Raconter et interpréter les catastrophes naturelles de l’Antiquité à la Renaissance

Journée d’étude

UPPA – Institut Claude Laugénie

Salle Chadefaud

Argumentaire

Depuis les années 1960, les historiens se sont emparés de la question des catastrophes naturelles comme des événements globaux, qui impliquent des bouleversements sociaux, politiques, religieux, et peuvent mettre en lumière le rapport d’une société au monde. Dans les sociétés contemporaines, on peut évaluer le témoignage humain en rapport avec des données scientifiques fiables ; du XVIe au XIXe siècle, on compense l’absence de ces données par une abondance de sources administratives et narratives ; mais dans les sociétés anciennes et médiévales, on ne dispose le plus souvent que de récits lacunaires, rédigés longtemps après les faits, ou bien isolés et dont il est difficile d’évaluer le rapport à ce qui s’est réellement passé.

Pour contourner ce problème, les historiens se sont jusqu’à présent principalement concentrés sur les catastrophes les plus marquantes, tentant de reconstituer les événements en privilégiant les sources les plus proches des faits et fiables, écrites par des témoins directs ou par des gens bien informés. Nous proposons dans cette journée d’étude de décaler l’interrogation sur les récits eux-mêmes, quelle que soit leur fiabilité ou leur aspect reconstruit ; que les catastrophes qu’ils dépeignent soient réelles ou imaginaires. Quels sont les enjeux narratifs des catastrophes naturelles au Moyen Âge ? Existe-t-il des modèles pour décrire les catastrophes similaires (tremblements de terre, tempêtes, incendies) ? Cette journée se conçoit comme le début d’une réflexion qui se poursuivra à Nîmes au printemps 2025 par une seconde journée d’étude.

Programme

8h30 accueil des participants

9h Introduction

9h15-10h Romain Millot (Université de Nîmes) : Raconter les catastrophes maritimes romaines pendant la première guerre punique

10h-10h15 Pause

10h15-11h Frédéric Le Blay (Université de Nantes) : Vivre avec les aléas naturels en contexte gréco-romain : fatalité et incertitude

11h-11h45 Charles Davoine (Université de Toulouse – Jean Jaurès) : Les récits de tremblements de terre chez les auteurs de l’Antiquité tardive

14h00-14h45 Isabelle Guyot-Bachy (Université de Lorraine) : La « mémoire longue » des catastrophes naturelles dans les chroniques universelles (XIIe-XIVe siècle) : quelques observations

14h45-15h30 Pierre Prétou (Université de La Rochelle) : Les dynamiques imaginaires de la submersion médiévale, vue dans les représentations françaises, XIIIe- déb. XVIe siècles.

15h30-15h45 Pause

15h45-16h30 Table ronde Récits de catastrophes : état des lieux et perspectives

Pour assister à la journée à distance, Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Contact

pierre.courroux@univ-pau.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Joëlle Saucès (24 octobre 2023). Raconter et interpréter les catastrophes naturelles de l’Antiquité à la Renaissance. Les carnets d'ITEM. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjbw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.