Tous les articles par Joëlle Saucès

Les vignerons de Buzet, une aventure collective

Cairn Editions 2021

144 pages

ISBN :  9782350683799

L’histoire des Vignerons de Buzet est celle d’un pari coopératif, lancé en 1946 par une poignée de viticulteurs, qui a permis la renaissance d’un vignoble alliant recherche de la qualité, rentabilité, innovation et respect de l’environnement. Le cheminement a été complexe, fait d’avancées spectaculaires notamment par le biais des reconnaissances VDQS, AOC, ou labels environnementaux aujourd’hui. Chaque virage, chaque progrès a forgé l’identité d’un territoire autour de la viticulture, son travail dans la vigne, sa vinification dans ses chais ou encore son vin apprécié dans la région et à l’extérieur, en France comme à l’étranger. Les vins de Buzet se sont imposés par le biais coopératif dans un marché vitivinicole dur, âpre, concurrentiel et impitoyable, tandis que 95 % des viticulteurs de l’appellation restent fidèles à la coopération, un phénomène exceptionnel en ce début du XXIe siècle. La cave coopérative, désormais propriétaire du château de Buzet, ancre aussi sa jeune histoire cinquantenaire dans une histoire multiséculaire. Des vignerons qui, par ce dernier acte fort, viennent ici affirmer qu’ils sont attachés à leur passé, un socle, une identité dont ils sont les porteurs. C’est cette aventure humaine que raconte ce livre.

Les auteurs :

Pierre Courroux est docteur en histoire médiévale, enseignantchercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM).

Laurent Jalabert est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM), il a dirigé cet ouvrage.

Stéphane Le Bras est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Clermont-Auvergne (CHEC).

Ce livre est le fruit d’un partenariat mené depuis 2014 entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (E2S) et son laboratoire de recherche ITEM via la Chaire partenariale Histoire, cultures et patrimoines et Nous les Vignerons de Buzet.

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

Jeudis d’ITEM – Alfonso Pinilla

14 janvier 2021

La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan  (conférence en espagnol)

Rejoignez la conférence

13H30 – 15H00

Résumé :

En el curso analizaremos la transición española a la democracia desde una perspectiva teórica novedosa, atendiendo a las siguientes cuestiones: las causas que generan el cambio político, los actores que en él intervinieron, sus respectivas interacciones -dictadas por la correlación de fuerzas presentada- y, por último, la naturaleza de la mutación política que resultó: un cambio gradual, pero real, de la dictadura franquista en democracia, homologable al occidente europeo. Veremos las principales encrucijadas del proceso, la violencia ejercida, las negociaciones desarrolladas y las propias contradicciones de una época que aún es objeto de debate en la actualidad política española.

Benoît Pace – Soutenance de thèse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

14h00

Compte tenu du contexte sanitaire actuel, cette présentation se fera en visioconférence (via l’application Microsoft Teams) : Cliquez ici pour participer à la réunion

En savoir plus

Histoire du Crédit Agricole Pyrénées – Gascogne

 

Par Laurent Jalabert

L’histoire du Crédit Agricole Pyrénées-Gascogne est le reflet de l’histoire économique et sociale d’un territoire, celle du passage à une économie dans laquelle les organismes bancaires et financiers jouent un rôle croissant, puis déterminant dans l’organisation économique. L’évolution séculaire traitée dans ce livre, de 1902 jusqu’à nos jours, témoigne de l’importance financière du groupe Crédit Agricole, appliquée ici à trois départements du Midi aquitain, le Gers, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

Le volontarisme de cette caisse régionale, prospère en ce début de vingt-etunième siècle, est lié à divers facteurs propres aux cultures des espaces concernés, le mutualisme notamment, qui s’appuie ici peut-être plus qu’ailleurs sur la force des notabilités (maires, conseillers généraux, syndicats agricoles, coopératives agricoles, artisans, commerçants, instituteurs, etc.) et de leurs pratiques sociales. Mais plus encore, la Caisse a su cultiver un lien de proximité avec les habitants, sociétaires et clients, et s’implanter au sein de son territoire par des stratégies d’entreprise que met en valeur l’ouvrage.

Des zones rurales où elle domine depuis un siècle, elle a conquis le monde urbain depuis la fin des années 1960 et accentue son emprise aujourd’hui par le biais des initiatives en faveur des entreprises, start-up, la création de centres d’affaires etc. Ce lien de proximité s’est érigé en culture d’entreprise. C’est certainement ce qui en fait sa force de pénétration dans les Pays de l’Adour. L’histoire du Crédit Agricole Pyrénées-Gascogne est celle d’un acteur économique majeur du Midi aquitain.

 

Cairn Editions

EAN : 9782350688640

208 Pages  – Décembre 2020

En savoir plus

 
 

 

Comment devient-on féministe? Ou non…

L’histoire du mouvement féministe a été bien étudiée. On connaît de mieux en mieux ses différentes « vagues » et ses actrices. L’antiféminisme aussi suscite des recherches. Enfin, nul ne peut ignorer les divisions du féminisme, amplement médiatisées. Mais on ne s’est pas encore vraiment penché sur cette question : comment devient-on féministe ? Le féminisme n’est pas inscrit dans les gènes des femmes. L’origine sociale, l’éducation, les études, le vécu personnel peuvent conduire à l’activisme féministe ou, plus simplement, à se dire féministe.

  • Date de publication : 2 novembre 2020
  • L’Harmattan
  • Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 198 pages
  • ISBN : 978-2-343-21494-8
  • EAN13 : 9782343214948
  • EAN PDF : 9782140162374
  • (Imprimé en France)

 

Stations thermales des Pyrénées béarnaises

Collection Visages du patrimoine – Une publication de la Région Nouvelle-Aquitaine

Du voyage pittoresque au pyrénéisme, de la cure thermale au tourisme sanitaire et social, les Pyrénées n’ont cessé de fasciner érudits, monarques, artistes et, globalement, la société depuis plus de deux siècles. L’impératrice Eugénie, Victor Hugo, Eugène Viollet-le-Duc, Eugène Delacroix, sont autant de figures qui ont façonné l’image romantique persistante des stations pyrénéennes.

Dès le début du XIXe siècle, les villes d’eaux les plus prometteuses s’équipent d’établissements conçus par des architectes départementaux : dans les Pyrénées béarnaises, deux stations thermales principales voient le jour : les Eaux-Bonnes en 1828 et les Eaux-Chaudes en 1840, mais quelques autres sites comme Ogeu, Escot, Saint-Christau et les Bains de Secours perdureront dans l’ombre de leurs illustres rivales tout en tirant profit de leur dynamique pour rayonner localement.

Aujourd’hui, le patrimoine des stations béarnaises est dans un état préoccupant malgré sa valeur historique et architecturale. Afin de replacer ce phénomène au cœur de l’histoire de l’architecture et de signifier son rôle primordial dans une histoire longue du tourisme,une étude universitaire associant l’Inventaire est lancée. Elle permet cette publication qui inventorie, à travers trois itinéraires, le patrimoine bâti, mobilier et paysager toutes typologies confondues, de l’établissement de bains aux hôtels, du casino aux voies de transport, du parc paysager aux villas de plaisance.

o Du culte des eaux au consumérisme thermal
o Une histoire au long cours
o Aux sources « immémoriales » du thermalisme béarnais o Prélude au thermalisme moderne
o Impérial XIXe siècle, l’âge d’or de la villégiature thermale o Du tourisme sanitaire et social au thermoludisme

ITINÉRAIRES :
o Un territoire disparate, le thermalisme pour tous o Bâtir à la croisée de la villégiature et de la santé o Le parti architectural. Entre apparat, convention et utilitarisme
o « La fantaisie sauvage » de la montagne o La station thermale incarnée
1. Eaux-Bonnes
2. Eaux-Chaudes
3. Micro-stations thermales et établissements isolés

LES AUTEURS :
Textes :

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech est spécialiste de l’architecture du XIXe siècle, chercheur et enseignante.

Avec la participation de Mathilde Lamothe, docteur en ethnologie, spécialisée dans l’étude du patrimoine culturel immatériel.


Photographies : Adrienne Barroche est photographe au service du patrimoine et de l’Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Novembre 2020 / 112 pages / 15 x 21 cm / ISBN : 978-2-36062-255-9

Editions Le Festin

Cahier d’Histoire Immédiate – Thermalisme, montagne et politique

Dossier spécial : Thermalisme, montagne et politique

Coordination : Viviane Delpech

Cairn Editions

ISBN :  9782350689180

152 pages – n°54

Novembre 2020

Le dossier proposé par les CHI permet de corréler les problématiques du thermalisme et de la politique tant du point de vue de l’histoire de la villégiature que de celui du fait politique, partant du postulat que les deux phénomènes sont en réalité interdépendants, du moins intrinsèquement liés. Le présent dossier vise à proposer un premier état inédit de cette réflexion. Les articles réunis permettent de l’aborder dans sa globalité et sa pluralité, des textes normatifs au voyage équivoque des gouvernants, de la diplomatie à l’action institutionnelle, de l’imaginaire du pouvoir à la « biopolitique », et ce, de la Renaissance à nos jours. L’échelle temporelle choisie permet en effet de mettre en relief la permanence et la continuité des usages et des liens entre politique, montagne et thermalisme depuis, au moins, les formes modernes des sociétés organisées, du local à l’international.

Jeudis d’ITEM – Emilie Sentucq

04 février 2021

L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule

13H30 – 15H00

Rejoignez la conférence

Résumé

La pastorale est l’héritière du théâtre des mystères (Moyen Age). Elle a pour  particularités : d’être jouée en Souletin (dialecte basque) en Soule (la plus petite province du Pays Basque), de plein air, par des amateurs, … . Elle est organisée par un village différent, et a un thème ou un sujet (personnage) nouveau chaque année. Il y a  2 à 3 représentations par an.

Les ouvrages fondamentaux sont écrits uniquement par des hommes, cela peut expliquer pourquoi la présence des femmes y est aussi discrète. Pourtant des archives photographiques et sonores illustrent l’inverse.

Quelle est donc la proportion de femmes qui pratique une activité culturelle traditionnelle au Pays Basque? Quelle(s) place(s) et quel(s) rôles sont réservés ou donnés aux femmes?

 

Après un BTS audiovisuel, une licence CIAN, un master Art et Technologies Numériques, Emilie Sentucq opère depuis plus de 13 ans dans l’audiovisuel en tant que technicienne vidéo, spécialisée dans les ralentis en sport. Actuellement en 4 éme année de thèse, elle est également formatrice pour un constructeur présent à l’international et chef de projet .

Jeudis d’ITEM – Viviane Delpech

Le 10 décembre 2020

Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR

13h30-15H

Rejoignez la conférence

Résumé

Dans le cadre du programme européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), le patrimoine thermal des Pyrénées a fait l’objet d’une étude matérielle précise durant trois ans. Si elles ont connu leur heure de gloire au XIXe siècle, les grandes stations du Béarn et de Bigorre (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Bagnères-de-Bigorre, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur, entre autres) ont aussi subi les crises économiques, sociales voire géopolitiques touchant le secteur du thermalisme à partir de la IIIe République. Cette communication, proposant une synthèse de l’évolution sociale et architecturale de ces villes d’eaux, fera émerger la richesse autant que la vulnérabilité et la situation alarmante de leur patrimoine bâti. Des actions concrètes de sauvegarde sont désormais urgentes en vue de la transmission de tout un pan de l’histoire participant de façon essentielle à la construction identitaire et mémorielle de ces territoires de montagne.

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech spécialiste de l’architecture du XIXe siècle. Après la publication de sa thèse doctorale Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie (PU Rennes, 2014), elle a dirigé les ouvrages collectifs Viollet-le-Duc, villégiature et architecture domestique (PU Septentrion, 2016) et Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècle) (Kilika, 2018). Chercheur et enseignante à l’Université de Pau, ses travaux actuels portent sur le patrimoine thermal dans les Pyrénées au sein du projet TCV-PYR ainsi que sur Viollet-le-Duc.

Jeudis d’ITEM – Emmanuel Plat

Le 3 décembre 2020

Grèves et organisations ouvrières dans la construction du mouvement social local, Landes et Basses-Pyrénées, 1870-1914

13H30 – 15H00

Rejoignez la conférence

Résumé

Aux marges du territoire national, la mise en forme du mouvement social dans le Midi aquitain (Basses-Pyrénées et Landes) présente des caractéristiques singulières. L’étude des grèves, en tant que fait social total, survenues dans ces départements permet de mettre en relief l’architecture des organisations ouvrières locales. Il apparaît ainsi que les conflits du travail s’intègrent parfaitement dans leur époque et se placent dans un système complexe de régulation des rapports sociaux.

Venant d’achever et de soutenir un travail de thèse intitulé  » La naissance du mouvement social dans le Midi aquitain 1870-1914″, Emmanuel Plat souhaite poursuivre des recherches sur l’histoire sociale locale afin de contribuer à l’enrichissement historiographique d’un thème encore peu exploré. Mené en parallèle d’études médicales, l’histoire de la médecine au XIXe siècle représente pour lui un de ses autres pôles d’intérêt.

Jeudis d’ITEM – Jean-Jacques Castéret

Le 26 novembre 2020

De la chanson à l’hymne : la patrimonialisation d’Aqueras montanhas / Se canti

13h30-15h lien vers la réunion ZOOM

Résumé

La chanson Aqueras montanhas autrement nommée Se canti est une évidence pour tous, tout autant considérée comme l’hymne du Béarn que de l’ensemble occitan : de Bordeaux aux vallées occitanes d’Italie où elle fut hymne co-officiel des Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006, en passant par le Val d’Aran en Espagne et la Haute-Loire. Par ailleurs, même si elle ne possède aucun des traits stylistiques d’une œuvre médiévale, une tradition tenace toujours très vivace la désigne comme « la chanson de Gaston Fébus ». Nous tenterons ainsi d’identifier les jalons qui, entre patrimonialisation et emblématisation, font en 250 ans de cette simple chanson de tradition orale un hymne des pays occitans.

Jean-Jacques Castéret est directeur de l’Ethnopôle occitan au Centre international de recherches et documentation occitanes – Institut occitan de cultura, responsable du Séminaire annuel en ethnomusicologie de la France (CIRDOC-InOC/Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture). Il est membre associé au Laboratoire ITEM de l’UPPA.

Jeudis d’ITEM -Jean-François Vergez

« Archives familiales et mémoire de pierre : patrimoines à partager »

13H30 – 15H

Rejoignez la conférence

Résumé

L’ONACVG est une administration de l’Etat dont l’une des missions principales porte sur la Mémoire nationale : « devoir de mémoire » et travail sur les mémoires. A ce titre, son directeur départemental des Pyrénées-Atlantiques a publié récemment trois ouvrages ; deux partagent des archives locales de la guerre 14-18 issues de multiples sources familiales, le troisième présente la seconde guerre mondiale dans les Basses-Pyrénées en s’appuyant sur le patrimoine commémoratif. L’individu, soldat ou civil du Sud-ouest, est au centre de l’attention de l’auteur.

Jean-François Vergez, directeur du Service départemental des Pyrénées-Atlantiques de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), est l’auteur de dépliants, brochures, livres et expositions qui s’attachent à valoriser les traces des conflits du 20e siècle dans le département et à diffuser une information historique.