Parution de l’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamique locales, dynamiques globales »

L’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales » vient de paraître aux Editions Karthala.
(Sous la direction de Régine Tchicaya-Oboa, Abel Kouvouama (UPPA) et Jean-Pierre Missié, 2014, 552 p.)

societes-en-mutation-dans-l-afrique-contemporaine-dynamiques-locales-dynamiques-globales

 

 

Les sociologues et anthropologues réunis à Brazzaville en 2010, là où Georges Balandier a longtemps travaillé et formulé ses premières hypothèses, ont voulu en premier lieu rendre hommage à ses travaux dont l’actualité manifeste toujours le caractère novateur et exemplaire. En second lieu, ils se sont interrogés à nouveaux frais sur le positionnement de la sociologie dans les sociétés africaines, toutes en mouvement et inscrites dans le processus de mondialisation des rapports politiques et socio-économiques.

Les mutations ont été analysées dans des approches comparées et des regards croisés, au niveau local et au niveau global. Les questions centrales qui traversent les différentes contributions se déclinent à travers plusieurs questions : quel éclairage scientifique le chercheur en sciences sociales et humaines peut-il apporter à la compréhension des mutations des sociétés contemporaines ? Quelles sont les réponses données par les institutions et les acteurs nationaux et internationaux (l’État, les individus, la société civile, les ONG nationales et internationales) à ces mutations ? Quelle posture peut adopter la sociologie face aux questions scientifiques, pédagogiques, et face à la demande sociale ?

Sont ainsi abordés dans cet ouvrage des sujets comme les mutations politiques en Côte d’Ivoire et au Sénégal depuis les indépendances ; la santé au Congo-Brazzaville et la médecine traditionnelle en RDCongo ; la place de l’économie informelle ; les stratégies des migrants ouest-africains et la création d’entreprises ; la chanson chrétienne et les figures du religieux dans la chanson congolaise ; les Églises du réveil à Kinshasa.

Régine Tchicaya-Oboa est maître-assistante en sociologie (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Abel Kouvouama est professeur d’anthropologie à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.

Jean-Pierre Missié est maître de conférences (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.