Archives par mot-clé : péninsule ibérique

Séminaire international de formation avancée CPIM

La première session du séminaire international sur Les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (CPIM) a réuni 46 participants, à Bielle, en vallée d’Ossau (séjour et séances de travail au VVF Arriumage).

Les participants au séminaire CPIM -oct 2017

Co-organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art, linguistes et littéraires.

Pour la première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées), la thématique retenue était celle du recours aux armes en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (coordinateur scientifique D. Baloup, université Toulouse Jean Jaurès). La réflexion s’est articulée autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité, les affrontements armés dans le champ politique, la guerre.

Cet atelier doctoral international offre pour l’heure douze places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers présentés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. Vingt-six candidatures ont été jugées recevables, douze ont été retenues (six Espagnols, cinq Français, un Italien). Ces jeunes chercheurs ont pu exposer leurs recherches (30 mn). Un doctorant palois, spécialiste d’histoire militaire médiévale, est intervenu, de même qu’un étudiant inscrit en doctorat à l’UPNA, autre université du réseau Iberus. Les autres doctorants et jeunes chercheurs représentaient les universités de Cantabria, d’Oviedo, Autonoma de Barcelona, Autonoma de Madrid, de Valencia, de Lyon 2, de Paris IV Sorbonne, de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de master recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, ils ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée. Aux côtés des quatorze étudiants bordelais et de deux toulousains, six étudiants palois ont participé à cette session (quatre en master HCP Histoire médiévale – dir. V. Lamazou-Duplan, un en master HCP, Archéologie médiévale – dir. A. Champagne et un en Master LLCE – dir. F. Guillén).

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) et Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea). (programme)

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié. L’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2018. Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2018… à Bielle, en vallée d’Ossau, qui continue ainsi à faire vivre les traditions de passage et d’échanges entre les deux versants pyrénéens.

Coordinateurs CPIM :

  • Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

  • Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Laurent Callegarin (Casa de Velázquez),
  • Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour),
  • Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne),
  • Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, territoires, expressions, mobilités), en partenariat avec l’école doctorale en Sciences sociales et humanités, avec le soutien de la fédération de recherche Espace, frontière, métissage, du laboratoire de recherche Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique et du Conseil de la recherche de l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Programme :

Télécharger le programme

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Séminaire de formation avancée CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : Le recours aux armes

 

 Coordinateurs :

Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès)

Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne)

Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid).

Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

Comité d’organisation : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Renseignements pratiques sur la session 2017

La première session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2017. Elle réunira six formateurs, douze doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

12 places sont disponibles. Les candidats proposeront leur candidature grâce au formulaire électronique en ligne, sur la page Web de la Casa de Velázquez, avant le 7 juillet (minuit, heure de Madrid). Ils seront informés par courrier électronique du résultat de la sélection à partir du 17 juillet 2017.

Projet scientifique 2017 : Le recours aux armes

Formateurs : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès, coordinateur), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).

Cette première édition de l’atelier portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations.

La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements :

–         La contestation violente de l’autorité. Il s’agira d’étudier les cas où les détenteurs du pouvoir et leurs représentants sont confrontés à une violence armée dont l’origine se situe au sein même de la société sur laquelle s’exerce leur autorité. Cette définition englobe les émeutes, naturellement, mais elle s’étend aussi à des formes de violence que nos disciplines ont encore un peu de mal à saisir, comme l’attentat ou l’assassinat politique.

–         Les affrontements armés dans le champ politique. Cette deuxième catégorie se distingue de la première en cela que les groupes en conflit (ou ceux qui les dirigent) partagent une position sociale comparable et dominante, et qu’ils participent à ce titre d’une culture guerrière qui, pour les époques qui nous intéressent, caractérise avant tout les oligarchies. On pense naturellement aux luttes de partis et de factions, parfois envisagées dans l’historiographie sous un intitulé qu’il conviendra d’interroger : celui de « guerre civile ».

–         La guerre. Les guerres que l’on ne peut qualifier de « civiles » parce qu’elles opposent des puissances souveraines entrent aussi dans notre périmètre, mais l’étude restera centrée sur leur dimension politique. En d’autres termes, la guerre sera envisagée comme une composante d’un dispositif complexe de relations « interétatiques » qui inclut aussi les rapports diplomatiques, culturels et économiques. Sans négliger le phénomène en lui-même dans ce qu’il révèle des pratiques de pouvoir, c’est son articulation aux autres éléments mentionnés qui sera prioritairement examinée.

L’objectif de l’atelier sera non seulement d’approfondir ces thèmes et d’aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, de favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Partenaires :

Université Bordeaux Montaigne (coord. Yann Dejugnat) : École doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne), LABEX Lascarbx, UMR 5607-AUSONIUS

Université Toulouse-Jean Jaurès (coord. Daniel Baloup) : École doctorale (Université Toulouse-Jean Jaurès), Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux, Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136 CNRS, Toulouse)

Université de Pau et Pays de l’Adour (coord. Véronique Lamazou-Duplan) : ITEM (EA 3002, Pau), École doctorale 481 SSH (Université de Pau et Pays de l’Adour), avec le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, du Conseil de la Recherche LLSHS.

EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Pour plus d’informations :

http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Pour candidater :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/formulaires/epoques-ancienne-et-medievale/formulaire-dinscription-les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle/

Séminaire « Les contrebandes à l’époque moderne (XVI-XVIIIe.s.) »

Le prochain Séminaire Frontières du Master CAS (M2) sur le thème:
« Les contrebandes à l’époque moderne (XVI-XVIIIe siècles) »
(Coord. O. Caporossi)
aura lieu le jeudi 19 février 2016 de 9h30 à 16h00 en salle Chadefaud à l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Contrebandiers des laines et des sucres, trafiquants de monnaie et de chevaux, passeurs de métaux précieux et de tabacs, tous représentent l’une des principales figures sociales de la frontière pyrénéenne à l’époque moderne. La contrebande constitua l’une des réalités des échanges franco-espagnols, réalité qui dépassait de loin le simple cadre pyrénéen et touchait le commerce atlantique des colonies espagnoles d’Amérique. Reconstituer leurs parcours, leurs réseaux, l’économie illicite, parfois clandestine, que les contrebandiers avaient su bâtir, conduit l’historien à examiner les sources historiques les plus diverses : judiciaires, fiscales et administratives.
Les contrebandes

 

Couverture: lithographie, Edouard Pingret, 1834, Bibliothèque municipale de Toulouse, URL : http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_A_PINGRET_017

Parution « Migrations et exils entre l’Espagne et la France »

Migrations et exils entre l’Espagne et la France. Regards depuis l’aquitaine et l’Aragon

4ème de couverture:
Cet ouvrage réunit neuf textes de chercheurs français et espagnols qui portent sur les migrations entre la péninsule Ibérique et la France, à l’époque moderne et contemporaine.
Loin de constituer une frontière infranchissable, les Pyrénées ont été continuellement, depuis l’Antiquité, le lieu de passage d’hommes, de marchandises et d’idées. Et les directions de ces passages ont beaucoup varié.
En effet, étudier les migrations depuis l’époque moderne permet d’échapper à une vision convenue et présentiste des migrations entre la péninsule Ibérique et la France. Les hommes ne se sont pas toujours déplacés du sud vers le nord. À l’époque moderne, d’imposantes communautés de Béarnais, et plus largement de Français du Sud-Ouest, s’étaient installés à Saragosse.
À partir de sources riches, et parfois inédites, ces textes retracent donc les mouvements de populations qui ont traversé les frontières, parfois dans des conditions dramatiques (comme lors de la Retirada), parfois pour rechercher ailleurs une vie meilleure.

Este libro reúne nueve trabajos de investigadores franceses y españoles centrados en la migración entre la Península Ibérica y Francia en las edades moderna y contemporánea.
Lejos de constituir una barrera infranqueable, los Pirineos han sido, desde la Antigüedad, un continuo lugar de paso de personas, mercancías e ideas. Su dirección ha variado mucho. De hecho, el estudio de la migración en los tiempos modernos muestra una visión totalmente diferente de la que se
tiene en el presente. Los hombres no siempre se han desplazado de sur a norte. En la edad moderna, miembros de las comunidades del Bearn y, más ampliamente, de la Francia del suroeste, se instalaron en Zaragoza.
A partir de valiosas fuentes, en ocasiones inéditas, estos textos estudian los movimientos de población que cruzaron las fronteras, a veces en condiciones dramáticas (como con motivo de la Retirada) y casi siempre en busca de una vida mejor.

textes coordonnés par Victor Pereira et Roberto Ceamanos Llorens

lien vers la page sur le site de l’éditeur

Ouverture des inscriptions à l’atelier « Archives de famille »

Les inscriptions pour l’Atelier doctoral Archifam qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 23 au 26 mars prochain, à destination de Doctorants (médiévistes et modernistes), sont ouvertes.

Coord. : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour, coordinatrice programme ARCHIFAM) et Maria de Lurdes ROSA (Universidade Nova de Lisboa)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour / EA 3002 (ITEM, UPPA), Universidad Pública de Navarra, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea, Universidade Nova de Lisboa, Universitat de Girona

Coll. : Communauté de travail des Pyrénées, Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, Fundação Ciência e Tecnologia

Limite des inscriptions : 15 février 2015

Présentation, programme et modalités de candidature sur le site de la Casa de Velázquez


Accéder au formulaire d’inscription

 

 

Journées d’études Archives de Famille, 4-5 avril 2014, Vitoria (ESP)

Ces journées d’étude, organisées les 4-5 avril 2014 à l’Université du Pays Basque, abordent la question des archives de famille dans leur dimension sociale. La pratique de l’écrit, au-delà du monopole ecclésiastique durant le Moyen Âge, est à mettre en relation avec la nécessité d’organiser et de conserver ce type de mémoire. Mémoire institutionnelle, comme dans les archives monastiques, royales ou municipales. Mais aussi mémoire familiale, lorsque des lignages nobles ou des familles marchandes créent leurs propres archives.
Dans tous les cas, le phénomène va au-delà des pratiques purement techniques concernant le document écrit et l’archive, pour s’identifier à un outil de pouvoir, à un signe d’identité et à un élément fondamental pour construire la mémoire familiale.
En centrant l’intérêt sur la péninsule Ibérique, avec la volonté d’approfondir aussi l’étude de ces matériaux de façon théorique, cette rencontre offrira une mise en perspective en prenant en compte une ample chronologie, grâce à divers spécialistes et à des membres du programme qui s’appuieront sur des recherches en cours.

Télécharger le programme : DIPTICO VITORIA BD V5

Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre

Le phénomène d’héritage recouvre les concepts d’importation, d’appropriation et de réinterprétation. Ils apparaissent étroitement imbriqués et déterminent une intentionnalité, celle-ci ayant un rôle fondamental dans la perception. Ces trois paramètres sont à prendre en compte dans l’analyse de l’architecture religieuse navarraise entre la fin du XVe siècle et le XVIe siècle. Les composantes du gothique tardif navarrais se manifestent par l’apport de formes exogènes. Elles se combinent à un substrat local dont elles héritent par le canal de la transmission. Les partis architecturaux hérités, nef unique, chevet droit, s’inscrivent dans une nouvelle logique d’unité et de spatialité qui caractérise l’architecture des années 1500. Si l’importation des voûtes à nervures multiples donne lieu à une appropriation de tracés variés, le mode opératoire consiste à combiner enjeux formels et structurels dans une démarche réinterprétative. Le cloître du monastère d’ Irache (Ayegui, Navarre, Espagne) déploie plus de vingt voûtes gothiques en étoile aux nervures mixtilignes. Les nervures, assemblées en un dessin unique pour chacune d’entre elles, s’entrecroisent au moyen de clefs de voûte ornées de motifs italianisants. Ainsi, le jeu stéréotomique et l’articulation de l’espace ecclésial ancrés dans la tradition médiévale sont assortis au répertoire décoratif antique donnant lieu à la reconstruction d’une architecture signifiante à visée symbolique et ostentatoire.

IMG_4708 copie

Estella, église San Miguel, haut vaisseau

IMG_2588 copie

Monastère d’Irache, cloître

 

Valérie Steunou, doctorante en Histoire de l’Art médiéval

Séminaire des doctorants « Héritages » (22 mars 2013)

La prochaine séance du séminaire des doctorants « héritages » aura lieu le vendredi 22 mars de 9h à 12h salle 118 à l’institut Claude  Laugénie à l’université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau ).

Programme:

Laure Nonat (doctorante en archéologie): « Âge du Bronze : appropriation et transformation des codes funéraires dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique »

Robin Segalas (doctorant en histoire ancienne): « Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine »

Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval): « Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre »

Héritages stylistiques de l’art de la péninsule Ibérique au Ier âge du Fer : la bijouterie

La culture matérielle de la péninsule Ibérique offre au début du Ier millénaire avant J.-C. les indices tangibles d’échanges entre les groupes indigènes et les communautés migrantes provenant de Méditerranée orientale, Grecs et Phéniciens. Traditionnellement caractérisée par les phénomènes coloniaux et commerciaux affectant l’Occident méditerranéen, cette période voit parallèlement la stabilisation des grands groupes ethniques hispaniques décrits par les auteurs gréco-romains. Cette communication est consacrée à l’analyse de la bijouterie protohistorique,  document archéologique amenant à s’interroger sur la circulation des biens, des idées, des techniques et des hommes au Ier âge du Fer.

Les travaux menés par B.  Armbruster sur les collections d’orfèvrerie du Musée National d’Archéologie et d’Ethnologie de Lisbonne permettent d’appréhender avec finesse le travail de l’or de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en différenciant les traditions métallurgiques indigènes de celles apportées par les migrants. Le bracelet de Cantonha (Guimarães), le torque d’Herdade de  Álamo (Ourique) et les bracelets de Torre Vã (Beja) ont constitué les fils conducteurs de cette présentation. Dépourvus de contexte archéologique fiable, ils ont fait l’objet d’attributions stylistiques très variées. Qualifiés dans l’historiographie d’objets « complexes », « composés », « hybrides » voire « monstrueux », ils rendent compte de recyclages de bijoux et de processus de transmissions, déconstructions, sélections et recompositions des savoir-faire durant la Protohistoire. La fabrication de ces pièces met en jeu des  conventions stylistiques originales où les traditions métallurgiques du Bronze final côtoient les innovations importées de Méditerranée orientale. Il s’agit de montrer de quelle manière la notion d’héritage a pu être convoquée au moment de conférer à ces pièces une « identité » et de faire le point sur les méthodes du raisonnement stylistique.

Vanessa Rodrigues
Doctorante en histoire de l’art et archéologie

Séminaire des doctorants « Héritages », le 7 décembre 2012