Archives par mot-clé : featured

BDA 2018

Les 34-èmes journées de la conférence « Gestion de Données – Principes, Technologies et Applications » (BDA 2018), rendez-vous incontournable de la communauté gestion de données en France, auront lieu cette année en Roumanie, du 22 au 26 octobre 2018, à l’Université Politehnica de Bucarest.

Cette édition est organisée à Bucarest en collaboration avec la Faculté d’Automatique et Informatique de l’Université Politehnica Bucarest, à l’initiative des chercheurs roumains, nombreux et actifs dans la communauté scientifique française en gestion de données. Elle met à l’honneur les liens entre les deux communautés scientifiques nationales dans ce domaine et offre l’opportunité de mieux se connaitre, de renforcer ces liens, de découvrir une culture, un pays.

Retrouver le programme : https://bda2018.ensea.fr/programme/

A noter (dans le cadre des programmes FEDER TCV-PYR :

Session 6 : Corpus, versioning

Mercredi 24 octobre, 13h30-15h00

Tiphaine Van De Weghe, Marie-Noëlle Bessagnet and Philippe Roose. Des données particulières : les données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales

Un monde en Transition(s) ?

Dossier spécial : Un monde en Transition(s) ?

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.
Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html

 

Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

 

Rostros judíos del Occidente medieval

45 semana internacional de estudios medievales de Estella

Centro Cultural Los LLanos – Paseo los Llanos
Estella, Espagne (31200)

17-20 juillet 2018

La semaine internationale des études médiévales d’Estella traite pour la première fois le sujet des communautés juives au Moyen-âge en Occident, dont l’étude a été à l’origine d’une vaste production historiographique liée à la vie sociale, culturelle, économique et politique de toute l’Europe. Les profils, les lumières et les ombres, les visages de ces communautés articulent cette nouvelle édition à partir de l’histoire de la culture juive, son insertion physique et mentale dans les mondes médiévaux, sa présence dans les modes de vie de la période et les images qui y ont été produites et qui ont intégré le patrimoine culturel collectif. Un exercice d’histoire et de mémoire sur le récit de l’exile séfarade ouvre les séances, dédiées aux modes d’intégration ou d’exclusion de ces communautés et leurs manifestations matérielles et culturelles.

https://www.navarra.es/home_es/especial/SemanaEstudiosMedievales/

Programa SIME2018-ENG-FR-v2

Emancipating Calvin

Emancipating Calvin . Culture and Confessional Identity in Francophone Reformed Communities

The eleven essays in Emancipating Calvin: Culture and Confessional Identity in Francophone Reformed Communities demonstrate the vitality and variety of early modern Francophone Reformed communities by examining the ways that local contexts shaped the reception and implementation of reforming ideas emanating especially from John Calvin and the Reformed church of Geneva. The articles address three main themes important for understanding the development of Reformed communities: the roles of consistories in Reformed churches and communities, the development of various Reformed cultures, and the ways in which ritual and worship embodied the theology and cultural foundations of Francophone Reformed churches. This Festschrift honors the pioneering work of Raymond Mentzer and reflects his influence in modern Francophone Reformed studies.

Part 1: Consistories

4 On Consistorial Diversity       (p. 60-81)
Philippe Chareyre
Translated by Karin Maag

  • ISBN:978-90-04-36341-0

Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde « renversé »

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Parution d’ouvrage :

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Par Viviane Delpech (dir.)
Préface Ismael Manterola

Phénomène essentiel de l’histoire contemporaine du Pays Basque, la diaspora basque fait ici l’objet d’une approche inexplorée à travers le prisme de l’histoire de l’art. Arboglyphes des bergers dans l’Ouest américain, stéréotypes du pastoralisme dans le cinéma hollywoodien et les monuments hommage, architecture vernaculaire exportée, mais aussi oeuvres d’art avant-gardistes et constructions modernistes, les témoignages diversifiés et diachroniques de l’émigration basque dans les arts soulèvent des questions identitaires, historiques et esthétiques.

Rassemblant treize contributions inédites, cet ouvrage vise à éclairer l’histoire des migrations d’un jour nouveau tout en faisant émerger les apparents paradoxes d’une communauté en exil partagée entre traditionalisme et quête de progrès. Au-delà du
régionalisme, cette étude artistique interroge les processus et les conditions de création, le rapport à l’altérité et au sol natal, la construction de l’identité et de la mémoire pour embrasser, en définitive, des questionnements à la portée universelle.

www.editions-kilika.fr

Prix : 25 €
ISBN : 979-10-94405-19-2

320 pages

Langues : La préface, l’introduction et
les résumés sont proposés en français,
basque, espagnol et anglais.
Les textes sont dans leur langue
d’origine.
Photographies : 160

Une présentation de l’ouvrage aura lieu le 10 juillet 2018 à 18h30 au Musée Basque à Bayonne en présence des auteurs.

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Soutenance de thèse : Franck Delorme

AVIS de soutenance de Thèse
—-

Franck DELORME

 

soutiendra sa thèse de doctorat  en Histoire de l’Art

le  29 juin 2018 à 14h00

à L’UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
Salle du Conseil –
Bâtiment Lettres


Directeur de thèse :  M. Dominique DUSSOL

Laboratoire : ITEM

Sujet de la thèse :

« Édouard Bauhain et Raymond Barbaud, parcours croisés de deux architectes, de la Belle Époque à l’Entre-deux-guerres »

Parution : Le Livre noir de Salies (1517-1684)

Sous la direction de Jacques STAES, Benoît CURSENTE, Maurice ROMIEU et Jacques PONS

Publication intégrale annotée et commentée, éditée par la SSLA Pau Béarn

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Ne comptant pas moins de 347 actes, il est riche d’une ample moisson d’informations inédites dont 86 actes de réception de « voisins » et la vivante évocation de la vie fébrile, au quotidien, d’une communauté protestante au temps de Jeanne d’Albret, entre 1564 et 1569.

Un long et patient travail a été nécessaire pour établir et présenter le texte, dans son intégralité, de façon à rendre accessible au plus grand nombre un document aux allures d’ésotérique grimoire.

On trouvera donc :

– la transcription scientifique du texte intégral du manuscrit, avec analyse détaillée du contenu de chacun des actes,

– une présentation liminaire du document, de son contexte et de sa langue,

– un ensemble d’annexes comprenant des repères chronologiques, des cartes de situation, un glossaire complet, une présentation des monnaies utilisées dans les actes, un index thématique et la reproduction en fac-similé de la première édition imprimée du règlement de la Fontaine salée, avec sa traduction en français.

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Télécharger le bon de commande

 

Chantier d’histoire, Projet E2S- UPPA

Projet lauréat E2S- UPPA Innovation pédagogique 2017

 

Présentation du projet

Sur le principe des chantiers archéologiques, qui font participer des étudiants à la vie d’une équipe de recherche, le chantier d’histoire est un stage en immersion en archives d’une huitaine de jours. Les objectifs principaux attendus étaient:

–          une formation en paléographie de l’époque médiévale au XIXe siècle

–          la formation par la pratique à la confection de bases de données, à la mise en application des SIG

–          un travail collectif de dépouillement qui s’intègre à une recherche pluridisciplinaire alliant le travail des textes, une pratique du terrain, des visites de sites ou de fonds remarquables

–          Initiation aux humanités numériques

Ce mode de formation par la recherche, expérimenté ici dès la Licence et en lien avec le Master, est un projet lauréat E2S- UPPA Innovation pédagogique 2017.

 

Public visé

 L3 Licence Histoire / M1 et M2 de deux Master (HCP et Patrimoine et Musée)

Cette formation immersive a été proposée aux étudiants de L3 inscrits à l’Atelier de l’historien (L3 Parcours Enseignement et Recherche, aux étudiants de M1 et M2 du Master HCP, parcours Histoire-Anthropologie, sur la base du volontariat (en fonction de leur sujet), aux étudiants de M1 et M2 Master Patrimoine et Musée, sur la base du volontariat (en fonction de leur projet).

 

Cadre pratique

Le stage est organisé et encadré par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du département d’Histoire, du laboratoire ITEM, en collaboration avec des fonds d’archives et des collectivités, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège. Celles-ci ont accueilli matériellement les stagiaires du 26 février au 2 mars 2018.

L’un des intérêts majeurs du chantier d’histoire a donc été de faire découvrir ce qu’est la recherche en L3, de former par la recherche en L3 et en Master (ici une recherche collective, active, intensive, pratique et encadrée).

D’autre part, alors que la nouvelle organisation de l’établissement vise à séparer administrativement les niveaux undergraduate et graduate, ce projet vise à établir des passerelles, par un projet pédagogique et innovant, pour permettre la cohésion disciplinaire et humaine, en rapprochant les étudiants de 3e année de Licence, souhaitant se tourner vers la recherche, des étudiants de Master déjà engagés dans cette voie, ou engagés dans la formation aux métiers du patrimoine. Au-delà du côtoiement, les étudiants ont appris à travailler sur un projet en équipe, au contact de professionnels.

 

Valorisation, médiation

  • Lettre de l’Upp@, n° 133, 2 mai 2018, Texte rédigé par V. Lamazou-Duplan en collaboration avec deux étudiantes de M2 HCP (L. Cabaret et C. Gigault, en stage labo, mars et avril 2018). Commande : un texte grand public et pour la communauté universitaire non spécialiste.
  • Vidéo réalisée par ARTICE. Captation de quelques moments de la semaine immersive aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège : l’équipe au travail, entretiens avec des étudiants et des archivistes formateurs.

– Lien YouTube https://youtu.be/X_s7zXF-aog (chaîne UPPA)

– Lien Mediakiosque : https://mediakiosque.univ-pau.fr/video/5433-chantier-dhistoire/

La vidéo sera également déposée sur la chaîne E2S-UPPA sur YouTube.

  • Galerie photos de la semaine immersive en archives (Pau et Foix). Sera prochainement disponible sur le site ITEM.

Valorisation scientifique

  • Numérisation d’archives par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa, par les étudiants participants
  • Réalisation d’un poster scientifique trilingue (français, anglais, espagnol) réalisé par un étudiant M2 HCP (J.C de Barutell, stage labo (mars 2018). Sera prochainement imprimé et également disponible sur le site ITEM.
  •  Rapport scientifique rédigé par les étudiants, relu par les formateurs. Prochainement disponible sur le site ITEM.
  •  Travail et résultats des binômes étudiants : dossiers scientifiques, transcriptions, bases de données, cartographie… Relectures et corrections des transcriptions par les formateurs et les étudiants de M2 en stage labo (L. Cabaret, JC de Barutell, C. Gigault, L. Lefort, mars-avril 2018). Ces matériaux feront l’objet à terme d’une édition numérique (base de données documentaire, édition en ligne) destinée à la communauté scientifique.
  •   Publication scientifique à venir, dans une revue liée au CTHS, automne 2018.

 

Le projet, validé, est porté par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge. Tel. (secrétariat du département Histoire, Licence) : 05 59 40 73 14

La vie en Gascogne à l’époque des bastides

Parution d’ouvrage :

La vie en Gascogne à l’époque des bastides : marchés et libertés

Sous la direction de Jean-Paul Valois

Avec les contributions de : Monique Bourin, Alain Champagne, Benoît Cursente, Thierry Issartel, Mireille Mousnier, Judicaël Petrowiste.

Pendant la grande croissance du Moyen Age, du XIe au XIVe siècle, s’épanouissent simultanément les premières libertés bourgeoises et une première économie de marché. Les historiens ont récemment renouvelé la vision de ce moment fondateur. Ils ont ici la parole. Que savons-nous dans le Sud-Ouest des marchés et de la vie économique? Comment notre notion moderne de « libertés » était-elle ressentie et vécue par les habitants, dans les bastides par exemple?

Editeurs : Bastides 64 et Cercle Historique de l’Arribère

ISBN : 978-2-918404-29-3

221 pages, 12 EUR

mai 2018

Voir le sommaire

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Joseph Peyré: un francés de alma española

Homenaje a Joseph Peyré en el 50 aniversario de su muerte

12 de Junio de 2018

Madrid – Instituto Cervantes

Biblioteca del Instituto Cervantes, C/ Barquillo, 6
9h30 Inauguración

10h00 – 11h30 Primera Sesión – EN TORNO A LA NOVELA
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza) – La novela según Joseph Peyré
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza) – Joseph Peyré en su Une fille de Saragosse
Maria Antonia Martín Zorraquino (Universidad de Zaragoza) – Une fille de Saragosse (1957) de Joseph Peyré vista desde una perspectiva sociolingüística
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia) – El personaje femenino en Roc-Gibraltar de Joseph Peyré

Debate – Pausa

12h00-13h30 Sesión 2 – LA TAUROMAQUIA
José Miguel González Soriano (Universidad Complutense de Madrid) – Joseph Peyré y Chaves Nogales: la adaptación de Juan Belmonte, matador de toros
Borja Gutiérrez (Universidad de Cantabria) – Jorge Juan, tragedia taurina. Un cuento de Peyré en la prensa española
Alberto González Troyano (Universidad de Cádiz) – Los tópicos andaluces en Sang et lumières
Eneko Lorente (Universidad del País Vasco) – Sangre, luces y sombras. Una mirada fílmica de la España de los 50

Debate – Almuerzo

16h00-17h30 Sesión 3 – OTRAS ESPAÑAS
Henry Daniel Pageaux (Université Sorbonne Nouvelle) – Otra España de Joseph Peyré : Gibraltar
Fátima Halcón (Universidad de Sevilla) – Joseph Peyré en Sevilla
Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour) – Joseph Peyré y J. L. Ortiz de Lanzagorta: miradas cruzadas en torno a La pasión según Sevilla
Raquel Gutiérrez (Universidad de Cantabria) – Hombre y la tierra vasca en la novela de Joseph Peyré

Debate

17h30-19h00 Sesión 4 – ESPAÑA EN GUERRA
Enrique Rubio Cremades (Universidad de Alicante) – Cádiz en la Guerra de la Independencia: la novela de Joseph Peyré Las murallas de Cádiz
María Ángeles Ayala (Universidad de Alicante) – Galdós y Peyré: dos perspectivas de la batalla de Bailén
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour) – Joseph Peyré, novelista pionero de la revolución de Asturias
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour) – Joseph Peyré, entre dos guerras

Debate – Pausa

Salón de Actos del Instituto Cervantes, entrada por C/Barquillo, 4
19h30 DOCUMENTAL Y MESA REDONDA

• Jospeh Peyré : escritor, bearnés y humanista. (Joseph Peyré : écrivain, béarnais, humaniste), 26 minutos (VO en francés, subtitulado), Documental de Pierre Peyré (Université de Pau et des Pays de l’Adour), montado por Dominique Gautier, en la voz de Jacques Dufilho. Centre national de documentation pédagogique, 1992.
• Mesa Redonda : Joseph Peyré: España de mi corazón. Intervienen: Pierre Peyré, Christian Manso, Henri-Daniel Pageaux. Modera : Dolores Thion Soriano-Mollá.

Télécharger le programme

 

Antonio Ferres, la ciudad y el realismo social

Miércoles 13 de junio, Instituto Cervantes
Bilbioteca del Instituto Cervantes, C/ Barquillo, 6

 

16:30 Inauguración

17:00 – 19:00 Primera Sesión: El viaje y la ciudad

Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)
“Los viajes de Antonio Ferres: ciudades y campos”
Henry Daniel Pageaux (Université Sorbonne Nouvelle)
“Por las ciudades y tierras de Andalucía entre testimonio y memoria : Una lectura de Tierra de olivos de Antonio Ferres”
Raquel Gutiérrez Sebastián (Universidad de Cantabria)
“Ciudades encontradas e invisibles de Antonio Ferres, Italo Calvino y Pedro Cano”
Borja Rodríguez (Universidad de Cantabria)
“Antonio Ferres, ciudades de cuento”
José Antonio Escrig (Universidad de Zaragoza)
“Símbolos tradicionales: el teatro para la infancia de Antonio Ferres”

Debate

19:30
Mesa Redonda
Salón de Actos del Instituto Cervantes, entrada por C/Barquillo, 4

“Antonio Ferres: Seis décadas de novelas, cuentos y poemas”
Intervienen: Francisco García Olmedo, Javier Lostalé, Gustavo Martín Garzo y Manuel Rico.
Modera: Javier Santillán

Jueves 14 de junio, Saint Louis University, Madrid Campus
San Ignacio Hall, C/ Amapolas, 3

10:00 – 12:00
Segunda Sesión: Cartografía urbana

Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
“La ciudad amenzante. Crónica de un fabricante de perfumes”
Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
“París y otras ciudades, de Antonio Ferres”
Eneko Lorente (Universidad del País Vasco)
“Realismo e imaginarios de la ciudad convulsa”
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
“Cartografias urbanas en la obra de Antonio Ferres“
Debate

Pausa

12:30 – 13:45 Tercera Sesión: El entorno

Javier Feijoo (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
“Antonio Ferres y Ramiro Pinilla: escritura y compromiso”
Cristina Suárez y María Álvarez Villalobos (Universidad de Alcalá de Henares)
“Antonio Ferres y la censura”
Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
“¿Pertinencia del peritexto en la traducción francesa de Los vencidos?”
Epicteto José Díaz Navarro (Universidad Complutense de Madrid)
“Los mundos posibles de Juan García Hortelano”
Debate
16:00 – 18:00
Cuarta Sesión: Realismo y simbolismo
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza)
“Ferres, Zúñiga y el realismo social”
Ángeles Encinar (Saint Louis University, Madrid Campus)
“Juan Eduardo Zúñiga, Antonio Ferres y Antonio Núñez: voces alejadas del foco”
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia)
“Simbolismo social en La piqueta de Antonio Ferres”
Fermín Ezpeleta (Universidad de Zaragoza)
“El camión: ¿una novela desconocida en la estela de La piqueta y La mina?”

Debate y Clausura

Directores:
Dolores Thion Soriano-Mollá, Luis Beltrán Almería y Ángeles Encinar.
Organizan:
Instituto Cervantes, Saint Louis University, Madrid Campus, Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM. Projet Espaces urbains CG-64), Proyecto GENUS NOVEL FFI2017-82.662-P Gobierno de España (Universidad de Zaragoza).

 

Programa seminario Antonio Ferres