Tous les articles par Joëlle Saucès

Marges

Journée d’étude “Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours”

Jeudi 23 mai 2019 : UPPA, Bâtiment DEG, Salle des séminaires

Vendredi 24 mai 2019 : sortie de terrain en vallée d’Ossau

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés (UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

Plus d’information sur le programme : https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours-2/programmes-en-cours/marges.html

Contacts :

Alain Champagne

Mélanie Le Couédic

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.

La Grande Guerre de René Marie Castaing

La Grande Guerre de René Marie Castaing, peintre palois

Lettres, carnets, dessins (1915-1919)

Sous la direction de Laurent Jalabert

Editions Cairn

128 pages, avril 2019

ISBN: 978-2-35068-665-3

Pendant toute la Première Guerre mondiale, René Marie Castaing, jeune artiste-peintre engagé volontaire, consigne dans des carnets ses impressions de guerre.

Il crayonne au fil des pages des dessins, réalistes, témoins de sa perception du conflit, des hommes, des paysages…

Sur ces feuilles, il retranscrit sa vision de la guerre, dans le vif, manifestant ses humeurs, parfois naïves, parfois moroses, d’autres fois plus émerveillées.

Comme tous ceux qui ont traversé le conflit, on sent au fil des pages poindre la lassitude, l’énervement, l’agacement, ou tantôt l’espoir de la fin du feu des armes, l’attente du retour.

A ces carnets s’ajoutent surtout des lettres, régulières, adressées à ses proches, père, mère, frères et soeurs qu’il illustre là encore de son crayon et qui constituent l’essentiel des documents retranscrits dans cet ouvrage.

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

Au nom de la Reine

Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572)

Dénes Harai (UPPA, ITEM), chercheur du projet ANR AcRoNavarre, vient de publier un livre qui fait le point sur un chapitre inédit de la vie d’Henri IV.

Au nom de la reine : Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2019.

Résumé

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, dans la première moitié de 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Les cinq mois qui vont de la mi-janvier à la mi-juin sont quasiment absents de l’historiographie relative à la vie du Béarnais au destin doublement royal, tant les évènements marquants de cette année cruciale – signature par Jeanne d’Albret du contrat de mariage d’Henri avec Marguerite de Valois le 11 avril ; décès de Jeanne le 9 juin ; mariage royal le 18 août ; massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août – ont capté l’attention des historiens. Grâce à une documentation riche et variée au centre de laquelle prennent place cinquante actes produits par le prince de Navarre, ce livre éclaire pour la première fois les circonstances de la nomination, la composition de l’entourage et les grands axes de l’action du lieutenant général. En complétant la biographie d’Henri IV, il invite aussi à réfléchir sur l’année de la Saint-Barthélemy depuis le Béarn, petit pays au cœur de la grande histoire de France à la Renaissance.

Abstract

One of the rare little-known periods of the biography of Henri of Navarre, future king Henri IV of France, is the prince’s sojourn in what is now the south-west of France in the first half of 1572, where he acted as lieutenant general for his mother, Jeanne d’Albret, queen of Navarre and sovereign viscountess of Béarn. The five months from mid-January to mid-July are practically absent from the historiography relative to the life of the Béarnais whose destiny was to wear two crowns, as the major events from later that same year have so captivated the attention of historians: Jeanne d’Albret’s signing of the marriage contract of Henri and Marguerite de Valois on April 11th, Jeanne’s death on June 9th, the royal wedding on August 18th, and the Saint Bartholomew’s Day massacre on August 24th. Thanks to the rich and varied documentation including fifty royal decrees produced by the prince of Navarre, this book unveils the circumstances of Henri’s nomination as lieutenant general, his entourage and the primary axes of his actions in this role. In filling in this gap in Henri IV’s biography, this book is also an invitation to reflect upon the infamous year of 1572 from the perspective of Béarn, a small country at the heart of the greater history of France during the Renaissance.

ISBN : 2-35311-102-5

PUPPA, 140 pages

Mars 2019, 11 EUR

5e Rencontres médiévales de Trizay

Espace sacré. Les aménagements liturgiques dans les monastères médiévaux

Samedi 04 mai 2019 – Abbaye de Trizay (Charente-Maritime)

Cette année encore, les 5e Rencontres médiévales de Trizay, toujours adossées au programme de recherche Monasticon Aquitaniae, espèrent réunir autour d’un programme de qualité amateurs et curieux du patrimoine et de l’histoire, étudiants et chercheurs. Nous aborderons, à travers des interventions de spécialistes de premier plan, un aspect particulier, mais fondamental, de la vie et de l’art monastiques. La liturgie et les rituels qui l’organisent constituent une part essentielle de la vie des moines et des moniales au Moyen Âge comme aujourd’hui. Qu’il s’agisse des règles et des pratiques transmises par les textes, de la conception des espaces architecturaux, de leur aménagement matériel et du mobilier qui y est associé, les communications proposées lors de cette journée aborderont tous les aspects de cette facette essentielle du monde monastique médiéval.


Christian GENSBEITEL
Maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge.
Coordinateur scientifique.

A noter :

14h45 : Circuler dans et hors les murs de l’abbaye chez les Prémontrés de Sainte-Marie d’Arthous (Landes). Espaces et décor

par Maritchu Etcheverry, docteure en histoire de l’art médiéval, enseignante à l’Université de Pau et Pays de l’Adour

Pierre Viret : son ministère dans les églises de France et de Navarre

Conférence donnée à la Faculté Jean Calvin d’ Aix en Provence par Philippe Chareyre

Le 24 avril 2019

Pierre Viret est, avec Jean Calvin et Guillaume Farel, l’un des trépieds de la réforme helvétique francophone. Après avoir attiré Calvin à Genève, ce théologien et prédicateur de talent devient le réformateur de Lausanne et fonde le modèle académique dans cette ville. Mais il est sans doute moins connu pour avoir dressé, de 1561 à 1566, les principales églises du sud de la France puis, à partir de cette date et jusqu’à se mort, au printemps 1571, celle du Béarn, à la demande de Jeanne d’Albret, reine de Navarre, les marquant profondément de son empreinte. 

Conférence en partenariat avec la Faculté Jean Calvin et la Société d’Histoire du Protestantisme Français

Un Béarnais, peintre de l’horreur de Buchenwald

Conférence SSLA

Le 11 avril 2019

La Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de

Laurent JALABERT
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

aux Archives Départementales, boulevard Tourasse à Pau

Georges Despaux est un artiste peintre originaire de Salies-de-Béarn. Fils de pépiniéristes, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, il vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Ces dessins sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. La conférence reviendra sur le parcours atypique de G. Despaux, et présentera sa vision de l’internement à Buchenwald.

L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions “L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain”

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la “longue marche de la modernité africaine”, Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il “existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société”. A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, “d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie”. Jean Copans montre comment “Le processus de construction de cette modernité (européenne)”, est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance

Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

  • L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?
  • Les ecclésiastiques au service du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?
  • Les œuvres du prince: cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.org ET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Exposition Refuges

Du 4 avril au 1er juin, la Médiathèque André Labarrère de Pau présentera l’exposition “Refuges” de l’artiste plasticienne Leila Sadel, précédemment installée au Musée d’Aquitaine à Bordeaux.

Ce projet artistique a été mis en place dans le cadre du programme de recherche Passages et frontières en Aquitaine : expériences migratoires et lieux de transit  mené par des chercheurs en France et en Espagne et associant l’UPPA (Laboratoire ITEM), le musée d’Aquitaine et le Rahmi (Réseau aquitaine pour l’histoire et la mémoire de l’immigration).
Pendant une année, l’artiste est partie à la rencontre de personnes migrantes installées dans l’agglomération bordelaise depuis quelques semaines ou plusieurs années, afin de faire leur connaissance et de comprendre leurs trajectoires. Puis, après avoir collecté leurs indications, elle a réalisé des photographies de lieux qui ont été significatifs dans leurs parcours, où ils ont reconstruit des repères, ainsi que des photographies d’objets qu’ils ont pu emporter avec eux quand ils ont quitté leur pays d’origine. Au travers de ces photographies de lieux et d’objets et de récits qui relatent les rencontres, Leila Sadel tente de révéler ces expériences individuelles de l’exil.

Chacun pourra se faire une première idée de cette exposition en consultant l’article paru dans Rue89 : https://rue89bordeaux.com/2019/01/musee-daquitaine-leila-sadel-expose-histoires-singulieres-migrants/?fbclid=IwAR3k7XVDbp2pzeqjSGGU_c4xMoX9EmMKIdkBQO5LU02uh-1qEL7DFX4AZD8

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences sur les migrations contemporaines (Médiathèque Labarrère). Le 17 avril, Catherine Wihtol de Wenden évoquera la question de l’asile aujourd’hui en France et en Europe.

Le 11 mai, Victor Pereira et Laurent Dornel proposeront une conférence à deux voies sur la question des passages et des frontières en Aquitaine aux XIXe et XXe siècles. 

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

Les arts étrusques et romains

Regard actuel

Exposition de posters

Du 4 au 26 avril 2019

Bibliothèque universitaire de Pau

8h – 20h

À travers cette exposition, les étudiants en 3e année de Licence d’Histoire de l’art et archéologie (UPPA) proposent de revisiter les arts étrusques et romains. Leurs réflexions, menées au semestre dernier dans le cadre de l’Unité d’Enseignement « Arts et sociétés dans le monde italique de la protohistoire à la fin de l’époque romaine », portent sur les conditions d’apparition et de développement de l’art italique antique entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle ap. J.-C.. Leur regard questionne non seulement l’influence stylistique de l’art grec sur ces productions artistiques, mais aussi les discours identitaires et politiques qui leur sont associés. Au fil des posters, le visiteur découvrira la diversité matérielle (architecture, sculpture, mosaïque, fresque, peinture) et géographique (Italie, Turquie, Égypte) des œuvres étudiées.

Coordination : Vanessa Rodrigues, docteure et enseignante en histoire de l’art et archéologie (UPPA)

Vernissage

Mercredi 10 avril à 17h30

L’exposition des posters sera associée à des cafés conférences qui permettront aux étudiants de présenter oralement leurs recherches :

Cafés conférences

Programme

Mercredi 10 avril à 18h30

Sinahi Czeckmany

La Chimère d’Arezzo

Jeudi 11 avril à 17h30

Julie Fesentieu

Le visage de la mater domina dans la représentation des mystères dionysiaques pompéiens

Mercredi 17 avril à 17h30

Matteo Gargiulo et Alexandre Rodrigues

Art et souveraineté : l’art impérial romain au service du citoyen

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.