Tous les articles par Joëlle Saucès

Appel à communications-Cahiers d’Histoire immédiate n°57

L’ Argentine, vingt-ans après la crise

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (INAP-Université du Chile) & Dario Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

Au cours du mois de décembre 2001, les Argentins sont descendus dans les rues des principales villes du pays aux cris du désormais célèbre slogan «Qu’ils s’en aillent tous!», adressé aux acteurs de la représentation politique. Latente depuis plusieurs années, cette colère citoyenne s’est rapidement muée en révolte populaire, laquelle a entraîné la chute du gouvernement et l’ouverture d’un nouveau cycle politique. À bien des égards, la crise a alimenté les espoirs d’un renouvellement de la démocratie dans sa nature représentative et permis d’entrevoir la mise en place d’un nouveau modèle macro-économique. De fait, l’arrivée circonstancielle de Néstor Kirchner au pouvoir en 2003, son bras de fer contre les institutions financières internationales et certaines prises de position emblématiques (en faveur des droits de l’homme notamment) ont marqué un consensus de rupture avec la décennie néolibérale précédente, qui a également été poursuivi par son épouse, Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015). Toutefois, outre les soupçons de corruption qui ont pesé sur leurs mandats respectifs, l’un comme l’autre ont été accusés de reproduire les modalités traditionnelles d’exercice du pouvoir en Argentine. Quant au gouvernement de Mauricio Macri (2015-2019), il a renoué avec un certain nombre de préceptes néolibéraux, dont on peut tracer l’origine dans certaines mesures de libéralisation prises durant les années 1990. Malgré ses promesses de campagne, le pays n’a pas non plus connu de recomposition institutionnelle significative. Se pose donc la question de la continuité ou de la rupture qu’a pu incarner, dans une perspective historique de moyen terme, cette fameuse «crise de 2001».

Aujourd’hui, il nous semble non seulement possible mais également nécessaire de poser un regard neuf sur le cycle politique ouvert par les événements de décembre 2001 qui ont fait basculer le pays dans une soudaine acéphalie institutionnelle (succession de 5 présidents en 10 jours) et l’ont fait plonger dans une durable crise économique. Afin d’apporter de nouvelles clés de lecture sur ce passé immédiat, il nous paraît important de décloisonner les disciplines (science politique, histoire, droit, économie, sociologie, etc.) et de valoriser différentes méthodologies (analyses qualitative et/ou quantitative, approche ethnographie, analyse des discours, etc.). Pour la cohérence de ce dossier thématique, mais sans prétention d’exhaustivité et sans nier les interconnexions possibles, les propositions d’articles devront idéalement porter sur l’un de ces cinq axes :

  1. Les cycles électoraux: les leaderships et les partis politiques.
  2. Les acteurs de la protestation sociale et les nouvelles formes de présence citoyenne dans l’espace public.
  3. Les politiques publiques et les relations État-Société.
  4. Les pratiques discursives, les représentations et les imaginaires.
  5. La projection internationale du pays et sa place dans le monde.

Informations générales

En sus de l’introduction générale, ce numéro thématique comptera entre 6 et 7 articles.

Les articles doivent être rédigés en français et feront 30000 signes maximum, notes comprises. Les normes éditoriales seront communiquées ultérieurement aux auteurs des propositions retenues.

Des recensions de 5000 signes max. sur des ouvrages récents (moins de 4 ans à la date de publication, soit 2018) portant sur l’Argentine contemporaine sont les bienvenues. Merci de prendre contact préalablement avec les coordinateurs.

Suggestion d’ouvrages pour recension :

-Juan Manuel Abal Medina, La democracia argentina en el último siglo, Buenos Aires, EUDEBA 2019.

-Alejandro, Grimson,¿Qué es el peronismo? De Perón a los Kirchner, el movimiento que no deja de conmover la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 2019.

-Noam Lupu, Virginia Oliveros, Luis Schiumerini (Eds.), Campaigns and Voters in Developing Democracies: Argentina in Comparative Perspective, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2019.

-Mariana Gené, La rosca política. El oficio de los armadores delante y detrás de escena (o el discreto encanto del toma y daca),Buenos Aires, Edición Siglo XXI, 2019.

-Gabriel Vommaro,Mariana Gené (compiladores), Las élites políticas en el Sur. Un estado de la cuestión de los estudios sobre la Argentina, Brasil y Chile, Buenos Aires, Ediciones UNGS, 2018.

-Denis, Merklen, Étienne Tassin, La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, Editions de l’IHEAL, 2018.

Les propositions d’article doivent être envoyées aux deux coordinateurs du dossier aux adresses suivantes :damien.larrouque@sciencespo.fr & dario.rodriguez @ paris-sorbonne.fr

avec copie au rédacteur en chef de la revue laurent.jalabert @ univ-pau.fr

Calendrier prévisionnel

  • Envoi des propositions : 15 septembre2020
  • Acceptation des propositions : 1er octobre 2020
  • Envoi des manuscrits : 15 janvier 2021
  • Processus d’évaluation et reprises : janvier-juin 2021
  • Envoi du dossier complet au comité de rédaction : 15 juin 2021
  • Processus éditorial (actualisation / ajustements éventuels) : septembre-octobre 2021
  • Publication : novembre 2021

La montagne explorée, étudiée et représentée

Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 142e Congrès sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Le Siècle des lumières, qui consacre l’ouverture des élites européennes à la modernité scientifique, est aussi celui qui pousse les mêmes sociétés vers les sommets et les glaciers des montagnes. Objet de fascination et non plus de crainte, la montagne apparaît, à la suite de Rousseau et Senancour, dans toute sa majesté, à la fois vierge, mystérieuse, repliée sur elle-même et porteuse d’un message d’universalité. Après avoir longtemps suscité peur et préjugés depuis l’Antiquité, la montagne est devenue au xviiie siècle un territoire de conquête et de découverte générant toute une mythologie et un imaginaire qui vont modifier le rapport des sociétés européennes avec le milieu des sommets.

Contributions de Christel Venzal, Christian Manso, Laurence Espinosa et Viviane Delpech (ITEM – UPPA).

Éditeur : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques

Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques

Année d’édition : 2020

EAN électronique : 9782735508877

DOI : 10.4000/books.cths.11252

Parution « Joseph Kessel »

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso (Laboratoire ITEM, Programme de recherche Patrimoines d’encre) ont apporté leur contribution au volume I des Romans et nouvelles de Joseph Kessel que viennent de publier les éditions Gallimard dans La Pléiade (n°649) sous la direction de Serge Linkès.



Ils se sont penchés sur Une balle perdue, roman de l’écrivain-reporter, consacré à la très brève révolution d’octobre 1934 déclenchée par la Généralité de Catalogne, l’instance politico-administrative de cette région désireuse de se soustraire au gouvernement républicain de Madrid.

Témoin des affrontements entre indépendantistes catalans et représentants de l’ordre de la II° République, Joseph Kessel publie des reportages dans des journaux parisiens: Le Matin puis Marianne. Un an après, en 1935, il fait paraître dans Marianne son roman sous forme de
feuilleton.

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso ont examiné avec grand soin, à l’aide de nombreuses sources journalistiques françaises et espagnoles, le processus d’élaboration de ce roman, lequel en sa forme définitive a été substantiellement tronqué, sans doute en raison 
d’impératifs éditoriaux.

Joseph Kessel. Romans et récits – tome I

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 649), Gallimard, juin 2020.

Appel à Communications – Cahier d’Histoire immédiate

Dossier spécial du Cahier d’histoire immédiate (2021)

« La crise syrienne et la question kurde (2011-2021) »

La révolution syrienne qui éclate en mars 2011 et le conflit internationalisé qui s’en suit tendent à reconfigurer les données d’un Moyen-Orient qu’on pensait déjà complexe. Au fil des événements qui secouent la région, on trouve notamment les Kurdes de Syrie, visibilisés progressivement comme des acteurs à part entière dans le conflit. Finalement, diabolisés ou héroïsés, volontairement ou malgré eux, les Kurdes de Syrie, de Turquie et d’Irak, se retrouvent ainsi pris, à divers degrés, dans la tourmente à la fois syrienne et internationale. Notre recherche se situe donc d’emblée à deux échelles : celle du terrain, des groupes en présence et de l’évolution du conflit, et celle du discours façonnant une grille de lecture sur les Kurdes et le conflit auquel ils prennent part.

Car dans cette révolution, devenue guerre civile puis guerre internationalisée, on perçoit surtout les acteurs visibles et visibilisés du conflit. Or, notre regard doit aussi porter sur ceux qui définissent la grammaire du conflit en cours pour mieux en orienter les lectures. Parmi les chercheurs également, la question kurde tend à déchaîner les passions. Or, il s’agit pour nous ici, selon la formule de l’historien et politologue Hamit Bozarslan, de « rompre avec l’hypothèse de la singularité kurde  » et d’éclairer le lecteur en faisant part des imbrications avec les thématiques nationales des différents États concernés. Les 10 ans du conflit « syrien » sont donc l’occasion de faire un état des lieux des usages de cette « question kurde ». D’ailleurs, la guerre en Syrie en a-t-elle dévoilé de nouveaux usages ? 

Une réflexion multiscalaire et multidisciplinaire permettra d’interroger le contenu effectif de cette rhétorique. Revendiquer une spécificité kurde, c’est aussi l’occasion de présenter une grille de lecture ethnicisée du conflit en cours, reléguant à l’arrière-plan les premiers slogans de dignité et de démocratie brandis par les Syriens. Rien d’étonnant en soi, l’instrumentalisation de la fameuse question kurde à des fins politiques reprend de plus belle entre les acteurs régionaux et internationaux. Alors que les tractations se font dans les sommets internationaux, du côté des intéressés, on subit surtout l’exode, la destruction et la radicalisation, parallèlement au renforcement des luttes entre les élites locales et de la construction des pouvoirs respectifs. C’est pourquoi il est nécessaire d’opérer un désenclavement de la question kurde pour mieux saisir certaines logiques en cours.

Il s’agira de définir les différentes utilisations de la question kurde dans l’interprétation du conflit : à quel moment cette grille de lecture s’est imposée ? Pour quels buts politiques ou militaro-stratégiques ? Afin de mieux interroger le concept de question kurde, qui s’avère en fait plurielle, nous souhaitons décrypter les différentes réalités sociales et politiques observables sur le terrain. Comment le conflit a-t-il été vécu par les acteurs dits kurdes ? Après l’élan d’ethnicisation, une fois l’illusion retombée, comment re-fabriquer le tissu sociétal ? Dans une situation post-conflit, quel sens donne-t-on à cette question kurde ? Qui se considère partie de cette « question » ? Cela peut nous amener à nous pencher sur les Kurdes « à la marge », qui ne s’identifient pas aux mouvements kurdes – ou n’y sont plus identifiés – et sont touchés par la paupérisation ambiante. Ces regards en marge peuvent nourrir des approches plus inclusives nous mettant à l’abri des biais ethnicisant et nationalistes. L’objectif sera ici de montrer à partir d’articles de terrain la diversité des socialisations kurdes en dehors des étiquettes habituelles et traditionnelles, notamment imposées par les élites politiques, qui prennent le dessus dans les analyses et écrasent les sociétés civiles et les individus. 

Les coordinateurs de ce numéro spécial encouragent une recherche qui se libère du poids du politique et des différents nationalismes pour mieux observer les réalités du terrain et les utilisations récentes de la question kurde dans le contexte syrien. Les articles de terrain récents qui montrent la diversité des réalités sociales et politiques dites kurdes ainsi que toute autre approche innovante, collaborative ou multidisciplinaire (sciences politiques, histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, sociologie, etc.) seront particulièrement appréciés.

Modalités de soumission

Les collègues intéressé(e)s par cet appel à contributions sont prié(e)s d’envoyer dans un premier temps une proposition d’article résumée d’environ 250 mots, ainsi qu’un titre et une courte notice bibliographique, avant le 15 juin 2020 aux coordinateurs de ce numéro spécial : 

Laurent Dissard (laurent.dissard@univ-pau.fr)

Solène Poyraz (solene.poyraz@gmail.com)

Les articles choisis (max. 45 000 signes espaces, notes et bibliographie compris) seront à envoyer avant le 1er octobre 2020. Ils feront l’objet d’une double évaluation anonyme et de demandes de modifications éventuelles avant acceptation définitive. La publication est envisagée en février 2021.

Espace symbolique, espace construit

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR et du Master Recherche HCP, Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe organisent une journée d’étude intitulée  » Espace symbolique, espace construit ».

Elle aura lieu le 13 mars 2020 à l’Université de Pau, au bâtiment des Lettres, en salle 217.

Aucun espace quel qu’il soit, n’est vacant. L’homme passe et trace des signes d’un langage qui lui est propre : dates, noms, phrase, croix ou bateaux sur des pierres en haute montagne ; rosaces, fleurs ou sirènes sur le linteau des portes ; blason de famille, graffitis, autocollants ou tags sur les panneaux ou murs en déshérence, fleurs et végétaux. Autant de signes qui dessinent les contours de territoires habités et d’espaces de vie. Le quotidien est traversé par des faisceaux de signes que l’on perçoit  au premier abord comme des expressions esthétiques qui semblent être posés là pour agrémenter les univers de vie. La comparaison de ces signes observés dans plusieurs terrains, plusieurs univers et à des époques diverses, leurs places sur les supports et dans les espaces de vie amène à produire des analyses qui élargissent la perception esthétique pour nous faire rentrer dans une dimension mystique de l’espace. Ainsi se dessinent un dedans et un dehors, un dedans organisé et protégé par des faisceaux d’éléments symboliques et un dehors dangereux perçu comme chaotique.  

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Conférence – Le Parvis Espace Culturel – Centre commercial Tempo, Pau

25 février 2020 de 18h00 à 19h00

Laurier Turgeon : Français et Amérindiens au XVIe siècle

Laurier Turgeon, historien et ethnologue, vous fera découvrir l’histoire des premiers contacts franco-amérindiens. En nous racontant la pêche à la morue, le commerce des fourrures ou l’usage du cuivre et de la verroterie en Amérique du Nord, il raconte la naissance de la Nouvelle-France.

En 1534, Jacques Cartier entreprend une série de trois voyages d’exploration et de colonisation au Canada. À sa suite, les Français investissent dans la pêche à la morue et commercent avec les populations autochtones : ils troquent des chaudrons de cuivre, des haches, des couteaux ou de simples perles de verre contre de précieuses peaux de castor, de loutre et de martre. Avant de pouvoir se parler, Français et Amérindiens échangent des biens qui ont pour eux le charme de la nouveauté et de l’exotisme.

Laurier Turgeon est professeur d’histoire et d’ethnologie à l’université Laval (Canada) et auteur notamment de Patrimoines métissés : Contextes coloniaux et postcoloniaux (Prix Luc-Lacourcière, 2005). Membre de l’Académie des arts, lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada, il a été titulaire de la William Lyon Mackenzie King Chair à l’université Harvard. Pour cet ouvrage, l’auteur a bénéficié d’un poste de directeur d’études associé à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (Paris).

Une histoire de la Nouvelle-France, sur le site de son éditeur :  https://www.belin-editeur.com/une-histoire-de-la-nouvelle-france#anchor1

Jeudi d’ITEM

Viviane Delpech

 

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au cinquième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 

« Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours » par Viviane Delpech, ITEM EA 3002 UPPA, chercheur du projet Feder TCV-PYR.

le 12 mars 2020 à 14h00
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie


Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

 

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

Programme 2019-2020

  • 10/10/19- Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19- Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19- Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20- Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20- Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 12/03/20- Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 26/03/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 16/04/20- Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20- Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas

Hors-Champs

Séminaire TERRAE 2020

Hors-champs. Regards croisés sur les forêts et les incultes au Moyen-Age

BNF Livre de chasse de Gaston Febus

Coordonné par Sylvain BURRI

17 janvier 2020, 14h-17h30 : Biodiversité et écologie des forêts médiévales

MDR – AMPHI F417

Corinne BECK (Université de Valenciennes, ArScAn UMR 7041 41) : Géohistoire des espaces forestiers médiévaux
Péter SZABÓ (Institute of Botany of the Czech Academy of Sciences) : Medieval al forests in Central al Europe: from history to ecology

14 février 2020, 10h-17h : Actualité de la recherche sur le pastoralisme

MDR – AMPHI F417

Christine RENDU (FRAMESPA UMR 5136 CNRS-UT2J) : L’ occupation et l’exploitation agro-pastorale de la haute montagne pyrénéenne au premier millénaire de notre ère : essai de synthèse
Carine CALASTRENC (TRACES UMR 5608 ; FRAMESPA UMR 5136 CNRS-UT2J) : Rechercher des cabanes. Les nouveaux outils de
détection archéologique en haute montagne
Mélanie LE COUÉDIC et Alain CHAMPAGNE (ITEM EA 3002 UPPA) : Les cayolars et leur environnement (Pays basque) : approche
croisée entre histoire et archéologie
Sylvain BURRI (TRACES UMR 5608 CNRS-UT2J) : Compter les moutons. Une histoire à vous rendre chèvre…

28 février 2020, 10h-16h : Industries forestières

Bibliothèque d’Etudes Méridionales (BEM) – rue du Taur

Isabelle COMMANDRÉ (Inrap Méditerranée) : Les verreries forestières du Tarn et du Haut Languedoc (Moyen Âge-époque moderne)
Graziella RASSAT (Universités de Limoges et de Poitiers, GEOLAB UMR 6042 42) : Les forêts charentaises : des « territoires
ressources » pour les métallurgistes du fer. Approche interdisciplinaire et multiscalaire.

6 mars 2020, 10h-16h : Construire en bois dans la péninsule ibérique

Bibliothèque d’Etudes Méridionales (BEM) – rue du Taur

Marta DOMINGUEZ EZ-DELMAS (Universiteit van Amsterdam) : Oak forests and timber in the north of Spain in: supplying construction activities in the Early Modern Period (1400-1800).
Ricardo CÓRDOBA DE LA LLAVE (Universidad de Córdoba) : L’emploi du bois dans la construction hydraulique en Andalousie aux
XVe et XVIe siècles

3 avril 2020, 14h-17h30 : Faune sauvage et chasse

Bibliothèque d’Etudes Méridionales (BEM) – rue du Taur

Fabrice GUIZARD (Université polytechnique Hauts-de-France, ArScAn UMR 7041) : Gestion faunistique et ressources cynégétiques dans l’incultum altomédiéval.
Vianney FOREST (Inrap Méditerranée) : La chasse et l’animal sauvage dans le Midi de la France au Moyen Âge d’après les restes
osseux

Télécharger le programme

 

Cahier d’Histoire Immédiate n° 53

Mémoire et histoires des camps : les musées mémoriaux et leurs visiteurs

 

Paru aux Editions CAIRN

C’est à partir des années 1980 qu’apparaissent de nombreuses formes de commémoration des camps d’internement et des camps d’extermination. Ce phénomène s’est tout d’abord manifesté par l’organisation de nombreuses célébrations, l’érection de stèles ou de monuments ainsi que la réalisation d’oeuvres d’artistes (Jochem et Esther Gertz, Boltanski, Dani Karavan…). Il se matérialise aussi à travers la construction ou le réaménagement d’un nombre croissant de « musées-mémoriaux », notamment au sein même des camps dispersés dans toute l’Europe durant la période de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement s’est particulièrement accéléré au début des années 2000.
À Auschwitz, le pavillon rom du musée est né en 2001, en même temps que le Musée Juif de Berlin, tandis que le pavillon français, créé en 1979, a été doté d’une nouvelle scénographie en 2005. Le musée du camp d’extermination de Belzec a vu le jour en 2004 ; le musée de Yad Vashem, en Israël, a été refait en 2005, l’année même où fut créé le Mémorial de la Shoah à Paris et le Mémorial des Juifs d’Europe à Berlin. En 2007, a été édifié à Shangaï le Musée des réfugiés juifs de Shangaï. En 2009, à Lety, en République tchèque, fut construit le mémorial du camp pour Tsiganes et, l’année suivante, le Musée de l’Holocauste à Los Angeles. En France et en Belgique, le mémorial du Camp des Milles date de 2009, le Musée de la maternité d’Elne de 2011, le mémorial de Malines de 2012 et, enfin, celui de Rivesaltes de 2015. Le statut et la forme de ces productions matérielles de mémoire peuvent se montrer très variables, ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate en présente une analyse par des regards pluridisciplinaires.

LES AUTEURS :


Dossier coordonné par Jean-Luc Poueyto et Sabine Forero-Mendoza
Evelyne Ribert
Yael Uzon Holvek Bastien Caumont
Dominique Chevalier
Sabine Forero-Mendoza,
Joëlle Le Marec
Jean-Yves Potel
Christel Venzal
Joëlle Zask

144 pages

Décembre 2019

Journées de formation au PCI

Du 24 février 2020 au 28 février 2020

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura – Ethnopôle occitan et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la Communauté des communes du Haut-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.


Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve dans le périmètre du label Pays d’Art et d’Histoire des vallées béarnaises qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
du lundi 24 au vendredi 28 février 2020 à Oloron, à la Communauté de communes du Haut-Béarn,12 place de Jaca, 64400 Oloron-Ste-Marie (24-25/02) à la villa Bedat, Confluence Rue de l’Intendant d’Etigny, 64400 Oloron Ste-Marie (26/02) et à L’Institut Occitan de Cultura, Château d’Este, 64140 Billere (27-28/02).


Inscription :
patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr
mastercas @ univ-pau.fr

Ces journées s’inscrivent dans le cadre du programme européen TCV-PYR.

Elle peuvent également être :
– validées dans le cadre de l’UE « Actualité de la recherche » (24h)
– être un élément du stage de M2

Signes, seings & sceaux

Journée d’étude

Le 21 février 2020

Programme ANR Acronavarre

Journée d’étude « Signes, Seings et Sceaux: identification et authentification au Moyen Âge et à la Renaissance »,

Université de Pau et des Pays de l’Adour, 21 février 2020

Au Moyen Âge et à la Renaissance, rois, princes, prélats, institutions, villes, officiers, etc. indiquent leur présence et affichent leur action en utilisant des signes qui les identifient et qui permettent d’authentifier leurs faits et gestes dans des contextes variés et sur de multiples supports.

L’utilisation de ces signes répond à des ambitions politiques, à des normes socio-professionnelles et à des exigences pratiques.

Cette journée d’étude invite à les mieux connaître et à les interroger à la lumière d’une historiographie renouvelée et des recherches en cours.

Frontières

Séminaire transversal IRAA / ITEM coordonné par Françoise des Boscs

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Bâtiment des Lettres – Salle du Conseil

10h15-12h30
Françoise des Boscs (UPPA – IRAA)
Penser les frontières de l’Empire romain : l’exemple de la Bretagne
Pierre Courroux (UPPA-ITEM)
Quelle frontières pour une principauté ? les terres des Albret (XIVème- XVème siècles)
12h 45- 14h15 pause déjeuner
14h15-16h00
Hernan González Bordas– ERC Patrimonium, Ausonius-Bordeaux Montaigne
Agri Caesaris nostris. Les limites des domaines impériaux et leurs implications pour les paysans
Cécile Lagane, chercheuse associée au CRAHAM/ UMR 6273 Caen
La culture matérielle à la croisée des disciplines : l’exercice difficile de la pluridisciplinarité