Tous les articles par Joëlle Saucès

Appel à candidature, Bourse Doctorale en histoire contemporaine

 

Le laboratoire ITEM (EA3002), de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA, E2S), lance un appel à candidature pour une allocation doctorale dans le cadre du projet de recherche ELURENAQ (Les élus de la Région Nouvelle Aquitaine de 1986 à nos jours) pour une durée de 36 mois, soit 3 années universitaires. Le projet est un partenariat entre les laboratoires ITEM (UPPA), CRIHAM (Université de Poitiers) et CEMMC (Université Bordeaux Montaigne).

Profil de la recherche

Le projet ELURENAQ vise à porter une analyse sur la place et le rôle des élus de la décentralisation de la région Nouvelle Aquitaine entre 1986 et 2016. S’appuyant sur les travaux en cours sur l’évolution de la vie politique française depuis le milieu des années 1980, dans une perspective historique, il s’agira principalement de réfléchir aux recompositions du champ politique en oeuvre sous la Ve République à partir des années 1980 : émergence d’une nouvelle classe politique ? Prise en compte par les « notabilités » de la nouvelle collectivité ? Perception de la nouvelle assemblée par les élus ? Par les groupes politiques ? Par les opinions ? Il s’agit de mener une réflexion sur le caractère territorialisé de la démocratie française, en mesurant les enjeux et la portée de la décentralisation à l’échelle de la région en termes d’élections, de pouvoir, de politiques publiques ou identités. L’analyse des liens entre les élus régionaux et la nouvelle collectivité sera en effet approchée du point de vue de la mise en place de nouvelles politiques publiques incluses dans le champ des compétences dévolues aux régions dans le cadre réglementaire et ce au travers de quelques exemples qui seront définis par l’équipe des chercheurs, en fonction des sources disponibles. L’objectif vise donc à appréhender la perception par les élus du nouvel espace qu’ils ont à diriger depuis les lois de décentralisation. L’approche historique par la moyenne durée de l’historien (ici 30 ans), permettra d’observer et de mieux comprendre la construction de nouveaux liens entre les élus et leurs territoires. Elle nécessitera toutefois d’éclairer également la gestation de la régionalisation politique à partir de l’expérience des années 1970-1980 qui ont vu s’installer, à la tête des conseils régionaux, des figures politiques de premier plan telles que Jacques Chaban-Delmas, André Labarrère (Aquitaine), René Monory (Poitou-Charentes) ou encore André Chandernagor (Limousin).

Plus spécifiquement, la recherche doctorale menée dans le cadre de la bourse de thèse, sera essentiellement orientée sur une prosopographie des élus régionaux de la Nouvelle Aquitaine depuis la première élection au suffrage universel direct en 1986 (les trois sous-ensembles régionaux Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine seront pris en considération). Elle s’appuiera sur des enquêtes dans les archives des institutions régionales passées et celles de la NRA, et sur des enquêtes orales menées au sein de l’ensemble du territoire. Il s’agira d’interroger les processus de l’émergence d’une nouvelle fonction d’élus au sein de la Nouvelle Aquitaine dans le contexte de la France de la fin du XXe et du début du XXIème siècle.

Le doctorant s’efforcera d’établir une liste des élus par département, puis il procèdera à des recensions biographiques succinctes qui seront ensuite complétées par des études plus approfondies en fonction de l’importance de l’élu dans la collectivité. Les élus seront alors groupés selon une typologie à construire, puis certains d’entre eux interrogés par l’équipe des chercheurs de façon systématique. Les entretiens seront individuels de façon dominante, et semi-directifs. Il n’est pas exclu de mener quelques entretiens collectifs. Les élus en place ne seront interrogés que sur la période antérieure au mandat qu’ils exercent aujourd’hui.

Inscription et présence administrative

Le doctorant sera inscrit à l’ED SSH de l’Université de Pau sous la Direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA, avec une co-direction assurée par François Dubasque (Université de Poitiers).


Le doctorant sera astreint aux règles de l’ED SSH de l’UPPA. La thèse n’excèdera pas les trois années (soutenance entre septembre et décembre 2022). Le doctorant sera quotidiennement présent au laboratoire ITEM de l’UPPA (salle des doctorants) sur le site de Pau, avec un bureau prévu à cet effet, en dehors des missions de terrain inhérentes au projet. Un budget d’accompagnement spécifique (matériel, missions) est prévu dans le projet ELURENAQ. Il suivra les formations obligatoires de l’ED SSH. Il sera présent à toutes les rencontres scientifiques et administratives inhérentes au projet. Un service d’enseignant de 48H00 ETED annuel pourra être envisagé en accord avec le directeur de recherche. Le montant de l’allocation est d’environ 1 750 € (brut mensuel) (hors charge enseignement éventuelle), avec cotisation retraite et sous le régime général de la sécurité sociale.


Les candidatures sont à expédier par courrier mail avant le 30 septembre 2019 à :
laurent.jalabert@univ-pau.fr comprenant:


– CV
– Lettre de motivation
– Fichier PDF du mémoire de master 2
– Lettre de recommandation du directeur de recherche de Master


Un entretien d’audition est prévu début octobre (possibilité d’entretien par visio conférence).

 

 

Prix de l’OIV 2019

Le 17 juillet dernier à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC – Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM – UPPA).

Publié aux Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert du laboratoire ITEM de l’UPPA, en collaboration avec Stéphane Le Bras (CHEC – UCA)

Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

La cérémonie de Remise des Prix aura le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

Deuxième séminaire d’équipe FEDER TCV-PYR

Patrimoine culturel immatériel :

Définition, implantation en France, méthodologie et valorisation

12 septembre 2019

Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de le Recherche – Salle E411 – 14h00

Programme :

Yvon Hamon (ethnologue à la région Occitanie) : Introduction

Patricia Heiniger-Castéret (MCF anthropologie à l’UPPA) : “Définition du PCI : de l’article 2 à l’inscription à l’inventaire national”

Mathilde Lamothe (chercheur TCV-PYR) : “Méthodologie du PCI : traiter de la matière vivante”

Jean-Jacques Castéret (directeur-adjoint de l’EPCC CIRDOC-Institut Occitan de Culture) : “Les outils de valorisation du PCI”

Ce séminaire d’équipe propose d’aborder la question du patrimoine culturel immatériel (PCI) à travers les réflexions que suscite ce nouveau régime patrimonial, qui bouscule les méthodes et la façon de penser le patrimoine, en replaçant les acteurs sociaux au centre du regard.

À partir d’exemples situés dans les Pyrénées, nous aborderons les cadres du contexte d’élaboration du PCI et de son implantation en France, qui va permettre de développer une méthodologie d’inventorisation spécifique à cet objet d’étude puisqu’elle suppose une enquête de terrain et surtout un retour vers les praticiens (ou acteurs) qui valident les fiches d’inventaire. Des projets de valorisation du PCI émergent dans ce dialogue entre institutions culturelles et communautés locales : ils mettent en avant des éléments patrimoniaux qui ne sont plus identifiés comme des isolats mais sont interconnectés entre eux et démontrent à la fois de la vivacité des pratiques mais aussi des tensions sous-jacentes.

Appel à communication

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

l’irrésistible féminisation de la culture

Par Maurice Daumas

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Collection EFM n°12, 136 pages

ISBN : 2-35311-105-X

Des sociologues ont proclamé récemment la fin de la domination masculine et l’entrée dans une société de femmes. Prophètes, visionnaires ou simples devins, ils apportent leur caution à cette opinion qui enfle depuis la deuxième vague féministe : que réclament encore les femmes, puisque leur combat est désormais gagné?

Notre culture porte depuis ses origines l’empreinte de l’inégalité entre les sexes. L’emprise masculine reste très forte dans les domaines où elle paraît inexpugnable, comme la langue, la religion, les comportements sexuels, la conception du passé… Au cours des derniers siècles s’est produit un rééquilibrage en faveur des femmes. Par un lent processus de conquête des positions adverses, elles ont gagné en visibilité et en pouvoir, alors même que l’autorité leur était refusée et que les leviers pour y accéder (réseaux, institutions) leur échappaient. Peu à peu se sont construites des représentations moins inégalitaires des relations entre les sexes. L’évolution, loin d’être achevée, puisque sous l’effet de la mixisation croissante de la société, l’idée de leur complémentarité, si prégnante au siècle précédent, a été reléguée au rang des pires préjugés sexistes, au profit de celle de leur interchangeabilité.

Les avancées des femmes ont toujours été contestées, mais depuis le début du XXe siècle, la peur de la subversion par les valeurs féministes domine la pensée antiféministe. Si la dévirilisation des hommes relève du fantasme, le féminisation de notre culture est une réalité, qui présente un double visage. Le premier, bien visible, source de crainte et d’hostilité, correspond aux avancées féminines et au rééquilibrage des statuts des deux sexes. Le second, insensible et irrésistible, consiste dans la lente diffusion dans toute la société des valeurs qui étaient auparavant assignées aux seules femmes. Ce processus de féminisation est le principal responsable du polissage des mœurs au cours des cinq derniers siècles.

Flaran 2019

Abbaye d’Arthous
Hastingues, Landes

organisées sous la responsabilité scientifique
d’Emmanuelle Charpentier et de Didier Lett

Le village à l’épreuve du genre dans l’Occident médiéval et moderne

Comité d’organisation :
Dominique BIDOT-GERMA
(Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA3002)
Alain CHAMPAGNE
(Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA3002)
Emmanuelle CHARPENTIER
(Université Toulouse – Jean Jaurès)
Guilhem FERRAND
(Université Toulouse – Jean Jaurès)
Sandrine LAVAUD
(Université Bordeaux Montaigne)

Eaux-Chaudes, la ville d’eaux des Dames

Conférence de restitution de l’inventaire du patrimoine

Par Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art, chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Jeudi 4 juillet 2019 à 18h au cinéma de Laruns

Dans le cadre du projet européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), les universités de Toulouse-Jean Jaurès, de Pau et des Pays de l’Adour et de Perpignan-Via Domitia ainsi que les services régionaux d’Inventaire de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie procèdent à l’inventaire du patrimoine lié au thermalisme dans l’ensemble du massif pyrénéen.

A l’issue de ce travail de recensement et de recherche en vallée d’Ossau, Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art et chercheur au laboratoire ITEM de l’UPPA, présentera les principaux résultats de son étude portant sur le patrimoine bâti et paysager des Eaux-Chaudes. Il s’agira, en s’appuyant sur l’histoire de la station, de retracer son évolution urbaine et architecturale depuis son premier âge d’or au XVIe siècle -et les séjours de la cour de Navarre- jusqu’au nouveau tourisme sanitaire et social des Trente Glorieuses, tout en abordant les spécificités de ce patrimoine résultant exclusivement de la villégiature thermale et mêlant procédés locaux et prérogatives nationales. Cette approche matérielle implique une fondamentale dimension sociale, faisant émerger les profils, tantôt illustres, tantôt modestes, des acteurs de la station (curistes, employés etc.) et relatant ainsi son histoire humaine aussi bien que son rôle dans l’essor du thermalisme moderne.

Entrée libre et gratuite

L’oeuvre de Jean Copans

L’oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain


Paris, 11 et 12 Juin 2019
Fondation Maison des sciences de l’Homme

Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale.


Comité d’organisation :
Benoit Hazard, (IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines), Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios), Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


XXXIX Congrès de la Société des Hispanistes Français

Le 39ème Congrès de la Société des Hispanistes Français (Frontières dans le monde ibérique et ibéro-américain) se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour du 5 au 7 juin 2019 (Amphithéâtre de la Présidence).

Isabel Ibañez et Olivier Caporossi (ITEM EA 3002) y coordonneront notamment un atelier sur les frontières dans la construction de l’Etat moderne hispanique.

En savoir plus

Les sciences sociales et humaines face aux écritures de soi

Epistémé et production comparée des savoirs (France-Roumanie)

Du 6 juin 2019 au 7 juin 2019

Séminaire international franco-roumain

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Bâtiment de droit – Salle du conseil

L’ambition scientifique de ce séminaire franco-roumain sur les « Sciences sociales et humaines face aux écritures de soi, épistémè et production comparée des savoirs » vise, dans une démarche comparatiste, à associer des chercheurs confirmés, des doctorants et post-doctorants d’une part, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (des Laboratoires Identités, Territoires, Expressions, Mobilités-ITEM, et Les Afriques dans le Monde – LAM, site de Pau) et d’autre part, de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université de Bucarest, à la réflexion sur les discours, les « foyers expériences » des individus et sur les lieux d’énonciation des sciences sociales et humaines, ainsi que sur les normes d’intellection et de compréhension du système des relations internationales institué au lendemain des accords de Yalta en 1945 ; les conséquences qui en découlent sont principalement, la bipolarisation du monde en deux blocs Est-Ouest, avec d’une part celui du Pacte de Varsovie et d’autre part, celui de l’OTAN. L’ordre mondial lié intrinsèquement au principe de bipolarité a vu se multiplier les tensions, les rivalités et les enjeux socio-politiques dans la quasi-totalité des pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine[1]. Ainsi, la guerre froide ayant des répercussions à l’échelle mondiale, l’opposition Est-Ouest[2] deviendra aux niveaux économique et socio-politique, le principe structurant de la conflictualité idéologique ainsi que de la plupart des conflits, dont ceux entre les pays du Nord, industrialisés et les pays du Sud. Les pays du Pacte de Varsovie avec en tête l’URSS et les autres pays socialistes et communistes apporteront leur soutien non seulement aux pays du Tiers-Monde, mais également aux pays de tous les continents, ainsi qu’aux partis et mouvements de libération et de jeunesse se réclamant de l’idéologie marxiste et révolutionnaire pour un ordre international « plus juste ». De ce fait, les différentes positions prises par les différents blocs idéologiques et les grilles d’analyse élaborées ici et là affectaient également la lecture des situations internes et externes par la plupart des chercheurs des sciences sociales et humaines.

L’intérêt scientifique de ce séminaire consiste d’une part, à offrir aux chercheurs, doctorants et post-doctorants de nos institutions respectives France (ITEM, LAM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour) et de Roumanie (IEA de l’Université de Bucarest), l’occasion et la possibilité de confronter directement leurs analyses et leurs travaux dans une perspective comparative ; d’autre part, d’esquisser les nouvelles orientations théoriques et de prouver la capacité des sciences sociales et humaines à identifier, avec un recul temporel nécessaire, les questions découlant de ces « régimes d’historicité » et des différentes expériences caractéristiques des situations d’acteurs et des objets d’étude, dans les contextes aussi bien avant qu’après la chute du mur de Berlin.

[1] Patrice Yengo, Abel Kouvouama, L’idée du socialisme et ses expériences au Sud du Sahara,   in Grange Juliette et Musso Pierre (ed.), Les Socialismes. Actes du colloque de Cerisy, juin-juillet, Éditions Le Bord de l’Eau, 2011.

[2] Grosser P., Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’Histoire de la guerre froide et les causes de sa fin, Bruxelles, Editions Complexe, 1995.

Contact : Abel Kouvouama

Colloque TCV-PYR/FEDER

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècle

13-14 juin 2019 : Université de Pau et des Pays de l’Adour (9h00-18h00)

15 juin 2019 :  Visite du site des Eaux-Bonnes (10h30-15h30)

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.


Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.


Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

Ce colloque propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de “friches” thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Contacts: item @ univ-pau.fr ou secretariat-item@univ-pau.fr

En savoir plus : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Marges

Journée d’étude “Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours”

Jeudi 23 mai 2019 : UPPA, Bâtiment DEG, Salle des séminaires

Vendredi 24 mai 2019 : sortie de terrain en vallée d’Ossau

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés (UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

Plus d’information sur le programme : https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours-2/programmes-en-cours/marges.html

Contacts :

Alain Champagne

Mélanie Le Couédic

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.

La Grande Guerre de René Marie Castaing

La Grande Guerre de René Marie Castaing, peintre palois

Lettres, carnets, dessins (1915-1919)

Sous la direction de Laurent Jalabert

Editions Cairn

128 pages, avril 2019

ISBN: 978-2-35068-665-3

Pendant toute la Première Guerre mondiale, René Marie Castaing, jeune artiste-peintre engagé volontaire, consigne dans des carnets ses impressions de guerre.

Il crayonne au fil des pages des dessins, réalistes, témoins de sa perception du conflit, des hommes, des paysages…

Sur ces feuilles, il retranscrit sa vision de la guerre, dans le vif, manifestant ses humeurs, parfois naïves, parfois moroses, d’autres fois plus émerveillées.

Comme tous ceux qui ont traversé le conflit, on sent au fil des pages poindre la lassitude, l’énervement, l’agacement, ou tantôt l’espoir de la fin du feu des armes, l’attente du retour.

A ces carnets s’ajoutent surtout des lettres, régulières, adressées à ses proches, père, mère, frères et soeurs qu’il illustre là encore de son crayon et qui constituent l’essentiel des documents retranscrits dans cet ouvrage.