Archives par mot-clé : littérature

Captation video de la journée d’étude sur Le Retour (30 janvier 2015)

Journée d’étude “Le retour”

ESPACES – FRACTURES – TRANSITIONS

Vendredi 30 janvier a eu lieu une Journée d’étude consacrée au thème du retour.  Cette journée, organisée par la Fédération de Recherche Espaces-Frontières-Métissages, prépare un colloque international et pluridisciplinaire, toujours sur le thème du retour, qui se tiendra à Pau les 27, 28 et 29 mai.
Voici les vidéos pour ceux qui n’ont pas pu assister à la journée ou qui souhaiteraient réécouter certaines communications.

Présentation de la journée

Contact : laurent.dornel@univ-pau.fr

Captation vidéo: équipe ARTICE (Patrick Girard et Antoine Poursuibes)

“Variation autour du for privé. Arts et correspondances”, n°6

L’ouvrage dirigé par Maurice Daumas, “Variation autour du for privé. Arts et correspondances” (n°6), vient de paraître dans la collection Cultures, Arts et Sociétés, aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Couverture CAS6-Daumas3

“Il est souvent dénié aux correspondances le caractère intime qui définit les écrits du for privé. Dans la perspective interdisciplinaire, il est légitime de débattre du lien qui unit ces documents choyés par les littéraires et les historiens. D’autres questions les concernent : celles des frontières qui séparent les écrits intimes de la littérature et de l’art. A quel moment l’écrit intime bascule-t-il de l’écriture ordinaire à la littérature ? Quels rapports l’expression graphique et l’expression littéraire entretiennent-ils ?”

Ce volume rassemble les communications réalisées à l’occasion des journées d’étude organisées en 2011 et 2012 dans le cadre du programme de recherche et de publication des écrits du for privé des Pays de l’Adour dirigé par Michel Braud et Maurice Daumas. Il fait suite au volume « Thèmes et figures du for privé» publié en 2012, qui rassemblait les journées d’étude de 2008 à 2010.

Parution de l’ouvrage “Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique”, PUPPA.

L’ouvrage “Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique” sous la direction d’Evelyne Toussaint (Aix Marseille Université) et Michael Parsons (UPPA – Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ») vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Partages d’espaces

Faut-il, aujourd’hui, faire encore « l’éloge des frontières » ? La mondialisation actuelle relève-t-elle, comme l’espérait Edward Said, d’un « globalisme salutaire que l’on trouve, par exemple, dans les mouvements pour l’environnement, la coopération scientifique, le souci universel des droits de l’homme, des concepts de pensée globale qui font prévaloir la communauté et le partage sur une domination de race, de sexe et de classe », ou bien est-elle le symptôme d’une idéologie annonciatrice de tous les replis identitaires narcissiques et meurtriers ? Le partage d’espaces physiques et virtuels est-il la voie de l’émancipation ou, au contraire, la marque de l’assujettissement à un « Empire » totalisant, annonciateur d’un illettrisme généralisé cyniquement orchestré par des réseaux de communication inféodés aux cotations boursières ?
Que font les artistes de ces questions portant sur l’actualité de notre monde ? Quelles sont les théorisations élaborées en histoire de l’art, en philosophie, en histoire, en littérature et en esthétique au sujet de ces mutations géopolitiques, de leurs fondements et des productions artistiques qui s’y rapportent ?

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/131/4/sciences-humaines/partages-drsquoespaces.html

Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine

Les topiques sur l’Afrique tirés d’Homère permettent de mettre en  avant des héritages qui peuvent être qualifiés d’« obligés », de « malgré soi ». Leur perduration dans la littérature latine, mais  surtout les tentatives des auteurs postérieurs de les faire  correspondre avec une réalité qui n’est pas ou qui n’est plus,  montrent tout l’intérêt qu’il convient de porter à ces topiques dans  le cadre de la thématique de ce séminaire.

Un bref rappel des mécanismes de transmission (copie et diffusion) des  textes au cours de l’Antiquité s’impose pour bien saisir la valeur des  textes écrits.
L’étude de la double Éthiopie mentionnée par Homère (Odyssée 1.2.25)  permet de mettre en exergue la réutilisation de ce topique dans  différents genres littéraires. La « littérature non savante » se  contente d’y faire référence, sans l’expliquer : le lecteur ou  l’auditeur sachant pertinemment de quoi il retourne. En revanche, son utilisation dans la « littérature savante » pose plus de problèmes  étant donné que les auteurs de textes ethno-géographiques tentent,  bien souvent, de coller à cette conception préétablie. C’est ainsi que  de la double Éthiopie naissent, entre autres, les Éthiopiens d’Orient  et les Éthiopiens d’Occident, que les auteurs tenteront alors de localiser.
Deux autres tentatives de localisations, à partir des écrits  homériques, sont tout particulièrement intéressantes. Dans le premier  cas — l’épisode du combat des Pygmées contre les grues — la  connaissance des zones migratoires des grues permet, par analogie, de  localiser les Pygmées. Dans le second cas — les banquets des dieux chez les Éthiopiens — les textes d’Homère permettent seulement de  placer les Éthiopiens du côté de l’Océan, dans la partie méridionale  du monde aux confins de la terre féconde et de l’humanité. Ces  indications ne permettent pas un positionnement précis mais intègrent  les peuples dans un découpage global de l’oikoumène où l’exactitude n’est pas nécessaire.

En définitive, la réception des textes d’Homère se fait, à travers ces  exemples, soit par la réutilisation d’images dans le but de plaire au  public, soit par une tentative d’adaptation de l’épopée aux réalités   des auteurs. Dans tous les cas, cet héritage semble être un passage  obligé pour les auteurs. Cette étude doit faire prendre conscience des risques de mauvaises interprétations qui peuvent se faire jour en  approchant ces écrits littéraires de manière isolée. Il convient  toujours de les intégrer au sein de l’ensemble culturel auquel ils  appartiennent.

Séance du 22 mars 2013
Robin Ségalas
Doctorant en histoire ancienne