Archives de catégorie : Calendrier

Jeudi d’ITEM – Christophe Furon – 23 février 2023

La Hire et Poton de Xaintrailles : deux capitaines gascons au service de Charles VII

par Christophe Furon,

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Chargé de cours à l’Université de Nantes

Issus de la petite noblesse gasconne, les capitaines Étienne de Vignoles, dit La Hire, et Jean, dit Poton, de Xaintrailles apparaissent dans l’Histoire en 1418 au service du dauphin Charles, futur Charles VII et le servent jusqu’à leur mort, respectivement en 1443 et 1461. Ils s’affirment comme les principaux capitaines du roi, participant à tous les faits militaires majeurs du règne. Hommes de confiance de Charles VII, ils exercent plusieurs offices et contribuent à la réaffirmation du pouvoir royal. Ils connaissent ainsi une ascension importante, Poton de Xaintrailles devenant maréchal de France en 1454. Cette communication présentera les différentes étapes de leur carrière au service du roi, leur activité d’entrepreneurs de guerre et les ressorts de leur renommée et de leur ascension, qui ne tiennent pas seulement à leurs exploits militaires.

Date : 23 février 2022

Heure : 14h-15h30

Lieu : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, bâtiment ICL, salle Chadefaud

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Soutenance de thèse – E. Acerete de la Corte

ACERETE DE LA CORTE Eduardo

M. Eduardo ACERETE DE LA CORTE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire , Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en cotutuelle avec l’université de Saragosse (Espagne), le 12 décembre 2022 à 9h00 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Sujet de la thèse :

Carlos E. Corona Baratech et le modernisme dans le franquisme

Directeur de thèse : L. Jalabert ITEM-UPPA

En savoir plus

Soutenance de thèse – Pie NDAYISHIMIYE

M. Pie NDAYISHIMIYE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour le 13 décembre 2022 à 14h00 en salle Chadefaud, sur le sujet suivant :

“La fin de la monarchie au Burundi XIX-1962”

Directeurs de thèse C. THIBON (UPPA ITEM) et M. MUKURI (AUF Bujumbura)

Résumé :

Vers les années 1750, la Royauté burundaise sort de plus en plus des sombres périodes des origines pour imposer, à partir du mwami Mutaga Senyamwiza sa domination  sur une partie importante du territoire burundais actuel. Elle atteint son apogée dans la 1ère moitié du 19ème siècle sous le règne du Mwami Ntare Rugamba. Elle avait dans une large mesure construit sa légitimité populaire sur ses origines mythiques et divines, médiatisée par une série de  rituels magico-religieux qui la sacralisaient et l’imposaient sur l’échiquier national.
A la fin du XIXe siècle, la royauté a connu une série de crises (crise de successions, crises écologiques. rébellions,…) qui ont fragilisé la monarchie et l’ont rendue vulnérable avant même la conquête et l’occupation coloniales du pays au début 20ème siècle. Son affaiblissement s’est fait remarquer avec la désacralisation de l’autorité royale et le retrait au Mwami de l’essentiel de ses  attributs. Une telle mutation fut une étape importante vers la  modernisation de la monarchie qui, dans son basculement socio-historique et démocratique, a abouti  au tournant des années 1950/1960 à la fin de la monarchie de droit divin et à la consécration de la monarchie constitutionnelle à la veille de l’indépendance du Burundi en 1962.

Soutenance de thèse – Thierry CASSOU

Le 8 décembre 2022 – 14h00

M. Thierry Cassou soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, sous la direction de Laurent Jalabert

La métamorphose et les pratiques urbaines à Pau : la fabrique de la ville du Second Empire au début de la Troisième République“,

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Résumé

Du Second Empire aux débuts de la Troisième République, la ville de Pau connaît une série de transformations qui l’inscrivent dans le cadre du mouvement du siècle : les influences de la rénovation urbaine qu’enclenche le baron Haussmann et du mouvement de l’hygiénisme conduisent à opérer à l’échelle de la ville des actions qui visent la salubrité et le bien-être, le tout dans un contexte local singulier, celui de sa mise en tourisme.
En s’appuyant sur des législations nationales, les municipalités successives mènent une lutte contre les foyers de l’insalubre au niveau de l’Habiter : sont alors visées la qualité des logements, la gestion des fluides délétères ou encore les industries polluantes. C’est durant ce quart de siècle, que la construction d’un système général d’égouts met fin à des formes de gestion individuelles plus qu’imparfaites. De manière liée, le ruisseau Le Hédas, qui était devenu au fil du temps un dépotoir à ciel ouvert, est recouvert. Enfin le Conseil départemental d’hygiène et de salubrité, nouvellement nommé, mène aux côtés des élus la lutte contre toutes les formes de l’insalubrité, tout particulièrement celles des logements et des industries polluantes. Au nom des théories aériste et miasmatique, les conditions de vie des habitants sont observées et de nombreuses préconisations données. Ce n’est finalement qu’à la fin du siècle que les avancées de Pasteur se font sentir.
L’autorité municipale poursuit l’amélioration de l’état sanitaire de la ville. Avec l’aménagement d’une conduite depuis les sources du Néez, un premier réseau d’adduction d’eau est mis en place. Etape majeure dans l’histoire de la ville, il signe son entrée dans la modernité et offre le loisir aux municipalités de mettre en œuvre une première politique municipale de l’eau. L’hygiène des rues qui lui est directement liée constitue un second levier. Si la ferme des boues est une activité ancienne à Pau, le remaniement de cette entreprise durant le Second Empire traduit, avec des succès mitigés, des préoccupations autour du propre et du sale. Enfin les efforts portent sur les activités dégradantes. Un nouvel abattoir est construit dans le quartier de Jurançon annexé, en lieu et place de celui de la Basse-Ville, confirmant ainsi que son éloignement est indispensable au bien-être des habitants. La question du marché couvert est plus épineuse. Disséminés dans la ville, ce n’est qu’aux débuts de la Troisième République, et après moult difficultés, que les élus parviennent à rassembler ces activités dans deux lieux spécialement dédiés, créant ainsi de nouvelles centralités dans la ville.

Enfin la voirie urbaine devient un levier pour garantir la sécurité et le bien-être des usagers. A la faveur d’un nouveau plan d’alignement, des rues sont redressées, lissées et même percées. Deux nouveaux quartiers voient également le jour. Mais si bâtir sur de l’inexistant reste largement possible, les élus reculent devant des projets qui mèneraient à de trop grandes expropriations. Le pavage des rues, la construction des trottoirs et la mise en place de l’éclairage de la ville au gaz conduisent également à améliorer et garantir la circulation dans la ville. Enfin, c’est dans ce contexte de mise en tourisme, que la cité paloise, capitale administrative et judiciaire, voit se développer une nouvelle activité, l’urbanité de promenade. Les élus cherchent alors à la garantir en embellissant et en aménageant les places. La construction du boulevard du Midi signe l’exemple le plus abouti de réalisation au service de cette activité. De même la place Royale devient la vitrine de la ville.

Au total, durant ce quart de siècle, toutes ces transformations conduisent lentement la cité d’Henri IV vers une nouvelle modernité : elles visent le bien-être des populations et participent de la définition de nouvelles urbanités et de nouvelles citadinités en lien avec le Care. Elles offrent enfin aux habitants la possibilité d’exprimer de nouvelles sensibilités.

Journée d’étude “BD et environnement”

Journée d’étude organisée par le 3ème réseau BD Région Nouvelle Aquitaine (3RBD), les Laboratoires ITEM, ALTER, TREE (Université de Pau et des Pays de l’Adour), le Master HCP

Vendredi 02 décembre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Amphithéâtre de la Présidence

Programme

MATIN

9h00 — Accueil

9h15 — Ouverture de la journée d’étude, mot des organisateurs ; intervention de Frédéric Chauvaud (Responsable scientifique du réseau 3RBD)

9h20 Frédéric Chauvaud (Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, CRHIAM)

 BD et histoire, ce qu’apporte la BD aux sciences humaines

9h50 Fatima Seddaoui (Docteur en lettres modernes à l’Université Toulouse Jean Jaurès, LLA-CREATIS)

Contexte et environnement dans une bande dessinée SF : Les Lotophages d’après Homère par Valérie Mangin

10h20 Pause

10h30 — Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM)

L’écologie politique par l’humour : la pollution dans les BD de G. Lagaffe

11h00 — Julie Gallego (Maîtresse de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ALTER)

Le désarroi du Trompe-la-mort : l’Ankou face au danger du nucléaire en Bretagne

12h00 — Pause déjeuner

APRÈS-MIDI

14h — Patrice Ballester (Enseignant-chercheur EURIDIS Business School Sales Lab, Paris)

Mœbius, un imaginaire écologiste ?

14h30 — Jean-Yves Puyo (Professeur de géographie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, TREE)

Un essai d’entrisme écologique au sein des éditions Dupuis : l’épisode éphémère du Trombone illustré

15h00 Discussion

15h30 — Vincent Marie (Docteur en histoire, agrégé d’histoire et géographie, documentariste)

Rêves arctiques, les traces d’un regard

Diffusion du film documentaire Les Harmonies invisibles (Laurent Marie & Vincent Marie, 2021, 77 min) et discussion avec le réalisateur

17h30 — Fin de la journée

Jeudi d’ITEM – Jérôme Jambu – 24 novembre 2022

La souveraineté monétaire en question dans les Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècle)

par Jérôme Jambu, Maître de conférences/HDR en histoire moderne à l’IRHIS (Université de Lille)

La monétarisation des échanges au sein des colonies françaises établies dans les îles des Antilles paraît de prime abord limitée et complexe. C’est d’abord la conséquence de la politique économique et financière du pouvoir central qui limite ses envois en numéraire au strict nécessaire (solde des troupes, construction et entretien des fortifications et de la flotte, etc.) et qui, longtemps pétri de mercantilisme et de bullionisme, y interdit toute exportation d’espèces. C’est aussi le résultat des échanges avec la métropole qui, lorsqu’ils sont au bénéfice de celle-ci, en retire des pièces d’or et d’argent en règlement des produits importés du Vieux Continent. Enfin, l’état de guerre récurrent sur cette façade de l’océan Atlantique accuserait le phénomène de fuite des espèces (course, blocus, recherche de nouveaux fournisseurs et augmentation des prix).

Si bien que les Français qui y sont établis doivent importer de la monnaie en fraude par rupture du monopole commercial et recourent ainsi aux monnaies étrangères des empires coloniaux producteurs voisins, l’Espagne et le Portugal. Il faut également, parfois, inventer et diffuser des moyens de paiement alternatifs à la monnaie traditionnelle, toujours trop rare pour satisfaire la totalité des échanges et qui peut présenter un pouvoir libératoire inadapté. D’autant qu’il est officiellement interdit de produire de la monnaie sur place, le droit régalien de battre monnaie étant jalousement réservé à l’hexagone. Ces monnaies étrangères ou nouvelles, parcellaires ou fiduciaires, font dès lors leur expérience avec des succès différents : piastres espagnoles et moëdes portugaises ; billets du Trésor colonial à Saint-Domingue et en Martinique ; flans monétaires de récupération en billon dont la valeur est augmentée au temps de la guerre d’Indépendance américaine ; pièces d’argent américano-espagnoles découpées artisanalement en mocos et renchéries ; etc.

En la matière, les autorités locales font preuve d’une grande imagination et sont à l’initiative, de concert avec les colons. Elles doivent cependant justifier leurs choix auprès d’un pouvoir central sceptique quand il n’est pas réticent. Essayant de pallier ses manques, voire de contrecarrer ce qu’il considère comme des solutions empruntes d’un certain esprit d’indépendance, celui-ci répond par des créations d’espèces spécifiques, corrige le prix de celles qui circulent, voire interdit des pratiques monétaires qui lui échappent. Mais c’est, au final, les usagers et la pratique locale qui font la crédibilité de la « monnaie coloniale » et lui permet de circuler. La souveraineté, en la matière, échappe souvent à l’état.

Conférence accessible à distance via TEAMS (sous réserve) : Cliquez ici pour participer à la réunion

Ou en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – Bâtiment DEG, salle D18 (accès du côté des Écoles doctorales)

16h00-17h30

Jeudi d’ITEM – 13 octobre 2022 – Aurélien Lignereux

Aux limites d’un empire : circulations et contestations dans l’Europe napoléonienne ?

 

L’intérêt d’Aurélien Lignereux pour l’Empire de Napoléon est déjà ancien et remonte au moins à ses premiers pas comme chercheur, avec une étude sur la police de Fouché. Historien dix-neuviémiste, son travail a successivement porté sur les résistances villageoises à la gendarmerie et sur les serviteurs de l’État impérial à travers l’Europe. En étudiant la gendarmerie, institution ancrée dans le territoire et au cœur de la relation État-société mais pour cela même volontiers réduite à sa fonction d’effigie et longtemps dédaignée par l’histoire universitaire, Aurélien Lignereux est l’un de ceux qui ont participé à la dynamique de recherche ayant installé l’histoire sociale de l’État, telle que l’initiait Jean-Paul Jourdan, afin de mieux comprendre les réactions de rejet et le processus d’acceptation qu’a suscité le développement de la gendarmerie dans la France du XIXe siècle. Dans le sillage de sa thèse, et mettant à profit une méthodologie d’approche quantitative, néanmoins attentive à chacune des 4 000 rébellions collectives identifiées, reconstituées et exploitées dans une base de données (à la manière de l’équipe réunie par Jean Nicolas pour La Rébellion française), il a ouvert son cadre d’étude à l’espace européen placé sous la domination française durant la Révolution et l’Empire. Parce que les policiers et les gendarmes envoyés dans les départements réunis se sont révélés être, pour qui sait repérer des sources alternatives, des expatriés avant la lettre, c’est à une approche plus large des Impériaux qu’Aurélien Lignereux s’est essayé, étendant son corpus à l’ensemble des agents civils envoyés dans ces territoires rattachés. Appréhender ces hommes dans leur épaisseur sociale et familiale nourrit alors une réflexion sur les circulations, la conception de l’espace et des frontières, les identités et la nationalité, ainsi que sur le capital professionnel de telles mobilités, y compris lors du retour en France.

Date : 13 octobre 2022

Heure : 14h-15h30

Lieu : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, bâtiment Gestion, Économie, Droit (GED), salle D04

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

La défense de la souveraineté monétaire en Espagne

Journée d’étude “La défense de la souveraineté monétaire en Espagne. Contrôles et représentations des échanges monétaires (XVIIe-XIXe siècle)”

Coordinateur : Olivier Caporossi (ITEM, UPPA)

Vendredi 7 octobre 2022
Salle Chadefaud, bâtiment Claude Laugénie,

Université de Pau et des pays de l’Adour

PROGRAMME

9H45-12H15
Présidence de séance : Olivier Caporossi
9H45 Olivier Caporossi (Maître de conférences en histoire moderne, UPPA), Présentation de la Journée d’Etude. 10H Blandine Daguerre (Maître de conférences en Espagnol, ALTER-UPPA), Le traitement littéraire du motif de la monnaie dans les oeuvres du siècle d’or.
10H40 Isabel Ibañez (Professeur émérite d’Espagnol, UPPA), Les manipulations monétaires et la comedia : un non-sujet théatral ?
11H15 Pause
11H30 Albert Estrada Rius (Conservador Jefe, Gabinet Numismàtic de Catalunya, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelona), La falsificación de moneda en una tierra de frontera : Cataluña 1808-1908 (Visio-conférence)


14H30-17H15
Présidence de séance : Isabel Ibañez
14H40 Olivier Caporossi (ITEM, UPPA), La Navarre espagnole face aux faux billons (1598-1635).
15H30 Susana Truchuelo Garcia (Profesor titúlar de historia moderna, Universidad de Cantabria), Intercambios monetarios: mecanismos de fraude y agentes de control en el País Vasco en la Alta Edad Moderna.
16H15 Pause
16H30 Tomas Antonio Mantecón Movellan, (Catedrático de historia moderna, Universidad de Cantabria) Redes y agentes de contrabando de moneda y metales preciosos en la España del siglo XVII, crimen organizado? (Visio-conférence).


Si vous voulez suivre la Journée d’Etude à distance : Cliquez ici pour participer à la réunion

Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le théâtre du XXIe siècle

Congrès international de l’AITS21 (Asociación Internacional de Teatro Siglo 21)

En hommage au Professeur José Romera Castillo, Président d’honneur de l’AITS21

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T

Université de Pau et des Pays de l’Adour

12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution. 

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une œuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre classique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.  

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) : 

– L’Histoire dans le Théâtre. 

– Le Théâtre et la Mémoire.  

– Le Théâtre comme Patrimoine. 

– Le Patrimoine comme Théâtre. 

– Identité, altérité, discrimination, sur scène. 

*

Inscription : 

Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants). Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com

*

Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.

Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne. 

Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.

Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.

*

Comité d’organisation :

Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED. 

Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

*

Comité scientifique :

Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.

Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA). 

Ana R. Calero, Universitat de València.

Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid). 

Gabriela Cordone, Université de Lausanne.

Rosa de Diego, UPV/EHU.

Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).

Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour. 

Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.

Veronica Orazi, Università di Torino.

Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid

Isabelle Reck, Université de Strasbourg

Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.

Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Responsable :

Beatrice bottin

url de référence

https://theatre-plateau.unistra.fr/asociacion-internacional-de-teatro-siglo-21/los-congresos-de-la-aits21/iv-congreso-de-bayona-francia/

adresse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Flaran 2022

Du 13 octobre 2022 au 14 octobre 2022

Les paysans de montagne aux époques médiévales et modernes

Musée national et domaine du château de Pau

Événement hybride : sur site et en ligne

Pour tous renseignements concernant le déroulement de ces journées, l’inscription ou le lien de connexion, s’adresser à  : Alain Champagne contact @ journeesflaran.org

Dans le cadre de la 43ème édition des Journées internationales d’histoire de Flaran, ce colloque s’intéresse aux paysans et aux rapports qu’ils entretiennent avec l’environnement montagnard dans l’Europe médiévale et moderne. Rapports aux marchés, liens de solidarités, vie matérielle ou organisation domestique seront notamment abordés par des historiens et des archéologues au cours des journées qui auront lieu au Musée national et domaine du château de Pau.

Programme :

Jeudi 13 octobre

9h30-10h10 : rapport introductif

Vie matérielle, organisation domestique et habitats
  • 10h10-10h50 (R) Christine Rendu et Sylvain Burri (Université de Toulouse – Jean Jaurès), Habiter les versants de montagne au Moyen Âge et à l’époque moderne (matérialité, temporalité, mode de vie)

10h50-11h10 : discussion

11h10-11h25 : pause

  • 11h25-11h50 : (C) Valentin Chevassu (Université de Franche-Comté), Paysans et moyennes montagnes. Données archéologiques, textuelles et paléoenvironnementales sur le Jura et le Morvan médiéval et moderne
  • 11h50-12h15 : (C) Joséphine Moulier (Université de Clermont-Auvergne), Être paysan et habiter la montagne : appropriation et préservation des biens communs dans la moyenne montagne cantalienne (XIIIe-début XVIe siècle)

12h15-12h35 : discussion

  • 14h30-14h55 : (C) Riccardo Rao (Université de Bergame), La maison sur le pré : habitat, prés et biens communaux dans la montagne lombarde du moyen âge tardif
  • 14h55-15h20 : (C) Anna Maria Stagno (Université de Gênes), Mountain landscape and settlements between seasonality and local practices: an archaeological perspective to the social occupation of the space. Case studies from Southern Europe

15h20-15h40 : discussion

15h40-15h55 : pause

Paysans de montagne, économie et rapports au marché
  • 15h55-16h20 : (C) Aleksander Panjek (Université de Primoska, SL), Historiographical concepts on peasant economy and the role of the mountains
  • 16h20-16h45 : (C) Roberto Leggero (Università della Svizzera italiana), Tra alpeggi e mercato. Economia delle comunità della Val Vigezzo tra esigenze locali e mercati sovralocali (secoli XII-XIV)
  • 16h45-17h10 : (C) Marc Conesa (Université de Montpellier 3), D’une montagne à tout prix au « grand marché » : La Solana d’Andorre et l’économie-monde paysanne (XVIIe-XIXe siècles)

17h10-17h30 : discussion

Vendredi 14 octobre
  • 9h-9h40 : (R) Verna Catherine (Université de Paris 8), Variations autour de la pluriactivité. Le paysan, les Pyrénées et l’économie globale (XIVe-XVIe siècles)
  • 9h40-10h05 : (C) Claudio Lorenzini (Université de Udine) et Matteo di Tullio (Université de Pavie), Contadine, artigiani, commercianti. Il lavoro agricolo delle donne in Friuli in età moderna

10h05-10h25 : discussion

10h25-10h40 : pause

Solidarités, dépendances, réseaux et structures politiques
  • 10h40-11h20 : (R) Sandro Guzzi-Heeb (Université de Lausanne), Confréries catholiques, discipline politique et sexuelle dans des communautés paysannes alpines
  • 11h20-11h45 : (C) Nicolas Carrier (Université de Lyon III), La dépendance paysanne dans les Alpes, de la seigneurie à l’Etat (XIe-XVe siècles)

11h45-12h05 : discussion

  • 14h-14h25 : (C) Mira Montanari (Università di Milano), L’Universitas della Valsesia. Una istituzione politico-amministrativa tra dipendenze sovralocali e solidarietà interna (XII-XIV sec.)
  • 14h25-14h50 : (C) Marco Cassioli (Université Aix-Marseille), Communautés rurales et pouvoirs centraux face aux conflits. La vallée de la Nervia dans le premier âge moderne

14h50-15h10 : discussion

15h10-15h30 : conclusions du colloque

Comité d’organisation :

Dominique Bidot-Germa  – ITEM UPPA

Alain Champagne – ITEM UPPA

Emmanuelle Charpentier – Université Toulouse Jean Jaurès

Anaïs Comet – FRAMESPA

Guilhem Ferrand – Université Toulouse Jean Jaurès

Thomas Labbé – ARTEMIS

Philippe Meyzie – Université Bordeaux Montaigne

Sylvain Olivier – Université de Nîmes

Nuit européenne des chercheurs 2022

Le 30 septembre 2022

La recherche souvent décrite comme une terre de rigueur, où rien n’est laissé au hasard, et tout est anticipé. Cette année, la Nuit Européenne des Chercheur.e.s vous fait découvrir une autre face des sciences : face à l’inconnu, à la découverte, les imprévus sont la norme, plutôt que l’exception ! En échangeant directement avec les acteurs et actrices de la recherche, vous pourrez découvrir le travail quotidien qui mène à la connaissance, à travers un sinueux chemin rempli d’impasses et de rebondissements.


Comment peut-on prévoir le climat dans plusieurs années, mais plus difficilement la météo dans une semaine ? Comment anticiper tous les aléas possibles afin de déposer un robot sur Mars ? Comment une rencontre fortuite, peut-elle changer toute la carrière d’un.e chercheur.e et mener à de nouvelles découvertes ?
A travers des formats de rencontre variés, confronté vous aussi, pour un soir, à l’imprévu !


A travers des formats de rencontre variés, devenez pour un soir, la rencontre imprévue des chercheur.e.s !

Au Musée Jeanne d’Albret à Orthez, avec Philippe Chareyre et Dénes Harai

Au Musée national et domaine du château de Pau avec Abel Kouvouama

Informations pratiques

Vendredi 30 septembre – de 18h à 22h

12, rue du château, Pau

Contact

06 15 17 57 98

Programme

  • Les chercheur.e.s vous attendent avec des objets, des expositions, des expériences décalées, des jeux.
  • Plus de 40 thématiques de recherche : le chaos, les nanotechnologies, l’histoire de l’esclavage, la rencontre en littérature, des jeux quantiques, l’économie autour du compteur Linky, l’orientalisme, la représentation Queer, les risques nucléaires, etc…

Les rendez-vous

Les temps-forts de la soirée :

Le speed searching,

prenez votre ticket pour rencontrer un.e chercheur.e inconnu.e et laissez-vous surprendre !


Faire de la recherche sur de la danse, du théâtre, de la musique ?
Oui les arts seront présents sous le spectre des recherches universitaires et illustrés par des performances : théâtre d’improvisation, improvisation chorégraphique et petits concerts des enfants d’El camino, suivis de près par un conseil scientifique.


Comment faire une pause active et lutter contre la sédentarité ?
Venez l’apprendre avec un chercheur en sport. 

JE “Processus de modernisation/ “réformation” des institutions à la renaissance

Journée d’étude dans le cadre de l’inauguration de l’exposition L’art de régner du programme ANR AcRoNavarre, actes royaux de Navarre

Jeudi 23 juin 2022

Casa de Velazquez, Madrid

Coordination

Álvaro ADOT LERGA Universidad Complutense de Madrid
Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-
Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-

Organisation
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collaboration
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Universidad Complutense de Madrid, Musée national et Domaine du Château de Pau

PROGRAMME

11h Ouverture
Jean-Michel CASA Embajador de Francia en España
(por confirmar), Laurent BORDES Presidente de la UPPA (o representante), Nancy BERTHIER Directora de la Casa de Velázquez

11h15-13h30 Processus de modernisation/réformation des institutions à la Renaissance

Presidencia
Oscar VILLARROEL Universidad Complutense de Madrid

José Manuel NIETO Universidad Complutense de Madrid
La “reformación” de los Reyes Católicos

Manuel RIVERO Universidad Autónoma de Madrid
La monarquía de Fernando el Católico, modelo de gobierno para Carlos V

Álvaro ADOT  Universidad Complutense de Madrid
Le cas de la Navarre et le Béarn sous les Albret entre 1484 et 1555 (« institutions civiles »)

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et des domaines des Albret-Bourbon entre 1555-1594 (« institutions civiles »)

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et du Béarn sous les Albret-Bourbon entre 1484-1594 (« institutions religieuses »)

15h30-17h Projet ANR – AcRoNavarre. Exposition L’art de régner. Les rois de Navarre à la Renaissance

Presidencia
Véronique LAMAZOU-DUPLAN Université de Pau et des Pays de l’Adour

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Bilan du programme

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
La base de données AcRoNavarre

Conclusion

Carmén SÁNZ AYÁN
Universidad Complutense de Madrid
Real Academia de la Historia