Archives par mot-clé : featured

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 avril 2018

Inscriptions jusqu’au 15 juin 2018: formulaire en ligne

Pour les étudiants en Master de l’UPPA, contacter V. Lamazou-Duplan.

Publication des résultats : 29 juin

Télécharger l’appel

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 15 juin 2018 (minuit, heure de Madrid).
Accéder au formulaire

Pour les étudiants en Master de l’UPPA, contacter V. Lamazou-Duplan.

Publication des résultats : 29 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Exposition « Manières de faire, manières d’agir »

 

Fédération EFM (FR 4153) – Laboratoires ALTER (EA 7504) / ITEM (EA 3002) 

Le Bel Ordinaire (Les Abattoirs, Allée Montesquieu, 64140 Billère)

du mercredi au samedi de 15h à 19h

 

Nous vous rappelons que vous êtes invité.e.s à aller voir l’exposition « Manières de faire, manières d’agir » qui se tiendra jusqu’au 28 avril.

Cette exposition, conçue par nos collègues Sabine Forero Mendoza (ITEM) et Pascale Peyraga (ALTER) et soutenue par la fédération EFM, parachève un cycle de recherche sur les artistes femmes (2016 et 2018) : « Artistes femmes, les formes de l’engagement » (https://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/artistes-femmes.html), conjointement mené à l’UPPA et à l’Ecole supérieure d’Art Pyrénées-site de Pau. Elle rassemble un ensemble de réalisations, produites par quatorze artistes femmes de notoriété variable, de nationalités et de générations différentes .

Une visite commentée est spécialement organisée à l’intention des personnels de l’UPPA. Elle aura lieu le 27 avril à 17h30. Merci de bien vouloir vous inscrire auprès de Armelle Revirieux (armelle.revirieux@univ-pau.fr) avant le 24 avril, 12h.

L’autre visite commentée est ouverte à toutes et à tous. Elle sera assurée le 28 avril à 16 h.

Des textes de présentation des œuvres, rédigés par des étudiantes des masters « Histoire, civilisations, patrimoines » et « Patrimoine et musées » sont disponibles à l’entrée du Bel Ordinaire. Vous pouvez également les télécharger, directement sur le site du Bel Ordinaire : Fiche de salle

Penser les identités dans la mondialisation

Séminaire doctoral interdisciplinaire

 9h 00 – 13h 00

Amphithéâtre de la Présidence

 

Ce séminaire doctoral interdisciplinaire est organisé sous l’égide de la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages et de l’Ecole doctorale des Sciences Sociales et Humanités, avec le soutien des Laboratoires ITEM et ALTER de l’UPPA.

Les questions introductives à ce séminaire doctoral s’entendent de la manière suivante : comment penser et repenser les identités et les appartenances culturelles dans la mondialisation, lorsque les disciplines des sciences sociales et humaines notamment sont calées sur la dimension nationale et étroitement liées à la construction des Etats-Nations ? Comment penser nos modes d’organisation à l’échelle globale à partir de micro-échelles ? Et quels liens établir entre identité et mondialisation ? De manière générale, l’identité est à la fois pour les individus, une catégorie de pratique et une catégorie distinctive d’analyse, de catégorisations des personnes et de classification des choses auxquelles chaque individu recourt pour catégoriser ; c’est-à-dire opérer des classements sociaux, soit de façon subjective, soit de manière objective selon ses représentations culturelles et sociales du monde. Or, le développement de nouvelles cultures planétaires portées par le cosmopolitisme et les divers métissages contemporains conduit par ailleurs à la production de nouvelles identités transnationales, transfrontalières et déterritorialisées. Cette connexion du local et du mondial[1] a des incidences sur les constructions identitaires dans le contexte de la mondialisation contemporaine.

PROGRAMME

-Pr. Christine LE QUELLEC COTTIER, Université de Lausanne (Suisse)

Identités et appartenances culturelles : repenser les jalons de l’histoire littéraire francophone africaine »

-Pr. Jacques JAUSSAUD, CATT- Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Firmes multinationales et contraintes locales : quelques questions d’identité

-Pr. Abel KOUVOUAMA, ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Métamorphoses des identités : mondialisation et transnationalisation

 

[1]  Lire notamment Jean Copans, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines », Paris, Armand Colin, collection 128, 2006.

Penser, traduire et transmettre l’artefact dans ses facettes multiples

Séminaire pluridisciplinaire

 

Penser, traduire et transmettre l’artefact dans ses
facettes multiples.
Production et échange interdisciplinaire et transfrontalier,
de l’Antiquité à nos jours

 

12 et 13 avril 2018
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence

 

 

Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches.
Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ?
Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d’action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ?
Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

 

 

Pour visionner le séminaire:

 

Contacts :
giuseppe.indino@univ-pau.fr
joelle.sauces@univ-pau.fr

 

Le rôle social du chercheur

Séminaire doctoral
La Recherche Universitaire en Transition(s)

De 9h30 à 12h30
Salle des thèses, Bâtiment DEG
Ecole Doctorale Sciences sociales
et Humanités (ED 481)

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des  Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème « La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux ».

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’ Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités,ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Voir le programme

Organisateurs: : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contacts: laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh @ univ-pau.fr

 

Art participatif, collectif citoyen

 

JOURNEE D’ETUDE JEUDI 22 MARS

(coordination Sabine FORERO – Pascale Peyraga)

« Art participatif collectif citoyen : quels noms pour de nouvelles pratiques » ?

PROGRAMME

MATIN
• 10h45 Ouverture de la journée d’étude
Sabine Forero Mendoza – ITEM , Pascale Peyraga – ALTER
• 11h Volmir Cordeiro – Interprète et chorégraphe brésilien
• 11h40 Klaus Fruchtnis – Artiste digital et chercheur franco-colombien
Art Participatif et Citoyen : Quelles formes d’engagement ?
• 12h20 Discussion
• 12h45 Pause Déjeuner – Le Palmarium (42 bis Avenue Louis Sallenave, Pau)
APRÈS-MIDI
• 14h30 Sarah Montero – Maître de Conférence, PASSAGES, Université de Bordeaux
Projets artistiques citoyens : des formes d’expression partagées et des moyens pour l’action collective dans la cité
• 15h10 Pierre Marsaa – Responsable de l’association Pointdefuite, plateforme agréé des Nouveaux Commanditaires en Nouvelle Aquitaine
Les Nouveaux Commanditaires
• 15h50 Anne-Laure Boyer – Artiste plasticienne, Bordeaux
Mémoire des lieux délaissés et collecte de paroles
• 16h30 Discussion

Argumentaire

Programme

PASSAGES ET FRONTIÈRES EN AQUITAINE

COLLOQUE PASSAGES ET FRONTIÈRES EN AQUITAINE :
expériences migratoires et lieux de transit
22-23 mars 2018
UPPA, Amphithéâtre de la Présidence
JEUDI 22 MARS
9 h Accueil
9 h 30 Ouverture du colloque
               Mohamed Amara (Président de l’UPPA),
               Laurent Dornel (MCF histoire contemporaine, UPPA),
               Katia Kukawka (directrice adjointe du musée d’Aquitaine),
               Manuel Dias (Président du Rahmi)

 

9 h 45 Frontière
Présidence : Roberto Ceamanos
9 h 45 Benjamin Duinat (doctorant EPHE & Complutense Madrid, ATER, Université de Poitiers),
« À la fois séparative et imperceptible ? La frontière franco-espagnole et les populations bascophones au prisme de la mobilité nuptiale (1780-1920) »
10 h 15 Pablo Aguirre (doctorant, Université de Sarragosse), « Les sentiers du secours. Frontière, population et réseaux de désertion dans le département de Basses-Pyrénées (1914-1918) »
10 h 45 Diego Gaspar (post-doctorant, Université d’Alcalà, Madrid), « Contrebandiers, passeurs, espions et fugitifs : les Pyrénées, frontière perméable. 1939-1945 »
11 h 15 – 11 h 30 Pause
11 h 45 Rosa Arburua (docteure en Philosophie et Sciences de l’éducation, Université du Pays Basque), « Frontière du pays basque. Le passage clandestin des Portugais »
12 h 15 Alexandre Dupont (MCF, Université de Strasbourg),
« Frontière, illégalité et politique. La fortune littéraire et politique du contrebandier Ganich de Macaye »
12 h 15 – 12 h 45 : Discussion
13 h Déjeuner

 

14 h 15 Lieux
Présidence : Manuel Dias
14 h 20 Chabier Gimeno (chercheur en sociologie et travailleur social, Université de Saragosse),
« Lieux d’accueil et passage : les centres de protection de mineurs »
14 h 50 Victor Pereira (MCF, UPPA),
« Hendaye, porte d’entrée des Portugais en Aquitaine »
15 h 20 Emmanuel Filhol (MCF honoraire, Université de Bordeaux),
« Surveiller et contrôler. Prisonniers de guerre, civils et travailleurs étrangers en Gironde pendant la Grande Guerre »
15 h 20 – 15 h 40  Pause
Présidence : Victor Pereira
15 h 45 Leila Sadel (photographe),
« Un intérieur ailleurs : quelques lieux précis »
16 h 15 Katia Kukawka,
«Citoyen ? Militant ? Le musée d’Aquitaine et la question migratoire»
16 h 45 – 17 h 15 : Discussion

 

VENDREDI 23 MARS
               9 h 30 Accueil

 

10 h Circulations
Présidence : Laurent Jalabert
10 h Adèle Sutre (docteure en géographie, EHESS, agrégée dans le secondaire),
« S’ancrer dans le passage. Circulations et inscriptions territoriales de familles tsiganes dans le sud-ouest français (1880-1950) »
10 h 30 Roberto Ceamanos (enseignant-chercheur, Université de Saragosse),
« En tránsito. El exilio revolucionario de Octubre de 1934 en los Pirineos Atlánticos »
11 h Javier Mur (doctorant, Université de Saragosse & UPPA), « L’Institut français de Saragosse et le rayonnement français au-delà des Pyrénées. Histoire d’un passage culturel »
11 h 30 Gabriela Ziakova (Département d’études germaniques et slaves, Université Bordeaux Montaigne, présidente de l’ Association Slovaquitaine à Bordeaux),
« Le visage multiple de l’immigration tchèque et slovaque ainsi que de son tracé en Aquitaine avant et après la Première guerre mondiale »
12 h – 12 h 30 : Discussion

12 h 45 Déjeuner

   14 h Migrantes
Présidence : Laurent Dornel
14 h Mathilde Belaval (masterante 2, Université Toulouse Jean Jaurès),
«L’émigration des Italiennes, Espagnoles et femmes d’Europe centrale vers le Sud-Ouest de l’entre-deux-guerres»
14 h 30 José Perales (enseignant-chercheur, Université Publique de Navarre),
« Le voyage des Hirondelles navarraises et aragonaises à Zuberoa »
15 h Thérèse Auclair (cofondatrice de la Maison des Femmes du Hédas, présidente du Réseau national, Femmes Inter Associations /Inter Service Migrants).
Présentation et projection du film de Bertille Bak, Figures imposées.
15 h 30 – 16 h : Discussion et conclusions du colloque

 

Télécharger le programme

Contact
laurent.dornel@univ-pau.fr
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Avenue de l’Université
BP 576
64012 PAU cedex

 

Photographies de couverture : © Leila Sadel

Espaces urbains & réalisme social. Antonio Ferres

Séminaire International

UNIVERSITÉ DE PAU
ET DES PAYS DE L’ADOUR
Collège SSH – Salle du Conseil
Bâtiment LLSH

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

21 MARS 2018

15h00-16h00 – Session 1
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza)
La ciudad simbólica. Notas sobre Ferres, Zúñiga y el realismo social
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La ciudad amenazante. Crónica de un fabricante de perfumesDébat. Pause café
16h30-17h30 – Session 2
Javier Feijoo (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Antonio Ferres y Ramiro Pinilla: escritura y compromiso
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia)
Simbolismo social en La piqueta de Antonio Ferres
Débat


22 MARS 2018

9h30-10h30 – Session 3
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)
Los viajes de Antonio Ferres: ciudades y campos
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Cartografias urbanas en la obra de Antonio Ferres
Débat. Pause café
11h00-12h00 – Session 4
Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
París y otras ciudades, de Antonio Ferres
José Antonio Escrig (Universidad de Zaragoza)
Antonio Ferres y el teatro para niños

 

Télécharger le programme

Plus d’information sur le programme de recherche

Organisé par :
Réseau TCT,
Projet Espaces urbains – Département 64,
Projet GENUS NOVEL 17-82.662-P
Gobierno de España (Universidad de Zaragoza

 

Exposer / Être exposée

Journée étude

Longtemps, les femmes artistes ont travaillé dans le secret des ateliers, le plus souvent anonymement. À partir des années 60, non sans efforts et provocations, elles ont commencé à gagner le devant de la scène ; aujourd’hui, elles sont au moins aussi nombreuses que les hommes à embrasser la carrière artistique et à y révéler leur talent, mais les relais institutionnels peinent encore à suivre le mouvement et à assurer leur visibilité…

La journée d’étude « Exposer/être exposée » vient clôturer le cycle de recherche Artistes-femmes : les formes de l’engagement mené par la Fédération Espaces-Frontières-Métissages de l’UPPA (laboratoires LLCAA/ALTER et ITEM) et par l’École d’Art des Pyrénées entre 2016 et 2018.

Faisant suite aux journées « Artistes-femmes : les formes de l’engagement » (4 février 2016) et « Femmes dans la cité » (17 mars 2017), ce dernier volet réunira des professionnels du monde de l’art (commissaires d’expositions, critiques d’art, responsables institutionnels), des enseignants-chercheurs et des artistes. Il mettra en regard le point de vue des commissaires et celui des artistes elles-mêmes, pour se concentrer sur les questions de la muséographie, de l’exposition et du collectionnisme, et évaluer plus largement la reconnaissance et la visibilité données aux créations des femmes par le monde de l’art.

La journée d’étude sera précédée, la veille à 19h, du vernissage de l’exposition Manière de faire, manière d’agir (Le Bel Ordinaire, Centre d’art contemporain), organisée conjointement au cycle de recherche.

Elle sera suivie, le mercredi 7 mars à 18h (Le Bel Ordinaire), d’une performance proposée par Aline Ribière : La Robe du Japon.

 

Télécharger le détail des manifestations

 

Responsables scientifiques du programme :

–        Sabine FORERO MENDOZA (UPPA, laboratoire ITEM, EA 3002) – sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

–        Corinne MELIN (ESAP-site de Pau) – corimelin @ gmail.com

–        Pascale PEYRAGA (UPPA, laboratoires LLCAA, EA 1925 et ALTER) – pascale.peyraga @ univ-pau.fr

 

Un partenariat entre Le Bel Ordinaire et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Avec le soutien du CNAP, des Fracs Franche-Comté, Normandie-Rouen, Lorraine, Pays de Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Intime, vie privée, données à caractère personnel

Intime, vie privée, données à caractère personnel :
problématiques et enjeux actuels

Séminaire doctoral transdisciplinaire
8 mars 2018
Collège SHH – Salle du Conseil
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Collège doctoral ED 481 / ED 211
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Master « Histoire, Civilisations, Patrimoine »

Laboratoires ALTER, IE2IA, ITEM, LIUPPA

Ce séminaire s’intègre dans le programme de recherche « Figures et frontières de l’intime » de la fédération EFM (laboratoires ALTER
et ITEM).


Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes
à de constants déplacements. Ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privés et communs dans des pratiques
sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ?
Profondément transdisciplinaire, le programme privilégie par ailleurs une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

M. Braud (PR, Littérature française – ALTER), S. Forero Mendoza (PR, Histoire de l’art, Esthétique – ITEM), N. Mékouar-Hertzberg
(PR, Littérature et civilisation espagnoles – ALTER) sont les responsables du projet recherche « Figures et frontières de l’intime».

Voir le programme

Contacts :
Michel Braud : michel.braud@univ-pau.fr
Sabine Forero Mendoza : sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Nadia Mékouar-Hertzberg : nadia.mekouar@univ-pau.fr

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique
Éditions électroniques d’actes royaux et princiers

 

Vendredi 16 mars 2018 de 09h00 à 18h00
École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Delisle)

Le projet de recherche Acronavarre, sélectionné par l’Agence nationale de la recherche, réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra). Il ambitionne de recenser et d’éditer numériquement les quelque
7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Il s’inscrit dans une longue tradition d’éditions de corpus d’actes royaux et princiers du Moyen Âge. La validité de ces corpus fait l’objet d’un engouement renouvelé, tant en raison d’un
retour aux sources de la part des historiens que du développement des outils numériques. Ces derniers ont bénéficié des corpus existants pour tester des méthodes et des techniques. En
retour, les potentialités des nouveaux outils (web sémantique, interopérabilité) obligent à concevoir autrement la constitution de ces corpus. Comment les historiens des époques médiévale
et moderne s’en saisissent-ils (s’ils s’en saisissent) ? Quelles sont leurs attentes ? Leurs espoirs ? Leurs déceptions ? Ces nouveaux territoires de la connaissance historique seront au cœur du séminaire du 16 mars 2018.

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

 

PROGRAMME

9 h Accueil des participants
9 h 15 Introduction et présentation
par Philippe Chareyre | Université de Pau et des Pays de l’Adour et Olivier Poncet | École nationale des chartes – Université PSL

 

1. Éditer des corpus : expériences et expérimentations
Modérateur : Laurent Morelle | École pratique des hautes études – Université PSL

9 h 30 The Henry III Fine Rolls Project
par David Carpenter | King’s College London et Paul Dryburgh | The National Archives
10 h 15 Pour une nouvelle appréciation des index : des projets innovants sur une base traditionnelle, autour des Regesta Imperii
par Gerhard Lubich | Ruhr-Universität Bochum
11 h 10 “A murky ocean of papers…” : Digitizing the Medici Archive (1370s-1743)
par Antonio Assonitis | Medici Archive Project, Florence
11 h 50 Éditions ou données ? API et (re)publications
par Vincent Jolivet | École nationale des chartes – Université PSL

 

2. Explorer des corpus : attentes et réalisations
Modérateur : Jean-Baptiste Camps | École nationale des chartes – Université PSL

14 h La paléographie et la diplomatique numériques pour l’exploitation de corpus de chartes : l’exemple de “Models of Authority”
par Peter Stokes | École pratique des hautes études – Université PSL
14 h 40 L’apport des éditions électroniques à l’étude diplomatique : l’exemple d’une recherche sur l’influence des chancelleries royales
par Els De Paermenter | Universiteit Gent
15 h 20 Vie et mort des formules : l’analyse des clauses (XIIIe-XVe siècle)
par Olivier Guyotjeannin | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 15 Quantifier la tradition des actes : l’activité de la chancellerie des derniers Capétiens à l’aune du catalogue de leurs actes
par Olivier Canteaut | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 55 Digitizing charter images : benefits and pitfalls
par Georg Vogeler | Universität Graz
17 h 35 Discussion finale

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.