Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Café SHS avec Laurent Dornel « La vie quotidienne des travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre »

Flyer café SHS-Laurent DORNEL-2

Le service de coopération universitaire du Consulat général de France à Shanghai organise un café SHS (sciences humaines et sociales) le jeudi 13 novembre 2014 au Café WUJIE à 18h30.

Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Pau, interviendra sur le thème suivant : « La vie quotidienne des travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre : quelques aspects ».

Pendant la Première Guerre mondiale, environ 140 000 Chinois partirent travailler en France, au service de la France (40 000) et de l’armée britannique. Cette histoire fut longtemps méconnue en France comme en Chine et on se propose d’en aborder quelques points. Comment ces travailleurs furent-ils accueillis et administrés ? Dans quels secteurs et lieux furent-ils employés ? Quelles furent leurs relations avec les travailleurs français et coloniaux ainsi qu’avec les populations civiles ? Que devinrent-ils à la fin du conflit ?

plus d’informations: http://www.ambafrance-cn.org/Cafe-SHS-avec-Laurent-Dornel-La-vie-quotidienne-des

Le Festin#91 – Spécial Art Déco

Le_Festin_Automne_2014d-fill-325x416

Sur le lefestin.net: Le Festin de l’automne est un numéro événement ! Inédit à plus d’un titre, ce numéro spécial prend la forme d’un abécédaire inventif recensant les joyaux Art déco de l’Aquitaine. « A » comme Architecture, « C » comme Casinos, « M » comme Mobilier…, la sélection proposée embrasse tous les aspects de ce mouvement à la croisée des genres. L’illustration est à l’avenant, qui s’appuie sur la richesse du bâti, des objets ou des arts graphiques, y compris par le truchement populaire de la réclame. Car autant qu’à un style, c’est à une époque, voire même à un art de vivre que le festin ouvre ses pages.

La formule de l’abécédaire a été retenue pour mieux dépeindre le foisonnement de cette période d’exception pour les savoir-faire « à la française ». Esthétique épurée, lignes simplifiées, formes géométriques se propagent dans les provinces françaises. Ainsi, Bordeaux ou Pau ont bénéficié, grâce à l’entregent de maires bâtisseurs, de grands travaux municipaux qui sont parvenus à imposer une nouvelle monumentalité urbaine sans Hiatus avec l’héritage du passé. Il s’agit avant tout de rajeunir « l’image » de la ville, ce qu’ont tenté d’entreprendre plusieurs stations thermales comme Dax, Salies-de-Béarn ou Cambo-les-Bains.

À Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye-Plage, Anglet, Hossegor, Le Pyla ou Le Cap-Ferret… la vie balnéaire s’organise selon un rituel désormais immuable, du golf au casino, de la plage à l’hôtel ou à la maison de villégiature, chacun rivalisa d’élégance pour incarner la nouvelle société des loisirs. C’est cette ambiance particulière que ce numéro tout à fait exceptionnel du Festin, composé par l’historien de l’art Dominique Dussol, tente de restituer. Rompant avec la morosité ambiante de notre époque, laissons nous donc entraîner sans retenue dans la turbulence des Années folles.

L’Edito de Xavier Rosan

En tête: Publicité pour le rhum Negrita (Bardinet, Bordeaux) dans les années 1930, coll. part.

Colloque « Les échos internationaux de la Révolution des Oeillets », Paris, 23-24 octobre 2014

Les échos internationaux de la Révolution des Oeillets

A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

portugal.JPG

Programme

Jeudi 23 octobre 2014

9h00-9h30 Ouverture du colloque
João Caraça, Directeur de la Fondation Calouste Gulbenkian-Délégation en France
Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM)

9h30 -11h00 Les gauches en France face aux événements portugais
Présidence : Laurent Jalabert (Univ. de Pau/ITEM)
Christophe Batardy (Univ. de Nantes), « La gauche française malade du Portugal » (La Croix, 15 août 1975)
Fadi Kassem (Sciences Po Paris), « La Révolution est en marche ! » : les socialistes français face à la Révolution des Œillets
Ricardo Noronha (Univ. Nouvelle de Lisbonne/IHC), Letters from ‘Glaucos’: the Portuguese Revolution in Guy Debord’s correspondence

11h00-11h15 Pause

11h15-12h30 Syndicats politiques et immigration portugaise en Europe
Présidence : Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM)
Marie-Christine Volovitch-Tavares (CERMI), La CGT et la CFDT et le mouvement syndical portugais aux lendemains de la Révolution des Œillets
Thierry Hinger (Univ. de Luxembourg), La Révolution des Œillets, le mouvement ouvrier et l’extrême gauche portugaise au Luxembourg

12h30-14h00 Pause déjeuner

14h00-15h30 La Révolution des Œillets et les enjeux de la guerre froide
Présidence : Mario Del Pero (Sciences Po Paris)
Yves Léonard (Sciences Po Paris), La diplomatie française et le 25 avril 1974
Thomas Weißmann (Univ. Technique de Chemnitz), La République démocratique allemande et la Révolution des Œillets
Caroline Moine (Univ. Versailles St-Quentin/CHCSC), Un modèle pour les luttes de solidarité internationale? La Révolution des Œillets vue par les militants des droits de l’homme en RFA

15h30-15h45 Pause

15h45-17h45 Des passeurs entre le Portugal et le monde : témoignages
Modération : Yves Léonard (Sciences Po Paris)
Hugo Moreno, revue SIN PERMISSO
Antoine Blanca, ancien Ambassadeur de France

Vendredi 24 octobre 2014

10h30-12h00 Circulations et mobilisations internationales
Présidence : Maria-Benedita Basto (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC)
Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM), « Portugal, tout prend un goût de liberté ». Le Portugal révolutionnaire et la construction d’une destination touristique
Manus McGrogan (Univ. de Portsmouth), Rendez-vous avec une révolution: les voyages, rencontres et échanges de radicaux britanniques au Portugal (1974-1975)
João Baía (Univ. Nouvelle de Lisbonne/IHC), Apoio internacional e aprendizagem mútua numa Operação SAAL (Serviço de Apoio Ambulatório Local)

12h30-14h00 Pause déjeuner

14h00-15h30 Circulations artistiques
Présidence : Nancy Berthier (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC)
Mickaël Robert-Gonçalves & Raquel Schefer (Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Faire tomber les barrières: cinéma et circulation d’idées et de pratiques révolutionnaires dans les années 1960-1970
Ana Balona de Oliveira (Univ. Nouvelle de Lisbonne, Univ. de Lisbonne, Courtauld Institute), ‘The scenes we have seen’: Echoes of Revolution in Artistic Practice
Maria-Benedita Basto (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC), Le trou de mémoire des archives: ces échos filmiques que le Portugal ne veut pas (re)garder (à partir de Outro país de Sergio Tréfaut)

15h30-15h45 Pause

15h45-17h45 Deux regards de photographes témoins du 25 avril 1974
Modération : Didier Aubert (Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3/THALIM)
Discussion autour des photographies de Gérard Bloncourt, en sa présence, et de Alécio de Andrade.

18h00 Clôture du colloque

> Consulter le programme complet [PDF – 85 Ko]

Parution de l’ouvrage « L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du moyen âge à 1914 »

L’ouvrage intitulé « L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du moyen âge à 1914 » et dirigé par Maurice Daumas, vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. PUPPA, 343 pages, septembre 2014.
ISBN 2.35311.058.4

 

La querelle de l’amitié et de l’amour est un vieux débat, dont Charles Perrault a donné une interprétation d’une grande finesse, qu’on ne saurait trop conseiller à celles et ceux qui hésitent entre l’un et l’autre. Aujourd’hui, où l’amour a tous les droits, on peine à imaginer que jusqu’au XVIIIe siècle on a voué un culte à l’amitié, parée des vertus les plus élevées. C’était un devoir de la cultiver sous toutes ses formes, depuis la philia antique, sur laquelle repose le groupe social, jusqu’à l’amitié « véritable », dont la qualité est telle que les femmes, dit Montaigne, ne peuvent y accéder.
Le colloque de Pau s’est penché sur la pratique de l’amitié, à travers les mémoires, les journaux intimes et les correspondances, du XVIe au XIXe siècle. Une première partie (« Évocations de l’amitié parfaite ») est consacrée à ce modèle idéal, qui s’est épanoui à la Renaissance, mais que Montaigne et La Boétie n’ont commencé à incarner qu’à partir des Lumières. La deuxième partie (« Au cœur des relations sociales ») s’intéresse aux diverses formes de liens sociaux que génère l’amitié, depuis l’amitié duelle jusqu’aux associations fraternelles. La troisième partie (« Le sentiment et le sacré ») se penche sur les relations d’une grande diversité qu’entretient l’amitié, ce « feu sacré », avec le divin. Enfin, la dernière partie (« Amitié et écriture ») concerne ce vecteur essentiel de l’amitié que sont les correspondances, en examinant notamment celles de quelques grands écrivains.

Parution de l’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamique locales, dynamiques globales »

L’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales » vient de paraître aux Editions Karthala.
(Sous la direction de Régine Tchicaya-Oboa, Abel Kouvouama (UPPA) et Jean-Pierre Missié, 2014, 552 p.)

societes-en-mutation-dans-l-afrique-contemporaine-dynamiques-locales-dynamiques-globales

 

 

Les sociologues et anthropologues réunis à Brazzaville en 2010, là où Georges Balandier a longtemps travaillé et formulé ses premières hypothèses, ont voulu en premier lieu rendre hommage à ses travaux dont l’actualité manifeste toujours le caractère novateur et exemplaire. En second lieu, ils se sont interrogés à nouveaux frais sur le positionnement de la sociologie dans les sociétés africaines, toutes en mouvement et inscrites dans le processus de mondialisation des rapports politiques et socio-économiques.

Les mutations ont été analysées dans des approches comparées et des regards croisés, au niveau local et au niveau global. Les questions centrales qui traversent les différentes contributions se déclinent à travers plusieurs questions : quel éclairage scientifique le chercheur en sciences sociales et humaines peut-il apporter à la compréhension des mutations des sociétés contemporaines ? Quelles sont les réponses données par les institutions et les acteurs nationaux et internationaux (l’État, les individus, la société civile, les ONG nationales et internationales) à ces mutations ? Quelle posture peut adopter la sociologie face aux questions scientifiques, pédagogiques, et face à la demande sociale ?

Sont ainsi abordés dans cet ouvrage des sujets comme les mutations politiques en Côte d’Ivoire et au Sénégal depuis les indépendances ; la santé au Congo-Brazzaville et la médecine traditionnelle en RDCongo ; la place de l’économie informelle ; les stratégies des migrants ouest-africains et la création d’entreprises ; la chanson chrétienne et les figures du religieux dans la chanson congolaise ; les Églises du réveil à Kinshasa.

Régine Tchicaya-Oboa est maître-assistante en sociologie (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Abel Kouvouama est professeur d’anthropologie à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.

Jean-Pierre Missié est maître de conférences (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Appel à communication – Colloque international « Les échos internationaux de la Révolution des Œillets ». Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr

Centenaire 14-18 : la conférence de M. Gerd Krumeich est en ligne !

Le 12 mars dernier, M. Gerd Krumeich, Professeur émérite de l’Université de Düsseldorf et spécialiste de la Première Guerre Mondiale, est intervenu à l’UPPA dans le cadre du Centenaire 14-18.

La conférence intitulée « L’opinion allemande face à la Grande guerre » est accessible en ligne sur MédiaKiosque à cette adresse.

Krumeich_01


	

Journée d’étude les « Petits vignobles aquitains » 7 mars 2014

Progr_def_sem_Page_1

« L’Université de Pau et des pays de l’Adour et le laboratoire de recherche ITEM organisent le 7 mars 2014 une journée d’étude afin de lancer son programme de recherche interdisciplinaire sur la thématique des petits territoires viticoles du Midi aquitain.
Cette journée, ouverte au public, se veut une première étape dans un programme triennal : il visera à l’étude d’un champ encore peu abordé sous l’angle pluridisciplinaire (histoire, géographie, sociologie, ethnographie, sciences, droit, etc.), celui des aires de production de moins de 2.000 ha dans une région où la viticulture et sa civilisation sont depuis des siècles dominées par les vins de Bordeaux.
Outre la présentation du programme et des grandes problématiques qu’il recoupe, il s’agira d’une première rencontre entre professionnels de la filière, représentants d’organismes privés ou publics et chercheurs de l’université afin de mettre en œuvre un partenariat privilégié, profitant à l’ensemble des acteurs qu’ils soient institutionnels, touristiques, producteurs ou universitaires. »

 Progr_def_sem_Page_2Contacts : 
Stéphane Lebras, stephane.lebras@univ-pau.fr
Laurent Jalabert, laurent.jalabert@univ-pau.fr

Tel : 05 59 40 73 14