Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard

Un passé submergé : mémoires (post-)ottomanes kurdes et arméniennes le long de l’Euphrate

​​​​​Séminaires inter-laboratoires | 2020-2021 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

De quoi les Ottomans sont-ils le nom ? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »

Pour en savoir plus

Visioconférence également retransmise dans le cadre des Jeudis d’ITEM 18 mars 2021

14h00

Lien vers la conférence

Résumé:

Turquie – 1934 : Atatürk annonce la transformation de Sainte-Sophie en musée. Juillet 2020: Erdoğan ordonne sa réouverture en mosquée. A près d’un siècle d’échéance, ces deux postures à l’égard de cet héritage patrimonial rappellent les enjeux identitaires qui animent les politiques mémorielles des États post-ottoman. Si les mémoires nationales ont fait l’objet de nombreuses études, le cas des mémoires d’Empire soulèvent de multiples difficultés d’appréhension : privées d’unité territoriale, linguistique et/ou communautaire, elle se retrouvent morcelées en multiples lieux et acteurs. Le cas de l’Empire ottoman s’avère exemplaire : suite à son démembrement en une multitude d’États – nations, le passé ottoman a longtemps été relégué hors/évacué des histoires nationales et communautaires concernées. Pourtant, depuis près d’une décennie, on assiste à une vive renaissance des usages du passé ottoman dans les sociétés post-ottomanes actuelles – renaissance qui prend des formes et des contours forts variables, dont on peine à comprendre les lignes force. Derrière cette pluralité inévitable, l’héritage ottoman se propose comme repère commun.

Laurent Dissard est chercheur en anthropologie de la Turquie et du Moyen-Orient au sein du groupe Identités, Mémoires, Expressions, Mobilités (ITEM) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il a obtenu son doctorat à l’Université de Berkeley, en Californie ; une bourse Andrew W. Mellon post-doctorale au Wolf Humanities Center de l’Université de Pennsylvanie ;  un Junior Research Fellowship à l’Institute of Advanced Studies de l’University College London. Il a été affilié à l’Université Koç et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) à Istanbul. Il rédige actuellement un premier livre, Submerged: Archaeological Rescue and Historical Erasure in Eastern Turkey (Stanford University Press), sur les enjeux politiques de la patrimonialisation dans l’est de la Turquie.



Citer ce billet
Joëlle Saucès (2021, 15 mars). Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard. Les carnets d'ITEM. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qj72

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.