Dynamiques spatio- temporelles entre l’Ebre et les Pyrénées

Leticia Tobalina Pulido, docteure en archéologie, ITEM EA 3002

Leticia a soutenu sa thèse sa thèse de doctorat en en cotutelle en “Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie” le 9 décembre 2019 à Université de Navarre, à Pampelune,

Elle vient nous parler de sa thèse dans le cadre des jeudi d’ITEM le 16 Janvier 2020, salle 6 de l’institut Claude Laugénie.

Résumé:

Cette communication aborde l’analyse des dynamiques spatiales du peuplement rural tardif durant cinq siècles dans la zone sud-pyrénéenne, utilisant les Systèmes d’Information Géographique, les bases de données spatiales et la statistique descriptive pour établir des modèles d’occupation de l’espace qui varient au cours des différents siècles. Les rapports archéologiques qui s’accumulent dans les archives de l’administration se comptent par milliers. Avec l’objectif d’analyser le peuplement tardoantique, nous avons proposé “de fouiller les archives” de l’administration pour extraire des différents rapports et de l’inventaire archéologique régional les données nécessaires pour la connaissance des structures du peuplement tardif.

Nous mettons l’accent sur les stratégies d’occupation du territoire, en permettant d’analyser leur implantation, leur répartition dans l’espace, les relations entre les différentes catégories de peuplement, la hiérarchisation sites, etc. Cela nous permettra, en plus, d’essayer d’extraire, dans certains cas, quelques hypothèses de caractère historioarchéologique sur les raisons des changements qui se produisent dans la zone d’étude au cours de cette fourchette chronologique. Ainsi, notre discours s’articulera autour de trois prémisses méthodologiques. Premièrement, en partant de la pensée systémique, toutes les entités qui composent notre corpus font partie d’un même système ; deuxièmement, pour pouvoir effectuer une analyse adéquate des entités distinctes et des modèles de peuplement, il est nécessaire de prendre en compte et d’évaluer la qualité des données disponibles (en nous basant sur trois critères : l’incertitude, l’imprécision et l’inexactitude). Mais cela ne serait pas possible sans une méthodologie pluridisciplinaire, notre troisième prémisse. Cela requière un effort constant d’analyse et de réflexion épistémologique de sa propre discipline, puisque notre recherche est située entre la géographie, l’informatique et l’archéologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.