Tous les articles par Joëlle Saucès

Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Age

Le 2 mai 2022

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai 2022, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence donnée par Eloísa Ramírez Vaquero, Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA, professeur invitée au laboratoire ITEM du 02 au 06 mai 2022. 

Conférence à l’attention des étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Eloísa RAMIREZ VAQUERO Professeur invitée

Du 2 mai 2022 au 6 mai 2022

Eloísa Ramírez Vaquero, catedrática à l’Universidad Pública de Navarra (UPNA)

Professeure invitée au laboratoire ITEM du lundi 2 au vendredi 6 mai 2022

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 2 au 6 mai 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), au sein d’un laboratoire avec qui elle a déjà de nombreuses fois travaillé en étroit partenariat. Citons entre autres :

  • Avec V. Lamazou-Duplan, 2008-2010, programme Aquitaine-Navarre, Les cartulaires des rois de Navarre, prolongé au sein de plusieurs programmes ibériques. Résultats : deux journées d’études (publiées aux PUPPA), publication des cartulaires des rois de Navarre (entre 2010 et 2016), une exposition transfrontalière montée à Pau puis à Pampelune (2010-2011)
  • Avec V. Lamazou-Duplan, 2013-2015, programme international Archives familiales… / ARCHIFAM (Casa de Velázquez). Résultats : séminaires et colloques, dont les résultats ont été publiés aux éditions de la Casa de Velázquez en 2021.
  • Avec Ph. Chareyre, 2017-2022, programme ANR AcroNavarre. Résultats : plusieurs colloques dont les travaux ont été publiés aux PUPPA ou sont encore sous presse…

AGENDA

Elle participera à des réunions de travail et séminaires, interviendra lors de conférences destinées aux étudiants et chercheurs :

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence pour les étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Trabajando con testamentos e inventarios de bienes: Navarra s. XIII-XIV

Jeudi 5 mai 2022, Jeudi d’ITEM, à 16h. En présentiel (salle Bulle, Bibliothèque Universitaire) ou en distanciel via lien Teams.

Conférence ouverte aux chercheurs de l’UPPA, aux étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence.

Résumé :

Testamentos e inventarios de bienes resultan fuentes bien conocidas, aunque utilizadas de manera desigual y diversa. Los primeros, sobre todo, desde un punto de vista jurídico o desde la perspectiva de las mentalidades y actitudes ante la muerte. Los segundos, en general como simples apéndices de otro tipo de acciones jurídicas (embargos, ejecuciones testamentarias). El objetivo aquí es presentarlos como instrumentos de trabajo relacionados con la vida de las personas (en este caso del mundo urbano), analizando los objetos y su relevancia para el dueño; o los espacios vitales que esos inventarios y testamentos muestran.

Les testaments et les inventaires de biens sont des sources bien connues, bien qu’elles soient exploitées de manière inégale et de différentes façons. Les premiers, surtout, d’un point de vue juridique ou dans la perspectives d’une histoire des mentalités et des attitudes face à la mort. Les seconds sont en général considérés comme de simples annexes à d’autres types d’actions en justice (saisies, exécutions testamentaires). L’objectif ici est de les présenter comme des instruments de travail liés à la vie des gens (dans ce cas dans le monde urbain), en analysant les objets et leur pertinence pour leur détenteur, ou pour les espaces de vie que ces inventaires et testaments révèlent.

Femmes et enfants en exil en Europe – Delphine Diaz

L’UTLA, la vice-présidence Animation et vie des campus et le laboratoire ITEM vous invitent à la conférence de Delphine Diaz
 
Femmes et enfants en exil en Europe, XIXe-XXe siècles. Une histoire de protagonistes oubliés
 
 
4 mai à partir de 17h
Amphithéâtre de la présidence – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La conférence sera suivie d’une séance de dédicace

Résumé :

L’exode ukrainien met au premier plan des protagonistes oubliés des migrations contraintes : femmes et enfants qui ont quitté en masse leur pays envahi par le voisin russe. Si ces groupes n’ont pas toujours été majoritaires parmi les déplacés, exilés et réfugiés à l’époque contemporaine, l’actualité nous amène à nous interroger sur leur présence dans l’histoire européenne de l’exil. En commençant par éclairer les mobilités de proscrits et proscrites des années 1830, et en allant jusqu’au temps présent, cette conférence veut questionner la place occupée par les femmes et enfants : la façon dont les Etats les ont considérés ou non comme des “réfugiés”, les dispositifs particuliers adoptés à leur égard, les sources qu’ils ont laissées et qui nous permettent de reconstituer leurs itinéraires et leurs expériences migratoires dans toute leur singularité.

 

Présentation de la conférencière : 

Delphine Diaz est agrégée d’histoire, maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle a publié en 2014 Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle (Paris, Armand Colin, prix Augustin Thierry du Comité d’histoire de la ville de Paris en 2015). Elle a coordonné le programme ANR AsileuropeXIX qui a donné lieu à la publication d’un livre co-dirigé avec Sylvie Aprile, Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle (Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021). Elle est l’autrice d’En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours (Paris, Gallimard, collection « Folio », 2021).

La parure, entre identité et transgression

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Vendredi 22 avril 2022, de 9h à 17h, à l’Institut Claude Laugénie en salle Chadefaud ou par Teams,

Journée d’étude organisée par les étudiants de Master 2 Histoire Civilisations Patrimoine

PROGRAMME


9h00 Accueil du public

9h15 Introduction à la Journée d’étude

9h30 Maria Giuseppina Muzzarelli (Université de Bologne) Reconnaître par le vêtement : significations et conséquences – Quelques remarques introductives

10h15 Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne) Les bijoux de la dame de Jau : discussion autour des parures des femmes du haut Moyen Age comme marqueurs des identités

10h50 PAUSE

11h00 Clément Fabre (Université Paris I) S’habiller en Chine : les pratiques vestimentaires comme outils de catégorisation des résidents occidentaux dans la Chine du XIXe siècle

11h45 Elise Marcia  (Université Toulouse II) L’Arlésienne et son costume : la beauté en patrimoine

12h30 PAUSE DÉJEUNER

14h30 Marion Cazaux (UPPA) Figure Drag : vers une explosion du genre

15h15 Cécile Lagane (Université de Caen – ICL) Les éperons de cavaliers, de l’objet fonctionnel à la parure symbolique
d’un statut

16h15 Aslan Baturalp (Université Toulouse II) Masque à ras de … réel

16h50 Conclusion et Table ronde

Télécharger le programme

 

Des bombes en Polynésie. Les essais nucléaires français dans le Pacifique

Sous la présidence du général de Gaulle, la France se dote de la force de dissuasion convoitée depuis le début de la Ve République : des bombes bien plus puissantes que celle déployée à Hiroshima. À quel prix ? Les 193 essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 en Polynésie dans les atolls de Fangataufa et Moruroa ont bouleversé l’existence de l’ensemble des Polynésiens, contaminant certains par les retombées toxiques, dégradant des écosystèmes fragiles dans lesquels des déchets radioactifs ont été hâtivement jetés à la mer. Au long de cette gigantesque entreprise qui a mobilisé une centaine de milliers d’hommes et des milliards de francs, le mode de vie des habitants s’est trouvé transformé, des Marquises à Bora-Bora.
Depuis les hésitations des décideurs politiques métropolitains sur le choix du lieu – on a envisagé la Corse ou le Massif central pour les tirs souterrains, la Réunion et la Nouvelle-Calédonie pour les essais aériens – jusqu’aux conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques, en passant par le récit des oppositions, des contestations mais aussi des cohabitations et des rencontres, cet ouvrage, fruit de la collaboration de 15 chercheurs, historiens, géographes et anthropologues, lève le voile sur une période de l’histoire polynésienne et de l’histoire post-coloniale française trop longtemps demeurée sous le signe du secret.

Sous la direction de Renaud MELTZ et Alexis VRIGNON

Editions Vendémiaire

ISBN : 978-2-36358-381-9

COLLECTION CHRONIQUES

28 €
720 pages
Parution le 7 avril 2022

Le métier de sociologue selon Pierre Bourdieu

Rencontre avec Frank Poupeau – Librairie La Curieuse, Libraire Troquet Arudy

5 avril 2022  à 18h30

 

Franck Poupeau est sociologue, directeur de recherche au CNRS. Sous la direction de Pierre Bourdieu, il a d’abord travaillé sur l’école avec une thèse soutenue en 2001 : « Enseigner en « banlieue ». Sociologie de l’éducation et crise du système d’enseignement ». Puis son terrain de recherches s’est déplacé outre-Atlantique, avec des travaux sur les inégalités urbaines et politiques de l’eau en Amérique du Sud et aux Etats-Unis et le changement politique en Bolivie qu’il interroge dans « Altiplano-Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019) », publié aux Editions Raisons d’agir, en 2021. Il a également coordonné la publication de « Microcosmes, théorie des champs », aux Editions Raisons d’agir, en 2022, des textes inédits de Pierre Bourdieu, et la réédition de « Interventions, 1961-2002, Science sociale et action politique », aux Editions Agone.

Vingt ans après la mort de Pierre Bourdieu, la rencontre avec Franck Poupeau sera donc l’occasion d’échanger sur le « métier de sociologue », tel que le concevait Pierre Bourdieu (méthode, concepts…) et montrer, pour reprendre le titre du documentaire de Pierre Carles, que « La sociologie est (également) un sport de combat » !

En liaison avec cette intervention, des panneaux de l’association Pau-SES, présentant la pensée de Pierre Bourdieu, seront installés à la librairie, Au CocoTiers (espace de travail partagé) et à la médiathèque (sous réserve).

JE Les élus régionaux en Nouvelle Aquitaine (1986 à nos jours)

Journée d’étude à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie

08 avril 2022

Programme de recherche ELURENAQ, (Région Nouvelle Aquitaine, Laboratoires ITEM (UPPA), CEMMC (UBM) et CRHIAM (Université de Poitiers)

Journée de formation Master HCP/UPPA, ED SSH (UPPA)

Cliquez ici pour assister à la journée en ligne (liens TEAMS)

Programme

10h00 Ouverture de la journée. Rappel sur le projet ELURENAQ (L. Jalabert)

10h15 Renaud Carrier (Professeur d’histoire du droit, ITEM). Le statut d’élu régional depuis les lois de décentralisation

10h45 François Dubasque (MC en histoire contemporaine, CRIHAM). Portrait de groupe et perception de la place de la région dans les réformes territoriales à partir d’une enquête orale menée en Poitou-Charentes

11h15 Nicolas Falxa (Doctorant en histoire. ITEM) La région demeure-t-elle une collectivité locale ? Regards d’élus à partir d’une enquête orale menée dans les Pyrénées Atlantiques

11h45: Discussion

12h30 Pause

14h00: Nadia Ayache (Docteur en histoire, CEMMC), Les Conseillers régionaux du Lot-et-Garonne, Bilan et Perspectives

14h30: Christine Bouneau (Professeur en histoire contemporaine, CEMMC) et Sylvie Guillaume (PR émérite en histoire contemporaine, CEMMC), Les conseillères régionales de Gironde: bilan et perspectives

15h00: Laurent Jalabert (Professeur en histoire contemporaine, ITEM), Présider une région de 1986 aux années 2000: le regard des grands élus sur l’exécutif régional.

15h30 Discussion

16h00 Fin de la journée

Jeudi d’ITEM – Julien Marchesi, 07 avril 2022

Réformer l’enseignement supérieur français après 1968 : le cas du groupe L’École et la Nation et des emprunts américains de la gauche française

Après 1968, c’est l’université à l’américaine qui avance ses pions en France dirais-je avec provocation. En 1968, la jeunesse étudiante française était en but avec une génération de dirigeants politiques et d’intellectuels qui lui témoignait une condescendance bienveillante. La révolte étudiante actée, l’ensemble des organisations politiques françaises, ou presque, essaya de reformuler ses propositions de réforme dans un sens favorisant l’autonomie de la jeunesse. Cela se traduit par un renouvellement du personnel intellectuel et militant participant à l’élaboration des programmes. Or, l’étudiant qui venait de descendre dans la rue, bien qu’on lui témoignait une plus grande attention, était encore trop tendre pour prendre la direction d’un important mouvement politique. Entre jeunesse turbulente et vieille garde, c’est donc une cohorte intermédiaire qui prit la parole. Aux intellectuels formés sous la IIIe République, succédèrent ceux formés durant l’Occupation et la Libération.

L’École et la Nation est exemplaire de cette dynamique. La revue commença de paraître en 1951 comme la revue du PCF à destination des instituteurs français. En moins d’une décennie, elle devint l’une des revues les plus diffusées et influentes dans les milieux enseignants de tous les degrés. Après 1968, elle accorda une part plus grande aux problèmes de l’enseignement supérieur et ouvrit ses colonnes à une nouvelle génération de dirigeants et d’intellectuels. En apparence, leur volonté semble claire, et simple, tenir compte des aspirations de Mai tout en défendant l’héritage des propositions portées par la gauche depuis la Libération. Or, il y a un troisième élément au tableau. L’université qu’ils dessinent a quelque chose d’américain dans la façon dont elle articule les rapports entre enseignement, recherche et culture. En quoi ? Pourquoi ? et surtout comment est-ce arrivé ?

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 7 avril 2022 à 14h00

Julien Marchesi est ATER en Histoire contemporaine à l’UPPA, il prépare une thèse sur Les gauches socialistes et communistes et l’enseignement supérieur des années 1940 aux années 1980 au sein de l’école doctorale Bordeaux Montaigne.

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

 

Eloísa RAMIREZ VAQUERO, Professeur invitée

ATTENTION, SÉJOUR REPORTÉ EN MAI 2022

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeur catedrática en Histoire médiévale à l’UPNA, elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, dans le Master d’histoire médiévale et moderne, dirige des doctorats.

Ses champs de spécialités : l’histoire du royaume de Navarre, plutôt le Moyen Âge tardif (XIIIe-XVe siècles), l’histoire politique et culturelle.

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 4 au 8 avril 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), elle participera à plusieurs réunions de travail et de recherche et interviendra 3 fois dans la semaine :

  • mardi 5 avril, 17h30-18h30 Amphithéâtre II (Bâtiment des Lettres): conférence pour les étudiants de Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence.

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval – Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Âge

  • mercredi 6 avril, 16h-18h, salle 23 : intervention dans le cours de 2e année de Licence, Mondes ibériques médiévaux, ouvert aux étudiants de Master HCP, de l’ED SSH et MEEF.

El reino de Navarra en la Edad Media: expansión y organización – Le royaume de Navarre au Moyen Âge : expansion et organisation

(bref panorama sur la Navarre et intervention centrée sur l’expansion et l’organisation du royaume, le territoire, les réseaux urbains, les Fueros…)

  •  jeudi 7 avril, 14h-16h, salle 23 : intervention dans le cours de 3e année de Licence, Histoire médiévale, ouvert aux étudiants de Master HCP, MEEF, de l’ED SSH.

Carlos II rey de Navarra – Charles II, roi de Navarre

(des Evreux-Navarre au royaume de Navarre, de l’absence à la présence du roi en Navarre, réorganisation institutionnelle, résidence, panthéon en Navarre, idéologie royale…)

Nocturnes de l’Histoire 2022

Le mercredi 30 mars se déroulera la 2e édition des Nocturnes de l’Histoire, manifestation nationale suscitée par quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur.

A Pau, à l’UPPA, les chercheurs des deux laboratoires ITEM et IRAA s’associent pour proposer diverses manifestations et activités (coord. V. Lamazou-Duplan et L. Callegarin).

L’amélioration sanitaire actuelle laisse entrevoir que nous puissions réaliser pleinement ce programme, en présentiel et en partenariat avec Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou.

Programme prévisionnel

10h30-12h Rencontre-débat au Lycée Louis Barthou (Réservé aux lycéens et équipes pédagogiques de l’établissement)

10h-11h30 Les Halles de Pau Café historique à la Brasserie L’esprit des Halles

14h30-16h Déambulations historiques. Du château à la ville…

16h-17h Atelier à l’Usine des Tramways Retour aux sources ! Archives dévoilées

18h-20h Château de Pau. Musique et Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

  • Intermèdes musicaux
  • RV avec des chercheurs qui ouvrent la boîte à outils de l’histoire
  • Musique et retour aux sources ! Archives et œuvres dévoilées

17h-20h Médiathèque A. Labarrère Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

19h-20h Atelier au Musée des Beaux-Arts Retour aux sources! Le médailler de Pau

Télécharger le programme complet des Nocturnes de l’Histoire 2022 à Pau

lien vers calameo

En attendant le 30 mars, nous vous donnons rendez-vous sur le Chaîne YouTube de l’UPPA, sur laquelle vous pourrez visionner gratuitement les capsules vidéos tournées dans le cadre des Nocturnes de l’Histoire 2021:

Jeudi d’ITEM – Alexis Vrignon, 31 mars 2022

Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 31 mars 2022 à 14h00

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

JE Figures pyrénéennes et Musées

Journée d’étude internationale

Figures pyrénéennes et musées. Entre collections artistiques et naturalistes

Sous la direction de Viviane Delpech.

Programme PatrimPublic (Fonds commun Nouvelle-Aquitaine/Aragon).

25 mars 2022, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau.

Journée d’étude accessible en ligne via TEAMS: Cliquez ici pour participer à la réunion  

Programme

9h30    Introduction

9h40    Guillermo Juberías Gracia (Universidad de Zaragoza) De la collection privée à la muséalisation d’un héritage : le cas du Musée Goya de Saragosse

10h20  Laetitia Deloustal (Université de Perpignan-Via Domitia) Le Musée Petiet à Limoux : l’histoire singulière d’une artiste peintre au XIXe siècle dans les Pyrénées

11h      Pause

11h10  Mathilde Lamothe (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les collections volantes de Pierrine Gaston-Sacaze, berger-naturaliste ossalois (1797-1893)

11h 50 Alejandro Sanz Guillén (Universidad de Zaragoza) Gabinetes y colecciones de ‘maravillas’ en Aragón : desde Lastanosa a la actualidad

12h30 clôture

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.

Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes

Chaque semaine, La marche du monde sur RFI vous propose de découvrir l’histoire de nos sociétés contemporaines. Sur les cinq continents, nous recherchons des témoignages, mais aussi des archives radiophoniques et musicales, pour revivre les évènements et les mouvements qui éclairent l’actualité. En Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe et au Proche-Orient, rafraîchissons-nous la mémoire et partageons notre histoire ! 

Podcast “Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes” par Alexis Vrignon (ITEM-UPPA), 28 février 2022 :

https://rfi.my/8CcG

2 Juillet 1966, le lagon de Moruroa prend feu. C’est le tout premier des 193 essais nucléaires menés pendant 30 ans par la France en Polynésie. Une histoire coloniale et militaire dont les Polynésiens ont été tenus à l’écart. Mais comment se sont-ils adaptés à cette intrusion soudaine d’une industrie nucléaire qui modifie leur santé, leur environnement et leur façon de vivre ? À l’écoute des témoignages inédits recueillis en Polynésie par l’historien Alexis Vrignon, nous découvrons la diversité et la complexité des mémoires polynésiennes.

L’essai nucélaire Dione, conduit en 1971 dans l’archipel de Mururoa, atoll de l’archipel des Tuamotu, situé en Polynésie française. Getty Images – Galerie Bilderwelt

À paraître

«Des bombes dans le Pacifique», d’Alexis Vrignon, en co-direction avec Renaud Meltz, aux éditions Vendémiaire. 

Jeudis d’ITEM – Benjamin François-Duinat, 17 mars 2022 – 14h30

Le 17 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

Institut Calude Laugénie – Salle Chadefaud – 17 mars 2022, 14h30

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Carte des montagnes d’Aldudes (1717) Archives départementales des Yvelines – Cartes et plans, A 405. Dimensions réelles : 31,55 cm x 41,97 cm La barre d’échelle correspond à 3 200 toises, soit approximativement 6 250 mètres

La lecture d’un compte-rendu du livre de Peter Sahlins, Frontières et identités nationales (1989), aura été un véritable déclic. L’ouvrage porte sur la formation des identités nationales dans une vallée frontalière de Catalogne, la Cerdagne, entre les XVIIe et XIXe siècles. Ce travail me touchait doublement : j’ai passé mon enfance dans l’espace frontalier du Pays Basque, à l’autre extrémité des Pyrénées ; et j’ai passé mon adolescence en Cerdagne, car on y envoyait encore dans les années 1990 les jeunes affectés par un asthme sévère. J’ai immédiatement pensé que je pouvais m’inspirer de ce beau travail pour étudier la frontière franco-espagnole au Pays Basque. Et, en même temps, j’avais la vague intuition que la ligne de faille autour de laquelle l’argumentaire était articulé méritait d’être discuté. Car prétendre que l’appropriation de la nation par les frontaliers se faisait sans action concertée de la part des États espagnol et français me semblait être une conclusion contestable. La thèse de Sahlins doit cependant être replacée dans le contexte de l’historiographie dominante à l’époque de sa publication et reconnue pour sa force d’innovation par rapport aux lectures stato-centrées de la construction de la frontière. À l’ombre de la Cerdagne, « La guerre des limites » secouant la vallée des Aldudes entre les années 1820 et 1850 forme une rampe de lancement propice au déploiement d’un dialogue avec les travaux de Sahlins.

Benjamin Duinat est PRAG à l’UPPA. Il a soutenu un doctorat en histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris Sciences & Lettres, le 4 décembre 2021. Sa thèse est intitulée « Autour de la “ligne divisoire”. L’espace frontalier du Pays Basque à l’âge des États-nations (1780-1920) ».