Journées d’étude “Exposer le PCI : état des lieux”, 18-19 mai 2015

Le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, l’Ethnopôle InOc Aquitaine et le Ministère de la Culture organisent au Musée d’Ethnographie de l’Université de Bordeaux deux journées d’étude consacrées à la mise en exposition du Patrimoine Culturel Immatériel, les 18 et 19 mai (Musée d’Ethnographie, Bordeaux).

Des intervenants de tous horizons viendront témoigner de leur expérience patrimoniale et de différents projets d’exposition en France et en Europe : Christian Hottin (DPRPS – Ministère de la Culture ; Olivier Schinz (Musée d’ethnographie de Neuchâtel) ; Charles Quimbert (Directeur de Bretagne Culture Diversité) ; Lucia Bienvenu-Spodniakova (MEB) ; Marc Casteigneau (Directeur de l’Écomusée de Marquèze) ; François Hubert (Musée d’Aquitaine) ; Jean-Jacques Castéret (InOc Aquitaine)…

Une visite de l’exposition (Extra)ordinaire quotidien sera à cette occasion organisée, commentée par Patricia Heiniger-Castéret (Laboratoire ITEM – Université de Pau) commissaire de l’exposition.

Programme journées d’études _Exposer le PCI_

Conférence de Vivianne Delpech, Maison Basque de Bordeaux, 06 mai 2015

Vivianne Delpech, auteure de Abbadia. Le monument idéal d’Antoine d’Abbadie,

index

participera à la conférence “Abbadia, le temple universel d’Antoine d’Abbadie” mercredi 6 mai 2015, à 18h00, à la Maison Basque de Bordeaux (7, rue du Palais de l’Ombrière, 33000 Bordeaux ).

Modèle éloquent de la vogue éclectique du Second Empire, le château d’Abbadia à Hendaye surprend par l’association de sources d’inspiration tantôt conformistes tantôt singulières, où s’entremêlent les charmes de l’Orient, la rêverie du Moyen Âge, l’esprit scientifique, une pratique austère du catholicisme et une passion intense pour l’Ethiopie.

Cette œuvre d’art est due à l’implication quasiment viscérale de ses commanditaires, le savant basque Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Elle doit également beaucoup aux architectes Eugène Viollet-le-Duc, Edmond Duthoit et au paysagiste Eugène Bühler.

Plus d’informations : http://www.eskualetxea.org/

 

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et “jeux de société” dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.

Atelier d’archéologie, Los Bañales, mars 2015

La ville hispano-romaine de Los Bañales (Aragon), site charnière de la vallée de l’Èbre, est actuellement l’objet d’un programme de recherche porté par J. Andreu Pintado (université de Navarre). L’étude de cet important établissement urbain romain offre un excellent potentiel de coopération scientifique et pédagogique transfrontalière entre la Fondation Uncastillo et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, engageant les archéologues de l’équipe d’accueil ITEM EA 3002 et du laboratoire IRAA.

Depuis 2011, les financements obtenus dans le cadre d’un projet de coopération Aquitaine-Aragon ont contribué au recueil d’informations importantes concernant la romanisation des espaces  pré-pyrénéens. Le projet 2013-2015 a pour objectif d’élargir les actions de formation et de recherche à l’Archéologie préventive; l’idée est de favoriser l’émergence d’un réseau transfrontalier ouvert aux entreprises d’archéologie préventive, sur la base de la convention passée avec l’INRAP et des coopérations en cours avec le secteur privé (essentiellement les sociétés HADES, IKER, EVEHA).

Dans ce cadre, plusieurs ateliers franco-espagnols, de niveau master et doctorat, ont eu lieu sur le site archéologique de Los Bañales et dans les locaux de la fondation Uncastillo, dans le village du même nom. Le dernier s’est déroulé du 23 au 28 mars 2015. La semaine a consisté pour les étudiants en conférences, ateliers photographie, céramiques et monnaies, visite guidée du site de Los Bañales, et s’est achevée par une journée d’étude sur la romanisation dans les Pyrénées dans le campus de l’université de Navarre, à Pampelune.

(photographies: Pauline Salanave-Pehe et Mélanie le Couédic)

Télécharger le programme du IVème atelier franco-espagnol d’archéologie

Ma thèse en 180s – Edition 2015

141877_Affiche2

Le concours “Ma thèse en 180 secondes” permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Le concours “Ma thèse en 180 secondes” est inspiré du concours “Three minute thesis (3MT®)”, conçu à l’Université du Queensland (Australie).

Le concept a été repris en 2012 au Québec par l’ACFAS (association francophone pour le savoir) qui a souhaité étendre le projet à l’ensemble des pays francophones.

Sélection des candidats de l’UPPA pour la finale régionale :

Mercredi 22 avril 2015 à 14h sur la scène de la Maison de l’étudiant à Pau.

  • Mylène GHISLAIN, doctorante en chimie analytique et environnement,
  • Marlène DEZEST, doctorante sur aspects moléculaires et cellulaires de la biologie,
  • Vanessa ROUAUD, doctorante en physiologie et biologie des organismes, populations, interactions,
  • Dimitri DEL PIANTA, doctorant en chimie,
  • Yann BRUNA, doctorant en sociologie,
  • Gil GALASSO, doctorant en histoire de l’art.

Venez encourager nos candidats et participer au vote du public !

Nous apportons un soutien particulier à Gil Galasso qui représentera le laboratoire ITEM lors de cette manifestation.

son intervention en vidéo: “l’art de la découpe, histoire et enjeu”

 

Ah bé té! les anthro-Pau-logiques. 15-17 avril

15 -17 avril 2015
Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres organisées par les doctorants de l’École Doctorale SSH 481 / ITEM
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ces rencontres « anthro-Pau-logiques » sont pensées comme un espace d’échanges et de réflexion sur ces pratiques qui portent une interrogation sur la société actuelle, sans se soustraire à la dynamique de transdisciplinarité : seront ainsi évoqués des thèmes comme le film documentaire, les expressions musicales et dansées ou encore les questions de gouvernance. L’ouverture aux autres disciplines consiste à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste ou encore du littéraire. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Télécharger le programme

affiche

“Les petits vignobles : des terroirs en quête de légitimité et d’identité”

2ème journée d’étude
La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres terroirs: histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles

Jeudi 16 avril 2015

Salle Chadefaud – Institut Claude Laugénie
Université de Pau et des Pays de l’Adour

9h00 : accueil des participants

9h30 : Laurent JALABERT (PR histoire contemp., UPPA-Pau)
Introduction de la journée d’étude – Présentation du programme de recherche

9h45 : Stéphane LE BRAS (MCF histoire contemp., UBP-Clermont-Ferrand)
L’identité dans l’histoire viticole : une notion polymorphe

10h30 : Éric ROUVELLAC (MCF géographie, U. de Limoges)
Les petits vignobles, beaux et qualitatifs ?

11h15 : Henri LAPOUBLE-LAPLACE et Jean-Marc GRUSSAUTE (exploitants viticoles) ; Bertrand FASENTIEUX (ASI géologie, UPPA-Pau) et Jean DELFAUD (PR géologie, UPPA-Pau)
Le vignoble de Jurançon, héritier d’un long passé et ouvert sur l’avenir
Présentation du poster : « Paysage, Géologie et vignobles dans le Jurançon »

12h00 – Pause

14h15 : Samuel LETURCQ (MCF histoire médiévale, UFR-Tours)
Les “petits terroirs” viticoles dans la longue durée. Qu’est-ce qu’un “petit terroir” au regard du temps long ?

15h00 : Léonard LABORIE (Chargé de recherche, CNRS)
Petits vignobles et grande histoire. Cahors en quête (XXe s.)

15h45 : Jean-Pierre GARCIA (PR géographie, U. de Bourgogne) et Guilhem FERRAND (PRAG histoire médiévale, UPPA-Pau)
Conclusions de la journée d’étude
Contacts et renseignements : stephane.lebras[arobase]yahoo.fr

2eme journée petits vignobles - Affiche

Atelier doctoral ARCHIFAM, 23-27 mars 2015

Programme ARCHIFAM – Atelier doctoral de clôture

(Archives de famille en péninsule Ibérique, fin XIIIe-début XVIIe siècle),

coord. V. Lamazou-Duplan (UPPA/ITEM EA 3002)

Un Atelier doctoral clôturera prochainement le programme ARCHIFAM1  ouvert en 2013. A côté de l’aspect purement scientifique, cette dimension pédagogique, inscrite dans le projet initial du programme, doit être particulièrement soulignée, car elle représente l’une des missions de la Casa de Velázquez. Réservé à quinze doctorants et jeunes chercheurs, sélectionnés après appel à candidatures2, cet Atelier doctoral se tiendra à Madrid du 23 au 27 mars 2015. Alterneront des présentations synthétiques et méthodologiques, des ateliers et travaux de groupes, la visite d’un fonds particulièrement riche et prestigieux.

Voir le programme

DIPTICO ARCHIFAM 3 BD V3-1

  1. le projet sur le site d’ITEM et le projet sur le site de la Casa de Velázquez []
  2. http://item.hypotheses.org/876 []

Séminaire Frontières le 13 mars 2015

Séminaire proposé par les doctorants de l’ED 481 SSH

Crises, sciences et sociétés : un dialogue impossible ? Interroger la frontière entre sciences sociales et sociétés

Vidéos des communications

Résumés des Communications

Vendredi 13 mars 2015 de 9h à 18h
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie

Coordination :
Thomas Contamine (IRAA)
Rémy Berdou (ITEM)
Benoit Pace (ITEM)

Programme

 

Appel à communication Colloque international “Misogynie et discriminations sexuelles”

Colloque international “Misogynie et discriminations sexuelles”

24-25-26 septembre 2015

Comité scientifique : Anne Emmanuelle BERGER (Paris 8), Christian BOIX (UPPA), Philippe CHAREYRE (UPPA), Maurice DAUMAS (UPPA), Abel KOUVOUAMA (UPPA), Nadia MEKOUAR-HERTZBERG (UPPA), Marta SEGARRA (Université de Barcelone), Sylvie MOUYSSET (Toulouse-Le Mirail), Mercedes YUSTA (Paris 8).

Les disciplines concernées sont l’anthropologie, la création artistique, le droit, la géographie, l’histoire, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychanalyse, la psychologie et la sociologie.

Les propositions, accompagnées d’une page de présentation, doivent être adressées à Maurice Daumas, PR Histoire moderne (laboratoire ITEM) ou à Nadia Mekouar-Hertzberg, PR Espagnol (laboratoire LLCAA) : mau.daumas@wanadoo.fr et nadia.mekouar-hertzberg@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication sur le site de la fédération de recherche “Espaces, Frontières, Métissages” (FR 4153)

Appel à communication. Les “anthro-Pau-logiques”

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 10 et 12 mars 2015

  L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 13e édition

ESPACES : LOGIQUES SOCIALES, LOGIQUES TERRITORIALES

Voici le programme des prochaines journées Bourdieu:

Mardi 10 mars 2015
(Amphithéâtre de la Présidence / UPPA)
Conférence de Jean-Christophe François (Géographe, Paris) :
« Le chien, la boulangère et le clochard » (17h00-19h45)

Jeudi 12 mars 2015
(Amphithéâtre de la Présidence / UPPA / 14h00-17h30)
Conférences de :

Lionel Dupuy (Géographe, SET/UPPA – PauSES) :
« L’espace occitan : logiques géographiques, logiques politiques,
logiques sociales » (14h00-15h00)

Robert Ziavoula (Géographe, CESSMA/Inalco, Paris) :
« Au cœur des territoires : logiques marchandes et
représentations des acteurs » (15h00-16h00)

Abel Kouvouama (Anthropologue, ITEM/UPPA – PauSES) :
« La laïcité, un principe de liberté dans l’espace public » (16h00-17h00)

Discussion générale (17h00-17h30)

Association PauSes, www.pauses.net, Laboratoire ITEM, UPPA

image : Bourdieu (1972) – “Kabyle House or The World Reversed”

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  “Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920″

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
“On les aura !”, carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Captation video de la journée d’étude sur Le Retour (30 janvier 2015)

Journée d’étude “Le retour”

ESPACES – FRACTURES – TRANSITIONS

Vendredi 30 janvier a eu lieu une Journée d’étude consacrée au thème du retour.  Cette journée, organisée par la Fédération de Recherche Espaces-Frontières-Métissages, prépare un colloque international et pluridisciplinaire, toujours sur le thème du retour, qui se tiendra à Pau les 27, 28 et 29 mai.
Voici les vidéos pour ceux qui n’ont pas pu assister à la journée ou qui souhaiteraient réécouter certaines communications.

Contact : laurent.dornel@univ-pau.fr

Captation vidéo: équipe ARTICE (Patrick Girard et Antoine Poursuibes)