Tous les articles par Joëlle Saucès

Jeudis d’ITEM

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. 

Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 

Les Jeudis d’ITEM auront lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 13h30 à 15h00.

Compte-tenu de la situation sanitaire, les Jeudi d’ITEM seront retransmis via un dispositif de visioconférence.

Lien vers les conférences

Calendrier 2020-2021

  • 1 avril 2021 Pierre Courroux  » D’Hastings à Azincourt : Les motifs des chroniqueurs médiévaux et la bataille idéale »
  • 25 mars 2021 Jean-Luc Poueyto « Roms, Nomades, Tsiganes, un malentendu européen »
  • 18 mars 2021 Laurent Dissard « De quoi les Ottomans sont-ils le nom? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »
  • 04 mars 2021 Olivier Caporossi  « Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle »
  • 04 février 2021 Emilie Sentucq « L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule »
  • 14 janvier 2021 : Alfonso Pinilla « La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan » (Conférence en espagnol)
  • 10 décembre 2020 : Viviane Delpech « Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR »
  • 03 décembre 2020 : Emmanuel Plat « Grèves et organisations ouvrières dans la construction du mouvement social local, Landes et Basses-Pyrénées, 1870-1914 »
  • 26 novembre 2020 : Jean-Jacques Castéret « De la chanson à l’hymne : la patrimonialisation d’Aqueras montanhas / Se canti »
  • 19 novembre 2020: Jean-François Vergez « Archives familiales et mémoire de pierre : patrimoines à partager »

 

 

Jeudis d’ITEM – Olivier Caporossi

04 mars 2021 – 13H30-15h00

Voir la conférence

Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle

L’ambition de cette présentation est de contribuer à comprendre les enjeux des rapports entre juridiction et société sous l’Ancien Régime. Le cas d’une ville de cour comme Madrid au XVIIe siècle et plus particulièrement pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) représente un objet idéal pour observer l’exercice de la justice royale à partir d’un croisement de sources historiques complexes qui relie doctrine juridique et pratiques judiciaires et policières.

Après une rapide description du paysage juridictionnel de la capitale madrilène, on s’attachera à comprendre la mécanique du conflit de juridiction et les réponses institutionnelles apportées par le roi-justicier pour maintenir sa suprématie, sans oublier le rôle de la grâce et de l’arbitraire dans la politique pénale de Philippe IV. Enfin, une place sera faîte dans l’exposé à la complexité des sources judiciaires et extrajudiciaires que l’historien doit utiliser pour réfléchir sur le rôle social du système judiciaire espagnol et ses représentations.

Olivier Caporossi est maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA et ancien membre de la Casa de Velázquez à Madrid (EHEHI). Ses travaux sur le fait judiciaire dans l’Espagne et l’Amérique espagnole de l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) portent sur le conflit de juridiction, la police, la répression des contrebandes, et le faux monnayage. Il a notamment dirigé Douanes et contrebandes dans les Pyrénées occidentales (du XVIe au XXe siècle) en 2010, l’Histoire de la police des étrangers : les expériences atlantiques XIVe-XXe siècles en 2015etLa fabrique du faux monétaire (du Moyen Âge à nos jours) en 2012, puis coordonné en 2011 le 6e dossier thématique de Criminocorpus la revue   hypermedia, le portail sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines (http://www.criminocorpus.cnrs.fr), consacré aux Figures de faux monnayeurs du Moyen Âge à nos jours. Plus récemment il a publié Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665), Bordeaux, PUB, 2020 (https : //afhj.fr/olivier-caporossi/).[1]


[1] Arnaud Exbalin, « Olivier Caporossi, Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 03 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7657


Cycle 2021

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. 

Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 

Les Jeudis d’ITEM auront lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 13h30 à 15h00.

Compte-tenu de la situation sanitaire, les Jeudi d’ITEM seront retransmis via un dispositif de visioconférence.

Lien vers les conférences

Calendrier 2020-2021

  • 01 avril 2021 Journée d’étude « Censure »
  • 18 mars 2021 Jean-Luc Poueyto
  • 11 mars 2021 Pierre Courroux
  • 04 mars 2021 Olivier Caporossi « Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle »
  • 04 février 2021 Emilie Sentucq « L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule »
  • 14 janvier 2021 : Alfonso Pinilla « La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan » (Conférence en espagnol)

Cycle 2020

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. 

Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 

Les Jeudis d’ITEM auront lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 13h30 à 15h00.

Compte-tenu de la situation sanitaire, les Jeudi d’ITEM seront retransmis via un dispositif de visioconférence.

Lien vers les conférences

Calendrier 2020-2021

  • 01 avril 2021 Journée d’étude « Censure »
  • 18 mars 2021 Jean-Luc Poueyto
  • 11 mars 2021 Pierre Courroux
  • 04 mars 2021 Olivier Caporossi « Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle »
  • 04 février 2021 Emilie Sentucq « L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule »
  • 14 janvier 2021 : Alfonso Pinilla « La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan » (Conférence en espagnol)
  • 10 décembre 2020 : Viviane Delpech « Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR »
  • 03 décembre 2020 : Emmanuel Plat « Grèves et organisations ouvrières dans la construction du mouvement social local, Landes et Basses-Pyrénées, 1870-1914 »
  • 26 novembre 2020 : Jean-Jacques Castéret « De la chanson à l’hymne : la patrimonialisation d’Aqueras montanhas / Se canti »
  • 19 novembre 2020: Jean-François Vergez « Archives familiales et mémoire de pierre : patrimoines à partager »

Journées de Formation au PCI

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle In-Oc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel. 

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve de la pandémie qui nous touche remettant en question un ensemble de savoir-faire et pratiques culturelles. 

La formation se déroulera : du lundi 22 au vendredi 26 février 2021 

Organisation : 

 Cette année la formation se déroulera sur Pau 

–  Au complexe de la République nous aurons une grande salle pour accueillir les étudiants de M1 P&M et ceux et celles d’entre vous qui s’inscriront aux journées. 

– A l’Institut Occitan de Cultura, au château d’Este, rue du château d’Este à Billère (c’est le même lieu que pour la médiathèque de Billére) pour avoir des salles assez grandes où vous puissiez travailler en petits groupes.

– En PJ vous avez le programme, il se peut que d’ici 2 semaines il y ai des aménagements à la marge mais dans l’ensemble tout est assuré.

Côté pratique :

Pour les repas de midi, un restaurateur viendra porter des repas individualisés (conditionnés dans des poches ou autre chose) pour cela, nous avons besoin de savoir si vous avez des contres indications alimentaires. Si c’est le cas prévenez nous tout de suite pour que nous ajustions au mieux la commande auprès du restaurateur.

 Il y aura une sortie terrain tuteurée et il vous faudra prévoir, suivant le temps du moment, des vêtements adéquates à tout le moins des chaussures de marche qui n’ont pas peur de la terre et des cailloux.

 Il y aura des ateliers enquête de terrain par petit groupes de 3 ou de 4 que nous avons prévus sur Pau ou ses alentours immédiats. Nous mettrons à votre disposition gel et masques pour le respect des préconisations sanitaires en vigueur. 

Inscription :

patricia.heiniger-casteret@univ-pau.fr

Programme:

Les vignerons de Buzet, une aventure collective

Cairn Editions 2021

144 pages

ISBN :  9782350683799

L’histoire des Vignerons de Buzet est celle d’un pari coopératif, lancé en 1946 par une poignée de viticulteurs, qui a permis la renaissance d’un vignoble alliant recherche de la qualité, rentabilité, innovation et respect de l’environnement. Le cheminement a été complexe, fait d’avancées spectaculaires notamment par le biais des reconnaissances VDQS, AOC, ou labels environnementaux aujourd’hui. Chaque virage, chaque progrès a forgé l’identité d’un territoire autour de la viticulture, son travail dans la vigne, sa vinification dans ses chais ou encore son vin apprécié dans la région et à l’extérieur, en France comme à l’étranger. Les vins de Buzet se sont imposés par le biais coopératif dans un marché vitivinicole dur, âpre, concurrentiel et impitoyable, tandis que 95 % des viticulteurs de l’appellation restent fidèles à la coopération, un phénomène exceptionnel en ce début du XXIe siècle. La cave coopérative, désormais propriétaire du château de Buzet, ancre aussi sa jeune histoire cinquantenaire dans une histoire multiséculaire. Des vignerons qui, par ce dernier acte fort, viennent ici affirmer qu’ils sont attachés à leur passé, un socle, une identité dont ils sont les porteurs. C’est cette aventure humaine que raconte ce livre.

Les auteurs :

Pierre Courroux est docteur en histoire médiévale, enseignantchercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM).

Laurent Jalabert est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM), il a dirigé cet ouvrage.

Stéphane Le Bras est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Clermont-Auvergne (CHEC).

Ce livre est le fruit d’un partenariat mené depuis 2014 entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (E2S) et son laboratoire de recherche ITEM via la Chaire partenariale Histoire, cultures et patrimoines et Nous les Vignerons de Buzet.

Chantier d’archives, archives en chantier. Surveiller les populations colonisées en métropole (XVIIIe-XXe siècle)

Jeudi 11 mars 2021

Journée-atelier de 9h30-17h30

Du fait des conditions sanitaires actuelles, la journée-atelier se déroulera à distance.
Inscription préalable gratuite mais obligatoire jusqu’au 9 mars 2021 à l’adresse : journeegrocan2020@gmail.com


Programme {Pdf-122Ko}

11h00 – 11H30 Intervention de Laurent Dornel (ITEM/UPPA)

« Des ébats sous surveillance ? La vie intime des travailleurs coloniaux en France pendant la Première Guerre mondiale »

Journée d’étude « La Tribuna III »

Visioconférence – 22 février 2021

9h45-10h: Accueil

10h: Javier López Quintáns (Universidad de Santiago de Compostela)

Organización y sentido de los personajes de La Tribuna ».

10h40: Elvire Diaz (Université de Poitiers) 

Territorio y memoria en La Tribuna.

11h15: Alex Alonso Nogueira (Brooklyn College, City University of New York)

La Tribuna, reflexiones críticas.

 

Pause déjeuner

 

14h :  Xavier Escudero (Université du Littoral Côte d’Opale),

Oppression, résistances et révoltes ».

15h : Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour

La question des moustaches : Borrén.

15h 40 : Laura Palomo (Universidad de Alicante)

Leyendo La Tribuna

16h 40 : Dolores Thion (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

La Tribuna : Contar para ver

 

17h Clôture

 

 

Interpréter l’interprétation

11 février 2021

Master HCP Séminaire transversal 2

Cycle: «L’interprétation des images»

Organisé par Sabine Forero Mendozaet Delphine Trébosc

Pierre SAUVANET : «Interpréter l’interprétation»

Pour vous connecter sur Teams code: cvue2a0

14 h -15 h 30

Pierre Sauvanet est Professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’université de Bordeaux Montaigne. Il est directeur du centre de recherches ARTES au sein de l’équipe CLARE (EA 4593), et de deux collections aux PUB (Presses Universitaires de Bordeaux). Ses recherches portent sur l’approchephilosophique des phénomènes rythmiques, dans des contextes aussi différents que la penséegrecque, l’histoire de l’esthétique, la survivance des images, les relations entre les arts, le jazz etles musiques improvisées.Parallèlement, il est percussionniste, auteur-compositeur SACEM (depuis 1989, musiques pour Radio-France) et compositeur SACD (depuis 1998, musiques pour la scène professionnelle).

Principales publications:

–A. G. Baumgarten, L’invention de l’esthétique:méditations philosophiques sur quelques sujetsse rapportant au poème(préfacede P. Sauvanet, traduction de Jean-Yves Pranchère), Presses universitaires de Paris Ouest, 2017.

–Devant les images: penser l’art et l’histoire avec Georges Didi-Huberman(dir. avec ThierryDavila), Les presses du réel, 2011

–L’insu: une pensée en suspens, Arléa, 2011

–Éléments d’esthétique, Ellipses, 2000–Le Rythme et la raison, T. 1: Rythmologiques, T.2: Rythmanalyses, Kimé, 2000–Le Rythme grec, PUF, 1999–Les philosophes et l’amour, Ellipses,1998

Seminaire TERRAE « AU MILIEU D’OBJETS »

L’ENVIRONNEMENT MATÉRIEL DES INDIVIDUS AU MOYEN ÂGE ET À L’ÉPOQUE MODERNE

Toulouse – Bibliothèque d’Études méridionales

22 janvier 2021 Introduction et réflexion sur les sources

12 février 2021 L’appréhension individuelle des objets

5 mars 2021 La provenance des objets

26 mars 2021 L’usage des objets

16 avril 2021 L’appréhension collective des objets

 

Communication d’Alain Champagne UPPA ITEM le 26 mars : « Cycles et fin de vie d’objets : le regard des archéologues »

Jeudis d’ITEM – Emilie Sentucq

04 février 2021

L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule

Voir la conférence

Résumé

La pastorale est l’héritière du théâtre des mystères (Moyen Age). Elle a pour  particularités : d’être jouée en Souletin (dialecte basque) en Soule (la plus petite province du Pays Basque), de plein air, par des amateurs, … . Elle est organisée par un village différent, et a un thème ou un sujet (personnage) nouveau chaque année. Il y a  2 à 3 représentations par an.

Les ouvrages fondamentaux sont écrits uniquement par des hommes, cela peut expliquer pourquoi la présence des femmes y est aussi discrète. Pourtant des archives photographiques et sonores illustrent l’inverse.

Quelle est donc la proportion de femmes qui pratique une activité culturelle traditionnelle au Pays Basque? Quelle(s) place(s) et quel(s) rôles sont réservés ou donnés aux femmes?

Après un BTS audiovisuel, une licence CIAN, un master Art et Technologies Numériques, Emilie Sentucq opère depuis plus de 13 ans dans l’audiovisuel en tant que technicienne vidéo, spécialisée dans les ralentis en sport. Actuellement en 4 éme année de thèse, elle est également formatrice pour un constructeur présent à l’international et chef de projet .

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

Jeudis d’ITEM – Alfonso Pinilla

14 janvier 2021 – 13H30 – 15H00

La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan  (conférence en espagnol)

Voir la conférence

Résumé :

En el curso analizaremos la transición española a la democracia desde una perspectiva teórica novedosa, atendiendo a las siguientes cuestiones: las causas que generan el cambio político, los actores que en él intervinieron, sus respectivas interacciones -dictadas por la correlación de fuerzas presentada- y, por último, la naturaleza de la mutación política que resultó: un cambio gradual, pero real, de la dictadura franquista en democracia, homologable al occidente europeo. Veremos las principales encrucijadas del proceso, la violencia ejercida, las negociaciones desarrolladas y las propias contradicciones de una época que aún es objeto de debate en la actualidad política española.