Tous les articles par Joëlle Saucès

Ouvrage : « L’anthropologie dans un monde en mouvement »

Abel Kouvouama vient de faire paraître aux Éditions Paari un nouvel ouvrage intitulé :

L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche

Couverture-Livre_Kouvouama_Anthropologie_jpgEAN139782842200909
ISBN978-2-84220-090-9
Date de publication 29/10/2015
Collection GERMOD
Dimensions 21 x 14 x 1 cm
203 pages

Les études de mobilier : nouvelles approches

Le séminaire archéologie du Master 1 Cultures, Arts et Sociétés de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour aura lieu le vendredi 27 novembre 2015 à L’institut Claude Laugénie, en salle Chadefaud.

Pages de Seminaire-mobilier-final

Il portera sur « Les études de mobilier : nouvelles approches »

Programme du Seminaire

Laurent Dornel : La Fabrique de l’histoire, 12/11/15

Laurent Dornel, Barbara Lambauer et Stéfanie Prezioso étaient les invités de l’émission de radio La Fabrique de l’histoire, diffusée sur France Culture le jeudi 12 novembre 2015 de 9h00 à 10h00.

Le thème abordé est « Les immigrés, les étrangers pendant la première guerre mondiale »

Retrouver plus d’informations à cette adresse

XIIèmes Rencontres « Circa uillam », 12-13 novembre 2015

Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Lattes-Montpellier (UMR 5140)
Institut de Recherche sur l’Architecture antique (USR 3155)
ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour (EA 3002)
UniversitAt de Girona
Grup de Recerca Arqueologica de Pla de l’Estany, Banyoles

proposent

Les XIIemes Rencontres Circa Villam

« Chauffer les uillae. Approches croisées sur les agréments et les nécessités de la vie rurale »

Pages de plaquettecircavillam
Le chauffage des habitats et dispositifs de bains des uillae est un sujet perpétuel d’étonnement chez des visiteurs de nos sites archéologiques et il faut bien admettre que les archéologues les plus blasés restent souvent admiratifs face à la maîtrise mise en oeuvre dans ces programmes techniques.
Mais en même temps, les coûts manifestement engendrés par les travaux de mise en chauffage et par le fonctionnement de ces installations montrent qu’il s’agit d’un enjeu scientifique à ne pas mésestimer lorsqu’il s’agit d’étudier les arbitrages établis dans le fonctionnement des uillae et de leurs domaines. Partant de ce constat, il a semblé aux chercheurs rassemblés dans le collectif Circa Uillam qu’il était temps de proposer un point de situation sur cette question pour nos régions. Comme pour les autres thématiques proposées lors des précédentes éditions, il s’agit de travailler de façon très ouverte sur ce sujet en évitant les pièges d’une approche
uniquement descriptive.
A partir de ce qui pourrait apparaître comme un domaine étroitement technique, la porte est ouverte à toute une série d’interrogations qui entrent parfaitement dans la lignée de celles qui mobilisent les chercheurs de Circa Uillam pour une meilleure connaissance des uillae et par conséquent du monde rural à l’époque romaine.
SEANCES:
– jeudi 12 novembre
(Musée de Claracq)
14h- 18h (accueil à partir de 13h30)
– vendredi 13 novembre
(Université de Pau,
amphithéâtre de la Présidence,
entrée sud du campus)
9h – 12h30 (accueil à partir de 8h30)
Contact : francois.rechin@univ-pau.fr

PROGRAMME:
Aquitaine
Alexandra Hanry : Les systèmes de chauffe d’un des bâtiments de la uilla d’Aytré (Charente-Maritime).
Frédéric Veyssière : Nouveaux indices de chauffage dans les uillae précoces d’Estourbe à Lectoure (Gers) et de Cornebarrieu (Haute-Garonne) ».
Vincent Duménil, avec la collaboration de Marine Ibañez : Valoriser les dispositifs de chauffage antiques : une question culturelle, scientifique et politique.
Sébastien Cabes : Quelques remarques sur les pièces chauffées et leur utilisation dans les habitats ruraux d’Aquitaine méridionale (Ier-Ve s.) : un signe d’ostentation des élites?
Narbonnaise
Christophe Pellecuer avec la collaboration de Lucie Chabal : L’évolution des pratiques de chauffage dans les uilla de Loupian.
Hervé Pomaredes et al. : Installations de chauffage et balnéaires dans les uillae et les établissements de la vallée de l’Hérault et du littoral Bitterois.
Tarraconnaise
Josep Burch, Josep M. Nolla, Lluis Palahí Grimal, David Vivo : Le système de chauffage des uillae romaines du Pla de l’Hort et des Ametllers (Gerone).
Pere Castanyer, Andrea Ferrer, Joaquim Tremoleda : Le bâtiment thermal de la villa de Vilauba.
Ramon Coll, Marta Prevosti : Un balneum du Bas Empire dans l’édifice octogonal du Haut Empire de Can Farrerons (Barcelone).
Erik Carlsson-Brandt :  Las uillae en la Galicia Romana. Una revisión de los sistemas de calefacción y balnea .
Actualités de la recherche sur les uillae
Yoann Pascal et Hervé Pomarèdes :  Les équipements routiers et les installations artisanales aux abords de la voie Domitienne (IIe/Ier s. av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.) sur les sites du Mas de Roux (Castries), opérations sur le doublement de l’autoroute A9 à hauteur de Montpellier.
Leticia Tobalina : Actualité de la recherche sur les uillae tardives entre les Pyrénées occidentales et l’Èbre.
François Rechin : Données nouvelles sur la vaisselle céramique de la uilla de Séviac à Montréal-du-Gers (Gers).
Sans titre-1 copie

Séminaire en ethnomusicologie de la France

BANDEAU SEMINAIRE INOC

Organisé par l’ethnopôle InOc Aquitaine

En collaboration avec le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France

Et en partenariat avec le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes

Avec le soutien de la Direction générale des Patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication

seminairep 

Présentation

Dans le cadre de ses missions d’Ethnopôle – Pôle national de Recherches et de Ressources en Ethnologie, l’InOc Aquitaine met en place un « Séminaire annuel » dédié à l’ethnomusicologie de la France. Par la création de cette rencontre annuelle, la Direction générale des patrimoines – Direction de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture a souhaité soutenir et valoriser la recherche sur les musiques et danses traditionnelles du domaine français et favoriser la rencontre professionnelle et la formation.

L’idée est de favoriser la rencontre de chercheurs institutionnels et de porteurs des expressions musicales etchorégraphiques dites traditionnelles, eux-mêmes investis dans la réflexion sur leur pratique et sa transmission.

Ce séminaire est envisagé comme un espace d’écoute, d’information, d’apprentissage, chaque participant : chercheur, praticien, apprenant de l’autre ; comme un espace favorisant la distanciation par rapport aux pratiques contemporaines, aux processus de transmission, de construction du domaine.

Cette première édition est ainsi tout naturellement organisée en collaboration avec le Cirief qui fédère depuis 2007 une trentaine de chercheurs et promeut l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche et de la valorisation des travaux scientifiques.

La thématique de ce Séminaire a par ailleurs rencontré les préoccupations et missions du Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes. Le « croisement des regards » s’organisera ainsi en deux temps :

 à Billère – Agglomération Pau-Pyrénées, les 11-12 novembre 2015

 à Poitiers, les 2-3 mai 2016.

 Le premier événement se centrera sur les processus de transmission des musiques traditionnelles d’un point de vue essentiellement anthropologique et historique là où le second s’orientera davantage sur les aspects pédagogiques. Il s’agira, dans le cadre de ces deux rencontres, de s’interroger de manière complémentaire sur la difficile et complexe question de la transmission concernant des musiques qui, en quelques décennies, ont connu des changements radicaux quant aux processus qui leur permettent de défier leur passage sur les échelles espace/temps.

« Regards croisés sur les processus de transmission

des musiques traditionnelles en France »

Si la question de la transmission est, pour suivre David Berliner (Berliner), « un impensé » de la discipline anthropologique, elle est en revanche, aujourd’hui comme tout au long des cinquante dernières années, au coeur des préoccupations, explicites ou implicites, des acteurs des musiques traditionnelles. Ce domaine a connu – connaît toujours – une prolifération d’entreprises et de dispositifs de transmission qu’ils soient associatifs subventionnés (ateliers…), publics (conservatoires, schémas d’éducation artistique…) ou « sauvages » (rassemblements festifs, organisation locale d’une sociabilité musicienne…) (Cf. Isnart, Castéret).

Le séminaire souhaite ainsi interroger la transmission musicale en tant que processus : processus passés et présents dessinant un « patrimoine en action » (Tornatore). Non spécifiquement l’acte pédagogique de la transmission d’une technique mais ce qui se trouve au-delà : les modalités de transmission des savoirs stylistiques, des savoir-être, de la sociabilité musicienne, des contextes anciens ou nouveaux de la musique. Plus largement ce qui fait – ou non – des apprenants des hommes « culturés ». Ce qui contribue à faire de la musique un « fait social total » selon l’expression de Marcel Mauss ; à inscrire les praticiens dans une communauté sans cesse réinventée ; à faire des répertoires et des esthétiques des valeurs partagées.

Le séminaire souhaite par ailleurs interroger les usages et les modalités de la transmission : hérités ou créés et, dans tous les cas, construits. Quels sont-ils, comment sont-ils apparus, de quelle façon se construisent-ils ? Il s’agira notamment d’identifier les institutions de transfert d’hier et d’aujourd’hui : mettant en perspective les dispositifs des « anciens milieux ruraux français » (Guilcher), ceux nés à la fin du XIXe siècle avec l’apparition du mouvement folklorique ou régionaliste, ou avec les revivalismes du XXe siècle ; abordant, le cas échéant, pour certains territoires ou pratiques, la dialectique ou la dialogique à l’oeuvre entre diverses institutions de transfert ou dispositifs.

L’analyse et la mise en regard des grands jalons du renouveau paraît plus largement souhaitable, à savoir : la période des « redécouvreurs » des années 1970-1980, celui de « l’institutionnalisation » de la musique traditionnelle dans les 1980-2000 et probablement celui, en cours, qui voit le départ en retraite – pour les enseignants – des acteurs du renouveau et la professionnalisation d’une troisième génération d’acteurs. Cela conduira plus particulièrement à aborder les contextes et représentations politiques, culturelles, esthétiques qui sous-tendent les processus de transmission, que ce soit à travers le discours – et, au cours du séminaire, le témoignage – des enseignants, des praticiens, des artistes, des responsables institutionnels…

La notion de groupes ou de communautés, notamment de « communautés symboliques » ou « communautés de pratiques » (Molino) pourra ainsi être posée au regard des esthétiques et des modalités de transmission.

Nous pourrons enfin nous interroger sur les conséquences des représentations, usages – la « pédagogisation » des pratiques par exemple –, dispositifs, en termes de lutherie ou de facture instrumentale, de répertoires, de styles… Les nouvelles façons de poser l’acte de transmission, ses contextes, la question des contenus à transmettre feront, également débats. Par le biais de témoignages, d’expériences mais aussi à l’écoute des jeunes générations, le domaine de la formation en musiques traditionnelles et plus particulièrement celui des formations professionnalisantes seront abordés. Esquissés dans le cadre de ce séminaire, ces aspects seront plus précisément développés dans le cadre des rencontres du CESMD de Poitou-Charentes.
 

Télécharger le Programme

Comité scientifique
Jean-Jacques Castéret, Ethnopôle InOc Aquitaine.
Luc Charles-Dominique, Université de Nice-Sophia-Antipolis, Institut Universitaire de France.
Cyril Isnart, Idemec CNRS.
Marlène Belly, Université de Poitiers.
Ouvert au public sur inscription (obligatoire) : m.larche@in-oc.org
Lieu
Institut Occitan Aquitaine
Château d’Este
Avenue de la Pléiade – 64140 Billère Cedex
Tél. : +33 (0)5 59 13 06 40
Comment venir ?
En transport en commun
– Train : Arrêt à la gare de Pau
– Avion : Aéroport Pau Pyrénées
– En bus (le jeudi 12.11.15) : Ligne P6, arrêt Château d’Este
En voiture
– Conducteurs : proposez vos places libres !
– Passagers : trouvez un covoiturage !
– Parkings : Parking gratuit de la Médiathèque d’Este

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques

 11-12 février 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regarder – écouter – s’engager !

Appel à communication

 Cette deuxième édition1  des rencontres « anthro-Pau-logiques » poursuit l’analyse du regard que portent des anthropologues, des collègues des autres sciences humaines et sociales ainsi que la société civile sur les problèmes du monde contemporain. Ainsi, nous souhaitons associer dans nos réflexions la vision de l’historien, du sociologue, du géographe, du juriste, du plasticien, mais aussi de l’ouvrier, du militant syndical, ou du politique… En effet, au-delà des différences disciplinaires ou des divergences politiques, chacun porte un certain regard sur la façon dont les cultures se (re)dessinent, les stratégies sociales se (re)déploient ; en résumé, sur les mutations sociétales.

Cependant, si le regard suffit pour voir, il ne permet pas à lui seul de comprendre ces sociétés puisque les mobiles qui les transportent en les transformant échappent parfois au regard et appellent l’écoute. Les sociétés sont discursives et mélodiques ; elles sont dans la mise en scène, il faut donc les écouter au-delà du regard.

En outre, l’intérêt accordé aux mutations de nos sociétés conduit, en sciences sociales et humaines, à des rencontres avec « le terrain ». C’est ainsi que, par exemple, l’engagement ethnographique demeure une question omniprésente puisque l’ethnographe est personnellement et fortement impliqué dans l’enquête (Favret-Saada 1977). Cette implication peut se traduire sous la forme d’un engagement, que Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) classifie sous trois idéal-types : l’engagement ambigu (intégration forte au milieu), la conversion et le dédoublement statutaire (implication directe sur la scène sociale). Didier Fassin relève également l’ambiguïté épistémologique de la position du chercheur sur la scène sociale, entre engagement et distanciation puisque « le chercheur est engagé par rapport au monde qu’il étudie à la fois comme sujet connaissant et comme sujet citoyen » (Fassin, 1999 : 43). Au-delà de ces modèles scientifiques, nous retrouvons un panel de positionnements dans la société civile : cette dernière s’empare de la notion d’« engagement » à différents niveaux, allant du domaine artistique au champ politique ou écologique. Mais que signifie ce terme « engagement » et en quoi « l’engagement » de l’artiste, du politique, du chercheur en sciences humaines et/ou sociales, etc., renseigne-t-il, par exemple, sur les crises des sociétés actuelles ?

Ces journées s’articuleront autour de ces pistes de réflexion et questions en soulignant dans un premier temps l’engagement, notamment à travers l’image comme média subjectif et la musique engagée. La deuxième journée sera consacrée à la question de la gouvernance en évoquant d’une part le militantisme syndical, politique ou culturel et, d’autre part, les dissidences économiques et alternatives à la mondialisation.

 Jeudi 11 février : Le pouvoir dans les arts

1.1) L’image : un média comme un autre ?

La multiplication des caméras de surveillance en ville, des panneaux publicitaires à

l’entrée des villes marquant le passage d’un monde (rural) à un autre (r-urbain), ou bien l’image du corps de la femme exposée dans les publicités interrogent la société actuelle à travers ses photographies, vidéos ou iconographies (Le Breton 2008). Se pose alors la question de la représentation de l’individu et de la société à travers ces images – parfois numériques, qui sont de plus en plus véhiculées par les réseaux sociaux : miroir artificiel ou reflet d’un monde dont les codes sociaux (éthique, moral, pudeur, etc.) ont évolué ? Ce regard, déjà porté par les historiens de l’art et les plasticiens, réinterroge le rôle de l’image comme action de communication ou comme lecture de transformations sociétales. L’image crée alors de « nouvelles façons de voir » pourrait-on dire, puisant son inspiration entre un imaginaire collectif et une réelle subjectivé.

L’étude critique des médias ou dans les médias (Bourdieu, 1996) analyse ainsi le champ de la production culturelle, les oeuvres produites et leur réception auprès du public ; mais elle met également en lumière les formes de domination symbolique véhiculées par les médias et, en premier lieu, l’image. Pour autant celle-ci s’adresse-t-elle à un récepteur passif et aliéné ? Quel(s) pouvoir(s) et quel(s) statut(s) possède-t-elle, entre fabrication de l’image (Belting 2004), sélection de l’information et symboles utilisés pour faire passer un « message » à travers une photographie, un portrait, un film, ou bien de nombreux autres supports iconographiques.

1.2) La musique engagée

Qu’est-ce qu’une musique engagée ? Quel discours est véhiculé par cette musique ?

Ou autrement, en quoi consiste un engagement en musique ? Ces questions se (re)posent à nous lorsque l’on considère les liens tissés entre des musiques actuelles et des identités territoriales, à l’image de groupes de rock basques (Bidart 2001 et 2003), du rap occitan ou d’autres musiques considérées « à la marge ». Des groupes tels les Fabulous Trobadors ou Les Motivés illustrent ces métissages musico-politiques dits engagés dans la société actuelle. Ils peuvent aussi dénoncer par ailleurs : un groupe de métal basque. « Su Ta Gar », a ainsi intitulé une de ses chansons Jo Ta Ke (littéralement « coup et fumée »), slogan qui fut repris par la suite dans des manifestations de la gauche patriote basque.

Nous invitons ici, au-delà de l’exemple du rap, à interroger propriétés et formes d’engagement au travers des cultures musicales des sociétés actuelles ; qu’elles relèvent du seul registre de la chanson, de l’instrument musical ou de l’expression du corps dansant …

 Vendredi 12 février : Qui gouverne ?

2.1) Du militantisme à la politique

La question des marges et des frontières, déjà en partie débattue lors des premières

rencontres anthro-Pau-logiques, invite à poursuivre l’investigation heuristique sur les lieux et acteurs du pouvoir et ceux qui en sont exclus. En effet, des communautés ou associations culturelles côtoient un système politique mais sont en constantes interactions avec lui. De multiples engagements militants sont ainsi devenus des engagements en politique, à l’image de certains présidents ou animateurs du Festival de Siros dans les Pyrénées Atlantiques (Festival de la chanson et de la culture béarnaise qui, à son apogée, a regroupé en 1977 plus de 14 000 personnes en deux jours. Il repose sur quatre piliers culturels que sont le chant, le théâtre, la danse et le conte béarnais) qui se sont engagés en politique tel le député Jean Lasalle (Castéret 2012), du militantisme politico-culturel du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude pour obtenir la création de l’office public de la langue occitane, illustrant ainsi cette « société archipel » (Viard 2013), ou encore du syndicalisme agricole de José Bové devenu depuis député européen. Comment expliquer, dans un contexte où les formes d’engagements politiques évoluent (Nicourd 2007), ce passage de la revendication syndicale, associative ou culturelle à une action politique, quels en sont les processus et modes d’action ?

2.2) Dissidences économiques, démondialisation et alternatives au mondialisme

Face à l’agressivité du néolibéralisme économique et des processus d’intégration dans le marché mondial, des voix dissidentes s’élèvent et s’organisent en divers mouvements et pôles de résistance mais aussi comme forces de propositions. Le mouvement altermondialiste concrétise « le passage d’une posture de simple refus de la mondialisation libérale à la mise en avant de politiques alternatives. Une façon de démentir le fameux TINA (There is no alternative) de Margaret Thatcher » (Cassen 2015) et donne toute sa place aux anticapitalistes et libertaires. C’est aussi dans ce contexte d’effervescence humaniste que s’affirment les oppositions au « tout économique » du credo ultralibéral. Du point de vue de l’environnement, l’ouverture du « marché carbone » qui s’appuie sur la vente de quotas ou permis d’émissions polluantes connaît une forte opposition de part son caractère spéculatif et son manque d’éthique, « il n’échappe pas à la spéculation, par le truchement des achats et vente de permis par les intermédiaires financiers qui n’éprouvent pas eux-mêmes la nécessité de réduire leurs émissions mais cherchent une profitabilité rapide » (Jacquemot 2015). À la nécessité de s’opposer se juxtaposent les initiatives pour ré-inventer des économies localisées (Moatti 2006) comme facteur d’innovation sociale (Colibris 2015 – Agir avec le mouvement : créer une monnaie locale. [en ligne] Colibris faire sa part. www.colibrislemouvement. org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale [consulté le 08/09/2015]) alliant écologie et justice sociale.

Proposant une vision critique de « la globalisation » l’économiste Jacques Sapir argumente sur la « démondialisation » qu’il définit « comme la conjugaison d’un retour à de fortes réglementations financières, pénalisant en particulier les mouvements de capitaux à court et très court terme, et de règles assurant que la concurrence se produise non entre systèmes sociaux différents mais entre systèmes sociaux comparables » (Sapir 2012). Dans ce va-et-vient du global au local, Elinor Ostrom constatait l’inefficacité de la gestion des ressources communes par l’État et les firmes et envisageait l’action durable collective (Ostrom 2010). Concernées au plus près par les questions environnementales qui se posent aux territoires, des communautés d’intérêts – qu’elles soient paysannes ou autres – entendent reprendre en main la gestion de ce qu’elles considèrent comme étant leurs territoires.

Assisterons-nous alors à une dilution des pouvoirs des États ? Ou encore à l’émergence d’une autre proposition citoyenne de gouvernance des territoires ?

Appel à communication :

 Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre et un résumé de 10 lignes) avant le 15 novembre 2015, à envoyer à Mathilde Lamothe ou Dominique Cunchinabe (ITEM, UPPA) aux adresses ci-dessous :
mathilde.lamothe@univ-pau.fr
dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Plus d’informations sur le site :
http://item.univ-pau.fr/live/colloques/101+Colloques+2016/+rencontres+anthropologiques+2

Bibliographie :
– BELTING Hans, Pour une anthropologie des images [trad. Jean Torrent], Paris, Gallimard, 2004.
– BIDART Pierre, La singularité basque : généalogie et usage, Paris, PUF, 2001.
– « Rock, basquité, ruralité et post-modernité » , Ruralia revue de l’Association des ruralistes français [en ligne], 1998. URL : http://ruralia.revues.org/35
– BOURDIEU Pierre, Sur la télévision. suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1996 [2008].
– CASSEN Bernard, « Le moment altermondialiste », actes du colloque Rencontres Anthro-Pau-Logique. Regard sur les sociétés actuelles, Pau, Presses Universitaires de Pau, à paraître (décembre 2015).
– CASTÉRET Jean-Jacques, La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : tradition, évolution, résilience, Paris, L’Harmattan, 2012, 367 p.
– FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean Pierre, OBBO Christian et TOURE Moriba, Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, pp.42-66.
– FAVRET SAADA Jeanne, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977.
– JACQUEMOT Pierre, Le dictionnaire du développement durable, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2015, 499 p.
– LE BRETON David, Anthropologie du corps et modernité, Presses universitaires de France, coll. Quadrige Essais Débats, 2008, 330 p.
– MOATTI Sandra, « Monnaies sociales », dans Alternatives économiques, n°247, mai 2006.
– NICOURD Sandrine, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques, n° 15, 2007, p. 1-5.
– OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, a) Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.
– Le  »je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue francaise de sociologie, 2000, pp. 417-445.
– OSTROM Elinor, Gouvernance des bien communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Éd. de Boeck, coll. Planète enjeu, 2010, 304 p.
– PERRINEAU Pascal, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°60, octobre-décembre 1998, pp. 112-117.
– SAPIR Jacques, Qu’est ce que la démondialisation ? [en ligne] RussEurope, 2012. http://russeurope.hypotheses.org/569 [consulté le 08/09/2015

  1. voir le programme de la première édition ici []

Table ronde « Le clos et l’ouvert: ombre et ligne de fuite »

Table-ronde : « Le clos et l’ouvert : ombre et ligne de fuite »

CESSMA UMR 245-INALCO/ITEM UPPA/RIAM-FMSH/

Jeudi 19 novembre 2015 (9h-17h), INALCO, Salle 3-15

75013 Paris, métro François Mitterrand

clos et ouvert affiche

Programme :

9 h 15 : Mot introductif, Robert Ziavoula, Inalco-CESSMA/RIAM-FMSH

Ombre, espace, politique

-Luc Ngwe, RIAM-FMSH
Les nouveaux lieux de loisirs : les gargotes de rue dans la ville de Douala au Cameroun

-Anne Viguier, INALCO/CESSMA
D’un espace « partagé » à un espace « public » : usages et contrôle de la rue dans les villes tamoules à l’époque coloniale (XIXe siècle)

– Michèle Leclerc-Olive, IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH
Du soleil de la place à l’ombre de la rue.
Retours sur quelques mythes fondateurs du politique, de la représentation et du savoir.
-Idrissa Mané, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
S’enclore par le voile et s’ouvrir à Allah. Réflexion sur l’islamité chez les Sénégalaises

Ligne de fuite, espace de vie

-Abel Kouvouama, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
Les acteurs de la rue : pratiquer le caranaval Biarnès dans la ville de Pau

-Sonia Dayan-Herzbrun, LCSP/RIAM-FMSH
Présents/absents: les zombies. Créoliser la pensée politique avec René Depestre

-Lucette Labache, RIAM-FMSH
Sortir du clos insulaire par la migration

-Patrice Yengo, IMAF/RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert ou le contrat prophétique

Conclusions : Abel Kouvouama, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH et Patrice Yengo (IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH)

Argumentaire:

Il y a plusieurs manières d’appréhender les mots clos et ouvert, ombre et de ligne de fuite dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte chez les individus et les groupes d’individus, les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.. Ces mots permettent implicitement d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre etc. Pour cette troisième et dernière table-ronde qui exploitera tous les terrains d’étude et d’analyse possibles, l’espace de la rue sera aussi soumis à la réflexion. En effet, qu’il s’agisse des manifestations politiques encadrées ou déviantes et des activités de travail nécessitant une régulation, une sacralisation ou un contrôle de l’espace des fêtes profanes ou religieuses, la rue apparaît comme un lieu de circulation, d’errance, de mobilité, d’ostentation et de sonorités variées ; elle est aussi un lieu à la fois clos et ouvert, un lieu de socialisation et/ou d’anonymat, ainsi que de solitude et de danger, surtout à des heures tardives de la nuit. Parce que marquée à la fois par des ombres et des lignes de fuite, la rue malgré tout fascine, fait peur et attire tout à la fois ; elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, aussi bien en milieu urbain que rural, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, tel est l’objet de cette table-ronde.

Fête de la Science 2015

Cette nouvelle édition de la Fête de la Science a été l’occasion pour les archéologues de l’INRAP et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour de rencontrer le grand public et de le familiariser aux différentes techniques et aux métiers de l’archéologie.

Installés au Village des Sciences Place Clemenceau à Pau les 10 et 11 octobre derniers, ils ont  proposé aux habitants de l’agglomération  deux expositions (la recherche archéologique à l’UPPA et « Vous avez dit archéologie préventive? ») ainsi qu’une activité pratique de fouille  et d’enregistrement animée par CapArchéo et un atelier de céramologie.

Comme l’an passé, ces activités ont remporté un grand succès!

Voici quelques photos de ce merveilleux moment de partage autour de la Science.

« Les fronts intérieurs européens: l’ Arrière en guerre (1914-1920) »

Colloque international

Les fronts intérieurs européens : l’ Arrière en guerre (1914-1920)

UPPA, 19-20 novembre 2015

programme recto

JEUDI 19 NOVEMBRE

9h00 – Accueil des participants
9h10 – Introduction
– M. le Président de l’UPPA
– M. le Président du Conseil départemental 64
– M. le Maire de Pau et Président de la Communauté d’Agglomération
– M. le Préfet des Pyrénées-Atlantiques (Comité du centenaire 64)
– M. le Directeur de l’ONAC-VG 64

9h30. Introduction scientifique par Emmanuelle Cronier (MCF, Université de Picardie Jules-Verne, CHSSC)

Session 1. La vie économique à l’Arrière : entre adaptations et opportunités
Modérateur : Stéphane Le Bras
10h00 – Nicolas Vabre (docteur, U. du Havre)
Le monde ouvrier face à la mobilisation à Cherbourg, 1914-1919
10h25 – Laurent Dornel (MCF UPPA, ITEM)
L’Empire au service de l’Arrière : les travailleurs coloniaux et l’économie de guerre. L’exemple du sud-ouest aquitain
10h45 – Discussion
11h00 – Pause
11h15 – Jean-Luc Mastin (MCF Paris 8, IDHES)
Une place évacuée dans la mobilisation de « l’Arrière ». Le repli en France libre des entreprises et des banques de la région lilloise, 1914-1920
11h40 – Nathalie Cabanas (Agrégée, docteur Histoire, CRHISM-Perpignan)
Être industriel et élu de la République à la frontière espagnole pendant la guerre
12h05 – Discussion
12h30 – Déjeuner

Session 2. Loin du front, encadrer les populations civiles
Modérateur: Laurent Dornel
14h15 – Iaroslav Golubinov (Samara State Medical University, Russie)
The food problem in Russian province during the First World War
14h40 – Jean-François Condette (PR Université d’Artois, CREHS)
« Votre tranchée est votre banc scolaire » ; structures et acteurs éducatifs : la mobilisation d’un front intérieur spécifique (1914-1918)

15h05 – Discussion
15h25 – Pause

15h40 – Ronan Richard (Docteur, Rennes 2, CERHIO)
Les autorités face à l’imprévu. La gestion des populations allogènes dans le grand Ouest français (1914-1919)
16h05 – Frank Gilson (Doctorant, EHESS)
Exploiter la mobilisation caritative : les fraudes à la philanthropie pendant le premier conflit mondial
16h30 – Chloé Pastourel (Master 2, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand)
L’action philanthropique américaine face à l’usure des corps infantiles en Europe. Étude d’un orphelinat américain en Auvergne

16h55 – Discussion
17h25 – Remise du Prix du mémoire du meilleur mémoire de Master 2015 sur le thème « Guerres et sociétés dans le Midi aquitain »
17h 40 – Fin des travaux

VENDREDI 20 NOVEMBRE

9h00 – Accueil des participants.

Session 3. La routine et l’exceptionnel : villes et campagnes dans la Grande Guerre
Modérateur : Emmanuelle Cronier
9h15 – Cherilyn Lacy (Hartwick College, États-Unis)
The Medical Home Front in Rural Hautes-Alpes During the First World War
9h40 – Aline Fryszman (Docteure Histoire, Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand)
La mobilisation au village : Le cas des communautés villageoises de l’Allier et du Puy-de-Dôme en guerre
10h05 – José Cubéro (Professeur agrégé, Université de Pau et des pays de l’Adour)
Villes et campagnes des Hautes-Pyrénées : un effort de guerre commun ?

10h30 Discussion
10h50 Pause

11h05 – Oksana Dudko (Franko Lviv National University, Ukraine)
Lviv Artists’War : Ukrainian Theater Actresses and Actors In-Between Front and Home Front (1914-1918)
11h30 – Claire Morelon (Docteure, Birmingham-Sciences Po)
Fronts de rue : l’effondrement de l’arrière à Prague à la fin de la Première Guerre mondiale (1917-1920)

11h55 Discussion
12h10 Déjeuner

Session 4. Si loin, si proche : les expériences vécues de la guerre
Modérateur : Laurent Jalabert
14h00 – Roderick Bailey (Oxford University, Grande-Bretagne)
From « Baby-Killers » to « A Very Brave Enemy »: Home Front perceptions of the Zeppelin threat to Britain
14h25 – Elli Lemonidou (Université de Patras, Grèce)
Home front as an imponderable factor in the history of Greece during the First World War

14h50 – Discussion
15h10 – Pause

15h15 – Paul Dietschy (PR Université de Franche-Comté, LSH)
Le front intérieur du sport européen pendant la Grande Guerre
15h40 – Erwan Le Gall (Doctorant en histoire, Rennes 2, CERHIO)
« Syphiliser » Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Émeraude pendant la Grande Guerre

16h05 – Discussion
16h25 – Conclusions des travaux par Laurent Dornel et Stéphane Le Bras
16h45 – Fin des travaux.

Télécharger le programme

En ligne sur Mediakiosque:

Colloque PODESCRIT, octobre 2015

Le premier colloque du programme PODESCRIT « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV) » aura lieu à Valladolid, les 16 et 17 octobre 2015.

Tríptico PodescritCe programme vise à étudier l’écrit comme instrument de pouvoir dans une perspective spatiale, en particulier dans les zones frontalières, entre les puissants de différents espaces. Il s’agit aussi de saisir l’écrit comme instrument et expression du pouvoir dans sa projection spatiale (en distinguant espaces et territoires). Deux chercheurs d’ITEM font partie de ce programme qui sera actif jusqu’en 2016 : D. Bidot-Germa et V. Lamazou-Duplan.

Le programme du colloque PODESCRIT I

« Rassembler, classer… et composer » : 15-­16 octobre 2015

Microsoft Word - Rassembler, organiser, classer ... et composer.

JOURNEES D’ETUDES
Rassembler, classer ………… et composer
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ITEM EA3002
15-­‐ 16 octobre 2015

Si toute société, tout groupe, organise l’univers dans lequel il évolue, la « communauté» des scientifiques n’échappe pas à cette loi, mieux elle a fait de cet élément fondateur un outil méthodologique. Organisé en disciplines le corps scientifique ordonne la matière qu’il s’est donné comme champ d’étude, incluant ou écartant, selon des critères discriminants, les éléments qu’il rassemble. Cette matière décomposée en « objets » par le truchement d’outils analytiques peut être amenée à rejoindre, par fragments, des listes, des catalogues, des inventaires.
Cette présentation schématique qui met en présence des acteurs, leur pensée et les objets qu’ils produisent amène à poser un certains nombre de questions : Celles de la temporalité, de la hiérarchie des pensées et de la réception des « objets ». Les critères discriminants ne sont ils pas sujet à évolution, entrainant de fait une évolution de la perception des « objets »?
Ces critères sont ils toujours construits par la communauté scientifique ? N’y a t’il pas emprunts, échanges et dialogues avec les sociétés et les groupes ou les époques étudiés ? Quel est le poids de la temporalité dans la variation de ces différents points ? Quels sont les apports des outils numériques dans ce vaste champ de l’identification, de la classification et de la médiation du savoir ?
« Objets oraux « ,  » objets matériels  » et  » objets naturels « ,  ne développent-ils pas des axes de résistances une fois inscrits dans un classement, laissant un goût de « non achevé »au scientifique qui s’applique à les traiter ? Les catégories scientifiquement posées, sont elles des frontières ou des seuils que les « objets » prennent plaisir à franchir ? L’interdisciplinarité remet-elle en cause ces outils ou les fait-­elle entrer dans une réflexion dialogique?

ima2

Jeudi 15 octobre,
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie

9h Accueil du public
9h15 Introduction aux journées d’études : Vidéo

https://mediakiosque.univ-pau.fr/avc/courseaccess?id=3366


9h30-12h30 Patrimoine Naturel /Patrimoine Culturel

  • David Penin (Chargé de mission culture au Parc national des Pyrénées)
    « Les classifications botaniques à l’usage d’une pratique professionnelle : questions et limites» : vidéo
  • Thierry Verdier (Professeur d’Histoire moderne, CRISES-Montpellier 3)
    « Classer et ordonner les savoir géométriques de la Renaissance : un jardin historique. » : vidéo
  • Charles Videgain (Linguiste, Laboratoire IKER-UPPA)
    « Entre le lucane et la menthe » : vidéo
  • Dominique Cunchinabe (Naturaliste, Laboratoire ITEM-UPPA)
    « Ça s’est sali … ». Pour une Anthropologie de l’environnement

14h30-17h Ecrit-Oral/Fixe et Instable

  • Marie Landelle (Adjointe au directeur des Archives départementales. Responsable du pôle d’archives de Bayonne et du Pays basque)
    « Collecter, classer, conserver : la pratique archivistique à l’épreuve de l’oralité » : vidéo
  • Marlène Belly (MCF, Université de Poitiers)
    « Classer l’oral : quelle idée ! Le catalogage des chansons traditionnelles » : vidéo
  • Josiane Bru, (Ethnologue, Membre associée au Centre d’anthropologie sociale, Toulouse)
    « Versions concrètes et contes-types : composer avec l’Aarne-Thompson » : vidéo

Rassemble.

Vendredi 16 octobre
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie

 9h-12h Classer et diffuser à l’aire du numérique

  • Laetitia Maison-Soulard (Chercheur au Service du Patrimoine et de l’Inventaire de la Région Aquitaine)
    « La base de données GERTRUDE de l’Inventaire : un outil performant de formalisation des recherches et de diffusion » : vidéo
  • Nathalie Martin, (Responsable de la Bibliothèque patrimoniale – Réseau des médiathèques de la Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées)
    « PIRENEAS, le portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes » : vidéo
  • Jean-Jacques Casteret/Mélanie Larché (Ethnopôle InOC Aquitaine / Laboratoire ITEM de l’UPPA)
    «Du web 2.0 au Websemantique 3.0 : dix ans de pratiques numériques pour la médiation du PCI» : vidéo

14h-16h Matériel/Immatériel

  • Grenet Sylvie (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine ethnologique. Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique. Ministère de la culture)
    « Les pratiques de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel selon l’Unesco » : vidéo
  • Cécile Devos (Chercheur à la Mission Valorisation de l’Architecture et des Patrimoines – Ville d’art et d’histoire de Pau)
    «L’inventaire de la ville de Pau au quotidien : de la théorie à la pratique» : vidéo
  • Mélanie Le Couédic (Archéologue,  Laboratoire ITEM-UPPA)
    « Rassembler, classer et comparer des sites archéologies: l’exemple du SIG DEPART (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude. Un SIG sur le patrimoine archéologique et la modélisation des territoires pastoraux) » : vidéo

Fête de la Science, Pau, 10-11 octobre 2015

Cette année, le Village des Sciences se tiendra à Pau, Place Clemenceau, les 10 et 11 octobre 2015.

Les archéologues du laboratoire ITEM-UPPA , de l’Inrap et  de Cap Archéo vous y accueilleront gratuitement de 10h00 à 18h00.

Venez participer à notre animation sur l’archéologie, ses méthodes, ses métiers !

recto test

 » Mission Archéo ». A la recherche des traces du passé »

L’archéologie propose de partir en quête du passé, remonter le temps, découvrir des cultures anciennes. Mais comment cette enquête se déroule-t-elle ? Où trouve-t-on les traces du passé ? Comment faire parler les témoins des sociétés anciennes ? Qui sont les chercheurs qui mènent ces enquêtes ?
La « Mission Archéo » vous propose de découvrir le monde de la recherche archéologique à travers des expérimentations, des rencontres avec des techniciens, des professionnels ou des métiers : poteries, charbons, sédiments… Tout devient indice pour faire parler le sol, l’environnement et reconstituer les modes de vie du passé.

Vous y trouverez :
-Deux expositions : « Vous avez dit archéologie préventive ? », et « Les experts de l’archéologie »,
-Deux ateliers pratiques consacrés à « La fouille archéologique et l’enregistrement » et à « L’étude le la céramique ».

 verso test

ICERAMM 2015 – Bordeaux, 19- 20- 21 novembre 2015

Journées d’études
du réseau d’information sur la céramique médiévale et moderne
(ICERAMM-2015)

http://iceramm.univ-tours.fr/

1-ICERAMMprogr_2015-V2

Organisées par
Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 7324 CITERES-LAT) (Philippe Husi)
Ausonius, Institut de recherches sur l’Antiquité et le Moyen Âge (UMR 5607 CNRS – Université Bordeaux Montaigne) (Sylvie Faravel)
Laboratoire ITEM, Université de Pau (EA 3002) (Alain Champagne)
INRAP (Midi-Pyrénées) (Jean Catalo)
Avec le soutien de :
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), Université Bordeaux Montaigne, Fédération des Sciences archéologiques de Bordeaux et Labex sciences archéologiques de Bordeaux (LaScArBx)

Bordeaux, les 19, 20 et 21 novembre 2015
Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
(10 esplanade des Antilles, 33607 Pessac)
Sylvie Faravel (sylvie.faravel@u-bordeaux-montaigne.fr)
Philippe Husi (philippe.husi@univ-tours.fr)

Jeudi 19 novembre

9h30-10h00 : Accueil
10h00-10h20 : Philippe Husi (UMR 7324 CITERES-LAT), et Sylvie Faravel (UMR 5607 Ausonius)
Introduction des journées et informations pratiques.

Communications régionales (Sud-Ouest de la France)
Aquitaine (coordination Alain Champagne et Sylvie Faravel)

10h20-10h40 : Pierre Régaldo (SRA Aquitaine), Vanessa Elizagoyen (INRAP), Amélie Guindon (IRAMAT-CRPAA), Ayed Ben Amara (IRAMAT-CRPAA) et al.
Travaux récents sur le centre potier de Sadirac (Gironde).
10h40-11h00 : Yolaine Rouzo-Lenoir (HADES), Hervé Barrouquère (Centre de recherche archéologique sur les Landes (C.R.A.L.)), Gwenolé Belbeoc’h (PCR céramique médiévale en Aquitaine)
Etat des connaissances sur la céramique landaise médiévale et moderne au travers des données récentes (recherche documentaire, prospections pédestres, archéologie préventive).
11h00-11h20 : Armelle Guériteau (INRAP), Sylvie Maleret (Université Bordeaux Montaigne / Ausonius)
La céramique consommée à Bordeaux (Ve s. XVe s.).
11h20-11h40 : Catherine Ballarin (INRAP)
La céramique rouge polie du grand Bergeracois (Xe – XIIIe s.).
11h40-12h00 : Sabrina Marchand (EVEHA)
La céramique du site du Larcheron à Pujo-le-Plan (Landes) – Un vaisselier landais de la seconde moitié du XVIe-début XVIIe siècle.
12h00-12h20 :Sergio Escribano-Ruiz (doctorant université du Pays Basque, Vitoria)
Cruce de caminos en Álava, consumo cerámico en un lugar entre la Península Ibérica y la Europa Continental.
12h30 – 14h00 : repas
14h00-14h20 : Fabienne Ravoire (INRAP)
Céramiques et faïences bordelaises dans les assemblages céramiques Martiniquais des XVIIIe et XIXe siècle d’après les fouilles récentes de l’Inrap à Fort-de-France, La Trinité et Saint-Pierre.

Midi-Pyrénées (coordination Jean Catalo)

14h20-14h40 : Jean Catalo (INRAP)
La question des céramiques à polissage du XIIIe siècle, l’exemple de Moissac.
14h40-15h00 : Magali Gary (Archeodunum)
Les caractéristiques des céramiques produites dans le Comminges (sud Midi-Pyrénées) à partir du Moyen Âge central.
15h00-15h20 : Stéphane Piques (PCR la céramique moderne du midi toulousain)
La poterie peinte sur engobe en Midi toulousain, essai d’aire de diffusion (XVIIe-XVIIIe s.).
15h20-15h40 : Pause
15h40-16h00 : Alain Costes (GRECAM)
La poterie du Sud-Ouest de la France du XVIe au XIXe siècle, entre modernité et archaïsme.
16h00-16h20 : Jean Chapelot (CNRS)
Technologie et socio économie de productions exceptionnelles du XIXe s. : les ponnes et autres formes montées au colombin dans le massif central, le centre-ouest et le sud-ouest.
16h30 : Petite exposition de céramiques régionales à l’Archéopole (à côté de la MSHA)
et pot d’accueil
20h30: Repas organisé sur inscription, centre de Bordeaux

Vendredi 20 novembre

Communications extra-régionales

9h00-9h20 : Gaëlle Dieulefet, (LA3M UMR-CNRS 7298), André Teixeira, (Faculdade de Ciências Sociais e Humanas – Universidade Nova de Lisboa; CHAM – Universidade Nova de Lisboa et Universidade dos Açores)
Les importations de faïences portugaises en France Méridionale entre le XVIIe et le XVIIIe siècle : les apports du site portuaire de Villefranche-sur-Mer ».
9h20-9h40 : Pierre Testard (UMR 7324 CITERES-LAT) : La céramique du Xe au XVIIe siècle à Angoulême (Charente) à partir des sites du Palais de Justice et de l’Îlot du Chapeau Rouge.
9h40-10h00 : Rémi Carmes (HADES)
Les fours de potiers du site de Verchamp-Eurêka à Castelnau-le-Lez (Herault) : VIIIe-XIIIe siècle.
10h00-10h20 : Anne. Bocquet-Liénard (CRAHAM), Stéphanie. Dervin (INRAP, CRAHAM), Elisabeth. Lecler-Huby (INRAP, CRAHAM) et Xavier. Savary (CG 14)
Caractérisation de quelques ateliers de potiers du XIe-XIIe s. en Normandie : une approche croisée pour mettre en évidence des aires de production.
10h20-10h40 : pause
10h40-11h00 : Françoise Labaune (INRAP)
Quelques nouveaux assemblages céramiques médiévaux de Bretagne.
11h00-11h20 : Etienne Jaffrot (EVEHA, CITERES-LAT)
Une production potière à la fin du 5e ou au début du 6e s. à Saint-Laurent-Nouans (41).
11h20-11h40 : Geert Verbrugghe (INRAP), Vanessa Elizagoyen (INRAP)
Actualité 2014 – 2015 de la recherche sur les mortiers en pierre champenois, franciliens et aquitains.
11h40-12h30 : Présentation de la céramique régionale et discussion autour du mobilier apporté par les différents participants.
12h30-14h00 : Repas
14h00-15h00 : Philippe Husi (UMR 7324 CITERES-LAT) Bilan 2015 et perspectives 2016.
– Présentation succinctes des réalisations (répertoire et notices)
– Revoir la liste des référents régionaux
– Présentation des nouveaux membres du réseau en fonction des participants aux journées
– Réflexion sur la publication d’un volume comprenant une sélection de communications pour les 10 ans d’ICERAMM (2006-2016).
– Prévisions des réalisations 2016
– Organisation des journées 2016
– Autres questions diverses
15h00-15h30 : Pour ceux qui le souhaitent, suite et fin de la présentation de la céramique régionale et discussion autour du mobilier apporté par les différents participants.
16h-18h00 : visite du Musée d’Aquitaine (en priorité les salles médiévales et modernes)
Repas libre

Samedi 21 novembre (excursion sur inscription)

9h00 : (Bordeaux centre, bus) : départ pour Sadirac, visite du musée de la Poterie et des dernières installations potières conservées.
Retour en bus gare de Bordeaux Saint-Jean vers 12h30.
Repas libre (nombreuses possibilités de restauration autour de la gare)
Informations :
Possibilité pour les participants d’accrocher quelques posters dans le hall de la MSHA pendant la durée du colloque.
Possibilité de vendre des livres dans le hall de la MSHA pendant la durée du colloque.
Liste des référents régionaux et des principaux acteurs du réseau (cette liste n’est pas exclusive et ne préjuge pas de la présence de tous les intervenants).
Y. M. Adrian (INRAP) ; A. Bocquet-Liénard (CNRS) ; S. Challe (Service public de Wallonie) ; J. Catalo (INRAP) ; A. Champagne (Université de Pau) ; C. Claude (INRAP) ; S. Dervin (INRAP) ; E. Jaffort (EVEHA-LAT) ; K. de Groote (VIOE, Institut du Patrimoine Archéologique) ; Y. Henigfeld (Université de Nantes) ; A. Horry (INRAP) ; P. Husi (CNRS) ; M. Joguin (SCA de Genève) ; F. Labaune (INRAP) ; E. Lecler-Huby (INRAP) ; A. Lefevre (INRAP) ; S. de Longueville (Service public de Wallonie) ; N. Mahé (INRAP) ; S. Mouny (Université de Picardie) ; E. Normand (Culture) ; R. Prouteau (INRAP) ; F. Ravoire (INRAP) ; C. Richarté (INRAP) ; B. Véquaud (INRAP) ; G. Verbrugghe (INRAP) ; V. Vincent (INRAP).

Journées d’études

Université d’été du RéDoc, 21-25 mars 2016

La sociologie au défi des transformations du lien social : questions de méthode

Appel et dépôt des candidatures : 14 septembre au 2 novembre 2015

Pour s’inscrire

Le RéDoc tiendra du 21 au 25 mars 2016 à Marrakech sa septième séance de formation doctorale internationale, organisée par la Faculté de Gouvernance, des Sciences économiques et Sociales de l’Université Mohamed VI Polytechnique.

Texte d’orientation

La sociologie se définit en tant que science dont l’objet d’étude est les phénomènes sociaux, elle s’intéresse aux comportements des individus en tant que membres d’un corps social (famille, Etat, tribus, …) et tente d’en expliquer les fondements. Cette définition générale ne permet plus de décrire l’activité sociologique dans sa diversité.  La discipline bien installée dans le champ scientifique depuis le 19ème siècle, partage ses questions, ses objets et une partie de ses réponses avec d’autres disciplines : l’anthropologie, l’histoire, l’économie, la psychologie, la science politique… Aujourd’hui, les sociologues se trouvent à interroger leurs méthodes et leurs approches d’investigation compte tenu des transformations du lien social.

Par ailleurs, la sociologie est confrontée aux changements qui concernent les nouvelles formes d’organisations sociales, les nouveaux rapports sociaux, suscités par l’avènement du virtuel et du numérique, et les méthodes de collectes et d’analyse qui en dépendent. Il est par conséquent salutaire dans cette période de mutations rapides et intenses, d’interroger les anciennes méthodes et ces nouveaux objets et de renouveler les modes de questionnement par-delà les partis pris holistes ou individualistes, quantitativistes ou qualitatifs.

La distance qui sépare Durkheim de Thomas et Znaniecki est la même qui nous sépare aujourd’hui des premiers travaux de Bourdieu sur la division du travail en Kabylie. Durkheim insistait notamment sur le fait que les phénomènes d’anomie sont surtout caractéristiques des périodes de développement économique intense, de crise politique ou de crise économique et il pointait les mécanismes générateurs de désorganisation et de démoralisation en période de changement social à partir d’un point de vue normatif. Alors que les travaux de Thomas et Znaniecki introduisent la subjectivité et l’interaction, ils analysent les mécanismes générateurs de l’anomie et les situations créées par ces mutations tant au point de vue de l’individu que de la société. La même observation peut être faite à propos du paradigme de la sociologie de l’action ou du pouvoir quand Bourdieu privilégie la concurrence et le conflit, tandis que d’autres sociologues insistent sur la coproduction, la coalition.

Si des débats autour de la stratification, l’intégration et l’anomie ont toujours intéressé les sociologues, il n’en demeure pas moins que les analyses autour du lien social constituent l’épine dorsale de la discipline. Or, cet objet privilégié est, de loin, le plus perturbé par les mutations en cours. La diversification des liens constitutifs des sociabilités qui se trouvent au fondement du « corps social » ne peut plus s’appréhender uniquement à travers des indicateurs morphologiques tels que l’habitat, la famille, etc. Des mutations profondes aussi bien technologiques, médicales que philosophiques ont boulversé les unités primaires telles que la famille, le lignage, la tribu, construites autour de principes biologiques, ethniques voire spatiaux.

Les débats actuels autour de réseaux sociaux et du réseau virtuel laissent entrevoir toute la complexité du problème de la nature du lien, ses manifestations empiriques, sa temporalité et son rapport à l’action, la mobilisation ou la production de l’identité. Ils nous interpellent au fur et à mesure que ces réseaux se développent à une vitesse extraordinaire. Dans quelle mesure ces réseaux créent-ils véritablement du lien social ? Les constats actuels autour de la relation entre les mouvements de revendication et de contestation et le développement des réseaux sociaux posent également la question du passage du « virtuel » au « réel » et de la nature du lien qui en découle.

Ces objets nouveaux -structurés autour de liens éphémères- ne peuvent pas être appréhendés uniquement par une réinvention de la tradition en imaginant le tribalisme là où il ne peut exister, en transférant sans crainte l’anachronisme et en forçant l’analogie entre des formes de ritualisation et de sociabilité actuelle avec celles du passé.

L’enjeu est épistémologique, il concerne les questions possibles à un moment donné de l’histoire mais il est aussi méthodologique dans la mesure où nos boites à outils peuvent s’avérer caduques. Notre installation dans le confort d’une discipline institutionnalisée aux méthodes canonisées nous prive de « l’imagination sociologique » (C.W Mills) et annihile nos capacités d’innovation. On peut multiplier les exemples qui illustrent l’importance des réseaux sociaux pour décrire et expliquer les nouveaux objets sociologiques. Si on prend l’exemple du rapport entre lien virtuel/réel et notre approche de ses formes de sociabilité, on ne peut pas ignorer les enjeux de méthodes que le phénomène pose. Certes, quelques modèles existent et ont été mobilisés bien avant la nouvelle vague des réseaux sociaux et des sources d’information sur internet. Le modèle d’Herbert Simon (1954) a été popularisé sur l’influence de la publication des résultats de sondage sur le vote final mais surtout par Schelling (1972) dans ses différentes simulations de la ségrégation spatiale et ses conséquences inattendues et non voulues ainsi que sur de nombreux comportements collectifs. Ce modèle s’applique aussi bien à la diffusion de l’innovation, des rumeurs, des maladies que des grèves, des émeutes, des migrations, du vote. Ou encore la théorie de l’importance des liens faibles développée par Granovetter (1982), pour qui, paradoxalement. un individu profiterait plus, des liens faibles (réseau secondaire des connaissances) que des liens forts (réseau primaire de la famille et des amis proches), pour la circulation de l’information.

Les nouveaux objets posent un autre problème lié à la nature des ressources documentaires utilisées, dont principalement l’internet mais aussi les nouveaux usages qui affectent d’autres sources d’information classiques telles que les enquêtes d’opinions et les sondages.

Afin de réfléchir à cette vaste question des « changements de paradigme et des objets sociologiques » nous suggérons à titre indicatif, d’aborder ce thème par l’intermédiaire d’axes qui constituent des portes d’entrée vers des thématiques spécifiques :

Quels  nouveaux objets sociologiques ?

  • Les nouveaux liens sociaux ;
  • La socialisation aujourd’hui ;
  • Les réseaux sociaux et processus de réseautage
  • La dynamique de la société virtuelle ;
  • La dynamique de groupes ;
  • Le passage du virtuel au réel et la nature du lien ;
  • Le transnationalisme

Quelles nouvelles méthodes ?

  • La nature des ressources documentaires ;
  • Les sources d’informations ;
  • Les indicateurs du lien social ;
  • L’enquête dans le monde virtuel ou l’ethnographie digitale ;
  • L’enquête sociologique des réseaux ;
  • L’enquête auprès des réseaux transnationaux.

Références
Granovetter, M. (1982) « The Strength of Weak Ties: A Network Theroy Revisited », dans P.V. Marsden et N.Lin (dir.), Social Structure and Network Analysis, London, Sage.
Mills, (2006), L’imagination sociologique, [traduction de Pierre Clinquart], Paris, La Découverte.
Bourdieu, et A. Sayad (1964), Le déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.
Lévi-Strauss, C. (1983), Le regard éloigné, Paris, Plon.
Schelling, T. C. (1971), «Dynamic Models of Segregation», Journal of Mathematical Sociology, 1: 143-186.
Simon, H. (1954) «Bandwagon and Underdog Effects of Election Predictions», Public Opinion Quarterly, 18 (3), p. 245-253

Kouvouama Abel, membre du Laboratoire ITEM, Coordonnateur du CR 37 « Afrique en mutation » de l’AISLF

Misogynie et discriminations sexuelles, 24-26/09/2015

Colloque
Misogynie et discriminations sexuelles

Université de Pau et des Pays de l’Adour

24-25-26 septembre 2015

Ce colloque fait partie du projet « Figures et fondements de la misogynie » de la fédération de recherche (FR 4153) Espaces-Frontières Métissages, de l’UPPA. Le programme complet du projet peut être consulté sur le lien suivant : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/live/recherche/misogynie
Le projet est mis en œuvre par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’UPPA avec le soutien de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

Programme

Jeudi 24 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modérateur : Maurice Daumas

8h30 : Accueil des participants
8h45 : Ouverture du colloque par

  • Mohamed Amara, Président UPPA
  • Véronique Lazzeri, chargée de mission Parité UPPA,
  • Juan Pedro de Basterrechea, directeur de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

9h15 : Présentation par Maurice Daumas, Professeur en Histoire moderne, UPPA

L’héritage
  • 9h30 : Adeline Gargam, Docteure en littérature française, Université de Nouvelle Calédonie : « La République des Lettres et des Sciences, un territoire misogyne au siècle des Lumières ».
  • 9h55 : Ana Armenta-Lamant Deu, Agrégée d’espagnol, Doctorante en Littérature espagnole, UPPA : « Peut-on parler de misogynie dans le Siècle des Lumières espagnol ? »

10h20 : Discussion-Pause

  • 10h45 : Nicole Pellegrin, PR d’Histoire moderne, CNRS : « Entre fascination et misogynie : « juger » Jeanne des Anges, ursuline ensorceleuse, sainte putative et hystérique brevetée (XVIIe-XXe siècles) ».
  • 11h10 : Yohann Chanoir, Agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS : « Ces mégères que l’écran a su apprivoiser… Histoire, images et espaces de la misogynie dans le cinéma occidental ».
  • 11h 35 : Bernard Nominé, psychanalyste : « La peur du féminin ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre de la Présidence- UPPA – modératrice : Pascale Peyraga
Du côté de l’Espagne
  • 14h00 : Projection du film d’Icíar Bollaín, Te doy mis ojos (Ne dis rien), 2003, suivi d’un débat animé par Pascale Thibaudeau, PR d’Espagnol, Université Paris VIII.
  • 17h00 : Allison Taillot, MCF d’Espagnol, Université Paris 10 : « Antifascisme et misogynie : Sylvia Townsend Warner et Valentine Ackland au Congrès de Valence de 1937 ».
  • 17h25 : Elise Martos, Doctorante en littérature espagnole, UPPA : « Approches misogynes de l’œuvre d’Isabel Alvarez de Toledo, femme engagée ».

18h00 : Discussion

 Vendredi 25 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modératrice : Nicole Pellegrin
« Tout est politique »
  • 9h00 : Christine Bard, PR Histoire Contemporaine, Université d’Angers : « L’antiféminisme au prisme du déclinisme : une misogynie politiquement assumée ? »
  • 9h25 : Michèle Riot-Sarcey, PR d’Histoire contemporaine, Université Paris VIII : « La misogynie est-elle la cause des interdits prononcés à l’encontre des femmes au XIXe siècle ?»
  • 9h50 : Christine Guionnet, MCF Sciences politiques, Faculté de droit et sciences politiques, Rennes I: « Intérêts et limites du concept de misogynie en politique ».
  • 10h15 : Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF : « Dévoilement et persistance de l’ “hétérosexisme racialisé constituant” d’un contrat social fraternel : une égalité sous conditions ».

10h35 : Discussion – Pause

  • 10h45 : Marlène Coulomb-Gully, PR en Sciences politiques, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès : « Le sexisme bien tempéré du Canard enchaîné ».
  • 11h10 : Elsa Dorlin, PR Philosophie politique et sociale, Université Paris VIII : « Être ou ne pas être Charlie : Féminisme, misogynie et liberté d’expression ».
  • 11h35 : Marie-Laure Déroff, MCF Sociologie, Université de Bretagne occidentale : « Presse féminine et sexualités : une émancipation féminine sous conditions ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Parlement de Navarre – Pau – modératrice : Christine Bard
Comportements mâliques
  • 14h30 : Marie-Carmen Garcia, PR Sociologie, Université de Toulouse P.Sabatier : « La misogynie : norme cachée des amours clandestines ».
  • 14h55 : Mélanie Gourarier, Docteure en Anthropologie sociale : « La « Communauté de la séduction » et le renouvellement du masculinisme ».
  • 15h25 : Yves Raibaud, MC HDR de Géographie, CNRS, « Désirs de ville, peurs urbaines. Le harcèlement des étudiantes à Bordeaux ».

16h00 : Discussion – Pause

Combats pour l’égalité (1)
  • 16h15 : Emilie Teyssedre, Osez le féminisme 31 : « Féminisme 2.0 Nouvelles formes de militantisme ».
  • 16h40 : Sandrine Heckmann, Planning familial : « Assignations et normes de sexualité à l’adolescence ».
  • 17h05 : Thérèse Auclair, Maison des Femmes de Pau : « En route pour l’égalité avec la Maison des Femmes du Hédas ».

16h00 : Discussion – Déplacement au Château de Pau

  • 18h00 : Conférence par Sabine Forero, PR histoire de l’art, UPPA : « Ceci est mon corps : femmes artistes à l’assaut des stéréotypes misogynes et sexistes 1970-1990 ».

19h Visite du château de Pau
20h00 : Cocktail dînatoire

Samedi 26 septembre 2015
Matin – Commanderie de Lacommande – modératrice : Nadia Mekouar-Hertzberg
Combats pour l’égalité (2)
  • 9h30 : Anne Saouter, Docteure en Anthropologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Le geste de l’imposture. Quand la performance revêt le mauvais sexe ».
  • 09h55 : Hélène Marquié, MCF, Centre d’études féminines et d’études de genres, Université Paris 8 : « L’assignation de la danse au féminin : ressorts misogynes et conséquences discriminantes ».
  • 10h20 : Patricia Mercader, PR de psychologie sociale, Université Lumière – Lyon 2: « L’école : un lieu où se transmet la misogynie ? »

10h45 : Discussion
11h00 : Conclusions par Nadia Mekouar-Hertzberg, PR à Université de Pau et des Pays de l’Adour.
11h30 : Visite de l’église de Lacommande.
12h30 : Dégustation à l’office de la Route des Vins du Jurançon et buffet.
14h00 : Retour à Pau.