Archives de catégorie : Tous les billets

Voyages réels, voyages imaginaires : Perspectives interdisciplinaires

Editura Universității din București – Bucharest University Press

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

  • Editeurs scientifiques:  SIMONA CORLAN IOAN, LIONEL DUPUY, ABEL KOUVOUAMA, ECATERINA LUNG
  • 2022, 438 p.
  • ISBN: 978-606-16-1303-8

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique fondamentalement interdisciplinaire et internationale a favorisé ici des analyses et réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique à partir d’un fonds conceptuel commun aux différentes disciplines des sciences sociales et humaines en dialogue. Le présent volume en porte la marque à travers l’exploration de plusieurs thèmes et notions convoqués comme la mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme.


C’est pourquoi, les articles qui y sont réunis, résultat du colloque international et interdisciplinaire qui a eu lieu les 24 et 25 octobre 2019 à l’Université de Bucarest, abordent la thématique du voyage sous trois angles : premièrement, celui de l’épistémologie du voyage afin de voir comment les lettres, langues, sciences sociales et humaines appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité et sa destination. Deuxièmement, sous l’angle des relations entre le réel et l’imaginaire par lesquelles, les recherches sur les voyages articulent ces deux catégories d’analyse et de pratiques d’acteurs sociaux. Troisièmement, sous l’angle des rapports entre le sujet, le récit et le lieu dans leur appréhension à travers les productions romanesques et les récits de voyage où s’articulent l’oral, l’écrit et l’image.

La mémoire de Jeanne d’Albert

Histoire et patrimoine protestants des Pays de l’Adour

A l’occasion du 450ème anniversaire de la mort de Jeanne d’Albert (1572 – 2022)

Bulletin du Centre d’étude du protestantisme béarnais – n° 70

15 Eur

ISSN : 1270-0932

Ce numéro spécial consacré à la mémoire de Jeanne d’Albret s’inscrit dans le cadre des commémorations du 450ème anniversaire de sa mort en juin 1572. C’est aussi celui de la Saint-Barthélemy, beaucoup plus célèbre nationalement mais qui n’a pas eu lieu dans l’état protestant du Béarn créé  par Jeanne d’Albret, même si quelques béarnais  et non des moindres ont été pris dans la tourmente. En laissant le renouvellement de l’historiographie sur cette dernière reine de Navarre aux éventuelles grandes commémorations du cinquième centenaire de sa naissance en 2028, nous avons donc choisi de consacrer la plupart des contributions à sa mémoire, très souvent malmenée parce que reine de plein exercice et de par ses choix religieux bien affirmés. Ces contributions s’attacheront à ses interprétations historiques, à ses représentations, à son inscription dans le roman national français, aux lieux qui témoignent de son existence ou de ses actions.

SOMMAIRE

Philippe Chareyre “Les traces mémorielles de Jeanne d’Albret” p. 1

Didier-Poton de Xaintrailles “Jeanne d’Albret et La Rochelle. Entre histoire et mémoire” p 19

Hélène Lanusse-Cazalé “La mémoire de Jeanne d’Albret aux XIVe te XXesiècles : entre dmiration et controverses” p. 21

Isabelle Pébay-Clottes “La chambre de Jeanne d’Albret au Château de Pau” p. 33

Claude Menges-Mironneau “Le grand portrait de Jeanne d’Albret” p. 39

Isabelle Pébay-Clottes “L’écran dit de Jeanne d’Albret” p. 42

Alvaro Adot “La légende de Jeanne d’Albret dans la forêt d’Iraty” p. 43

Etienne Moussiegt “Jeanne d’Albert en Afrique et en Espagne” p. 45

Dénes Harai “La Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France (1572) p. 49

Elisabeth Rodes “Acquisition d’une lettre autographe de Jeanne d’Albret par le musée Jeanne d’Albret” p.63

Philippe Chareyre “L’ exposition L’ Art de régner. les rois de Navarre à la Renaissance p. 66 – “Le CEPB lauréat du Prix Bertrand Gille 2020” p. 67

Samuel Pozzi et Paul Reclus

Médecins protestants à la Belle époque

Actes du cycle de conférences organisé par le Musée Jeanne d’Albret, 7 oct-26 nov 2021

Centre d’étude du Protestantisme Béarnais (CEPB)Bertrand Gibert

Auteurs

  • Bertrand Gibert
  • Gabrielle Cadier-Rey
  • Louis-Charles Barnier
  • Viviane Delpech
  • Gérard Fauconnier

Préface par Elisabeth Rodes et Philippe Chareyre

ISBN : 978-2-919375-14-1

10 EUR

Les conférences rassemblées dans ce recueil ont été données à Orthez à l’occasion de l’exposition Samuel Pozzi et Paul Reclus, médecins protestants à la Belle Époque, exposition conçue par Bernard Gibert et le Musée Jeanne d’Albret, histoire du protestantisme béarnais, et exposée dans ses locaux,du 9 juin au 27 novembre 2021. Elles ont permis de replacer les deux personnalités dans un mouvement plus large.

Bertrand Gibert, par sa recherche de “Pozzi dans le(s) texte(s)” restitue l’homme à travers le regard de ses contemporains, tant dans la presse que dans la littérature.

Gabrielle Cadier-Rey présente la professionnalisation et la laïcisation des métiers du soin avec “Les origines protestantes de la profession d’infirmière”.

Louis-Charles Barnier, brosse dans son intervention, “L’émergence de la médecine au XIXe siècle”, un panorama des grandes dates comme des noms et des travaux à retenir dans cette aventure médicale.

Viviane Delpech se penche sur “Le thermalisme au temps de la découverte des Pyrénées : mise en image d’un phénomène sanitaire et touristique”.

Gérard Fauconnier, mémorialiste et généalogiste passionné par le “génie des Frères Reclus” est venu parler du “Professeur Paul Reclus, chirurgien et philanthrope”.

JE “Processus de modernisation/ “réformation” des institutions à la renaissance

Journée d’étude dans le cadre de l’inauguration de l’exposition L’art de régner du programme ANR AcRoNavarre, actes royaux de Navarre

Jeudi 23 juin 2022

Casa de Velazquez, Madrid

Coordination

Álvaro ADOT LERGA Universidad Complutense de Madrid
Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-
Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-

Organisation
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collaboration
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Universidad Complutense de Madrid, Musée national et Domaine du Château de Pau

PROGRAMME

11h Ouverture
Jean-Michel CASA Embajador de Francia en España
(por confirmar), Laurent BORDES Presidente de la UPPA (o representante), Nancy BERTHIER Directora de la Casa de Velázquez

11h15-13h30 Processus de modernisation/réformation des institutions à la Renaissance

Presidencia
Oscar VILLARROEL Universidad Complutense de Madrid

José Manuel NIETO Universidad Complutense de Madrid
La “reformación” de los Reyes Católicos

Manuel RIVERO Universidad Autónoma de Madrid
La monarquía de Fernando el Católico, modelo de gobierno para Carlos V

Álvaro ADOT  Universidad Complutense de Madrid
Le cas de la Navarre et le Béarn sous les Albret entre 1484 et 1555 (« institutions civiles »)

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et des domaines des Albret-Bourbon entre 1555-1594 (« institutions civiles »)

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et du Béarn sous les Albret-Bourbon entre 1484-1594 (« institutions religieuses »)

15h30-17h Projet ANR – AcRoNavarre. Exposition L’art de régner. Les rois de Navarre à la Renaissance

Presidencia
Véronique LAMAZOU-DUPLAN Université de Pau et des Pays de l’Adour

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Bilan du programme

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
La base de données AcRoNavarre

Conclusion

Carmén SÁNZ AYÁN
Universidad Complutense de Madrid
Real Academia de la Historia

Appel à communication “BD et environnement “

Appel à communication “BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)”

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD »

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.


Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société2 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte3 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 4 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.


Cet appel à communication vise plus particulièrement à étudier le traitement des questions environnementales par le grand domaine de la Bande Dessinée durant les temps pré transition studies « toutes puissantes », à savoir avant 2010. En effet, de nos jours et pour le cas français, nombreuses sont les controverses environnementalistes traitées par le support BD : citons entre autres le développement « inexorable » des algues vertes nappant les plages bretonnes (Inés Léraud, Pierre Van Hove, Algues vertes – l’histoire interdite, la revue dessinée/Delcourt, 2019), les ravages sanitaires découlant des épandages massif dans les Antilles françaises de chlordécone entre 1973 et 1992 (Jessica Oublié, Vinciane Lebrun, Katherine Avraam et Nicola Gobbi, Tropiques toxiques – le scandale du chlordécone, Les Escales, 2020) ou encore le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Gaspard d’Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, Cent mille ans – Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, la revue dessinée/Seuil, 2021 ; Étienne Davodeau, Le Droit du sol – journal d’un vertige, Futuropolis, 2021).


Ainsi, par exemple, si le rôle fondateur joué en France par le dessinateur Pierre Fournier (1956-1973) a été déjà étudié5 , beaucoup reste à faire. Par exemple, les scénarios des BD publiées dans les années 1970 (« albums » comme « illustrés » reflètent-ils les thématiques interrogées par la toute jeune écologie politique, incarnée par la candidature de René Dumont aux élections présidentielles du printemps 1974 ? Retrouve-t-on dans leurs pages la contestation de l’extension du camp militaire du Larzac, du « tout voiture », des habitats collectifs de type « grands ensembles », le traumatisme réel engendré en Bretagne par le naufrage de l’Amoco-Cadiz (1978) ou encore les mobilisations populaires contre la construction des centrales nucléaires (Fessenheim, 1971 ; Bugey, 1971 ; Plogoff, 1978-1981 ; Port-de-Lanne, 1980 ; Golfech, 1980-1981 ; etc.) ? Et ces événements, alors largement médiatisés, sont-ils à l’origine de nouvelles fictions ?


De même, le I er Sommet de Terre tenu à Stockholm (juin 1972) initiant une première collaboration internationale dédiée à l’amélioration des conditions de vie (« Une seule
Terre ») et aboutissant au lancement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a-t-il eu un retentissement direct sur les productions de bandes dessinées ? Et quelque vingt ans plus tard, quels furent sur ce même plan les effets du Sommet de la Terre de Rio-de- Janeiro qui assura une promotion formidable à la notion de sustainable development (développement durable « en français de France » vs développement soutenable pour les Québécois) ?


Au final, les organisateurs ne souhaitent pas restreindre le type éditorial des bandes dessinées étudiées (des albums traditionnels aux mangas en passant par la grande diversité
des « illustrés » : hebdomadaires, mensuels et autres fumetti – « BD de hall de gare »), ni les genres visés (SF, anticipation, « réaliste », westerns, super-héros, etc.) et encore moins les pays d’édition et/ou d’origine des auteurs.

Comité d’organisation


Julie Gallego, maîtresse de conférences de latin à l’UPPA (laboratoire ALTER)
Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (laboratoire ITEM)
Jean-Yves Puyo, professeur de géographie à l’UPPA (laboratoire TREE)

Calendrier


Ouverture de l’appel à participation : I er juin 2022


Les propositions de communications sont à envoyer aux adresses suivantes :


julie.gallego @ univ-pau.fr

laurent.jalabert @ univ-pau.fr

jean-yves.puyo @ univ-pau.fr


Le résumé (fichier .doc, .docx, .odt ou pdf) sera présenté en 500 mots +/-10%, en Times New Roman, taille 12, avec maximum trois illustrations. Le corpus retenu sera indiqué avec précision.
Les propositions feront figurer les coordonnées précises du ou des auteur(e)s (nom, prénom, université, adresse électronique et numéro de téléphone), ainsi qu’une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum présentant l’auteur et ses principales recherches en lien avec la bande dessinée.


Réception des propositions jusqu’au 15 juillet 2022


Retour aux participant(e)s vers le 25 juillet 2022


Journée d’étude : 2 décembre 2022 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (campus de
Pau)

Ils étaient députés aux États Généraux de 1789

Conférence – Frédéric Bidouze

Cycle Sur les pas des révolutionnaires

9 juin 2022, 15h00 – Château de Versailles, Auditorium, Pavillon Dufour

Mounier, Barnave, Mirabeau, Sieyès, La Fayette, Robespierre : ils siégeaient tous aux États Généraux de 1789 à Versailles. Qui étaient-ils ? Que sont-ils devenus après le 20 juin 1789 ? Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et auteur notamment De Versailles à Versailles, 1789 (en deux volumes, Périégète édition), vous ouvre les portes de la Révolution Française, une aventure entre enthousiasme collectif et ambitions personnelles, théâtre de grandes divergences.

 

 

Journées Annuelles SO-Maté

Du 19 mai au 20 mai 2022

Les Journées Annuelles du réseau SO-Maté se sont déroulées à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour les 19 et 20 mai 2022.

Organisées par plusieurs ingénieurs du périmètre Sciences Humaines et Sociales de l’UPPA (UMR TREE, laboratoires ITEM et ALTER, en partenariat avec le SCD), elles avaient pour thème:

“De la documentation des pratiques au web sémantique”.

Programme

Jeudi 19 mai 2022 (après-midi)

12h : Déjeuner et accueil


14h-15h30 : Vie du réseau : l’année 2021 Karine ONFROY et Solenne ROUX


16h-18h30 : Les outils d’édition pour la documentation des pratiques pour une écriture FAIR

Panorama d’outils d’édition : À quoi ça sert ? Comment ça fonctionne ? Intérêt, avantages, inconvénients, coût d’entrée ? par Julien RABAUD et Gaëlle DELETRAZ UPPA

20h Dîner


Vendredi 20 mai 2022 (matinée)

8h30 : Accueil

9h-11h30 : Web sémantique et science ouverte, quelles articulations?

Présentation + Atelier pratique Requêter en SPARQL –  Jean-Baptiste PRESSAC, Université de Bretagne Occidentale

11h30-12h30 : Vie du réseau : perspectives et projets

Parcours et droits de parcours

Journée atelier organisée par Mélanie Le Couédic dans le cadre du programme de recherche MARGES et du Master HCP.
 
27 mai 2022, UPPA
 
 

PROGRAMME

9h30 accueil

9h45 Entre Bescat et Rébénacq (Béarn) : l’inguérissable cicatrice d’un espace de parcours mutilé (milieu XIVe-fin XVIIIe siècle)
Benoît Cursente, Jeanne et Jean-Paul Valois

10h30 Parcours, conflits et « paix » : la montagne béarnaise et le bas pays (XIIIe-XVe siècle)
Dominique Bidot-Germa

11h15 Le droit de parcours en Gascogne et Languedoc à la fin du XIIIe s.
Roland Viader

14h Vers une cartographie historique de la propriété des estives dans les Pyrénées ? Quelques schémas comparatifs et quelques questions
Christine Rendu

14h45 Cabanes, parcours et territoires dans les Pyrénées occidentales. Quelques exemples
Mélanie Le Couédic

15h30 Parcours, territoires, conflits ! Quand la montagne se met à crier (Andorre, XVIe-XVIIIe siècle)
Marc Conesa

Adelphine Bonneau – Professeur invitée

Adelphine Bonneau (univ. Sherbrooke, Canada) est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Elle est invitée au laboratoire ITEM du 23 au 30 mai 2022.

Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, Adelphine Bonneau rejoint en septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire.

Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Durant son séjour, Adelphine Bonneau donnera une conférence dans le cadre des Jeudis d’ITEM, le mercredi 25 mai 2022 De pacotilles à parures » : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges, à 14h00, en salle Chadefaud de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Jeudi d’ITEM – Adelphine Bonneau – mercredi 25 mai 2022

Perles Speaker : Jean Soulat

“De pacotilles à parures” : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges

 

Mercredi 25 mai 2022 – 14h00

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

 
 
 

Résumé :

Depuis l’invention du verre, il y a environ 5000 ans, les perles de verre participent à la parure des hommes et des femmes, ainsi qu’à la décoration de leurs bâtiments. Très rapidement, elles se révèlent être un objet privilégié pour les échanges.

Le XVIe siècle et la colonisation européenne intensifient leur production. Toute l’Europe produit des perles de verre dont trois grandes zones géographiques : la région de Venise (Italie), la Bohême et les Pays-Bas. Ces menus objets participant à la parure des Européens sous forme de bijoux, parures vestimentaires et objets religieux (chapelets) circulent en Afrique, en Asie et en Amérique. Ils sont particulièrement appréciés des populations autochtones pour leur solidité et leur diversité de formes, couleurs et décors. Ils revêtent également une importance particulière pour ces populations qui les utilisent comme marqueur social et spirituel.

En raison de leur emploi comme monnaie d’échange avec les populations autochtones, elles méritent très rapidement les termes de rassade et de pacotille. Pour autant, sont-elles des objets « de peu de valeur » ou de « faible qualité » ?

Cette conférence présentera les méthodes de fabrication en Europe et discutera la vision et l’utilisation de ces menus objets de part et d’autre de l’Atlantique à travers des exemples européens et québécois.

 

Biographie :

Adelphine Bonneau est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, elle a rejoint en Septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire. Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Trier des perles : Katarina Batur

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

Conférence Frédéric Bidouze

RENCONTRES DÉBATS – entrée libre

Jeudi 19 mai 2022 – 18h30

Parvis Espace Culturel Leclerc Pau

Résumé

Avant d’être le moment de la colère populaire et d’une réorganisation
totale de la France, la Révolution s’est préparée dans les discours, dans
le verbe haut et dans le dépassement des rôles et des fonctions des élites
du royaume de France. Les états généraux convoqués à contrecœur
par Louis XVI et réunis le 5 mai 1789 ont été le catalyseur d’émotions
et de revendications et la campagne électorale qui les a précédés avait
déjà fait basculer le royaume dans la servitude de l’exclusion de l’autre
comme système de pensée. Pour le bonheur d’une espérance sans fin
de progrès et de liberté, clergé, noblesse et tiers état se sont affrontés
par des personnalités interposées, bientôt les héros heureux puis
malheureux d’une aventure sans pareille.
De la salle des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, c’est toute une culture
politique française à huit-clos qui s’ébauche, témoignage oublié du
bonheur d’être libre et des angoisses pour le demeurer.

Frédéric Bidouze est historien et maître de conférences à l’Université
de Pau et des Pays de l’Adour. Il est l’auteur dans la même collection
de Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les états généraux : concorde,
discorde et révolution, 2018, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 2). Le
peuple de Paris en marche : la nation, la loi et le roi, 2019, Massacre
d’une rive à l’autre, vers la Saint-Barthélémy (18-26 août 1572), 2017
(1ère ed. 2011) et de La Commune de Paris (18 mars-28 mai 1871), une
tragédie franco-française, 2014 ; avec Fabienne Coudin de Le Sac de
Rome, 6 mai 1527 : « Les Lansquenets ont fait courir le Pape … », 2012
et de Florence, La Conjuration des Pazzi, 26 avril 1478. Vengeance et
liberté, 2017.



 

Méthodes et apports de l’analyse spatiale pour la connaissance de l’Antiquité Tardive

Le 13 mai 2022

Journée d’étude hybride organisée par Leticia Tobalina-Pulido, Sébastien Cabes, Alain Campo et Mélanie Le Couédic

Sur inscription uniquement, en présentiel ou en ligne.

13 mai – 9H30-17h00

Amphithéâtre de la présidence, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Télécharger le fichier «programmeJAT2022.jpeg» (162.2 KB)

Télécharger le fichier «ProgrammeJAT20221.jpeg» (334.2 KB)