Le miasme et l’oliban

Colloque international IMAGINES 2018   –   18-20 octobre 2018    –    Toulouse

Colloque international IMAGINES 2018
Le miasme et l’oliban. L’odeur et les sens dans la réception de l’Antiquité

L’Antiquité classique a longtemps été considérée comme étant « aseptisée », d’une blancheur immaculée : l’idéalisation dont elle a fait l’objet l’a dépouillée de sa dimension sensorielle, au profit du seul paradigme visuel. Le domaine olfactif, en particulier, a peu retenu l’intérêt des études sur la réception de l’Antiquité, en raison de son caractère évanescent et difficile à saisir. Pourtant, les odeurs que l’on prête à tel personnage ou à tel groupe social véhiculent tout un imaginaire riche et porteur de valeurs spécifiques : parfums et pestilences contribuent à façonner les façons de penser et d’agir d’une société. L’objectif du colloque sera d’explorer le rôle de l’olfaction, en relation avec les autres registres sensoriels, dans les processus de réception de l’Antiquité à l’époque moderne – que ces derniers se manifestent sous la forme d’un rejet, d’une réappropriation ou d’une idéalisation. Nous nous intéresserons de manière plus spécifique aux arts visuels et performatifs, lorsqu’ils cherchent à engager l’expérience sensorielle du lecteur ou du spectateur. Seront ainsi concernés non seulement peinture, littérature, théâtre, cinéma, mais également les nouveaux médias, dont la publicité, les jeux vidéos, les séries et comics qui renouvellent l’imaginaire lié à l’Antiquité, tout en profitant de nouveaux moyens techniques. Ce colloque international s’inscrit dans le cycle des conférences qui réunissent tous les deux ans le réseau de chercheurs européens IMAGINES, créé en 2007, dont les organisatrices du colloque sont membres. Le premier colloque, qui s’est tenu à La Rioja en 2007, portait de manière large sur la réception de l’antiquité dans les arts visuels. Depuis, les thématiques traitées se sont précisées en même temps que le champ des classical reception studies: ‘Seduction and Power’ (Bristol, 2010) ; ‘Ancient Magic and the Supernatural From the Ancient World’ (Mainz, 2012) ; ‘Sailing in Troubled Waters The Ancient Mediterranean and its Legacy in the Performing and Visual Arts’ (Faro, 2014) ; ‘The Fear and the Fury: Ancient Violence in Modern Imagination’ (Torino, 2016). Ces colloques internationaux ont donné lieu à deux publications majeures dans le champ des Classical reception studies (Knippschild et Garcia Morcillo 2013 ; Verti et Carla 2015). Ces publications sont elles-mêmes à l’origine de la création d’une collection chez Bloomsbury intitulée Bloomsbury Studies in Classical Reception. Les précédents colloques ont mis l’accent sur les processus de visualisation de l’Antiquité, laissant de côté les autres données sensorielles, qu’il s’agira donc de mettre en avant lors de la rencontre toulousaine.

Communication de Tiphaine Besnard et Fabien Bievre-Perrin le jeudi 18 octobre:

L’odeur du marbre : chaleur et sensualité des corps antiquisants au XXIe siècle

Le recours à des corps antiquisants dans les arts visuels a souvent pour objectif de susciter chez le récepteur des émotions, notamment le désir. Les statues antiques, actualisées, sont parées par les artistes de phéromones et de sueur, engendrant le fantasme. En effet, la figuration d’un corps mêlant Antiquité et chair vivante dégage indéniablement chaleur et érotisme tant dans la publicité et le cinéma, que dans l’univers singulier de l’art contemporain. Les notions de virilité, de féminité et de sexualité sont au centre de ces constructions, liées à l‘histoire de la représentation du corps antique dans la culture contemporaine. Toutefois, les approches sont différentes selon qu’il s’agit du corps et de l’odeur de femmes, d’hommes ou bien même d’hommes homosexuels.

Ces représentations, fortement influencées par le fascisme, la culture sportive, le péplum et la publicité, seront au cœur de cette communication. Elle aura notamment pour objectif de voir comment ces divers éléments sont réinvestis par les artistes afin de diffuser visuellement et sensoriellement de(s) modèle(s) de virilité et de féminité. Elle visera aussi à appréhender le regard porté par les artistes sur le passé et le présent par l’intermédiaire des différents supports visuels cités précédemment.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.