Archives de catégorie : Tous les billets

Jeudi d’ITEM – Christophe Furon – 23 février 2023

La Hire et Poton de Xaintrailles : deux capitaines gascons au service de Charles VII

par Christophe Furon,

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Chargé de cours à l’Université de Nantes

Issus de la petite noblesse gasconne, les capitaines Étienne de Vignoles, dit La Hire, et Jean, dit Poton, de Xaintrailles apparaissent dans l’Histoire en 1418 au service du dauphin Charles, futur Charles VII et le servent jusqu’à leur mort, respectivement en 1443 et 1461. Ils s’affirment comme les principaux capitaines du roi, participant à tous les faits militaires majeurs du règne. Hommes de confiance de Charles VII, ils exercent plusieurs offices et contribuent à la réaffirmation du pouvoir royal. Ils connaissent ainsi une ascension importante, Poton de Xaintrailles devenant maréchal de France en 1454. Cette communication présentera les différentes étapes de leur carrière au service du roi, leur activité d’entrepreneurs de guerre et les ressorts de leur renommée et de leur ascension, qui ne tiennent pas seulement à leurs exploits militaires.

Date : 23 février 2022

Heure : 14h-15h30

Lieu : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, bâtiment ICL, salle Chadefaud

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Jeudi d’ITEM – Sébastien Rozeaux – 02 février 2023

Letras Pátrias : les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889)

02 février 2023

UPPA, Bâtiment des lettres, salle du conseil

14h00 -15h30

Conférence accessible à distance via TEAMS (sous réserve): Cliquez ici pour participer à la réunion

Letras Pátrias, les lettres de la patrie : c’est ainsi que les écrivains brésiliens qualifient une littérature dont la mission première est de fonder l’identité nationale, dans les décennies qui suivent l’indépendance, proclamée en 1822. Au croisement d’une histoire sociale du « petit monde » des hommes et femmes de lettres du Brésil à l’époque impériale (1822-1889) et d’une histoire intellectuelle d’une littérature nationale en gestation, cet ouvrage dresse le portrait collectif des premières générations d’écrivains, dont les œuvres littéraires composent ce « grand monument national » qu’exalte déjà le romancier José de Alencar en 1875. 

Ce faisant, l’auteur répond aussi dans ce livre à la question essentielle formulée par Ernest Renan en 1882, « Qu’est-ce qu’une nation ? », dans la mesure où les Letras Pátrias offrent au lecteur un miroir déformant de la réalité socio-ethnique du pays (esclavagiste jusqu’en 1888), alors que l’Empire est engagé sur la voie de la “civilisation” et du “progrès”. 

 

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire à l’université Toulouse Jean-Jaurès et membre de l’UMR FRAMESPA. Il est l’auteur de Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au XIXe siècle (2019). Il est membre des comités de rédaction des revues Caravelle et Brésil(s), membre du Conseil consultatif de la Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (Brésil), et dirige depuis 2019 la revue e-Storia – Les Cahiers de Framespa.

Parution “Jean-Baptiste Blézio”

Jean-Baptiste Blézio, Journal d’un prisonnier de guerre basque en Allemagne (1940-1945), une biographie écrite par Vincent Cosse et Laurent Jalabert.

Ce livre est publié avec le soutien de la Chaire HCP du laboratoire ITEM de l’UPPA.

Les Carnets de Jean-Baptiste Blezio constituent le témoignage d’un prisonnier de guerre français, natif du Pays basque, en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Mobilisé en tant que réserviste en août 1939, à 31 ans, ce modeste soldat du rang, ouvrier-cordonnier venu d’Hasparren, petite commune du Piémont pyrénéen, gagne la ligne de Front et participe aux brèves hostilités du printemps 1940 en Alsace puis en Franche-Comté. Au cœur d’une armée en déroute, le 23 juin 1940 « commence le régime du prisonnier ». Il durera toute la guerre. Rapidement évacué en Allemagne, il traverse le pays, est transféré d’un camp de prisonniers de guerre à un autre sans trop de répit et finit son périple à la frontière polonaise, après être passé par la célèbre forteresse prison de Colditz. Son camp de Prisonnier de Guerre près de l’Elbe, l’un des plus grands mouroirs pour soldats soviétiques sur le sol allemand, est libéré par l’armée rouge : « 22 avril 1945 Jour marquant dans captivité. Au réveil enfin ! on est libre ! ils sont partis !!! dans la nuit… prudence quand même…. » Il quitte sous escorte une Allemagne dévastée, pour une nouvelle errance d’un mois à travers la Silésie, entre marches sous le commandement de l’armée rouge, soins et repos dans une zone sous contrôle polonaise Passé sous la responsabilité des autorités militaires américaines. Le 3 juin 1945, il est à Bayonne, « enfin chez moi ! ». L’ouvrage reproduit l’intégralité de ce carnet de Guerre et présente le vécu d’un soldat français dans l’Allemagne hitlérienne. ll est présenté et commenté par son petit-fils Vincent Cosse (…) et Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine.

Éditions CAIRN

Fiche technique
  1. Nombre de page: 208
  2. Date de parution : décembre 2022

La voix oubliée de Concha Alós

Création et engagement d’une écrivaine sous le franquisme

Cet ouvrage, rédigé par Noémie François, offre une remise en lumière de l’écrivaine espagnole Concha Alós (1922-2011) et une réévaluation de sa production esthétique. Révélée sous le Franquisme, elle a joui d’une reconnaissance médiatico-culturelle importante dans les années 1960 et 1970 mais souffre d’une indifférence presque généralisée depuis les années 1990.Noémie François propose une exploration exhaustive du parcours de la créatrice par une approche d’abord globale et diachronique de sa carrière, puis par une analyse fouillée de ses productions scénaristique, journalistique et narrative. Outre l’actualisation minutieuse de son cheminement personnel et professionnel, éclairé par de nombreux documents inédits issus d’archives privées de l’écrivaine, cette monographie examine sa prose, les stratégies narratives employées, les genres littéraires cultivés et les spécificités à chaque production. De la sorte, sont mis en exergue le polymorphisme de la plume alosienne, l’engagement de ses textes, sa pensée éminemment sociale et sa défense de la condition féminine. Alós, par ses idées tranchées, sa vision critique de la société contemporaine et l’audace dont elle a fait preuve dans ses écrits s’érige en témoin d’une époque et sa voix, peu à peu étouffée, mérite d’être à nouveau entendue.

Editeur : L’Harmattan

Collection Palinure

  • Date de publication : 20 octobre 2022
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 382 pages
  • ISBN : 978-2-14-030054-7
  • EAN13 : 9782140300547

Jeudi d’ITEM – Mathieu Engerbeaud – 19 janvier 2023

Rome devant la défaite à l’époque républicaine : revers militaires, apprentissage de la victoire et naissance d’un discours idéologique

 

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

14h – 15h30

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Affirmer que les Romains ont appris de leurs défaites mieux que tout autre peuple est presque devenu un lieu commun dans l’Antiquité. Confrontés aux pires catastrophes militaires, les Romains n’auraient jamais baissé les bras et auraient toujours su identifier mieux que quiconque leurs faiblesses, avant de vaincre l’ennemi et de franchir, à chaque fois, une étape supplémentaire dans l’accroissement irréversible de la puissance militaire. Les exemples de Pyrrhus et d’Hannibal, tous deux vainqueurs lors de grandes batailles, sont devenus emblématiques d’une attitude attribuée aux Romains de façon intemporelle. Celle-ci consisterait à maintenir la posture de la victoire par-delà la défaite et à refuser de se considérer comme vaincu à un moment crucial : celui où d’autres peuples auraient abandonné devant l’ennemi. Ce discours sur la supériorité de Rome, prédominant dans l’historiographie ancienne, comporte une part de désinformation. Si la puissance romaine s’est bien nourrie, en partie, des échecs militaires, ceux-ci sont devenus l’objet d’un véritable discours idéologique sur le bien-fondé de la supériorité romaine.

Soutenance de thèse – E. Acerete de la Corte

ACERETE DE LA CORTE Eduardo

M. Eduardo ACERETE DE LA CORTE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire , Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en cotutuelle avec l’université de Saragosse (Espagne), le 12 décembre 2022 à 9h00 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Sujet de la thèse :

Carlos E. Corona Baratech et le modernisme dans le franquisme

Directeur de thèse : L. Jalabert ITEM-UPPA

En savoir plus

Soutenance de thèse – Pie NDAYISHIMIYE

M. Pie NDAYISHIMIYE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour le 13 décembre 2022 à 14h00 en salle Chadefaud, sur le sujet suivant :

“La fin de la monarchie au Burundi XIX-1962”

Directeurs de thèse C. THIBON (UPPA ITEM) et M. MUKURI (AUF Bujumbura)

Résumé :

Vers les années 1750, la Royauté burundaise sort de plus en plus des sombres périodes des origines pour imposer, à partir du mwami Mutaga Senyamwiza sa domination  sur une partie importante du territoire burundais actuel. Elle atteint son apogée dans la 1ère moitié du 19ème siècle sous le règne du Mwami Ntare Rugamba. Elle avait dans une large mesure construit sa légitimité populaire sur ses origines mythiques et divines, médiatisée par une série de  rituels magico-religieux qui la sacralisaient et l’imposaient sur l’échiquier national.
A la fin du XIXe siècle, la royauté a connu une série de crises (crise de successions, crises écologiques. rébellions,…) qui ont fragilisé la monarchie et l’ont rendue vulnérable avant même la conquête et l’occupation coloniales du pays au début 20ème siècle. Son affaiblissement s’est fait remarquer avec la désacralisation de l’autorité royale et le retrait au Mwami de l’essentiel de ses  attributs. Une telle mutation fut une étape importante vers la  modernisation de la monarchie qui, dans son basculement socio-historique et démocratique, a abouti  au tournant des années 1950/1960 à la fin de la monarchie de droit divin et à la consécration de la monarchie constitutionnelle à la veille de l’indépendance du Burundi en 1962.

Soutenance de thèse – Thierry CASSOU

Le 8 décembre 2022 – 14h00

M. Thierry Cassou soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, sous la direction de Laurent Jalabert

La métamorphose et les pratiques urbaines à Pau : la fabrique de la ville du Second Empire au début de la Troisième République“,

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Résumé

Du Second Empire aux débuts de la Troisième République, la ville de Pau connaît une série de transformations qui l’inscrivent dans le cadre du mouvement du siècle : les influences de la rénovation urbaine qu’enclenche le baron Haussmann et du mouvement de l’hygiénisme conduisent à opérer à l’échelle de la ville des actions qui visent la salubrité et le bien-être, le tout dans un contexte local singulier, celui de sa mise en tourisme.
En s’appuyant sur des législations nationales, les municipalités successives mènent une lutte contre les foyers de l’insalubre au niveau de l’Habiter : sont alors visées la qualité des logements, la gestion des fluides délétères ou encore les industries polluantes. C’est durant ce quart de siècle, que la construction d’un système général d’égouts met fin à des formes de gestion individuelles plus qu’imparfaites. De manière liée, le ruisseau Le Hédas, qui était devenu au fil du temps un dépotoir à ciel ouvert, est recouvert. Enfin le Conseil départemental d’hygiène et de salubrité, nouvellement nommé, mène aux côtés des élus la lutte contre toutes les formes de l’insalubrité, tout particulièrement celles des logements et des industries polluantes. Au nom des théories aériste et miasmatique, les conditions de vie des habitants sont observées et de nombreuses préconisations données. Ce n’est finalement qu’à la fin du siècle que les avancées de Pasteur se font sentir.
L’autorité municipale poursuit l’amélioration de l’état sanitaire de la ville. Avec l’aménagement d’une conduite depuis les sources du Néez, un premier réseau d’adduction d’eau est mis en place. Etape majeure dans l’histoire de la ville, il signe son entrée dans la modernité et offre le loisir aux municipalités de mettre en œuvre une première politique municipale de l’eau. L’hygiène des rues qui lui est directement liée constitue un second levier. Si la ferme des boues est une activité ancienne à Pau, le remaniement de cette entreprise durant le Second Empire traduit, avec des succès mitigés, des préoccupations autour du propre et du sale. Enfin les efforts portent sur les activités dégradantes. Un nouvel abattoir est construit dans le quartier de Jurançon annexé, en lieu et place de celui de la Basse-Ville, confirmant ainsi que son éloignement est indispensable au bien-être des habitants. La question du marché couvert est plus épineuse. Disséminés dans la ville, ce n’est qu’aux débuts de la Troisième République, et après moult difficultés, que les élus parviennent à rassembler ces activités dans deux lieux spécialement dédiés, créant ainsi de nouvelles centralités dans la ville.

Enfin la voirie urbaine devient un levier pour garantir la sécurité et le bien-être des usagers. A la faveur d’un nouveau plan d’alignement, des rues sont redressées, lissées et même percées. Deux nouveaux quartiers voient également le jour. Mais si bâtir sur de l’inexistant reste largement possible, les élus reculent devant des projets qui mèneraient à de trop grandes expropriations. Le pavage des rues, la construction des trottoirs et la mise en place de l’éclairage de la ville au gaz conduisent également à améliorer et garantir la circulation dans la ville. Enfin, c’est dans ce contexte de mise en tourisme, que la cité paloise, capitale administrative et judiciaire, voit se développer une nouvelle activité, l’urbanité de promenade. Les élus cherchent alors à la garantir en embellissant et en aménageant les places. La construction du boulevard du Midi signe l’exemple le plus abouti de réalisation au service de cette activité. De même la place Royale devient la vitrine de la ville.

Au total, durant ce quart de siècle, toutes ces transformations conduisent lentement la cité d’Henri IV vers une nouvelle modernité : elles visent le bien-être des populations et participent de la définition de nouvelles urbanités et de nouvelles citadinités en lien avec le Care. Elles offrent enfin aux habitants la possibilité d’exprimer de nouvelles sensibilités.

Journée d’étude “BD et environnement”

Journée d’étude organisée par le 3ème réseau BD Région Nouvelle Aquitaine (3RBD), les Laboratoires ITEM, ALTER, TREE (Université de Pau et des Pays de l’Adour), le Master HCP

Vendredi 02 décembre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Amphithéâtre de la Présidence

Programme

MATIN

9h00 — Accueil

9h15 — Ouverture de la journée d’étude, mot des organisateurs ; intervention de Frédéric Chauvaud (Responsable scientifique du réseau 3RBD)

9h20 Frédéric Chauvaud (Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, CRHIAM)

 BD et histoire, ce qu’apporte la BD aux sciences humaines

9h50 Fatima Seddaoui (Docteur en lettres modernes à l’Université Toulouse Jean Jaurès, LLA-CREATIS)

Contexte et environnement dans une bande dessinée SF : Les Lotophages d’après Homère par Valérie Mangin

10h20 Pause

10h30 — Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM)

L’écologie politique par l’humour : la pollution dans les BD de G. Lagaffe

11h00 — Julie Gallego (Maîtresse de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ALTER)

Le désarroi du Trompe-la-mort : l’Ankou face au danger du nucléaire en Bretagne

12h00 — Pause déjeuner

APRÈS-MIDI

14h — Patrice Ballester (Enseignant-chercheur EURIDIS Business School Sales Lab, Paris)

Mœbius, un imaginaire écologiste ?

14h30 — Jean-Yves Puyo (Professeur de géographie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, TREE)

Un essai d’entrisme écologique au sein des éditions Dupuis : l’épisode éphémère du Trombone illustré

15h00 Discussion

15h30 — Vincent Marie (Docteur en histoire, agrégé d’histoire et géographie, documentariste)

Rêves arctiques, les traces d’un regard

Diffusion du film documentaire Les Harmonies invisibles (Laurent Marie & Vincent Marie, 2021, 77 min) et discussion avec le réalisateur

17h30 — Fin de la journée

Jeudi d’ITEM – Jérôme Jambu – 24 novembre 2022

La souveraineté monétaire en question dans les Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècle)

par Jérôme Jambu, Maître de conférences/HDR en histoire moderne à l’IRHIS (Université de Lille)

La monétarisation des échanges au sein des colonies françaises établies dans les îles des Antilles paraît de prime abord limitée et complexe. C’est d’abord la conséquence de la politique économique et financière du pouvoir central qui limite ses envois en numéraire au strict nécessaire (solde des troupes, construction et entretien des fortifications et de la flotte, etc.) et qui, longtemps pétri de mercantilisme et de bullionisme, y interdit toute exportation d’espèces. C’est aussi le résultat des échanges avec la métropole qui, lorsqu’ils sont au bénéfice de celle-ci, en retire des pièces d’or et d’argent en règlement des produits importés du Vieux Continent. Enfin, l’état de guerre récurrent sur cette façade de l’océan Atlantique accuserait le phénomène de fuite des espèces (course, blocus, recherche de nouveaux fournisseurs et augmentation des prix).

Si bien que les Français qui y sont établis doivent importer de la monnaie en fraude par rupture du monopole commercial et recourent ainsi aux monnaies étrangères des empires coloniaux producteurs voisins, l’Espagne et le Portugal. Il faut également, parfois, inventer et diffuser des moyens de paiement alternatifs à la monnaie traditionnelle, toujours trop rare pour satisfaire la totalité des échanges et qui peut présenter un pouvoir libératoire inadapté. D’autant qu’il est officiellement interdit de produire de la monnaie sur place, le droit régalien de battre monnaie étant jalousement réservé à l’hexagone. Ces monnaies étrangères ou nouvelles, parcellaires ou fiduciaires, font dès lors leur expérience avec des succès différents : piastres espagnoles et moëdes portugaises ; billets du Trésor colonial à Saint-Domingue et en Martinique ; flans monétaires de récupération en billon dont la valeur est augmentée au temps de la guerre d’Indépendance américaine ; pièces d’argent américano-espagnoles découpées artisanalement en mocos et renchéries ; etc.

En la matière, les autorités locales font preuve d’une grande imagination et sont à l’initiative, de concert avec les colons. Elles doivent cependant justifier leurs choix auprès d’un pouvoir central sceptique quand il n’est pas réticent. Essayant de pallier ses manques, voire de contrecarrer ce qu’il considère comme des solutions empruntes d’un certain esprit d’indépendance, celui-ci répond par des créations d’espèces spécifiques, corrige le prix de celles qui circulent, voire interdit des pratiques monétaires qui lui échappent. Mais c’est, au final, les usagers et la pratique locale qui font la crédibilité de la « monnaie coloniale » et lui permet de circuler. La souveraineté, en la matière, échappe souvent à l’état.

Conférence accessible à distance via TEAMS (sous réserve) : Cliquez ici pour participer à la réunion

Ou en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – Bâtiment DEG, salle D18 (accès du côté des Écoles doctorales)

16h00-17h30

Séminaire itinérant “Les Réveillées”

Retours sur un demi-siècle d’ethnographie musicale en France (1939-1984)

Durant les décennies qui furent autant celles de la “fin des paysans” que celles des “trente glorieuses”, Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Maguy Pichonnet-Andral (1922-2004), deux chercheuses CNRS membres du Centre d’ethnologie française, le laboratoire incorporé au musée des arts et traditions populaires, ont sillonné la France rurale et les outremers pour enquêter sur les pratiques musicales, qui étaient majoritairement le fait de non-professionnels, et leur insertion dans la vie quotidienne des communautés villageoises.

Celles qui sont regardées comme les fondatrices de l’ethnomusicologie du domaine français ont orienté leurs investigations dans trois directions principales :

  • les vocalités dans leur diversité (chant monodique, polyphonique ou improvisé, langage sifflé, déploration funèbre, etc.) 
  • les instruments de musique populaire, qu’il s’agisse de leurs processus de fabrication, des techniques et styles de jeu, des répertoires ou encore des modalités de transmission des uns et des autres 
  • la place des phénomènes sonores d’origine humaine dans la vie quotidienne des communautés villageoises, tant sur son versant laborieux (pastoralisme) que sur son versant festif

Les archives sonores, photographiques et textuelles qu’elles ont ainsi constituées ont été numérisées entre 2000 et 2015 par les institutions patrimoniales qui en assurent aujourd’hui la conservation : les Archives nationales et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Un programme de recherche initié en 2013 au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, sous l’impulsion de Daniel Fabre, a permis de rendre ces quelque quarante mille fichiers accessibles dans Didómena, l’entrepôt des données de la recherche de l’EHESS ; il a aussi entrepris leur éditorialisation dans un site dédié, Les Réveillées. Ce programme trouve son aboutissement avec un séminaire itinérant, porté par les laboratoires InVisu et Héritages, qui bénéficie aussi du soutien du ministère de la Culture (direction générale des patrimoines et de l’architecture), du réseau des ethnopôles et de la FAMDT.

Le séminaire se fixe pour objectifs :

  • De faciliter l’appropriation du corpus d’enquêtes et des sites internet qui le mettent à portée,
  • Mais aussi de réinscrire la démarche des enquêtrices dans le mouvement biséculaire de collectage et de légitimation des musiques de tradition orale, amorcé avec la publication du Barzaz Breiz (1839) et relancé par les associations de musiques et danses traditionnelles issues du folk music revival des années 1970. 

Les sept séances programmées tour à tour à Pierrefitte-sur-Seine, Rennes, Carcassonne, Arudy, Bayonne, Lyon et Marseille, ont été conçues comme des temps de dialogue entre chercheurs spécialistes du patrimoine culturel immatériel et artistes attachés à cette esthétique. Toutes sont ouvertes aux publics intéressés. Chacune comportera l’écoute commentée d’enregistrements historiques ainsi qu’une séquence de musique vivante.

En savoir plus…

4ème séance :

Mardi 8 novembre, Musée d’Ossau, 4 place de l’Église, 64260 Arudy

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les recherches organologiques des ethnomusicologues du Centre d’ethnologie française (2e approche) : sonnailles et conditionnement sonore des animaux. Siffleurs et langage sifflé en vallée d’Ossau – Patrimoine sonore et transmission de l’occitan Visite commentée de l’exposition Trucs et création musicale de la Companhia Hart Brut

Sport, EPS et émancipation

Sous la direction de Philippe Gastaud, Eric Margnes et Abel Kouvouama

Collection EFM n°18

Presses universitaires de Pau

Parution : septembre 2022

Isbn: 2- 35311-134-3

15 EUR, 182 pages

La réflexion sur les rapports entre Sport, EPS et émancipation part des concepts et outils théoriques de la sociologie du sport, de l’éducation et du travail ethnographique de collectes des données d’enquêtes quantitatives, qualitatives et statistiques. Il nous permet d’analyser scientifiquement les discours et pratiques des actrices et acteurs en décrivant l’origine du sport et la constitution des clubs sportifs féminins et masculins dans la commune de Lasseube et dans les établissements scolaires de Lasseube et d’Oloron Saint-Marie. Comment alors aborder les questions liées à l’émancipation par le sport ? Quels sont historiquement les actrices et les acteurs sociaux qui ont contribué à l’éclosion du sport comme facteur de lien social et d’émancipation dans ces communes et établissements scolaires ? Comment analyser les rapports à soi et à son corps, à autrui, à la règle, à l’intervenant et à ses méthodes pour en dégager des éléments porteurs de sens ? L’ouvrage comprend cinq parties qui rendent possibles
plusieurs itinéraires de lecture, selon que le lecteur recherche des références conceptuelles, s’intéresse à la constitution de questionnaires ou d’entretiens ; ou qu’il s’attache à comprendre des résultats statistiques et leur interprétation du côté des élèves ou des intervenant-e-s.


L’ouvrage permet de croiser les regards interdisciplinaires de Philippe Gastaud, spécialiste de l’histoire du sport, de l’éducation physique et des mouvements de jeunesse (MEPS/UPPA), d’Eric Margnes, spécialiste de la didactique du sport et de l’EPS (MEPS/UPPA), et d’Abel Kouvouama (ITEM/UPPA), spécialiste en anthropologie et dans les études consacrées à la sociologie de Pierre Bourdieu au sein de l’Association PauSES à Pau.

JE “Le fonds Louis Mermaz”

JOURNÉE D’ÉTUDE
“Le fonds Louis Mermaz” Une source pour l’histoire d’une période de mutation de la vie politique française”

VENDREDI 14 OCTOBRE 2022
Archives nationales
Site de Pierrefitte-sur-Seine – Auditorium

Le fonds Louis Mermaz conservé aux Archives nationales permet d’illustrer non seulement l’histoire du parti socialiste et des formations de gauche, mais aussi, plus largement, la vie politique française depuis les années 1950. Il permet de retracer le parcours d’un homme qui a milité dès 1955 auprès de François Mitterrand.

Ce fonds témoigne aussi de la réussite d’une entreprise qui aboutit, après les élections présidentielles de 1965 et 1974, à l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, le 10 mai 1981. De profondes réformes furent réalisées, dès 1981, qui subsistèrent après le « tournant » de 1982.

Ces archives illustrent comment la vie politique française s’est structurée autour du clivage gauche – droite, et comment la gauche s’est organisée dans ce contexte pour réussir son retour au pouvoir, en réalisant notamment l’union de la gauche.
 
 
A noter :
14 h 10 Au cœur de la Convention des Institutions Républicaines [CIR] :
Louis Mermaz, un militant aux côtés de François Mitterrand
par Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Pau
et des Pays de l’Adour (ITEM)

Jeudi d’ITEM – 6 octobre 2022

Les Comtes de Foix, entre comté pyrénéen et destinées royales

Claudine Pailhès

Jeudi 6 octobre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

17h30

Issus, au début du XIe siècle, de la dynastie comtale de Carcassonne, les comtes de Foix s’imposèrent rapidement comme la principale force entre Toulouse et Barcelone avant d’affronter, au XIIIe siècle, la crise majeure de la Croisade contre les Albigeois et d’être la seule dynastie méridionale non seulement à survivre à ce drame, mais encore d’en sortir plus puissante que jamais. L’union Foix-Béarn en 1290 fut  la première étape d’une expansion territoriale et politique permanente qui les amena à la tête du plus grand domaine seigneurial de France, à la Couronne de Navarre puis à la Couronne de France. Et cela au cœur des grands évènements de leur temps, au cours desquels ils mêlèrent les provocations téméraires, les risques calculés et le génie diplomatique condition de la survie.

On s’attachera à étudier la place que conserva le comté de Foix au sein du très vaste ensemble Foix-Béarn-Navarre, comment se fit l’union Foix-Béarn, comment le pays fut administré et utilisé diplomatiquement et économiquement et quelle fut la part du comté des origines dans la glorification de la dynastie.

Conférence également accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

 

Conférence organisée par le laboratoire ITEM, dans le cadre des Jeudis d’ITEM, du Master Histoire, Civilisations, Patrimoine de l’UPPA,

En partenariat avec la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau et du Béarn.