Archives par mot-clé : transmission

Regards croisés sur les musiques traditionnelles

COLLOQUE

REGARDS CROISÉS SUR LES PROCESSUS DE TRANSMISSION
DES MUSIQUES TRADITIONNELLES DE LA FRANCOPHONIECapture 2
2 et 3 MAI 2016
Maison des sciences de l’homme et de la société
Bât. A5 – 5 rue Théodore Lefebvre – 86073 POITIERS cedex 9

Un partenariat du Centre d’études supérieures musique et danse (CESMD) de Poitou-Charentes et de l’Université de Poitiers – Laboratoire Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, arts et musicologie (CRIHAM), en collaboration avec l’Institut occitan InOc-Aquitaine, le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France (CIRIEF) et la Maison des sciences de l’homme et de la société Poitiers (MSHS), dans la continuité du premier séminaire qui s’est tenu les 11
et 12 novembre derniers à l’InOc Aquitaine à Pau.

Colloque ouvert au public, gratuit, inscription obligatoire auprès du CESMD de Poitou-Charentes, 10 rue de la Tête Noire – BP 30015 – 86001 Poitiers cedex 1
enseignement.superieur@cesmd.fr – 05 49 60 21 79

Capture

S’interroger sur les processus de transmission des musiques traditionnelles de la francophonie n’est pas sans soulever de nombreuses questions. Du passage de savoirs conduits sur la chaine des générations à ceux portés par un corps enseignant institutionnalisé, le transmetteur et son acte sont au coeur des préoccupations : qui transmet ? que transmettre ? comment ? pourquoi ? Il importe alors de repenser les contextes propres à ces musiques mais aussi d’envisager les spécificités musicales, fonctionnelles, symboliques… du matériau afin de comprendre au mieux leur positionnement au regard des processus de transmission des répertoires dit savants de l’Occident ; ces derniers étant posés en vis-à-vis dans la question de l’institutionnalisation de l’enseignement et de l’accès aux formations professionnalisantes.

Cette approche conduit à ne pas négliger la dimension politique : de leur manipulation à des fins propagandistes à leur valorisation dans les élans socialistes, ces musiques ont, tour à tour, suscité profond rejet et fascination démesurée. Aussi, il est nécessaire de cerner l’étendue de cette gamme d’élans afin d’approcher en quoi et comment les musiques traditionnelles peuvent répondre aux préoccupations musicales mais aussi sociétales actuelles. Dès lors, comment aborder le rapport à l’institutionnalisation qu’il soit pour favoriser le rapprochement ou, à l’inverse, pour maintenir une forme de distanciation ?

Si le transmetteur occupe une place centrale dans les processus de transmission, la façon dont il assume son acte ne peut être dissociée de choix revendiqués : d’un répertoire à redonner sur un plan technique à un contenu plus porteur de sens, d’une volonté de copier la source à une forme d’émancipation en vue d’une démarche créative, l’acte de transmission peut, également, se penser en réelle prise de position sociale.

C’est alors toute la question de la relation aux sources qui se doit, également, d’être posée. De « l’homme-source » à l’archive sonore livrée sur le Net, le passage n’est pas sans conséquences tant ces autres supports de tradition sont devenues indissociables de l’acte de transmission. Il s’agit alors d’examiner la place et le rôle de ces supports.

Quand au vocable de francophonie utilisé dans l’intitulé, il ne doit pas être compris dans une acception stricte ni excluante : il n’a d’autre ambition que celle d’interpeller avec souplesse les espaces hors Hexagone (Canada francophone, Louisiane, Antilles) où, en lien avec les mouvements d’hommes, nos répertoires de musiques traditionnelles trouvent un écho direct.

Faisant suite à un premier séminaire proposé par l’Ethnopôle InOc-Aquitaine à Pau les 11 et 12 novembre 2015 et durant lequel cette même thématique a surtout été traitée selon un angle anthropologique et historique, ce second temps décline notamment la thématique sous ses aspects pédagogiques.

Ce nouvel événement scientifique prend place dans le cadre d’un partenariat entre le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes (Cesmd) et l’Université de Poitiers, établi dans le cadre de la formation au Diplôme national supérieur professionnel de musicien (DNSPM) des musiques traditionnelles des aires francophones et occitanophones (Hexagone, Canada francophone, Louisiane et Antilles). Cet événement est en lien direct avec l’axe de recherche Émotions, créations du laboratoire du CRIHAM en ce sens qu’il examinera les facteurs sociaux de la création artistique concernant le domaine des musiques traditionnelles et précisera le rôle des institutions dans la formation du savoir artistique.

PROGRAMME

 LUNDI 2 MAI 2016 14h – 17h30

 Relations musiques traditionnelles & politique

  •  Intervention de mesdames Charline Claveau-Abbadie, Conseillère régional déléguée Langues et cultures régionales (sous réserve) et Anne Gérard, Conseillère régionale déléguée Francophonie – Conseil régional Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.
  • Quelles relations un artiste porteur des musiques traditionnelles établit-il avec le politique ?
    Gino Sitson, artiste musicien, chercheur-doctorant en musicologie-ethnomusicologie IReMus / CNRS
  • La Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) et le Ministère de la Culture, partenaires pour l’invention d’une politique en faveur des musiques traditionnelles
    Jany Rouger, Co-président de la commission culture de l’agglomération du Bocage bressuirais, Vice président de la FNCC (Fédération nationale des collectivités pour la culture), ancien directeur de la FAMDT
  • Ateliers de réflexion et d’échanges
    Modérateurs :
    Jean-Jacques Decreux, Co-directeur du CESMD
    Josette Renaud, Directrice d’UPCP-Métive, Parthenay-79 (Centre de musique et danse traditionnelles en région ALPC)

MARDI 3 MAI 2016 9h – 16h

Formes nouvelles et outils nouveaux pour la transmission et l’enseignement

Table ronde avec la participation de :
Michel Lebreton, Président de l’association des enseignants de musique et danse traditionnelles, enseignant au conservatoire à rayonnement départemental du Calaisis
  • Transmission des musiques traditionnelles et institutionnalisation de l’enseignement
    Françoise Etay, Directrice du Département de musiques traditionnelles du Conservatoire à rayonnement régional de Limoges
  • La relation aux sources : du témoignage vivant à l’archiveJean-Jacques Castéret, Directeur de l’ethnopôle InOc Aquitaine / Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des pays de l’Adour
  • De modèles-types à la création : une approche à travers quelques processus de re-formulation dans les mondes créolesDavid Khatile, chargé de cours à l’Université des Antilles pôle Martinique, formateur au Cefedem Normandie
  • Ateliers de réflexion et d’échanges
    Modérateurs :
    Chantal de Romance, Conseillère musique et danse – Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Aquitaine Limousin Poitou-Charentes
    Marlène Belly, Maître de conférences à l’Université Poitiers, ethnomusicologue, domaine francophone, coordinatrice du DNSPM musiques traditionnelles au CESMD
et avec la participation de :
Philippe Janvier, professeur/musicien, coordinateur du Département de musique traditionnelle du Conservatoire à rayonnement départemental de Lorient
Philippe Compagnon, musicien et enseignant en chant traditionnel, conseiller aux études au CESMD
Maxime Chevrier, musicien et enseignant en violon traditionnel

Bulletin d’inscription

Séminaire en ethnomusicologie de la France

BANDEAU SEMINAIRE INOC

Organisé par l’ethnopôle InOc Aquitaine

En collaboration avec le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France

Et en partenariat avec le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes

Avec le soutien de la Direction générale des Patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication

seminairep 

Présentation

Dans le cadre de ses missions d’Ethnopôle – Pôle national de Recherches et de Ressources en Ethnologie, l’InOc Aquitaine met en place un « Séminaire annuel » dédié à l’ethnomusicologie de la France. Par la création de cette rencontre annuelle, la Direction générale des patrimoines – Direction de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture a souhaité soutenir et valoriser la recherche sur les musiques et danses traditionnelles du domaine français et favoriser la rencontre professionnelle et la formation.

L’idée est de favoriser la rencontre de chercheurs institutionnels et de porteurs des expressions musicales etchorégraphiques dites traditionnelles, eux-mêmes investis dans la réflexion sur leur pratique et sa transmission.

Ce séminaire est envisagé comme un espace d’écoute, d’information, d’apprentissage, chaque participant : chercheur, praticien, apprenant de l’autre ; comme un espace favorisant la distanciation par rapport aux pratiques contemporaines, aux processus de transmission, de construction du domaine.

Cette première édition est ainsi tout naturellement organisée en collaboration avec le Cirief qui fédère depuis 2007 une trentaine de chercheurs et promeut l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche et de la valorisation des travaux scientifiques.

La thématique de ce Séminaire a par ailleurs rencontré les préoccupations et missions du Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes. Le « croisement des regards » s’organisera ainsi en deux temps :

 à Billère – Agglomération Pau-Pyrénées, les 11-12 novembre 2015

 à Poitiers, les 2-3 mai 2016.

 Le premier événement se centrera sur les processus de transmission des musiques traditionnelles d’un point de vue essentiellement anthropologique et historique là où le second s’orientera davantage sur les aspects pédagogiques. Il s’agira, dans le cadre de ces deux rencontres, de s’interroger de manière complémentaire sur la difficile et complexe question de la transmission concernant des musiques qui, en quelques décennies, ont connu des changements radicaux quant aux processus qui leur permettent de défier leur passage sur les échelles espace/temps.

« Regards croisés sur les processus de transmission

des musiques traditionnelles en France »

Si la question de la transmission est, pour suivre David Berliner (Berliner), « un impensé » de la discipline anthropologique, elle est en revanche, aujourd’hui comme tout au long des cinquante dernières années, au coeur des préoccupations, explicites ou implicites, des acteurs des musiques traditionnelles. Ce domaine a connu – connaît toujours – une prolifération d’entreprises et de dispositifs de transmission qu’ils soient associatifs subventionnés (ateliers…), publics (conservatoires, schémas d’éducation artistique…) ou « sauvages » (rassemblements festifs, organisation locale d’une sociabilité musicienne…) (Cf. Isnart, Castéret).

Le séminaire souhaite ainsi interroger la transmission musicale en tant que processus : processus passés et présents dessinant un « patrimoine en action » (Tornatore). Non spécifiquement l’acte pédagogique de la transmission d’une technique mais ce qui se trouve au-delà : les modalités de transmission des savoirs stylistiques, des savoir-être, de la sociabilité musicienne, des contextes anciens ou nouveaux de la musique. Plus largement ce qui fait – ou non – des apprenants des hommes « culturés ». Ce qui contribue à faire de la musique un « fait social total » selon l’expression de Marcel Mauss ; à inscrire les praticiens dans une communauté sans cesse réinventée ; à faire des répertoires et des esthétiques des valeurs partagées.

Le séminaire souhaite par ailleurs interroger les usages et les modalités de la transmission : hérités ou créés et, dans tous les cas, construits. Quels sont-ils, comment sont-ils apparus, de quelle façon se construisent-ils ? Il s’agira notamment d’identifier les institutions de transfert d’hier et d’aujourd’hui : mettant en perspective les dispositifs des « anciens milieux ruraux français » (Guilcher), ceux nés à la fin du XIXe siècle avec l’apparition du mouvement folklorique ou régionaliste, ou avec les revivalismes du XXe siècle ; abordant, le cas échéant, pour certains territoires ou pratiques, la dialectique ou la dialogique à l’oeuvre entre diverses institutions de transfert ou dispositifs.

L’analyse et la mise en regard des grands jalons du renouveau paraît plus largement souhaitable, à savoir : la période des « redécouvreurs » des années 1970-1980, celui de « l’institutionnalisation » de la musique traditionnelle dans les 1980-2000 et probablement celui, en cours, qui voit le départ en retraite – pour les enseignants – des acteurs du renouveau et la professionnalisation d’une troisième génération d’acteurs. Cela conduira plus particulièrement à aborder les contextes et représentations politiques, culturelles, esthétiques qui sous-tendent les processus de transmission, que ce soit à travers le discours – et, au cours du séminaire, le témoignage – des enseignants, des praticiens, des artistes, des responsables institutionnels…

La notion de groupes ou de communautés, notamment de « communautés symboliques » ou « communautés de pratiques » (Molino) pourra ainsi être posée au regard des esthétiques et des modalités de transmission.

Nous pourrons enfin nous interroger sur les conséquences des représentations, usages – la « pédagogisation » des pratiques par exemple –, dispositifs, en termes de lutherie ou de facture instrumentale, de répertoires, de styles… Les nouvelles façons de poser l’acte de transmission, ses contextes, la question des contenus à transmettre feront, également débats. Par le biais de témoignages, d’expériences mais aussi à l’écoute des jeunes générations, le domaine de la formation en musiques traditionnelles et plus particulièrement celui des formations professionnalisantes seront abordés. Esquissés dans le cadre de ce séminaire, ces aspects seront plus précisément développés dans le cadre des rencontres du CESMD de Poitou-Charentes.
 

Télécharger le Programme

Comité scientifique
Jean-Jacques Castéret, Ethnopôle InOc Aquitaine.
Luc Charles-Dominique, Université de Nice-Sophia-Antipolis, Institut Universitaire de France.
Cyril Isnart, Idemec CNRS.
Marlène Belly, Université de Poitiers.
Ouvert au public sur inscription (obligatoire) : m.larche@in-oc.org
Lieu
Institut Occitan Aquitaine
Château d’Este
Avenue de la Pléiade – 64140 Billère Cedex
Tél. : +33 (0)5 59 13 06 40
Comment venir ?
En transport en commun
– Train : Arrêt à la gare de Pau
– Avion : Aéroport Pau Pyrénées
– En bus (le jeudi 12.11.15) : Ligne P6, arrêt Château d’Este
En voiture
– Conducteurs : proposez vos places libres !
– Passagers : trouvez un covoiturage !
– Parkings : Parking gratuit de la Médiathèque d’Este

Alice Guerville-Ballé, à la pointe pour le patrimoine

La République des Pyrénées publie ce jeudi 02 juillet 2015 un article mettant en avant les travaux de notre doctorante, Alice Guerville-Ballé, lauréate du prix J.P. Hugot attribué dans le cadre de la chaire Histoire Cultures et Patrimoines.

20150702_090437-1

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/07/02/a-la-pointe-pour-le-patrimoine,1261202.php#xtatc=INT-1-[home_col_gauche_A2]

Colloque « Le PCI : de l’Inventaire à la gouvernance », Pau, 15-17 mai 2014

 

La notion de Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) introduite par l’UNESCO en 2003 a amené à repenser la place des témoins et des chercheurs dans la construction des objets scientifiques. La France ayant ratifié la « Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel » en juillet 2006, cette nouvelle notion a progressivement trouvé un écho au sein du tissu associatif français et dans les dispositifs publics et les organigrammes des collectivités territoriales et des services déconcentrés du Ministère de la Culture dans les régions (DRAC). C’est dans cette dynamique qu’a été mis en œuvre, dès 2008, un Inventaire du PCI en Aquitaine par le Laboratoire ITEM de l’UPPA et l’Ethnopôle InOc Aquitaine, comptant parmi les toutes premières expériences en France.

Ce colloque, ouvert au grand public (entrée libre sur inscription) et organisé à Pau du 15 au 17 mai 2014 sous le haut patronage de l’UNESCO, sera plus particulièrement l’occasion de revenir sur ces sept années d’expérimentation de la notion d’Inventaire et de les mettre en perspective avec d’autres entreprises conduites en France et dans le monde.

L’expérience aquitaine qui ne prétend pas à une quelconque exhaustivité mais à une exploration des méthodes relevant à la fois du travail ethnographique, de l’analyse anthropologique et des protocoles d’inventaire, révèle d’une part l’imbrication – au sein de systèmes – de pratiques diverses regardées – ou non – comme autant de patrimoines, soulevant également un certain nombre de questions.

La notion de transmission étant centrale dans la définition du PCI, l’inventaire aquitain s’est développé dans une optique dynamique prenant les faits observés comme des manifestations contemporaines, révélant dès lors en premier lieu l’actualité de pratiques et savoir-faire faisant sens dans un territoire donné. La notion de PCI invitant à travailler sur les pratiques sociales et culturelles aux plans synchronique et diachronique et à leur contextualisation, le chercheur est alors amené à prendre en considération les espaces, les bâtiments et les objets qui participent de ces pratiques. Quant aux processus de transmission, ils induisent un ensemble de connaissances qui relèvent des patrimoines linguistiques et oraux, le tout étant placé dans un cadre intergénérationnel. Ces pratiques et savoir-faire, qu’ils soient exceptionnels ou ordinaires s’inscrivent, en outre, aussi bien dans des sphères publiques que privées. Les interrogations portées sur les espaces et les savoir-faire font, quant à elles, émerger des pratiques coutumières inscrites dans le temps long qui par certains de leurs aspects peuvent rentrer en conflit avec les nouveaux usages de ces mêmes espaces.

Dès lors, si les notions de PCI et d’inventaire réinterrogent tout à la fois le patrimoine ethnologique avec une implication notable des groupes et des communautés, elles réinterrogent les différents dispositifs règlementaires ou de soutien au patrimoine culturel et naturel. De même, si la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel requiert un encadrement juridique et des dispositifs dans la mise en application du texte dès lors qu’un état membre la signe, quelles instances de gouvernance sont aujourd’hui à même de réguler l’action de ces différents dispositifs ?

Les vidéos des communications sont en ligne sur Mediakiosque à cette adresse.webmoyen

Le programme du colloque et le bulletin d’inscription sont téléchargeables sur le site du laboratoire ITEM.

CONTACTS : Patricia HEINIGER-CASTERET, maître de Conférences

patricia.heiniger-casteret@univ-pau.fr

PROGRAMME DU COLLOQUE:

15 mai, Pau, Pavillon des Arts, Conférence inaugurale dans le cadre du label « Ville d’Art et d’Histoire », 18h30

Chérif Khaznadar  (Président de la Maison des Cultures du Monde/Centre français du patrimoine culturel immatériel) : « Patrimoine Culturel Immatériel, sa genèse, sa philosophie et son développement.

16 mai, l’UPPA, Amphithéâtre de la présidence

9h15
Accueil par le M. le Président de l’Université
Introduction au colloque « Le Patrimoine Culturel Immatériel : de l’Inventaire à la gouvernance »
9h45 : « La notion de Patrimoine Culturel Immatériel »
Christian Hottin (Ministère de la Culture) : « De l’invisibilité à la mise en perspective : Le PCI en France (2006 – 2014 et au-delà). »
Leila Lankarani (CRDEI, Univ. Bordeaux) : « Le Patrimoine Culturel Immatériel et les collectivités infraétatiques : les aspects juridiques »

11h pause café

11h15 : « Acteurs, dispositifs,  outils »
Séverine Cachat  (CFPCI) : « Les acteurs du Patrimoine Culturel Immatériel en France »
Sylvie Grenet-Coye (Ministère de la Culture) : « Les inventaires du Patrimoine Culturel Immatériel en France au regard des communautés »
Laurier Turgeon (Univ. Laval – Québec) : « L’inventaire multimédia en ligne du patrimoine culturel immatériel du Québec : approches, méthodes, évolutions et retombées.»
12h30 : Déjeuner
14h : « Inventaires : retours d’expériences »
Patricia Heiniger-Castéret (ITEM – UPPA) : « 2008-2014, le Patrimoine Culturel Immatériel en Aquitaine, une méthodologie de terrain pour une vision ascendante des expressions patrimoniales »
Samuel Régulus (LADIREP – UEH – Port-au-Prince) : « Conforter l’identité et valoriser les ressources locales par l’Inventaire du Patrimoine immatériel d’Haïti (IPIMH)»
Cyril Isnart (CIDEHUS – Univ. d’Evora) : « Inventaire national et inventaires associatifs au Portugal. Gouvernance, coopérations et alternatives autour du PCI »
16h15 : pause
16h30 : « Du jeu traditionnel à la pratique sportive »
Laurent Fournier (IDEMEC, UMR 7307 CNRS, MMSH – Aix-en-Provence) « La gouvernance dé-territorialisée des biens culturels territoriaux »
Cendrine Lagoueyte (ITEM – UPPA) : « Sports et jeux traditionnels en Aquitaine : le grand écart patrimonial »
Mathilde Lamothe (ITEM – UPPA / Univ. Laval) : « De « la partie » libre  aux « 12 jeux » réglementés, ou du local au global à travers le jeu de quilles de 9 »

17 mai, Ethnopôle – InOc Aquitaine, Auditorium du Château d’Este, Billère

9h15 : « Pratiques coutumières et conflits d’usages »
Cécile Bes (LAJP – UMR 8103 – Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Usages et droit. Le cas du pastoralisme en Cévennes »
Dominique Cunchinabe (ITEM – UPPA) : « D’un patrimoine à l’autre : quelle place pour les particularismes locaux ? »
Pascal Palu (ITEM – UPPA): « On nous a dépossédés ! »
Marie Pendanx (ADES, UMR 5185, Univ. Bordeaux) : « Les fêtes patronales : entre traditions et règlementations »
11h : Pause
11H 15 : Table ronde « Patrimoine Culturel Immatériel et politiques territoriales »
André Berdou : Vice-président Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, Président du Parc National des Pyrénées.
Jean-François Broquères : Maire et conseiller général de Tartas, Vice-président de la Fédération Française de Course Landaise.
Pierre Casabonne : Maire d’Arette /La Pierre-Saint-Matin.
Anne-Laure Halphen : Institut Supérieur des Métiers
Frédéric Vilcocq : Conseiller Culture, Économie Créative et Numérique auprès d’Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine.
12h30 Déjeuner
14h : « PCI et dynamique de l’action culturelle »
Jean-François Sibers (DRAC Aquitaine) : « PCI et politique culturelle : l’expérience de la DRAC Aquitaine»
Jean-Jacques Castéret (InOc Aquitaine) : « De l’Inventaire du PCI à un dispositif public de Sauvegarde immatérielle pour le domaine occitan en Aquitaine »
Charles Quimbert (Bretagne Culture Diversité) : « Le label UNESCO comme politique de valorisation du PCI : le cas du Fest-Noz en Bretagne »
Joan Regant (Consultant en patrimoine culturel, Principat d’Andorra) : « La visibilité universelle de l’intangibilité locale »
16h15 : Pause
16h30 : Table ronde « Porteurs et passeurs de l’immatériel »
Jakie Metge : Technicien fromager
Christophe Pando : Fabriquant de parapluies de berger
David Ducassou : Chef restaurateur et joueur de quilles de neuf
Irène Guilhendou: Viticultrice, présidente de la route des vins du Jurançon
Mathieu Dufau : Musicien, enseignant Diplômé d’Etat.
18h : Conclusion du colloque

Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine

Les topiques sur l’Afrique tirés d’Homère permettent de mettre en  avant des héritages qui peuvent être qualifiés d’« obligés », de « malgré soi ». Leur perduration dans la littérature latine, mais  surtout les tentatives des auteurs postérieurs de les faire  correspondre avec une réalité qui n’est pas ou qui n’est plus,  montrent tout l’intérêt qu’il convient de porter à ces topiques dans  le cadre de la thématique de ce séminaire.

Un bref rappel des mécanismes de transmission (copie et diffusion) des  textes au cours de l’Antiquité s’impose pour bien saisir la valeur des  textes écrits.
L’étude de la double Éthiopie mentionnée par Homère (Odyssée 1.2.25)  permet de mettre en exergue la réutilisation de ce topique dans  différents genres littéraires. La « littérature non savante » se  contente d’y faire référence, sans l’expliquer : le lecteur ou  l’auditeur sachant pertinemment de quoi il retourne. En revanche, son utilisation dans la « littérature savante » pose plus de problèmes  étant donné que les auteurs de textes ethno-géographiques tentent,  bien souvent, de coller à cette conception préétablie. C’est ainsi que  de la double Éthiopie naissent, entre autres, les Éthiopiens d’Orient  et les Éthiopiens d’Occident, que les auteurs tenteront alors de localiser.
Deux autres tentatives de localisations, à partir des écrits  homériques, sont tout particulièrement intéressantes. Dans le premier  cas — l’épisode du combat des Pygmées contre les grues — la  connaissance des zones migratoires des grues permet, par analogie, de  localiser les Pygmées. Dans le second cas — les banquets des dieux chez les Éthiopiens — les textes d’Homère permettent seulement de  placer les Éthiopiens du côté de l’Océan, dans la partie méridionale  du monde aux confins de la terre féconde et de l’humanité. Ces  indications ne permettent pas un positionnement précis mais intègrent  les peuples dans un découpage global de l’oikoumène où l’exactitude n’est pas nécessaire.

En définitive, la réception des textes d’Homère se fait, à travers ces  exemples, soit par la réutilisation d’images dans le but de plaire au  public, soit par une tentative d’adaptation de l’épopée aux réalités   des auteurs. Dans tous les cas, cet héritage semble être un passage  obligé pour les auteurs. Cette étude doit faire prendre conscience des risques de mauvaises interprétations qui peuvent se faire jour en  approchant ces écrits littéraires de manière isolée. Il convient  toujours de les intégrer au sein de l’ensemble culturel auquel ils  appartiennent.

Séance du 22 mars 2013
Robin Ségalas
Doctorant en histoire ancienne

Espace et transmission : les accompagnateurs en montagne et l’espace fluvial urbain palois

La thèse que je prépare en doctorat de géographie-aménagement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche initié en 2011 et porte sur la mise en tourisme d’espaces fluviaux urbains en cours de patrimonialisation dans le Sud-ouest de l’Europe (France / Espagne). Ne pouvant aborder les différents axes qui structurent cette thèse, la communication ne s’intéresse qu’aux thématiques d’ « espace et [de] transmission : [dans] l’espace fluvial urbain palois ».

En multipliant les projets intercommunaux tels que la réalisation d’un Parc Naturel Urbain ou le projet Porte des Gaves (dont la construction du Stade d’eaux vives) la CDAPP recherche la (ré)appropriation des berges du gave par les habitants. Dans le cas de ce processus de patrimonialisation en cours, c’est la collectivité qui prend en charge la valorisation des cours d’eau. En opérant un ensemble de choix pour gérer cet héritage, elle prend également en charge la transmission de cet espace fluvial auprès de ces habitants et/ou pratiquants favorisant ainsi le glissement des regards sur cet objet. D’un espace morcelé, souvent dénigré et considéré comme une ressource économique, les berges du Gave de Pau se transforment progressivement en un espace perçu comme continu, homogène, où la pratique d’activités récréatives se développe.

Séance du 18 janvier 2013

Kildine Leichnig, invitée
Doctorante en géographie – aménagement, Laboratoire SET