Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.