Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre

Le phénomène d’héritage recouvre les concepts d’importation, d’appropriation et de réinterprétation. Ils apparaissent étroitement imbriqués et déterminent une intentionnalité, celle-ci ayant un rôle fondamental dans la perception. Ces trois paramètres sont à prendre en compte dans l’analyse de l’architecture religieuse navarraise entre la fin du XVe siècle et le XVIe siècle. Les composantes du gothique tardif navarrais se manifestent par l’apport de formes exogènes. Elles se combinent à un substrat local dont elles héritent par le canal de la transmission. Les partis architecturaux hérités, nef unique, chevet droit, s’inscrivent dans une nouvelle logique d’unité et de spatialité qui caractérise l’architecture des années 1500. Si l’importation des voûtes à nervures multiples donne lieu à une appropriation de tracés variés, le mode opératoire consiste à combiner enjeux formels et structurels dans une démarche réinterprétative. Le cloître du monastère d’ Irache (Ayegui, Navarre, Espagne) déploie plus de vingt voûtes gothiques en étoile aux nervures mixtilignes. Les nervures, assemblées en un dessin unique pour chacune d’entre elles, s’entrecroisent au moyen de clefs de voûte ornées de motifs italianisants. Ainsi, le jeu stéréotomique et l’articulation de l’espace ecclésial ancrés dans la tradition médiévale sont assortis au répertoire décoratif antique donnant lieu à la reconstruction d’une architecture signifiante à visée symbolique et ostentatoire.

IMG_4708 copie

Estella, église San Miguel, haut vaisseau

IMG_2588 copie

Monastère d’Irache, cloître

 

Valérie Steunou, doctorante en Histoire de l’Art médiéval


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.