Archives par mot-clé : représentation

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)

 

Séminaire de formation avancée CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : Le recours aux armes

 

 Coordinateurs :

Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès)

Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne)

Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid).

Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

Comité d’organisation : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Renseignements pratiques sur la session 2017

La première session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2017. Elle réunira six formateurs, douze doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

12 places sont disponibles. Les candidats proposeront leur candidature grâce au formulaire électronique en ligne, sur la page Web de la Casa de Velázquez, avant le 7 juillet (minuit, heure de Madrid). Ils seront informés par courrier électronique du résultat de la sélection à partir du 17 juillet 2017.

Projet scientifique 2017 : Le recours aux armes

Formateurs : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès, coordinateur), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).

Cette première édition de l’atelier portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations.

La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements :

–         La contestation violente de l’autorité. Il s’agira d’étudier les cas où les détenteurs du pouvoir et leurs représentants sont confrontés à une violence armée dont l’origine se situe au sein même de la société sur laquelle s’exerce leur autorité. Cette définition englobe les émeutes, naturellement, mais elle s’étend aussi à des formes de violence que nos disciplines ont encore un peu de mal à saisir, comme l’attentat ou l’assassinat politique.

–         Les affrontements armés dans le champ politique. Cette deuxième catégorie se distingue de la première en cela que les groupes en conflit (ou ceux qui les dirigent) partagent une position sociale comparable et dominante, et qu’ils participent à ce titre d’une culture guerrière qui, pour les époques qui nous intéressent, caractérise avant tout les oligarchies. On pense naturellement aux luttes de partis et de factions, parfois envisagées dans l’historiographie sous un intitulé qu’il conviendra d’interroger : celui de « guerre civile ».

–         La guerre. Les guerres que l’on ne peut qualifier de « civiles » parce qu’elles opposent des puissances souveraines entrent aussi dans notre périmètre, mais l’étude restera centrée sur leur dimension politique. En d’autres termes, la guerre sera envisagée comme une composante d’un dispositif complexe de relations « interétatiques » qui inclut aussi les rapports diplomatiques, culturels et économiques. Sans négliger le phénomène en lui-même dans ce qu’il révèle des pratiques de pouvoir, c’est son articulation aux autres éléments mentionnés qui sera prioritairement examinée.

L’objectif de l’atelier sera non seulement d’approfondir ces thèmes et d’aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, de favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Partenaires :

Université Bordeaux Montaigne (coord. Yann Dejugnat) : École doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne), LABEX Lascarbx, UMR 5607-AUSONIUS

Université Toulouse-Jean Jaurès (coord. Daniel Baloup) : École doctorale (Université Toulouse-Jean Jaurès), Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux, Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136 CNRS, Toulouse)

Université de Pau et Pays de l’Adour (coord. Véronique Lamazou-Duplan) : ITEM (EA 3002, Pau), École doctorale 481 SSH (Université de Pau et Pays de l’Adour), avec le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, du Conseil de la Recherche LLSHS.

EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Pour plus d’informations :

http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Pour candidater :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/formulaires/epoques-ancienne-et-medievale/formulaire-dinscription-les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle/

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa (siglos XVI-XX)

El seminario está organizado por el proyecto de investigación HAR2016-75899-P y por la Université de Pau et des Pays de l’Adour, y cuenta con la imprescindible colaboración de los proyectos HAR2013-48901-C6-5-R, HAR2013-48901-C6-6-R y HAR2015-64348-P, de las Universidades de Castilla-La Mancha, de Extremadura, Universidade do Minho y Universidad de Zaragoza.

 


PROGRAMA
JUEVES 25 de mayo 2017
9 h. El “francés” en el imaginario hispánico del Antiguo Régimen.
Drª Encarna Jarque Martínez, Universidad de Zaragoza.
9,45 h. Universos compartidos. Migraciones y mercado matrimonial en la frontera central hispano portuguesa en la Edad Moderna (s. XVI-XIX).
Dr. José Pablo Blanco Carrasco, Universidad de Extremadura.
10,30 h. Descanso
10,45 h. El laberinto pirenaico: fronteras, aduanas y legislación (siglos XVIII y XIX).
Dr. Fco. J. Alfaro Pérez, Universidad de Zaragoza.
11.30. Mesa redonda.
15,30 h. Mercado matrimonial de los inmigrantes franceses en la España de la Edad Moderna.
Dr. José Antonio Salas Auséns, Universidad de Zaragoza.
16,15 h. En los límites del oro rojo. Azafrán y población en España, Siglos XVIII-XIX.
Dr. Fco. García González, Universidad de Castilla La Mancha.
17 h. Descanso
17,15 h. La monarquía hispánica y la policía de los extranjeros en el Antiguo Régimen. Perspectivas de investigaciones.
Dr. Olivier Caporosi, Université de Pau.
17,45 h. Las fronteras del Derecho. Las presuntas bases jurídicas del proceso de castellanización de la España Moderna.
Dr. Guillermo Vicente Guerrero, Universidad de Zaragoza.

 

VIERNES 26 de mayo
9 h. Passages et frontières en Aquitaine XIX-XXIe siècle: jalons pour un programme de recherche transfrontalier.
Dr. Laurent Dornel, Université de Pau.
9,45 h. O papel económico-social das feiras e dos comerciantes de gado na região transfronteiriça do Norte de Portugal: importação, criação e exportação de gado
bovino no Noroeste português (século XIX).
Drª Margarida Durães, Universidade do Minho.
10,30 h. Descanso
10,45 h. Las relaciones entre aragoneses y bearneses durante la alcaldía de Louis Sallenave (1947-1971).
D. Javier Mur, Universidad de Zaragoza.
11,30 h. Pirineos frontera permeable. Migrantes en tránsito 1936-1945.
Dr. Diego Gaspar, Universidad de Zaragoza.
12,15 h. El exilio durante la segunda República española (1931-1936).
Dr. Roberto Ceamanos Llorens, Universidad de Zaragoza.
13 h. Mesa redonda y clausura

 

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

142e congrès national du CTHS

Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.

Cette année, le 142e Congrès du CTHS aura lieu à l’université de Pau du 24 au 29 avril sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Les montagnes sont des obstacles majeurs, hostiles et austères et pourtant elles ont été habitées, parcourues, représentées et cartographiées en permanence. Elles ont toujours laissé passer les migrants. Pourquoi cette attirance vers l’autre versant, celui qu’on ne voit pas mais qui est imaginé comme un ailleurs plus favorable ?

Par leur hostilité même, les montagnes poussent à  des adaptations communautaires et économiques spécifiques, variées et complémentaires, depuis d’étranges coutumes d’éleveurs, -aux yeux de ceux de la plaine et des touristes du moins-, jusqu’aux industries dynamiques et flexibles de l’agroalimentaire aujourd’hui « naturel » à l’hydraulique et à l’informatique.

Tant qu’ils stimulent les échanges avec les villes des piémonts et résistent aux sirènes de l’émigration, ces milieux génèrent des entités politiques qui peuvent jouer le rôle de gardiens des cols et des frontières, dans des modalités diverses qui les autorisent ou non à la construction d’un Etat et les prédisposent ou non à l’accueil des refuges en tout genre, y compris religieux.

Lieux de franchissement et de passage ; il ne faut pas s’étonner d’observer des vallées, des chemins et des routes structurés par des forteresses, parcourus de douaniers et de contrebandiers…

La montagne reste un objet d’étude et de représentations ; elle véhicule le long de ses routes, hommes, bêtes de somme et marchandises matérielles et immatérielles. Des styles, des modèles artistiques, architecturaux, des livres, des idées religieuses transitent malgré les censures et les dangers. Des littératures chantent le décor, les voyages et le dépassement de soi en cheminant dans ces lieux tour à tour effrayants ou purs. Bien avant de devenir le terrain de jeu de l’Europe avec un tourisme avide de sensations, les montagnes sont répulsives puis héroïques et parfois attractives selon les écritures multiples sur les lieux de ceux qui les arpentent.

Le congrès conjuguera ses analyses érudites et discussions communes en quatre thèmes généraux, multidisciplinaires et aux périodisations larges, deux ateliers et un colloque sur les monastères de montagnes qui correspond plus particulièrement à la mise au net de recherches en cours depuis quelques années.

Retrouvez le programme complet sur : http://cths.fr/

Inscription obligatoire : http://cths.fr/co/details.php?sc=in

Image relation

Colloque « Image relation »
Du 27 au 28 mars 2017
Université Catholique de l’Ouest Angers

 

L’image est un objet de dynamique culturelle et anthropologique dont la prégnance s’est démultipliée dans nos sociétés hypermodernes (Belting, 2001)

L’origine, le statut, la nature et la plasticité même de l’image demeurent des questionnements sans cesse renouvelés car l’image vit, circule, performe, se renouvelle, et fait face à une révolution du regard comme du visible.
Mais que donne-t-elle à voir, à subir et à éprouver ?
Quelles formes nouvelles d’interactions, d’identification, de distanciation, de vénération et de célébration convoque-t-elle ?
Quelle sensibilité nous inspire-t-elle ?
À quelle trivialité nous assigne-t-elle ?
Et enfin dans quel rapport au temps nous inscrit-elle ?
Nous proposons de circonscrire l’image, en tant qu’objet d’études, au prisme de trois paradigmes, trivialité, sensibilité et visibilité, qui marquent une modernité certes tardive (Rosa, 2010) mais dont la dynamique ne cesse de déployer des dispositifs de confrontation à l’image.

 

Lundi 27 mars 2017

8h15-9h00 Accueil [Amphi Diès | bâtiment E-Bazin]
9h00-9h30 Présentation du colloque Dominique Vermersch, Recteur de l’UCO – Anne Pauzet, Responsable de l’équipe de recherche LICIA [Amphi Diès]
9h30-10h30 Conférence d’ouvertureSimon RICHIR | Laval Virtual – EVI, Laboratoire Arts et Métiers Paris Tech Angers (LAMPA) [Amphi Diès]
Vers un monde d’images virtuelles et augmentées ? Quand la technologie 3D jaillit des réseaux pour inonder notre quotidien et nous téléporter dans de nouveaux espaces.
10h30-10h45  Pause

SESSION 1

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [Salle E203]
10h45-11h15 Abir ABID | École Nationale d’Ingénieurs de Sfax – Tunisie
La trivialité de l’image publicitaire : un concept à construire
Marie-Laure DELAPORTE | Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Entre image-temps et image-perception
11h15-11h45 Fateh MELAKHESSOU | Université de Sétif 2, Alger – Algérie
Pour une exploration de la paratopie dans la scénographie de l’image publicitaire
Tatiana SENKEVITCH | Université de Rice et Fondation Sarah Blaffer à Houston, USA
Et in Pictura Ego : les élégies visuelles d’Alexander Sokurov
11h45-12h15 Anne-Sophie JURION | Université Paris 13
Du Colorama Kodak à la publication Facebook : D’une proposition à une réappropriation idéale du monde
Amandine TURRI HOELKEN | Université de Strasbourg
Analyse anthropologique et esthétique de l’image dans la photographie documentaire dialogique
12h15-14h00 Déjeuner

SESSION 2

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [salle E203]
14h00-14h30 Marie KONDRAT | Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Université de Genève
Le visible, l’invisible, le regard. L’image selon Marie-José Mondzain
Delphine RABIER | Université François-Rabelais, Tours, CESR
Visibilité et sensibilité de l’image : le cas des portraits de dévotion dans la peinture des Anciens Pays-Bas (XVe siècle)
14h30-15h00 Thiphaine Annabelle BESNARD | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Circulations et rencontres d’images « antiquisantes » : arrêts sur quelques œuvres de Xu Zhen et de Jeff Koons, entre Orient et Occident
Jean-François SAVANG | Université de Nantes
La bande dessinée à la croisée de la théorie entre image et langage
15h00-15h30 Chiara VECCHIARELLI | École Normale Supérieure, Paris
Le visible et l’invisible
L’imaginal, ou sur la fonction relationnelle de l’image dans la pensée de Gilbert Simondon et d’Henri Corbin
15h30-15h45 Pause

L’Antiquité dans l’art contemporain

(Re)présenter l’Antiquité dans l’art contemporain : une revitalisation entre adulation et rejet

le Jeudi 23 mars 2017, à 13h00

en Salle de réunion du CRAL (1er étage) EHESS
96 bd Raspail, 75006 Paris
(Intervenante Tiphaine Besnard, ITEM)
Si « l’unique moyen [pour nous] de devenir grands et, si possible, inimitables, est d’imiter les Anciens » a été pendant longtemps le précepte de l’enseignement académique, le rejet de la tradition et le désir de faire tabula rasa qui ont accompagné le mouvement des avant-gardes ont engagé les artistes dans d’autres voies. Dans ces conditions, on ne peut qu’être surpris de voir resurgir aujourd’hui des références à l’art antique dans des réalisations contemporaines. Les figures canoniques (Vénus de Milo, Victoire de Samothrace, Apollon du Belvédère, Laocoon) sont transposées et revitalisées, et les sculptures, photographies et peintures sont autant de supports plastiques qui servent à la présentation et à la représentation de l’Antiquité. Cependant, force est de constater qu’elles subissent de nombreuses transformations (plastiques, contextuelles et stylistiques), et que la référence antique peut être adulée ou a contrario rejetée.
 
L ’étude de ces diverses modalités conduit à envisager la nature même des emprunts opérés par les plasticiens. Elle permet aussi d’apporter quelques éléments de réponse à la question suivante : que nous disent in fine à propos de nous-mêmes ces multiples réappropriations de l’antique ?

Parution d’ouvrage : « Les territoires du sacré »

Les territoires du sacré
Images, discours, pratiques

Robert Ziavoula, Abel Kouvouama, Patrice Yengo (éd.)

Karthala, 2016

ISBN : 978-2-8111-1680-4

territoire du sacré
Ouvrage Les territoires du sacré, Karthala, 2016

Comment un mouvement religieux s’implante-t-il sur un territoire
et le sacralise-t-il ? Ou, autrement dit, comment les individus, les groupes et les mouvements sacralisent-ils le territoire dans leurs pratiques et représentations sociales, politiques et religieuses ?
Les terrains d’enquêtes de cet ouvrage se situent principalement
en Afrique centrale et en particulier au Congo-Brazzaville. Les processus de constitution du sacré sont étudiés à travers différents phénomènes historiques ou plus contemporains. C’est le cas avec le matsuanisme au Congo, les images et les écrans modernes comme dispositifs des sociétés de l’éblouissement, la place du corps du roi dans la société bamiléké, l’implantation du prophétisme japonais Sukyo Mahikari en Afrique de l’Ouest.
Les territoires du sacré sont encore abordés avec les pratiques de deuil au Cameroun, l’étude des métaphores nécrologiques issues des médias à Brazzaville, le tchikumbi et le sacré matrimonial ou bien les rites autour des restes de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo.
En explorant un certain nombre de territoires du sacré, ce livre souhaite donner à lire et à comprendre la prégnance du « religieux
» dans les sociétés africaines contemporaines et dans les pratiques des acteurs sociaux et politiques.

Textes réunis de : Abel Kouvouama, Ange Bergson Lendja Ngnemzue, Frédérique Louveau, Luc Ngwé, Régine Tchicaya-Oboa, Joseph Tonda, Martin Yaba, Patrice Yengo et Robert Ziavoula.

 

« Tsiganes, travail, famille, habitat… » 20 et 21 mai 2016

Séminaire  « Tsiganes, travail, famille, habitat… »,

Université de Pau et des Pays de l’Adour, 20 et 21 mai 2016.

Dans le cadre du projet de recherche « Etude de la présence de « Bohèmes », « Tsiganes », « nomades »…  en Béarn et Pays Basque », le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec le laboratoire IDEMEC (MMSH, Université Aix Marseille), organise deux journées d’étude qui interrogeront les topoï du travail, de la famille et de l’habitat comme éléments récurrents du rejet des Tsiganes en Europe

Vendredi 20 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • Accueil et ouverture du séminaire
  • 9h30 Alexandra Clavé-Mercier, docteur en anthropologie, centre Emile Durkheim UMR 5116 Université de Bordeaux
    Famille et habitat au cœur des expériences d’ « intégration » de Roms bulgares en France
  • 10h15 Norah Benarrosh-Orsoni, docteur en anthropologie, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de Nanterre : Domestiquer la ville par la débrouille. Une analyse des pratiques d’approvisionnement et de récupération  chez les Roms roumains de Montreuil
  • 11h15 Yoanna Rubio, docteur en anthropologie, LISST, Toulouse
    « T’es bien un Meunier toi ! » : Famille(s), espaces, frontières et identités gitanes »  (l’exemple de Carcassonne)
  • 12h Lise Foisneau, Doctorante Université Aix-Marseille, IDEMEC : Tisser l’espace. Interprétation spatiale des dynamiques familiales chez les Roms dits « Hongrois » : l’exemple de Marseille.

12h45, pause

  • 14h Iula hasdeu, Anthropologue HETS -Ge (Haute école de travail social de Genève) et Institut des études genre -Université de Genève Travail, argent et famille des migrants rom roumains dans la lutte transnationale contre les pauvres. Vue de Genève 2009-2015
  • 14h45 Martine Segalen, anthropologue, professeur émérite et directrice de la revue Ethnologie française, interviendra sur le thème de la famille en France
  • 15h45 Michael Stewart, anthropologue, professeur à l’University College of London : « Tsiganes – la famille gênante et la démocratie sexuelle »
  • 16h30 Cécile Canut, sociolinguiste et cinéaste, professeure en sciences du langage à l’Université Paris Descartes: Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires
  • 17h15 Emmanuel Filhol, Université de Bordeaux, laboratoire SPH, Sciences, Philosophie, Humanités. Du discours républicain sur le triptyque  » famille-travail-habitat  » appliqué aux  » nomades  » : les cas d’Etienne Flandin et de Marc Réville (1908-1912)

Samedi 21 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • 9 h Julie Gallego, maître de conférences à l’UPPA, CRPHL, « La littérature de jeunesse contre les préjugés: Katitzi la Tzigane ou les souvenirs d’enfance de la Suédoise Katarina Taïkon »
  • 9h45 Catherine Coquio, professeur de littérature comparée, Paris 7, « Hors de quel temps? Un autre rapport à l’histoire ».
  • 10h30 Martin Olivera, anthropologue, Paris 8, L’anti-tsiganisme, l’ethnologie des Tsiganes… et des Roms: quelques dilemmes à résoudre? Réflexions ouvertes sur le potentiel (et les limites) de l’ethnographie.
  • 11h15 Jean-Luc Poueyto, anthropologue, laboratoire ITEM, UPPA, La tactique comme mode discret de résistance : l’exemple des Manouches

Pause 12h.

  • 13h Ilsen About, historien, CNRS, Paris Les archives du contact. Traces de l’échange et fragments d’amitié entre Paul Bataillard et les Bohémiens en France, des années 1840 aux années 1880.
  • 13h.45 Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS en géographie, « L’entrelacement des régimes de mobilité tsigane : le cas du sud-ouest français (années 1880-1950) »
  • 14h30 Cendrine Lagoueyte, docteur en anthropologie laboratoire ITEM, Buhameak, récit d’une enquête (presque) impossible
  • 15h15 Thierry Truffaut, anthropologue, Institut Culturel Basque fera une présentation les figures des Bohémiens dans les carnavals en Pays Basque
  • 16h Patricia Heininger anthropologue et MC à l’UPPA, laboratoire ITEM, « La figure du « Bouhème » dans les histoires à faire peur en Béarn »

Séminaire international « Espaces urbains XXI » 10-11 mars

« Espaces urbains, espaces de vie et de création »
10 et 11 mars 2016
 affiche A3-web

JEUDI 10 MARS

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil – UFR Lettres – Pau

Séance 1
9h00 – 11h00
VILLES, RÉALITÉS ET IMAGINAIRES
• Christian Manso – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Cocaine Nights de J. G. Ballard
• Bénédicte de Buron-Brun – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Madrid en imágenes por Francisco Umbral
• Claire Lafaille – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les espaces urbains dans La fuente de la vida de Lourdes Ortiz : entre mémoire et transition
• Lisa Barrère – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville de Zafra selon Dulce Chacón

Séance 2
11h30 – 13h00
EXPÉRIENCES URBAINES
• Dominique Castells – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville : espace perçu et vécu par les citadins
• Dolores Thion Soriano-Mollá – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Metamorfosis efímeras de la ciudad
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
El cine piensa la ciudad. Imaginarios y representaciones de la ciudad en transformación

Séance 3
14h30 – 16h00
VILLE ET CRÉATION
• Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
La literatura en la ciudad
• Béatrice Bottin – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Banksy, un escenógrafo del espacio urbano
• Hélène Larralde – Urbaniste et créatrice
Urumetopia

Séance 4
16h30 – 18h30
POLITIQUES DE LA VILLE
• Manolo Ménendez Alzamora – Universidad de Alicante
La ciudad, espacio de la modernidad política
• Nathalie Lemarchand – Université de Paris 8
Politique publique et espaces commerçants : des lieux au service de la ville ?
• Fernando Bajo – Universidad del País Vasco
Políticas urbanas hoy
• Agence d’Urbanisme Atlantiques-Pyrénées
Le projet urbain
• Jesús Cañada Merino – Architecte, COAVN Bizkaia
Les villes d’eau, nouveaux projets urbains

VENDREDI 11 MARS

CONSEIL D’ARCHITECTURE D’URBANISME
ET DE L’ENVIRONNEMENT
4 place Reine Marguerite – Pau

Table Ronde
9h00 – 12h00
LA VILLE EN CONSTRUCTION : ARCHITECTURE DURABLE,
CHANGEMENT CLIMATIQUE ET NOUVEAUX DÉFIS
Moderatrices :
Dolores Thion – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
• Régine Chauvet – CAUE 64
• Fernando Bajo – Architecte, Universidad del País Vasco
Arquitectura y sostenibilidad.
• e – Bearchitecture0.com
Elementos para la actualización del espacio público
• Pía Léibae Enciondo – Bilbao Architecture Team, LWS
rehabilitación de la piel de los edificios
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
Sensibilizar al ciudadano. Sostenibilidad y comunicación
Avec la présence de : Marc Tillous – Architecte, Jesús Cañada Merino – Architecte, président du Colegio Oficial de Arquitectos Vasco-Navarro, Alain Franck – AUDAP, Marc Delanne – Architecte (sous-réserve)

Réunion de travail
14h00 – 17h00
ESPACES URBAINS XXI
Animée par Miguel Angel Ayllón
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Contacts : dolores.thionsoriano-molla@univ-pau.fr