Le vin : du terroir à la table. Histoire d’un patrimoine de l’Antiquité à nos jours

Journée d’étude du Master Histoire Civilisations Patrimoine

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Bâtiment droit, économie, gestion – Amphithéâtre 400
9h-17h15

S’il est des pratiques qui connaissent une spectaculaire persistance au cours de l’histoire, l’une des plus surprenantes est sans doute la production et la consommation de boissons fermentées par l’Homme. Quand il est aujourd’hui commun de boire un verre de bière ou de vin à la sortie du travail, on peine parfois à imaginer que nos lointains ancêtres aient pu avoir les mêmes habitudes. Et pourtant ! Du lointain Henan aux tombes des pharaons égyptiens, des cités mésoaméricaines aux vignobles français, que de boissons fermentées, et quelle variété ! Il y en a tant qu’on imagine désormais une production accidentelle à même les ruches du Paléolithique (Laubenheimer, 2015). Parmi ces milliers de boissons, il en est une qui prend une importance particulière dans l’histoire des civilisations occidentales : le vin.
De la carpologie à l’étude céramique, des textes littéraires aux pressoirs contemporains, les chercheurs convoquent désormais toute une palette de techniques, sources et disciplines afin de reconstituer l’histoire du vin, de ses origines à nos jours.

La journée d’étude organisée par les étudiants du master HCP de l’université de Pau et des Pays de l’Adour se propose de revisiter les différents aspects de la fabrication et de l’usage du vin, par le prisme croisé de l’histoire, de l’archéologie sensorielle, de l’histoire de l’art et de l’anthropologie. En effet, nous invitons à discuter du rapport entre qualité du produit, manières de consommer, représentations et différenciations sociales au sein d’une même société. En somme, le vin est-il un bon observatoire des dynamiques socioculturelles ?

 



Citer ce billet
Joëlle Saucès (2023, 4 avril). Le vin : du terroir à la table. Histoire d’un patrimoine de l’Antiquité à nos jours. Les carnets d'ITEM. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.