Tous les articles par Joëlle Saucès

BDA 2018

Les 34-èmes journées de la conférence « Gestion de Données – Principes, Technologies et Applications » (BDA 2018), rendez-vous incontournable de la communauté gestion de données en France, auront lieu cette année en Roumanie, du 22 au 26 octobre 2018, à l’Université Politehnica de Bucarest.

Cette édition est organisée à Bucarest en collaboration avec la Faculté d’Automatique et Informatique de l’Université Politehnica Bucarest, à l’initiative des chercheurs roumains, nombreux et actifs dans la communauté scientifique française en gestion de données. Elle met à l’honneur les liens entre les deux communautés scientifiques nationales dans ce domaine et offre l’opportunité de mieux se connaitre, de renforcer ces liens, de découvrir une culture, un pays.

Retrouver le programme : https://bda2018.ensea.fr/programme/

A noter (dans le cadre des programmes FEDER TCV-PYR :

Session 6 : Corpus, versioning

Mercredi 24 octobre, 13h30-15h00

Tiphaine Van De Weghe, Marie-Noëlle Bessagnet and Philippe Roose. Des données particulières : les données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales

Un monde en Transition(s) ?

Dossier spécial : Un monde en Transition(s) ?

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.
Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Musées-mémoriaux : Construire une mémoire partagée ?


Journée d’étude

12 octobre 2018 – Salle du Conseil du Bâtiment des Lettres de l’UPPA

Dans le cadre du Projet  Incitatif à la  Recherche « La Mémoire des camps d’internement des années de la Seconde Guerre mondiale : étude muséographique et muséologique des mémoriaux européens », et à la suite des rencontres qui ont eu lieu les 15 et 16 février dernier à l’UPPA, le laboratoire ITEM organise le 12 octobre une journée d’étude intitulée « Musées-mémoriaux : construire une mémoire partagée ? »

Depuis une trentaine d’années, la transmission de l’histoire des camps d’internement de la Seconde guerre mondiale est entrée dans une phase muséale.  Il ne s’agit plus seulement de donner à comprendre des faits, comme le ferait un médium livresque, ni de rappeler à la mémoire, comme le ferait un simple monument, mais de donner à voir, et peut-être ressentir, des réalités particulièrement douloureuses dans l’espoir de faire accéder, au travers d’une expérience, à une prise de conscience active.  Face à un tel dessein, le risque est grand de glisser dans l’exhibition complaisante du drame, non moins grande la tentation d’adopter certains des procédés expérimentés dans la sphère du divertissement ou de reprendre, inlassablement, des dispositifs stéréotypés.

La journée d’étude qui se déroulera le 12 octobre se donne pour objectif de réfléchir de façon plus approfondie à la question de la participation du public à ces entreprises mémorielles. Quelle expérience est-il appelé à vivre ? Quel parcours lui propose-t-on de suivre, entre images et objets, écrits et témoignages oraux ? Que lui donne-t-on à voir et sous quelles formes ? Au-delà de l’injonction lénifiante  au « devoir de mémoire », comment concevoir des modes de partage permettant au  public de prendre part, bénéficier et contribuer à l’élaboration d’une mémoire partagée de ces événements, sans pour autant porter atteinte à la scientificité historique et à la véracité des faits ? De quelles manières établir un pont entre un discours savant et les représentations flottantes qui habitent les visiteurs, qu’il s’agisse de descendants de victimes, d’habitants des environs, de scolaires ou de simples touristes de passage ? Tenter de répondre à ces questions suppose de croiser des considérations muséographiques et esthétiques, des données historiques et épistémologiques, mais aussi des réflexions psychologiques, morales et politiques.  On ne saurait manquer d’évaluer le rôle que, dans ces divers processus et interactions, est susceptible de jouer la création artistique, ni d’examiner les outils de médiation mis en œuvre, tout particulièrement numériques.

Inscrit dans le programme des séminaires transversaux

Organisation : Jean-Luc Poueyto, Sabine Forero, Christel Venzal

Eaux-Bonnes. Patrimoine et villégiature thermale

Projet européen TCV-PYR. Conférence de restitution de travaux

Le 11 octobre 2018

Dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR, les laboratoires ITEM et LIUPPA de l’UPPA entreprennent la réalisation d’un inventaire du patrimoine de villégiature et thermal dans le massif pyrénéen français depuis les temps modernes jusqu’à nos jours. Lancé fin 2017 en collaboration avec les régions Occitanie-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine et les universités de Toulouse Jaurès et Perpignan, le projet implique une douzaine de chercheurs et cinq post-doctorants. Il s’insère dans un axe sur le développement de la connaissance et de la fréquentation des Pyrénées à travers leurs atouts patrimoniaux et relève du travail de l’inventaire du patrimoine architectural et immatériel.

Un premier inventaire du patrimoine d’Ax-les-Thermes a été présenté publiquement le 14 septembre dernier par Anaïs Comet (Université Toulouse Jean Jaurès). Le 11 octobre, Viviane Delpech et Mathilde Lamothe, chercheurs au laboratoire ITEM, évoqueront la station thermale des Eaux-Bonnes, son développement, la richesse de son patrimoine bâti et paysager ainsi que les pratiques culturelles locales qui y sont liées :

Viviane Delpech « Grandeur et décadence d’une ville d’eaux impériale »

Depuis leur fondation légendaire et leur statut d’eaux d’arquebusades jusqu’à leur essor spectaculaire sous le Second Empire, les Eaux-Bonnes doivent exclusivement leur raison d’être à l’activité thermale. Tout au long du XIXe siècle, l’exploitation des eaux, d’abord pratiquée au sein de petits cabanons rudimentaires, y génère un original développement urbain associant les prérogatives haussmanniennes et les résurgences de l’architecture vernaculaire, la modernité et l’héritage local, au cœur d’un cadre naturel pittoresque plébiscité par les esprits romantiques. L’inventaire du patrimoine bâti a permis de retracer l’histoire de cette cité singulière au sommet de sa gloire dans les années 1870-1880, affectionnée par l’impératrice Eugénie et déclinant après la Seconde Guerre mondiale. Témoin matériel d’un passé prestigieux, son riche quoique vieillissant patrimoine bâti, qu’il s’agisse des constructions publiques ou privées, des décors ou des aménagements paysagers, nécessite désormais d’être reconnu et valorisé afin de rendre sa splendeur à cette ville d’eaux impériale.

Mathilde Lamothe « Usages et pratiques culturelles d’hier à aujourd’hui »

Les usages et pratiques culturelles, autrement dit le patrimoine culturel immatériel, des communautés montagnardes sont décrites par les voyageurs et curistes qui viennent à la station thermale des Eaux-Bonnes depuis le XIXe siècle. Ces observateurs fournissent une importante documentation écrite ou iconographique – à travers les lithographies, cartes postales, récits de voyage, affiches publicitaires des compagnies de chemin de fer, etc. – sur ces activités qui existaient à l’époque et conservent encore aujourd’hui leur sens social comme les transhumances, les « danses ossaloises » ou les savoirs naturalistes liés aux plantes ou aux eaux curatives. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces expressions culturelles qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes.

11 octobre 2018 – 18h00 – Casino des Eaux-Bonnes (64) – entrée libre

Contact : 05 59 05 32 69

Télécharger le «Carton d’invitation Eaux Bonnes.jpg» (298.3 KB)

Du terrain à l’archive

Du terrain à l’archive : les archives de folklore et d’ethnologie en tant que pôles de recherche, d’éducation et de culture

Du 14 septembre 2018 au 16 septembre 2018

CENTRE DE RECHERCHES DU FOLKLORE HELLENIQUE DE L’ ACADEMIE D’ ATHENES  –  FER-EURETHNO

Groupe de Travail Francophone de la SIEF

XXXIème Atelier du réseau FER-EURETHNO du Conseil de l’Europe

Ière Conférence du Groupe de Travail Francophone de la SIEF

Voir le Programme et les Résumés des communications ici

Cet atelier se propose d’étudier de manière comparative, réflexive et critique les méthodes et les pratiques de collecte du matériel folklorique et de la recherche ethnographique sur le terrain européen depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours, ainsi que les pratiques d’archivage de divers types de matériel ethnographique (manuscrits, photos, son, film, objets).

La constitution d’inventaires thématiques concernant la culture matérielle, la vie sociale et les genres de l’oralité s’articule aujourd’hui à des processus nouveaux de transformation des données orales issues du terrain en texte ethnographique. Grâce à l’appui des technologies numériques, le rapport des chercheurs à leurs informateurs se transforme, de même que leur rapport aux sources écrites et aux résultats de la recherche. De plus la notion nouvelle de patrimoine culturel immatériel met en discussion la manière de traiter divers aspects de la culture traditionnelle. Dans la société contemporaine façonnée par les réseaux sociaux numériques, la perception et l’étude ethnographique par les scientifiques tente d’être en interaction avec le public (individus, associations, municipalités, etc.) en se réclamant de formes différentes de recherche appliquée.

Le but du colloque est non seulement épistémologique mais aussi pratique, puisqu’il s’agit d’une part de réaliser un état des lieux comparatif de la recherche européaniste en matière d’archivage ethnographique, et d’autre part de réfléchir au renouvellement possible et à l’utilité sociale des méthodes d’archivage. C’est-à-dire, en ce début de XXIe siècle marqué par des phénomènes nouveaux (globalisation, urbanisation, confrontation ou coexistence des cultures), qu’il s’agira d’examiner le rôle des archives en tant que pôles de recherche scientifique mais aussi d’éducation et de culture.

Les communications concernent les transformations et le renouvellement des méthodes de collecte, d’archivage et de diffusion des données folkloriques et ethnographiques dans différents pays européens.

Dans le cadre du projet TCV-PYR, communication de Mathilde Lamothe, le 14 septembre de 16:30 à 17:00   — Regard sur les Pyrénées thermales du XIXe au XXIe siècle : de la collecte folklorique à la confluence des inventaires patrimoniaux nationaux

Appel à communication – Colloque international TCVPYR

Date limite de propositions : 15 janvier 2019

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècles

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.

Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.

Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

L’appel à communication propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités
thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de « friches » thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Dates et lieu

Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Pau)
Il sera prolongé samedi 15 juin par une visite du site thermal des Eaux-bonnes (64) ou/ et d’une pratique autour du Patrimoine culturel immatériel liée à l’agropastoralisme (transhumance)

Langues du colloque

Français, anglais, espagnol.Les actes seront publiés. Les articles seront à rendre, délais de rigueur, pour le 1er septembre 2019.
Site internet du FEDER TCV-PYR: http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Les propositions sont à envoyer avant le 15 janvier 2019 conjointement à :

laurent.jalabert@univ-pau.fr

nicolas.meynen @ univ-toulouse2.fr

castaner@univ-perp.fr

Directeurs du colloque

– Estéban Castaner, Professeur à l’Université de Perpignan, CRESEM (EA 7397)
– Laurent Jalabert, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA3002)
– Nicolas Meynen, MCF à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA (UMR 5136-CNRS)

Comité d’organisation

Patricia Casteret (UPPA), Roland Chabbert (Conseil régional d’ Occitanie), Éric Cron
(Conseil régional de Nouvelle Aquitaine), Steeve Hagimont (UT2J), Pascal Julien
(UT2J), Philippe Roose (UPPA), Philippe Valette (UT2J)

Parution « Être Prisonnier civil au camp de Garaison »

Être Prisonnier civil au camp de Garaison
(Hautes-Pyrénées) 1914-1919

Durant la Première Guerre mondiale, la France considéra les Allemands, les Austro-Hongrois, les Ottomans, les Bulgares présents sur son sol comme ennemis : ils furent concentrés dans des camps, dont celui de Garaison (Hautes-Pyrénées), installé dans l’ancien couvent et établissement scolaire des Missionnaires de l’Immaculée Conception.

Il existe sur ce camp un fonds photographique tout à fait exceptionnel et très peu connu, que cet ouvrage présente en partie. Les clichés évoquent les conditions de vie au quotidien ; ils mettent en scène les internés eux-mêmes, souvent accompagnés d’une épouse, d’une compagne, d’enfants ou de parents : Garaison est un camp de familles. Un témoignage très émouvant est ainsi livré.

Des archivistes et des historiens travaillent ensemble et croisent leurs regards pour mettre en lumière l’histoire de ce lieu d’enfermement et tenter de cerner ce que la photographie peut apporter à la compréhension de cette histoire. Ils rendent ainsi hommage à ces femmes, à ces enfants, à ces hommes, dont la Guerre bouleverse la vie en raison de leur nationalité.

Une introduction générale (traduite en allemand comme la conclusion) présente le fonds photographique et les conditions de sa création, le contexte général du camp. Les photographies sont ensuite exploitées par thèmes, avec une introduction pour chaque thème, et des légendes nourries. Sont ainsi abordés : la vie quotidienne, les travaux et métiers, la sociabilité et la vie culturelle, les femmes et les enfants, les cultes, les nationalités, les échanges, les traces et lieux et un thème intitulé « sous la neige » ; un portrait-parcours d’interné complète chaque thème.
Les sources utilisées font également appel aux journaux d’internés, déjà traduits et publiés ou non ainsi qu’à des fonds complémentaires publics et privés.
Cet ouvrage résulte de la collaboration d’une équipe d’archivistes, de chercheurs et d’enseignants, très au fait de l’histoire du département (François Giustiniani, Cédric Broët, José Cubero, Thomas Ferrer, Jean-Michel Delavault,) élargie à des spécialistes (Jean-Noël Grandhomme, professeur d’histoire contemporaine à
l’Université de Nancy ; Ronan Richard, chercheur associé du laboratoire de sciences historiques Tempora (EA7468), de l’Université de Rennes 2 , Elisabeth Parinet, professeur émérite à l’Ecole Nationale des Chartes, spécialiste de la photographie) et Linde Rachel, petite fille d’internée. Cette équipe est coordonnée par Pascale Leroy-Castillo, responsable des archives du diocèse de Tarbes et Lourdes, et Sylvaine Guinle-Lorinet, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Editeur : Cairn
Pages : 245 pages
Prix public : 30 €

ISBN :  9782350686431

Commande de l’ouvrage à adresser à:
Mme Pascale Leroy-Castillo
51, rue de Traynès
65000 TARBES
30 € (frais de port à rajouter) par chèque à l’ordre de Association Maris Stella

Colloque Joseph Peyré

Colloque international Joseph Peyré (1892-1968)

L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture

DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES
POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE SA MORT

Du 25 au 27 octobre 2018

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Aydie

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits –nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages, images vaines de la rêverie,

Il n’y a entre elles que nuance d’âme ».

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

 Télécharger le programme

Bulletin d’inscription au repas à Aydie – Le temps des vendanges

Colloque international Principautés

Gouverner et administrer les principautés en France méridionale à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe – début XVIe siècle)

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Organisé par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA 3002), P. Courroux (Southampton University-British Academy, membre associé ITEM EA 3002), en collaboration avec le Musée national et domaine du Château de Pau.

Mercredi 7 novembre 2018, à partir de 14h, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence

Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018, à partir de 9h, Château de Pau, salle des conférences

Ce colloque réunira une vingtaine de chercheurs français et étrangers qui s’intéressent aujourd’hui aux principautés méridionales pour proposer une première synthèse nourrie par les comparaisons (points communs, différences et spécificités), en décloisonnant les aires géographiques (France du sud de la Loire, Guyenne comprise, comparaisons avec l’Italie, la péninsule Ibérique…), les disciplines (histoire, diplomatique et archivistique, histoire de l’art…). Autour des thématiques du gouvernement et de l’administration des principautés méridionales, les communications s’organiseront autour des axes suivants : les sources, les modalités et les enjeux du gouvernement ; les cours et le spectacle du pouvoir princier ; les relais du pouvoir. Une table-ronde entre historiens, archivistes (AD 64 et AGN de Pampelune) et conservateurs (Musée national du Château de Pau) portera sur les problématiques de conservation et de valorisation des archives et des collections princières autour de l’exemple des Foix-Béarn-Navarre.

Alors que sont recomposées aujourd’hui de grandes régions, parfois jugées composites et trop vastes, il n’est pas sans intérêt d’étudier celles que certains convoquent comme leurs ancêtres, ces principautés territoriales médiévales, non moins hétérogènes, et que le prince, pivot de tout pouvoir qui s’y développait, parcourait alors à cheval en plusieurs journées.

Contact : item @ univ-pau.fr   Tel : 05 40 17 52 21

Programme

S’inscrire

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html

 

Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

 

Rostros judíos del Occidente medieval

45 semana internacional de estudios medievales de Estella

Centro Cultural Los LLanos – Paseo los Llanos
Estella, Espagne (31200)

17-20 juillet 2018

La semaine internationale des études médiévales d’Estella traite pour la première fois le sujet des communautés juives au Moyen-âge en Occident, dont l’étude a été à l’origine d’une vaste production historiographique liée à la vie sociale, culturelle, économique et politique de toute l’Europe. Les profils, les lumières et les ombres, les visages de ces communautés articulent cette nouvelle édition à partir de l’histoire de la culture juive, son insertion physique et mentale dans les mondes médiévaux, sa présence dans les modes de vie de la période et les images qui y ont été produites et qui ont intégré le patrimoine culturel collectif. Un exercice d’histoire et de mémoire sur le récit de l’exile séfarade ouvre les séances, dédiées aux modes d’intégration ou d’exclusion de ces communautés et leurs manifestations matérielles et culturelles.

https://www.navarra.es/home_es/especial/SemanaEstudiosMedievales/

Programa SIME2018-ENG-FR-v2

Emancipating Calvin

Emancipating Calvin . Culture and Confessional Identity in Francophone Reformed Communities

The eleven essays in Emancipating Calvin: Culture and Confessional Identity in Francophone Reformed Communities demonstrate the vitality and variety of early modern Francophone Reformed communities by examining the ways that local contexts shaped the reception and implementation of reforming ideas emanating especially from John Calvin and the Reformed church of Geneva. The articles address three main themes important for understanding the development of Reformed communities: the roles of consistories in Reformed churches and communities, the development of various Reformed cultures, and the ways in which ritual and worship embodied the theology and cultural foundations of Francophone Reformed churches. This Festschrift honors the pioneering work of Raymond Mentzer and reflects his influence in modern Francophone Reformed studies.

Part 1: Consistories

4 On Consistorial Diversity       (p. 60-81)
Philippe Chareyre
Translated by Karin Maag

  • ISBN:978-90-04-36341-0