Archives par mot-clé : terrain

Ah bé té! les anthro-Pau-logiques. 15-17 avril

15 -17 avril 2015
Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres organisées par les doctorants de l’École Doctorale SSH 481 / ITEM
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ces rencontres « anthro-Pau-logiques » sont pensées comme un espace d’échanges et de réflexion sur ces pratiques qui portent une interrogation sur la société actuelle, sans se soustraire à la dynamique de transdisciplinarité : seront ainsi évoqués des thèmes comme le film documentaire, les expressions musicales et dansées ou encore les questions de gouvernance. L’ouverture aux autres disciplines consiste à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste ou encore du littéraire. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Télécharger le programme

Les vidéos sur Mediakiosque

affiche

Appel à communication. Les « anthro-Pau-logiques »

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

Fête de la science à Pau / 18-19 octobre 2014

Les archéologues et étudiants des laboratoires ITEM et IRAA de l’UPPA en partenariat avec l’Inrap et Cap’ Archéo ont participé cette année à la 23ème édition de la Fête de la Science. Notre “Mission Archéo ». A la recherche des traces du passé”, proposée au Village des Sciences situé Place Clemenceau à Pau, a été une vraie réussite! Les visiteurs étaient nombreux et enthousiastes pour participer aux ateliers de fouille et de céramologie proposés par nos archéologues.
Un beau moment de partage!
Photos : N. Béague, N. Chevalier, M. Le Couédic (Inrap, Cap’Archéo, ITEM-UPPA).

Appel à communication « Pays pyrénéens et environnement », Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.

 

Journée d’étude « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » 20/02/14

La Fédération de recherche EFM propose le jeudi 20 février, une journée d’étude intitulée « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » (Coordination scientifique : Abel KOUVOUAMA, Isabelle CHOL). Elle aura lieu de 9h15 à 16h15 en salle du Conseil à l’UFR LLSHS.

S’inscrivant dans l’une des thématiques du projet scientifique de la Fédération de recherche « Espaces, frontières métissages » consacré au thème « territorialisation, déterritorialisation », cette journée entend aborder la question du ou des terrains du chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales comme une question en retour de sens sur l’épistémè et les paradigmes auxquels il recourt pour produire du savoir scientifique nécessitant le plus souvent des ruptures épistémologiques.

L’expérience du terrain du chercheur met en relation trois ordres de rapports : son rapport avec le lieu de recherche qu’il soit physique, matériel, immatériel ou textuel, son rapport avec les outils de la recherche ; et son rapport avec la temporalité de la recherche. Ces rapports révèlent des pratiques spécifiques dans la production des données, des logiques d’action, des contraintes et des représentations variées qui se singularisent par un discours territorialisé et/ou déterritorialisé, donnent à lire les dynamiques d’échanges, de confrontations, d’enchevêtrement à travers des parcours de connaissance, de reconnaissance et d’interconnaissance subjectives.

Cette journée d’étude permettra aux chercheurs issus des lettres, sciences humaines et sociales, en s’appuyant aussi sur ces trois rapports non exhaustifs identifiés, de croiser leurs expériences de terrain et de décrire chacun :

-les modes particuliers de production des données dans un va-et-vient entre terrain-théorie-terrain ;

-l’activité immersive (observation participante) et le recueil du corpus (archives, documents divers, textes, etc.) ;

– les procédés dialogiques (rapport du chercheur aux autres interlocuteurs) ;

-l’analyse interprétative des données recueillies, les codes intellectuels, culturels et affectifs, ainsi que la réflexivité qui s’y trouve induite.

Voir le programme.

Patrimoine Culturel Immatériel. De l’inventaire à sa restitution

Patricia Heiniger-Casteret coordonne une journée d’étude intitulée « Patrimoine Culturel Immatériel. De l’inventaire à sa restitution », qui se tiendra le vendredi 1er mars de 9h à 17h salle Chadefaud à l’institut Claude  Laugénie, université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau).

La première partie de la journée sera consacrée aux méthodes et outils de l’inventaire du PCI, la seconde partie à la pratique du terrain.

le programme complet