Les sciences sociales et humaines face aux écritures de soi

Epistémé et production comparée des savoirs (France-Roumanie)

Du 6 juin 2019 au 7 juin 2019

Séminaire international franco-roumain

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Bâtiment de droit – Salle du conseil

L’ambition scientifique de ce séminaire franco-roumain sur les « Sciences sociales et humaines face aux écritures de soi, épistémè et production comparée des savoirs » vise, dans une démarche comparatiste, à associer des chercheurs confirmés, des doctorants et post-doctorants d’une part, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (des Laboratoires Identités, Territoires, Expressions, Mobilités-ITEM, et Les Afriques dans le Monde – LAM, site de Pau) et d’autre part, de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université de Bucarest, à la réflexion sur les discours, les « foyers expériences » des individus et sur les lieux d’énonciation des sciences sociales et humaines, ainsi que sur les normes d’intellection et de compréhension du système des relations internationales institué au lendemain des accords de Yalta en 1945 ; les conséquences qui en découlent sont principalement, la bipolarisation du monde en deux blocs Est-Ouest, avec d’une part celui du Pacte de Varsovie et d’autre part, celui de l’OTAN. L’ordre mondial lié intrinsèquement au principe de bipolarité a vu se multiplier les tensions, les rivalités et les enjeux socio-politiques dans la quasi-totalité des pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine[1]. Ainsi, la guerre froide ayant des répercussions à l’échelle mondiale, l’opposition Est-Ouest[2] deviendra aux niveaux économique et socio-politique, le principe structurant de la conflictualité idéologique ainsi que de la plupart des conflits, dont ceux entre les pays du Nord, industrialisés et les pays du Sud. Les pays du Pacte de Varsovie avec en tête l’URSS et les autres pays socialistes et communistes apporteront leur soutien non seulement aux pays du Tiers-Monde, mais également aux pays de tous les continents, ainsi qu’aux partis et mouvements de libération et de jeunesse se réclamant de l’idéologie marxiste et révolutionnaire pour un ordre international « plus juste ». De ce fait, les différentes positions prises par les différents blocs idéologiques et les grilles d’analyse élaborées ici et là affectaient également la lecture des situations internes et externes par la plupart des chercheurs des sciences sociales et humaines.

L’intérêt scientifique de ce séminaire consiste d’une part, à offrir aux chercheurs, doctorants et post-doctorants de nos institutions respectives France (ITEM, LAM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour) et de Roumanie (IEA de l’Université de Bucarest), l’occasion et la possibilité de confronter directement leurs analyses et leurs travaux dans une perspective comparative ; d’autre part, d’esquisser les nouvelles orientations théoriques et de prouver la capacité des sciences sociales et humaines à identifier, avec un recul temporel nécessaire, les questions découlant de ces « régimes d’historicité » et des différentes expériences caractéristiques des situations d’acteurs et des objets d’étude, dans les contextes aussi bien avant qu’après la chute du mur de Berlin.

[1] Patrice Yengo, Abel Kouvouama, L’idée du socialisme et ses expériences au Sud du Sahara,   in Grange Juliette et Musso Pierre (ed.), Les Socialismes. Actes du colloque de Cerisy, juin-juillet, Éditions Le Bord de l’Eau, 2011.

[2] Grosser P., Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’Histoire de la guerre froide et les causes de sa fin, Bruxelles, Editions Complexe, 1995.

Contact : Abel Kouvouama


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.