Archives par mot-clé : anthropologie

La construction territoriale de l’identité, entre norme et repère. Pour une épistémologie de la ritournelle

L’identité se construit le plus souvent sur un ou plusieurs territoires, dans la dialectique de l’identité et de l’altérité ou de la différence. Cette construction territoriale de l’identité s’accompagne dans la sphère publique, de la quête ou de la détention du pouvoir de transformer et d’adapter l’espace du territoire. La ritournelle, la chanson font partie des outils de cette construction.

La situation du migrant inscrit dans des dynamiques d’échanges et d’enchevêtrements des identités, si nous l’examinons sur le terrain de l’anthropologie, met en relief les différences par lesquelles se distinguent les sociétés et les cultures dans leurs discontinuités observables. Ce point de vue nous ouvre au rapport du local et du global et nous aide à penser l’autre et le même sous leurs aspects les plus divers.

La chanson qui rejoint les identités collectives, n’est pas un produit du passé. Elle procède au contraire d’une fabrication nouvelle, impulsée par la modernité. Elle résulte très concrètement d’une dynamique de groupe continuelle. Cela nous amène par conséquent à distinguer la notion d’individu de celle d’identité. Chaque individu articule deux processus : d’une part, celui d’incorporer le stock de la mémoire sociale, d’autre part, celui d’élaborer un système de fermeture subjective conférant le sens d’une totalité évidente. Le soi se met en scène, en particulier dans le chant, dans une relation d’altérité à l’autre, et l’identité apparaît alors comme une construction sociale et culturelle. C’est le rapport de soi à soi et le rapport entre soi et l’autre, entre l’autonomie et l’hétéronomie qui façonne une texture d’identité à l’individu par rapport à son groupe social ou politique d’appartenance.

Séance du 18 janvier 2013

Michèle Haensel
Doctorante en sciences de l’éducation et anthropologie

Sur la pertinence de la notion d’héritage pour rendre compte d’une expérience d’évangélisation

Dans le cadre d’un séminaire des doctorants du laboratoire ITEM de l’UPPA autour de la notion d’héritage, j’ai présenté mes travaux sur l’évangélisation des Sotho par les missionnaires de la Société des missions évangéliques de Paris au XIXe siècle, dans une perspective d’anthropologie historique. Après avoir exposé brièvement mes principales hypothèses et mes tâtonnements méthodologiques, j’ai essayé, à partir des mots des missionnaires, de décrire la rencontre entre deux sociétés, en tenant compte des particularités des groupes en présence et du contexte politico-économique sous-jacent. Il me semblait que cette situation pouvait contribuer à un éclairage sur la notion d’héritage quand le donateur cherche à l’imposer au receveur qui doit s’apprêter à l’accueillir, sans en être submergé.

A partir de la rencontre en 1833 et pendant les dix années qui ont suivi, les Sotho et les missionnaires ont réussi à cohabiter en bonne entente. En effet, l’une des conséquences de l’expansionnisme zulu des années 1820 a été d’impulser des mouvements de concentration politique chez d’autres peuples de la région, dont les Sotho regroupés par Mosheshoe. Ainsi, le chef a accueilli et accordé sa protection aux missionnaires en considérant ces hommes qu’il avait observés par ailleurs, comme un atout pour consolider la construction de son royaume. En contrepartie, les évangélisateurs ont pu divulguer la parole du Christ dans des conditions relativement favorables.

Cependant, les Boer du Cap, en rupture avec les nouvelles autorités britanniques, et mus par un insatiable appétit de terres sont bientôt devenus une menace pour les Sotho qui n’ont eu d’autre choix que la guerre pour essayer de sauvegarder en vain leur intégrité territoriale. Cette situation conflictuelle aura pour effet de renforcer la résistance au christianisme d’une partie des Sotho qui étaient restés plus ou moins silencieux pendant les années précédentes.

Aujourd’hui, la population du Lesotho est considérée comme chrétienne à 80%. Cependant, dans les années 1960, Claude-Hélène Perrot notait que les valeurs traditionnelles avaient plutôt bien résisté. Comment pouvons-nous caractériser cette situation ? S’agit-il d’évaluer la part de l’héritage chrétien, les capacités de résistance et d’adaptation de la société réceptacle ? Comment ce sont manifestés ces résistances ? Le Lesotho a-t-il connu des épisodes messianiques et qu’elle en a été la coloration ? Le mot syncrétique est-il satisfaisant, ne présente-t-il pas un aspect trop lisse pour exprimer des situations éminemment complexes et mouvantes ? A partir de toutes ces questions, je me suis finalement interrogée sur la pertinence du mot héritage pour illustrer notre propos quand celui-ci implique une dimension fossilisatrice en contradiction avec une situation en transformation continue dont la notion dynamique de transmission n’est que l’un des aspects.

Laurence Espinosa
Doctorante en anthropologie

Séminaire des doctorants “Héritages”, le 7 décembre 2012

Les mardis d’ITEM

La session des mardis d’ITEM a repris en janvier dans le cadre du second semestre 2012-2013. C’est une occasion au cours d’une courte rencontre d’échanger autour de nouvelles publications, de futures communication dans des colloques, de présentations  de nouveaux programmes de recherche ou en cours.
Ces séances sont bien entendu ouvertes à tous.

 

Date

Intervenant

Thème

Mardi 22 janvier Susana Aparicio (UPNA) La noblesse de Basse-Navarre et du Labourd XII-XIIIe s
Mardi 29 janvier Antoine Meylan Présentation de« Hypothèses », plateforme de carnets de recherche en sciences humaines
Mardi 5 février Antoine Meylan Utilisation de Zotero pour la recherche (gestion des références bibliographiques)
Mardi 19 février Véronique Duchange Présentation des outils et moyens de communication pour les équipes de recherche de l’UPPA
Mardi 5 mars Arnaud Dupin (doctorant histoire contemporaine) La fin de la SFIO 1939-1969
Mardi 26 mars Laure Nonat (doctorante archéologie) Le vase à large bord horizontal dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique
Mardi 2 avril Jean-Jacques Casteret La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : Tradition, évolution, résilience
Mardi 9 avril Laurence Cabrero Les chapiteaux de Saint-Théofrède du Monastier (Haute-Loire) XIIe siècle
Mardi 23 avril Véronique Lamazou-Duplan Archives de famille en péninsule ibérique : un programme de recherche, le cas des comtes de Foix
Mardi 14 mai Chantal Bordes-Maurice Un Prince de l’église à la cour, le cardinal Armand Gaston de Rohan (1674-1749)

 

ps: n’hésitez pas à vous inscrire pour les séances restantes.

Patrimoine Culturel Immatériel. De l’inventaire à sa restitution

Patricia Heiniger-Casteret coordonne une journée d’étude intitulée “Patrimoine Culturel Immatériel. De l’inventaire à sa restitution”, qui se tiendra le vendredi 1er mars de 9h à 17h salle Chadefaud à l’institut Claude  Laugénie, université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau).

La première partie de la journée sera consacrée aux méthodes et outils de l’inventaire du PCI, la seconde partie à la pratique du terrain.

le programme complet

Séminaire des doctorants “Héritages” (février)

La prochaine séance du séminaire des doctorants “héritages” aura lieu le vendredi 22 février de 9h à 12h salle 118 à l’institut Claude  Laugénie à l’université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau ).

Intervenants:

Céline Guitou, “Drogue et alcool en Béarn: un héritage à dé-couvrir”

Rudolphe Medzegue M’Obame, “Temps et travail comme mémoire sociale au Gabon”

Idrissa Mané, “La malédiction en héritage chez les baynounk de Casamanca”