Archives de catégorie : Tous les billets

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise
(Europe, Afrique, Amériques)
9h00 – 17h30
UPPA- Salle du Conseil, Bâtiment Lettres SH
Avec le soutien de  la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages, de l’Ecole Doctorale des Sciences Sociales et Humanités, Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM), Les Afriques dans le monde (LAM) et ALTER.

Le séminaire du mardi 27 février 2018 fait suite à une série de trois séminaires de 2017 qui ont été consacrés aux questions d’identités et de discours dans les sociétés du Maghreb, d’Afrique centrale et de la région des Grands lacs. La réflexion nous avait  amené à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social ont affecté les acteurs politiques et la société civile. Les intervenants s’étaient interrogés de savoir quels sont les discours, les nouveaux dispositifs politiques et sociaux qui ont modelé les identités multiples d’acteurs anciens comme nouveaux ? Quelles sont les pesanteurs structurelles, cycliques et les nouvelles donnes observables ? Et comment le chercheur ou la chercheure des sciences sociales et humaines peut-elle ou peut-il contribuer à des analyses pertinentes des processus de délégitimation et de radicalisation sur les terrains étudiés?

Pour ce second séminaire, les intervenants seront amenés à analyser quelles sont les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise qui sont élaborées pour construire la paix et réinventer le lien social encore fragile, après de longues périodes de conflits et de violences guerrières.  En effet, les processus de « sorties de crises » de ces dernières années à travers par exemple la commission « Vérité et Réconciliation » en Afrique du Sud et les conférences nationales dans la plupart des sociétés africaines subsahariennes ont mobilisé l’attention de plusieurs analystes sur leur caractère inédit ; notamment du fait des procédés utilisés pour sortir de la crise, à savoir, le choix de l’espace de la négociation et de la médiation en vue de la réconciliation, le compromis nécessaire entre les acteurs concernés, l’accomplissement et l’observation des rites expiatoires pour conjurer la violence entre les individus, les groupes et les sociétés ; les modalités de gestion permanente des situations post-crises et post-conflits par l’articulation du traitement politique et judiciaire de la crise combinée avec son traitement religieux, selon le triptyque  énonciation de la vérité – reconnaissance de la faute commise par le ou les individus –  sollicitation du pardon ; enfin, l’institution de la parole dite pour exorciser le mal et le crime commis individuellement dans le champ social et le champ politique.

A travers des regards comparés et interdisciplinaires, les interventions programmées s’emploieront à apporter des éléments de réflexion nécessaires à la compréhension des questions étudiées.

Programme

8h45: Accueil

9h00-9h20: Mot d’accueil des organisateurs
– Mot du Directeur de l’Ecole Doctorale 481, Pr. Jean-Yves PUYO
– Mot de la Directrice de la Fédération de recherche, Pr. Nadia MEKOUAR
  • Session 1: Négocier est-ce possible?
9h20-9h40: Pr. Abel KOUVOUAMA, Politiques mémorielles, « régimes » de vérité et modalités de sortie de crise : quelques « foyers d’expériences »
9h40-10h00: Pr. Cyrille KONE, Comment croire encore à la réconciliation au Burkina-Faso?
Pause: 10h20- 10h30
  • Session 2: Les choix des institutions et du politique: entre justice et commémoration?
10h30-10h50 : Pr. Jean-Pierre ALLINNE, Commémorations, mémoriaux et pratiques différenciées de la mémoire au Rwanda
10h50-11h10 : Dr. Emilie MATIGNON, Approches restauratives et sorties de crise : quelles autres perspectives au-delà des CVR?
11h10-11h30 : Dr. Hervé MAUPEU,  Mémoire et génocide au Rwanda: à propos de quelques ouvrages récents
  • Session 3: Les pratiques sociales alternatives : entre pardon et guérison?
14h00-14h20: Pr. Christian THIBON, Mémoire, oubli et pardon: la résilience par la religion, le recours à Dieu,  entre Imana et Kubwanda dans la Région des Grands Lacs
14h20-14h40: Dr. Alain CAZENAVE-PIARROT, Pratiques sorcellaires au Burundi: sortir de la mémoire de la crise
14h40-15h00: Pr. Patrice YENGO, Prophétismes et thérapeutiques des mémoires improbables
  • 15h45 : Session 4: Table-ronde : Ré-inventer le lien social ?

CONTACT : federationefm@univ-pau.fr et  lam-uppa @ univ-pau.fr

Télécharger le programme

Bernadotte, prince et roi de Scandinavie

Conférence « Bernadotte, prince et roi de Scandinavie »

 

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de
Romain VON DEYEN
Doctorant en histoire

« Bernadotte, prince et roi de Scandinavie (1810-1844) – vie quotidienne et grands axes politiques »

le jeudi 15 février à 17 h 30
Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – Pau

En 1810, le maréchal d’Empire Bernadotte, alors en disgrâce auprès de Napoléon et en quasi retraite sur son domaine de Lagrange, reçut l’inattendue visite d’un militaire suédois lui proposant de présenter sa candidature auprès de la Diète suédoise – le Riksdag – en vu de devenir un jour roi de Suède. À 47 ans, c’est une toute nouvelle vie qui s’ouvre devant lui : prince royal (1810-1818) puis roi de Suède et de Norvège (1818-1844). Son règne dura près de 34 ans, à l’époque charnière du passage de la Scandinavie à l’époque contemporaine. Il accompagna – ou mena – cette transition, parfois malgré lui, tant au niveau politique, économique social, sanitaire, monétaire et financier que culturel. Son long règne est très différent selon les diverses périodes qui le composent, de l’époque du légitimisme triomphant en 1816 aux prémices du Printemps des Peuples à partir de la fin des années 1830. À coté des aspects politiques, il y a aussi la vie quotidienne de ce monarque de deux royaumes qui, né roturier au sein d’une famille modeste, vivait désormais au milieu de l’aristocratie dans les palais des rois de la dynastie Vasa et ses branches collatérales.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

contact@ssla-pau-bearn.fr

Au-delà du devoir de mémoire

Au-delà du devoir de mémoire:
Enjeux politiques, esthétiques et touristiques de la muséographie des camps en Europe
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil, UFR LETTRES

 

Dans le cadre du projet de recherche pluridisciplinaire (PIR) « La Mémoire des camps d’internement des années de la Seconde Guerre mondiale : études et analyse des muséologies /muséographies européennes », sont organisées deux journées d’études intitulées « Au-delà du devoir de mémoire : enjeux politiques, esthétiques et touristiques de la muséographie des camps en Europe ».

La journée du 15 sera consacrée à l’exposé de comptes-rendus d’études menées dans plusieurs pays d’Europe centrale (Pologne, Autriche, Tchéquie, Hongrie…) ; la matinée du 16, elle, sera centrée sur l’examen d’exemples de mémoriaux situés en France (Le Camp des Milles, Rivesaltes, Gurs) et donnera alternativement la parole à des universitaires et des artistes.

Ces journées seront présentées et animées par Sabine Forero Mendoza (Professeur d’esthétique) et Jean-Luc Poueyto (Anthropologue), tous deux membres du laboratoire ITEM.

Programme
Jeudi 15 février
  • 9h. Sabine Forero et Jean-Luc Poueyto : Accueil et présentation des deux journées
  • 9h. 45  Jean-Yves Potel, Historien, auteur et ancien conseiller culturel à Varsovie : Musées, commémorations et « politique historique » dans la Pologne contemporaine
  • 10h. 45 : Pause
  • 11h. Ewa Maczek, Directrice adjointe de l’OCIM, Dijon : Quelles mises en mots dans les lieux de mémoire ? 
  • 12h Joëlle Le Marec, Professeur de Sciences de l’Information et de la Communication, GRIPIC, Université Paris 4 : Musées et médiation de la disparition 
  • 14h. 15 Christel Venzal, Maître de conférences en Aménagement-géographie, PASSAGES, UPPA : Interrogations sur la valorisation des lieux de mémoire
  • 15 h. 15  Yaël Uzan Holveck, Auteure : Un dimanche à Auschwitz, du devoir au désir de mémoire
  • 16h. 15 : pause
  • 16h. 30 Peter Kuon, Professeur d’études romanes, université de Salzbourg (Autriche) : Politiques et esthétiques mémorielles en Autriche : le complexe concentrationnaire de Mauthausen
  • 17h. 30 Dominique Chevalier, Maître de conférences-HDR en Géographie, EVS (UMR 5600), Université Claude Bernard-ESPÉ, Lyon : Les musées-mémoriaux consacrés à la Shoah comme espace-temps mémoriels collectifs et singuliers
Vendredi 16 février
  • 9h Bastien Caumont, doctorant CIFRE en géographie au Mémorial de Rivesaltes :  Entre histoire et mémoire, la convergence mémorielle au cœur de la muséographie au Mémorial du Camp de Rivesaltes
  • 9h. 45 h. Anne-Laure Boyer, artiste plasticienne : Etude de cas d’un projet artistique participatif « Lettres de Rivesaltes » : du récit individuel au récit national, dérives et usages politiques de la mémoire collective
  • 10h. 45 Stéphane Garin, artiste, musicien : Gurs. Drancy. Gare de Bobigny. Auschwitz. Birkenau. Chelmo-Kulmhof. Majdaneck. Sobibor. Treblinka, Non-lieux, fragments d’Ukraine
  • 11 h. 30  Claude Laharie, historien : Présentation du projet du mémorial de Gurs
  • 12h Sabine Forero, Synthèse des journées d’étude.
  • 14h. 17h Visite guidée du camp de Gurs (40 mn. de Pau) 
Partenariat
Laboratoire ITEM
Laboratoire PASSAGES
Laboratoire GRIPIC
Fédération de recherche
Chaire Histoire, cultures et patrimoine
Office National des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre
Amicale du Camp de Gurs
Association Terre de Mémoire et de Lutte
Association Les Basses Pyrénées dans la Seconde Guerre Mondiale
Union départementale des anciens combattants et victimes de la guerre

Télécharger le programme

Séminaire doctoral « Le terrain, la méthode et la théorie »

Troisième séance du cycle de séminaires des doctorant.e.s qui porte sur « Le terrain de la recherche en sciences humaines et sociales. De la pratique à l’analyse théorique« .
Lundi 29 janvier 2018,
de 9h00 à 12h00
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS-UPPA
Les interventions sont les suivantes:

– Romain Carrausse (géographe CIFRE) : « Méthodologie et recherche action collaborative : modalité, posture et enjeux » (9h00-9h45)
– Aude Pottier (Docteure en géographie et fondatrice d’une cellule transfert) : « Méthodologie de sciences humaines à travers un bureau d’étude ».

Télécharger le texte argumentatif.

NB: Séminaire ouvert à tout le monde (étudiant.e.s de master, doctorant.e.s, enseignant.e.s, personnel intéressé par la recherche en SSH, etc.).

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Organisées par le Laboratoire ITEM de l’UPPA dans le cadre du programme FEDER TCVPYR, l’Ethnopôle InOc Aquitaine, la
Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture
En partenariat avec la CCI Pau-Béarn

Du lundi 12 au vendredi 16 février 2018
Ouvertes à tous sur inscription

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la CCI Pau-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve des savoir-faire des entreprises artisanales qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

La formation se déroulera :
du lundi 12 au mercredi 14 à midi à la CCI Pau-Béarn, 21 rue Louis Barthou, 64000 Pau
du mercredi 14 après-midi au vendredi 16 à l’InOc Aquitaine, Château d’Este, Avenue de la Pléiade, 64140 Billère.

Inscription :
e.sabes@in-oc.org

Télécharger le programme des Journées de formation au PCI

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme

Les alter egos des souverains

Vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance

Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA.

Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT.

Présentation

Les souverains de la période médiévale et de la Renaissance sont amenés à de fréquents déplacements pour défendre par la diplomatie ou les armes leurs possessions et pour s’assurer de leur fidélité. Dans un temps où les déplacements sont longs et aléatoires, pour assurer la permanence du gouvernement de leurs États et la défense de leurs intérêts ils sont amenés à désigner des représentants de confiance pouvant les représenter en toute confiance, des alter ego dont le titre peut varier, vice-roi, lieutenant-général, selon les pratiques locales et les circonstances. Dans certains cas, en raison d’un trop grand éloignement prolongé ou de l’exercice de multiples souverainetés, cette fonction peut même devenir pérenne. D’où les spécificités du choix de ces représentants de la personne même du souverain, dont l’origine et l’autorité ne peuvent être que distinctes de celles des officiers des chancelleries et des conseils sur lesquels ils ont autorité. À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ? Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil 9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause 11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause 15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

Télécharger la présentation et le programme

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Soutenance de thèse de Clarisse Fontaine, 20/12/2017

AVIS de soutenance de Thèse
—-
Madame Clarisse FONTAINE

soutiendra sa thèse de doctorat  en langues et littératures étrangères spécialité Hispanophone

le mercredi 20 décembre 2017 à 14H30 à L’UNIVERSIT
É DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR DEG – Salle des thèses

Directeur de thèse :  Mme Dolores THION
Laboratoire :ITEM

 

  Sujet de la thèse :
   »  La trilogie de Rafael Chirbes ou l’histoire d’une génération « 

—-

Soutenance de Thèse-Bernard BOCQUENET, 8/12/17

AVIS de soutenance de Thèse
—-

Monsieur Bernard BOCQUENET

 

soutiendra sa thèse de doctorat  en HISTOIRE


le vendredi 8 décembre 2017 à 14H00 à L’UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ ADOUR

UFR DEG – Salle des thèses
Directeur de thèse :  M. Laurent JALABERT

Laboratoire :
ITEM
 
Sujet de la thèse :
  « La censure en Béarn sous Vichy 1940-1944″

—-

Chantier d’histoire

Chantier d’histoire. Un projet d’innovation pédagogique

 

Présentation du projet

Sur le principe des chantiers archéologiques, qui font participer des étudiants à la vie d’une équipe de recherche, le chantier d’histoire est un stage d’une huitaine de jours qui permettra

–          une formation en paléographie de l’époque médiévale au XIXe siècle
–          la formation par la pratique à la confection de bases de données, à la mise en application des SIG
–          un travail collectif de dépouillement qui s’intègre à une recherche pluridisciplinaire alliant le travail des textes, une pratique du terrain, des visites de sites ou de fonds remarquables
–          Initiation aux humanités numériques

Lancé en 2017-2018, ce mode de formation par la recherche, expérimenté ici dès la Licence, en lien avec le Master, pourra être pérennisé si l’évaluation est concluante.

 

Public visé

 L3 Licence Histoire / M1 et M2 de deux Master (HCP et Patrimoine et Musée)

Cette formation est proposée aux étudiants de L3 inscrits à l’Atelier de l’historien (L3 Parcours Enseignement et Recherche, aux étudiants de M1 et M2 du Master HCP, parcours Histoire-Anthropologie, sur la base du volontariat (en fonction de leur sujet), aux étudiants de M1 et M2 Master Patrimoine et Musée, sur la base du volontariat (en fonction de leur projet).

 

Cadre pratique

Le stage est organisé et encadré par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du département d’Histoire, du laboratoire ITEM, en collaboration avec des fonds d’archives et des collectivités, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège. Celles-ci accueillent matériellement les stagiaires.

L’un des intérêts majeurs du chantier d’histoire sera donc de faire découvrir ce qu’est la recherche en L3, de former par la recherche en L3 et en Master (ici une recherche collective, active, intensive, pratique et encadrée).

D’autre part, alors que la nouvelle organisation de l’établissement vise à séparer administrativement les niveaux undergraduate et graduate, ce projet vise à établir des passerelles, par un projet pédagogique et innovant, pour permettre la cohésion disciplinaire et humaine, en rapprochant les étudiants de 3e année de Licence, souhaitant se tourner vers la recherche, des étudiants de Master déjà engagés dans cette voie, ou engagés dans la formation aux métiers du patrimoine. Au-delà du côtoiement, les étudiants apprendront à travailler sur un projet en équipe, au contact de professionnels.

 

Le projet, validé, est porté par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge. Tel. (secrétariat du département Histoire, Licence) : 05 59 40 73 14

Colloque international Joseph Peyré

 
APPEL A COMMUNICATIONS –  COLLOQUE INTERNATIONAL

 

 Joseph Peyré (1892-1968) : L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture
 Hommage à Joseph Peyré au 50e anniversaire de sa mort

 

Université de Pau et des Pays de l’Adour,  les 25-27 octobre 2018

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits–nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages,
  images vaines de la rêverie,
         Il n’y a entre elles que nuance d’âme »

 

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

Les langues du colloque seront le français et l’espagnol.

 

Modalités de soumission

Date limite de soumission des résumés : 30 mars 2018.

Nous vous invitons à soumettre un résumé en français ou en espagnol d’une page maximum (environ 3000 signes), exemples et références bibliographiques compris.

Les propositions seront examinées anonymement par le comité scientifique.

Elles sont à envoyer, sans mention du nom de l’auteur ou des auteurs, par courriel en fichier attaché (.doc ou .pdf) aux adresses suivantes :

lola.thion@univ-pau.fr et  duplantierf@yahoo.fr>

Préciser dans l’objet du message : « Colloque Joseph Peyré». Indiquer dans le corps du message le nom de l’auteur ou des auteurs, le titre de la communication, l’affiliation et l’adresse électronique.

 

Comité scientifique :

Aurélie Arcocha-Scarcia (Université de Bordeaux-Montaigne)
Luis Beltrán Almería (U. de Zaragoza)
Michel Braud, PR, (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Jesús Camarero (U. País Vasco)
Rosa de Diego   (U. País Vasco)
Christian Manso,   (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Henri-Daniel Pageaux (U. Sorbonne Nouvelle, Paris III)
Pierre Peyré (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Alain Tassel  (U. Nice  Sophia Antipolis)
Dolores Thion (U. de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Programme de Recherche :
Patrimoine d’encre transpyrénéen. Archives d’écrivain, coordonné par le Laboratoire  Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM,  EA 3002).

 

Colloque organisé avec le soutien du Service des Commémorations Nationales

Ministère de la Culture et de la Communication

Direction générale des patrimoines / Archives de France 

 

 

 

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Conférence et 2ème journée d’étude

 

Les 14 et 15 décembre 2017, le programme de recherche Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine de la fédération EFM (Espaces, frontières,métissages), laboratoires CRPHLL, ITEM et LLCAA, donnera lieu à une conférence et à une deuxième journée d’étude franco-espagnole. Ce programme repose sur un partenariat avec le laboratoire Lenguajes (HUM 224) de l’université de Cordoue (Espagne) et le laboratoire “Arts Plastiques” (EA 7472) de l’université de Rennes 2 (France).

Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes à de constants déplacements. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Bien des artistes contemporains s’emparent du thème en repoussant, non sans provocation, les limites de l’exposable et en jouant à inverser les rapports du dedans et du dehors. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ? Le développement des talk shows et de la téléréalité, de même que le succès et expansion des réseaux sociaux semblent aller dans ce sens. Mais que montre-t-on de soi quand on prétend tout montrer ? Et que peut-on encore réserver quand on est sommé de tout dévoiler ?

Foncièrement pluridisciplinaire, ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privé et commun dans des pratiques sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. Il est ouvert aux spécialistes des champs littéraire, artistique, psychologique et psychanalytique, sociologique, anthropologique et philosophique, qui s’interrogent sur les formes et enjeux actuels de la représentation de l’intime, autrement dit sur les manières de penser, de vivre, de figurer le soi et la relation à l’autre. Il privilégie une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

La journée d’étude du 15 décembre sera précédée d’une conférence prononcée à la médiathèque André Labarrère de Pau, le jeudi 14 décembre à 18h15 par José Morel Cinq Mars Éloge de la pudeur. José Morel Cinq Mars est psychanalyste et psychologue auteure, entre autres, des deux essais Du côté de chez soi. Défendre l’intime, défier la transparence (Le Seuil, 2013) et Quand la pudeur prend corps (PUF, 2002).

Programme

Contacts :