Traiter les données archéologiques tardo-antiques

Le 12 avril 2019

Journée d’étude ” Traiter les données archéologiques tardo-antiques. Approches, méthodes et traitement de l’information”

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Organisateurs : Leticia TOBALINA, Alain CAMPO, Sébastien CABES Doctorants en Archéologie (UPPA, Laboratoire ITEM EA 3002)

Présentation

Nous proposons une journée d’étude tournée vers l’usage de la donnée archéologique dans l’étude de l’Antiquité Tardive. La journée proposera essentiellement des conférences de chercheurs et enseignants confirmés. Des jeunes chercheurs travaillant sur cette période de part et d’autre des Pyrénées seront aussi invités à y participer (des doctorants mais aussi des masters).


L’étude de l’Antiquité Tardive intéresse l’archéologie depuis peu de temps. Il s’agit encore d’une période peu étudiée, encore confuse, avec des résultats inégaux. Pour cerner cette période, les sources textuelles ont été davantage utilisées que les vestiges archéologiques. Les récentes études et les nouvelles approches tendent à montrer que l’Antiquité tardive est une période historique cohérente, véritable transition entre l’Antiquité dite « classique » et le long Moyen Âge.

Cependant, les interrogations et les problèmes d’ordre historique et méthodologique restent encore nombreux pour les archéologues et les historiens qui s’y intéressent :
– Quelles sont les différentes approches utilisées pour étudier l’Antiquité tardive ?
– Quelles sont les limites de l’exploitation de la donnée archéologique pour l’étude de cette période ?
– Une même donnée peut-elle nous permettre de traiter des sujets différents ou des sujets similaires sous un angle différent ?
– Quelle est la spécificité des sources tardo-antiques par rapport au Haut-Empire ou au Moyen Âge central ?
– Des thématiques identiques sur cette période sont-elles traitées de la même manière de part et d’autre des Pyrénées ?


En partant de ces questions, cette journée d’étude a pour objectif d’initier une réflexion, de croiser les regards et de présenter les différentes utilisations de la donnée archéologique en fonction des chercheurs et des sujets d’études. Il s’agira aussi de réfléchir autour des problèmes que pose la donnée archéologique pour l’étude de l’Antiquité tardive.


• Une modalité « poster » sera aussi proposée pour les étudiants de master qui souhaitent montrer leurs travaux. (Taille des posters : A1).

Contact:

antiquitetardive.uppa @ gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.