Archives de catégorie : Parutions

Parution : Le Livre noir de Salies (1517-1684)

Sous la direction de Jacques STAES, Benoît CURSENTE, Maurice ROMIEU et Jacques PONS

Publication intégrale annotée et commentée, éditée par la SSLA Pau Béarn

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Ne comptant pas moins de 347 actes, il est riche d’une ample moisson d’informations inédites dont 86 actes de réception de « voisins » et la vivante évocation de la vie fébrile, au quotidien, d’une communauté protestante au temps de Jeanne d’Albret, entre 1564 et 1569.

Un long et patient travail a été nécessaire pour établir et présenter le texte, dans son intégralité, de façon à rendre accessible au plus grand nombre un document aux allures d’ésotérique grimoire.

On trouvera donc :

– la transcription scientifique du texte intégral du manuscrit, avec analyse détaillée du contenu de chacun des actes,

– une présentation liminaire du document, de son contexte et de sa langue,

– un ensemble d’annexes comprenant des repères chronologiques, des cartes de situation, un glossaire complet, une présentation des monnaies utilisées dans les actes, un index thématique et la reproduction en fac-similé de la première édition imprimée du règlement de la Fontaine salée, avec sa traduction en français.

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Télécharger le bon de commande

 

La vie en Gascogne à l’époque des bastides

Parution d’ouvrage :

La vie en Gascogne à l’époque des bastides : marchés et libertés

Sous la direction de Jean-Paul Valois

Avec les contributions de : Monique Bourin, Alain Champagne, Benoît Cursente, Thierry Issartel, Mireille Mousnier, Judicaël Petrowiste.

Pendant la grande croissance du Moyen Age, du XIe au XIVe siècle, s’épanouissent simultanément les premières libertés bourgeoises et une première économie de marché. Les historiens ont récemment renouvelé la vision de ce moment fondateur. Ils ont ici la parole. Que savons-nous dans le Sud-Ouest des marchés et de la vie économique? Comment notre notion moderne de « libertés » était-elle ressentie et vécue par les habitants, dans les bastides par exemple?

Editeurs : Bastides 64 et Cercle Historique de l’Arribère

ISBN : 978-2-918404-29-3

221 pages, 12 EUR

mai 2018

Voir le sommaire

In Situ : PCI et institutions patrimoniales

In Situ. Revue des patrimoines offre à l’ensemble des professionnels du patrimoine un organe de diffusion des résultats de leurs travaux portant sur la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine. Elle favorise les échanges entre les différents acteurs et les différentes disciplines de la recherche appliquée au patrimoine et met à disposition du public les nouvelles connaissances sur le patrimoine.

Le dernier numéro  (https://insitu.revues.org/) est consacré au Patrimoine culturel immatériel et aux institutions patrimoniales.


L’ introduction présente le champ de la recherche au niveau national où s’inscrit le laboratoire ITEM.

Deux articles de deux chercheurs du laboratoire présentent les outils de valorisation de la recherche mis en place pour cette nouvelle catégorie patrimoniale:

– Jean-Jacques Castéret
Le numérique comme « lieu » de la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel


– Lucia Bienvenu et Patricia Heiniger-Casteret
« (Extra)ordinaire quotidien » : exposer le patrimoine culturel immatériel

Atlas historique de Pau

Ce mois d’octobre 2017 paraît l’Atlas historique de Pau, fruit du travail inédit d’une quinzaine de chercheurs issus de divers horizons (Inventaire général du patrimoine, Université, Archives communautaires Pau Béarn Pyrénées, archéologie, etc).
Cet ouvrage, deuxième d’une série de cinq à paraître en Nouvelle Aquitaine, invite à mieux comprendre et faire comprendre le développement de la ville de Pau. La démarche scientifique, l’iconographie exceptionnelle et la cartographie basée sur une analyse fine du cadastre napoléonien montrent Pau et le Béarn sous un jour résolument nouveau.

Parution aux Editions Ausonius

Mardi 17 octobre 2017 à 18h à l’Usine des tramways.

Un atlas, une démarche, des connaissances
Les coordinateurs de cette publication des éditions Ausonius (collection Atlas historique des villes de France), Dominique Bidot-Germa, Cécile Devos et Christine Juliat, vous invitent à découvrir le contenu de cet atlas, précieux pour mieux appréhender l’histoire, le développement de la ville et ses arcanes, des origines à nos jours..

Gratuit sur inscription au 05 59 98 78 23 ou mission.vah@ville-pau.fr

Jeunesse et sports : l’invention d’un ministère (1928 – 1948)

par Marianne Lassus

En 2016, Jeunesse et Sports a fêté dans la plus grande discrétion ses soixante-dix ans tandis que la figure de Léo Lagrange, même modestement, était célébrée en même temps que les quatre-vingts ans du Front populaire. Du sous-secrétariat d’État à l’Éducation physique d’Henry Paté en 1928 à la direction des Sports de Gaston Roux en 1948, ce sont les ruptures politiques, le Front populaire, Vichy, la Libération, et les continuités administratives au cours de ces vingt années qui ont fondé ce nouveau segment ministériel.

Interrogeant l’évolution des labels (éducation physique, sports, jeunesse, loisirs, éducation populaire) significative d’affichage ou de programme politique et les rattachements successifs souvent en accordéon (l’Armée, l’Éducation nationale, la Santé), l’ouvrage accorde également une place essentielle aux hommes qui « ont fait » Jeunesse et Sports : les ministres ou secrétaires d’État (parfois très connus comme Léo Lagrange ou Jean Borotra, souvent oubliés, comme Pierre Dézarnaulds ou Joseph Pascot) et leurs entourages, les directeurs d’administration centrale mais aussi « sur le terrain », les inspecteurs de la Jeunesse et des Sports.

Cet ouvrage, issu de la publication d’une thèse, rend accessible à tous cette histoire mouvementée d’un ministère en construction et permet de mieux comprendre l’identité et la genèse de Jeunesse et Sports.

Éditeur : INSEP-Editions / Collection : Hors collection
Auteur : Marianne Lassus
Prix public : 25 €
Date de parution : juin 2017
ISBN : 978-2-86580-230-2

Georges Despaux à Buchenwald

Georges Despaux à Buchenwald
Des dessins pour l’histoire

Par Laurent Jalabert

Fils de pépiniéristes relativement prospères de Salies-du-Béarn, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, Georges Despaux vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Les dessins publiés dans l’ouvrage, pour beaucoup inédits, cédés à sa mort à la famille Vanmolkot qui en a autorisé la reproduction, sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. Accompagnés de textes de présentation brefs, ils sont avant toute chose un témoignage pour une page sombre de l’histoire européenne.

Ouvrage publié sous la direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA3002), avec la participation de Philippe Chareyre, Sabine Forero-Mendoza et Henrik Vanmolkot.

Cet ouvrage a été publié avec le soutien de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’ONAC-VG 64, et du ministère de la Défense (GIP 70ème anniversaire de la Libération).

9782350685557
septembre 2017
128 pages

Parution: Universités et Territoires

Universités et Territoires
Université en transition
N° 1

Sous la direction de Laurent JALABERT

Les universités ne sont pas de simples lieux de formation ou de recherche, elles sont des institutions actrices du développement de leur territoire, en lien avec les acteurs économiques, culturels, loin d’être un vase clos, mais bien un espace ouvert. Pour autant, la France ne dispose pas de villes universitaires comme ses voisins européens, à savoir des villes qui se sont construits et continuent à se développer autour de leurs universités ; mais elle est composée d’une myriade de sites qui accueillent des universités… Au-delà d’un débat sur les mutations les plus contemporaines de la  structuration de l’université française dans ses liens au territoire (L. Jalabert), l’ouvrage, pluridisciplinaire, mêlant paroles de chercheurs et d’acteurs, évoque les cas d’Angers (Y. Dénéchère), Bordeaux (O. Ratouis), Toulouse (M. Grossetti), Savoie-Mont-Blanc (D. Varaschin) et Pau (G. Di Méo, F. Métras et G. Pijaudier-Cabot).

Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) et membre du laboratoire ITEM (EA 3002).

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

€14.00

Sommaire

Febus 2.0 : présentation, 19 octobre 2017

Le laboratoire de l’université de Pau et des pays de l’Adour ITEM (EA 3002) est partenaire du projet Febus 2.0, porté par l’Atelier In8 installé à Serres-Morlaàs, lauréat de l’appel à projets régional Aquitaine Cultures connectées 2015.

Cette création transmédia vise à présenter le patrimoine intellectuel et territorial du Béarn de Fébus à travers trois bandes dessinées (format 16 x 24cm, 32 pages, couleur), une application gratuite pour téléphone mobile ou tablette, permettant un jeu géolocalisé articulé à la lecture et à des visites des sites dits fébusiens.

Les trois bandes dessinées (Zénith, Soleil noir, Eclipse) ont été scénarisées par Lucie Braud, alias Catmalou (adaptatrice du roman Le dernier des Mohicans) : elles retraçent les grands moments de la vie de Fébus entre roman d’espionnage et policier. Les dessins, inspirés de l’esthétique des comics, sont signés Joseph Lacroix, dessinateur toulousain qui a travaillé pour les éditeurs américains de Diablo 3 et World of Warcraft. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, maîtres de conférences en histoire du Moyen Âge à l’UPPA, ont apporté leur conseil scientifique à ces bandes-dessinées, créations qui ciblent les élèves de collège.

Depuis le 1er juin 2017, le site www.febusaban.fr est ouvert, les comics ont été distribués à 8000 collégiens béarnais et sont disponibles sur le site web, dans les Espaces Culturels Leclerc du sud-ouest, l’application mobile est téléchargeable…

Après des présentations et signatures organisées en Béarn, aux châteaux de Moncade en juin, de Montaner, en juillet,

Prochain rendez-vous, le jeudi 19 octobre, à Pau, Espace culturel Leclerc Parvis 3,

en présence de Lucie Braud, Joseph Lacroix, Véronique Lamazou-Duplan, Dominique Bidot-Germa et de toute l’équipe de l’Atelier In8.

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre: Tarbes

Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque organisé par l’Equipe d’Accueil ITEM (EA 3002 – Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui s’est tenu à Tarbes le 9 avril 2016.

Il aborde la problématique du « front intérieur », comme l’on désigne aujourd’hui l’arrière, pendant la Première Guerre mondiale, à l’échelle d’une ville moyenne du sud-ouest de la France, travaillant à l’effort de guerre, Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Y ont collaboré des archivistes et des chercheurs qui connaissent bien l’histoire de Tarbes et des Hautes-Pyrénées : Monique Certiat, Pascale Leroy-Castillo, Jean Courtadet, José Cubero, Thomas Ferrer, Robert Vié et Sylvaine Guinle-Lorinet.

Sous le direction de Sylvaine Guinle-Lorinet
Mai 2017, 144 pages
ISBN : 978-2350684574
20 EUR

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)

 

Febus 2.0

 

Le laboratoire de l’université de Pau et des pays de l’Adour ITEM (EA 3002) est partenaire du projet Febus 2.0, porté par l’Atelier In8 installé à Serres-Morlaas, lauréat de l’appel à projets régional Aquitaine Cultures connectées 2015.

Cette création transmédia vise à présenter le patrimoine intellectuel et territorial du Béarn de Fébus à travers trois bandes dessinées (format 16 x 24cm, 32 pages, couleur), une application gratuite pour téléphone mobile ou tablette, permettant un jeu géolocalisé articulé à la lecture et à des visites des sites fébusiens.

Les trois bandes dessinées (Zénith, Soleil noir, Eclipse) ont été scénarisées par Catmalou (adaptatrice du roman Le dernier des Mohicans), retraçant les grands moments de la vie de Fébus entre roman d’espionnage et policier. Les dessins, inspirés de l’esthétique des comics, sont signés Joseph Lacroix, dessinateur toulousain qui a travaillé pour les éditeurs américains de Diablo 3 et World of Warcraft. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, maîtres de conférences en histoire du Moyen Âge à l’UPPA, ont apporté leur conseil scientifique à cette création qui cible les élèves de collège.

Depuis le 1er juin 2017, le site www.febusaban.fr est ouvert, les comics ont été distribués à 8000 collégiens béarnais et sont disponibles sur le site web, dans les Espaces Culturels Leclerc du sud-ouest, l’application mobile est téléchargeable…

Des événements et présentations seront prochainement organisés en Béarn, aux châteaux de Montaner, Moncade, à la médiathèque d’Orthez, au Parvis de Pau.

Premier rendez-vous, le vendredi 9 juin 2017, Tour Moncade, à Orthez, 19h

L’Atelier In8, le label Pays d’Art et d’Histoire d’Orthez et du Béarn des Gaves et Orthez Animations, ont le plaisir de vous convier au lancement du projet transmedia Febus 2.0 au Château Moncade à Orthez le 9 juin à 19h.

  • Présentation du projet par Fabrice Delpech
  • Dialogue autour de la création des planches des Comics avec la participation de Véronique Lamazou-Duplan, Dominique Bidot-Germa (maîtres de conférences de l’université de Pau) et Joseph Lacroix (dessinateur).
  • Séance de signature et animation théâtralisée autour de Gaston Fébus.

Qu’est ce que la misogynie?

Qu’est-ce que la misogynie ?

Par Maurice Daumas

Les Éditions Arkhê

Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement « la haine des femmes », ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c’est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie « masquée » s’invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l’intimité des couples.
Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au coeur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles. C’est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l’histoire, la sociologie et la psychanalyse. Sur un sujet qui ressurgit régulièrement dans l’actualité au gré des affaires, ce livre indispensable ne manquera pas de vous surprendre, et de remettre en cause tout ce que vous pensiez savoir sur les relations entre les hommes et les femmes, du Moyen Age à l’affaire DSK.

Maurice Daumas est professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour, spécialiste de la sexualité, de la vie affective et des relations familiales à l’Epoque moderne.

ISBN : 978-2-918682-32-5

200 pages

Les petits vignobles

Les petits vignobles

Stéphane Le Bras (dir.)

Coédition Presses universitaires de Rennes

Avec une préface de Laurent Jalabert

Dans cet ouvrage, les petits vignobles sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Il s’agit ici de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit » de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif « petit » a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.
Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de « petit » pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Ouvrage rédigé dans le cadre du programme de Recherche de la chaire HCP autour du Programme « Les petits vignobles ».

ISBN : 978-2-86906-430-0

200 pages

Prix : 20 EUR