca) ; Matthias Gille Levenson (ENS Lyon) ; Alejandro Peláez Martín (Universidad Autonoma de Madrid) ; Johan Puigdengolas (Université Toulouse Jean Jaurès) ; Iria Santás de Arcos (Universidad de Salamanca) ;  Blai Server (Universitat de València)

Coordinateurs CPIM :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH. Il a reçu en 2018 le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, devenu ALTER, et du Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/cpim

La session 2017 a fait l’objet d’une publication aux Editions Ausonius en 2018 :

« Le recours aux armes »

Daniel Baloup (éd.)
Collection Scripta Mediaevalia (33) Editions Ausonius
Bordeaux, 2018 – 131 p.   25 €

En dépit de progrès récents, la place accordée aux violences armées dans l’étude des cultures politiques médiévales en péninsule Ibérique et au Maghreb apparaît encore insuffisante. Elle est surtout inégale, et varie selon les types de violence observés. La proposition adressée aux auteurs du présent volume les invitait à renverser le point de vue généralement adopté sur ces questions : plutôt que de percevoir le recours aux armes comme un aléa dont l’irruption menacerait l’équilibre du jeu politique jusqu’à parfois annuler celui-ci, il leur a été demandé de l’envisager comme la conséquence d’un choix rationnel, pleinement intégré à la stratégie des acteurs. Leurs contributions traitent d’assassinats, d’émeutes ou de guerres : au-delà de l’ampleur et de la durée de la mobilisation, l’objet de la réflexion collective reste en effet l’articulation de la violence armée aux cultures politiques.

In spite of recent progress, the treatment given to violent acts of arms in the study of political medieval cultures in the Iberian Peninsula and North Africa seems still rather weak. It is especially uneven, varying considerably as it regards the type of violence observed. What this volume asked from its contributors was that their papers shed a new light on the question putting so as to completely challenge the points of view hitherto adopted: rather than considering the reliance on armed force as some kind of accident that came to menace the balance of the political game, sometimes to the extent that it totally overcomes this game, they were invited to see the use of armed force as the consequence of a rational choice, one that was completely integrated into the strategy of people who were in positions of power. Their papers talk about assassinations, riots and wars: beyond the scale and duration of these acts of violence, the goal of the collective response remains the articulation between armed violence and political cultures.

Terrains tsiganes

Revue Ethnologie française

Ethnologie française 2018/4 (N° 172)

Coordinateurs du dossier : Martin Olivera (Université de Paris VIII) et Jean-Luc Poueyto (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002)

Pages : 192

Éditeur : Presses Universitaires de France

Mise en ligne : 05/10/2018

ISBN : 9782130802150

Sommaire

Depuis le milieu des années 1970, l’ethnologie des Tsiganes a produit un certain nombre de monographies qui, toutes, ont en commun de montrer comment les x (nom de la communauté spécifiquement étudiée : Rom KalderashSlovensko RomaRom GaboriGadjkene Manouches, etc.) construisent, matériellement et symboliquement, leur différence au sein d’une société. La rencontre (la fameuse rencontre ethnographique) se fait en effet avec une communauté particulière, et non avec les Tsiganes (ou les Gitans, les Roms… tout autre terme générique), c’est-à-dire la totalité. L’ethnologue observe les Tsiganes entre eux, et les Tsiganes entre eux ne s’appellent pas « Tsiganes ». Une affirmation, parfois explicite, le plus souvent implicite, ressort de l’ensemble de ces travaux : le niveau de la totalité n’est pas celui de la réalité des rapports sociaux. Autrement dit : les Tsiganes n’existent pas. Ils sont une invention des sociétés au milieu desquelles ils vivent, en l’occurrence les sociétés européennes. D’ailleurs, les travaux qui s’intéressent à l’« image des Tsiganes » nous en apprennent plus sur les fantasmes de ces sociétés que sur la réalité de ceux auxquels cette étiquette est attribuée.

Une ethnologie des Tsiganes est-elle dès lors possible ? C’est à ce défi que s’attelle ce numéro important de la revue Ethnologie française.

Sorcellerie, Pouvoirs

Ecrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu

Les discussions interdisciplinaires autour de la question de la sorcellerie, ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques permettent dans cet ouvrage de questionner un objet d’étude récurrent dans le champ des sciences sociales et humaines.

Comment la sorcellerie est-elle appréhendée dans les sciences sociales et les humanités ? Quelles images véhiculent-elle ? Naguère, la sorcellerie fut longtemps associée au monde rural et à l’oralité. Cela n’est plus guère le cas. Depuis une vingtaine d’années, les études sur la sorcellerie en Europe, en Afrique et en Amérique se sont multipliées montrant son omniprésence, en particulier dans les secteurs de la « modernité » dans les villes. Des travaux ont interprété la sorcellerie comme un mode d’acclimatation et de vernacularisation de l’État. Elle se serait également nichée dans les domaines les plus complexes et internationalisés du capitalisme. Elle était aussi traditionnellement associée à l’oralité, car la sorcellerie est toujours en lien avec une situation d’énonciation. Or, au coeur de cette modernité, on retrouve inévitablement l’écrit. La sorcellerie, en tant qu’« idéo-logique » est aussi parole qui n’est ni de savoir, ni d’information, mais de pouvoir. Il y a lieu alors de s’interroger sur la manière dont la parole sorcellaire écrite devient un enjeu de pouvoir, « une pratique de puissance », de s’interroger aussi sur les modalités de sa légitimation, afin de savoir quel type d’écrit est susceptible de devenir support de pratiques sorcellaires et à quel type de savoir il réfère. Indépendamment du recours à l’écrit comme support de pratique, la sorcellerie fait aussi l’objet de représentations littéraires écrites qui la mettent en scène et la font fonctionner doublement comme système théorique explicatif du monde ou, au niveau de l’expérience quotidienne, comme pratique. De façon récurrente, les représentations de la sorcellerie ont souvent été au coeur des logiques de pouvoir, en ce que la sorcellerie est perçue comme un mode d’actualisation des conflits réels et symboliques, un langage des conflits sociaux. La force de ces représentations permet-elle d’avoir accès à une certaine « vérité » de la sorcellerie?

Ce sont autant de questions et de lectures interdisciplinaires qui ont sollicité les compétences de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs. C’est pourquoi, les travaux rassemblés ici prennent en compte à la fois les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la question de la sorcellerie.

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Bon de commande

Novembre 2018, 223 pages, 20 EUR

ISBN 0 2-35311-098-3