Sur la pertinence de la notion d’héritage pour rendre compte d’une expérience d’évangélisation

Dans le cadre d’un séminaire des doctorants du laboratoire ITEM de l’UPPA autour de la notion d’héritage, j’ai présenté mes travaux sur l’évangélisation des Sotho par les missionnaires de la Société des missions évangéliques de Paris au XIXe siècle, dans une perspective d’anthropologie historique. Après avoir exposé brièvement mes principales hypothèses et mes tâtonnements méthodologiques, j’ai essayé, à partir des mots des missionnaires, de décrire la rencontre entre deux sociétés, en tenant compte des particularités des groupes en présence et du contexte politico-économique sous-jacent. Il me semblait que cette situation pouvait contribuer à un éclairage sur la notion d’héritage quand le donateur cherche à l’imposer au receveur qui doit s’apprêter à l’accueillir, sans en être submergé.

A partir de la rencontre en 1833 et pendant les dix années qui ont suivi, les Sotho et les missionnaires ont réussi à cohabiter en bonne entente. En effet, l’une des conséquences de l’expansionnisme zulu des années 1820 a été d’impulser des mouvements de concentration politique chez d’autres peuples de la région, dont les Sotho regroupés par Mosheshoe. Ainsi, le chef a accueilli et accordé sa protection aux missionnaires en considérant ces hommes qu’il avait observés par ailleurs, comme un atout pour consolider la construction de son royaume. En contrepartie, les évangélisateurs ont pu divulguer la parole du Christ dans des conditions relativement favorables.

Cependant, les Boer du Cap, en rupture avec les nouvelles autorités britanniques, et mus par un insatiable appétit de terres sont bientôt devenus une menace pour les Sotho qui n’ont eu d’autre choix que la guerre pour essayer de sauvegarder en vain leur intégrité territoriale. Cette situation conflictuelle aura pour effet de renforcer la résistance au christianisme d’une partie des Sotho qui étaient restés plus ou moins silencieux pendant les années précédentes.

Aujourd’hui, la population du Lesotho est considérée comme chrétienne à 80%. Cependant, dans les années 1960, Claude-Hélène Perrot notait que les valeurs traditionnelles avaient plutôt bien résisté. Comment pouvons-nous caractériser cette situation ? S’agit-il d’évaluer la part de l’héritage chrétien, les capacités de résistance et d’adaptation de la société réceptacle ? Comment ce sont manifestés ces résistances ? Le Lesotho a-t-il connu des épisodes messianiques et qu’elle en a été la coloration ? Le mot syncrétique est-il satisfaisant, ne présente-t-il pas un aspect trop lisse pour exprimer des situations éminemment complexes et mouvantes ? A partir de toutes ces questions, je me suis finalement interrogée sur la pertinence du mot héritage pour illustrer notre propos quand celui-ci implique une dimension fossilisatrice en contradiction avec une situation en transformation continue dont la notion dynamique de transmission n’est que l’un des aspects.

Laurence Espinosa
Doctorante en anthropologie

Séminaire des doctorants « Héritages », le 7 décembre 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.