Archives par mot-clé : histoire de l’art

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.
For more information, please visit here.

The full programme – complete with biographies of speakers – can be downloaded here

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Classical Antiquity & Memory

Intergenerational. Interdisciplinary. International Conference
28-29-30 September 2017 @ Bonn, Germany
what, why & how
we do re-member
Classical Antiquity
Come then, and let us pass a leisure hour in storytelling,
and our story shall be the education of our heroes.
Plato, Republic, Book II
I enquire now as to the genesis of a philologist and assert the following:
1. A young man cannot possibly know what Greeks and Romans are.
2. He does not know whether he is suited for finding out about them.
Nietzsche, Unzeitgemässe Betrachtungen

 

To remember is to deviate from the retrospective quest for any possible beginning, and critically focus on the remediated artefact within its new context. Apart from re-membering classical antiquity though, we aim at the establishment of a hub for students, researchers, artists, and anyone interested in the fascinating world of classical antiquities that keeps haunting our post-modernities in the most stunning ways.

Let this conference inaugurate a hub of people, networks, projects, ideas, who love to… remember and/or forget our most mythical pasts (sic)!

Best Wishes!

Penelope Kolovou & Efstathia Athanasopoulou

http://memory.strikingly.com/

CONF Memory Final Programme 15.09.017

Intervention de Tiphaine Besnard :
The odyssey of the Ancient references: When contemporary artists are inspired by Homeric and Ovidian poems

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Journée d’étude
4-5 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
UFR LLSHS – Salle du Conseil

Il s’agit d’envisager les figures contemporaines du paradigme duel dedans/dehors dans nos sociétés, telles qu’elles prennent forme dans les productions artistiques et culturelles. L’ abolition des frontières, la démultiplication des réseaux en tout genre, la globalisation et la mondialisation, tous ces faits semblent constituer les raisons autant que les effets des agissements, des discours et des comportements. Le principe même de réseau, hérité entre autres de la prodigieuse révolution informatique et du développement des moyens de communication en général, n’assure pas seulement une transmission et une transition constante : il tend à pondérer – si ce n’est invalider – la dialectique dedans/dehors pour lui substituer une logique d’homogénéisation, de prolifération aléatoire. Comment se manifeste cette nouvelle logique ? Comment évaluer et interpréter, en dépit de cette remise en question, la prégnance des motifs du dedans/dehors et de l’intimité dans les créations littéraires et artistiques actuelles ? L’ on approfondira plus particulièrement, dans cet axe, l’étude de l’espace et des frontières de l’intime. Quels sont les nouveaux espaces de l’intimité ? Quels sont les nouveaux espaces de publication de cette intimité ?

Parution « Pays pyrénéens et environnement »

Les actes du colloque « Pays pyrénéens et environnement » dont les Carnets avaient relayé l’appel viennent de paraître sous la direction de Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez. Ils sont édités par la Fédération historique Midi Pyrénées et la société Ramond.

Vous y retrouverez plusieurs articles des membres d’ITEM.

Dans le chapitre occupation de l’espace, deux articles émanant du groupe de recherche POEM:

Benoît Pace et al., Les « campements de piémonts pyrénéens » de la Protohistoire à l’Antiquité: apports de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et perspectives spatiales, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01438490

Alain Campo et al., L’étude de la fréquentation romaine des grottes: nouvelles perspectives de recherche dans la partie occidentales des Pyrénées.

Histoire et archéologie, forêt et pâturages

Le Couédic et al. , Comparer et modéliser les sites, les territoires et les systèmes pastoraux pyrénéens dans la diachronie: présentation et premiers résultats du projet collaboratif DEPART. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01399071

Découvertes et représentations

Françoise Saliou-Pedegert, « Cauç » et « cauceta » ou la légitimation par nature d’un ordre social.

Viviane Delpech, Viollet-le-duc à la découverte des Pyrénées en 1833. Une science romantique.

Pour plus d’informations :

Fédération historique de Midi-Pyrénées http://archives.haute-garonne.fr/histoire_patrimoine/associations/federation/fhmp_adherent.html#top

Image de couverture: « Bagnères-de-Bigorre et la Vallée de Campan, lithographie de Oliver William, 1ère moitié du XIXe siècle »

Soutenance de thèse: Vanessa Rodrigues

AVIS de soutenance de Thèse

—-

Madame Vanessa RODRIGUES

 

Soutiendra sa thèse en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie

le 16 décembre 2016 à 14h00  à l’UFR LLSHSSalle du Conseil
Directeurs de thèse :
Monsieur François RECHIN
Madame Hélène LE MEAUX
Laboratoire :ITEM 
Sujet de la thèse :
  « Parures et échanges au premier âge du Fer, des Pyrénées à l’Atlantique (VIIIe-Ve siècles av. J.C.) »

Parution d’ouvrage : Viollet-le-Duc

Viollet-le-Duc

Villégiature et architecture domestique

A l’occasion des célébrations du bicentenaire de Viollet-le-Duc dans le cadre des Commémorations nationales de 2014, ce volume rassemble les actes du colloque international organisé par l’EA 3002 ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) à Hendaye les 9 et 10 octobre 2014.

actes-vld-couv
Viollet le Duc. Villégiature et architecture domestique. Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

L’activité d’architecte-bâtisseur contemporain de Viollet-le-Duc est souvent occultée par son action de restaurateur du patrimoine médiéval. Les chantiers, les projets et les écrits à ce sujet sont pourtant prolifiques, ce qui justifie pleinement une réflexion renouvelée sur ses travaux.

De ses chantiers à ses projets avortés, de ses théories à la transmission de ses enseignements en la matière, cet ouvrage présente l’apport de Viollet-le-Duc à l’architecture domestique, à l’habitation de son temps, par le biais de treize contributions inédites abordant un aspect souvent oublié de son œuvre. Enrichissant la connaissance de l’architecture civile du XIXe siècle, cette réflexion dépasse les problématiques esthétiques pour faire valoir son esprit réformateur et témoigne définitivement, et contrairement à ce que ses restaurations diocésaines laissent présager, de ses préoccupations modernes et de son ancrage dans la société contemporaine.

Viviane Delpech est docteur en histoire de l’art, spécialiste de l’architecture et des arts décoratifs du XIXe siècle. Elle enseigne à l’Université de Pau et s’intéresse entre autres à l’architecture privée, aux villégiatures et à « l’école » viollet-le-ducienne.

Collection Architecture et urbanisme
234 pages – octobre 2016
ISBN-10 2757413902
ISBN-13 978-2-7574-1390-6

Antiquipop, Lyon, mai 2016

Colloque

« Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine »

Grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2

Antiquipop

 

Tiphaine-Annabelle Besnard, doctorante au laboratoire ITEM, présentera le jeudi 26 mai 2016 une communication intitulée:

« l’Empire des citations : vers un art contemporain néo-néo-classique ? »

 

Résumé de son intervention:
« Certes, l’idée du retour à l’Antique, est, en un sens, omniprésente dans l’histoire de l’art occidentale au point qu’elle peut sembler en rythmer les principaux temps forts – pensons aux moments Raphaël, Poussin, David, Ingres, voire le retour à l’ordre des années 1920. Les modalités du retour à l’Antique dans l’histoire de l’art ont donc certes été amplement étudiées, mais ce n’est pas le cas pour la période contemporaine, voire très contemporaine (à partir des années 1980).

Comment doit-on envisager la survivance de la référence gréco-latine ? S’agit-il de pastiche, de détournement ? In fine, le questionnement sur le lien entre art contemporain et Antiquité mène à la réflexion suivante : peut-on définitivement caractériser l’histoire de l’art occidentale comme un éternel retour à l’Antiquité classique ?

Les approches théoriques de l’art et l’esthétique seront mises à profit afin d’embrasser un sujet qui touche à la fois à l’histoire sociale de l’art, à l’histoire du goût mais aussi à l’histoire de l’histoire de l’art à travers une réflexion sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art. Ainsi, nous serons amenés à évoquer une « post-modernité » où la rupture avec l’utilisation de l’antique comme référence vivifiante est certaine. Effectivement, à de rares exceptions près, les artistes ne cherchent pas à imiter les Anciens. Aussi, nous envisagerons deux notions clés que sont la « basse » et la « haute culture » : la première, à l’origine d’une Antiquité transposée et pastichée, la deuxième, à l’origine d’un art antiquisant intellectuel.

Les exemples d’œuvres seront choisis judicieusement, issus de ma base de données. Pour ne citer qu’eux, je pense aux artistes Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou bien encore Meekyoung Shin. Ce projet de communication s’inscrit effectivement pleinement dans la thèse de doctorat que je mène depuis octobre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (L’éternel retour à l’Antique : survivances grecque et romaine dans l’art contemporain à partir des années 1980, sous la direction de Madame Sabine Forero Mendoza, Professeure d’Esthétique et d’Histoire de l’art contemporain). »

Plus de renseignements : http://antiquipop.sciencesconf.org/resource/page/id/5

« Viollet-le-Duc, à la découverte des Pyrénées en 1833 »

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn
a le plaisir de vous inviter à la conférence de
Viviane DELPECH
docteur en histoire de l’art
Université de Pau et des Pays de l’Adour/Société d’Études Basques
« Viollet-le-Duc à la découverte des Pyrénées en 1833 »
le samedi 5 mars à 11 heures
à l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère,
place Marguerite Laborde à Pau

Affiche conf. V. Delpech

Leader charismatique du mouvement néogothique et restaurateur de nombreux édifices médiévaux au XIXe siècle, Viollet-le-Duc se distingua de ses confrères par sa formation anti académique. Issu d’un milieu engagé dans la réhabilitation du patrimoine médiéval, il fut rapidement sensibilisé à la vogue élitiste du voyage pittoresque invitant à découvrir les confins de la France à travers ses paysages, son architecture et ses populations rurales. Encouragé par son père et son oncle, il prit la route des Pyrénées, en 1833, dans le but de découvrir une altérité proche, incarnée par une nature dépaysante et des identités locales fortes souvent bien étrangères à celle, mondaine, de la capitale. Ce voyage de plusieurs mois donna lieu à plus d’une centaine de représentations paysagères, depuis le Pays basque jusqu’à la frontière aragonaise, complétées, dans son journal, par les descriptions pittoresques de la population locale. Ces oeuvres richissimes proposent un apport notable en termes de géographie historique et d’histoire de l’art. Dressant un état des lieux de l’environnement pyrénéen en 1833, elles dévoilent la vision ambiguë du jeune Viollet-le-Duc à propos du paysage, mu, comme son époque, entre scientisme et le romantisme.

Couverture: Cauterets, cascade au dessus du pont d’Espagne, Viollet-le-Duc, aquarelle, 1833. Conservé à Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. ©Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / image Médiathèque du Patrimoine

Parution d’ouvrage : « Caudéran », Editions Le Festin

Dominique Dossol est l’auteur d’un nouvel ouvrage paru aux Editions Le Festin.

Cinquante ans après son rattachement à Bordeaux, Caudéran, ancienne « banlieue » de villégiature bien souvent qualifiée « Neuilly bordelais », n’a rien perdu de son identité, malgré les importantes transformations urbanistiques, architecturales et paysagères de ces dernières décennies. Il reste, ici ou là, de superbes traces (chartreuses, bourdieux) de ce prestigieux passé, de même que des lieux de distractions populaires (comme l’American Park) qui y firent florès à partir du 18 ème siècle. C’est aussi un quartier où l’on trouve de superbes témoignages de l’Art nouveau, de l’Art déco et des architectures contemporaines de premier plan (notamment dues aux groupe Salier Courtois-Lajus, comme la Villa Morton ou la résidence Les Buissionnets).

Dans ce livre richement illustré de photographies contemporaines et de cartes postales anciennes, Dominique Dussol propose de redécouvrir l’histoire et le patrimoine extraordinairement riche et varié de ce vaste quartier, à travers une sélection d’une trentaine de sites emblématiques (Tivoli, Grand Lebrun, le Parc Bordelais, La Pergola, les architectures contemporaines des architectes Salier-Courtois-Lajus, etc.). Un livre qui fera référence et rendra justice à ce joyau méconnu.

couv1cauderan

Dominique Dussol est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le journal Sud-Ouest, à Bordeaux, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il est l’auteur d’ Art et Bourgeoisie.
En novembre 2011, paraît le résultat de ses recherches sur le Pau de l’Entre-deux guerres, Pau Art déco. Il assure également des commissariats d’expositions, parmi lesquelles Bordeaux, entre le ciel et l’eau (capc, Bordeaux/Munich, musée du Lenbachhaus), Bégaud…(musée des beaux-arts de Bordeaux)

Photographie d’en tête: Rue de Mexico © M. DUBAU

Viviane Delpech : Prix Second Empire 2015

Viviane Delpech, chercheur associée à l’EA 3002 ITEM et chargée de cours au département Histoire de l’art et Archéologie, vient de recevoir le Prix Second Empire 2015 de la Fondation Napoléon pour son ouvrage Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection de beaux livres Art et Société.

abadia

Issu de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art, soutenue à l’UPPA en 2012 sous la direction de Dominique Dussol, cet ouvrage doit sa publication au concours de la Société d’Études Basques, de la Fondation Initiatives Jeunes du Crédit Agricole, de la Ville d’Hendaye, de la Banque Michel Inchauspé, de l’UPPA et de l’Institut Culturel Basque. Le Service régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine en a assuré l’ensemble de la couverture photographique en missionnant le talentueux photographe Alban Gilbert.

A la lumière de 25 000 documents d’archives, ces travaux révèlent les secrets de la construction de l’extravagant château d’Abbadia (1864-1884), édifié par les architectes Eugène-E. Viollet-le-Duc et Edmond Duthoit sur un promontoire spectaculaire de la corniche basque, en retraçant la vie extraordinaire de ses commanditaires, l’explorateur savant basco-irlandais Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Cette thèse se fonde sur le postulat qu’Abbadia, fait à l’image de ses ordonnateurs, est le catalyseur de leurs expériences et de leur vision du monde. Remarquable exemple de l’Éclectisme du Second Empire et du mouvement néogothique, cet édifice superbement restauré et conservé dans son état originel constitue une richissime source d’information pour l’étude de l’histoire de l’architecture, des arts décoratifs et des arts paysagers du XIXe siècle.

Le Prix Second Empire est attribué par un jury prestigieux composé de professeurs d’université, de spécialistes et de membres de l’Institut de France. La Fondation Napoléon attribue ainsi, chaque année, trois prix, récompensant des chercheurs pour leurs ouvrages, et plusieurs bourses, octroyées à des doctorants afin d’encourager les recherches sur le Premier et le Second Empire. Cette année, la cérémonie de remise des prix et des bourses a lieu à l’hôtel de Beauharnais le 9 décembre en présence de S.A.I. la princesse Napoléon et du président de la Fondation Napoléon, Victor-André Masséna, prince d’Essling.

Exposition Mauméjean, 9 septembre – 11 octobre 2015, Pau.

Illuminez votre rentrée !

Pour sa rentrée, le service du Patrimoine culturel – Ville d’art et d’histoire de la ville de Pau choisit de mettre à l’honneur la dynastie Mauméjean et le savoir exigeant des fabricants de vitraux.
L’exposition propose une inédite réhabilitation de la production de cette famille d’artistes originaires de Pau, qui réussirent à développer une firme internationale aux multiples ramifications. De nombreux documents d’archives illustreront les temps forts de cette saga encore largement méconnue du grand public.

afficheLa manufacture de vitrail et mosaïque d’art MAUMÉJEAN
Flambe ! Illumine ! Embrase !

Exposition, conférence et ateliers pédagogiques
9 septembre -11 octobre 2015
Chapelle de la Persévérance
3 rue Gontaut Biron – 64000 – Pau

Entrée Libre et gratuite.

Benoît Manauté et la saga des Mauméjean

La saga des Mauméjean n’en finit pas d’enflammer les Pyrénées et les Pays de l’Adour réunis!

Saluons le bel article de « La République des Pyrénées » mettant à l’honneur Benoit Manauté , biographe de cette dynastie de maîtres verriers.11665587_1631253437086276_696452915992101063_n

À l’occasion de la parution de l’ouvrage La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean – Flambe ! Illumine ! Embrase ! et dans le cadre de la 5ème Nuit des églises, Benoit Manauté sera en conférence à Hendaye, le 4 juillet prochain, à 20h00 à l’Eglise Sainte Anne, 7 Rue du Vieux Fort.
Renseignements : 05 59 48 82 80

nuit-des-eglises-maumejean-webPlébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays.

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie

Conférence « La saga des peintres verriers Mauméjean » 06 juin 2015

La SSLA de Pau et du Béarn
et les Amis des églises anciennes du Béarn

ont le plaisir de vous inviter à la conférence publique qui sera donnée par

Benoît MANAUTE
La saga des peintres verriers Mauméjean

le samedi 6 juin à 14 h 30
à l’auditorium de la médiathèque A. Labarrère (Pau)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays. Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, et les Landes restent les témoins privilégiés d’une production originale qui, après avoir été sous-estimée en raison de sa monumentalité et de son éclectisme, apparaît aujourd’hui comme un indispensable jalon conduisant de l’historicisme de la fin du XIXe siècle aux plus drastiques recherches menées par les verriers d’après-guerre.
Les souscripteurs pourront retirer le livre de B. Manauté : « Flambe ! Illumine ! Embrase ! La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean » auprès des Editions « Le Festin » qui seront présentes à cette occasion.

Benoît Manauté « La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean – Flambe ! Illumine ! Embrase ! », 2015, Le Festin.

Livre d’art et livre d’histoire, Flambe ! Illumine ! Embrase ! réunit une somme considérable de commentaires, d’interprétations et de documents qui proposent une véritable redécouverte de la dynastie Mauméjean dont l’immense production, présente dans de nombreux édifices publics et demeures privées, demeure méconnue du grand public.

couv-maumejean-web

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de 5000 cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de vingt-cinq pays.
Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, les Pyrénées et les Landes restent les témoins privilégiés de cette production : des verrières historicistes d’Artix, Nay, Lestelle-Bétharram,Bayonne ou Biarritz, aux plus audacieux décors de la chapelle du Sacré-Coeur d’Hasparren, des églises Notre-Dame et Saint-Joseph de Pau, Saint-Barthélemy de Gan, Saint-Julien de Lons, et Sainte-Marie d’Anglet, cette publication entend illustrer toute la richesse et la diversité du patrimoine religieux basco-béarnais et du Sud-Ouest.
Pour la première fois, l’historien de l’art Benoît Manauté retrace le formidable destin de cette famille de peintres verriers qui, après vingt ans d’activité en France, s’exila en Espagne où elle réussit à développer une firme internationale aux multiples ramifications. S’appuyant sur un nombre considérable d’oeuvres inventoriées, au cours de longues campagnes de prospection menées de chaque côté des Pyrénées, mais également sur l’étude d’un vaste et inédit corpus d’esquisses, de maquettes et de cartons issus du fonds de l’ancienne antenne madrilène de la manufacture, l’auteur réhabilite les frères Mauméjean qui surent optimiser des modes de fabrication traditionnels pour développer une oeuvre somptuaire, originale et éclectique.

http://www.lefestin.net/la-manufacture-de-vitrail-et-mosaique-dart-maumejean-flambe-illumine-embrase