« L’ Autochtonie. Figures et perspectives », PUPPA, 2015

L’ Autochtonie. Figures et perspectives. Espaces, Frontières, Métissages, N° 4

Sous la direction de Maurice DAUMAS

21-couverture Partage Espace

Dans le champ des sciences humaines et sociales, le concept d’autochtonie est soit utilisé dans des contextes très particuliers, soit totalement ignoré. L’expression « peuple autochtone » est universellement connue, mais une notion aussi précieuse que le « capital d’autochtonie » demeure confinée dans le domaine de la sociologie.

La définition de l’autochtonie est simple : le mot désigne le fait d’être originaire de la terre où l’on vit. Mais il concerne moins le devenir de l’individu que la dynamique des groupes. « Être originaire » peut recouvrir plusieurs interprétations, qui renvoient à une multitude de critères, donc de débats, de conflits. Car on ne revendique son autochtonie que par opposition à ceux que l’on désigne comme des étrangers ou des allogènes, autrement dit des inférieurs. L’autochtonie est censée ouvrir des droits, légitimer des clivages. Elle est manipulée à l’intérieur même des groupes comme une machine de guerre à fabriquer de la hiérarchie, des inégalités.

Les études rassemblées ici viennent d’horizons divers : anthropologie, histoire, art contemporain, droit, science politique… À travers la variété des questionnements, elles témoignent de la richesse et du potentiel du concept d’autochtonie : Olfa Ben Achour, Pierre Berté, Bernard Cherubini, Maurice Daumas, Laurent Dornel, Patricia Heiniger-Casteret, Abel Kouvouama, Cendrine Lagoueyte, Idrissa Mané, François Michel, Michael Parsons, Thomas Pierre, François Quantin, Évelyne Toussaint.

Sommaire

Maurice Daumas, Introduction

1. Aux fondements
François Quantin (U. de Pau), Le mythe de l’autochtonie et ses apories contemporaines
François Michel (U. de Bordeaux-Montaigne), L’autochtonie dans le monde romain occidental
Patricia Heiniger-Casteret, Le conte populaire : dire l’universel par l’autochtonie

2. Débats français
Pierre Berté (U. de Bordeaux-Montesquieu), Du présumé étranger à l’originaire français : forces et faiblesses du droit français de la nationalité dans son appréhension de l’autochtone au XIXe siècle
Laurent Dornel (U. de Pau), L’autochtone et l’étranger, France, XIXe s.
Bernard Cherubini (U. de Bordeaux-Segalen), Autochtonie et accès à la citoyenneté : le multiculturalisme réunionnais à l’épreuve de la Francité

3. Interrogations africaines
Idrissa Mané (U. de Pau), Construction de l’autochtonie par la pensée symbolique : le cas du mythe baynounk de Ngana Sira Banna Niaye de Casamance (Sénégal)
Abel Kouvouama (U. de Pau), Guerres civiles et construction de l’autochtonie dans les sociétés ivoiriennes et congolaises contemporaines : regard anthropologique
Evelyne Toussaint (Aix-Marseille U.), L’art des artistes contemporains peut-il être autochtone ? Traditions, hybridations et inventions dans un contexte de mondialisation

4. Questionnements basques
Cendrine Lagoueyte (UMR 5185 ADES), Etre basque sans être autochtone : légitimer son sentiment identitaire ?
Thomas Pierre (IIAC-UMR 8177), La citoyenneté contre l’autochtonie : le cas basque en France

5. Conflits d’autochtonie
Maurice Daumas (U. de Pau), Conquérir le banc et la sépulture : un conflit d’autochtonie au XVIIIe s.
Olfa Ben Achour (Fac. des SHS de Tunis, U. Toulouse Jean Jaurès), Les juifs de Tunisie entre enracinement immémorial, sentiment d’autochtonie et aliénation (XIXe-XXe s.)
Michael Parsons (U. de Pau), Etre autochtone aux îles Falkland (Malvinas)

ISBN : 2-35311-066-5
ISSN : 2269-0778
Prix : 17 €

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/140/20/espaces-frontieres-metissages/lrsquoautochtonie.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.