Tous les articles par Joëlle Saucès

Doctoriales de la biodiversité

Les Doctoriales de la biodiversité ont eu lieu du 01 au 04 février 2022 à la Maison de la nature du Bassin d’Arcachon, dans la Réserve ornithologique du Teich.

Organisées par Biosena, ces doctoriales ont accueilli 42 jeunes chercheurs et chercheuses (doctorant·es) de toutes disciplines autour des problématiques du territoire, des cas pratiques concernant la préservation de la biodiversité, des services écosystémiques et de la gouvernance environnementale, issus des acteurs du territoire.

L’accent était tout particulièrement donné aux nouveaux indicateurs de l’état de la biodiversité. Ces indicateurs permettent d’appréhender les capacités de résilience d’un socio-écosystème, de comprendre sa capacité d’anticipation d’une crise ainsi que son potentiel de réponse, de récupération puis d’autoévaluation, afin de diminuer sa vulnérabilité.

Ce séjour formateur a été l’occasion pour 7 doctorants de l’UPPA, dont Elodie Rivière (laboratoire ITEM), d’échanger avec les acteurs du territoire et de collaborer sur les problématiques de Nouvelle-Aquitaine. Il a également permis de les conforter dans l’importance de l’interdisciplinarité et son apport dans les travaux de recherche.

De gauche à droite : Berk Öktem (Sciences économique, TREE), Élodie Rivière (Histoire, ITEM), Arnold Messie (Sciences Juridiques – Droit public, TREE), Mouad Belyamani (Sciences de gestion, LiREM), Asmae Ourdi (Sciences de gestion, TREE), Tematuanui Hantz (Sciences de l’ingénieur, LFCR) et Edel Lheureux (Écologie aquatique, Ecobiop).
Une pensée à Marjolaine Huguet (Géographie, TREE) qui n’apparaît pas sur la photo. 

Itinéraires des élites africaines dans le monde

Sous la direction de Mihai Gheorghiu, Simona Corlan-Ioan et Abel Kouvouama

Parution aux Editions universitaires de Iasi en Roumanie

ISBN: 978-606-714-674-5

Nombre de pages : 352

 

Les écrits réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart ceux des chercheurs travaillant sur les circulations internationales des élites africaines (RIAM), ainsi que sur les réseaux établis entre diasporas et «petites sociétés» en lien avec les études à l’étranger (CR 24, AISLF). La période concernée est celle de l’après-guerre froide, d’une «transition» qui a déjà fait l’objet de plusieurs études, «postcoloniales» et «postcommunistes».
Parmi les questions analysées par les auteur/e/s, il y a d’une part, celle de la reconfiguration des champs du pouvoir dans les différents pays ; d’autre part, celle des transformations des circuits internationaux empruntés par les migrants, du fait de l’intensification des flux migratoires. La question des liens existants entre «mobilités» et «migrations» est souvent traitée de manière distincte, selon les spécialisations scientifiques ; les «migrants» sont associés aux exilés et aux réfugiés, tandis que les «mobiles» sont rangés dans la mise en circulation du capital humain. Ils ont souvent des rôles interchangeables et des expériences comparables dans la traversée des frontières.

Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)

Philippe Chareyre (professeur émérite des Universités/UPPA), co-commissaire de l’exposition sur les actes royaux de la Navarre actuellement présentée au musée national du Château de Pau, fera une synthèse de l’administration du royaume de Navarre pris dans ses différentes composantes : politiques, économiques, juridiques et sociales.

Conférence organisée par la Société des Amis du château de Pau, entrée gratuite

“Gouverner le royaume de Navarre (1512-1620)”, samedi 29 janvier 2022, 15h, salle des Officiers (Château de Pau)

En raison d’une jauge limitée, réservation obligatoire au 06 41 26 66 08 (Merci de porter un masque)

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Des essais au désert ?

Pour une histoire comparée et transnationale des sites d’essais nucléaires – Paris

Du 19 janvier 2022 au 21 janvier 2022

Colloque international de Paris
(CRESAT, MSHP, INALCO)

Argumentaire

Depuis l’automne 2019, l’équipe « Écrire l’histoire du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP) », qui réunit une quinzaine de chercheurs en histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, littérature et anthropologie, organise un séminaire « Pour une histoire transnationale et comparée des installations et des essais nucléaires » (MSH du Pacifique-CRESAT-INALCO). Le séminaire prend en compte les circulations et les transferts d’expériences autour des essais, qu’il s’agisse des décideurs, des militants ou de l’ensemble des populations concernées par un régime de nucléarité qu’on peut définir comme la conscience de prendre part à la vie de sites et d’installations nucléaires.

L’audience de ce séminaire, les contacts noués avec les intervenants et auditeurs français et étrangers, le souhait de communiquer les fruits de nos recherches sur le CEP mais aussi de les confronter à des situations comparables ou imbriquées, nous conduisent à organiser un colloque international consacré aux sites d’essais nucléaires dans le monde, envisagés sous l’angle du territoire, du politique et de l’environnement. Le colloque se propose d’interroger le choix des sites, la construction et le fonctionnement des installations, leurs acteurs et les relations qui se nouent entre eux, les héritages enfin, de lieux perçus comme marginaux, aux déserts, steppes, et océans, mais qui occupent une place centrale dans la mémoire des sociétés humaines, tout en demeurant très peu documentés.

Modalités pratiques

Le colloque se tiendra du 19 au 21 janvier 2022 à Paris, successivement aux Invalides, au Centre de Paris de l’Université de Chicago et à l’INALCO.

Télécharger le programme

COMITÉ D’ORGANISATION
Benjamin Furst (UHA- CRESAT)
Renaud Meltz (UHA-CRESAT, IUF)
Teva Meyer (UHA- CRESAT)
Sarah Mohamed-Gaillard
(INALCO-CESSMA)
Alexis Vrignon (UPPA-ITEM)

CONSEIL SCIENTIFIQUE
Robert Aldrich (University of Sydney)
Eric Conte (MSH du Pacifique)
Pierre Fournier (MESOPOLHIS)
Hugh Gusterson
(University of British Columbia)
Claire Laux (IEP Bordeaux)
Claude Martin (Ambassadeur de France)
Georges-Henri Soutou (Institut de France)

CONTACTS
renaud.meltz@gmail.com
alexis.vrignon1@gmail.com

Rencontre Lexique Amoureux de Pau

Médiathèque André Labarrère, Pau,

Samedi 18 décembre 2021 à 11H00

L’équipe ayant composé le Lexique amoureux de Pau propose une première présentation au public samedi 18 décembre à 11h, dans l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère, à Pau

Charlotte Abadie-Laborde, Jean-Jacques Castéret, Cécile Devos, Mathilde Lamothe, Jean-Louis Maffre et Renée Mourgues dévoileront la genèse de cet ouvrage paru aux éditions Cairn, ainsi qu’une partie de son contenu.

Né sous la bonne étoile de l’Usine des tramways, ce livre décortique Pau par le menu : béret, poule au pot, Section Paloise et évidemment de la culture et du patrimoine, en belles images, clins d’œil et hommages amoureux à découvrir, lire et relire. 

En savoir plus

Soutenance de thèse – Lisa Barrère

Lisa Barrère soutiendra sa thèse intitulée “Dulce Chacón : les débuts d’une romancière” le 16 décembre 2021.

Sous la direction de Mme Dolores Thion, elle aura lieu en salle du conseil du bâtiment Droit Eco Gestion de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à 14h30.

RESUME

Le présent travail propose une étude des trois premiers romans de Dulce Chacón : Algún amor que no mate (1996), Blanca vuela mañana (1997) et Háblame, musa, de aquel varón (1998), un corpus qui n’a jamais été étudié dans son ensemble. Souvent reconnue pour ses deux dernières œuvres ayant pour toile de fond la Guerre Civile espagnole, il s’agit de proposer une thèse qui mette en lumière ses premiers pas dans l’univers du roman.

Ce travail consiste à analyser les trois premiers récits de l’autrice, afin d’examiner son processus de création au sein du genre littéraire romanesque. Nous considérerons ce corpus comme une unité matricielle de son expérience d’écriture en prose.

Dans cet objectif, nous proposons une étude basée sur la thématologie, afin de percevoir au mieux l’évolution de grands thèmes traités à travers les différents récits. Cette analyse nous permet de mieux comprendre l’évolution de thèmes existentiels, comme l’amour, la vie et la mort, à travers la psychologie de la femme. Cette étude nous permet également d’observer l’évolution du processus de création de l’écrivaine sur ses engagements, ainsi que sur la précision de sa plume en tant que romancière.

Mots-Clés : Dulce Chacón – Roman – Littérature du XXème – Mémoire –  Oralité – Société espagnole – Femmes – Mémoire Historique – Processus de création – Immigration –  Réalisme – Trilogie.

Soutenance de thèse – Fleur DUPLANTIER

Le 17 décembre 2021

Fleur Duplantier soutiendra sa thèse “Carlota O’Neill : l’épineux parcours d’une polygraphe espagnole (1924-1982)” le 17 décembre 2021 à 9h30.

Dirigée par Mme Dolores thion, elle aura lieu en salle du conseil au bâtiment des Lettres de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Résumé

Romancière, dramaturge et journaliste, Carlota O’Neill (Madrid, 1905 – Caracas, 2000) représente dans le panorama de la littérature et du journalisme espagnol un exemple symbolique de l’oubli auquel ont été condamnés nombre d’intellectuels et d’artistes du XXᵉ siècle espagnol.

Issue des milieux aisés du républicanisme espagnol, Carlota O’Neill amorce à l’âge de 18 ans sa carrière d’écrivaine. Elle fait partie des jeunes intellectuelles espagnoles, aux côtés de Margarita Nelken, Elisa Soriano, Federica Montseny, entre autres.

En 1936, mariée au capitaine, Virgilio Leret, en mission à Melilla – comme chef de la Base d’Hidros d’Atalayón – Carlota s’installe à ses côtés avec leurs deux filles pour y passer les vacances estivales en famille. Le 17 juillet 1936, ils seront témoins des premières attaques de l’armée franquiste. Son mari, fidèle à la République, meurt fusillé par les insurgés, ses deux filles sont rapatriées dans un orphelinat proche de Madrid et, elle est incarcérée dans la prison de Melilla où elle passera cinq longues années. Dans les années 40, elle connaîtra l’Espagne d’après-guerre avant de prendre la route de l’exil vers le Venezuela et le Mexique.

L’objectif de cette thèse est de reconstruire le parcours personnel, idéologique et littéraire de Carlota O’Neill. Pour cela, il est important d’étudier l’ensemble de sa production, de ses prémices littéraires à ses écrits en prison, et de la prison jusqu’à son exil : de l’écriture de l’intime à l’écriture de survie, pour finalement mettre sa plume au service de sa cause : la mémoire des femmes républicaines victimes du franquisme, de la répression et de l’exil.  

Ce travail de recherche prétend contribuer ainsi à la reconstruction de l’image d’une écrivaine oubliée de la sphère littéraire espagnole, dont la vie couvre quasiment un siècle de l’Histoire de l’Espagne.

Mots clés : Carlota O’Neill – Littérature espagnole – Journalisme – Médias – XXᵉ siècle – Féminisme – Guerre civile – Prison – Franquisme – Répression – Exil républicain.

Soutenance de thèse – Quentin Maillard

Le 8 décembre 2021

M. Quentin Maillard soutiendra sa thèse en histoire moderne le 08 décembre 2021 à 14h00 en salle du conseil du collège SSH.

Sous la direction de Philippe Chareyre, elle est intitulée :

Les officiers des Albret-Bourbon à la Renaissance en Aquitaine.

Résumé

Mots clés : Béarn, Navarre, Renaissance, Officier, Elite, Administration, Finance.

Cette recherche s’inscrit dans le programme EANAR (Les Elites Administratives en Nouvelle Aquitaine à la Renaissance sur les territoires de la maison d’Albret-Bourbon), elle a pour objectif de constituer le corpus prosopographique des élites administratives des territoires de la maison d’Albret-Bourbon à la Renaissance. Il s’agit principalement des territoires souverains de Navarre et Béarn ainsi que des territoires féodaux d’Angoumois, d’Albret, Périgord et Limousin auxquels on peut rajouter La Rochelle où la cour de Navarre a établi son siège durant une partie des guerres de religion. À partir de ce corpus, il s’agit de voir l’établissement, la mise en place et le développement d’un réseau administratif et familial des serviteurs de cette maison dans une grande partie du territoire de la Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit donc d’inventorier les noms de ces serviteurs que l’on peut qualifier d’« officiers secondaires » de la monarchie navarraise dans ses territoires aquitains ; puis d’en étudier les liens familiaux et professionnels afin d’appréhender la constitution d’un véritable réseau au niveau régional. C’est en effet au moment où l’administration de l’État moderne se met en place, que l’on voit se constituer un véritable corps d’administrateurs au service des Albret-Bourbons qui œuvrent pour la défense de leurs intérêts.

Key Words: Béarn, Navarre, Renaissance, Officer, Elite, Administration, Financial

            This research is part of the EANAR program (Les Elites Administratives en Nouvelle Aquitaine à la Renaissance on the territories of the house of Albret-Bourbon), it aims to constitute the prosopographic corpus of the administrative elites of the territories of the house of Albret-Bourbon in the Renaissance. These are mainly the sovereign territories of Navarre and Béarn as well as the feudal territories of Angoumois, Albret, Périgord and Limousin to which we can add La Rochelle where the court of Navarre established its seat during part of the wars of religion. From this corpus, it is a question of seeing the establishment, the establishment and the development of an administrative and family network of the servants of this house in a large part of the territory of Nouvelle-Aquitaine. It is therefore a question of making an inventory of the names of these servants who can be qualified as “secondary officers” of the Navarrese monarchy in its Aquitaine territories; then to study the family and professional links in order to understand the constitution of a real network at the regional level. It is in fact when the administration of the modern state is set up that we see the formation of a veritable body of administrators at the service of the Albret-Bourbons who work to defend their interests.

Journée d’étude “Réseaux”

Constitutions de corpus et méthodes d’analyse

UPPA, salle du Conseil de Lettres

Le 9 décembre 2021

Les réseaux. Constitutions de corpus et méthodes d’analyse
Programme:

9h30 : José Maria Imizcoz (Université du Pays basque) Étudier les réseaux dans l’Espagne des XVIIIe et XIXe siècles

10h30 : Quentin Maillard (UPPA/Item) Baptême et réseau chez les officiers de Navarre à Pau de 1571 à 1580

11h00 : Alvaro Adot (UPPA/Item) Les « très fidèles » fils illégitimes de la maison Albret-Foix dans la cour des rois de Navarre

11h 30 : Dénes Harai (UPPA/ITEM) Outils pour connaître les officiers dans la Hongrie et la Transylvanie des XVIe-XVIIe siècles: un panorama des publications (2001-2021)

Voir l’affiche

Essai sur Jean-Jacques Rousseau

Projet de constitution pour la Corse (1765)

Auteur : Abel Kouvouama

Après un exposé des circonstances ayant amené Rousseau à l’écriture du Projet de constitution pour la Corse, dans lequel le philosophe élabore un système politique idéal reposant sur la recherche d’une forme rationnelle d’organisation sociale conforme à la nature humaine, à la fois démocratique et égalitaire, l’auteur analyse les rapports entre utopie, mythe et idéologie qui en découlent.

PUPPA Anthroposocius

ISBN : 978-2-35311-132-9

Pages : 108

L’art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance

Château de Pau

Du 27 novembre 2021 au 27 février 2022

Dans la salle des Cent couverts qui accueillit la signature du rattachement de la Navarre à la France en 1620 sous le règne de Louis XIII, le Musée national et domaine du château de Pau présente une exposition qui fait la part belle aux archives et porte sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion.

Un voyage dans le temps qui détaille l’histoire du règne des Foix-Albret et la façon dont ceux-ci ont géré leur royaume avant et après 1512, date du repli de ces rois de Navarre sur leurs possessions souveraines au Nord des Pyrénées : l’actuelle Basse-Navarre et la vicomté de Béarn.

Une exposition sur l’histoire du territoire et la modernité de sa gestion

Avec l’avènement de Catherine de Foix et Jean d’Albret au trône de Navarre en 1483-1484, un grand ensemble territorial transpyrénéen était en cours de constitution. Mais son développement s’est heurté aux intérêts divergents de ses deux grands voisins, la France et l’Espagne. En 1512, la monarchie espagnole prend possession de l’essentiel de la Navarre, ne laissant à ses maîtres légitimes qu’un mince lambeau de terre montagneuse au Nord de la ligne de crête.

Dès lors, de part et d’autre des Pyrénées, la réorganisation de ces territoires se poursuit selon des modèles différents, soumis à des influences contrastées. Tandis que la Haute-Navarre devient une vice-royauté espagnole, la Basse-Navarre constitue avec la vicomté souveraine de Béarn la nouvelle assise du pouvoir des Albret, préservant une certaine forme d’indépendance vis-à-vis de la couronne de France jusqu’en 1620. Au cours de cette période mouvementée, les souverains s’attachent à moderniser les structures et les pratiques administratives, dans l’esprit de la Renaissance.

Catherine de Foix et Jean d’Albret, puis Henri d’Albret et Marguerite d’Angoulême, leur fille Jeanne d’Albret, qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, enfin, à partir de 1572, Henri III de Navarre, le futur et fameux Henri IV de France, sous l’œil attentif des Valois, se montrent actifs dans le gouvernement de leurs états.

Une exposition qui fait la part belle aux archives

Cet effort a laissé des traces dans les arts, dont ces princes ont été de fins amateurs et de sûrs protecteurs, comme le montrent les portraits peints, médailles et sculptures réunis qui figurent dans l’exposition. Mais il s’exprime surtout à travers les archives de la «maison de Navarre», témoin de première main d’une telle dynamique. Les actes choisis (ils sont unevingtaine, dressés sur papier ou sur parchemin au XVIe siècle) offrent un éclairage direct sur la perte de la Navarre (1512), la mise en défense des possessions au nord des Pyrénées, la reconstruction des institutions, l’exercice du pouvoir en matière de justice, de finances, de religion et d’éducation. La présentation de ces documents originaux reflète une pratique de l’écrit dont il convient aujourd’hui de retrouver les clés, invitant à une réflexion tant patrimoniale que culturelle ou politique, à placer sous le signe de l’authenticité.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux des souverains de Navarre) soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (2016-2022) ; elle a été réalisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ANR AcRoNavarre et le Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

Infos pratiques

Adresse email
reservations.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Tarifs
7 € en plein tarif lorsque associée à la visite commentée du musée (sur réservation), gratuit pour la visite de l’exposition seule (sans réservation)

Horaires
tous les jours (sauf 25/12 et 1/1) de 9h30 à 11h45 et de 14h à 17h 2 options de visite • Château + exposition La présentation succincte de l’exposition fait suite au parcours de visite commentée des collections permanentes (sans supplément tarifaire), la visite en autonomie est ensuite possible. Réservation obligatoire d’un créneau de visite commentée sur chateau-pau.fr • Exposition seule L’exposition peut être visitée indépendamment. Sans réservation.

Site internet
https://chateau-pau.fr/agenda/evenement/lart-de-regner

Patrimoine thermal, de la gloire au péril

Journée d’étude

UPPA, Pau

Le 10 décembre 2021

Coordonnée par Viviane Delpech, la journée d’étude “Patrimoine thermal, de la gloire au péril, s’inscrit dans les activités du laboratoire ITEM et du Master HCP.

Organisée dans le cadre du programme PatrimPublic (Fonds commun Euro-région Nouvelle- Aquitaine/Aragon), elle se déroulera le 10 décembre, à l’Institut Claude Laugénie (Université de Pau et des Pays de l’Adour), en salle Chadefaud.

Le programme PatrimPublic

Ce projet réunissant l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université de Saragosse s’intéresse aux interconnexions et aux influences mutuelles du patrimoine culturel et artistique entre la Nouvelle-Aquitaine et l’Aragon.
Visant à développer les collaborations scientifiques par des séjours de recherche, des publications et des manifestations scientifiques, il aborde, dans une fondamentale perspective sociohistorique, les diverses formes d’expression artistique dans la sphère publique (musique, architecture, arts plastiques notamment) afin de décrypter les processus de patrimonialisation au sein de la zone transfrontalière pyrénéenne. Les chercheurs procèdent par des études comparatives et des études de cas portant, entre autres, sur la circulation du patrimoine musical et sur les évolutions du patrimoine thermal, ces exemples mêlant de façon similaire populations locales, transfrontalières et étrangères, toutes en mobilité permanente selon divers motifs (sociaux, économiques, touristiques, voire politiques) dans le territoire d’étude.
A l’appui de ces recherches sur les arts et le patrimoine dans l’espace public rural et urbain, il s’agit de mettre en évidence leur valeur sociale, éducative et touristique dans une démarche d’ouverture et d’échange entre les deux versants des Pyrénées.

Télécharger l’affiche» (49.7 MB)

Contact

viviane.delpech @ univ-pau.fr

Cahier d’histoire immédiate n° 55

“Guerres de Syrie et dynamiques kurdes (2011-2021)”

Editions CAIRN

Dossier coordonné par Laurent Dissard et Solène Poyraz

172 pages, Novembre 2021

Faire quelque chose, marquer le coup, ne pas laisser la voix à des velléités réductrices et nationalistes, voilà ce qui nous a motivés à penser ce numéro, à l’occasion des 10 ans des révolutions que l’on a appelées « arabes » mais qui ont affecté le monde et ses sociétés. En tant que chercheur.e.s, beaucoup de supposés et de raccourcis nous ont dérangés dans le traitement de ces processus, on avait donc des choses à dire, il nous restait à choisir un angle d’approche.

Solène Poyraz, politologue, travaillant sur les effets de la crise syrienne sur la Turquie, et Laurent Dissard, anthropologue de la Turquie et du Moyen-Orient, choisissent alors d’aborder une thématique cruciale qui semble avoir changé la donne dans la crise syrienne : les Kurdes. Une thématique omniprésente mais souvent traitée à travers un prisme ethnique et macro-politique, ne permettant pas de saisir les éléments du débat.

Contributeurs et contributrices de N°56

  • Christophe Batardy
  • Stéphane Frioux
  • Frédéric Cépède
  • Joseph Daher
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Arthur Delaporte
  • Aurélien Denizeau
  • Boris James
  • Lucile Irigoyen
  • India Ledeganck
  • Marylin Moreaux
  • Jean-François Pérousse
  • Charlotte Watelet
  • Ozcan Yilmaz